Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les boulangers français au bord de la faillite ?

Loi du marché : les artisans concurrencés par les industriels

Les boulangeries sont-elles en train de devenir une espèce en voie de disparition ? La question, volontairement provocatrice, peut se poser au regard du dernier baromètre des défaillances d’entreprises publiées par la société Altarès : dans le secteur agroalimentaire, un tiers des sociétés placées en liquidation ou en redressement judiciaire au premier trimestre 2017 sont des boulangeries-pâtisseries.

 

 

Avec 367 entreprises touchées, ce chiffre est en hausse de 15 % et au plus haut depuis 2013, alors même que le nombre total de défaillances a baissé de 4 % en France entre janvier et mars. Depuis quatre ans, près de 1 200 boulangeries « défaillent » chaque année – sur un total de quelque 32 000 établissements en 2016. « Il s’agit de structures essentiellement indépendantes de petite taille, dont près d’une sur deux est âgée de moins de six ans », analyse Thierry Million, directeur des études chez Altares.

 

 

[...]

Le poids des acteurs industriels

Les besoins d’approvisionnements en matières premières s’élargissent d’autant plus, tandis qu’« un artisan peut avoir du mal à multiplier les séries de produits », explique Philippe Maupu. Ce qui favorise les plus gros acteurs, que ce soit la grande distribution, dont le rayon pains est l’un des plus dynamiques (+ 4,5 % de croissance selon Kantar), et dont certaines enseignes ont créé leur propre filiale de boulangerie industrielle, comme les Mousquetaires (Intermarché) ; ou les chaînes spécialisées, comme Marie Blachère, La Mie Câline, Kayser, Boulangerie Louise, qui se multiplient comme des petits pains, en particulier dans les villes moyennes.

Lire l’intégralité de l’article sur lesechos.fr

L’hypocrisie néolibérale contre le peuple de France,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

75 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1736884
    Le 30 mai à 22:45 par Isabelle du sud
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Lire ou relire ’’ le secret de maître cornille ’’ d’Alphonse daudet ! Prémonitoire déjà !

     

    Répondre à ce message

  • #1736934
    Le 31 mai à 00:18 par surferdargent
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Bonjour,

    Je viens d’entamer ma formation de CAP Boulanger est ce que finalement c’est une bonne idée, j’ai lu dans les commentaires que partir travailler au Canada était une bonne idée. Qu’en pensez-vous ? j’aimerai avoir votre point de vue. D’autres me disent que travailler en province c’est aussi bien. Je ne sais plus quoi penser. Merci d’éclairer ma lanterne de vos précieux conseils..

    Un dissident français

     

    Répondre à ce message

    • #1736996
      Le 31 mai à 08:22 par réGénération
      Les boulangers français au bord de la faillite ?

      Si t’es français, tu restes en France. Ensuite boulanger est un métier noble. Enfin, on a besoin de beaucoup de boulangers (puisqu’ils ferment apparemment !) dans les coins de France où les commerces ont un peu déserté.
      Je ne sais pas quelle est votre intention dans la vie, mais si vous êtes dissident, la meilleure solution c’est d’apporter votre savoir-faire par exemple dans un éco-village ou un groupe de personnes qui ont choisi le retour à la nature, vous voyez ? vous pouvez profitez de cette mouvance.
      Mais vous pouvez toujours allez visité le Canada (quand on est jeune on voyage avant de se fixer pour fonder un foyer), vous constaterez que la France est bien plus belle.

       
    • #1737259

      en campagne, les boulangeries sont le coeur de nos villages et les anciens ne trouvent pas forcément de personne pour reprendre l’affaire.

      Ici les boulangeries tournent à fond. En plus de servir tout le village (y’a la queue tout les jours) ils font aussi, pour certains, épicerie et épicerie ambulante pour alimenter les Lieu-Dit trop paumés. C’est utile pour tout le monde (surtout l’hiver) et je pense que ça leur permet de mieux gérer leur affaire.

      Si tu aime ce métier, que c’est une passion, viens chez nous à la campagne. Tu verra comme on sait remplir le cœur de nos artisans.

      Par contre, choisit un village avec une école (ou a proximité) car ceux qui n’ont plus leur école et sont trop éloigné, ils se meurent. Les jeunes ne veulent plus y venir et les anciens sont rappelé par Dieu. Des villes à l’abandon.
      Donc fait bien attention à l’endroit où tu t’implante mais reste chez nous. Vous êtes le bonheurs de tellement de personnes, les enfants avec leurs petit bonbon d’avant l’école, les ancien qui s’y retrouve comme si c’était le café du coin, les parents qui s’échangent les nouvelles des bambins.

      Bref c’est la vie !! Continue et reste !! On a besoin de vous.

       
  • #1736994
    Le 31 mai à 08:17 par wago
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    le seul commerce de mon village est une boulangerie/pizzeria

    on vient d’apprendre cette semaine quel fermait au profit une chaine nationale.

    ils n’arrivaient plus à s’en sortir, malgré le fait qu’ils bossaient chacun 60h/semaine

    ils ont une employé dont ils n’arrivaient plus à payer les charges.

    dans un petit village comme le notre, la mairie qui leur loue le local, n’a jamais voulu les aidés en baissant le loyer par exemple, malgré de nombreuses demande des villageois.

    Ils ont laissé leur vie de couple dans leur boulangerie.. :/

     

    Répondre à ce message

    • #1737315
      Le 31 mai à 16:46 par Woo-Tong Pyjama
      Les boulangers français au bord de la faillite ?

      C’est ça le problème délirant de notre société : tout a été fait pour que le travail des indépendants de petite taille ne soit plus jamais rentable, même à pleine activité. Quand un commerce travaille à fond, avec une économie de moyens totale, et ne parvient pas à payer un employé, c’est qu’il y a une arnaque fondamentale. C’est le cas des boulangers ici, mais de plein d’autres types d’activités.
      La petite entreprise n’est plus qu’un générateur de dette et de rentrées fiscales : elle permet aux usuriers de récupérer l’énergie vitale d’une cellule familiale, le capital qu’elle y a investi, et le reste qu’elle doit brader pour survivre puis éponger les pertes inévitables.
      Cette ignoble société soviéto-bancaire a transformé le travail indépendant, une fois générateur de richesse, en outil de spoliation des travailleurs indépendants.
      Ca a été fait scientifiquement.

       
  • #1737090
    Le 31 mai à 11:22 par delacampagne
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    faut arrêter.
    les boulangers se font payer en liquide, les meuniers jouent le jeu et vendent au black la farine.
    si t’es malin tu peux gagner ta vie.
    la seule solution pour relancer l’économie( la vraie) c’est de tout payer en liquide.
    stop à la carte bleue.
    un exilé a l’autre bout du monde, pour qui, plus le temps passe , moins j’ai envie de rentrer....

     

    Répondre à ce message

  • #1737096
    Le 31 mai à 11:46 par boucher pascal
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Bonjours à tous,je suis artisan boulanger,et je pense être un bon professionnel,j’ai une affaire dans un petit village, et qui marche bien,quand je lis les commentaires,je suis attéré .Qu’est ce qu’un pain de "merde", le client veux qu’il soit croustillant toute la journée,mais surtout"pas trop cuit , bien blanc".Les gens ne connaissent plus le vrai gout du pain cuit avec une vraie croûte ,et qui se conserve toute la journée voir jusqu’au lendemain.Concernant le prix ,les matières premières n’ont jamais été aussi chères ,un exemple le beurre passé de 4€50 le kilo à 5€90 le kilo en quelques semaines.Nous ne pouvons pas acheter des volumes comme le grande surface pour lisser ses augmentations.Alors certe , il y a de mauvais professionnels mais un peu de respect pour ceux qui bossent vraiment et qui se donne du mal pour etre au top régulièrement.la critique est facile,mais même si on adore son métier, c’est pas facile tout les jours.

     

    Répondre à ce message

    • #1737262

      Merci à vous pour ces rappels, courage et continuez comme ça !

       
    • #1738054
      Le 1er juin à 22:34 par Boultissier
      Les boulangers français au bord de la faillite ?

      Bien dit ! Du pain bien blanc et croustillant (blanc dc peut pas etre croustillant) quand le temps est très humide et qui se garde ! (Bah achete du bien cuit !!!)
      Les gens n’ont plus le vrai tout du pain. On nous force à vendre selon leurs goûts et c’est bien malheureux...qd aux charges, y a que ceux qui les subissent qui peuvent comprendre qu’une boulangerie a l’heure actuelle peut faire une liquidation judiciaire. On n’est plus ds les années 70 où les boulangers se faisaient des c... en or !!

       
  • #1737105
    Le 31 mai à 12:11 par Rufu
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Dans mon quartier, il doit bien y avoir 10 boulangeries qui font du pain bien dégueulasse en polystyrène, et un seul qui fait du bon pain,
    et où il faut faire la queue 10 minutes pour l’acheter.
    du coup, je vais à la supérette du coin.

    Faire du pain n’empêche pas de réfléchir 5 minutes.

     

    Répondre à ce message

  • #1737107
    Le 31 mai à 12:21 par Rufu
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Quand j’entre dans une boulangerie et que je vois des bonbecs et des kinder, je ressort en courant.
    Je garde un souvenir ému d’un petit village en grèce, ou le boulanger ne faisait qu’un seul pain, excellent, au levain, sortant du four en direct, fallait pas se bruler en le prenant. Parrait-il qu’il pouvait se conserver une semaine, mais je devais en racheter chaque matin, non pas parcequ’il s’était transformé en bloc pendant la nuit, mais parce qu’il avait été mangé.
    Sa boutique était pleine de gens en été mais aussi en morte saison.
    Il ne s’agit pas de faire des pains "spéciaux" verts ou oranges comme j’ai déjà vu,
    mais juste du PAIN. Et UN SEUL pain.
    il ne sert à rien de s’adapter à un monde ludique qui réclame de la merde,
    il faut vendre UN type de produit, mais LE MEILLEUR, et c’est comme ça que peuvent faire fortune les petits artisans.

     

    Répondre à ce message

    • #1737266

      au villages, notre boulanger a ses bonbec et heureusement ! pendant que les parents papotent, les petits apprennent à compter avec leurs petits sous pour s’acheter leur sucrerie qu’ils partagerons dans la cours.
      Heureusement que les gens ne sont pas comme vous, à partir en courant !! car notre artisan fait aussi épicerie et il subvient au besoin de tout le village. Il n’y aurait plus de vie sans lui, tout simplement.

       
    • #1737550
      Le 31 mai à 22:57 par rufu
      Les boulangers français au bord de la faillite ?

      Je ne causais pas de l’épicier de village mais des boulangers de mon quartier qui se vident de leur clientelle pour cause de mauvais pain.
      C’est quand même la base. Vendre des merdes industrielles je peux aussi le faire , mais un vrai pain au levain, bien fait c’est rarissime .
      et le client ne s’y trompe pas.
      À quoi bon être boulanger si c’est pour vendre la même chose que Leclerc ...

       
    • #1737968
      Le 1er juin à 18:47 par BB
      Les boulangers français au bord de la faillite ?

      je ne vous parlais pas de l’épicier mais bel et bien de notre artisan boulanger qui fait de très bon pain. Pour plusieurs son de cloche. Votre quartier, mon village ...

      C’est votre passage sur les bonbons qui m’a drôlement fait rire, ne le prenez pas mal hihi

       
  • #1737539
    Le 31 mai à 22:37 par Jean Le Chevalier
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Je connais deux boulangeries excellentes, prix raisonnable et un pain "du tonnerre".
    Si la qualité est au rdv, les clients sont fidèles même si c’est un peu plus cher.
    C’est une profession difficile avec beaucoup de contraintes, mais c’est un plaisir tellement grand de manger un bon pain ou de bons gâteaux que je fais l’effort d’acheter chez l’artisan de qualité.

     

    Répondre à ce message

  • #1737728
    Le 1er juin à 07:59 par Sertorius
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Et bien, vu la quasi-haine dans les commentaires, on est mal barrés.
    Il est évident que nombre de boulangers se sont mis à chercher la facilité en pondant de la merde, revendre du surgelé, et se sont tirés une balle dans le pied par la même occasion. Idem pour les patronnes désagréables à l’accueil des magasins ; j’ai été ouvrier pendant des années dans des boulangeries dans plusieurs régions de France, j’en sais quelquechose.
    Mais arrêtez, bordel, de mettre tout le monde dans le même sac. Je le répète, aujourd’hui il faut avoir des gammes de malade dans les magasins, moi je m’en tiens à une gamme assez restreinte, faite à 100% maison et sans la moindre "saloperie" dans mes pâtes ; mais il y a toujours des casse-couilles, condescendants, pour me signaler que "mes pains ne sont pas assez variés", "que je devrais faire ci, faire ça".... c’est quoi le truc ? je bosse 60h hebdo en faisant ce que je fait déjà, il faut donc que je passe à 70 ou 80 h ? sinon je suis une feignasse ? venant de gens en général aux 35h, comme la plupart de ceux qui viennent hurler ici, c’est assez hallucinant.
    Ensuite, la vente en boulangerie, c’est un taf de patience et vaut mieux être adepte du stoïcisme. Entre la prof à la retraite qui te questionne pendant 3 heures sur ton type de pain, le primaire qui ne s’est toujours pas adapté à l’euro, ceux qui te parlent mal... venez gratter avec moi les gars, tous les dimanches, à 3 h du mat, les jours fériés idem, les congés inexistants sinon je coule car le RSI pompe tout, venez, pour voir. Je vous donne moins d’un mois avant qu’on ne vous retrouve pendus à l’arrière du fournil.

     

    Répondre à ce message

    • #1737821
      Le 1er juin à 12:22 par Paysan Breton
      Les boulangers français au bord de la faillite ?

      Pour avoir parcouru les commentaires, je n’en ai lu aucun qui vous fasse le reproche du manque de variété. J’achète chaque semaine un pain de deux livres fait à partir de pommes de terre, bien évidemment au levain naturel, et dont la fermentation a été lente. C’est un vrai délice, il se garde au moins une semaine et pour rien au monde je n’en changerai.Ce qui ne m’empêche pas de compléter avec une baguette.

      Pourquoi également continuer d’appeler "boulangers" des gens qui n’en sont pas ? On pourrait sans aucun mépris appeler "enfourneur" celui qui reçoit sa pâte congelée pour ne faire que la chauffer, et définir qu’un boulanger ne travaille qu’avec certains types de farines, avec du levain uniquement etc. De la même manière, un menuisier doit être autre chose qu’un simple poseur Ah, le bon temps d’avant 1789, celui des anciennes corporations....temps où ce n’était pas l’Etat, mais les professionnels qui réglementaient leur profession.

      Manque d’éducation au goût, racket légal et absence de cahier des charges pour avoir le droit de s’appeler "boulanger" : les trois causes du déclin.

       
  • #1737789
    Le 1er juin à 10:51 par Stormhorse
    Les boulangers français au bord de la faillite ?

    Dans les boulangeries qui ferment classe-t-on celles faisant partie de chaines (La Mie Câline, Firmin...) ? A titre d’exemple dans la ville de 20000 habitants a coté de chez moi, ces genres de boulangeries naissent, ferment, renaissent comme un écosystème autonome. A coté, les boulangeries classiques et indépendantes perdurent et certaines naissent aussi.

    J’ai du mal à voir, à mon petit niveau, une crise dans ce secteur.

    Le problème se situe ailleurs : où trouver du bon pain ? Surtout que certaines grandes surfaces embauchent des boulangers et font leur pain sur place (de gros efforts question qualité ont été fait chez eux) alors que des indépendants produisent du surgelé.

    Ce secteur est vraiment troublé depuis une vingtaine d’années.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents