Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les fausses preuves d’Human Rights Watch sur l’usage de barils d’explosif par l’armée syrienne

Human Rights Watch, une association états-unienne de défense des Droits de l’homme financée à hauteur de 100 millions de dollars par le spéculateur George Soros, a multiplié les communiqués et les rapports accusant l’Armée arabe syrienne d’utiliser des barils d’explosifs contre sa propre population civile.

Questionné à ce sujet, le président Bachar el-Assad a répondu à la BBC et à France 2 que son armée n’avait aucune raison d’utiliser des barils d’explosifs alors qu’elle dispose de bombes classiques autrement plus efficaces [1].

Le 9 mai 2015, Kenneth Roth (photo ci-dessus), directeur de HRW, reconnaissait avoir « par erreur » diffusé une image des destructions israéliennes à Gaza en la présentant comme une « preuve » de l’usage de barils d’explosif par l’Armée arabe syrienne, ainsi que venait de le révéler Moon of Alabama.

 

JPEG - 68.9 ko

 

M. Roth publiait alors une seconde photographie, d’Alep cette fois, montrant les ravages causés par l’Armée arabe syrienne. Las ! Moon of Alabama révélait que cette photographie avait certes été prise par l’AFP à Alep, mais pas dans la zone « rebelle » (comprendre la zone conquise par les Turcs et tenue par les jihadistes). Elle illustre en effet les destructions perpétrées par les « rebelles modérés » (sic) à Hamadiyeh, le quartier chrétien, toujours fidèle à la République.

 

JPEG - 48.4 ko

 

JPEG - 30.7 ko

 

Kenneth Roth est un juriste qui fut procureur pour le Sud de New York. Il fut nommé par Aryeh Neier directeur-adjoint de Human Rights Watch, en 1987, et fut désigné directeur général de l’ONG, en 1993, lorsque George Soros confia à Aryeh Neier la direction de l’Open Society Institute.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.