Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les femmes trans sont des hommes et prétendre le contraire est une folie culturelle

Clarifions quelques points avant de dire quoi que ce soit d’autre : Il y a ZÉRO preuve scientifique pour soutenir la notion d’auto-identification du genre. Il y a ZÉRO preuve scientifique pour soutenir l’affirmation selon laquelle le genre est simplement une construction sociale. Il existe davantage de preuves que la biologie détermine les comportements liés au genre et que la masculinité et la féminité sont des constructions psychologiques innées. La grande majorité des gens développent des associations de genre directement en phase avec leur biologie. Les hommes agissent comme des hommes, les femmes comme des femmes, et ces comportements ont été établis comme un fait biologique depuis le début de l’histoire.

 

Les hommes et les femmes sont biologiquement différents à bien des égards, jusqu’au fonctionnement de leur cerveau. Le sexe biologique et le comportement lié au genre sont basés principalement sur la nature, et non sur l’environnement. Cependant, la religion de l’identité de genre a considéré ces concepts comme une forme de sectarisme. La situation est devenue tellement détraquée que les gauchistes appellent désormais les vraies femmes des « saigneuses » ou des « personnes qui ont leurs règles », comme s’il s’agissait de la seule différence biologique entre elles et les femmes trans.

Quelle que soit la position que l’on adopte sur le sujet, si l’on est honnête, on doit admettre que le transgenrisme est aujourd’hui une question politique, et non une question scientifique. Ces dernières années, nous avons vu des scientifiques financés par des gouvernements et des fondations globalistes politisés par la question du genre. Mais, encore une fois, ils n’ont aucune preuve pour étayer leurs affirmations selon lesquelles le genre est modifiable et malléable. Il est intéressant de noter qu’ils défendent maintenant les deux points de vue : le genre est une construction sociale pure, et le genre est biologiquement lié et câblé. Les deux idées s’excluent mutuellement, mais bon, nous vivons dans un monde de clowns maintenant, alors nous devrions nous taire et profiter du voyage…

Existe-t-il des personnes qui ont l’impression que leur acclimatation mentale n’est pas la même que leur acclimatation biologique ? Oui, il y a des exceptions à la règle. Dans la plupart des cas légitimes, ces personnes souffrent d’une maladie mentale appelée « dysphorie de genre ». Il s’agit d’un problème psychologique relativement inoffensif (sauf qu’il tend à provoquer une dépression et des tendances suicidaires chez la personne trans) ; ces personnes ne constituent pas une menace pour moi ou pour vous et leur existence dans notre société ne nous concerne pas vraiment, à moins, bien sûr, qu’elles n’en fassent leur affaire.

Pour une raison quelconque, la gauche politique autoritaire a élevé la question des transsexuels au sommet de ses Olympiades de l’oppression. Il est difficile de dire pourquoi, mais elle a pris un « groupe » qui représente environ 0,4 % de la population et a déterminé qu’il était le sommet du totem des victimes et que le reste du monde devait marcher sur des coquilles d’œuf lorsqu’il avait affaire à eux.

Mais regardons cette situation objectivement pendant un moment, d’accord ?

La communauté trans est considérée comme une « minorité opprimée », mais n’importe qui peut la rejoindre pour n’importe quelle raison. Ce n’est pas tant un groupe minoritaire qu’un club, et les clubs peuvent devenir à la mode lorsqu’ils sont commercialisés efficacement. Je n’ai pas besoin de souffrir de dysphorie de genre pour rejoindre ce club, tout ce que j’ai à faire est de CLAIREMENT m’identifier comme trans et, soudain, je fais partie d’une classe opprimée. Le problème est que les personnes trans ne sont pas opprimées, du moins pas en Occident.

Ce que la gauche politique considère comme une « oppression » est plutôt confus et alambiqué. Dans leur terminologie, les opprimer signifie ne pas les laisser faire ce qui leur plaît, quelle que soit leur intention destructrice. Vous les victimisez en ne les laissant pas vous victimiser.

Développons cela en termes de trans : si un homme affirme qu’il est une femme et qu’il est trans, cette personne a désormais le pouvoir social d’exiger que le reste d’entre nous l’identifie comme une femme et utilise les pronoms qu’il préfère. En d’autres termes, si demain je prétends être trans (même si ce n’est pas vrai), j’ai alors le droit de contrôler votre discours. Eh oui, c’est absolument aussi simple que cela, selon les gauchistes.

Un exemple frappant de cette dynamique de contrôle est la réaction à la loi anti-grooming de Floride récemment adoptée, que les SJW et les médias ont malencontreusement baptisée « Don’t Say Gay Bill ». Nous avons ici une loi basée sur la logique et la raison, qui ne victimise personne, transformée en cirque sous des accusations de sectarisme et de discrimination. Que fait le projet de loi ? Il empêche les enseignants des écoles publiques d’exposer les enfants dès la maternelle à des discussions sur la sexualité et l’identité de genre, et exige qu’ils parlent aux parents de l’exposition de leur enfant à de telles leçons. En d’autres termes, la Floride dit aux enseignants qu’ils n’ont pas le droit de faire de la propagande auprès des enfants avec leurs absurdités cultistes et de les préparer à entrer dans le giron du SJW/trans.

Les enseignants des écoles publiques sont payés par l’État et par les impôts que les parents versent à l’État. Les enseignants travaillent pour les parents ; les parents sont les patrons. Mais les gauchistes ne voient pas les choses de cette façon. Ils disent qu’il s’agit de la liberté d’expression, et au fond, ils ne sont pas des employés de l’école, mais des évangélistes pour la cause de la justice sociale. Ils sont largement opposés à ce que les idées religieuses soient enseignées dans les écoles, sauf si c’est leur propre religion.

La vérité est qu’ils sont des fanatiques. Ils croient que leur idéologie supplante toutes les autres préoccupations et qu’ils ont le droit de modeler vos enfants dans cette idéologie sans votre approbation parce qu’ils pensent que vous êtes trop ignorants pour comprendre le « plus grand bien » qui est fait.

Le projet de loi anti-grooming a été conçu pour protéger les jeunes enfants de l’endoctrinement sexuel, et les gauchistes en sont furieux. Ils revendiquent la propriété de vos enfants, et l’agenda trans est une partie importante du processus de moulage que les enseignants gauchistes disent avoir le droit de poursuivre.

Comme vous pouvez l’imaginer, la tentation pour les mécréants narcissiques et sociopathes de prendre le train en marche des trans est immense. Tout ce qu’ils ont à faire pour prendre le contrôle des personnes qui les entourent est de rejoindre un groupe d’identité de genre ? Tout ce qu’ils ont à faire pour obtenir un traitement spécial et des privilèges est de proclamer qu’ils sont victimes de discrimination ? Pour les personnes sans conscience, c’est un nouveau monde excitant où leur narcissisme est applaudi et protégé.

Si les gens ne se conforment pas, ils « oppriment » l’individu trans et sont maintenant automatiquement des bigots. Franchement, je ne ferai jamais référence à une personne trans selon ses pronoms préférés. Pourquoi ? Parce que c’est un mensonge. Ils ne sont pas ce qu’ils prétendent être. Leurs fantasmes internes n’ont rien à voir avec les faits, et leurs sentiments n’ont aucune importance lorsqu’il s’agit de la vérité. Il n’y a pas de « leur vérité », il n’y a que LA VÉRITÉ.

S’il s’agit de la dysphorie de genre, nous devons l’aborder comme toute autre maladie mentale. Lorsque nous avons affaire à un schizophrène qui croit être Napoléon ou Elvis Presley, nous n’exigeons pas que toute la société soit d’accord avec lui, qu’elle autorise ses fantasmes et qu’elle élabore des lois protégeant la validité de ses illusions, n’est-ce pas ? Nous ignorons ses fantasmes ; nous n’adaptons pas toute notre culture à ses caprices. Pourquoi faisons-nous cela avec les activistes trans ?

Une grande partie de ce que fait la gauche politique consiste à faire de ses problèmes les vôtres, et il s’agit surtout de contrôle, pas d’égalité. Ils prétendent être des victimes et pensent donc avoir le droit de déterminer ce qui est oppression et ce qui est sectarisme. Je demande, qui a fait d’eux la police de la vertu et comment sont-ils réellement qualifiés ? La plupart de ces personnes sont tellement rabougries et partiales qu’elles ne sont guère à la hauteur des normes élevées qui seraient requises pour porter des jugements aussi objectifs. Les gauchistes ne sont pas les plus vertueux, ils sont les plus instables, et pourtant ils sont positionnés comme les arbitres de notre moralité.

Je me concentre spécifiquement sur les femmes transgenres dans cet article parce que, bien qu’il y ait des femmes qui prétendent être des hommes, ces femmes n’essaient généralement pas d’envahir les espaces des hommes et de les prendre en charge. Il y a quelque chose d’assez prédateur et malveillant dans l’aspect « femmes trans » de ce mouvement.

La plupart des gens connaissent probablement le cas bizarre de Lia Thomas (alias William Thomas), un homme biologique qui s’est déguisé en femme pour pouvoir participer aux championnats de natation féminins de la NCAA et détruire toutes les autres concurrentes réelles. Les gauchistes affirment que le fait de tenir Lia Thomas et ses semblables à l’écart des compétitions féminines serait oppressif, mais est-ce vraiment le cas ? Reconnaître un fait scientifique est-il « sectaire » ?

Le catalyseur le plus flagrant de tout ce scénario est le féminisme. Il est ironique que les féministes aient déformé la dynamique sociale homme-femme pendant si longtemps que les femmes ordinaires ont commencé à croire à la vision gauchiste du monde, et maintenant cela leur revient en pleine figure.

Depuis des décennies, les féministes affirment que les femmes et les hommes sont égaux en tout point, y compris sur le plan physique. Cette illusion est devenue dangereusement envahissante, non seulement à Hollywood mais aussi dans le monde réel. L’armée américaine a même récemment tenté d’intégrer des femmes dans des rôles de combat de première ligne et de bataillon de rangers, au point qu’elle a dû truquer les normes en faveur des femmes pour qu’elles puissent passer les tests exténuants. D’autres expériences plus honnêtes, telles que celles menées par les Marines américains dans des unités mixtes, montrent que c’est une idée terrible. Non seulement les unités mixtes sont distraites par des préoccupations d’ordre sexuel, mais les unités hommes/femmes obtiennent de mauvais résultats dans presque tous les domaines de l’entraînement par rapport aux unités exclusivement masculines.

Aujourd’hui, la question des athlètes transgenres prouve sans aucun doute que les hommes sont physiquement supérieurs aux femmes. Il n’y a pas de débat. Même Lia Thomas, un homme classé dans les 400 en natation masculine, a facilement dominé la natation féminine. Les exemples se multiplient, de l’haltérophilie féminine aux combats MMA féminins en passant par l’athlétisme féminin. Si vous voulez écraser la concurrence dans les sports féminins, il vous suffit d’être un homme.

 

 

Si les femmes veulent sauver leur sport, elles vont devoir admettre que les féministes avaient tort et que les hommes sont physiquement supérieurs. Et c’est probablement l’une des principales raisons pour lesquelles très peu de femmes dans le sport ont pris la parole. Elles ont été conditionnées pendant si longtemps à des notions d’équité qu’elles ne peuvent pas supporter la vérité de la réalité biologique.

L’autre raison est que si elles s’expriment, elles risquent de devenir des parias de la société et d’être ostracisées. Bien sûr, la majorité des Américains pensent que la culture de l’annulation est un déchet, mais la gauche politique contrôle l’environnement des entreprises, y compris Big Tech, et la plupart des gouvernements ; elle peut faire croire qu’elle est la majorité alors qu’elle ne l’est pas. Même s’ils étaient la majorité, cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas fous. C’est de la pure folie de nier des faits qui sont sous vos yeux juste pour atteindre des objectifs politiques, mais les gauchistes font cela depuis un certain temps maintenant.

Certaines personnes transgenres ne sont pas d’accord avec l’agenda gauchiste. Bruce Jenner (alias Caitlyn Jenner) a été étonnamment franc contre la propagande woke. Blair White est un autre exemple de figure trans anti-gauchiste prête à s’exprimer. Le mouvement libertaire et les conservateurs les ont largement embrassés, même si les gauchistes prétendent que nous « détestons » les trans et voulons les voir effacés. Le fait est que la plupart d’entre nous ne se soucient pas de ce que les gens font dans leur vie privée. Mais lorsque vous armez et politisez vos penchants sexuels et déclarez que nous vous devons quelque chose, c’est là que nous avons un problème.

En fin de compte, la communauté transgenre est si minuscule qu’il faut se demander pourquoi ces personnes sont importantes dans le grand schéma des choses. Parce que les gauchistes y voient une opportunité de les utiliser comme outils de déraillement social ? Pourquoi les gauchistes sont-ils si obsédés par l’idée d’endoctriner les enfants dans le giron trans ? Pourquoi sont-ils si intéressés à saper les faits biologiques ? Qu’est-ce qui se passe avec les gauchistes et leur besoin de mettre le monde sens dessus dessous ?

Beaucoup d’entre eux savent, au fond d’eux-mêmes, que les idéologies qu’ils prêchent ne sont pas fondées sur la vérité. Ils savent qu’ils mentent, et certains d’entre eux sont ouvertement fiers lorsque leurs mensonges s’avèrent efficaces. Ils ne sont clairement pas intéressés par l’illumination, mais uniquement par la victoire. Mais qu’est-ce que cela signifie pour la gauche politique de « gagner ». Eh bien, en termes marxistes/communistes, gagner signifie tout détruire et réduire la société cible à néant. Et si c’est ce qu’est la victoire pour eux, je suis plus qu’heureux d’agir comme un gardien qui les fait taire et les tient à l’écart autant que possible. Le contrôle dans ce cas est bon.

Il est triste que de vraies personnes atteintes de dysphorie de genre soient prises au milieu de cette bataille pour la stabilité de notre société. Ils ne devraient pas être utilisés comme des pions dans la guerre culturelle. Mais là encore, il est peut-être temps qu’un plus grand nombre d’entre eux s’expriment s’ils ne soutiennent pas l’agenda woke. Je pense que cette farce a assez duré, pas vous ? Aussi fous que soient les gauchistes, nous sommes peut-être encore plus fous de laisser les malades diriger l’asile.

Brandon Smith

 

Du même auteur, sur E&R :

 
 






Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • J’ai plusieurs amis homosexuels, et ils ne se reconnaissent pas dans la culture woke, une femme transsexuelle reste un homme, le combat idéologique de se faire reconnaître du sexe opposé leur semble malsain. Ils respectent la société dans son ensemble et vivent leur différence sans politiser leur démarche mais étant un fait de la sphère privée. La question du sexe n’a pas de fondement politique pour eux, ils veulent juste vivre librement leur sexualité, c’est la seule chose qu’ils demandent et ils sont satisfaits de l’ouverture d’esprit des gens qui ne les rejettent pas pour avoir des tendances sexuelles différentes.

     

    Répondre à ce message

  • Comme aime à le répéter Stéphane Edouard : se tromper sur les causes, c’est se condamner à tourner en rond ... à peu de chose près !

    En effet, le débat sociétal n’est que l’émergence en bout de chaines d’un processus qui a débuté dans des sphères très spécialisées qu’à une autre époque certains n’auraient pas hésité à qualifier d’ « occulte ».

    Les biologistes d’hier, aujourd’hui devenus biotechniciens n’ont réellement que faire de « limitations » telles que le genre. Pour eux, les avancées dans l’analyse du génome, et les quelques exemples d’animaux qui changent de sexe au cours de leur existence, justifient pour certains d’aller dans le sens d’une théorie telle que la « déconstruction ». Et même s’ils n’iront pas tous dans ce sens, ils n’en pensent pas moins. Il est beaucoup trop tentant de jouer avec la plasticité du vivant : de composer, et recomposer selon ses désirs ou sa propre vision du monde.

    C’est bien connu : le poisson pourrit par la tête, et c’est bien dans le domaine très pointu de la biotechnologie qu’il faut trouver l’origine du développement de l’ « éthique » à la mode et, en bout de chaines, des débats sociétaux égalitaristes.

    Un seul exemple suffira à mieux me faire comprendre : Peter Singer, oui, le mec qui propose de permettre d’avorter 28 jours après la naissance d’un enfant ou de mettre en prison à vie une personne qui frapperait un animal, Peter Singer, disais-je, n’est pas un simple militant boutonneux dernier un clavier ; c’est le professeur de philosophie et de bioéthique à l’Université de Princeton, et son propre cas n’est que la partie émergée d’un délire autrement plus dangereux qui conduit par exemple un Laurent Alexandre à dire à de jeunes ingénieurs qu’ils sont des dieux.

    Lutter contre le discours délirant d’une telle propagande politique, c’est lutter contre des moulins à vents, si en même temps, on ne travaille pas à remettre de l’ordre dans les prestigieuses universités et dans la tête de jeune gens qui sont encouragés à croire qu’ils peuvent faire ce qu’on bon leur semble avec le vivant.

     

    Répondre à ce message

  • Avant de dire "les femmes trans" sont des hommes, il faut déjà cesser de les appeler FEMMES !

    Ce ne sont pas des femmes trans mais tout au plus des hommes féminisés

    Quand un homme a les 2 jambes coupées, on ne dit pas de lui qu’il est un tronc trans mais un homme tronc...

    Idem dés qu’on me parle de genre je suis catégorique : Je n’ai pas de genre et le genre sexué n’existe pas chez les humains, c’est un mot pour les objets, et un humain n’est pas un objet.
    Un homme qui est une légende n’est pas de genre féminin car on le qualifie avec un mot féminin.

    Déjà se faire imposer sous peine de répression la ré écriture de l’histoire et de la réalité c’est une horreur, là on nous impose carrément l’absurdité la plus totale, alors pourquoi reprendre les expression DÉBILES que les déconstructeurs nous jettent à la gueule ?

    Appeler un homme une femme-quoi-que-ce-soit, c’est DÉJÀ ACCEPTER le GENRISME.

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi les féministes se taisent sur les résultats sportifs des trans ? Malgré les plaintes des sportives femmes ? Tout simplement parce ces résultats vont dans le sens de leur idéologie égalitaire de timbrées : à terme, les l’écarts entre les hommes et les femmes seront réduits grâce aux trans, et les féministes pourront dire, rien qu en se basant que sur les résultats, que les hommes ne sont pas supérieures aux hommes.

    A la question, oui mais n est pas des trans qui ont fait ce genre de résultats ? On répondra "oh.. qui se souvient que ce sont des tans ou des femmes" (=qui se souvient du génocide arménien !?)

     

    Répondre à ce message

  • Tant que nos enfants ont envie de vomir en voyant des travelos, tout n’est pas perdu.

     

    Répondre à ce message

    • Emmenez les un soir Avenue de Longchamp, au Bois de Boulogne . Au bout de 500 m , rien que des travelos . De pauvres créatures absolument monstrueuses, un peu hébétées, avec de grosses gueules, de grosses paluches et des sneakers taille 44... A vomir, même pour un adulte .

       
  • Dans vos milieux pleins de haine et de préjugés, je sens monter un rejet qui m’attriste beaucoup.
    Les femmes trans sont des hommes comme les autres !

     

    Répondre à ce message

  • Le premier commentaire, en anglais, sur le site original de l’article qui évoque les conséquences médicale de la mutilation faux vagin est à vous filer des cauchemars...

     

    Répondre à ce message

  • #2942326
    Le 14 avril à 14:05 par Le genre est biologique
    Les femmes trans sont des hommes et prétendre le contraire est une folie (...)

    Une fois j’ai entendu l’ex-directrice du FMI affirmer de manière péremptoire que : "On ne naît pas femme, on le devient"
    J’étais abasourdi, choqué.

     

    Répondre à ce message

  • "en termes marxistes/communistes "LOL qu est ce que c est que ce charabia de ce libertarien qui n a lu ni une ligne de Marx ni une ligne de Lénine ? Il est complètement dingue !Il y a des libertariens sérieux et des types qui déraillent sortis de leur sphère de connaissance. C est le cas ici !

     

    Répondre à ce message

  • #2970694
    Le 5 juin à 09:03 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Les femmes trans sont des hommes et prétendre le contraire est une folie (...)

    la plupart des gens, le sexe, ça ne les intéresse pas

    c’est comme l’alcool, peu de gens sont alcooliques

    c’est une partie de la société qui entraîne les autres

    mais moi, je bois un coup à ta santé !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents