Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

En juillet de l’année dernière, alors que le battage médiatique autour de la pandémie Covid s’éteignait enfin, j’ai publié un article sur un projet à peine médiatisé appelé « Qu’est-ce que le “Conseil pour le capitalisme inclusif” ? C’est le Nouvel Ordre Mondial ». Ce groupe, dirigé par Lynn Forester de Rothschild, qui semble désormais être le visage public de la célèbre dynastie Rothschild, est l’aboutissement de décennies de divers agendas globalistes combinés pour représenter la preuve ultime de la conspiration du Nouvel Ordre mondial. Vous souvenez-vous de l’époque où l’on disait que la gouvernance globale par les élites était un fantasme paranoïaque ? Aujourd’hui, ce projet est une réalité ouvertement admise.

 

(Les vidéos sont en anglais non sous-titré en français)

 

Le CIC est intimement lié à des institutions telles que le Forum économique global, l’ONU et le FMI, mais il s’agit avant tout d’une tentative de lier plus étroitement toutes ces organisations au monde de l’entreprise, en affichant ouvertement sa collusion. Le groupe encourage la diffusion de ce qu’il appelle le « capitalisme des parties prenantes », c’est-à-dire l’idée que les entreprises internationales ont la responsabilité de participer à l’ingénierie sociale et qu’elles sont tenues (au nom du bien commun) de manipuler la civilisation par le biais de punitions et de récompenses économiques.

Nous avons vu ce programme à l’œuvre lors des confinements Covid et de la mise en place des passeports vaccinaux. Ces efforts n’auraient pas été possibles sans la participation de grandes chaînes d’entreprises travaillant main dans la main avec les gouvernements nationaux et l’Organisation mondiale de la santé. Heureusement, cette stratégie a échoué car les gouvernements locaux et le public ont riposté.

Nous avons également vu la laideur du capitalisme des parties prenantes dans la poussée des systèmes d’évaluation ESG parmi les grandes entreprises. La plupart des lecteurs sont probablement déjà familiarisés avec l’ESG, mais il faut garder à l’esprit que le public était inconscient de la terminologie jusqu’à ces deux dernières années. Les globalistes élaborent des règles ESG depuis 2005. Qu’est-ce que l’ESG ? Comme le note Klaus Schwab du WEF :

La caractéristique la plus importante du modèle des parties prenantes aujourd’hui est que les enjeux de notre système sont désormais plus clairement globaux. Les économies, les sociétés et l’environnement sont plus étroitement liés les uns aux autres qu’il y a 50 ans. Le modèle que nous présentons ici est donc fondamentalement global par nature, et les deux principales parties prenantes le sont également.

… Ce qui était autrefois considéré comme des externalités dans l’élaboration des politiques économiques nationales et dans la prise de décision des entreprises individuelles devra désormais être incorporé ou internalisé dans les opérations de chaque gouvernement, entreprise, communauté et individu. La planète est donc au centre du système économique global et sa santé doit être optimisée dans les décisions prises par toutes les autres parties prenantes.

L’ESG devait être l’outil que les globalistes et les gouvernements utiliseraient pour forcer les entreprises à adopter le modèle du capitalisme des parties prenantes. Il ressemble beaucoup au système de crédit social communiste chinois, mais pour les entreprises plutôt que pour les individus. Plus le score ESG d’une entreprise est élevé, plus elle a accès aux prêts et aux financements publics (argent facile). Au départ, en 2005, le système était axé sur la lutte contre le changement climatique (en influençant les entreprises pour qu’elles acceptent des crédits carbone et des taxes). Mais en 2016, c’est devenu autre chose : l’ESG a largement adopté des politiques woke, notamment la théorie de la race critique, le féminisme, l’idéologie transgenre, divers éléments du marxisme, etc.

C’était l’ESG moderne que nous connaissons tous aujourd’hui. L’objectif était d’inciter les entreprises à bombarder le public de messages woke 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Chaque film, chaque émission de télévision, chaque livre, chaque bande dessinée, chaque dessin animé pour enfants, chaque publicité, chaque produit, chaque grand site de médias sociaux, chaque manuel de l’employé, chaque interaction sociale serait contaminé par le poison de la propagande woke. Il n’y aurait nulle part où se cacher, nulle part où échapper au message. Et cela a fonctionné, pendant un certain temps…

L’exposition de l’ESG est peut-être l’un des plus grands triomphes des médias alternatifs. C’était la preuve que la « wokification » de notre économie et de notre société n’était pas le résultat d’un mouvement militant populaire ou de l’évolution naturelle de la civilisation. Non, tout ce qui s’est wokisé était un programme truqué, un mouvement d’astroturfing forcé à exister par les entreprises et les globalistes utilisant l’ESG comme véhicule.

C’est avec une certaine déception, j’en suis sûr, que Lynn Forester de Rothschild a récemment admis la défaite de l’ESG lors du sommet du B20 en Inde. Cependant, Mme Rothschild suggère également que l’objectif sera de remplacer le terme ESG par quelque chose d’autre dont le public n’a pas connaissance. En d’autres termes, les globalistes ont été contraints d’abandonner l’ESG mais continueront à chercher d’autres méthodes pour piéger les entreprises dans la ruche de l’extrême gauche.

 

 

Les globalistes ont l’habitude de rebaptiser leurs projets chaque fois qu’ils sont démasqués, afin de détourner l’attention du public. Toutefois, je ne pense pas que cette tactique puisse encore fonctionner. Les chercheurs sont bloqués sur la dynamique de l’ESG et changer de nom n’aidera pas l’establishment à éviter un examen minutieux.

Il est intéressant de noter que j’ai remarqué un changement radical de la part des globalistes, qui ont adopté une position défensive plutôt qu’offensive comme ils le faisaient il y a quelques années. Je ne peux qu’en conclure que quelque chose a très mal tourné pour eux lors de la Conférence de Copenhague. Ils étaient effrontés avec leur rhétorique en 2020, admettant essentiellement leurs intentions d’imposer un système autoritaire global. Aujourd’hui, ils sont timorés et font beaucoup plus attention à ce qu’ils disent.

C’est pourquoi la plupart des discussions honnêtes sur le globalisme ne se trouvent plus dans les déclarations du WEF ou dans les salles des forums de Davos. Des gens comme Klaus Schwab passent à l’arrière-plan. Le véritable agenda est désormais discuté lors d’événements plus obscurs sur le changement climatique, tels que le G20 en Inde ou le Sommet pour un nouveau pacte global de financement à Paris, que j’ai couvert en juillet. C’est lors de ces événements que les globalistes se sentent plus libres de parler de ce qu’ils veulent VRAIMENT.

Lors du G20, Mme Rothschild a fait un commentaire intéressant en affirmant que la « loi sur la réduction de l’inflation » de M. Biden était l’un des meilleurs modèles de mesures incitatives pour lutter contre le changement climatique. Cela confirme ce que nous soupçonnions déjà : La loi sur la réduction de l’inflation n’avait rien à voir avec l’inflation. Il s’agissait plutôt d’un moyen de détourner l’argent des contribuables vers des subventions gouvernementales en faveur de la taxation du carbone et des technologies vertes. En d’autres termes, Rothschild et le CIC veulent dicter le commerce global et forcer les entreprises à adopter des politiques de type ESG en utilisant les milliers de milliards de dollars des fonds climats (7 500 milliards de dollars par an, pour être exact).

 

 

Il faut voir les choses sous cet angle : toute entreprise « volontaire » pour utiliser des technologies vertes moins efficaces et promouvoir l’idéologie climatique a accès aux subventions gouvernementales – elle est récompensée. Les entreprises qui refusent d’adhérer à ce plan devront finalement faire face à de lourdes taxes lorsqu’elles essaieront de rivaliser avec leurs homologues subventionnés – elles seront contraintes de cesser leurs activités. Il s’agit essentiellement des premières étapes d’un régime économique communiste/collectiviste global.

Et c’est là que nous arrivons au cœur du problème. Il n’y a pas de « capitalisme inclusif ». Il n’y a pas de « capitalisme des parties prenantes ». Il n’y a pas d’« ESG ». Le changement climatique en tant que menace existentielle est une farce, tout comme la covid n’a jamais été une menace légitime pour la grande majorité des gens. Toutes ces questions sont de la poudre aux yeux, un moyen de détourner l’attention de la population de l’objectif principal : créer une centralisation financière totale entre les mains de quelques élites. Il ne s’agit pas de l’environnement. Il ne s’agit pas de la santé publique. Tout tourne autour de l’économie. Le but ultime est de convaincre le public d’accepter la microgestion économique.

Une fois l’économie enfermée dans une prison idéologique où les entreprises sont forcées de donner des signaux de vertu, une fois que l’accès au commerce privé peut être refusé par une poignée de bureaucrates travaillant avec les entreprises, l’establishment a alors les moyens de dicter toutes les autres facettes de la société. Nos comportements, nos croyances, nos principes, notre morale, tout est à prendre. Car si l’oligarchie a le pouvoir de déterminer si vous et votre famille mangez ou mourrez de faim, elle a alors le pouvoir de vous faire faire tout ce qu’elle veut.

Brandon Smith

Le capitalisme inclusif, sur E&R

 
 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3253342
    Le 29 septembre à 15:12 par Testuso
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    L’ESG, le capitalisme inclusif n’est rien d’autre que du communisme sous un nouveau nom. L’idée est de dteruire toute forme de competition. La performance, le talent ne comptent plus. On nomme les gens aux postes au nom de l’ideologie mondialiste.
    Peu importe que ces grosses boites perdent des millions de $. Tous cela est remboursé avec l’inflation et l’argent gratuit imprimé par les banques centrales et preté à ses boites qui les dilapident exactement comme en union sovietique.
    Le communisme n’est pas more en 1990, il est passé à l’ouest. Comme dit Klaus Schwab, vous ne possederez rien et vous serez heureux, sinon vous serez envoyé en camps de reeducation pour apprendre à apprecier les regime.

     

    Répondre à ce message

    • #3254425
      Le 2 octobre à 10:09 par anonyme
      Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

      Le communisme est la propriété publique. Rien à voir avec le capitalisme, roi de la propriété privée. Tu as dû rater les cours sur le marxisme au lycée !

       
  • #3253387
    Le 29 septembre à 16:59 par Druide
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    Sous Obama, cette même femme était porte-parole du mouvement pour créer un troisième parti centriste aux États-Unis, pour détrôner Obama parce que selon eux celui-ci menait le pays vers une véritable catastrophe communiste. Ce mouvement pour un troisième parti était rempli de sionistes haineux envers Obama et surtout de républicains (aucune surprise). Il était relayé par le mouvement des Birthers et du fameux Tea Party, lequel est revenu en force complètement métamorphosé dans la campagne présidentielle de Trump-2016 (un Birther de la première heure, faut-il le rappeler). Cela montre l’influence Rothschild sur le parti républicain, tout simplement. Cette ligne de propagande anti-communiste et anti-inclusive est typiquement une division politicienne stupide ("wedge issue"), c’est la signature des républicains, Brandon devrait le savoir.

     

    Répondre à ce message

  • #3253507
    Le 29 septembre à 22:34 par L’abbesse du Thaud de Profy
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    Le concept de capitalisme inclusif n’est pas un concept inventé par Besancenot, c’est un concept inventé, ou en tout cas récupéré, par les capitalistes et les grandes multinationales.
    Donc le capitalisme inclusif n’a rien à voir avec une tentative du grand capital de créer une société communiste. Le capital est con mais pas à ce point.
    En revanche le grand capital a pleinement conscience de ceci :
    a) le taux de profit baisse en tendance
    b) le capitalisme accentue les inégalités et il faudrait donc pacifier le système pour éviter la révolte des nations ©.
    c) la sortie de nouvelles versions de téléphone tous les 6 mois ne rend pas les gens heureux sur le long terme
    Mais pacifier ne veut pas dire augmenter les salaires et donner le pouvoir aux gueux …Pacifier veut dire donner gratis (la publicité étant assurée par des médias achetés et complaisants) une salade qui va rendre les pauvres heureux. C’est pourquoi le grand capital va désormais (soi-disant) sauver le planète et faire des bisous aux minorités. Mais le capital ne fait rien gratuitement, c’est l’état, donc les gueux qui vont payer cette salade.
    C’est pourquoi comme dit Brandon : « toute entreprise volontaire pour utiliser des technologies vertes moins efficaces et promouvoir l’idéologie climatique a accès aux subventions gouvernementales – elle est récompensée. »
    C’est pourquoi aussi Walt Disney peut réécrire une version de « blanche fesse et les 7 mains » où les 7 personnes de petite taille font 1m70 . Que ce film ait du succès ou pas , WD s’en fout ce qui compte c’est d’avoir un bon score ESG et les subventions gouvernementales qui vont avec.
    Idem pour les subventions étatiques aux constructeurs de véhicules électriques.
    En conclusion, les globalistes, les capitalistes et les gouvernements libéraux font partie du même gang : Certains sont les cerveaux, d’autres prennent le grisbi tandis que d’autres restent au volant mais cela ne change en rien le fait que le capital ne sait plus quoi inventer pour se refaire et survivre, toutes les autres méthodes (délocalisations, appel aux migrants, etc.) montrant leurs limites.

     

    Répondre à ce message

  • #3253534
    Le 30 septembre à 04:04 par neribu
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    j’ai vu un article sur B.Gates qui affirme :

    « Il y a beaucoup d’exagération sur le climat », a déclaré, lors d’un événement récent, le multimilliardaire philanthrope qui a cofondé Microsoft. « Le climat ne va pas mettre fin à la planète. La planète va donc se porter bien. »
    « Il est clair que nous ne nous dirigeons pas vers des scénarios extrêmes. Les émissions atteindront un pic, puis commenceront à diminuer », a-t-il précisé.

    Après le retournement de veste surprenant d’Attali voilà celui de Gates.
    Que se passe t-il ? les boulets commencent à siffler à leurs oreilles ???
    Ceci dit, ce ne sont que des mots pour calmer le bétail mais tout de même c’est étonnant non ?

     

    Répondre à ce message

  • #3253600
    Le 30 septembre à 07:42 par CdeB
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    « La planète est donc au centre du système économique global et sa santé doit être optimisée dans les décisions prises par toutes les autres parties prenantes »
    Pour moi c’est la démonstration éclatante de l’imposture de la franc-maçonnerie. On solde l’humanisme pour le remplacer par la religion de la planète, pire on annonce l’asservissement complet de l’homme à ce fantasme et par l’inconsistance conceptuelle et systémique ils montrent qu’ils ne sont en réalité que des opportunistes usant d’alibis langagiers pour masquer leur recherche de dominance.

     

    Répondre à ce message

  • #3253712
    Le 30 septembre à 11:59 par marksus
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    Le capitalisme est fondé sur la loi du plus fort ("the survival of the fittest" darwinien) ; il est donc "exclusivement exclusif par essence". On se moque de qui ? Demandez aux artisans s’ils sont encore patrons ou simple sous-traitants ?! Depuis que le capitalisme est financier, il est plus plus que jamais exclusif. Il serait encore inclusif si les entreprises étaient plus familiales qu’anonymes !!! Le seul mode de production inclusif est le communisme. Ne jamais oublier cette racine "commun" ... Bizarrement et ironiquement, dans "capitalisme" la racine est "capita" (tête, personne), même si ce terme désigne le cheptel à l’origine ? La langue est toujours là pour nous rappeler la Vérité !!!

     

    Répondre à ce message

  • #3253717
    Le 30 septembre à 12:13 par kururuku
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    “ Mais en 2016, c’est devenu autre chose : l’ESG a largement adopté des politiques woke, notamment la théorie de la race critique, le féminisme, l’idéologie transgenre, divers éléments du marxisme, etc.”

    il me semble que 2016/2017 était vraiment un moment charnière à partir duquel la mise en place de l’agenda mondialiste s’est accélérée de manière significative. ça correspond aussi à l’élection surprise de Trump et au Brexit, tous deux étant des facteurs déclencheurs. à noter aussi que la censure Internet s’est intensifiée au même moment, surtout à partir de 2017

     

    Répondre à ce message

  • #3253924
    Le 30 septembre à 23:38 par fuck off
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    tout part en sucette ! Wikileaks vient de mettre tous ses fichiers en ligne. Tout depuis les courriels d’Hillary Clinton, la culpabilité de McCain, la fusillade à Vegas commise par un tireur d’élite du FBI, la lettre de Steve Jobs sur le VIH, PedoPodesta, l’Afghanistan, la Syrie, l’Iran, Bilderberg, les agents de la CIA arrêtés pour viol, la pandémie de l’OMS. Bonne fouille !

     

    Répondre à ce message

  • #3253950
    Le 1er octobre à 04:59 par Un jeun’s
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    Bientôt les Rothschilds au feu rouge, auparavant ils préféraient les hautes coulisses, le pouvoir leur échappe …

     

    Répondre à ce message

  • #3256108
    Le 5 octobre à 03:44 par Réconcilié
    Rothschild admet l’échec du capitalisme inclusif

    C’est long, c’est chiant. Pour resumer, voila pourquoi, par exemple, bmw a affiché un drapeau lgbt sur son logo, et meme fait une voiture a leurs couleurs, etc... comme beaucoup d’autres. Et bien sur, de base, le clampin lambda n’en a soit rien a foutre, soit il va esquiver. Donc, de base, c’est surtout de la mauvaise pub, mais financée.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents