Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

S’enrichir aux dépens des autres, est-ce perdre son humanité ?

Août 2015, en vacances, la chaîne culturelle Arte se penche sur la France d’en bas pour l’étudier. Au menu, un documentaire sur les nouveaux millionnaires élus par le sort, Au secours, j’ai gagné au Loto. On y découvre le parcours des gros gagnants pris en charge par une cellule spécialisée de la Français des Jeux. Ces Français moyens sont choyés parce qu’ils sont la publicité vivante de cette société très lucrative qu’est la FDJ mais aussi, par extension, de toute la société capitaliste. Sauf que la plupart ne veut pas se montrer : le choc social est trop violent avec leur entourage. Ils découvrent que la richesse crée de la souffrance.

 

L’employée de la FDJ (à 12’07) :

« Donc tout à l’heure monsieur Lévy-Soussan a abordé ce thème du secret vous voyez à travers la notion de crise, en évoquant l’idée que vous seriez dans une phase de transition après le gain et obligés d’être confrontés à une question de rupture dans des modes de fonctionnement habituels, des perceptions de vous et des autres avec la nécessité de vous repositionner dans une nouvelle continuité. Et qu’une des difficultés que ressentent les gagnants c’est de se sentir réduits au gain, ça peut engendrer une souffrance identitaire de n’être qu’un gagnant. »

 

Sans le vouloir, ou avec un certain cynisme, le documentaire présente plusieurs couples invités à Paris au siège de la FDJ pour y apprendre à être riches. Placer leur argent, ne pas perdre la tête, gérer les relations avec l’entourage, résister au choc de la richesse subite après une vie généralement modeste.

 

JPEG - 99.1 ko
Les gros gagnants arrivent au siège de la FDJ

 

Car les gagnants qui nous sont présentés sont morphosociologiquement identiques : des joueurs de la France profonde, àutour de l’âge de la retraite, en couple, des petits possédants ou bourgeois sans trop de culture (les gens cultivés ne jouent pas), bref, des petits gros de province, et on écrit ça sans ironie. On est loin des branchés LGBT du Marais ou de la nouvelle économie. C’est la France qui joue sa grille chaque semaine, depuis des lustres, et sur qui tombe un jour la manne céleste.

Un gros gagnant :

« Après j’ai invité tous mes neveux et toutes mes petites nièces à Eurodisney… à peu près une centaine de personnes à Eurodisney, et on est restés 8 jours là-bas ! »

Ces heureux élus sont donc pris en charge par une chaîne pluridisciplinaire qui inclut le financier, le psychologique (la séance de coaching pour gérer la convoitise et la souffrance des proches) et le culturel (la visite de Palais Garnier). Il s’agit de les élever au niveau où ils vont désormais évoluer.

 

JPEG - 99.1 ko
Cours d’initiation à la grande cuisine

 

La scène avec le chef Guy Martin qui leur prépare un menu étoilé est savoureuse, surtout lorsqiu’il évoque sa passion pour l’art contemporain :

« Les grandes expos, y en a eu des super belles, y a eu Anish Kapoor »

Anish Kapoor, c’est l’escroc qui a posé le vagin de la Reine à Versailles avec la complicité des autorités culturelles françaises... Comme quoi on peut être un grand cuisinier et un piêtre amateur d’art. Confiants, les couples invités suivent la formation à la richesse, alors qu’ils portent en eux la fracture entre une vie modeste et la possibilité d’une consommation illimitée. Une fracture sociale que beaucoup ne supportent pas. Les journaux relayent ces histoires de gros gagnants qui se sont ruinés en achats mi-débiles mi-inutiles et qui sont revenus à leur situation d’avant, un peu à l’image du roman de Zweig, Ivresse de la métamorphose.

 

JPEG - 118.5 ko
"C’est que du bonheur... "

 

En élargissant un peu le tableau, on se rend compte que ces gagnants sont à leur corps défendant les supports publicitaires d’une machinerie diabolique qui entretient l’espoir de millions de pauvres ou semi-pauvres. Un tel documentaire diffusé par une chaîne culturelle n’est pas anodin. Entre le promotionnel et le sadique, il exalte un Système qui ne fonctionne que sur la frustration et la convoitise et laisse à penser que le bonheur dépend uniquement de l’argent.

Ce détournement et cette captation du rêve vers un mirage matérialiste soumet un peu plus la population au dogme libéral et à la compétition. Et avec la paupérisation qui se profile, ce virus ne risque pas de s’éteindre. Il serait temps d’enseigner qu’une vie peut être riche culturellement, relationnellement, et que l’élévation personnelle ne coûte pas un centime. Devenir moins con devrait être le programme de tout être humain dès le berceau !

Quant au partage des richesses et à la pauvreté généralisée sur la base des besoins essentiels pour tous, il faudra encore attendre : chaque humain n’a pas encore pris conscience et de sa propre humanité et de toute l’humanité.

L’entraide, l’humour et l’amour contre l’accumulation capitaliste,
lire sur Kontre Kulture

 

La Française des Jeux, sur E&R :

 






Alerter

79 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1762434

    Il y a une erreur dans cet article, pour avoir lu l’enquête que des Pinçon-Charlot publié sous forme de livre ils montrent bien que les gagnants du loto ne font en réalité pas de folie avec leurs gains et se montre en général très prudent avec leur argent, ne changeant finalement pas tant de chose que ça à leur quotidien.

    Ils ont suivi plusieurs gagnant du loto et par exemple ils y avaient une famille de docker de marseille qui ont juste acheter une maison plus grosses quelques rues plus loin.

    La seule famille qui a fait n’importe quoi dans toute celles qu’’ils ont suivi c’est une famille de maghrébin issu de cité, ils avait révélé leur noms et la jalousie dans le quartier les as obligé a déménager.

    Le père, épicier tunisien prévoyant investissait intelligemment mais les fils clauqait leurs parts ’nimporte comment en vivant a Monaco.

     

    Répondre à ce message

  • #1762443
    Le 8 juillet à 10:56 par zafjvdfnkfe
    Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

    « que des gros quinquagénaire blanc ? » “y aurait t il une selection ???”

     

    Répondre à ce message

  • #1762462
    Le 8 juillet à 11:37 par STEF de MARS
    Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

    Le loto a une fonction sociale primordiale :
    il donne aux pauvres bougres l’espoir de sortir de leur condition merdique, et limite ainsi les actes désespérés, comme le suicide, le braquage, la révolte...

     

    Répondre à ce message

  • #1762513

    Mouais...
    Riche ou pauvre, les deux ont des avantages et des inconvénients .

    De toute manière, si le mental est pourri, rempli de merdes, le bonheur sera impossible autant pour un riche que pour un pauvre.

     

    Répondre à ce message

  • #1762580
    Le 8 juillet à 15:50 par anonyme
    Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

    Il est évident que le fait de devenir riche grâce au loto peut entraîner un sentiment de vide puisque la nouvelle situation patrimoniale du gagnant est dû à sa chance et non pas à son mérite.
    En revanche, je ne suis pas du tout d’accord avec les propos quelque peu idéalistes selon lesquels l’argent n’aurait pas d’importance. Celui-ci apporte nécessairement un meilleur confort matériel (et je conçois mal une société où les biens ne s’échangeraient pas contre de l’argent) et même relationnel : personne ne démentira qu’une personne riche aura beaucoup plus de succès avec le sexe opposé que quelqu’un de pauvre. Et c’est notamment dans ce cas là que l’argent peut venir compenser l’inévitable injustice qu’il existe entre les gens beaux, ceux qui le sont moyennement et ceux qui ne le sont pas. Soral a par ailleurs traité ce sujet dans l’émission nic pic bac de philo lorsqu’il aborde la question du désir.
    Je trouve que la dissidence est beaucoup plus percutante lorsqu’elle aborde la problématique de l’égalité des chances et l’illusion de la méritocratie au sein de notre société libérale, qui est en réalité, un véritable système de caste et de cooptation.
    L’argent devrait se mériter et non pas résulter d’un privilège de naissance. Mais dire que l’argent n’a pas d’importance est à mon sens assez illusoire.

     

    Répondre à ce message

    • #1762681
      Le 8 juillet à 18:37 par Bernard Lapotre
      Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

      Les moyens qui conduisent au mérite de gagner de l’argent ne sont-ils pas eux-mêmes des privilèges de naissance (talent, éducation, capacités diverses en regard des besoins économiques), ou des circonstances favorables (rencontres, coïncidences...) ?
      Et s’ils sont dus au hasard, alors pourquoi préférer ce hasard-ci à celui de gagner au loto ?
      (je n’attends pas de réponse, c’est juste pour faire réfléchir. S’il y a une illusion de la méritocratie, c’est peut-être parce que la méritocratie n’est qu’une illusion)

       
    • #1762764
      Le 8 juillet à 21:06 par anonyme
      Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

      Je suis tout à fait d’accord lorsque vous dites que les moyens qui conduisent au mérite de gagner de l’argent peuvent eux-mêmes être des privilèges de naissance. Et c’est justement pour pallier à ces inévitables inégalités de fait (talent (qui devrait pouvoir se développer), éducation, capacités diverses au regard des besoins économiques, prédispositions génétiques, etc...) que l’Etat devrait avoir pour rôle de pallier à ces inégalités (au lieu de les exacerber en encourageant les sélections universitaires précoces, le pistonnage, les cooptations, l’existence d’examens oraux dans les concours, les réseaux d’influence) pour que chacun puisse s’accomplir culturellement mais aussi (et c’est bien nécessaire), économiquement, financièrement et accéder à un certain confort de vie.
      A mon sens, il ne faut pas oublier qu’il existe inévitablement une inégalité de fait entre les homme et ce, que l’on vive au sein d’un monde avec ou sans argent (donc aussi bien au sein d’un système libéral que d’un système communiste). Si l’argent disparaît, les inégalités demeureront. Et une société saine devrait offrir à tous les moyens de s’accomplir dans tous les domaines par la force de la volonté et du travail et ce, sans se heurter à un plafond de verre.

       
  • #1762607

    Un beau projet si on gagne à l’euromillion, payer toutes les amendes inhérentes à la liberté d’expression ( soral dieudo etc...) et sponsoriser tous ceux qu’on ne peut pas entendre. Juste retourner les armes du systeme contre lui.

     

    Répondre à ce message

  • #1762922

    ** (les gens cultivés ne jouent pas)**

    faux... encore une journaliste qui doit faire son reportage avec un minimum de recherches et surtout avec beaucoup de mépris...

    toutes les classes jouent... la culture ou la classe sociale n’ont rien à voir, sauf si vous êtes un parasite du haut, là pas besoin de jouer au loto il suffit de taper dans la caisse, c’est tous les jours fête (voir "les affaires" depuis plusieurs mois et encore, ce n’est que la surface).

    je pense plutôt que les gagnants les plus nombreux sont des gens de la classe laborieuse (sic) tout simplement parce qu’ils sont les plus nombreux à jouer et aussi la majorité des français... pas besoin d’aller chercher midi à quatorze heures pour donner une explication.

     

    Répondre à ce message

  • #1763201
    Le 9 juillet à 16:43 par Melissa
    Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

    Bonjour ;). Que celui qui n’a jamais tenté de jouer, dans l’espérance d’une d’amélioration de son ordinaire, jette la première pierre ;).
    Cette richesse nouvellement acquise par un jeu de Hasard ne fera malheureusement pas tout... Vous améliorerez pleinement votre Quotidien, ferez quelques investissements immobiliers et/ou financiers et cela s’arrêtera là... Alors sans aller jusqu’à l’exemple classique des "Tuche" ;), cet argent n’ apportera ni le Respect, ni l’Admiration d’autrui voire de vos proches et encore moins les Entrées dans le "Grand Monde" de l’Hyperclasse car vous n’ en aurez ni les Codes, ni Le Savoir-vivre, ni Le Savoir-être... Vous souffrirez du Mépris de Classe et resterez aux yeux de Certains un "Pauvre" ( et ce dans tous les sens du termes...) enrichi par la Chance, c’est tout... C’est la raison pour laquelle bâtir son existence sur d’autres repères et valeurs que celle du Matériel est primordiale...

     

    Répondre à ce message

  • #1763334
    Le 9 juillet à 19:08 par redsniper06
    Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

    Le nouveau riche con restera toujours un pauvre con !!!...

     

    Répondre à ce message

  • #1764123
    Le 10 juillet à 23:04 par Wilfried
    Les gros gagnants du Loto, symboles de la violence sociale

    Ce n’est ni "libéral" ni "matérialiste", c’est tout simplement humain.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents