Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les lacunes des bacheliers 2020 inquiètent les professeurs d’université

Le taux de réussite des bacheliers, 91,5 % avant rattrapages, affole les écoles et universités qui devront accueillir ces jeunes. Les étudiants auront-ils le niveau suffisant pour réussir leurs études ? « Il y en a qui, si le contexte actuel que nous connaissons n’avait pas eu lieu, n’auraient pas eu le bac. Et une partie de ceux qui vont arriver en licence n’auront pas le niveau », reconnaît volontiers Guillaume Gellé, président de l’université de Reims.

 

 

En 2018, les étudiants étaient plus de la moitié (56 %) à échouer en première année de licence. Ils n’ont été que 30 % à réussir leur licence en trois ans, selon les services statistiques du ministère de l’Enseignement supérieur. Et si ce chiffre est un peu plus élevé pour les bacs généraux (36,8 %), il reste très faible pour les bacheliers technologiques (7,7 %), et pires en bac pro (2,4%). « Ce chiffre a peut-être évolué depuis, mais on reste sur une proportion massive d’échecs », affirme Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur (Snalc).

« Ce qui est inquiétant, c’est que la crise leur a certainement fait perdre un rythme scolaire »

La situation pourrait s’agraver en 2020-2021. Aux étudiants qui ont obtenu un « oui, si » de Parcoursup, ce qui les oblige en temps normal à suivre une remise à niveau, il faudra « proposer des solutions en plus pour les accompagner », explique Guillaume Gellé. Tutorat, personnalisation de parcours...

[...]

Pour Jean-Pierre Grill, enseignant chercheur à l‘Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), toute la difficulté réside dans la capacité des futurs étudiants de première année à maintenir « une bonne méthodologie de travail ».

« Avant la crise déjà, on se retrouvait avec des étudiants qu’il fallait un peu fliquer, comme au lycée. Ils rentraient de deux mois de vacances, certains avaient l’impression que décrocher le bac, c’était le Graal et qu’ils pouvaient désormais se lâcher », remarque-t-il.

[...]

Une crainte que partage Mathieu Avanzi, maître de conférences en linguistique française à Sorbonne Université.

« Nous redoutons que certains étudiants aient complètement décroché, après avoir perdu l’habitude de suivre un calendrier », reconnaît-il. « Des choses bêtes qui ont toute leur importance comme se lever le matin à 8 heures pour aller en cours. Déjà, en temps normal, il y a énormément d’absentéisme en première année de licence. Alors, après deux mois de confinement et l’été... »

C’est d’autant plus vrai qu’il y a « certaines licences qui servent de délestage des bacheliers qu’on n’a pas su mettre ailleurs », affirme Jean-Rémi Girard.

[...]

Chaque année, assure Jean-Rémi Girard, les étudiants souffrent en première année de licence 1. « De ce point de vue là, 2020 ne présente pas une différence de nature. On constate un échec assez massif dans l’enseignement supérieur en temps normal », rapporte-t-il avant de préciser que derrière ces échecs, il y a des réorientations, des départs pour motif non scolaire.

« C’est vrai qu’on observe chez les étudiants en première année une baisse de niveau notamment en expression écrite, et un déficit dans les savoirs fondamentaux », renchérit Éric Laurent, maître de conférences en psychologie cognitive à l’Université de Franche-Comté.

Lire l’article entier sur etudiant.lefigaro.fr

 

Un autre demain

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

67 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le bac actuel vaut un niveau troisième des années 70 -et encore...
    Le système a d’ailleurs intérêt à dégrader le bac car ainsi les bac+2 et bac +3 ne peuvent prétendre à ds salaires dignes de ce nom...

     

  • Ce taux de république bananière a aussi un avantage, celui de réduire le nombre de chômeurs. D’un nombre de bacheliers, à la fin de la première année d’étude supérieur il y aura au minimum 50% de déchet, la deuxième année encore 50% des restants, pendant ce temps là les "élèves" ne sont pas comptabilisés comme chômeurs. Le deuxième effet est que le niveau dans les facs baissent comme il a baissé pour obtenir le bac. Egalité des chances par la baisse des niveaux, pas par une sélection constructive. Les "élites" continueront d’avoir des profs particuliers et des écoles efficaces pour leur progéniture. En France ou ailleurs, d’où la recherche de cette mondialisation. Ces bacheliers seront "rattrapés" par un salaire minimum. Consommateur de Gafa, de Mac Do, de Play-station, d’Artur. Les plus doués liront Libération ou le Monde.

    Le dernier fils de Sarkozy a fait ses études aux Etats-Unis parce que sans doute c’était une perte d’efficacité de les faire en France... ?


  • Comme toujours les bons élèves et mêmes les moyens mais persévérants s’en sortiront de toute façon.
    Les autres, les branleurs, absentéistes échoueront logiquement.
    Il faut arrêter le cinéma, confinement ou pas, un élève moyen assidu en cours obtient sa licence dans l’université française.

    "C’est d’autant plus vrai qu’il y a « certaines licences qui servent de délestage des bacheliers qu’on n’a pas su mettre ailleurs », affirme Jean-Rémi Girard."

    Et bien, ces futurs chômeurs viendront remplir un peu plus les amphithéâtres de sociologie et autres "sciences humaines".


  • Pas besoin d’études superieures pour bosser pour Uber ou Deliveroo ! Et avec l’automatisation, il n’y même plus besoin d’un BTS pour être technicien supérieur.


  • L’Education Nationale, l’usine à fabriquer du gogol en série ! Le nombre de gens qui ne savent plus parler correctement le français est sidérant de nos jours. Rien qu’aujourd’hui en visionnant une conférence j’ai eu la surprise de constater que le scientifique d’une trentaine d’années qui la présentait ne connaissait pas le participe passé du verbe acquérir ("acquéris" au lieu de acquis) Cela n’empêchait pas le gars d’être performant dans son domaine mais c’est quand même surprenant !
    Sur une autre vidéo une nénette a inventé un nouveau participe passé du verbe promouvoir ; "promouvu" au lieu de promu...Dans ces deux cas leur maîtrise imparfaite de la langue n’est pas grave au point d’altérer leurs capacités de raisonnement, mais c’est inquiétant dans le sens que même des gens d’un haut niveau d’instruction et de formation intellectuelle ont des lacunes dans leur langue maternelle, alors imaginons un peu ce qu’il en est pour ceux qui sont moins doués !

     

  • l’objectif de la dévalorisation du bac est en réalité bien plus pervers.
    on vous le donne puis on vous permet de poursuivre à l’université.
    mais vous n’avez le niveau requis et échouez.
    votre situation économique et sociale est alors de votre fait unique ! vous ne parvenez à trouver du travail ? ce n’est pas parce qu’il n’y en a mais parce que vous avez échoué dans vos études !
    ça permet de maintenir les illusions. reste à savoir pour combien de temps encore.


  • L’Eduque à cons national ne veut pas former des têtes bien faites et bien pleines, mais des zombies mondialistes, antiracistes, LGBtistes et climato-réchauffistes ! Pour celà, faut être le plus con et ignare possible ! Sortez vos enfants de là, il y a urgence !


  • 98,5 % de réussite au Bac série générale : " Nous avons les meilleurs élèves du monde et le meilleur corps enseignant du monde, les parents peuvent être fiers de leurs enfants " (Blanquer-Macron, deux m... de démagos) .

     

  • Il serait intéressant de comparer le % des "lauréats" au Lycée Paul Eluard de Saint Denis et celui des Lycées Louis le Grand et Henri IV...

     

    • Il est tout à fait possible que Paul Eluard ait de meilleurs résultats qu’ Henri IV, un 18 à Paul Eluard voit valoir un 6 à Henri IV . Les sionistes sabotent pertinemment l’Education Nationale, " il ne faudrait tout de même pas que ces sales Français aient de meilleurs résultats que les Israéliens ". En sabotant l’EN c’est l’avenir de la France qu’ils sont en train de saboter .


    • Si le Bac était encore sélectif on verrait que la plupart des Blacks ne l’auraient pas et que les Maghrébins seraient juste devant eux . Alors on hurlerait à la discrimination !


  • Un retard impossible à rattraper ! Tout simplement !!
    Le fait de voir cette Education nationale complétement larguée une fois de plus sur tout le territoire national français prouve que sa politique précédente est juste inepte et faite d’esbroufe inepte aussi ! Mais sur le plan international .. la force académique française va souffrir encore une fois et ne peut compter que sur quelques braves et bravesses qui sont continuellement en première ligne avec aucun soutien derrière .. sauf Blanquer .. c’est vous dire le trou ! Dans le QI aussi !
    Demain ?
    Encore les mêmes pour les mêmes incompétences ?


  • Dieu merci les migrants et et les jeunes mineurs isolés vont remonter le niveau .


  • En France pourquoi ne recherche-t-on pas les cadavres des assassinés de la belle "Libération" ? Sur les 105 000 recensés par Adrien Texier, ministre de l’Intérieur de septembre à décembre 1944, des dizaines de milliers sont morts sans sépulture . Il est vrai que la gendarmerie interdirait les recherches .

     

    • 105000 recensés par Texier , mais 400 000 en réalité exécutés par les FTP sur la France entière ( source J. Paulhan) fondateur des Lettres françaises, il lance en 1952 une accusation sans appel contre la justice d’épuration : selon lui, il n’est pas un seul des jugements qui puisse honnêtement être considéré comme juste. Les vrais coupables n’ont jamais été jugés alors que les victimes sont innombrables
      il cite le chiffre de : 400.000 exécutions sommaires … Le point central est la critique des jurés (communistes pour la plupart et portés volontaires à la demande du parti) : « J’en ai vu des jurés Ils étaient beaux à voir. Ils se déplaçaient comme des colonnes. Souvent les plus honnêtes gens du monde et les plus droits ?.Mais quoi, ils savaient qu’ils étaient là pour condamner. Le Parti le leur avait dit. La République semblait le leur répéter. Ils condamnaient. A tour de bras, ils étaient inflexibles. Etaient-ils justes ? » de nos jours connaissez vous ou avez vous connu parmi les gens de votre ville ou village des anciens miliciens qui auraient survécu à cette période ?...


  • Aujourd’hui les enfants nous allons apprendre à nous tirer une balle dans le pied. Cet exercice a plusieurs variantes et pourra vous servir toute la vie.


  • Expression écrite et orale, mais aussi rédaction, synthèse, syntaxe médiocre, grammaire, conjugaison et je ne parle pas de démonstration. Le niveau ne plus baisser il est déjà au caniveau. En tout cas bravo les profs et le ministère de l’éducation pour les progrès de l’enseignement, aujourd’hui les élèves sont ignares et abrutis, l’objectif est atteint paraît-il.


  • Ayant passé le bac il y a plus de 10 ans maintenant je vous assure que le niveau était déjà pathétique. J’avais eu 20/20 en Physique-Chimie et je n’en ai tiré aucune fierté tellement les questions étaient à la limite du risible. La première question était, je m’en souviens encore, "établissez la relation entre u (tension) r (resistance) et i (intensité)". La plupart des questions suivantes étaient du même acabit. J’ai alors compris pourquoi les CPGE ne regardaient pas les résultats du bac...

     

    • Le truc de base en électricité mdr !
      Question du bac ? C’est une blague O__O
      Ayant passé le bac en 1998, 17 en physiques, 16 en maths, 15 en élec/méca et surtout 17 coeff 9 sur le projet tuteuré... je me disais déjà que le niveau s’était effondré mais pas à ce point. Waouw !


  • et si l’on osait dire la vérité : l’étudiant est un élément indispensable au modèle économique des grandes villes universitaires .
    Regardez ce que génère la présence de plusieurs dizaines de milliers d’étudiants dans une métropole : comment cela dynamise l’immobilier, la restauration, l ’économie des loisirs ( cinéma, discothèque, bars, ....) et comment cela pourvoie aux besoins en main d’œuvre occasionnelle ( garde d’enfant, restauration et tant d’autres petit boulots ).
    Il y a 50 ans, cette même classe d’age ( les 18- 25 ans) était pour ses 2/3, déja dans la vie active générant de la richesse dans les campagnes et les petites villes. Aujourd’hui, c’est l’inverse : il y a des familles avec 2 ou 3 enfants tous étudiants et c’est le salaire entier d’un des 2 parents qui y est consacré et qui va alimenter la vie économique des grandes métropoles, au detriment de l’économie locale des petites villes et campagnes
    Mais bien pire, on voit parfois des parents se sacrifier pendant 5 à 10 ans, pour payer des études inutiles ou inadaptées à leurs enfants.....tout simplement parce qu’ils ont gobé religieusement le discours des conseillers d’orientation chargés de faire fonctionner ce système .
    A cause du confinement , l’économie des grandes métropoles a souffert ; qu’à cela ne tienne, on va y envoyer 10% de bacheliers en plus, pour rattraper le manque à gagner .

     

  • Et après ?
    De toute façon l’université en France est le temple de la médiocrité où on apprend rien d’autres que les fadaises historiques établi par les "lumières".

    C’est le lieu de l’inculture ou de la culture sélective.
    Economie, droit, histoire, sociologie.
    La doxa y est irrespirable, et au lieu de permettre aux etudiants de penser par eux même, ce qui est le but de la Fac, on y ressort plus aliéné que jamais.


  • Rassurez-vous : dans 20 ans, les prof d’université SERONT ces bacheliers et plus personne ne s’inquiétera.

     

  • L’eternel retour au concret c’est dans les classes prépa scientifique (Taupe pour les anciens qui sont passé par là...), là le mec (ou la nana mais elles sont rares et ce n ’est pas du machisme mais du vécu) si il est pas au niveau c’est le siège éjectable immédiatement, déjà que si tu es au niveau, mais pas un surdoué tu deviens "taupar" (tu redoubles une fois ensuite tu dégages direct la fac ou Pole Emploi qui est pratiquement la même chose...).
    Donc donner le bac à des cancres c’est comme donner de l’eau à un alcoolique...

     

  • #2502193
    le 12/07/2020 par Bizarre, vous avez dit bizarre !
    Les lacunes des bacheliers 2020 inquiètent les professeurs d’université

    Comme c’est bizarre ! On a comme l’impression que plus y a de la " diversité " en France , plus y a de " lacunes " chez les bacheliers ! Y a 40 ou 50 ans , il y avait moins de lacunes et moins de ...diversité ! Alors face à ce problème , des solutions
    s’imposent ; ramener les épreuves du bac au niveau CM1-CM2 ! et supprimer les épreuves de Français ! , çà ..., çà en arrangerait pas mal !!! Et puis, franchement, des épreuves de Français en FRANCE ... c’est pas du racisme ? !!! L’éducation nationale va sans doute y réfléchir !! Pauvre France ! (où ce qu’il en reste ! )

     

  • La fabrique aux idiots.

     

  • Je vous laisse imaginer le tableau l’an prochain, après 9 mois de re-confinement - déconfinement partiel - re-confinement total - re-déconfinement très très partiel - ultime re-re-confinement hystérico-orwellien, pour finir sur l’Ausweiss immunologique voulu par la Commission Européenne...


  • Ce sont des choses contre desquelles on ne peut rien.


  • pfffff....c’est les profs qui ont pas le niveau a la fac...meme les masters sont bidon....le seul avantge c’est que pour nous c’est gratos quand un amerloque paye 150 000 dollars pour la meme chose

    tout ca c’est du bidon

    la fac c’est pour les cons (j’en suis un je sais) et c’est un eptit business mediocre pour faire baisser les chiffres des demandeurs d’emplois

     

    • Je plussoie.
      Les Bacs +5 sont légion dans la France post-Jack Lang. Rappellez-vous : 80 % de bacheliers qui puissent accéder à l’université, c’était son idée, ou plutôt l’application du programme, jamais dit aux Français, de tertiarisation de l’économie qui appelait la destruction de son industrie ("Les Allemands ont les bagnoles et les machines-outils ; les anglais ont la finance ; nous on aura les services" : le calcul des grosses têtes de l’ENA).
      Effectivement, ma mère n’aurait jamais pu débourser 150 000 dollars (plus d’un million de francs avant 2001 et l’euro) pour me payer la fac. Elle a payé mes droits d’inscription, et ma sécurité sociale (je crois que l’addition était autour de 2000 francs/an, ce qui n’est pas rien pour une infirmière).

      Les facs sont devenus des bétaillères, c’est vrai, mais chacun a accès à la bibliothèque universitaire, chacun a sa chance en or de se chatouiller positivement le cortex et de profiter pleinement de la parenthèse estudiantine pour engamer, emmagaziner, accumuler des connaissances.
      C’est un vrai accès à la connaissance multi-horizons, il suffit quand même de vouloir apprendre, d’être curieux et, hum, d’aimer les livres et les trésors qu’ils renferment potentiellement.

      J’ai un Master 2 Pro (sciences humaines) obtenu en 2006 et je pense honnêtement qu’il équivaut à la rigueur à un DEUG (bac +2) ou une license (bac +3) de 1976. Je n’en ai pas de fierté, aucune.

      Mais je l’aime par contre, car c’est le passeport qui m’a définitivement sorti d’une situation matériellement compliquée et d’un avenir bouché, et me permet depuis de faire le métier pour lequel j’étais définitivement fait.
      Je ne veux pas généraliser, je raconte juste mon petit cas. Cracher sur la fac, c’est normal, mais sans passion et sans envie d’apprendre, effectivement la fac c’est pour les cons.


    • Je rajoute : je faisais le livreur de pizza de 19h00 à 23h00 pour me payer l’appart’ en ville (ma mère payait l’inscription ; le reste : c’était de mon ressort et de mon envie).

      Pour finir : je ne me serais jamais autant accroché si je n’avais pas fait de l’intérim dans l’agro-alimentaire pendant mes étés et vu les jobs offerts aux gens très respectables mais qui n’avaient qu’un bac ou moins et étaient tenus par leurs crédits de bagnole, maisons, ou simple survie. Puissants motivateurs, les jobs d’été, quand on regarde le monde du travail tout cru.


  • Faites attention ER, bientôt les gens n’auront plus le niveau pour passer le test de l’addition nécéssaire pour publier un commentaire sur votre site.

     

  • Encore une fois on en revient au problème numéro un : le gaullisme et le dirigisme.

    Sans gaullisme, les universités sont gérées par les régions et elles instaurent la politique de sélection qu’elles veulent, recrutent les professeurs qu’elles veulent.
    Avec le gaullisme et le dirigisme, c’est un fonctionnaire miteux qui n’a jamais enseigné ou fait de recherche qui décide de tout.
    Qu’il y ait 10% d’admis au bac ou 100% ne changeraient rien aux universités dans le cas où l’éducation supérieure était libéralisée (c’est-à-dire gérée par les régions ou les universités elles-mêmes, sans l’Etat pour foutre son nez partout), vu qu’elles organiseraient des examens. Mais dans le dernier pays soviétique du monde, ça ne se passe pas comme ça. :question :

    Mais les français veulent toujours plus d’Etat et de fonctionnaires. :-s

    Surtout sur ce site. :-s

    Incompréhensible. :-s


  • Avec un bac en poche des années 90, du bon sens, du courage, et quelques livres Kontre Kulture ! Je suis plus competent que des centaines d’étudiants en que dalle en facultés de merde !


  • Le bac sert à rien l’école non plus tout le monde le sait c’est pas une nouveauté, ceux qui ont la chance d’avoir l’héritage financier des parents s’en sortent plus ou moins, les autres crèvent et de plus en plus méchamment.« pauvre planète les hommes n’ont rien compris »

     

    • Le problème c’est que ce sont les cas-soc qui font +de 2 gosses et on sait pertinemment que leurs progénitures seront des rejetons de la société effet boule de gommes alors pourquoi les laisser se reproduire ? J’ai jamais de réponse à ma question sur ce site sauf quand ce sont des cathos tradi qui me disent "calme toi t’as les mêmes idées que le moustachu", "un etre vivant est un être vivant une conscience une âme blablablabla bla", concrètement on fait quoi, ça va durer encore longtemps ce cirque ? On prend les choses en main et on commence à s’auto sélectionner pour avoir une planète propre ou on continue à laisser proliférer pour engraisser les milliardaires et vivre à coté de poubelles et de cas dégénérés ?


    • Les "cassos" qui se "reproduisent" sont là avec la bénédiction de nos dirigeants, pour plusieurs raisons : de l’électorat (liquider la classe moyenne, non dupe pour la plupart et plus nombreuses), en finir à terme avec la sécurité sociale (les mécènes de nos politiques louchent dessus, comme les retraites, le privé c’est l’avenir), mutation anthropologique (métissage encouragé et ça commence par le bas), créer une insécurité continue afin d’accepter toutes les décisions du pouvoir quelles qu’elles soient, un fachisme oligarchique soft, ces cassos seront les milices du pouvoir de demain


  • Penser le niveau scolaire actuelle en terme de qualité c est penser à côté de la plaque.

    Le niveau c est effondré ... car le système n’a pas besoin d une masse de diplomé.
    Quelques techniciens suffisent dans un monde qui va vers de plus en plus d automatisation et de robotisation.

    Du moins c est le plan des élites, après dans le monde réel ca va etre plus compliqué.

    Donc niveau de merde ou pas, ca finira par faire des frites au mcDo... moins de compétition pour les enfants des élites.

     

    • Avant de poster un commentaire fustigeant le niveau scolaire actuel, il serait loisible de vous relire afin d’éviter de passer pour un(e) imbécile. Mon message vise plusieurs commentaires, à regret.
      Cordialement vôtre.


    • @CommonSense : mais personne ne sait écrire. Si on n’apprend pas le français à l’école, on ne l’apprendra jamais. Au bout d’un moment zut, si on passe 15 ans à l’école sans savoir écrire français, c’est que les profs l’enseignent mal.



    • Au bout d’un moment zut, si on passe 15 ans à l’école sans savoir écrire français, c’est que les profs l’enseignent mal.



      Y’en a marre de ce genre de discours infantilisant qui revient à se défausser derrière le système éducatif. S’il est indiscutable que l’Education nationale compte parfois dans ses rangs de piètres enseignants, il n’en demeure pas moins que chacun d’entre nous a la responsabilité de faire vivre la langue française, de la perpétuer et même de l’honorer en la maîtrisant. Quel que soit le niveau de langage, s’exprimer dans un français clair et avec le minimum de fautes (à défaut de n’en commettre aucune), c’est respecter son pays, sa culture et son interlocuteur. J’ai connu des étrangers qui rédigent mieux qu’un grand nombre d’autochtones, parce qu’ils éprouvent du respect envers ce pays. Les français de naissance qui ne sont pas foutus d’écrire correctement soit par paresse soit par indigence intellectuelle, non seulement se ridiculisent mais participent à l’affaiblissement du niveau général aujourd’hui déploré.

      “Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.”
      Jacques-Bénigne Bossuet


  • Eh bien comme ça, même les Racailles de Banlieues vont viser le BAC + 5 !!!!


  • Je n’arrive pas à croire que la [dés-]éducation [a-]nationale en soit arrivée à faire une vidéo aussi ridicule où le phrasé sonne faux... Par ailleurs, on peut penser que des renvois de travaux (même mal rédigés et/ou à la limite du foutage de gueule) ont compté pour brader, euh... donner le bac à ces crétins.

    Dans cette vidéo, il est dit que cette (jeune) fille était "décrocheuse" avant le confinement... Mais encore faut-il donner une définition à ce terme fourre-tout, dont l’E.N. est très friande : un décrocheur est tout simplement un glandu, qui n’a rien foutu depuis le primaire et dont les parents travaillent et ne veulent pas s’occuper (ce genre de parents sont les premiers à se plaindre à la moindre petite réflexion d’un prof qui tenterait de lui foutre un coup de pied au cul, ne serait-ce verbal...).

    Par ailleurs, l’objectif dans le confinement aura été "[..] de maintenir un/le lien entre l’élève et l’institution." => On baisse le rideau : tout est dit - alea jacta est.

    Cette sous-"promotion" bachelière devrait avoir honte de brandir leur bout de papier l’an prochain au cours d’une "cérémonie républicaine" : cela aura des conséquences sur nos classements internationaux, et fréquentant beaucoup de japonais et d’asiatiques, ils ont été choqués lorsque je leur ai expliqué que ce truc, le bac, censé être le 1er diplôme universitaire, allait être donné par bienveillance (= là aussi, mot très très sensible, que je vous laisse définir).

    Le souci étant que beaucoup n’ont pas leur place au lycée : le collège unique doit être supprimé, et les filières artisanales remises au goût du jour (les bobos parisiens, qui en avait marre du tertiaire, ont lancé la mode - allons dans ce sens !).

    Et les professeurs-chercheurs à l’université sont complètement à côté de la plaque en parlant de méthodologie : LA méthodologie n’existe plus depuis belle lurette puisque le secondaire n’évalue plus que de la posture et ne rentre plus dans le fond du sujet. Il n’y a qu’à regarder en langue vivante : les synthèses des notions sont données aux élèves en fin d’année alors qu’elles sont censées être élaborées individuellement.

    Cette vidéo témoigne du cancer intellectuel qui règne, et ce n’est pas fini ! S’il y a bien un SIDA, on y est.
    Qui peut franchement croire que 90 % (j’exagère à peine) de jeunes gens obligatoirement scolarisés (car papa/maman veut sa petite alloc, hein !) puissent avoir un diplôme attestant de connaissances solides ? Personne sur ce site en tout cas !


  • Ah bah ouais merci captain obvious ! Mais à quoi ça sert de faire un constat si ce n’est pour ne rien y changer ? Parce que cela ne sert strictement à rien de jouer les inspecteurs des travaux finit, sans pointer la faute de cette usine à abrutis qu’est l’éducation nationale.

    Parce que la vérité c’est que les élèves avaient déjà pas le niveau au lycée et croyez bien que les profs l’ont encore moins, ses résultats déplorables ne font que démontrer l’éducation nationale ne fait qu’engendrer des échecs et là pour le coup les élèves n’y sont pour rien.


  • La France doit dégénérer, c’est prévu dans le programme. Il faut porter atteinte à son futur c’est à dire à sa jeunesse, à ses jeunes.

    D’abord le Rap bas de gamme, puis la wouesh woueshisation des moeurs (manque de respect, absence de valeurs morales, inexistence d’une ligne de conduite à tenir au quotidien avec autrui ...)

    Et maintenant l’éducation scolaire des jeunes, la rabaisser, tout en leur laissant croire qu’ils ont le niveau puisqu’ils ont le diplôme. En faire des ignorants prétentieux, des non sachants arrogants.

    Génération langue de p.... Générations impostures


  • Il est grand temps que les élèves se mettent au niveau des nouveaux arrivants afin de faciliter leur intégration..L’égalité des chances c’est tout le monde au même niveau..
    Marlène nous explique qu’elle va aussi faciliter les choses..
    https://www.dailymotion.com/video/x...


  • Au sein de l’Education Nationale il y a plein de professeurs qui ne mettent pas leurs enfants dans les écoles, collèges, lycées et facs....soit ils sont dans le privé, soit dans les écoles spécifiques : hors contrat, les écoles de l’Alliances, Montessori etc......
    Ils s’en tapent le coquillard..ils connaissent la raffinerie de l’Education Nationale on y travaillent mais on y met pas ses enfants surtout !
    ..il y a quand même une minorité de professeurs admirables dans le public et il faut le dire et les aider.


  • Que tous ces étudiants aillent se détendre, de cette année de travail harassante, un petit « Spring Break » bien mériter ,de la drogue, de l’alcool, de la baise et ça repart
    On comprend que ce soit dur, nous autres les travailleurs (artisans, agriculteurs, éboueurs, cuisiniers, maçons, carreleurs....)


  • Les jeunes ne souffrent d’aucune lacune. En effet le mot lacune suppose qu’il y ait des connaissances prouvées et certaines, justement pour mettre en évidence où sont les lacunes. Ce n’est pas le cas. Pas de lacunes donc. Il n’y a simplement AUCUN savoir ou si peu qu’on peut dire RIEN sans s’éloigner de la réalité.


  • Restons positifs et gérons les frustrations. Voici sur Youtube une video d’une enseignante sur la communication non violente.
    "Ces profs qui changent l’école" - Le film


  • Elle est revenue combien de jours au lycée ?
    15 jours grand maximum et ainsi elle a rattrapé son année.
    C’est une blague ?


  • Le niveau n’était déjà pas brillant... confinement ou pas, bac bradé ou pas, dans de nombreuses universités, les étudiants font... des dictées. Oui oui. Et les mémoires de master MEEF sont à rendre en version numérique uniquement. La soutenance passe à la trappe ! Comment enlever 75% de la difficulté. Quelque part, c’est un signe : supprimez ce mémoire, allons au bout de la logique.

    Mieux vaux en rire. Quant aux étudiants, plus ou moins branleurs, tout n’est pas de leur faute.


Commentaires suivants