Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

Derrière l’écologie, la finance

Un iceberg géant, d’une superficie de 5 800 km2, s’est détaché de l’Antarctique entre le 10 et le 12 juillet 2017. Des constatations similaires avaient été observées en 1995 et en 2002.

 

Selon The New York Times, cette nouvelle confirme la prédiction du chercheur états-unien John H. Mercer, publiée dans Nature en 1978 : la calotte polaire (inlandsis) va disparaître sous l’effet du réchauffement climatique. De nombreux médias tirent la sonnette d’alarme après que le président Donald Trump a retiré son pays de l’Accord de Paris sur le climat.

Ce que le New York Times ne dit pas, c’est que cet événement n’est aucunement extraordinaire : en 1956 un iceberg six fois plus volumineux fut observé se séparant de l’Antarctique et en 1927, un autre iceberg quatre fois plus volumineux. On ne dispose pas de données pour les siècles antérieurs.

Par ailleurs, le président Donald Trump a retiré son pays de l’Accord de Paris exclusivement parce qu’il s’oppose au système financier de la Bourse du carbone [1]. Sa décision ne concerne donc pas l’environnement. La Bourse du carbone a été créée par David Blood (ancien directeur de la banque Goldman Sachs) et Al Gore (ancien vice-président des États-Unis). Ses statuts ont été rédigés par Barack Obama (futur président des États-Unis).

 


 

Commentant une étude scientifique, Les attaques des ours polaires contre les humains : implications des changements climatiques [2], les médias internationaux sonnent l’alarme : poussés par le réchauffement climatique, les ours polaires attaqueraient les hommes [3].

 

Or, ce n’est pas le sens de cette étude qui porte en réalité sur le comportement animal et non pas sur les changements climatiques.

Au demeurant, l’étude recense l’ensemble des cas d’attaque d’humains par des ours polaires depuis un siècle, la plus récente étant intervenue il y a six ans, en 2011. Mais elle n’examine pas la hausse exponentielle des possibilités de telles attaques au regard du nombre d’humains qui fréquentent désormais l’habitat naturel des ours polaires.

Cette campagne intervient dans le contexte du retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, c’est-à-dire du retrait américain de la Bourse du carbone qui devait enrichir ses inventeurs. Cette Bourse a été créée par David Blood (ancien directeur de la banque Goldman Sachs) et Al Gore (ancien vice-président des États-Unis). Ses statuts ont été rédigés par Barack Obama (futur président des États-Unis) [4].

(Source)

Notes

[1] « 1997-2010 : L’écologie financière », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie) , Réseau Voltaire, 26 avril 2010.

[2] « Polar bear attacks on humans : Implications of a changing climate », Wildlife Society Bulletin, 2 juillet 2017.

[3] Par exemple : « Polar bears hurt by climate change are more likely to turn to a new food source — humans », Cleve R. Wootson Jr., The Washington Post, July 13, 2017.

[4] « 1997-2010 : L’écologie financière », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie) , Réseau Voltaire, 26 avril 2010.

À ne pas manquer, sur E&R :

Sortir du dogmatisme mondialiste avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1766865

    Ce n’est absolument pas un iceberg, où avez vu une forme montagneuse ? C’est juste une vaste plaque de la banquise épaisse de 2 ou 3 mètres .

     

    • #1767020
      le 15/07/2017 par Hacène AREZKI
      Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

      C’est bel et bien un iceberg. Il s’est détaché de la plate-forme Larsen C. Une plate-forme est le prolongement dans la mer d’un glacier continental. Comme l’écoulement du glacier est continu, la plate-forme ne peut continuer à s’étendre indéfiniment jusqu’à rencontrer des eaux qui la ferait fondre. Il y a bien sûr des cassures qui se font, isolant des icebergs géants plus ou moins gros. Comme ici. Son épaisseur serait de l’ordre de 350 m au total.

      Précisons par ailleurs que la péninsule Antarctique est le prolongement de la cordillère des Andes et, comme elle, le siège d’une activité volcanique non négligeable.


    • #1767165

      Si c’est un iceberg épais de 200 à 600 mètres d’épaisseur. Cette glace se forme sur le continent puis glisse sur la mer formant une plateforme.


  • #1766912
    le 15/07/2017 par Hacène AREZKI
    Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

    Plus d’hommes sur le territoire de l’Ours polaire, ce qui multiplie les risques d’attaque, certes. Mais surtout beaucoup plus d’ours polaires, dont les effectifs ont considérablement augmenté.

     

    • #1767156

      Bonjour, quelles sont vos sources ? Les habitats des ours polaires se réduisant, comment leur nombre peut-il croître ?

       

      • #1767301
        le 16/07/2017 par Hacène AREZKI
        Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

        On estime que les ours polaires étaient entre 5 000 et 10 000 dans les années 1950-1960. On en serait aux alentours de 28 000. Les marges d’erreur sont importantes, donc il faut prendre les évolutions un peu fines (les plus récentes) avec des pincettes, mais une chose est sûre, il n’y a pas de déclin. Cette augmentation s’explique très bien avec une réglementation de la chasse plus stricte. Tout le foin fait autour de cette espèce emblématique et sympathique (il suffit de ne pas dire qu’il mange des bébés phoques) repose sur des projections à plusieurs décennies.
        L’Ours polaire a survécu à des épisodes plus chauds qu’actuellement tout au long de l’Holocène, mais aussi au précédent interglaciaire, qui était plus chaud que le nôtre. L’Ours polaire est assez opportuniste, il s’adapte à la diminution de la glace estivale. Enfin, pour être un peu taquin, rappelons qu’il ne pourrait chasser sur une banquise trop épaisse.
        Si vous lisez l’anglais et que le sujet vous intéresse, je ne saurais trop vous conseiller le site d’une chercheuse canadienne spécialiste de ce magnifique animal : polarbearscience.com, notamment cette récente page qui fait un court point sur les effectifs.


    • #1767215

      L’homme doit immédiatement cesser de tuer les superprédateurs. Ours, loups, lions etc... sont les gardiens de l’équilibre naturel.

      On a tué les loups, maintenant on est envahi de sangliers. La perte est bien plus grande que quelques brebis bouffées de temps en temps.

      De manière générale nous n’avons PAS la capacité de contrôler la biosphère, nous devons la comprendre et la protéger au mieux. C’est le rôle de l’être humain. (pour l’instant on a chié le job, clairement).

      exemple pour les loups en France : il faudrait des zones interdites à l’hommes à chaques fois de 1000 ou 2000ha, entièrement clôturées. Des genres de parcs naturels, mais interdit à toute activité humaine hors garde-foret/scientifiques.
      Cessons de "nettoyer" nos forets en défrichant sans cesse, on lutte contre la nature qui ne souhaite que se régénérer.

      Pour ma part mon potager est en plein village et entouré de murs, donc pas de problèmes de ravageurs, mais un ami qui avait le sien en bordure de foret a installé une cloture de 2m50 tout autour, et depuis plus de problèmes, les sangliers vont chez les autres.

      Pour les campagnols, une simple gamelle de croquette pour chat bien posée une évidence et nos amis les félins s’en chargerons en échange d’un repas quotidien.
      On n’imagines pas le nombre de chats sauvages en campagne...

      Pour en revenir à nos ours polaire et nos amis les animaux. Nous sommes chez eux, sur LEUR planète, alors laissons leur du territoire, du gibier, arrêtons de leur balancer de la chimie dans la tronche, cessons tout contrôle des populations animales,arrêtons de planter des pins, et tout rentrera dans l’ordre.

       

      • #1767367
        le 16/07/2017 par Hacène AREZKI
        Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

        Attention aux fausses évidences. Pendant longtemps, il y eu assez peu de sangliers, alors même que leurs prédateurs étaient absents depuis longtemps.
        Le problème actuel des sangliers est dû aux chasseurs. Tout le monde sait qu’il y a des élevages cynégétiques, par exemple pour les faisans (des millions lâchés dans la nature chaque année). Ce fut le cas aussi pour les sangliers. Et comme un commerce se doit d’être rentable, nos chers amis ont croisé des sangliers avec des cochons, car ainsi les femelles faisaient plus de petits. Et puis ça fait de beaux jambonneaux pour les chasseurs. Les sangliers actuels font donc plus de petits marcassins que par le passé. Ajoutons à cela l’agrainage en hiver, pour fixer les populations et les empêcher de décroître et vous avez une explosion des effectifs, car les petits qui mourraient en masse lors des épisodes de froid vif survivent maintenant plus qu’avant.
        Bien sûr, les chasseurs se posent en solution à ce problème, qui vient de leurs rangs…


    • #1767369

      Bêtement je croyais que les ours polaires étaient en voie de disparition alors que leur population est en pleine expansion . C’est comme l’étendue de la Forêt en France, les gens croient qu’elle ne cesse de diminuer alors qu’elle ne cesse de croître depuis 1789 : 10% de forêt à cette date, aujourd’hui la forêt couvre 30% du territoire ..


    • #1768093
      le 17/07/2017 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
      Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

      Putain d’ours polaires...ils nous font chier vraiment, ils peuvent pas vivre dans des zoos comme nos ours à nous ! merde khan même !
      Des ours en Antarctique qu’est-ce qu’ils peuvent bien foutre là-bas... c’est bien pour emmerder les humain !


  • #1766963

    Attentionaux confudions : Il n’y a pas d’ours en antartique !!!! C’est d’ailleurs l’ethymologie du nom antartique.


  • #1766980

    Combien de temps le navrant bafouilleur Hulot va-t-il rester en poste ? Les paris sont ouverts .

     

    • #1767159

      Comment pouvez-vous croire que l’écologie puisse être du ressort d’un seul homme ? Il appartient à chacun de contribuer comme il/elle peut à ce travail de sensibilisation et de respect de notre environnement. Cette cause dépasse le cadre partisan et si elle doit être menée par quelqu’un de médiatique, autant qu’elle soit menée par un personnage ayant des convictions écologiques.


  • #1767022

    Déjà en 1872, Isaac Hayes, explorateur polaire, parlait de "mer libre " et de températures plutôt douce au pôle nord, une fois passé la "ceinture de glace"...il n’avait pu atteindre le pôle à l’époque parce que la banquise s’amenuisait à mesure qu’il allait vers le nord et qu’il s’était retrouvé stoppé dans son avancé à cause de la "mer libre" qui se présentait devant lui...seulement à l’époque le discours climatique n’était pas le même et donc Hayes a été discrédité et convaincu qu’il n’avait pas vu ce qu’il avait vu...il n’était pourtant pas le seul à l’avoir vu, au point qu’il y’a même eu des cartes avec cette mer au milieu de la ceinture glacière...

    https://archive.org/details/lamerli...

    Fridtjof Nansen, grand explorateur, dans sa traversé relaté dans "Vers le pôle", a lui aussi noté des choses étonnantes comme par exemple des "températures aussi bonnes qu’un été à Amsterdam", cela autour de 75°Nord...et en 1897...

    http://gallica.bnf.fr/services/engi...

    Et quasiment toutes les explorations polaires, nord et sud, d’avant 1910 ont leurs lots de surprises "climatiques" et autres incongruité...

     

    • #1767219

      Bonjour ces explorations me font penser à ce fameux "mythe" de l’hyperborée, qui plus généralement indiquerait que nos dirigeants nous ont floués quand à la réalité des pôles.
      De nombreux récits dont ceux que vous avez cité relatent des mers chaudes au delà des zones glacées.
      Il y a ce fameux cas de l’Amiral Byrd, qui après un voyage (je ne sais plus si c’est Arctique ou Antarctique) en avion d’exploration dit avoir observé des terres tropicales au delà des pôles.
      je passe sur le côté extraterrestre qui accompagne l’histoire, mais si on s’en tient aux observations de zones lus chaudes au pôle, il est vrai qu’il y a beaucoup de référence.


  • #1767051
    le 15/07/2017 par Daphné Bürka & Anne-Sophie Lapute.....
    Les médias, l’Antarctique et les ours polaires

    Chez moi c’est des lutins féroces éthiopiens, armés de smartphones, qui attaquent dans les gares des villes les jeunes filles !
    Alors je sais pas si c’est le réchauffement climatique !
    Mais je pense que si on leur donnait des Golf 5 TDi avec clim et sono Pioneer, des jean’s slim, un revenu universel à 3000€ et des montres Gucci, ils n’auraient pas besoin de violer, les filles se laisseraient faire !
    Enfin je dis ça ,c’est mon coté français humaniste et mon envie de vivre ensemble en Charlie ...contre la HAIIIINEEEEEE.....


  • #1767201

    "Poussés par le réchauffement climatique, les ours polaires attaqueraient les hommes. [... Or on suggère une] hausse exponentielle des possibilités de telles attaques au regard du nombre d’humains qui fréquentent désormais l’habitat naturel des ours polaires."
    On a donc la traduction pour ce terme de novlangue déprécié : "réchauffement climatique". Oui c’est chaud, non ce n’est pas le climat.
    Le "réchauffement climatique" se comprend en réalité par : intrusion humaine excessive, surpeuplement humain de niche écologique jusqu’alors préservée, démographie galopante.
    Si on utilise cette clé, la catastrophe environnementale prend alors tout son sens. En effet, les endroits très peuplés par les humains sont très peu écolos, encore moins pourvus d’animaux nobles et libres, d’air pur et de fleurs.


  • #1767378

    Comment pouvons nous les croire,sachant que ce qui se passe en Antarctique reste en Antarctique..Depuis son fameux traité et l’interdiction formelle de dépasser son 60°parallèles(sauf pour les VIP qui détiennent une autorisation très exceptionnelle),tout informations émanant de cette endroit inconnu du grand publique nous sera impossible à vérifier...(Mike Horn n’a fait que longer se parallèle)
    Au passage,c’est le seul traité international qui n’a jamais été remis en question depuis 1959..Ils n’ont pas fini de nous balader.