Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

18 de moyenne au bac mais un algorithme décide de son affectation

"Je n’aurais jamais imaginé que mon avenir dépendrait d’un logiciel"

87 000 jeunes sont toujours en attente d’une affectation pour la rentrée. Et dénoncent le fait que seul le hasard tranche dans les établissements sous tension.

 

Ils font partie de ces milliers de bacheliers toujours en attente d’affectation à l’université. Ce samedi, ils sont encore près de 87 000 à ne pas savoir s’ils auront un point de chute à la rentrée. Parmi ces recalés du système d’admission post bac (APB), des situations angoissantes confinant parfois à l’absurde.

Titouan, 17 ans, a été reçu au diplôme du baccalauréat, section scientifique, avec la mention très bien et 18 de moyenne. Cet ancien lycéen dans la Manche voulait rejoindre une fac de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) et se retrouve sur liste d’attente dans toutes les facultés qu’il a demandées durant la formulation de ses choix sur le controversé logiciel APB.

Comme la sélection est interdite en France pour l’entrée à l’université, la sélection s’effectue par tirage au sort lorsque les demandes sont supérieures aux capacités d’accueil – une mesure que la ministre de l’Enseignement supérieur a d’ailleurs promis d’éliminer à la rentrée 2018.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

Le modèle français en péril, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1766918

    Le mec, il a 18 de moyenne au bac s et son but c est d etre prof d eps au college ? Ambition quand tu nous tiens.

     

    • Des 18 de moyenne au Bac il y en a à la pelle, ça doit valoir un honnête 13/20 de moyenne il y a 50 ans .


    • On comprend mieux la raison pour laquelle en STAPS , on trouve des élèves "non nageurs "


    • Je me suis fait la même réflexion..


    • On comprend mieux la raison pour laquelle en STAPS , on trouve des élèves "non nageurs "


    • #1766974
      le 15/07/2017 par Palm Beach Post : "Cult !"
      18 de moyenne au bac mais un algorithme décide de son affectation

      "Président de la République française", pour le moment, c’est occupé, comme les vécés...


    • Y’a des vocations ! Être prof c’est un sacerdoce... puis les vocations peuvent changer... quand le mec aura un gosse à nourri il se rappellera peut être qu’il a eu mention tres bien au bac.


    • L’enseignement c’est une planque méconnue, un métier en or . Evidemment il vaut mieux enseigner à Victor Duruy que dans un établissement "bas de gamme" mais quand le chef d’établissement a de la poigne tout se passe bien . J’ai passé parfois de très bonnes années en ZEP et parfois des années merdiques en lycée, étant TZR, le plus embêtant c’est d’être dans un établissement dirigé par un démago . Et 4 mois de vacances Madame !


    • Il va intégrer une carrière de handballeur professionnel mais veut poursuivre ses études en STAPS parallèlement pour préparer son après carrière.

      Le cursus inclue des formations de santé, de management et de sciences de l’éducation et on peut en sortir avec un niveau de master. Et comme il n’est pas interdit de poursuivre d’autres études après le STAPS...


    • Il va intégrer une carrière de handballeur professionnel mais veut poursuivre ses études en STAPS parallèlement pour préparer son après carrière.

      Le cursus inclue des formations de santé, de management et de sciences de l’éducation et on peut en sortir avec un niveau de master. Et comme il n’est pas interdit de poursuivre d’autres études après le STAPS...


    • Fausse idée camarade, ce cursus te donne beaucoup plus de débouchés que simple prof d’ EPS. Mon frère en sort et il est actuellement préparateur physique U14-U15 à l AJ Auxerre. Pour une entrée en matière dans la vie professionnelle, y a pire.


    • A priori oui, ça bouleverse l’esprit de se dire que un qui sort du lot se destinerait "juste" à faire faire du sport.
      Non pas que ce soit dégradant mais le "sens commun" nous laisse penser qu’avec un niveau plutôt haut la logique est de se tourner vers l’esprit ; lui se tourne vers le physique...après tout pourquoi pas ?

      Et surtout s’il le fait en effet pour ça, peut être le fera t’il justement "bien". Combien y’a t’il de prof de sport en collège/lycée finalement dont leur seul truc est de dire "allez on courre et on prend le chrono"
      On a tous eu le prof typique, jogging, basket, sous la flotte tout le monde courre mais lui bien à l’abri sous trois couches de fringue et si on lui demande un jour une démo "hé ho c’est bon, c’est à vous de faire" tout simplement que ca seule compétence est de regarder.

      Tourner en rond sur un stade me faisait chier et je m’en foutais royalement. A quoi bon courir en rond ? Quel objectif ?
      "Pour te dépasser" me disait la prof, "pour ta note". J’y voyais rien de dépassement car courir sur une piste pendant 30 minutes 2 fois par semaine au rythme d’un sifflet, désolé je n’étais ni un chien, et avoir zéro ou 2/20 sur un truc sur lequel n’avait aucun sens pour moi ne me choquait pas.

      a titre personnel sur tout mon cursus je n’ai eu qu’un seul prof qui a réussi à me faire intéresser au sport et donc vraiment m’y investir.
      uniquement parce qu’il avait le "truc" pour expliquer l’intérêt des différentes séquences d’entrainement, pourquoi on allait être courbaturé, l’observation des chrono et le constat des performances, et ce quel que soit le domaine qu’il nous avait fait pratiquer.
      Même une fille souffrant d’obésité, il a réussi à tout le temps la motiver sans jamais la mettre sur un banc de touche et elle même disait que c’était la première fois qu’elle aimait refaire du sport.
      Ce prof était un géni..

      Alors si ce jeune veut justement incarner s’orienter dans le physique avec son niveau justement pour être pédagogue et faire le lien entre les connaissances, l’homme et le corps, pourquoi pas ?

      Après si c’est pour être le cliché typique du prof d’eps , comme l’incarnait Légitimus...c’est sûr que là, ce serait dommage
      https://youtu.be/5OhvWT9UK64


    • Tu fais fausse route, il y a beaucoup plus de possibilités d’avenir que cela. Préparateur sportif par exemple, un métier qui permet de rester dans le domaine sportif mais nécessite de très bonnes connaissances anatomiques au niveau musculo-squelettique, et permet de voyager au gré des compétitions, éventuellement au niveau mondial.
      La prolifération des instituts sportifs ou de bien être à créer énormément d’emplois pour les ex-staps.
      Les centres de rééducations sont aussi régulièrement demandeurs.
      Ton avis est caricatural et ne démontre qu’ignorance et arrogance. Si effectivement prof d’eps de college/lycée a longtemps été le débouché "clé en main" principal, il suffit d’un quart d’heure dans n’importe quel centre ville de France (vu que ce sont maintenant tous les m^me) pour ce rendre compte que ce n’est plus le cas.

      J’ai grandi dans cette mentalité (né fin 80’s) et ai fait des études supérieurs dans un domaine porteur à l’époque pour finalement être chômeur/précaire de nos jours, sans trop de perspectives d’avenir.
      Il vaut mieux selon moi s’orienter vers des études qui nous plaisent, et justement par la suite l’ambition peut mener à la réussite et / ou à l’épanouissement personnel. sa moyenne au bac S devrait nous inciter à lui accorder un minimum de confiance en ce sens.

      Cordialement,


    • En tout cas subtile n’est pas l’adjectif correspondant à votre esprit. Cette filière correspond à de nombreux métiers ayant à faire au sport ce qui ne se limite pas qu’a prof d’EPS... ca va d’entraineur sportif à agent de joueur en passant par les commerciaux et les testeurs techniques etc etc
      Mais vous êtes certainement un bon quenelleur...


    • Si vous pensez que le seul avenir professionnel d’un étudiant en STAPS, c’est de devenir prof d’EPS, c’est visiblement vous qui manquez cruellement d’ambition...


    • Et donc ? Peut être que justement son ambition est tournée vers les métiers du sport, que le bac S lui a permis d’apprendre les bases de l’anatomie et de la biologie. Et croyez en le powerlifter que je suis, tout ces paramètres sont très important et font la différence entre un simple prof d’EPS et un vrai professionnel !

      Son parcours est cohérent.


    • Eh oui ! C’est sa petite quenelle à lui. Mais visiblement, le logiciel détecte les quenelles et refuse son choix.


    • Entendez-vous ce que vous dites ? L’ambition ? C’est-à-dire ? Vouloir un salaire à 5 chiffres ? Quoi au juste ? Non seulement on ne veut pas tous devenir astronaute mais en plus ON ne le peut pas tous et on ne le doit pas ! L’intelligence n’y est pour rien d’ailleurs, la réalité est plus complexe que BAC S mention... = CNRS/Wall Street ou études supérieures.

      Notre système est totalement foireux, comme si on pouvait produire tant d’ingénieurs par an, tant de médecins par an... sans conséquences. Comme s’il s’agissait d’une usine, d’une entreprise. Toute notre façon de voir le monde est désespérément libéral, individualiste, et matérialiste que l’on soit "dissident", patriote ou non, on s’est d’ores et déjà tous fait entuber par la City.

      Qui vivra, verra.

      Cela en dit long sur notre époque, enfin ce serait trop long à aborder ici de tout façon.


    • Qu’est-ce que tu entends par ambition et réussite ? Être un jeune cadre dynamique qui roule en mercedes ? Un talentueux businessman qui réussit en écrasant les autres ?

      Premièrement 18 au bac de nos jours cela équivaut à 13 ou 15 grand max sur 20 il y a 30 ans de cela. Quelques décennies en arrière une telle note était exceptionnelle et l’apanage d’une minorité enfants particulièrement doués. Aujourd’hui n’importe quel gosse pas trop con et ayant évolué dans un milieu raisonnablement structurant, qui les soirs de la semaine passe 1 ou 2 heures à réviser et faire ses devoir plutôt que de se branler sur Youporn...peut aisément se taper un 18 au BAC.
      Deuxièmement c’est quoi le problème en étant professeur d’éducation physique ? Un métier passion avec de très longues vacances...si le gars aime le sport et coacher des gosses il aura une vie agréable. De plus avec sa formation rien ne l’empêchera d’être entrepreneurs en ouvrant sa propre salle de remise en forme...Alors certes on pourra toujours arguer de la contribution réelle d’une telle profession au bien de la société...mais il y aura toujours des gens qui auront envie de taper du pied dans un ballon, de faire de la boxe...

      L’écrasante majorité des professions jadis nobles ont été corrompues par le marché, la recherche du profit à tout prix et la satisfaction de certaines idéologies... Faire toubib et être contraint d’empoisonner les gens pour le profit de l’industrie pharmaceutique ? Faire scientifique et devoir se soumettre à différents lobbies afin que ses recherches ne menacent pas certains intérêts financiers ou satisfassent certaines idéologies ? Faire historien à la fac pour se voir contraint d’enseigner une histoire politisée falsifiée ? Faire archéologues et ne jamais voir ses recherches reconnues si on a eu la malchance de faire une découverte qui contredit une version officielle de l’histoire ? Tout a été corrompu par le pognon et des idéologies morbides. Que reste-t-il à faire ? L’artisanat est intéressant mais probablement pas assez "noble" pour monsieur...ingénieur dans le génie civil ? On est en général salarié à moins de monter son propre cabinet d’étude mais c’est un métier authentique valorisant, généralement utile à la société, qui paye encore bien et pérenne (une société a toujours besoin de construire des infrastructures...) Kinésithérapeute,ostéopathe...c’est pas mal non plus, on est pas contraint d’empoisonner les gens avec des molécules artificielles...et pourquoi pas prof de sport ?


    • Oui mais il faut savoir qu’un bac actuel, même avec mention, n’est qu’un lointain cousin dégénéré d’un bac des années 60..,


  • Avec 88 % de réussite au BAC il ne faut pas s’attendre à autre chose. Chassez la sélection naturelle du mérite par la porte, elle revient par la fenêtre du hasard.

    En attendant certains métiers manuels ne sont pas pourvus, des BAC+5 passent les concours de La Poste, des doctorants, quand ils ne sont pas au chômage, sont payés moins qu’un soudeur qualifié (aucune stigmatisation de ma part concernant les valeureux soudeurs bien au contraire question utilité), des PME cherchent des bras et prennent... des travailleurs détachés.

    Ubuesque !!!


  • Il y a 45 000 étudiants en STAPS cette année, la formation est énormément recherchée, il y a beaucoup d’appelés, peu d’élus .


  • Pourquoi d’après vous chers et chères bacheliers , sur la couverture du livre "1984" un homme est au pied d’une machine ? l’homme est devenu l’esclave au service des machines . Leur idée est de faire en sorte par le bief de ce logiciel de vous habituer petit à petit a être des esclaves des machines : c’est du trans humanisme dont le but est de coloniser tous les pays par des machines , ce n’est pas de la fiction c’est une réalité , tous est prévu pour que les machines pour le siècle prochain .
    Pour infos sachez que la liberté des prisonniers en Californie dépend d’un logiciel .


  • L’outil informatique a bon dos, on peut faire avec l’impensable et personne ne peut, humainement, contester ses décisions. Les process sont d’une complexité inouïe.

     

    • « Les process sont d’une complexité inouïe ».

      Cela reste à prouver. En réalité c’est une boîte noire, et chacun est prié de se taire parce qu’on a lâché le mot magique « algorithme ». Bref, c’est un programme informatique chargé de trier. Il ne doit pas bien être compliqué de mettre à disposition l’organigramme de programmation si l’on veut informer le public.

      Comment le classement est-il effectué ? Sur quels critères ? Quelles sont les pondérations appliquées ? J’ajoute qu’il est inique d’attribuer les places au hasard. Les résultats contenus dans le dossier scolaire et aux examens devraient être pris en compte. Sinon on se moque des gens de valeur qui ne gaspillent pas l’opportunité de s’éduquer, coûteuse, que leur offre la Nation.

      Un morveux mal élevé du « tierquar » qui fait du rap et n’arrive pas à ajouter deux fractions a coûté environ 8000 € par année de collège. On dépensera pour lui 11 250 € par année de lycée général et technique. À ce prix il a surtout à la fermer, à s’instruire, et à ne pas se plaindre de la dureté de la vie. Personne n’accepterait d’être opéré par un chirurgien détenteur de ses titres par hasard. Et tout le monde reconnaît un professionnel compétent, quel que soit son domaine. Or les meilleurs sont les bosseurs, dans tous les métiers, de la cordonnerie à la cuisine en passant par les maths et l’histoire. Le génie incompris représente l’exception qui confirme la règle.

      L’« harmonisation » repêche déjà des paresseux par tombereaux, arrivés en terminale à force de laxisme du système scolaire, de mensonge, de démagogie, de chicaneries parentales. Qu’on arrête de répéter des balivernes. « Il/Elle aura le déclic dans le supérieur. » Ah ! le déclic. Hé bien, non. Quand on n’a pas pris l’habitude de travailler, on perd son temps, on le fait perdre aux autres. Les taux d’échecs à la faculté témoignent de l’absurdité des discours fallacieux à propos d’éducation.


  • En même temps, 18 de moyenne au bac et vouloir faire Staps...
    C’est comme avoir réussi le concours d’entrée à Polytechnique puis vouloir faire une obscure fac de psycho socio bien gauchiste où l’on enseigne bien l’idéologie dominante...


  • C’est même plus au mérite, c’est au hasard.
    On avance ! Avec tant d’égalitarisme on peut s attendre à laisser les pays émergents loin derrière.
    Quelle idée de faire d’un bon mathématicien : un physicien, tirons ça au hasard !


  • Encore un truc incompréhensible .A quoi servent tous ces diplomés(+accent circonflexe) puisque :
    1)’il n’y a pas d’universités pour les accueillir,
    ni de logements décents pour eux dans ce pays .
    2) 45 %des Bacs +5 sont chomeurs (+accent circonflexe)ou font des jobs de non diplomés(+accent circonflexe, je précise pour l’inspecteur de typo et le correcteur d’espace virgulaire qui me surveille )
    3)Il n’y a pas besoin de surdoués en France,des migrants esclaves feront l’affaire avec quelques contremaitres robots .
    Donc il est inutile de faire des bacheliers à tour de bras, je passe sur les Bacs coiffure, bac danse du ventre Yéménite,ou bac de flute à 6 trous..
    La France n’a pas besoin de gens intelligents, mais de serfs et de mendiants( bien contents de vivre avec une obole d’état jusqu’à leur mort )de footballeurs et de coureurs cyclistes pour amuser la plèbe et ça suffira .
    La populace pourra s’esbaudir une fois par an en écoutant Daft Punk( en souvenir des générations sacrifiées pour le bien étre des Barons de la banque mondiale)et le reste du temps se contenter d’absorber sa dose quotidienne de SOMA via tv et radios-prop’ .
    On vit une époque formidable !


  • You have not "comprendo la tactico" !
    Ce APB a été créé pour favoriser la création de facultés privées payantes.
    Et qui c’est qui va en "Profited" ? En tous les cas ce ne sera pas les enfants de Ben Zahboula, ni les enfants de ma concierge, ni les enfants de Mr Durant abonné depuis X années à l’ANPE ou la FDJ.


  • C’est une erreur de pousser tout ces jeunes à avoir le bac. Les métiers manuels ont été trop dévalorisé

     

  • Le plus déguelasse étant que par un logiciel, et un tri aléatoire (sauf pour les fils de ministres... enfin quand ceux-ci ne sont pas en prison) les bons sont recalés et les nuls passent parfois !
    Par ailleurs, un directeur d’université expliquait cet après-midi sur une chaîne info que des gens titulaires d’un bac pro voulaient faire licence maths physique informatique, sans avoir le niveau. Mais des bons élèves sont recalés aléatoirement !
    Il proposait naturellement un examen d’entrée sur les bases des matières de la filière.

    Pour faire un choix, au lieu de faire l’autruche et de s’en laver les mains avec du tirage au sort, il suffit de ’’discriminer’’, au vrai sens du terme, par les notes, les mentions, ou un examen.

    Pas sûr que les gogoles des syndicats étudiants qui ne savent pas aligner 2 mots de français soient d’accord.


  • #1767172

    La clique ne veut pas des concours parce qu’elle ou ses protégés y feraient bien piètre figure. L’excellence et la qualité se situent aujourd’hui dans le camp des opposants, qui se bougent, qui cherchent, qui pensent, qui se cultivent, qui réfléchissent.
    Le jour où on rétablit la sélection par concours, c’est-à-dire par l’excellence, nous nous retrouverons en France. Et ce à tous les niveaux de la société, dans les études comme dans le travail.
    Du temps de la sélection par (vrai) concours, le niveau général professionnel était correct, et celui des "élites" meilleur encore.
    Il faudrait bien sûr en finir avec les questions idéologiques tendant à transformer le candidat en perroquet, à en faire même un renégat, un traître à lui-même, un menteur, un fayot, un numéro. Un concours où tout ce qu’on cherche à tester, c’est la soumission du candidat à la doxa, non.
    Et trouver les bons correcteurs. Y en a-t-il encore ? Il y a si longtemps que sévissent les pourrisseurs.

     

  • En tête de gondole par rare de trouver parmi les projets d’étude des (meilleurs) élèves de S :
    Staps, art et spectacle, humanitaire...
    Les cpge, dans les rayons du bas.

    Alléluia


  • T’as raison petit bonhomme , l’ambition de réussite sociale à tout prix ne fait pas forcément le bonheur . Prof d’eps ,rapport qualité-prix ,quand t’as le mental pour ,c’est pas si mal . 40 ans passés en collège de ZEP , l’adhésion des gamins à 90%,j’ai toujours pensé que l’année de boulot ça cassait le rythme des vacances !


  • 87 000 bacheliers en attente ....Mais , année 2015 /2016 , : 310 000étrangers inscrits ! ( futurs prix Nobel ) - Je cherche l’erreur et je m’interroge sur l’utilisation de mes impots qui servent à financer cette aberration.

     

  • Ça a déjà été dit mais, franchement : 18 de moyenne au bac S et vouloir être prof d’EPS. ..Haha mais quel fumiste !


  • A mon époque à la fin des années 90, le bac ne voulant déjà plus rien dire, on était pris sur dossier dans les différentes écoles. Ça a changé ?


  • APB c’est encore une énième usine à gaz qui coûte des millions d’euros pour le plus grand bonheur des sociétés de services qui se partagent la manne. Mais là je pense que c’est plus une histoire de filières saturées qu’autre chose.
    Mais bon quand tu vois des sites tentaculaires (! !!) comme Facebook, Amazon et j’en passe, qui fonctionnent aux petits oignons, on peut se demander encore une fois ce qu’on fait en France. On a du retard à mon avis. Une des innombrables nuisances de la "super" Europe ...
    Après le baby-boom des années 2000, il est prévu 170000 étudiants de plus l’année prochaine ! Gros bordel en perspective.


  • #1767547

    La technologie et le Big Data au service du marché du travail.
    Les algorithmes se chargent d’affecter ou de réaffecter les futurs talents dans les voies universitaires qui auront le plus besoin de main d’ œuvre dans les années à venir. Si la personne qui a eu 18 au bac choisit un cursus particulier mais que ce dernier est bouché et/ou a de mauvaises perspective économiques, elle ira dans une voix plus en adéquation avec les besoins du marché du travail (et in fine des besoins de l’oligarchie).
    Par exemple, si tu es un excellent bachelier et que tu veux consacrer ta vie à la psychologie, eh bien tu finiras par faire des études de... BTS dans l’agroalimentaire en alternance ou autre.
    L’oligarchie, aidée par le Big Data, au service de la destruction des talents de notre nation.

     

    • Certes vous avez raison, mais n’essayez pas par votre raisonnement, en disant que la technologie est au service de l’oligarchie, de réhausser le prestige de la psycho et de la socio, qui sont, dans leur enseignement universitaire officiel et non dissident, des disciplines poubelle.


Commentaires suivants