Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

18 de moyenne au bac mais un algorithme décide de son affectation

"Je n’aurais jamais imaginé que mon avenir dépendrait d’un logiciel"

87 000 jeunes sont toujours en attente d’une affectation pour la rentrée. Et dénoncent le fait que seul le hasard tranche dans les établissements sous tension.

 

Ils font partie de ces milliers de bacheliers toujours en attente d’affectation à l’université. Ce samedi, ils sont encore près de 87 000 à ne pas savoir s’ils auront un point de chute à la rentrée. Parmi ces recalés du système d’admission post bac (APB), des situations angoissantes confinant parfois à l’absurde.

Titouan, 17 ans, a été reçu au diplôme du baccalauréat, section scientifique, avec la mention très bien et 18 de moyenne. Cet ancien lycéen dans la Manche voulait rejoindre une fac de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) et se retrouve sur liste d’attente dans toutes les facultés qu’il a demandées durant la formulation de ses choix sur le controversé logiciel APB.

Comme la sélection est interdite en France pour l’entrée à l’université, la sélection s’effectue par tirage au sort lorsque les demandes sont supérieures aux capacités d’accueil – une mesure que la ministre de l’Enseignement supérieur a d’ailleurs promis d’éliminer à la rentrée 2018.

Lire la suite de l’article sur lexpress.fr

Le modèle français en péril, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1767112

    C’est une erreur de pousser tout ces jeunes à avoir le bac. Les métiers manuels ont été trop dévalorisé

     

    Répondre à ce message

  • #1767131

    Le plus déguelasse étant que par un logiciel, et un tri aléatoire (sauf pour les fils de ministres... enfin quand ceux-ci ne sont pas en prison) les bons sont recalés et les nuls passent parfois !
    Par ailleurs, un directeur d’université expliquait cet après-midi sur une chaîne info que des gens titulaires d’un bac pro voulaient faire licence maths physique informatique, sans avoir le niveau. Mais des bons élèves sont recalés aléatoirement !
    Il proposait naturellement un examen d’entrée sur les bases des matières de la filière.

    Pour faire un choix, au lieu de faire l’autruche et de s’en laver les mains avec du tirage au sort, il suffit de ’’discriminer’’, au vrai sens du terme, par les notes, les mentions, ou un examen.

    Pas sûr que les gogoles des syndicats étudiants qui ne savent pas aligner 2 mots de français soient d’accord.

     

    Répondre à ce message

  • #1767172
    Le 16 juillet à 07:27 par vive-les-concours
    18 de moyenne au bac mais un algorithme décide de son affectation

    La clique ne veut pas des concours parce qu’elle ou ses protégés y feraient bien piètre figure. L’excellence et la qualité se situent aujourd’hui dans le camp des opposants, qui se bougent, qui cherchent, qui pensent, qui se cultivent, qui réfléchissent.
    Le jour où on rétablit la sélection par concours, c’est-à-dire par l’excellence, nous nous retrouverons en France. Et ce à tous les niveaux de la société, dans les études comme dans le travail.
    Du temps de la sélection par (vrai) concours, le niveau général professionnel était correct, et celui des "élites" meilleur encore.
    Il faudrait bien sûr en finir avec les questions idéologiques tendant à transformer le candidat en perroquet, à en faire même un renégat, un traître à lui-même, un menteur, un fayot, un numéro. Un concours où tout ce qu’on cherche à tester, c’est la soumission du candidat à la doxa, non.
    Et trouver les bons correcteurs. Y en a-t-il encore ? Il y a si longtemps que sévissent les pourrisseurs.

     

    Répondre à ce message

  • #1767183

    En tête de gondole par rare de trouver parmi les projets d’étude des (meilleurs) élèves de S :
    Staps, art et spectacle, humanitaire...
    Les cpge, dans les rayons du bas.

    Alléluia

     

    Répondre à ce message

  • #1767200

    T’as raison petit bonhomme , l’ambition de réussite sociale à tout prix ne fait pas forcément le bonheur . Prof d’eps ,rapport qualité-prix ,quand t’as le mental pour ,c’est pas si mal . 40 ans passés en collège de ZEP , l’adhésion des gamins à 90%,j’ai toujours pensé que l’année de boulot ça cassait le rythme des vacances !

     

    Répondre à ce message

  • #1767236
    Le 16 juillet à 10:29 par malveillant
    18 de moyenne au bac mais un algorithme décide de son affectation

    87 000 bacheliers en attente ....Mais , année 2015 /2016 , : 310 000étrangers inscrits ! ( futurs prix Nobel ) - Je cherche l’erreur et je m’interroge sur l’utilisation de mes impots qui servent à financer cette aberration.

     

    Répondre à ce message

  • #1767240

    Ça a déjà été dit mais, franchement : 18 de moyenne au bac S et vouloir être prof d’EPS. ..Haha mais quel fumiste !

     

    Répondre à ce message

  • #1767243

    A mon époque à la fin des années 90, le bac ne voulant déjà plus rien dire, on était pris sur dossier dans les différentes écoles. Ça a changé ?

     

    Répondre à ce message

  • #1767273

    APB c’est encore une énième usine à gaz qui coûte des millions d’euros pour le plus grand bonheur des sociétés de services qui se partagent la manne. Mais là je pense que c’est plus une histoire de filières saturées qu’autre chose.
    Mais bon quand tu vois des sites tentaculaires (! !!) comme Facebook, Amazon et j’en passe, qui fonctionnent aux petits oignons, on peut se demander encore une fois ce qu’on fait en France. On a du retard à mon avis. Une des innombrables nuisances de la "super" Europe ...
    Après le baby-boom des années 2000, il est prévu 170000 étudiants de plus l’année prochaine ! Gros bordel en perspective.

     

    Répondre à ce message

  • #1767547
    Le 16 juillet à 18:35 par Bugey savoyard
    18 de moyenne au bac mais un algorithme décide de son affectation

    La technologie et le Big Data au service du marché du travail.
    Les algorithmes se chargent d’affecter ou de réaffecter les futurs talents dans les voies universitaires qui auront le plus besoin de main d’ œuvre dans les années à venir. Si la personne qui a eu 18 au bac choisit un cursus particulier mais que ce dernier est bouché et/ou a de mauvaises perspective économiques, elle ira dans une voix plus en adéquation avec les besoins du marché du travail (et in fine des besoins de l’oligarchie).
    Par exemple, si tu es un excellent bachelier et que tu veux consacrer ta vie à la psychologie, eh bien tu finiras par faire des études de... BTS dans l’agroalimentaire en alternance ou autre.
    L’oligarchie, aidée par le Big Data, au service de la destruction des talents de notre nation.

     

    Répondre à ce message

    • #1767766

      Certes vous avez raison, mais n’essayez pas par votre raisonnement, en disant que la technologie est au service de l’oligarchie, de réhausser le prestige de la psycho et de la socio, qui sont, dans leur enseignement universitaire officiel et non dissident, des disciplines poubelle.

       
Afficher les commentaires précédents