Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Les salariés de Carrefour manifestent contre le "plan de transformation Bompard"

Des salariés Carrefour se sont rassemblés ce samedi matin, à l’appel de la CGT, au Centre commercial Alma. Un barrage filtrant crée un fort ralentissement à l’entrée du supermarché de l’enseigne en ce week-end de Noël. Les salariés protestent contre la « détérioration des conditions de travail » et la suppression redoutée de « milliers d’emplois ».

 

Une quarantaine de salariés des Carrefour de Rennes, Langueux, Saint-Brieuc, Quimper et Laval se sont rassemblés ce matin à Rennes au centre commercial Alma, à l’entrée du supermarché.

[...]

Vendredi, quelques dizaines d’employés s’étaient aussi rassemblés à Lomme, Courbevoie. À Givors, près de Lyon, une centaine de salariés du groupe ont investi le magasin au milieu des clients qui faisaient leurs achats, selon la CGT.

 

5 000 postes menacés, selon la CGT

Pour la CGT, qui avait déjà manifesté devant le siège du groupe à Massy (Essonne) le 7 décembre, il s’agit de «  dénoncer le manque d’effectifs actuel et la détérioration des conditions de travail dans toutes les enseignes du groupe Carrefour, les passages en franchise ou en location gérance, les restructurations et les suppressions de milliers d’emplois du Plan Bompard  ».

Lire l’intégralité de l’article sur ouest-france.fr

Échapper à l’ère Macron ? Lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1866868
    Le 23 décembre 2017 à 16:41 par lemoinevengeur
    Les salariés de Carrefour manifestent contre le "plan de transformation (...)

    Au lieu de se mettre autour d’une table et de discuter,comme le font par ex. les syndicats en Allemagne,pour voir ce qu’il est possible de faire quand une entreprise va moins bien,eh bien,c’est la grève et on comprend que les patrons ont fini par fermer et délocaliser,comme çà,plus d’emmerdes,et la France au chômage.Il faut rappeler que les allemands,en se serrant la ceinture pendant un temps,ont eu des primes de 7500,-e,pour tous les milliers d’ouvriers quand leurs entreprises,comme VW,se sont redressées.En France,l’Etat n’a pas produit de bonnes lois obligeant patronat et syndicats à s’entendre,la confrontation amène la chute pour les uns comme pour les autres.Grands malins,va !

     

    Répondre à ce message

    • #1866937
      Le Décembre 2017 à 18:57 par Un français pauvre... pauvre français
      Les salariés de Carrefour manifestent contre le "plan de transformation (...)

      En Allemagne, les ouvriers acceptent de travailler pour 800 euros... c’est ce que vous préconisez ?

       
    • #1867065
      Le Décembre 2017 à 23:19 par Patriote syndiqué
      Les salariés de Carrefour manifestent contre le "plan de transformation (...)

      @lemoinevengeur

      A mon avis vous parlez de sujets que vous ne maîtrisez pas. La force de l’Allemagne c’est son secteur industriel qui a presque 3 fois le poids de celui de la France. Sa force c’est sa structure et dans ce domaine les allemands ont fait de bons choix pendant qu’ici on nous amuse avec les startups, les services, le tourisme, etc.. Les syndicats dignes de ce nom en France défendent la réindustrialisation.

       
    • Faudrait voir à pas pas prendre systématiquement les conséquences pour des causes, c’est un peu court comme raisonnement, voire passablement éculé. D’autant que je ne suis pas sûr que les salariés concernés soient à proprement parler des privilégiés !

       
    • Oui qu’ils délocalisent les supermarchés ailleurs en Europe. N’importe quoi.

       
    • #1867119

      Tu semblerais complètement à côté de la plaque. La plupart de ces licenciements ne sont pas fondés sur des réalités économiques qui imposeraient des mesures drastique pour sauver l’entreprise du naufrage. Je doute très sérieusement que Carrefour soit au bord de la faillite et que du jour au lendemain mette la clé sous la porte...il s’agit juste de virer des gens pour satisfaire les actionnaires, augmenter la rentabilité des fonds de pension américains...Aucune négociation n’est possible, le sort de ces gens est déjà scellé.
      L’exemple allemand est stupide. Et pourquoi pas prendre l’exemple sud-coréen ou japonais pendant qu’on y est... ! Prendre l’Allemagne comme modèle est stupide car les conditions historiques, sociologiques, anthropologiques...sont complètement différentes de ce que l’on trouve en France. D’abord la société allemande fonctionne de manière plus organique qu’en France, c’est à dire qu’il n’y a pas un clivage aussi profond entre la bourgeoisie industrielle et le petit peuple, il subsiste encore un sentiment ethnique d’appartenir tous, quelque soit sa classe sociale, à la même grande famille nationale. L’oligarchie allemande reste organiquement lié au peuple, alors qu’en France il y a un mépris de classe confinant à la haine de l’oligarchie envers le petit peuple et vice-versa. De ce fait l’oligarchie allemande est plus à l’écoute des aspirations populaires et le petit peuple est plus enclin à accepter des sacrifices pour l’intérêt collectif de la nation. Ceci expliquent pourquoi d’une part certains patrons allemands acceptent de maintenir des usines et emplois en Allemagne alors qu’ils pourrait les délocaliser en Chine, Roumanie...et que d’autre part les ouvriers allemands acceptent de voir leur salaire stagner voire s’effondrer...Or en France ce genre de compromis est impossible. Les grands patrons ne sont prêts à aucune concession même si les ouvriers acceptaient de bosser pour 800 euros par mois, parce qu’en Roumanie tu fais bosser les gens pour 200 euros...on aura beau se mettre à une table, jamais tu ne feras accepter un ouvrier Français qui touche 1800 net par mois de voir son salaire ramener à 1000 euros, et jamais tu ne feras accepter un grand patron Français de préserver des emplois et une usine en France quand il peut ouvrir la même usine en Roumanie avec des salaire à 200 euros et une quasi absence de charges sociales...on aura beau hurler des "Y’a qu’à... !", cela ne marchera pas !

       
    • Arrêtez de nous gonfler avec le modèle Allemand, ils sont payés à coup de fronde, et c’est leur problème .Ils n’ont pas du tout la même économie en profitant au passage de nous piquer quelques industries ; et de faire entrer des immigrés pour donner l’exemple si nous avions le, franc, et notre souveraineté, on en serait pas là . .Vive l’UE !

       
    • #1867149

      Quelle naïveté et ignorance des réalités ! La plupart de ces licenciements ne sont pas fondés sur des réalités économiques qui imposeraient des mesures drastiques pour sauver l’entreprise du naufrage. Je doute très sérieusement que Carrefour soit au bord de la faillite et que du jour au lendemain mette la clé sous la porte...il s’agit juste de virer des gens pour satisfaire les actionnaires, augmenter la rentabilité des fonds de pension américains...Aucune négociation n’est possible, le sort de ces gens est déjà scellé.
      L’exemple allemand est stupide. Et pourquoi pas prendre l’exemple sud-coréen ou japonais pendant qu’on y est... ! Prendre l’Allemagne comme modèle est stupide car les conditions historiques, sociologiques, anthropologiques...sont complètement différentes de ce que l’on trouve en France.
      La société allemande fonctionne de manière plus organique qu’en France, c’est à dire qu’il n’y a pas un clivage aussi profond entre la bourgeoisie industrielle et le petit peuple, il subsiste encore un sentiment ethnique d’appartenir tous, quelque soit sa classe sociale, à la même grande famille nationale. L’oligarchie allemande reste organiquement lié au peuple, alors qu’en France il y a un mépris de classe confinant à la haine de l’oligarchie envers le petit peuple et vice-versa. De ce fait l’oligarchie allemande est plus à l’écoute des aspirations populaires et le petit peuple est plus enclin à accepter des sacrifices pour l’intérêt collectif de la nation. Ceci expliquent pourquoi d’une part certains patrons allemands acceptent de maintenir des usines et emplois en Allemagne alors qu’ils pourrait les délocaliser en Chine, Roumanie...et que d’autre part les ouvriers allemands acceptent de voir leur salaire stagner voire s’effondrer...Or en France ce genre de compromis est impossible. Les grands patrons ne sont prêts à aucune concession même si les ouvriers acceptaient de bosser pour 800 euros par mois, parce qu’en Roumanie tu fais bosser les gens pour 200 euros...on aura beau se mettre à une table, jamais tu ne feras accepter un ouvrier Français qui touche 1800 net par mois de voir son salaire ramener à 1000 euros, et jamais tu ne feras accepter un grand patron Français de préserver des emplois et une usine en France quand il peut ouvrir la même usine en Roumanie avec des salaires à 200 euros et une quasi absence de charges sociales...on aura beau hurler des "Y’a qu’à... !", cela ne marchera pas !

       
    • #1867152

      Et certains retraité n’arrive pas à vivre..... Dans le n°1 de l’économie européenne.... On ne le dira jamais assez, tant qu’il n’y aura pas de partage des richesses, quel soit naturel ou économique... Et tant qu’ils n’y aura pas des hommes pour se soulever plus que manifester ou bloqué.... Où alors boycotter des produits et services qui les enrichisse..... Ça ne changera pas des masses...

       
    • #1867155

      Fondamentalement un système aux mains de la perversité NE PEUT PAS produire de bonnes lois, c’est tout simplement impossible. Un bilan objectif de ce que promotionne ce système démontre sans ambiguité la nécessité impérative d’un assainissement en profondeur pour mettre fin à cette agonie chronique, entretenue afin de domination tyrannique pour accaparement de la ressource.

       
    • La France a produit trop de lois.

       
    • « La France a produit trop de lois. »
      Ce qui n’empêche pas forcément de ne pas en produire là où il en faudrait. En effet, ici on peut voir au contraire l’inverse. En effet, combien de licenciements économiques pour des raisons dites économiques et qui en réalité ne sont pas avérées ? Dans ce cas il ne s’agit pas de trop de lois mais exactement de l’inverse, à savoir un laxisme coupable.

       
  • #1866882

    Soyez les bienvenus en Macronie.. Macron l’ a promis Macron l’ a fait ! Merci aux électeurs de l’ avoir fait élire..

     

    Répondre à ce message

  • #1866903

    Çà va être chaud en 2018... Pour l’instant, çà manifeste gentiment... Mais la situation sociale va tellement se détériorer que çà risque d’exploser... Le pire du chômage de masse, c’est que çà touche les salariés au plus bas salaire...donc de ce fait, la grève ne dure pas longtemps et leur patron n’est pas inquiété, le travail se fait quand même et les bénéfices augmentent sensiblement puisque les journées de grève ne sont pas payées, il y gagne encore sur la masse salariale...

     

    Répondre à ce message

  • #1866952

    La belle époque des hyper-grands magasins se termine. Ils sont concurrencés entre autre par l’achat en ligne. Les chiffres d’affaires sont en recul. On a peu être pas fini de voir des grèves dans ce secteur.

     

    Répondre à ce message

    • Les chiffres d’affaires sont plutôt stables en réalité, en tout cas dans mon magasin, ce mois je juillet on était à 110 000 pour le secteur frais, 109 000 l’année précédente.
      En revanche, le taux de marge s’est cassé la gueule.
      Marge sur un rayon viande préemballée : 6%.
      Marge moyenne du magasin 21,6% ce qui est très faible et à peine assez pour gagner de l’argent.
      Mon patron, qui a vu 75 millions d’euros de chiffre lui passer entre les mains, n’a pu mettre de côté que de quoi s’acheter l’équivalent de 500 000 euros de patrimoine, c’est ridicule.
      Les franchisés se font avoir, en revanche la centrale d’achat a bénéficié du transfert de marge.
      Ce qui me fait peur c’est que le prix est limité à la baisse car les marques doivent acheter les matières premières. Avec tous ces achats de terres agricoles douteux, je crois qu’ils cherchent à ne plus acheter la matière première mais carrément à la produire. A ce moment là ils bénéficieraient d’un monopole sur toute la filière. Ce serait la catastrophe.

       
  • #1866992

    Même si cela n’a rien à voir avec les revendications des employés, et pour ceux qui l’ignorent, carouf est un dealer non négligeable de produits venant d’un pays dont la capitale vient récemment d’être déplacée..........

     

    Répondre à ce message

  • #1867023

    Trop tard camarades !!!...une petite consolations pour vos futures manifs ....les merguez au stand de la C.G.T sont moelleuses à souhait !!!..

     

    Répondre à ce message

  • #1867058

    Pendant ce temps, l’extrême gauche réquisitionne les châteaux pour les migrants. Peut-être la future main d’oeuvre docile et bon marché qui remplacera ces employés grognons ?

     

    Répondre à ce message

  • #1867070

    J’ai été cadre sup à carrefour dans les années 90-2000. A l’époque déjà, Carrefour avait un plan de 6000 licenciements que le gouvernement refusait de valider. En 1995... Depuis, Carrefour a même vendu ses parkings... Vérifiez... Même Michel Bon n’a rien pu faire... Les caisses automatiques sont une des solutions mais ça coince au niveau social. D’années en années, c’est insoluble. Les consommateurs ne veulent plus des hypermarchés. Après, l’emploi, c’est un douloureux problème. Mais ne vaut-il pas mieux un plan social douloureux que le coulage du Titanic ?

     

    Répondre à ce message

  • #1867135

    Pour éviter les vols à l’étalage tout en gardant en vie les magasins physiques et l’animation de la rue, on pourrait imaginer de vrais supermarchés où tous les articles seraient présentés de façon traditionnelle : sur étagère, mais seraient de simples reproductions vides (sans contenu). Cela ferait gagner de la place, car on n’aurait besoin que d’un seul article exposé, ou de trois ou quatre seulement.
    Cet article (la reproduction réaliste d’une boîte de conserve, par ex) serait équipé d’un marqueur électronique réagissant à un stimulus de l’acheteur.
    Lorsque celui-ci clique sur l’article qu’il désire ou le touche avec un crayon électronique, la liste de ses achats intègre l’article voulu. Il n’a plus ensuite qu’à aller retirer sa liste au comptoir, comme on retire déjà certains articles coûteux en grand magasin.
    Cette solution permettrait de rétablir les petits commerces de quartier, car le magasin ne serait qu’un entrepôt, à l’arrière de surfaces de distribution, séparées en fonction de la nature de l’article, et qui pourraient se répartir sur toute une rue. Il y aurait donc plusieurs boutiques, correspondant à des rayons de supermarché, avec responsable et vendeur-conseiller pour chacune. Et l’entrepôt lui-même, avec salon d’attente convivial, et hôtes-hôtesses.
    Aucun risque de vol à l’étalage ni de police à l’entrée (sauf pour l’entrepôt, très bien gardé). Maintien des emplois. Meilleure responsabilité de chacun (et donc intérêt pour le travail). Participation aux bénéfices. Possibilité pour chacun de faire ses courses dans son quartier.

     

    Répondre à ce message

  • #1867160

    Fatalitas.. ! Où aller désormais pour trouver d’autres interminables files d’attente aux caisses ? Qui va pouvoir recycler les caissières en mal de vengeances qui vont se trouver sans ’’clients’’ pour assouvir leurs pulsions ; à qui les responsables de rayons vont-ils pouvoir tourner le dos plutôt que de renseigner l’égaré ? On ne pense pas à toutes les frustrations que vont devoir gérer les kapos du ’’commerce’’ une fois à la rue...L’ail de Chine, la tomate de Hollande, le pomelos d’israel, la banane du Congo, la pomme de Nlle Zélande, la fraise d’Espagne, la godasse de Thaïlande, les hectares de poissons morts d’Atlantique Nord, les mètres cube de fayots d’ailleurs la patate à 10 francs le kilo...où nos 6 millions de chômeurs Français les vont-ils se procurer !?

     

    Répondre à ce message

    • #1867573

      Chez Casino, Biocoop, Marché U etc.

      Les hypermarchés, c’est trop grand, puis c’est plus tellement moins cher.

      Marre de me taper 300 mètres quand j’ai oublié le beurre avant d’aller aux caisses...

      Marre d’arriver sur des parkings pleins à craquer avec des voitures garées carrément dans les allées...

      Les hypers c’est sur le déclin, c’est ringard, c’est laid, c’est beauf.

      Chez Biocoop c’est juste un poil plus cher et c’est bio, souvent français et souvent local.