Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Libye : les pro-Kadhafi reviennent sur le devant de la scène

Mis au ban de la société libyenne depuis l’assassinat de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, les partisans de l’ancien Chef d’état libyen font leur réapparition.

Traqués par les milices islamistes à la solde de Paris et Londres, les membres de la Jamahiriyah ont pour certains quitté le pays pour l’Égypte, la Tunisie ou Malte, mais d’autres sont restés dissimulés, attendant que la rage anti-kadhafi retombe.

C’est à l’occasion de la signature le 16 juillet dernier à Skhirat au Maroc d’un accord préliminaire en vue de la création d’un nouveau gouvernement qu’ils ont pris la décision de se rassembler dans la rue et de manifester afin de réclamer d’avoir des représentants au sein des instances dirigeantes du pays.

Bien que ces regroupements soient modestes, ils constituent une nouveauté dans un paysage politique libyen, déchiré entre le pouvoir « officiel » de Tobrouk reconnu par les occidentaux, le gouvernement parallèle de Far Libya (Aube de la Libye, une coalition de groupes islamistes) et l’émergence récente d’une branche de l’État islamique.

De Bani Walid, Sebha, et Syrte, dans le nord et le centre du pays, à Benghazi et Tobrouk, dans l’Est, des partisans du guide défunt, brandissant drapeaux et livres verts, voient dans le chaos qui règne dans le pays, une opportunité pour faire renaître de ses cendres, le projet de la Jamahiriya de leur défunt chef, susceptible de rassembler le peuple et instaurer la paix dans le pays.

Reste qu’ils sont, pour l’instant, écartés du processus de « dialogue d’union nationale », placé sous l’égide des Nations-Unies et que les derniers survivants de la famille kadhafi et leurs proches : Saïf al-Islam, l’ex-Premier ministre Baghdadi al-Mahmoudi et l’ex-chef des services de renseignements Abdallah Senoussi, ont été condamnés à la peine de mort par un tribunal de Tripoli le 28 juillet dernier.

On peut donc douter que, sans moyens financiers, ni armes et avec leurs principaux dirigeants morts, en prison ou en fuite, ce mouvement « vert » puisse peser sur l’avenir incertain de la Libye.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.