Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réouverture de l’ambassade britannique à Téhéran

Le chef de la diplomatie britannique Philip Hammond a rouvert dimanche l’ambassade de son pays à Téhéran, fermée depuis près de quatre ans après avoir été saccagée par des militants favorables au régime iranien d’alors.

M. Hammond est entré à la mi-journée dans l’enceinte de l’ambassade juste après son arrivée à Téhéran, a constaté un photographe de l’AFP.

En annonçant lui-même son arrivée dans la capitale iranienne sur son compte Tweeter, Philip Hammond a parlé "d’un moment historique dans les relations entre l’Iran et le Royaume-Uni".

Après la cérémonie de réouverture, il doit rencontrer plusieurs dirigeants iraniens dont le président Hassan Rohani et son homologue Mohammad Javad Zarif avec lequel il doit donner une conférence de presse en fin de journée.

Cette visite est la première d’un chef de la diplomatie britannique en Iran depuis 2003. Elle intervient après celles de plusieurs ministres européens venus à Téhéran à la suite de la signature le 14 juillet de l’accord historique sur le nucléaire iranien.

Les grands pays européens ont désormais tous une ambassade à Téhéran, mais les États-Unis et le Canada n’ont pas encore rouvert la leur.

L’accord négocié entre l’Iran et les puissances du groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) prévoit de limiter au domaine civil le programme nucléaire iranien en échange d’une levée progressive et réversible des sanctions internationales imposées à l’Iran depuis 2006.

Outre M. Hammond, le nouveau chargé d’affaires britannique, Ajay Sharma, et des représentants du ministère iranien des Affaires étrangères ont participé à la cérémonie de réouverture.

La réouverture de l’ambassade britannique à Téhéran devait se faire simultanément à celle de l’ambassade d’Iran à Londres, également fermée depuis quatre ans.

L’ambassade britannique avait été fermée en novembre 2011 après sa mise à sac par des manifestants favorables au régime du président iranien d’alors, Mahmoud Ahmadinejad, hostiles au durcissement des sanctions contre l’Iran liées à son programme nucléaire controversé.

"La réouverture de nos ambassades est une étape clef dans l’amélioration de nos relations bilatérales", a souligné M. Hammond, dans un communiqué du Foreign office à Londres publié avant son départ.

"Cela ne veut pas dire que nous sommes d’accord sur tout", a nuancé le ministre. "Mais il est souhaitable que le Royaume-Uni et l’Iran disposent" de représentations diplomatiques réciproques, a-t-il expliqué.

"Nous voulons d’abord nous assurer que l’accord nucléaire est un succès, notamment en encourageant le commerce et les investissements une fois que les sanctions seront levées", a-t-il dit.

M. Hammond est accompagné de plusieurs responsables économiques.

"Le Royaume-Uni et l’Iran doivent également être prêts à discuter des défis que nous affrontons tous deux, dont le terrorisme, la stabilité régionale, l’expansion de l’(organisation) État islamique en Syrie et en Irak, la lutte contre le trafic de drogue, et les migrations", a poursuivi le ministre britannique.

M. Hammond a ajouté que l’ambassade serait dans un premier temps gérée par le chargé d’affaires, mais qu’un ambassadeur pourrait être désigné dans les prochains mois.

Avec l’élection du président modéré Hassan Rohani en juin 2013 et la reprise des négociations sur le nucléaire à la fin de la même année, les relations entre Téhéran et Londres se sont peu à peu réchauffées.

En février 2014, les deux pays avaient décidé de normaliser leurs relations en hissant symboliquement leur drapeau national sur leurs représentations respectives, et Londres avait fait savoir que les circonstances étaient "réunies" pour rouvrir son ambassade.

La visite de M. Hammond succède à celle, en juillet, de son homologue français, Laurent Fabius, lui-même précédé par le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel et la patronne de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Les pays occidentaux, qui avaient très fortement limité leurs relations commerciales et économiques avec l’Iran à cause des sanctions liées à son programme nucléaire, espèrent, après l’accord du 14 juillet, renouer rapidement avec ce pays pour être présents sur un marché de près de 80 millions d’habitants.

Le pouvoir politique iranien encourage aussi la normalisation des relations avec l’Occident pour attirer des investissements internationaux, dont son pays a fortement besoin.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1251457

    Espion, lève toi !


  • #1251459

    Mauvaise idée ! les ambassades anglo américaines sont connues pour être le centre névralgique des fameuses révolutions " colorées " qui essaiment depuis ces vingts dernières années...

     

    • #1251487

      Ils n’ont pas besoin de révolution coloré en Iran ils ont déjà les mollahs qui vont servir leurs intérêts en faisant les gendarmes dans la région pour eux.



    • Ils n’ont pas besoin de révolution coloré en Iran ils ont déjà les mollahs qui vont servir leurs intérêts en faisant les gendarmes dans la région pour eux.




      Le célèbre Khomeini est un exemple parfait d’une révolution colorée pour remplacer un dictateur gênant ( le shah) par ce mollah formé par les services secrets français en banlieue parisiennne, je cite :
      "Durant les plus de 14 années que dure son exil en Irak puis en France, son discours se radicalise progressivement et sa pensée se systématise autour d’une conviction profonde : la dictature du shah n’est pas le système adéquat pour l’Iran."


    • #1254784
      le 28/08/2015 par Révolutionnaire khoméiniste
      Réouverture de l’ambassade britannique à Téhéran

      Ils n’ont pas besoin de révolution coloré en Iran ils ont déjà les mollahs qui vont servir leurs intérêts en faisant les gendarmes dans la région pour eux.




      Depuis la chute du chah d’Iran, ce sont les pétromonarchies corrompues de la rive méridionale du Golfe Persique qui leurs servent de clients et de suppots. La République islamique d’Iran, pour sa part, se trouve en conflit ouvert avec les Etats-Unis, Israel, et par extension avec le Royaume-Uni. Les fermetures et ré-ouvertures d’ambassades ne bouleversent pas ces rapports.

      La Russie de M. Poutine entretient également des relations diplomatiques avec Washington et Londres. Est-ce à dire que Moscou "fait les gendarmes pour eux dans la région" ? Assuément pas. Il en va de meme pour l’Iran post-révolutionnaire.



      Le célèbre Khomeini est un exemple parfait d’une révolution colorée pour remplacer un dictateur gênant ( le shah) par ce mollah formé par les services secrets français en banlieue parisiennne, je cite :
      "Durant les plus de 14 années que dure son exil en Irak puis en France, son discours se radicalise progressivement et sa pensée se systématise




      Je ne savais pas que quiconque se rendait en France, le faisait nécessairement en vue de suivre une formation auprès des services de ce pays. Tant qu’on y est, ne résideriez-vous pas en France ? Dois-je en conclure que vous avez été, vous aussi, formé par la DGSE ?

      Et puis, rappelez-nous donc combien de temps l’Imam Khomeini a passé en France, au juste, sur ses 14 années d’exil ? Je vais vous le dire, ca ira plus vite : en tout et pour tout, moins de quatre mois (du 8 octobre ’78 au 1er février ’79). "Formé" par les services francais en seulement trois mois et trois semaines ? Quelle blague.

      Quatre mois contre quatorze années en Turquie et en Irak. Allez-vous nous expliquer maintenant que l’Imam Khomeini aurait été "formé" par les généraux turcs et par Saddam ? A ce moment là, l’Imam souhaitait d’ailleurs se rendre en Syrie, ce n’est que sur le conseil de ses proches, invoquant des raisons de sécurité, qu’il opta pour la France.

      De plus, l’Imam Khomeini dirigea un soulèvement populaire contre le régime pro-américain du chah dès 1963, ce qui lui valu d’etre arreté puis exilé ( http://en.wikipedia.org/wiki/June_5... ). C’est donc en Iran meme que son engagement politique prit forme.

      Les allégations gratuites contre l’Imam, disséminées par l’appareil de propagande saoudien, ne trompent personne.


  • Vous pouvez aussi parler de " l’ambassade " US en Iran, de la taille d’une petite ville...

     

  • Ce sont les mêmes sionistes anti -Iraniens qui hurlaient à la mort de l’Iran il y a encore quelques semaines qui arrivent ventre à terre pour avoir un part du gâteau qu’ils ont essayés d’avoir en entier en plongeant l’Iran dans le chaos par leurs blocus et leurs menaces !!


  • J’espere juste que l’oligarchie Iranienne actuelle n’a pas oublié ce qui est arrive a l’Iran et qu’elle se rappelle bien que tous ces vautours qui s’y précipitent actuellement attirés par l’odeur du grisby pour faire des affaires ne dorment jamais en terme de complotisme et que c’est beau la levée des sanctions mais attention aux cadeaux empoisonnés.


  • #1251596

    Je fais confiance aux iraniens pour leur intelligence .
    Ils savent se qu ils font et ils l ont prouvé depuis longtemps.
    Vive l iran vive les iraniens !


  • Pourquoi j’ai l’intime conviction que l’Iran est entrain de se faire rouler dans la farine ?
    J’ai vraiment du mal à comprendre....Ne jamais faire confiance à la Perfide d’Albion doit etre innée...Je suis très surpris.

     

    • Je viens de penser à une chose à l’instant....Et si l’Iran s’était soumise elle aussi ?
      Toute proportion gardée bien évidemment un peu comme le FN à l’heure actuel....On est pas dans les"petits papiers"que je sache.
      Perso,je pense qu’il y a quelque chose qu’il se trame qui nous dépassent au plus haut point du style"On va aider les perses à anéantir les sunnites".Ils n’y sont pas arrivés avec la manipulation triangulaire,dès lors peut-etre qu’ils sont allés directement droit au but....Non sérieusement,y a quelque chose qui cloche et qui me choque.


    • #1251877
      le 24/08/2015 par mthematiquespures
      Réouverture de l’ambassade britannique à Téhéran

      Il faut arrêter de trop idéaliser l’Iran.
      Lire le livre de Trita Parsi : "Treacherous Alliance - The Secret Dealings of Isreal, Iran and the United States"


    • #1254794
      le 28/08/2015 par Révolutionnaire khoméiniste
      Réouverture de l’ambassade britannique à Téhéran

      du style"On va aider les perses à anéantir les sunnites".




      Non, car l’Iran n’est pas en conflit avec "les sunnites", vu que ces derniers, comme "les chiites", ne constituent pas un acteur politique unifié, centralisé ou homogène. L’Iran a soutenu / soutient les musulmans bosniaques (sunnites), kurdes (sunnites), afghans (sunnites), palestiniens (sunnites). En revanche, si par "sunnites", vous entendez "régime saoudien", "Al-Qaida" ou "Daesh", qui appartiennent au courant wahabite, très éloigné en réalité de l’orthodoxie sunnite, alors il y a très peu de chances que Washington abandonne ses alliés, du moins pour ce qui est des régimes arabes, au profit de Tehéran. Les déclarations de Washington soulignant leur résolution à continuer à confronter l’Iran sur le plan régional, la coopération étasunienne avec l’agression saoudienne au Yémén, les multiplications de ventes d’armes américaines au profit des régimes arabes du Golfe Persique, le confirment d’ailleurs.

      L’objectif de la triangulation impériale n’est pas d’anéantir une seule, mais l’ensemble des parties ciblées. En promouvant une lecture confessionnelle des conflits régionaux, l’empire ne cherche donc pas à déstabiliser les seuls sunnites, mais le monde musulman dans son ensemble - sunnites, chiites, chrétiens, athés confondus. Or, Téhéran n’est pas tombé / ne tombera pas dans le piège, car l’Iran continue à considérer Tel Aviv comme menace première.



      Il faut arrêter de trop idéaliser l’Iran.
      Lire le livre




      Il faut surtout se garder de perdre le sens des proportions, du contexte, et de confondre l’exception et la règle. Pour 16 missiles anti-aériens et 2500 missiles anti-char obtenus de force par l’Iran, en échange de la libération des otages américains détenus par le Hezbollah, l’Irak de Saddam avait libre accès aux armements conventionnels (centaines de chasseurs, milliers de blindés, centaines missiles anti-aériens, centaines de milliers d’armes légères) et chimiques, à la logistique et aux images satellite en temps réel, au soutien diplomatique à l’ONU, de la part des deux blocs atlantiste et soviétique à la fois. Sans parler de l’entrée en guerre directe de Washington contre l’Iran dès 1987 (opérations Prime Chance et Praying Mantis, vol Iran Air 655).

      Comme le rappelle si bien M. Soral à propos de la Russie, le fait que Poutine soit membre du conseil de la Cité de Londres ne modifie pas le tableau d’ensemble. Le meme constat s’impose dans l’affaire "Irangate".


  • Sur Europe-Israel on se bouche le nez : " Enthousiasme indécent du ministre des affaires étrangères britannique "...


  • " Les ambassadeurs sont des espions titrés " (Chateaubriand) .


  • #1252408

    l’iran vient de signer son arret de mort !


  • #1254595

    Une ouverture d’ambassade, c’est généralement un événement positif. D’ailleurs franchement, tout ce qui permet de tourner la page "révolution Islamique" me réjouit.
    C’est cette révolution qui a incité l’URSS à enflamer la poudrière Afghane, conduit à la guerre Irano-Irakienne qui a condamné le parti Baas, social et laïque. Après 10 ans de conflits, il y avait des armes dans toute la région : une invitation lancée aux américains toujours prêts à jouer leur numéro de cow-boy. S’en était fait du pan-arabisme !
    Le MI6 n’aurait pas fait mieux.

     

    • #1254798
      le 28/08/2015 par Révolutionnaire khoméiniste
      Réouverture de l’ambassade britannique à Téhéran

      L’invasion soviétique de l’Afghanistan s’explique par plusieurs facteurs, la Révolution iranienne n’étant pas le principal. La guerre civile afghane avait débuté avant la Révolution iranienne, suite au coup d’Etat du Parti démocratique populaire afghan, d’obédience marxiste et pro-soviétique, en 1978. Moscou était tenu d’assister son allié local d’une manière ou d’une autre, que la Révolution islamique d’Iran ait eu lieu ou non. L’Iran ne porte pas la responsabilité des erreurs stratégiques et / ou tactiques de l’URSS.

      Concernant l’Irak baasiste, elle n’avait qu’à s’abstenir d’envahir l’Iran, déclenchant ainsi la guerre qui s’ensuivit. Là encore, la République islamique d’Iran ne peut etre tenue responsable de l’expansionnisme agressif de Saddam, dont il faut souligner que les visées sur la province pétrolifère iranienne du Khouzestan précédaient de loin la Révolution islamique.

      Quant aux Etats-Unis, cela faisait déjà des décennies qu’ils jouaient aux "cowboys" dans cette partie du monde, notamment en renversant le gouvernement démocratiquement élu du premier ministre iranien Mossadegh en 1953, en le remplacant par le régime du chah, en surarmant ce dernier, en soutenant des pouvoirs répressifs en Turquie, en Arabie saoudite, en Egypte post-nassérienne, en Jordanie etc ; et surtout, en appuyant le régime sioniste d’occupation en Palestine, source du conflit aux ramifications les plus vastes dans la région.

      Les entreprises de conquete territoriale, les agressions militaires, les occupations illégales, les guerres dites "préventives", ne sont pas seulement illégales du point de vue du droit, elles ne se justifient sous aucun prétexte moral ou politique.

      La Révolution de 1979 a été un revers décisif pour la CIA, le MI6 et le Mossad (plus encore que pour le KGB). C’est précisément pour cela que l’empire atlanto-sioniste n’a eu cesse, depuis 1979, de chercher à punir par tous les moyens le peuple iranien pour avoir renversé le régime pro-atlantiste du chah, et pour avoir osé recouvrir son indépendance et sa souveraineté nationales face aux deux impérialismes (étasunien et soviétique) du moment.

      Le mouvement révolutionnaire du peuple iranien est donc tout aussi louable que le pan-arabisme de type nassérien. Ce dernier avait cependant déjà été enterré depuis les accords de Camp David, c’est à dire avant la Révolution islamique d’Iran. La capitulation des régimes arabes par rapport à l’empire atlanto-sioniste n’a pas eu pour cause la Révolution iranienne.


    • #1255074

      Je me suis trompé. Je ne connaissais pas ce M.Mossadegh, pas plus que l’Opération Ajax. C’était lui le grand homme. Pas le chah.

      Mais pourquoi avoir fait une révolution islamique alors qu’il existait un modèle... Gaulliste ! Pourquoi Khomenni faisait-il du lobbying auprès des communautés chiites d’Irak pour défaire le Baasisme ?
      Je sais bien, il a sorti l’Iran de la sphère atlantiste ! Mais ces quelques points marqués pour la cause multi-polaire ne compensent pas la tragédie que connait le monde musulman aujourd’hui.


  • Afficher les commentaires suivants