Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

LuxLeaks : les lanceurs d’alerte à nouveau devant les tribunaux luxembourgeois

Aujourd’hui [12 décembre 2016, NDLR] s’ouvre le procès en appel des lanceurs d’alerte de l’affaire LuxLeaks, Antoine Deltour et Raphaël Halet, qui ont mis en lumière les accords secrets passés entre le Luxembourg et des dizaines de grands groupes internationaux pour minimiser leurs impôts. Un rappel que derrière les effets d’annonce à répétition, la bataille contre l’évasion fiscale des multinationales se poursuit. En France, le Conseil constitutionnel vient de censurer le reporting fiscal public des multinationales, inscrit dans la loi Sapin 2. Les arrangements de complaisance entre ces dernières et les gouvernements européens, dont le nombre a presque triplé entre 2013 et 2015, pourront donc continuer à proliférer toute tranquillité.

 

Le procès en appel de l’affaire LuxLeaks s’ouvre ce 12 décembre au tribunal correctionnel de Luxembourg. D’un côté de la barre, PricewaterhouseCoopers (PwC), un cabinet de conseil luxembourgeois dont la spécialité est d’aider ses très gros clients à « optimiser » leurs impôts. Comprenez : à en payer le moins possible malgré les énormes profits engrangés. De l’autre, deux anciens salariés de ce cabinet, Antoine Deltour et Raphaël Halet, ainsi que le journaliste Edouard Perrin (France Télévisions), déterminés à dénoncer ces pratiques à la limite de la légalité.

« La décision de faire appel vient fondamentalement du jugement qui paraît incohérent, souligne Antoine Deltour. Le tribunal reconnaît l’intérêt général de ma démarche contre des pratiques d’optimisation fiscale moralement douteuses. Il reconnaît également que Raphaël Halet et moi sommes des lanceurs d’alerte, que notre action a permis une plus grande transparence fiscale et que nous avons contribué à un débat politique mondial important. Du coup je ne comprends pas pourquoi me condamner : cela revient à dire que nous n’aurions pas dû promouvoir la transparence fiscale et servir l’intérêt public. À partir du moment où on fait ce constat là il faut encourager cette démarche, pas la condamner. »

Lire la suite de l’article sur multinationales.org

Pour comprendre la finance, ses circuits et ses lois, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Rholala, le gros bug dans la matrice !
    Évidemment, si des joueurs dans ce monopoly géant font tout pour payer le moins d’impôts possible, ce qui veut clairement dire "on partage le moins possible !", le jeu finira inexorablement par un bleu screen of death, soit un crash complet du jeu !

    Bon en meme temps, les protagonistes ne seront sûrement plus là pour le subir donc on peut comprendre qu’ils se les tappent sévère sur le coin d’une table.

    Pour ma part, je pense que je finirais par me les tapper aussi mais dans un contexte different, lorsque je me ferais embaucher comme assistant auprès de la grande faucheuse.


  • "En France, le Conseil constitutionnel vient de censurer le reporting fiscal public des multinationales"...
    Et qui est le président du ’conseil constitutionnel’.. ?


  • Chamfort : " En France on laisse en repos les incendiaires et on persécute ceux qui sonnent le tocsin ". En Belgique aussi . C’est Juncker le grand "optimisateur fiscal" des multinationales US en Europe, et c’est pourquoi les US l’ont bombardé Président de la Commission .