Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Lyon 2 : un étudiant dénonce une obsession pour les questions de genre et de race

Avant de vous passer des extraits de l’interview de l’étudiant « Printemps républicain » plongé par mégarde dans un bain antifa de la tête aux pieds, on a retrouvé une vidéo de l’impayable Nathalie Dompnier, la présidente inclusive de l’université Lyon 2. Nathalie résume à elle seule 50 ans de masochisme idéologique. Il y a deux ans, elle avait autorisé du haut de son autorité fulgurante et de son antiracisme poignant 40 migrants à occuper un grand amphi de sa fac au détriment des cours des étudiants dont elle a la charge. Un symbole, une synthèse, un sommet !

 

 

Le suicide définitif du gauchisme éducatif

On a retrouvé un colloque atroce « animé » par Nathalie sur les conflits d’intérêts, ce qui tombe bien. La vidéo est de mauvaise qualité, comme la fac qui préfère plomber ses étudiants et les orienter idéologiquement vers l’abîme que de passer pour dangereusement raciste.

« Et puis troisième aspect, troisième point de cette plateforme éthique, une démarche recherche-action en faveur d’une éthique dite embarquée d’une intermédiation de ces enjeux dans les projets de recherche... »

 

Un conseil aux antifas et autres gauchistes qui sèment le désordre à l’université Dompnier avec les encouragements de la présidente : on en reparlera dans deux ou trois ans quand vous serez collés avec votre bac+5 douteux à la friteuse du Macdo de Bron !

Le site pour étudiants brolife.fr a publié un article intitulé « Tu ne devineras jamais l’ambiance qui se cache au sein de l’université Lumière-Lyon-2 ».

Partir à Lyon ? Le problème, c’est que je ne connais pas cette ville. Mais j’ai justement prévu d’y aller durant mes prochaines vacances car après Toulouse et Bordeaux, Lyon sera la troisième ville où je me rendrai pour vous dire si elle en vaut la peine. Cependant, j’ai trouvé des témoignages très intéressants concernant une fac en particulier : L’Université Lumière-Lyon 2.

Dans un topic du site jeuxvidéo.com, un utilisateur a décrit son quotidien au sein de cette université et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est loin de vendre du rêve ! Alors je sais, souvent on dit que les membres de ce forum aiment bien lancer des braises mais dans ce cas précis, beaucoup de témoignages se rejoignent. Et ça ne peut pas être un hasard. Ainsi, allons voir ce que cache cette université de plus près.

[...]

JPEG - 421.1 ko
La fac poubelle(s)

 

Un master Étude de genre

À l’université Lyon 2, on étudie principalement les sciences humaines et les lettres. Cependant, la principale démarcation de cette fac se tient dans sa visée politique. En effet, la plupart des étudiants (surtout les étudiantes) ont une idéologie très « extrême-gauche », un sorte de socialisme poussée à l’extrême à tel point que l’on pourrait croire à une parodie. Au sein de cette fac, beaucoup d’associations vegan, pro-LGBT et féministe cohabitent.

Les étudiants en tant que tel possèdent une vision de la vie très limitée. Il peut s’agir de communistes qui ont à peine 18 ans et qui ont jamais travaillé de leur vie. Ces mêmes personnes qui vont t’apprendre ce qu’est la lutte des classes. Leur mentalité est simple : « Tout le monde est beau, gentil ». Ils ont tous la même pensée, ce qui complique les débats puisque tu as l’impression d’entendre des arguments formatés par la fac.

Tenir les portes aux femmes, c’est considéré comme une agression

Les filles sont pires que les mecs. De ce qu’on apprend : Si tu tiens la porte à une fille par gentillesse, elle te regardera avec un certain mépris. Les discussions entre filles se résument à des sujets tels que le veganisme, la sexualité et les politiques d’extrême-gauche. Sans oublier le féminisme et bien sûr les anecdotes de soirée, sinon ce n’est pas drôle. Leur idéologie est telle que si tu discutes avec une fille lors d’une soirée en vue de passer un moment plus intime avec elle, deux configurations existent :

- Soit tu as les mêmes idées tordues qu’elle et tu peux donc conclure ;

- Ou alors tu as une opinion différente de la sienne, non formatée et une désillusion se construit dans son regard. Bien évidemment, elle te méprisera le reste de la soirée.

Les filles qui sont en fac de psychologie sont les pires selon un autre membre. Elles pensent avoir raison et peu importe ce que tu sors, elles auront raison. Et les profs les soutiennent dans leurs délires.

[...]

Et enfin, les profs. C’est très simple, leur idéologie se transcrit à travers leurs cours. Entre la prof d’anglais qui réalise des cours anti-Trump systématiquement (ce qui formate davantage les étudiants), des profs « clairement communistes et qui orientent à mort leurs cours », le compte est bon.

On peut conclure par ce qu’un membre a dit concernant l’idéologie qui règne au sein de ce campus. « Le gauchisme poussé à son paroxysme ça donne ça, une classe de branleurs qui ressassent sans cesse les mêmes conneries, ils sont d’accord sur tout, se ressemblent tous, répètent les mêmes arguments en boucle toute la journée. C’est encore plus caricatural que les gens l’imaginent. »

Notre analyse pas très inclusive...

 

Tout ça serait bien sympathique si ces milliers d’étudiants manipulés n’étaient envoyés sur le front social sans armes ni défenses. On sait ici, par expérience, que le gauchisme est un plan du champ de bataille social complètement faux, élaboré par des cyniques qui prennent ainsi facilement le pouvoir sur les jeunes esprits, en utilisant pour cela très habilement leur volonté de vivre dans un monde plus juste et de changer (un peu) les choses.

À l’arrivée rien ne change, bien sûr : les étudiants pauvres embrigadés par les sections gauchistes restent pauvres, et surtout cons, cons comme synonyme d’ignorants. Ils restent pauvres, cons et sans emploi, ou alors avec des emplois minables qui les dévalorisent et qui les rendent frustrés, haineux. Cela crée toute une classe de revanchards sociaux qui ne trouvent plus que la révolution violente pour changer les choses.

Et ça tombe bien, c’est ce que leurs directeurs de pensée leur inculquent ! Mais à une condition : qu’ils ne touchent pas au pouvoir profond, celui de la Banque et des réseaux occultes, et qu’ils tournent leur ressentiment personnel contre les « fascistes », cette catégorie des Français qui justement ne se laissent pas entuber par l’hyperclasse, ou qui lui résistent frontalement. Les gauchistes sont bien l’armée inconsciente, prolétarisée et sous-payée du Capital.

- La Rédaction d’E&R -

 


 

« On s’inscrit pour avoir du Max Weber et on se retrouve avec des amis de Rokaya Diallo »

Un ancien étudiant de licence en sciences politiques dénonce la dérive militante de l’enseignement à Lyon 2, et l’obsession des enseignants pour le genre et la race. Il a fait l’objet de menaces à la suite de ses révélations.

 

Eliott Savy est un étudiant presque comme les autres, en science politique à l’université Lyon 2. « Presque », parce qu’il est engagé au Printemps républicain, tandis que ses camarades sont le plus souvent membres d’associations pro-migrants ou féministes. C’est pourtant le génie de l’université française : faire étudier ensemble des élèves de tous horizons, réunis par l’universalité des savoirs et de la culture.

Mais au terme de ses années de licence, il a vite déchanté : à Lyon 2, dénonce-t-il, l’idéologie est omniprésente et la faculté n’hésite pas à prendre publiquement position, encourageant ainsi ses étudiants à aller manifester devant la préfecture pour réclamer « l’accompagnement des migrant.es » (sic). Dans un long post sur Twitter, partagé des centaines de fois, il a publié de nombreux exemples de la confusion qui règne bien souvent entre sociologie politique et engagement partisan, dans les cours dispensés dans son université.

 

 

Contacté par une journaliste locale, Diane Malosse, l’étudiant témoigne au Progrès de ces dérives. Mais à la suite de la parution de l’article, son nom est tagué sur un arrêt de tram et il reçoit de nombreux messages d’insultes et de menaces : certains cherchent à le dissuader de parler. Le FigaroVox a au contraire décidé de lui laisser la parole.

 

Vous dénoncez des dérives idéologiques à l’université Lyon 2 : selon vous, certains enseignants utiliseraient la science politique comme prétexte à une tribune militante, sans que la neutralité scientifique soit respectée ?

Le vrai problème, c’est que je suis très mal placé pour le dénoncer. Je n’étais qu’un étudiant en licence de science politique, face à des professeurs qui parlent du haut de leur autorité scientifique. C’est d’ailleurs pour cela que je n’ai rien dit au départ, mais que j’ai envoyé les plans de cours et les lectures conseillées et obligatoires à des amis que je connais dans le milieu universitaire, extérieurs à Lyon 2, qui m’ont aidé à décrypter.

Par exemple, prenons le cours « Sociologie des mobilisations collectives » : quand la première séance, juste après celle consacrée à la méthodologie, s’intitule « les effets de la répression sur les mobilisations et les militants » avec un texte sur la mort de Rémy Fraisse à lire, on se dit que le choix de commencer avec ce thème, immédiatement, sans même avoir défini ce qu’était une mobilisation collective, dénote davantage d’une démarche militante que pédagogique ! La suite du syllabus est évidemment très engagée, et n’est engagée que du côté de l’activisme d’extrême gauche, de « black live matters » à des lectures obligatoires sur l’intersectionnalité, sans que nous n’ayons jamais à étudier un autre point de vue que celui des activistes eux-mêmes. Démarrer la notion de mobilisation sur les violences policières et la répression, cela m’a semblé être un parti pris idéologique.

Même les cours les plus anodins ne sont pas exempts d’une orientation politique. Ainsi, le cours « Politiques de l’union européenne » dont on peut retrouver l’intitulé dans toutes les universités de France commence par « La politique européenne d’immigration », avec une référence à Amphi Z (immeuble occupé illicitement recevant des migrants sur Villeurbanne) et à SOS Méditerranée. À chaque fois, les questions politiques les plus sérieuses ne sont abordées presque qu’au prisme de l’activisme des ONG. Même pour un jeune étudiant de licence, cela peut surprendre.

[...]

JPEG - 109.3 ko
Nathalie ou le sourire radieux de la fac qui remplace ses étudiants par des migrants

 

La direction de l’université elle-même prend parfois des positions militantes, en faveur des migrants par exemple ?

Non seulement elle en prend, mais en cours les exemples d’associations qui soutiennent parfois clandestinement les migrants sont omniprésents. Le plan du cours sur l’Union européenne que je citais en est une caricature.

Sinon, lors de l’occupation d’un tout nouvel amphithéâtre durant le mois de novembre 2017, l’université a clairement pris position. La présidente, Nathalie Dompnier, a même affirmé publiquement dans un mail envoyé à tous les étudiants qu’elle ne ferait pas évacuer l’amphithéâtre.

Cela va même plus loin, puisque des UFR, comme celle d’Anthropologie, Sociologie et Science Politique, a envoyé un mail, début décembre 2017, qui « salue l’engagement citoyen des étudiant.es mobilisé.es dans l’accompagnement des migrant.es » et qui « appelle à participer » à une manifestation de soutien devant la Préfecture du Rhône.

Lire l’article entier sur lefigaro.fr

Ne pas louper la Dompnier, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

73 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Nathalie Dompnier a tout d’une lesbienne, lunettes d’intello, cheveux courts et sourire infantile .

     

  • Cette Nathalie au sourire radieux confond les études avec le militantisme gauchiasse ce qui n’est pas son travail, ni le travail des étudiants dans une fac.
    Excusez-moi, mais dans un pays normal, avec une éducation normale, cette présidente de fac devrait être limogée .
    Il ne faut pas s’étonner après que les gamins aillent faire leurs études dans d’autres pays que la France , d’ailleurs je les encourage..

     

  • " Université Lumière-Lyon 2 ? Supprimez moi la référence à ces pétainistes de Frères Lumière ! " .


  • souriez !!! c’est vous qui payez.. !!


  • "Nathalie Dompnier, la présidente inclusive de l’université Lyon 2."

    j’ai fait un effort, je suis allé voir quand même, enfin, finalement, merde !
    ce que ça peut bien signifier "inclusif", "inclusive" : (je butais dessus, l’air de rien)
    - Inclusif se dit de quelqu’un ou quelque chose qui n’exclut personne et qui vise à réunir toutes les sensibilités, à inclure chacun.

    Ok.
    au final, une masse grise, indéfinie, des zombis, quoi...

    je comprends mieux pourquoi parfois on me regarde de travers
    je ne dois pas être "inclusivable"...
    lol, leur "inclusif", il a des limites, apparemment...
    en fait, il faut que tu rentres dans un moule de merde, et pis c’est tout


  • Si j’étais étudiant à l’Université Lyon II, je me plongerais sur l’étude de l’exactitude historique : pour faire genre...


  • tous ces gens-là qui se posent la question du racisme à tout bout de champ

    quel est leur rapport à l’autre ?

    ils ont une vision raciste du monde
    ils te jugent direct selon ton aspect extérieur

    et non seulement ça, mais ils te demandent des comptes,
    afin de justifier toute leur paranoïa dégueulasse

    ce sont des dingues, qui ne savent pas vivre

     

    • tout le monde juge tout le monde sur son aspect extérieur, puisqu’il faut du temps pour apprendre à connaitre quelqu’un
      faudrait ptet arrêter de délirer et de se faire passer pour des saints, le jugement EST humain, les préjugés aussi, les généralisations aussi, les sentiments, l’amour, tout comme la haine, aussi, et même le rejet, et les comparaisons, les fameux "amalgames" c’est comme ça, nous sommes imparfaits, nous ne sommes pas Dieu et nous ne le serons jamais
      putain de dictature des sentiments, qui va jusqu’à nous intimer l’ordre de ce qu’on doit ressentir, quel carcan, tu n’en as donc pas assez d’appliquer sagement les leçons de tolérance et d’"amour" de ceux qui te réduisent en esclavage ?


  • Quand je pense que j’ai baigné des années dans la gauchiasse avant de découvrir Alain Soral. Puis tout le reste est venu tout seul.

     

    • ... rassures toi, tu es très loin d’être le seul qui puisse faire cette remarque !!!


    • Ben les gars c’est pas compliqué ! c’est grâce au travail d’Egalité & Réconciliation qu’on a pu rester de gauche ! Mais de la vraie gauche : et échapper à la dissonance cognitive, et du coup être en bien meilleure santé, avec l’appétit de vivre, la créativité, les amours, les lectures....
      Merci Alain... merci vraiment pour tout ce courage, ça vaut la peine... si tu voyais autour de nous dans nos vies ces gens qui comprennent petit à petit, qui vont mieux.
      Ils peuvent flipper, dans les réseaux. L’outrance et le ridicule de Lyon2 c’est la signature d’une défaite idéologique définitive.


    • Pareil... J’ai débuté avec la Fédération Anarchiste et j’ai compris que si tu n’avais pas le "look" qui va avec ,la question des idées n’avait aucune importance et je n’ai vu que des gens qui se réunissaient pour boire et être "entre eux",une fermeture d’esprit que je n’avais jamais vu,bref j’ai fui.
      Mon fils qui est au lycée me raconte des cours,c’est désespérant...Ils ont un cours sur les médias et "la bonne façon de s’informer".On leur a demandé s’ils étaient déjà allés à une conférence,il a dit qu’il était allé voir notre Président,le prof lui a quand même dit "je ne partage pas ses idées...mais il a une grande éloquence..." Je lui ai dit de ne pas tout dire de ses lectures et de son admiration d’Alain Soral car je sais qu’il sera malmené par les profs,plus tard,quand il sera sorti de ce système quasi obligatoire il pourra s’affirmer.En tout cas moi je n’ai pas la possibilité de lui faire l’école à la maison mais il sait où trouver d’autres sources.


    • C’est grâce à Dieudonné et Internet (Soral et E&R) depuis 2004 que je suis revenu du domaine boutonneux pré-pubere des gauchiottes moribonds !


  • Bonjour,

    Je confirme. Lyon 2 est une université crasseuse, une synthèse du campus gauchiste. Même les lieux sont laids et dégradés.
    Tout ce qui est dit dans l’article est exact.
    J’ai un jeune camarade qui est étudiant sur place. Nous avons eu de nombreuses discussions autour de la géopolitique, la situation sociale et économique de la France et de l’Europe, les évolutions sociétales. Je l’ai encouragé à s’informer autrement en évitant de l’orienter (j’ai préféré qu’il se forge sa propre opinion). Il n’a pas tardé à fréquenter le site E&R entre autres sources d’informations.
    Il m’a raconté avoir, au cours d’une soirée étudiante avec des condisciples de Lyon 2, cité Alain Soral et Gilad Atzmon. Cris d’orfraie, regards outrés, expression de dégoût. Je ne vous dis pas le scandale. Par la suite il s’est retrouvé ostracisé et perçu comme un semi facho. Mais bon, il s’en fout et surtout cet incident l’a convaincu qu’il était sur la bonne voie.

     

    • Votre camarade fait preuve d’intelligence ,semble frondeur et se fout de l’opinion des moutons ?

      Excellent ! Sérieusement, à cet âge la, surtout a notre époque, surmonter la pression des pairs, c’est pas rien. Honneur au petit jeune, qui s’epargne 15 ans de conneries, en sautant l’étape de l’idéalisme gnian-gnian propre a la jeunesse.


  • J’attends avec délectation que tous ces postulants au suicide collectif prennent leur migration en pleine gueule.


  • De toute manière, la CGT étudiante tracte aux entrées des universités comme lors de la fameuse période d’Avril 2018, dont celle de la vidéo du chien de Tolbiac.
    Quant à la présidente sur la vidéo, de fait répété en boucle, elle en a oublié universalisme à ses justifications humanistes.

    Plus globalement, la lessiveuse progressiste, de préférence socialo-libertaire dans ce type d’enseignements, formate les futurs leaders sociétaux de la République.
    Il ne faut donc pas s’étonner que numériquement, la République possède une supériorité incontestable dans son armée de petits soldats et qu’elle ne lâchera jamais son monopole, consciente de posséder une machinerie inégalable avec l’Education Nationale.

    Ce qui me fait penser que le lâchage de lest récent sur quelques grandes écoles prestigieuses (ENA, ENM) ne pose pas de grands problème à la République, tant qu’elle contrôle l’enseignement supérieur.
    D’ailleurs, elle serait même capable de les recycler sous un autre badge, c’est dire.

    Une pensée pour l’étudiant qui a craché le morceau, il va en baver, c’est certain, je pense même qu’il ne terminera pas son cycle universitaire, j’espère me tromper.
    C’est aussi la réalité de nos universités en République, la violence idéologique des syndicats étudiants se conjugue avec pressions psychologiques voire physiques, paraitrait-il que cela fasse même parti de la formation de base.


  • Rien ne l’oblige à s’inscrire dans ce dépotoir. On sait que les facs sont gangrenés par le gauchisme depuis les années 70. À l’époque la violence de l’extrême gauche était autrement plus efficace que les branleurs d’aujourd’hui. Qu’ils s’agrègent au même endroit est plutôt une bonne chose, qu’ils prennent autant de clandos que possible aussi. On vit bien dans un pays partitionné donc qu’ils jouent leur partition ensemble et qu’ils laissent les bourgeois en paix ! Sur ce je pars à Sao Paulo prendre du repos.

     

  • Je comprends maintenant la forte présence d’antifas à la CGT. Faire des études de "sciences sociales" pour finir animateur de médiathèque, des contrats hebdos de 20h,...

    On voit déjà des personnes de 30 - 40 ans, issues de ce parcours, dans des situations très précaires (chômage de longue durée, parents isolés, pathologies de déclassement (surpoids, diabète,...)) abîmées et viellies précocement.

    A contrario je vois déjà dans les supermachés des familles africaines d’immigration récente, propriétaires de voiture, 2 - 4 enfants, avec un sourire et une envie d’aller de l’avant.

    Bref, si ils veulent faire de la sociologie, qu’ils s’interrogent un peu sur eux-même. Ou ouvrir un master suicide français.

     

  • Toutes ces lesbiennes et ces PD qui font le maximum en terme de bordel associatif et manifs pour conserver les immigrés presque toujours clandestins sur le territoire national pour ensuite les ramener à domicile , dans une logique de générosité intérèssée ... ça se termine souvent très mal pour l accueillant
    L actualité libre celle dont on peut encore disposer sur le net recense un nombre important de gauchiasses immigrationnistes découpée poignardées et décapitées chez elles par leur hotes bien aimés ... ça se compte par dizaine de victimes chaque année outre les viols
    La dernière victime en date est la jeune Audrey , leader du Mouvement de la jeunesse caennaise ( mouvance gauchiasse pour etre claire ) morte le 16 septembre 2019 après avoir reçu 14 coups de couteau à son domicile à Saint Ouens le suspect est un immigré clandestin Africain qu elle hébergeait
    Quant à Pau des PD boomers exigent la régularisation d’un nigérian sodomite .... et on se donne RDV dans quelques semaines dans la presse pour vérifier ce qui est devenu la règle pour l accueillant ... désormais


  • Lyon3 philo c’est pareil, je suis le seul auteur réel en métaphysique qu’ils pourraient écouter de toute leur vie mais ils m’ont blacklisté parce que je dénonce le Bien des-derniers-qui-sont-des-premiers qui les a zombifiés exactement comme à Lyon2.


  • Pareil pour paris 7 (denis diderot)
    A l’époque, entre lacroix-riz, et gauthier la succube robespierriste, c’était invivable ;
    Ajoutez les cours de G.Houbre sur "genres et sexualiés" (totalement orienté, ça va de soi), et la coupe était pleine.

    Impossible d’être divergent

     

  • J’ai connu cette fac en histoire il y a 20 ans, c’était déjà un repère de gauchistes décérébrés mais là on tutoie les sommets...
    Au dessus c’est l’soleil comme dirait ce bon Dieudo !


  • Cet étudiant est lui même bien formaté par la fac.
    La "scientificité" sur toutes les bouches qui leur permet de justifier leur position et d’affirmer qu’ils détiennent, et eux seuls, la vérité. La science, via le progrès, est leur religion (au dessus, c’est la shoah) !

    Et c’est un ancien étudiant en bio de Strasbourg qui vous l’dit !

    Mordicus !

     

    • S’ils se gorgent de "scientificité", alors qu’ils aillent en maths, physique, chimie, biologie, parce que les "sciences sociales", bah désolé, mais c’est une insulte pour le terme "science" !

      Ayant fréquenté une fac réputée rouge dans les 80s, les gauchos de l’époque (oui j’avoue j’en étais, mais bon.....qu’est-ce qu’on est cons quand on est jeune...pas vrait Yann...) sont complètement dépassés et has-been, rien que par la patronne du lieu !

      JE plains de tout coeur les jeunes camarades étudiants lucides, qui doivent se taper ce marigot puant pendant plusieurs années, et se dissimuler sous peine d’ostracisme voire de violence.

      Ce pays est vraiment devenu complètement fada !


  • Hypothèse : l’inconscient collectif de l’occident, considérant la pente funeste sur laquelle notre civilisation était engagée avec ces hordes de connards manipulateurs, a fait émerger la figure de Jordan Peterson, comme un gigantesque et scientifique doigt d’honneur fait au marxisme culturel qui tendait à s’imposer à la majorité silencieuse dans la foulée du libéralisme libertaire. Pour rétablir un certain équilibre et maintenir un niveau de santé mentale permettant à la foule de se défendre contre ces insanités.

    Il est impossible d’écouter ce gars-là sur le sujet sans rapidement se rendre compte que ces gens, comme tout gauchiste et tout antifa qui se respecte, mettent systématiquement leur idéologie, qu’ils appellent le "Bien", au dessus de la réalité et de la vérité. Certains passages de ses cours sur la personnalité, traitant de la notion de hiérarchie ( hiérarchie ? fasciste ! ) et de son inscription dans le vivant en tant que nécessité, sont à cet égard édifiants...

    Nos amis les marxistes culturels sont des minables qui veulent le pouvoir. Non pas sur la base de leurs compétences ( ça, ça supposerait beaucoup, beaucoup de travail pour être meilleur que les autres... ), mais sur celle de leur statut autoproclamé de "défenseurs de l’égalité", c’est-à-dire du "Bien". Les profs dont parle l’étudiant ? Une petite coterie de lobbyistes qui s’est fait une place au soleil par cooptation grâce à son militantisme. Les humanités, et plus encore les sciences sociales, sont clairement à la dérive.

    Etre un con de gauchiste quand t’es jeune, ça peut s’excuser : t’es un jeune con qui ne sait rien donc le terrain est propice. Par contre, les professeurs, ceux-là, faudra pas les oublier dans nos prières et, le moment venu, vérifier comment ils ont pu arriver là. Il est vrai que la nomination des profs de fac est sujette à caution depuis très longtemps, en particulier dans les sciences molles. Les écuries d’Augias ?


  • Je confirme l’état de cette université, particulièrement celui du campus de Porte des Alpes (Bron/Saint-Priest). Visuellement un taudis, peuplé de sortes de punks-à-chiens et autres immondices gauchistes à dreads. Certaines des intéractions que j’ai pu avoir là-bas ont été sidérantes. L’atmosphère est exécrable. J’allais écrire quelques anecdotes mais je me rends compte qu’il y en a juste trop... Comme ce gros lard de doctorant dont les cours consistaient à monologuer avec sa grosse gueule en se roulant une cigarette, qui nous a très sérieusement dit qu’il y a "toujours quelque chose à faire pour contrer le système", "toujours une façon militante d’agir", comme par exemple... de "ne pas fumer des Philip Morris parce que Le Pen, il a des actions chez eux". Waouh, c’était un vrai révolutionnaire lui.

    Rassurez-vous, la plupart des étudiants sont (seraient) normaux, mais bien souvent le conditionnement fait qu’il faut un sevrage de plusieurs années après pour se défaire de la peur de penser différemment. Pour ma part, je trouvais dès le début tout cela très répugnant mais aussi très drôle tant c’était le bazar, je me prenais pour Dante aux enfers, se cachant le visage sous sa capuche (sauf que moi, c’était pour rire) !

    J’ai lu une fois un américain qui disait que le gauchisme est le fruit de la survie d’enfants génétiquement inaptes dans la société moderne qui auraient eu à subir la séléction à d’autres époques, et, pour avoir vu le physique de nombreuses personnes là-bas, malgré la cruauté de la phrase, j’ai du mal à l’infirmer totalement.


  • Gauche des valeurs, fainéant du travail.

     

  • Le comportement des femmes est hallucinant. Comme dirait un humoriste franco-camerounais, on dirait qu’elles sont possédées. Et c’est partout pareil, dans tous les pays européens ou la propagande LGBT sévit, la haine anti-blanc. Et tout ces mouvements, féministes, migrationistes, remplacistes, climats, transgenres, deviances sexuelles en tout genre, vegan, harcèlement au bureau, sport violent pour les femmes n’ont qu’un seul but et meme mon chien pourrait le comprendre puisque c’est de l’arithmétique cours préparatoire, c’est d’empêcher les femmes d’avoir des enfants et pour les hommes, les pousser a la haine de soi, donc au suicide et a l’euthanasie pour les plus combattifs qui auront réussit a supporter toutes ces immondices culturels
    Les femmes deviennent complement folles

     

    • @ Rusty James

      "Les femmes deviennent complément folles"

      C’est à cause de la pilule contraceptive. Les Françaises adorent picorer ces cachetons chimiques comme des cachou. Pour elles, la carte vitale c’est une seconde carte bancaire. A la Sainte Purge, il ne faudra pas oublier de brûler toutes les pharmacies de France et de Navarre.


  • La Capitaine semble diriger sa Fac comme un Aquarius ou un « Sea-Watch 3 » à Quai..(à la Carola « Racketé) Les facs Françaises ressemblent de plus en plus à des succursales d’ONG qui ne disent pas leur nom.. À la Fac on y trouve tout sauf son chemin..
    Lilirose

     

    • @Robespierre

      On a le droit de distinguer la dimension "sociétale" et la dimension politique dans le travail de Peterson et partager son point de vue sur la première sans être à 100% d’accord avec lui sur la seconde.
      Sur les "fables idéologiques" que selon vous il propage :

      "Le libéralisme sauve le monde en réduisant la très grande pauvreté" : jusqu’à plus ample informé et à ce jour, cela semble vrai. La Chine a réduit sa pauvreté en appliquant les recettes du libéralisme économique tout en laissant soigneusement de côté, voire en interdisant, la dimension philosophique et sociétale de cette même idéologie. Les USA se sont appauvris ( les classes moyennes ) du fait de la logique mondialiste appliquée par ses élites. Cela ne change rien au fait qu’au jour d’aujourd’hui, Peterson peut continuer à dire ça car cela reste vrai.

      "Il feint de croire que le « marxisme culturel », soit du faux marxisme pour vrais crétins, s’identifie au marxisme" et "Comme si les rouges avaient combattu aux côtés des verts-de-gris" :
      Vous semblez avoir une affection particulière pour le communisme. Lui, non. Et moi non plus. Cela vous choque qu’il prononce le mot de "totalitarisme" pour parler de l’URSS ? Pas moi...
      Il s’agissait bien d’un régime totalitaire. Cela me paraît indéniable. Totalitaire, cela ne signifie pas fasciste. Ou nazi. Le totalitarisme n’est pas exclusivement "d’extrême-droite". Il peut être "d’extrême-gauche". Le communisme était un totalitarisme.

      Définition de totalitaire : Qui fonctionne sur le mode du parti unique interdisant toute opposition organisée ou personnelle, accaparant tous les pouvoirs, confisquant toutes les activités de la société et soumettant toutes les activités individuelles à l’autorité de l’État.


    • Quand je te lis, j’entends du Michel Onfray dans le texte, en particulier celui de la tentative d’expiation du crime lèse-Freud, alors qu’il se faisait le thuriféraire d’Arendt. La seule lecture de la définition du « totalitarisme » prête à sourire tant elle est incohérente. Elle décrit aussi bien le réel que l’expression « plan de sauvegarde de l’emploi ». Du prêt-à-penser tout frais sorti du moule Éducation nationale ou d’une chronique de plumitif à grande écharpe rouge.

      Quant à réduire les 70 ans d’histoire de l’URSS à quelques jérémiades sur la liberté qu’on assassine et le parti unique, la posture prête à sourire. C’est avoir singulièrement gobé les quelques heures de mémoire-géographie-philomorale inculquées en classe de terminale. Que reste-t-il de la Commune de Paris et de Marx dans cette fabrique en masse de crétins qui se croient autonomes ? Ça doit jacasser sur le trajet d’une chemise Levi’s à travers le monde pour se donner l’illusion d’une conscience.

      Pour oser employer l’argument du parti unique et la caricature de la société soviétique, il faut avoir oublié que l’actuel président de la France n’était connu de personne, n’avait exercé aucun mandat et a bénéficié d’une couverture médiatique digne d’un régime « totalitaire » avant d’être « élu ». Ou les deux 49-3 de Valls défendant déjà une loi Macron. Douce époque, puisque désormais on est passé au stade des blindés dans la capitale et des manifestants éborgnés.

      La prochaine fois, vise mieux. Ce n’est pas sous le bon commentaire que tu attaques. Sans doute un signe supplémentaire d’égarement. Et n’oublie pas : « range ta chambre, redresse toi comme un homard farouche, et lave toi le kiki. » J. Peterson.


  • Les gauchistes, ou les pires ennemis de la lutte de classe. De vraies raclures au service du capital cosmopolite. Le gauchiste promeut toujours activement l’idéologie individualiste jusqu’au délire en prétendant être collectiviste. Politiquement il n’y a rien en dessous du gauchiste, rien de plus veule, rien de plus bête. Rien ne le dépasse en matière de nullité. Un fasciste mérite plus de considération qu’un gauchiste qui pue la gangrène idéologique.

    Il faut toujours commencer par remplir les camps de rééducation par le travail avec les droits communs et les gauchistes. C’est la règle.

     

    • @ Robespierre

      "un gauchiste qui pue la gangrène idéologique." L’origine de la gangrène est la république judéo-maçonnique.

      "Les gauchistes, ou les pires ennemis de la lutte de classe." La lutte des classes est un concept satanique : Des pauvres lorgnant sur l’argent des riches. Deux catégories sociétales qui mettent l’argent au centre de leur réflexion. Si vous adhérez à la lutte des classes, Satan a déjà gagné.

      Vous ne pouvez vaincre l’argent-roi qu’avec le Christ-Roi, seul lui a chassé les marchands du temple.


    • Rien a redire si ce n est confirmer ton message : "quand je vois ce que produit le gauchisme a tous les niveaux je me dis que le fascisme doit avoir du bon"


    • http://trajectoire-situationniste.u...

      Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire d’études supérieures, mais pour apprendre un vrai métier, une profession : médecin, menuisier, dentiste, avocat, architecte, jardinier, violoniste, informaticien, graphiste, mécanicien,...

      Fuyez les institutes d’études politiques et autres UFR de Sciences politiques, les écoles de journalistes, ce sont des casernes d’endoctrinement idéologique, ils sélectionnent le conformisme idéologique.,


    • @PL

      Merci pour le lien. J’ai de l’intérêt pour les situationnistes, mais je n’ai jamais lu De la misère en milieu étudiant. « Ce texte peut être librement reproduit même sans indication d’origine ». On est à des lieues de la tambouille mercantile actuelle ou l’argent, fausse valeur, réifie tout ce qui vit.

      J’ajoute à mon message initial que le concept même de « marxisme culturel » est l’aveu que ces larves suivent une ligne néo-libérale, comme les asticots cherchent l’ombre, dans laquelle ne demeure en fin de compte qu’une collection d’atomes individuels qui emmouscaillent tous leurs confrères en humanité en les assommant avec des histoires nombrilistes : ce que je mange, avec qui — comment, où, pourquoi, quand — je baise, ce que je sens, et mes selfies.

      Ceux plus haut qui pensent que le salut vient de Jordan Peterson, même si dans le foutoir actuel un peu de bon sens réjouit, n’ont raison qu’en partie. Peterson propage deux fables idéologiquement essentielles au système actuel qui serait, d’après Thatcher, sans alternatives.

      1) Le libéralisme sauve le monde en réduisant la très grande pauvreté. Il oublie qu’elle progresse au États-Unis alors qu’elle régresse en Chine, et que la Chine n’est pas « libérale » et encore moins « néo-libérale » malgré les exemples de nouveaux millionnaires qu’on nous présente. Les grands enjeux stratégiques sont préservés des appétits privés, qui sont jugulés, et l’on n’y vendrait pas l’équivalent d’Alstom à une puissance étrangère. Libre ensuite à quelqu’un de faire fortune dans la nouille, les sex-toys ou la vente en ligne.

      2) Il feint de croire que le « marxisme culturel », soit du faux marxisme pour vrais crétins, s’identifie au marxisme. Qu’on se demande ce qu’il serait advenu d’un promoteur de la question des usagers des godemichés dans un congrès animé par Lénine. Peterson aime à rappeler qu’il a une collection d’affiches soviétiques en agitant le spectre du « totalitarisme ». Comme si les rouges avaient combattu aux côtés des verts-de-gris. Il revient sans arrêt sur L’Archipel du Goulag, livre propagandiste intensément promu par les « nouveaux philosophes », Glucksmann père et Lévy, qui s’affirmaient de « gauche ». Soljenitsyne y affabule au point de décrire des scènes de torture tout droit sorties de westerns. Le NKVD aurait torturé avec du miel et des fourmis...


    • @Robespierre

      On a le droit de distinguer la dimension "sociétale" et la dimension politique dans le travail de Peterson et partager son point de vue sur la première sans être à 100% d’accord avec lui sur la seconde.
      Sur les "fables idéologiques" que selon vous il propage :

      "Le libéralisme sauve le monde en réduisant la très grande pauvreté" : jusqu’à plus ample informé et à ce jour, cela semble vrai. La Chine a réduit sa pauvreté en appliquant les recettes du libéralisme économique tout en laissant soigneusement de côté, voire en interdisant, la dimension philosophique et sociétale de cette même idéologie. Les USA se sont appauvris ( les classes moyennes ) du fait de la logique mondialiste appliquée par ses élites. Cela ne change rien au fait qu’au jour d’aujourd’hui, Peterson peut continuer à dire ça car cela reste vrai.

      "Il feint de croire que le « marxisme culturel », soit du faux marxisme pour vrais crétins, s’identifie au marxisme" et "Comme si les rouges avaient combattu aux côtés des verts-de-gris" :
      Vous semblez avoir une affection particulière pour le communisme. Lui, non. Et moi non plus. Cela vous choque qu’il prononce le mot de "totalitarisme" pour parler de l’URSS ? Pas moi...
      Il s’agissait bien d’un régime totalitaire. Cela me paraît indéniable. Totalitaire, cela ne signifie pas fasciste. Ou nazi. Le totalitarisme n’est pas exclusivement "d’extrême-droite". Il peut être "d’extrême-gauche". Le communisme était un totalitarisme.

      Définition de totalitaire : Qui fonctionne sur le mode du parti unique interdisant toute opposition organisée ou personnelle, accaparant tous les pouvoirs, confisquant toutes les activités de la société et soumettant toutes les activités individuelles à l’autorité de l’État.


  • J’ai explosé de rire en voyant le dessin sous la phrase : Notre analyse pas très inclusive...


  • Ayant du récemment me rendre à Toulouse 2 Jean Jaurès (ex. Mirail), j’ai eu la surprise de découvrir des toilettes neutres ! La sémantique de la théorie du genre y est partout, pas seulement chez les jeunes gauchistes mais aussi chez les profs. La vitesse à laquelle les institutions se soumettent à cette merde est hallucinante. Dans le même genre (si j’ose dire), le CNRS lui-même préconise la mise en place de comités égalité-parité http://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/crea... dans les laboratoires. J’ai dit ouvertement dans un conseil aux collègues de mon labo (et oui, je suis universitaire, en sciences dures) que c’était une grosse connerie à laquelle il ne fallait pas céder, et qu’elle s’installerait avant tout grâce à la soumission de tous ceux qui n’osent pas se rebeller. Silence total de l’assistance. Une honte.

     

    • "...le CNRS lui-même préconise la mise en place de comités égalité-parité..."

      A ce propos, je suis scandalisé par l’absence totale de trisomiques, hommes ou femmes, parmi les chercheurs du cnrs. Je crois savoir qu’ils sont aussi totalement absents au cern. Hein ? Quoi, 55 de QI ? D’accord, mais un chromosome en plus. Et l’intelligence du coeur !
      On dira ce qu’on voudra, ça me paraît pas très inclusif, tout ça... A quand une thèse de doctorat intitulée "Bizou, Manman, ge taime" ? Là, oui. Là on se rapprochera de l’égalité.


    • L’université du Mirail est réputée pour être à l’avant-garde de toutes ces merdes pseudo égalitaire.
      La preuve, ils ont réussi à créer un Master genre : https://www.univ-tlse2.fr/accueil/f...

      Cela dit, la fac de droit du centre ville n’est pas mieux. Elle a la réputation d’être une fac ’’ de droite ’’ mais aux abords de la cafétéria, on trouve de nombreuses affiches en faveur de l’abolition... des prisons. ’’ Stop à l’incarcération ’’. Sauf sans doute pour Alain et Dieudo...


    • Je suis actuellement étudiant à l’université Toulouse 1 capitole et je trouve que le personnel enseignant et la presidente actuellement en place font un réel effort de neutralité politique, sauf en ce qui concerne l’union européenne qui est ventée à chaque occasion.

      J’ai aussi passé un certain temps a l’université du mirail, que l’on a renommé Jean Jaurès.
      La différence est saisissante, les murs sont tagués de slogans antifa, les toilettes sont marqués de signes féministes (dessins de clitoris et autres), les profs un tant soit peu dissidents sont écartés...

      Sans parler du blocus de 4 mois, ou les bloqueurs qui s’étaient rendus responsables de l’échec de plusieurs étudiants, y compris en master, trouvaient rien de mieux à dire que "ouin ouin" ou encore ’" :) ".

      A l’issue de ce blocus, un énorme tag à l’entrée de l’université où figurait : "Université autogérée du mirail".
      Les AG avaient également voté que tout le monde aurait 12/20 de moyenne.


    • @ achem

      Bien d’accord avec cet argument poil à gratter. Je me fais d’avance un plaisir à l’idée d’embêter mes collègues avec des gags de ce genre.


    • Je suis actuellement étudiant à Jean Jaurès (ex Mirail) et je ne peux que malheureusement confirmer tout ce que vous dites. J’irai même plus loin dans la preuve de la soumission totale de la fac à l’idéologie dominante et au pouvoir profond. Étant étudiant en cinéma, j’avais un cours de cinéma documentaire et autant vous dire qu’il y avait une certaine obsession pour "les heures plus sombres de notre histoire". Avant de nous balancer à la gueule Nuit et Brouillard et Shoah cette prof qui lisait son cours (Wikipédia) et le projetait en même temps laisse apparaître en préambule cette phrase qui là était bien d’elle : " Faurisson est mort :) ". Là ça m’a été absolument insupportable et je lui ai simplement dit : "qu’il n’y avait rien de plus bas dans l’échelle des valeurs que d’attaquer directement ou indirectement un mort. Tout ce que vous pouvez faire à la limite c’est lui rendre hommage ou si vous en avez l’honnêteté et la capacité intellectuelle vous pouvez discuter de ce qu’il dit réellement dans ses livres mais je doute que vous ayez pris le temps de les lire vu le niveau de mépris qui suinte de votre petite phrase". Cette prof étant soumise à toute injonction elle s’est empressée de supprimer sa petite phrase qu’elle a avoué être un excessive mais par contre j’ai eu tout l’amphi contre moi. Cette fac est perdue honnêtement, la doxa progressiste et gauchiste fait totalement consensus. Je n’ai encore vu personne s’y opposer un peu frontalement, tout le monde ferme sa gueule. Vivement que je me tire ! Je n’aurai aucun regrets.


  • Tout ce qui est dit dans cet article est tristement vrai. J’y suis passé à Lyon 2, brièvement.
    - de 16 à 20 ans je faisais des petits boulots, principalement dans le bâtiment.
    - à 21 ans j’obtiens une équivalence du bac (en suivant des cours du soir, après le turbin)
    - je débarque à Lyon 2, des étudiants me demandent dès les premiers jours dans quoi je veux m’engager, je répond géographie ; mauvaise réponse.
    Je devais choisir entre défense des LG (je crois qu’il n’y avait pas encore btculzoo+ à l’époque), xénophilie, féminisme, etc.
    Je choisis féminisme (en bon crétin d’ouvrier je pensais que ça consistait à plonger dans une foule de jolies filles, discuter d’égal à égal, pour ensuite pouvoir les sauter). Erreur, je me suis fait virer par des laidrons parce que j’avais l’esprit.... trop bourgeois !!
    Et tous les jours des tractations, des blocages parce qu’on est les gentils, des discussions fumeuses pour éradiquer les méchants... Et certains enseignants (pas tous quand même) qui zappaient la moitié d’un cours magistral pour discuter avec nous des combats à mener (en mode 68).
    J’ai pas fini ma première année.
    C’était il y a 10 ans.
    Aujourd’hui je suis artisan dans le bâtiment, à mon compte, heureux, et je prie pour toutes ces victimes de l’usine à crétins qui auront, je pense, du mal à être un jour épanouies.


  • Cela est vrai pour les fac littéraires, lettre, histoire, sciences po.... nous en médecine (il y a environ 5-10 ans) personne en avait rien à foutre de leurs conneries, l’UNEF venait même pas dans les amphi pq personne ne les écoutait... chacun avait ses opinions et les gardait bien souvent pour lui


  • J’étais en fac de langues à Nancy puis Toulouse il y a plusieurs années et donc ça a pu évoluer entre temps, mais ces facs m’ont paru quand même un peu moins dégénérées et idéologisées que celle de Lyon décrite dans l’article, néanmoins :

    L’aspect apprentissage de la langue ne pouvait pas être soumis à idéologie, mais l’aspect civilisationnel si, avec l’étude de la "littérature de la migration". Je n’ai rien contre l’étude d’auteurs du monde entier utilisant la langue cible, au contraire c’est une richesse, mais dans ces colloques il y avait toujours en arrière plan l’idéologie sans-frontièriste, avec des termes du genre "les mots n’ont pas de frontières" etc et des étudiants faisant des thèses là-dessus etc. J’enverrais ces maîtres de conférences payés 3 ou 4000 mille euros enseigner dans des banlieues pourries, ça les calmerait certainement dans leur idéologie et ils verraient ce que c’est le réel, parce que ce qu’ils prônent, ils ne l’assument jamais personnellement, ils ne voient jamais les résultats de l’immigration dans le concret.
    J’ai vu des trucs de fous, par exemple une prof qu’on fait venir de Rome avec avion, chambre d’hôtel et petits fours payés par le contribuable, pour faire un colloque de 1 heure devant 8 personnes sur la place des femmes dans tel courant littéraire (je n’exagère pas).
    De plus en plus d’étudiants sont de notre côté quand même : j’en ai connu un en fac d’histoire qui était en sous-marin de A à Z mais c’était dur pour lui de subir toute cette violence idéologique à longueur de journée, surtout en fac d’histoire. Il n’a pas pu s’empêcher dans un colloque sur la révolution en Ukraine qui présentait ça uniquement sous un angle positif de dire qu’on s’était alliés à des néo-nazis (des vrais pour le coup, pas des fantasmés) sous l’égide de BHL pour prendre illégitimement le pouvoir là-bas. Un autre pote , un colombien en fac d’espagnol mais qui lui s’en battait les couilles totalement, a dit à son prof que si Franco était resté au pouvoir, la jeunesse espagnole n’en serait pas à ce point de dégénérescence culturelle, inutile de dire qu’il n’a pas obtenu son Master.

    J’ai aussi entendu dire que pendant les dernières élections, pas mal de recteurs (Frères Maudits) se permettaient d’envoyer des mails aux étudiants invitant à faire barrage au FN, le devoir de neutralité du service public ce n’est pas pour eux apparemment.

    Merci à Alain Soral et à toute l’équipe d’ER, courage à vous !


  • Je peux témoigner d’une expérience proche en Belgique, à l’université de Louvain-la-Neuve où il y a plus de dix ans existait déjà une association, avec local, réservée aux homosexuels. Les cours de sciences économiques et humaines étaient truffés de profs gauchistes qui s’affichaient en temps que franc-maçon (avec décorations sur le costume), étaient même parfois wallingants voir même faisaient de l’apologie du groupe terroriste communiste des années ’80 les CCC. Quant à discuter avec les filles, c’était ce qu’il y avait de pire : un racisme hystérique sur leur propre race (le blanc responsable de tous les malheurs du monde) mais avec une porte de sortie tout de même en temps que "femme opprimée". Quant aux mecs là-dedans ? Ils auraient dit que l’Homme descend du canard et que Dieu est une femme à barbe si ça pouvait leur permettre de coucher avec les harpies entre deux joints consommés.
    Petite anecdote qui concerne la France : en 2002, cette même université avait créé une manifestation...anti-Lepen. De quoi je me mêle ?! Je n’ose même pas imaginer ce qu’elle est devenue une bonne dizaine d’années après. Et non, je ne veux pas le savoir.


  • Cela ne me surprend guere et me confirme les niveaux de manipulations, de cynisme et de foutage de gueule dont sont capables les gauchistes !
    En outre et certains me diront peut etre que c est cliche mais je trouve que plus le temps passe et plus les gauchistes ont le physique et les mentalites de ce qu ils sont en verite, des dechets !


  • Je me vois dans l’obligation de faire remarquer que l’écriture inclusive est profondément misogyne puisqu’elle antépose la terminaison masculine... Haro sur l’écriture inclusive ! (Ah la débilité inénarrable des progressistes-antifas-non-cisgenrés-et-mon-cul-sur-la-commode)

     

  • Tout ceci résiste peut être parce que le terme gauchisme est mal à propos qu’il faudrait lui préférer gauchissement : et l’on saisirait alors le pourquoi de tous ces esprits tordus qui partent en vrille.
    N’hésitons point : employons à qui mieux mieux le gauchissement pour lui opposer la droiture...


  • Un excellent résumé tranquille et propre du délire total des sociétés dégénérés complètements tarés en Occident !
    https://www.youtube.com/watch?v=i4X...


  • Quand on analyse plus profondément le profil psychologique de ces gauchistes crasseux (dans tous les sens du terme) , on voit par transparence l’anarchisme dans toute sa splendeur, ce qui sous-tend le dégoût pour la compétition, le dégoût des choses bien faites, l’indiscipline, l’absence total d’ambition professionnelle, une incapacité intellectuelle flagrante, la volonté du sabotage de l’université, car ils savent inconsciemment qu’ils n’ont pas de place dans cette société (même dans le domaine qu’ils ont choisi), alors ils veulent tout niquer par frustration pour pourrir la vie des autres. Leur lâcheté de voir la société en face est également bien présent dans leurs cervelles, et leur soumission au mondialisme accompagne la dérive. Enfin, leur cupidité, car certains sont payés par l’état pour renverser la table et les valeurs traditionnelles de l’humanité. Tout ceci orchestré par Nathalie Dompnier qui s’est soumise comme une prostituée devant le bonus des points de sa propre retraite. L’université de Nathalie Dompnier est aux antipodes d’un bouillon de culture, mais vous pouvez être sûr que son domicile ressemble à un havre de paix, comme tous ces gens là. On règlera les comptes à la libération. N’oubliez jamais que la majorité est silencieuse, mais que le jour ou elle se réveillera, elle ne fera pas dans la demie-mesure.

     

    • Désolé de vous décevoir, mais cette gauche manipulée par le grand capital, n’a strictement rien à voir avec l’essence de l’anarchisme.

      Veuillez relire Bakounine pour vous en persuader.

      De même, les attributs que vous prêtez à ces, je vous cite, gauchistes crasseux, n’ont pas grand chose à voir avec ceux de la gauche révolutionnaire dont l’épine dorsale idéologique est autrement plus structurée que celle de ces futurs petits délinquants dépressifs.

      Il ne faut pas tout mélanger.

      Cette gauche que vous décrivez, c’est celle qui participe à la société du spectacle de Debord, nécessaire au pouvoir.

      Vous avez l’exemple de la perquisition de son leader, Mélenchon et de ses suites hyper médiatisées, pour vous en convaincre.

      Si cette gauche était un véritable danger pour le capital, elle serait éliminée purement et simplement.

      Veuillez relire l’idéologie situationniste, par comparaison, pour comprendre la différence de nature avec celle de la FI.


    • @goyband
      Cela n’a pas non plus grand chose à voir avec le Gauchisme dont parlait Lénine dans La Maladie infantile du communisme, bien qu’extérieurement on ait affaire à un infantilisme politique. Considérez par exemple que ces communistes de gauche étaient absolument contre les luttes de libération nationale, alors que nos gauchistes ne jurent que par le décolonialisme et accordent un soutien inconditionnel à tous les régimes pseudo-socialistes du Tiers-Monde (ce qui marquerait plus une filiation avec le stalinisme étrangement...)


    • Le gauchiste est l’arme la plus compétitive et discipliné jamais créé. Elle ne coûte rien à former, se reproduit par elle-même.
      Bref elle est mille millions de fois plus performante qu’un Natio. Fétichiste de pompes.


  • Le problème est entre Nathalie (migrationiste)qui abuse pleinement de la protection des migrants sans offrir de solution pour leur retour au pays, et, les autres qui dénoncent l’émigration sans offrir de solution non plus.
    Pour venir en France ça n’est déjà pas évident pour un migrant, vu le nombre de mort noyé, et la traitre humaine, mais pour retourner chez lui ça n’est pas plus facile.

     

    • Il y a migrant et émigré. Un migrant ne fait que passer, n’a rien à faire du pays où il se trouve qui est un hôtel pour lui, est le plus souvent africain, parfois rom, albanais. Un émigré est, ne peut être, qu’européen de sang ou chrétien de tradition.
      Le migrant se rapatrie, l’émigré s’intègre sous conditions.
      C’est simple, facile à appliquer. C’est un principe de bon sens.
      On ne peut demander à une plèbe menacée d’éborgnement de proposer des solutions qui ne seront pas appliquées. Elle a longtemps proposé. Désormais elle exprime son opposition, sa douleur. C’est déjà ça.
      Il suffirait d’un référendum fiable pour rapatrier qui doit l’être.
      Se pencher sur la souffrance du migrant est gentil, mais secondaire aux préoccupations des Européens envahis de la façon la plus sournoise et pernicieuse qu’ils aient jamais connue. Les Européens ont des enfants menacés d’écrasement culturel, cognitif, génétique, ce qui est d’une cruauté sans nom.
      Le rapatriement ds envahisseurs, pauvres, riches, gentils ou racailles, est une urgence. S’il y a besoin de bras, les Européens travailleront comme ils l’ont toujours fait. Pour les cerveaux, les nôtres nous suffisent amplement. D’ailleurs les antifas suppléeront fort bien aux travailleurs du bâtiment, qu’ils apprennent un peu les réalités de la construction positive.


  • Il ni a pas que là que le déclin est fait.... Au collége c’est aussi comme cela. Les profs sous influence de la colonisation, des migrants, des lgbtqi.... Et il faut qu’ils fassent des pancartes et autres slogans de tous poils pour défendre les droits et l’acceptation de leur situation et même au collège on ne discute pas de la shoah, on mange et on se tait.... Ma fille a juste émis un doute sur les chiffres de l’Holocauste et nous voilà convoqués par le proviseur, car c’est pas bien sa façon de voir les choses.... Les pauvres gosses qui de surcroit sont presque tous endormient par les réseaux sociaux et ne regardé plus le monde de la même manière que les anviens. Pauvre monde


  • Bonsoir à vous,
    Je vous apporte mon témoignage de diplômé d’un master de géographie physique de l’Université Lumière (il s’agit vraiment de son nom, au dessus c’est le soleil) Lyon 2.
    - Diffusion de tracts par semi-remorques par des personnes (parfois agressives) ne fréquentant certainement pas les cours donnés par l’université.
    - Sono à fond rap, trans, reggae, etc à côté des amphithéâtres en plein cours magistraux (je suis mélomane mais il y a des limites).
    - associations étudiantes diffusant la police de la pensée. La fac donnant même une salle (peut être plusieurs je n’en connaissait qu’une) avec canapés dans lesquelles les étudiants syndiqués peuvent discuter, disposer de matériel informatique, voire boire un canon alors même que certains profs galèrent à trouver une salle pour un TP.
    - bières et pétards sur le campus (Des analyses plus poussées sur les cuvettes des chiottes auraient certainement révélées d’autres substances)
    - certains profs sont très sérieux mais ils représentent une minorité : absentéisme récurent, épreuves sous forme de QCM, cours en freestyle, marxisme omniprésent, etc.
    - manque de moyens matériels : parfois à 3 sur un ordi...
    - antichristianisme, lgbtisme etantifa en meute (rdv à 20h métro Jean macé pour casser du facho de Lyon 3 à leur local à gerland).
    - Cours de géographie axés sur la nécessité d’une gouvernance mondiale pour résorber la crise environnementale (cf NWO).
    Le tout dans un campus composé d’amiante mais cependant en restauration ahahah.

    J’étais pour ma part une grosse feignasse et j’ai le sentiment que mon diplôme m’a été donné afin de faire gonfler les stars, ceci ayant pour finalité d’apporter d’avantage de sousous pour le laboratoire de ma section.
    Ayant toujours été curieux et averti j’ai découvert er lors de mes années d’étude et vous m’avez permis de relativiser et de comprendre certains rouages de ce système, je vous en remercie.
    Enfin, à tenais à dire que ce n’est pas le macdo de Bron qui m’a ouvert ses portes suite à l’obtention de mon diplôme mais bien le quick de Bron, une entreprise de nettoyage, des chaines de production, un chocolatier, des agriculteurs, etc.
    Aujourd’hui électricien et plombier fréquentant les chantiers, je suis ancré dans la vie réelle aux côtés de gens simples et certes moins cultivés mais beaucoup plus intelligents, ouverts d’esprit et agréables à vivre.

    PS:N’oubliez pas que les antifa d’aujourd’hui feront les capitalistes de demain.

    Paix et amour à tous les lecteurs d’er.


  • Je ne suis pas surpris de ce genre de dérive dans nos universités, venue droit des USA. Vous savez ici qui ciblent en priorité les universités à court d’idées pour pervertir les jeunes esprits trop réceptifs dans le "bon sens".
    L’exemple type de ce délire est l’université d’Evergreen, transformée en micro État bolchevique par excellence.
    https://www.youtube.com/watch?v=u54...


  • Article édifiant. Commentaires édifiants.
    A partager.


Commentaires suivants