Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Macron (comme E&R) compare l’invasion du Capitole aux Gilets jaunes et fait polémique

Emmanuel Macron lirait-il E&R ?

Lorsque, le 3 février 2021, nous avons comparé le peuple américain qui a repris le Capitole, son Capitole – au grand dam de la presse corrompue vendue aux forces du grand capital – avec les Gilets jaunes qui ont flirté avec l’invasion de l’Élysée le 1er décembre 2018, nous le faisions dans une optique de démocratie réelle.

Emmanuel Macron et la presse mondialiste considèrent qu’il s’agit d’actes délictueux, de violence et même de terrorisme. François Boulo peut gueuler, ça fait partie de la guerre sociale qui oppose le haut et le bas de la société et qui agite la France depuis l’élection truquée du banquier de Rothschild.

Quant à François Boulo, aussi social soit-il, il ne doit pas faire de différence entre les combats des peuples américain et français. Si Donald Trump dégoûte nos belles âmes formées au gauchisme, il a fait plus en quatre ans pour la paix sociale que le gentil démocrate Obama en huit.

« Il fait cette comparaison pour dire quoi ? Il y voit l’incarnation et l’expression de ce qu’on appelle aujourd’hui "les populismes". Donc, dans la bouche de Macron : les méchants. Il fait un tel parallèle afin de discréditer les Gilets jaunes et pour expliquer que, finalement, ils ne valent pas mieux que les pro-Trump qui ont envahi le Capitole, qu’ils sont des insurrectionnels, etc. » (Boulo)

De manière plus générale, on se demande pourquoi les gens qui luttent politiquement ont si peur de l’insurrection, qui est quand même le but, c’est-à-dire le renversement du pouvoir. Qu’on y arrive ou pas, croire que la démocratie, qui est le déguisement des réseaux de pouvoirs occultes jamais élus (et pour cause, ils ne feraient pas 1 % des voix), doit être le moyen par lequel on y arrivera – à la démocratie ! – c’est se plonger le doigt dans l’œil jusqu’à l’hypophyse.

Ceux qui y croient feront comme les sans-culottes de 1789, ils feront la révolution pour la banque, sans s’en rendre compte.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Lors d’un événement organisé à l’Élysée par un think tank américain, Emmanuel Macron a comparé l’invasion du Capitole par des manifestants pro-Trump au mouvement des Gilets jaunes. Une saillie qui n’a pas manqué de faire réagir, notamment l’avocat François Boulo.

 

Emmanuel Macron va-t-il attiser, de nouveau, la colère des Gilets jaunes ? Le Président a participé à une séance de questions-réponses à l’Élysée sous la houlette de l’Atlantic Coucil, célèbre et controversé groupe de réflexion américain, accusé par ses détracteurs de promouvoir l’atlantisme.

Sous les ors du palais, le Président s’est risqué à une comparaison qui a beaucoup fait parler. Invité à s’exprimer sur le climat tendu qui règne dans nombre de démocraties occidentales, Emmanuel Macron a lancé : « 2018 en France, 2021 aux États-Unis : voilà en effet la nouvelle violence dans nos démocraties, largement liée à ces réseaux sociaux. » « C’est notre nouveau mode de vie », a ajouté le locataire de l’Élysée.

 

 

​« 2018 en France » marquait le début de la crise des Gilets jaunes.« 2021 aux États-Unis », c’est notamment l’irruption dans le Capitole de Washington, le 6 janvier dernier, de manifestants pro-Trump. Les images avaient fait le tour du monde. Et le bilan était lourd. Des dizaines de blessés et cinq morts donc quatre manifestants et un policier.

 

« Discréditer les Gilets jaunes »

Même du côté des Conservateurs, l’indignation a été de mise. La commentatrice politique Meghan McCain, coprésentatrice du talk-show The View et fille de l’ancien candidat républicain à la présidentielle John McCain, avait qualifié l’invasion du Capitole de « terrorisme intérieur ». Un terme repris par Biden lors de son investiture. Pas sûr que les Gilets jaunes apprécient la comparaison de Macron.

 

(C’est du terrorisme intérieur, arrêtez d’appeler cela une manifestation)

 

François Boulo, avocat et porte-parole des Gilets jaunes à Rouen, appelle au micro de Sputnik à se méfier des comparaisons « entre deux mouvements politiques qui ont lieu dans des pays différents » :

« Les individus qui ont participé à l’envahissement du Capitole sont les plus ardents supporteurs d’un homme politique, en l’occurrence Donald Trump. Les Gilets jaunes sont “apartisans” et donc très divers dans leur composition sociologique et politique. »

D’après l’avocat, le point le plus marquant est le regard que porte Emmanuel Macron sur les deux événements et le parallèle qu’il en déduit :

« Il fait cette comparaison pour dire quoi ? Il y voit l’incarnation et l’expression de ce qu’on appelle aujourd’hui "les populismes". Donc, dans la bouche de Macron : les méchants. Il fait un tel parallèle afin de discréditer les Gilets jaunes et pour expliquer que, finalement, ils ne valent pas mieux que les pro-Trump qui ont envahi le Capitole, qu’ils sont des insurrectionnels, etc. »

Emmanuel Macron s’exprimait pour l’occasion dans la langue de Shakespeare. Il s’en est pris à plusieurs reprises aux réseaux sociaux qu’il a accusés de faire la « promotion de vocables durs » et « du conflit » tout en altérant la « nature de ce que devrait être le débat démocratique ».

 

 

« Je pense d’abord que la violence, la haine, la xénophobie sont de retour dans nos sociétés. Et je pense que c’est tout nouveau. C’est poussé et légitimé par certains groupes politiques. Et, pour moi, il s’agit d’un grand changement anthropologique », a lancé le Président.

« Macron ne comprend pas que, si un parallèle doit être établi entre les pro-Trump et les Gilets jaunes, c’est le fait que la radicalité que l’on retrouve dans les deux mouvements vient précisément du néolibéralisme. Elle vient de la manière dont les élites, dont Macron, organisent la politique et l’économie », explique François Boulo.

L’auteur de La Ligne jaune (éd. Indigène) pointe des deux côtés de l’Atlantique une même dérégulation de l’économie ayant entraîné délocalisations, désindustrialisation et explosion des inégalités. D’où une baisse du niveau de vie pour les classes populaires et moyennes.

« Le vote Trump était associé à l’ouvrier déclassé. Le parallèle avec les Gilets jaunes peut être fait à ce niveau. Seulement, Emmanuel Macron s’en tient à tenter de discréditer les populismes. Il est dans l’erreur et dans le mépris de classe. Rappelons que, au lieu d’entendre une colère légitime, il a préféré donner des instructions pour faire tabasser les Gilets jaunes », poursuit l’avocat.

D’après l’analyse du Président de la République, le climat de violence qui pèse sur plusieurs démocraties libérales est un défi. Au moment de développer sa pensée, il a lancé une nouvelle phrase polémique :

« Pour les gens normaux, c’est inacceptable et ils attendent de nous que nous fassions cesser de telles violences. Mais cela devient très difficile quand cette violence est perçue par beaucoup de gens comme étant légitime. Et c’est exactement ce que nous vivons. »

« Les propos de Macron montrent une nouvelle fois le clivage entre élites néolibérales et populistes. Les "gens normaux" sont les gens qui vivent encore à peu près bien », décode François Boulo.

La figure des Gilets jaunes n’est pas le seul à critiquer la prise de position d’Emmanuel Macron. Front Populaire, « le média souverainiste » de Michel Onfray s’interroge : « Le grand retour du mépris macronien ? »

Lire l’article entier sur fr.sputniknews.com

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Sur l’illustration de BFM TV, espérons que c’est de la teinture chinoise qui colore son masque... (Ce qui n’est pas de l’encre de Chine, hein ?)

     

    Répondre à ce message

  • « L’administration Biden a annoncé qu’elle hébergerait des enfants de migrants séparés, dans des « tentes semi-permanentes »
    il ne reste plus qu’à espérer que c’est pas Hillary et Podesta qui surveillent les gosses

     

    Répondre à ce message

  • Bah, il prépare sa réélection en 2022 face à Le Pen : lui ou le chaos. Mais en politique, rien n’est écrit d’avance !

     

    Répondre à ce message

  • #2661041
    Le 7 février à 08:14 par Il est où le soleil
    Macron (comme E&R) compare l’invasion du Capitole aux Gilets jaunes et (...)

    Mais même maintenant en Turquie,une simple manifestation d’étudiants est nommé Terroriste...
    Tu vois bien qu’ils sont en guerre contre nous tout ces pequenauds,idem pour le virus a 2 Francs,a la fin de toute chose c’est toujours le peuple le coupable,la lie,la chose a exterminé.
    Réveillons Nous ou Mourrons.

     

    Répondre à ce message

  • On peut poursuivre la comparaison : les GJ comme les envahisseurs du Capitole, ont été infiltrés...

     

    Répondre à ce message

  • Je ne vois pas ce qu’il y a de faux dans ce que dit Boulo au sujet des propos de Macron. Certes, cet avocat estime moins les partisans de Trump que les gilets jaunes, mais Macron associe bel et bien les seconds aux premiers afin de resserrer le bloc bourgeois autour de lui contre "les méchants" et de pouvoir accroître la répression en toute impunité, alors que le mouvement des gilets jaunes (ou plus largement, des Français) va grossir dans les prochains mois. Bref, je trouve que sur ce coup-là vous faites un peu un mauvais procès à Boulo, même si on est bien d’accord que ce n’est pas foncièrement un révolutionnaire.

     

    Répondre à ce message

    • Quand le dénommé Boulo parle des "pro-Trump qui ont envahi le Capitole", il y a deux possibilités : soit il est complice du camp Biden, soit il est complètement ignare. D’une part, en attirant à Washington ses sympathisants, Trump avait bien dit que ce devait être un rassemblement pacifique, D’autre part, agents provocateurs ennemis de Trump n’ont pas manqué, et auraient-ils réussi à entraîné à l’intérieur du Congrès une demi-douzaine de trumpistes excités, il reste à demander pourquoi des policiers du bâtiment ont au départ enlevé eux-mêmes les barrières en bas des escaliers extérieurs indiquant clairement qu’il ne fallait pas les franchir. Les barrières franchies, a-t-on vu une seul policier dans les escaliers extérieurs s’opposant à la montée de qui que ce soit ? Quelles instructions ces policiers avaient-ils donc reçues ? de qui ? Boulo débloque ou est complice.

       
  • " le climat de violence qui pèse sur plusieurs démocraties libérales est un défi. "
    Le terme "violence" vise à discréditer ce qui est d’abord une rébellion, laquelle prend différentes formes. C’est cette rébellion qui fait peur à la ploutocratie.
    Cette rébllion est précisément dirigée contre les démocraties libérales... parce qu’elles ne sont ni démocratiques (en ce qu’elles confisquent en réalité le pouvoir du peuple), ni libérales (la liberté est au contraire écrasée dès lors qu’elle conteste le pouvoir usurpé de quelques-uns).
    Un vrai libéralisme doit s’appuyer sur la subsidiarité, tout au contraire de la vision de Saint Just (pas de liberté pour les ennemis de la liberté) et une justice non corrompue qui empêche toute personne de nuire à autrui.
    On en est évidemment très loin.

     

    Répondre à ce message

  • Ce que je n’imagine pas, c’est comment le pouvoir, tous pays confondus, espère maintenir l’ordre une fois tous les plans de soutien épuisés.

    Il en resultera une vague de faillites, dans un pays où il n’y aura rien a reconstruire, a la différence d’une fin de guerre.

    Le délire autour du covid ne finira jamais, puisque les habitudes du danger immanent sont prises.

    Il n’y a pas d’issue, a part le sursaut face à la misère, précisément celui que les bien pensants nous disent vouloir éviter.

    Les leçons de l’histoire, ou la manipulation de l’économie, la spéculation, avaient mené au fachisme, semblent actuellement être utilisée de façon perverses.

     

    Répondre à ce message

  • Pauvre Macron, lui n’était rien et le voilà tout comme par hasard. Le voilà surtout face à une réalité à laquelle ceux qui l’ont mis au pouvoir n’avait pas prévue : le Peuple !

     

    Répondre à ce message

  • #2661462

    BOOM ! La Maison Blanche dit que Joe Biden n’aura pas le dernier mot concernant la possibilité pour le président Trump de recevoir des briefings d’informations des services secrets
    il est Président de quoi , ce sénile de Biden ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents