Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Macron (comme E&R) compare l’invasion du Capitole aux Gilets jaunes et fait polémique

Emmanuel Macron lirait-il E&R ?

Lorsque, le 3 février 2021, nous avons comparé le peuple américain qui a repris le Capitole, son Capitole – au grand dam de la presse corrompue vendue aux forces du grand capital – avec les Gilets jaunes qui ont flirté avec l’invasion de l’Élysée le 1er décembre 2018, nous le faisions dans une optique de démocratie réelle.

Emmanuel Macron et la presse mondialiste considèrent qu’il s’agit d’actes délictueux, de violence et même de terrorisme. François Boulo peut gueuler, ça fait partie de la guerre sociale qui oppose le haut et le bas de la société et qui agite la France depuis l’élection truquée du banquier de Rothschild.

Quant à François Boulo, aussi social soit-il, il ne doit pas faire de différence entre les combats des peuples américain et français. Si Donald Trump dégoûte nos belles âmes formées au gauchisme, il a fait plus en quatre ans pour la paix sociale que le gentil démocrate Obama en huit.

« Il fait cette comparaison pour dire quoi ? Il y voit l’incarnation et l’expression de ce qu’on appelle aujourd’hui "les populismes". Donc, dans la bouche de Macron : les méchants. Il fait un tel parallèle afin de discréditer les Gilets jaunes et pour expliquer que, finalement, ils ne valent pas mieux que les pro-Trump qui ont envahi le Capitole, qu’ils sont des insurrectionnels, etc. » (Boulo)

De manière plus générale, on se demande pourquoi les gens qui luttent politiquement ont si peur de l’insurrection, qui est quand même le but, c’est-à-dire le renversement du pouvoir. Qu’on y arrive ou pas, croire que la démocratie, qui est le déguisement des réseaux de pouvoirs occultes jamais élus (et pour cause, ils ne feraient pas 1 % des voix), doit être le moyen par lequel on y arrivera – à la démocratie ! – c’est se plonger le doigt dans l’œil jusqu’à l’hypophyse.

Ceux qui y croient feront comme les sans-culottes de 1789, ils feront la révolution pour la banque, sans s’en rendre compte.

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Lors d’un événement organisé à l’Élysée par un think tank américain, Emmanuel Macron a comparé l’invasion du Capitole par des manifestants pro-Trump au mouvement des Gilets jaunes. Une saillie qui n’a pas manqué de faire réagir, notamment l’avocat François Boulo.

 

Emmanuel Macron va-t-il attiser, de nouveau, la colère des Gilets jaunes ? Le Président a participé à une séance de questions-réponses à l’Élysée sous la houlette de l’Atlantic Coucil, célèbre et controversé groupe de réflexion américain, accusé par ses détracteurs de promouvoir l’atlantisme.

Sous les ors du palais, le Président s’est risqué à une comparaison qui a beaucoup fait parler. Invité à s’exprimer sur le climat tendu qui règne dans nombre de démocraties occidentales, Emmanuel Macron a lancé : « 2018 en France, 2021 aux États-Unis : voilà en effet la nouvelle violence dans nos démocraties, largement liée à ces réseaux sociaux. » « C’est notre nouveau mode de vie », a ajouté le locataire de l’Élysée.

 

 

​« 2018 en France » marquait le début de la crise des Gilets jaunes.« 2021 aux États-Unis », c’est notamment l’irruption dans le Capitole de Washington, le 6 janvier dernier, de manifestants pro-Trump. Les images avaient fait le tour du monde. Et le bilan était lourd. Des dizaines de blessés et cinq morts donc quatre manifestants et un policier.

 

« Discréditer les Gilets jaunes »

Même du côté des Conservateurs, l’indignation a été de mise. La commentatrice politique Meghan McCain, coprésentatrice du talk-show The View et fille de l’ancien candidat républicain à la présidentielle John McCain, avait qualifié l’invasion du Capitole de « terrorisme intérieur ». Un terme repris par Biden lors de son investiture. Pas sûr que les Gilets jaunes apprécient la comparaison de Macron.

 

(C’est du terrorisme intérieur, arrêtez d’appeler cela une manifestation)

 

François Boulo, avocat et porte-parole des Gilets jaunes à Rouen, appelle au micro de Sputnik à se méfier des comparaisons « entre deux mouvements politiques qui ont lieu dans des pays différents » :

« Les individus qui ont participé à l’envahissement du Capitole sont les plus ardents supporteurs d’un homme politique, en l’occurrence Donald Trump. Les Gilets jaunes sont “apartisans” et donc très divers dans leur composition sociologique et politique. »

D’après l’avocat, le point le plus marquant est le regard que porte Emmanuel Macron sur les deux événements et le parallèle qu’il en déduit :

« Il fait cette comparaison pour dire quoi ? Il y voit l’incarnation et l’expression de ce qu’on appelle aujourd’hui "les populismes". Donc, dans la bouche de Macron : les méchants. Il fait un tel parallèle afin de discréditer les Gilets jaunes et pour expliquer que, finalement, ils ne valent pas mieux que les pro-Trump qui ont envahi le Capitole, qu’ils sont des insurrectionnels, etc. »

Emmanuel Macron s’exprimait pour l’occasion dans la langue de Shakespeare. Il s’en est pris à plusieurs reprises aux réseaux sociaux qu’il a accusés de faire la « promotion de vocables durs » et « du conflit » tout en altérant la « nature de ce que devrait être le débat démocratique ».

 

 

« Je pense d’abord que la violence, la haine, la xénophobie sont de retour dans nos sociétés. Et je pense que c’est tout nouveau. C’est poussé et légitimé par certains groupes politiques. Et, pour moi, il s’agit d’un grand changement anthropologique », a lancé le Président.

« Macron ne comprend pas que, si un parallèle doit être établi entre les pro-Trump et les Gilets jaunes, c’est le fait que la radicalité que l’on retrouve dans les deux mouvements vient précisément du néolibéralisme. Elle vient de la manière dont les élites, dont Macron, organisent la politique et l’économie », explique François Boulo.

L’auteur de La Ligne jaune (éd. Indigène) pointe des deux côtés de l’Atlantique une même dérégulation de l’économie ayant entraîné délocalisations, désindustrialisation et explosion des inégalités. D’où une baisse du niveau de vie pour les classes populaires et moyennes.

« Le vote Trump était associé à l’ouvrier déclassé. Le parallèle avec les Gilets jaunes peut être fait à ce niveau. Seulement, Emmanuel Macron s’en tient à tenter de discréditer les populismes. Il est dans l’erreur et dans le mépris de classe. Rappelons que, au lieu d’entendre une colère légitime, il a préféré donner des instructions pour faire tabasser les Gilets jaunes », poursuit l’avocat.

D’après l’analyse du Président de la République, le climat de violence qui pèse sur plusieurs démocraties libérales est un défi. Au moment de développer sa pensée, il a lancé une nouvelle phrase polémique :

« Pour les gens normaux, c’est inacceptable et ils attendent de nous que nous fassions cesser de telles violences. Mais cela devient très difficile quand cette violence est perçue par beaucoup de gens comme étant légitime. Et c’est exactement ce que nous vivons. »

« Les propos de Macron montrent une nouvelle fois le clivage entre élites néolibérales et populistes. Les "gens normaux" sont les gens qui vivent encore à peu près bien », décode François Boulo.

La figure des Gilets jaunes n’est pas le seul à critiquer la prise de position d’Emmanuel Macron. Front Populaire, « le média souverainiste » de Michel Onfray s’interroge : « Le grand retour du mépris macronien ? »

Lire l’article entier sur fr.sputniknews.com

Comme prévu, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ca montre bien que c’est E&R l’avenir en termes de concept et de pensée.


  • Je pense que l’on en viendra à une insurrection maîtrisée par le système et faite pour le système. Histoire de calmer le jeu en faisant croire à une victoire de la démocratie et on aura au final la même engeance. Par contre c’est les manifestants qui le paieront de leur vie.
    Que fait la police ? Que fait l’armée planquée ? Vont-ils se réveiller ?

     

    • La police et l’armée n’ont jamais été des entités autonomes- elles sont au service de.
      D’ailleurs ça outrepassairait leur rôle et leur compétençe que de prendre la moindre initiative....surtout en "démocratie".

      Ceux qui en appel à la police et à l’armée n’ont juste rien d’autre à proposer.
      Pas de meilleure idée.

      Si le pouvoir se livrait à un usage excessif de la force, on pourrait exiger d’eux qu’ils réagissent, mais ce n’est pas le cas.
      Ils n’ont pas à intervenir dans le processus politique sauf violences incontrôlables et incontrôlées.
      Bref, nous n’en sommes pas encore là.


    • Exactement comme avec les gilets jaunes et les trumpistes. Comment ne pas penser qu’ils ont tous été totalement instrumentalisés pour servir le système au final ?
      Ça n’est peut être plus l’époque pour l’insurrection violente, la majorité des masses aimant bien plus leur confort Netflix que risquer de se retrouver morts , handicapés à vie ou en prison. Le pire étant la désocialisation pour "conspirationnisme". Alors tout le monde ferme sa gueule, les plus en colère attendant juste la prochaine psyop révolutionnaire pour se défouler et se sentir moins seuls.


    • @NayNay77
      Non, je ne suis pas d’accord avec vous, il y a eu violences contre le peuple à plusieurs reprises, notamment lors des épisodes des GJ(j’en étais), et j’en passe...
      De nos jours la violence envers le peuple est inouie, sanitaire, sécuritaire, sociale, psychique et bien d’autres, tout aussi visibles et mesurables.
      Et vous, vous pensez tranquillement perché du haut de vos certitudes que les corps armés n’ont pas à se mêler de la bonne marche démocratique, comme vous dites. Faut encore jauger cette démocratie dont vous en vantez les vertus.
      Sans blague, l’armée ou la police n’ont pas pour mission d’être soumis à Macron ou un autre pingouin, il est leur chef hiérarchique, sauf qu’ils sont chargés de la défense de la population, du territoire et des intérêts nationaux. Jamais ils n’ont été engagés pour mal traiter leurs concitoyens comme on peut le voir depuis un moment en France, oui en France ! Simple question d’éthique morale, et de devoir envers soi et ses semblables en tant que policier ou militaire, ça s’appelle le respect de l’uniforme.


    • Policiers et soldats sont des salariés obéissant aux ordres de leur employeur, point. Ceci dit, dans les deux catégories se trouvent des sous-groupes soigneusement sélectionnés parce que disposés à commettre discrètement les pires saloperies dont n’ont pas idée le reste majoritaire des policiers et soldats. Quand on ne le sait pas, on débloque forcément en parlant trop généralement de la police ou de l’armée.


  • Boulo et Onfray, on est bien...ils représentent qui et quoi, en réalité ?
    Ce que dit Boulo est plutôt juste. Cependant, les élites ne sont pas que neo-liberales, elles sont faites de mondialistes, siono-kabbalistes, francs macs. Et ça, il ne le dira jamais.
    Porte parole des GJ de Rouen ? Il faut passer à la vitesse supérieure les rouennais.


  • Et merci à ER pour son mot de conclusion.


  • Avec ce commentaire présidentiel concernant les gilets les jaunes, le "nous sommes en guerre" se précise en lutte des classes...
    Heureusement qu’on peut encore dire qu’on l’emmerde, malgré qu’il se prenne pour Jupiter (faux dieu, bête de l’événement...) !
    Si ça se trouve la capitale du gouvernement mondial sera la nouvelle Jérusalem, ce qui est déjà presque le cas dans le fond : Paris, centre de l’union européenne fer de lance du mondialisme !
    Si tout ça est vrai, faut garder les manches relevées jusqu’aux épaules en France, car Covid et compagnies ça peut durer...

     

  • Ce type ( macron) a un problème d’ordre mental et comme il est entouré de manges boules il n’a pas la capacité de se détacher de son sentiment de supériorité. Y’a 66 millions en gros de personnes ici.... des blancs, des noirs, des jaunes, des cathos, des musulmans, des ceci des cela bref nous dans la rue en dehors que quelques abrutis on peut vivre bien ensembles. Ce type méprisant finira mal c’est son karma... c’est une certitude, lui qui fait de la boxe ( mdr !!!) je crois que ça va pas suffir !! Ce type souffre d’une pathologie , je ne suis pas médecin ou psy donc je ne sais pas laquelle, mais tu vois que y’a un truc... ça colle pas... aucune empathie, un mépris des autres qu’il n’oserait pas une seconde seul a seul face à un mec cultivé mais avec un autre gabarit que le sien... bref le lâche dans toute sa splendeur...Je sais plus ce que disait Minc sur son ancien métier dans les fusions acquisitions un métier de sais plus le nom... y’a un truc qui va pas... ça va mettre le temps qu’il faut mais ça va mal tourner pour ce type.... c’est écrit. La roue ne cesse de tourner et vite d’ailleurs dans le monde qui est devenu le notre. Ça colle pas ça va pas passer ça se sent quand tu cause avec les gens, je sais pas quand ni ce que sera l’élément déclencheur mais ça va pas passer, ils sont déjà tous cartographier selon ce que j’ai vi au travers de torbrowser sur le deepweb. Ça va mal se passer leur truc.


  • Il est difficile de savoir si les « sorties » d’Emmanuel Macron sont réellement spontanée, de lui, de son esprit, ou si ce sont des textes écrits par ses conseillers en communication puis éventuellement plus ou moins modifiés par lui ensuite.

    Ce président de la république (sans majuscule, pas méritée) semble tellement être un pantin que j’en viens à douter qu’il puisse penser par lui-même.

    Sa répartie spontanée face à Marine le Pen en 2017 était faiblarde, loin d’un Baffie... c’est surtout elle qui était facile à piéger.


  • Macron essai de nous jouer
    l’inversion accusatoire pour détourner
    la dictature sanitaire imposé par lui
    et toute l’oligarchie qui le conseil.
    Attali, conseil scientifique, Klaus Schwab,
    Bain and cie, Mac Kinsey, ...
    Cette interview en forme d’entre soi,
    par des médias manipulateurs et
    COMPLOTEURS.
    Si nous somme complotistes il va bien falloir
    les désigner pour ce qu’ils sont,
    des comploteurs.
    Toute l’oligarchie joue sa peau sur cette pandémie.
    C’est nous ou eux, ils le savent.
    Et un jour il y aura des Nolan partout,
    pour distribuer les gifles qu’ils méritent.


  • #2660522

    Boulo, Rodrigues, Nicolle, notamment... Mais aussi Chouard, Pascot, Maïsto, Lepage, Bercoff... Et encore les GJ constituants (Bonjour Monsieur le FM, bonjour Monsieur Barbier)... Pas du tout macroniste, j’ai presque plus de sympathie, non j’en ai plus... Bref !

     

    • C’est tout ce que vous retenez des GJC ? Comme quoi communiquer sur les opérations diverses (péages, Ars, banques, média...), ça sert à rien. On est "acteurs" ou "spectateurs". Et voilà.
      Barbier, d’accord. Jeune Nation a raille le "Cricri" chez Bfm, alors la je baisse la tête, je m écrase.
      Mais s’il avait été séquestre je suppose que des foules seraient venues prendre la relève dans les locaux de Bfm ou, jour de rassemblement, un samedi, il y avait quoi trente personnes maxi...
      Maisto, Bercoff, Rodrigues, Nicolle, mais c’est quoi tout ça ?! Rien du tout. Des merdes de journaleux et des guignols sélectionnés par eux pour parler à la place des autres.


    • #2660776

      Nadia, Bien sincèrement, car je vous lis régulièrement, car je vous sais « politiquement avisée » et que je vous imagine « comme j’aime » en tout bien tout honneur, indépendamment de toutes considérations de forum, Que Dieu vous garde vous et les vôtres. Avec haute considération,


    • Concours de guignolerie,
      votre réflexion est allée dans le sens de la mienne, rapport aux rs, médias etc.
      En espérant que beaucoup y réfléchissent bien fort. Je pense que c’est le cas.
      Merci à vous. Je vous souhaite de même ainsi qu’à ceux qui vous sont chers.
      Amicalement.


  • Macron s’identifie à Biden comme étant victime lui aussi des méchants conspirationnistes d’extrême droite.. une comparaison juste si l’on s’en tient à l’origine de son élection..


  • Ceux qui ont participé au mouvement "gilet jaune" peuvent être fiers d’être comparé aux "Proud Boys" américains.
    [ Q. Anon, c’est un peu le général Ludd de notre époque]
    https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ludd

     

  • #2660547

    « Les "gens normaux" sont les gens qui vivent encore à peu près bien »

    Il est gentil lui, t’es normal quand t’es un salarié-consommateur quoi ? Oui y’a sûrement beaucoup de nuances qui lui échappent...


  • Macron compare l’invasion du Capitole aux Gilets jaunes et fait polémique ,et moi je compare Macron à un dictateur .Donc conclusion ,voila pourquoi il y a des GJ depuis plus d’un an dans les rues de la capitale et en France en général et s’il y en a aussi au Capitole c’est parce que ils ont voulu mettre la même flèche .Je ne vois pas ou est la polémique chez Macron ou alors c’est bien ce que je pensais et Charles Gave l’avait déjà dit :"il est idiot ". Mais ça on le savait depuis le début .

     

    • Ils ont plutôt fait, avec le recul, la même erreur c’est à dire croire en les institutions démocratiques : l assemblée est la maison du peuple, le président doit agir dans le sens de l’intérêt général...quelle naïveté.
      Même si dans le lot des GJ le 1er décembre, il y avait sûrement des gens qui savaient que tout ça, c’est du flan.


  • Derrière cette annonce de Macron il y a peut être un fond de vérité, dans le sens que le Système a utilisé la colère populaire des trumpistes tout comme celle des gilets jaunes pour nuire à son image publique.

    Côté gilets jaunes la masse pense colère sans leader qui casse tout en manifestant, côté outre atlantique ils pensent trumpistes qui sont capables de prendre de force la maison blanche avec des costumes étranges.
    Dans les deux cas colère instrumentalisée contre eux même.
    Peut être que les groupes anti système réunis principalement par la colère servent uniquement le Système au final.


  • #2660585
    le 06/02/2021 par se mettre à la place du con moyen
    Macron (comme E&R) compare l’invasion du Capitole aux Gilets jaunes et (...)

    Les gens en général respectent le plus intelligent, celui qui les prend le mieux pour les cons qu’ils sont. Et sur ce principe, il faut dire que le Système Macronien a été bel et bien le plus intelligent. Que cela soit de l’intelligence cynique la masse s’en fou. Ça les subjugue, ils se disent si le système est capable de faire preuve d’une intelligence que je n’aurais jamais et de maintenir l’ordre de cette manière quand tout les autres manières amènent du désordre, alors les cyniques froids doivent avoir raison car je peux encore aujourd’hui vivre dans un confort relatif, alors que les anti systeme sont soit très mal vus par mes voisins, soit en prison.


  • Comment vous compter passer à la "société d’après " ?
    Si le mythe de la croissance infinie montre ses limites... celui de l’entreprenariat privé et public aussi, comment fait-on ?

    Si l’hypothèse c’est d’atteindre une société d’équilibre ... donc pérenne,donc durable.
    Comment justifie-t’on les libertés entrepreneuriales dans un tel schéma de construction ?

    Comment passe -t’on d(une société anarchique en voie de décomposition à un modèle viable ?
    Je comprend bien les réclamation populaire, mais au moyen âge aussi on réclamait plus de céréales (et non moins d’impôts) ...or, si on pouvait produire moins d’impôts, on était bien incapable de multiplier les céréales.

    C’est la même chose aujourd’hui.

     

    • Un point simple, fondamental, accessible : reprendre la création de la monnaie.
      Les banques privées la créent : c’est la gabegie, l’orgie pour les oligarques.
      Le partage de la valeur s’impose donc, et s’il faudra travailler autant que les nantis, c’est-à-dire deux heures max par jour, eh bien, on s’en contentera, tant que la monnaie est contrôlée par la puissance publique. Mais cela suppose des choses qui ne passent pas bien : retour au souverainisme ; et fixation d’un salaire maximum.


    • Je simplifie pour tenter une réponse, l’après effondrement monétaire et destruction des petits patrons indépendants sera basé sur une population esclave consente des gars femmes (jeu de mollets pour jambettes). Salaire minimum et crédits assurés à vie, et tout les sans tracails qui seront encore en vie et consentant au vaccin et à la puce dans le fion seront salaire universel, avec sûrement des travaux d’intérêts généraux à la clé comme au hasard balancer du complotiste sur internet. La dette économique des peuples sera payée par les esclaves quoi qu’il arrive, c’est a dire ceux qui ne possèdent ni gafam, ni or, ni pétrole, ni toutes les carrières minérales d’Afrique.
      C’est juste angoissant pour l’avenir des non consentants car quand on voit la haine dont est capable un covidé envers un non covidé, on se dit qu’ils sont capables du pire pour garder leur confort masqué.


  • ce qui est indiscutable c’est que les partisans de trump ont ete aussi naifs et amateurs que les gilets jaunes vis a vis des agents provocateurs gauchistes ,antifa avec lequels ,les idiots ,ils scandaient " tout le monde deteste la police " etc


  • Ce macro est une honte pour les français honnêtes et droits mais nous savons tous qu’ils y a les français profiteurs et collabos... de ce Macro...


  • Excellente introduction d’E&R, comme à son habitude. Les antifas ont coulé le mouvement avant (rabatteurs de Manu Rothschild), pendant (canalisation sur des terrains inoffensifs : police, climats, Ric, municipales, races...) et même après (le gauchisme-mondialisme de Boulo, comme malheureusement pas mal de GJ, resurgit). Pas de victoire tant qu’on aura pas évacué ces parasites toxiques !


  • cynisme

    en 2020 en France, la voilà en effet la nouvelle violence dans nos société démocratiques, largement liée aux réseaux(*)
    celle qui refuse l’usage de l’HCQ mais qui autorise l’emploi du rivotril,
    celle qui interdit d’offrir une réelle chance de guérison aux patients nécessiteux mais qui permet l’utilisation de de thérapeutiques mortifères à leurs dépends
    celle qui laisse crever des patients en ehpad ou chez eux en ayant pris soins de laisser vaquant, donc inaccessibles, les lits d’hôpitaux potentiellement disponibles

    la politique de macron tue, était ce donc cela son prozet .... ?
    si, si lisez ! voila ce qui s’est passé, ici et là, de partout en fait, l’entourage restant bien entendu interdit de visites
    https://www.lunion.fr/id67057/artic...
    lorsqu’aux noms de principes sanitaires .on laisse s’établir une telle situation, manifestement on obéit a des principes qui sont dictés par des volontés autres que sanitaires

    pour les gens normaux, c’est inacceptable et ils s’attendent à que l’on fasse cesser de telles violences ( ils attendent godot en fait ... )
    mais cela devient très difficile quand cette violence est perçue par un nombre suffisant de personnes comme étant légitime ( gratuite et disproportionnée )
    et c’est exactement ce que nous subissons

    (*) réseaux, ensembles composés de personnes d’horizons multiples et variées, certaines sous la lumière, d’autres dans l’ombre, généralement appelés cornucopiens ou cornucopistes


  • Q nous l’avait dit : "Quand des millions de personnes seront après eux ou à leurs recherches ils ne pourront plus sortir dans la rue et ne saurons ou se cacher".


  • J’ai tout de suite perçu Macron comme étant un être profondément dangereux. Je ne peux pas expliquer ce ressenti. Tout sonne faux chez lui. Je perçois cet homme comme une espèce de monstre froid, un de ces hauts fonctionnaires glaciaux à qui on répète depuis toujours qu’ils sont l’élite et qu’ils sont nés pour diriger, pour mener à la trique les masses d’abrutis que nous sommes. On s’en rend pleinement compte depuis qu’il est arrivé au pouvoir. Je suis absolument persuadé que ces gens, quand ils sont entre eux, parlent de nous comme on parle d’un troupeau puant et méprisable. Certains arrivent à masquer ce mépris mais lui n’y parvient pas, je crois que c’est plus fort que lui. Tout transpire la détestation du tiers état chez Macron et il nous déteste d’autant plus qu’il sait qu’il est haï par un nombre très significatif d’entre nous. En fait, ces gens nous détestent et nous méprisent parce que, dans le fond, nous leur faisons peur et nous les dégoûtons. Ils savent tout le potentiel de violence qui est dans le peuple et ils savent que, s’ils nous lâchaient un peu trop la bride, s’ils n’avaient plus le soutien de la police et de l’armée, leur intégrité physique serait menacée. Cela arrive de temps en temps dans l’Histoire, les puissants sacrifient quelques pions puis reprennent très vite une main qu’ils n’ont jamais vraiment perdue. Ceaucescu l’a expérimenté à ses dépends, d’autres avant lui. Remémorons-nous la formule de Tancrède face à son oncle le prince Salina, dans Le Guépard (Il faut que tout change pour que rien ne change). Il y a parfois des moments, rares, où certains de ceux qui sont du côté du manche passent du côté de la cognée. Il y a eu quelques mois durant la Terreur (puis Robespierre et les sans-culotte ont été éliminés par les Thermidoriens), quelques semaines pendant la commune de Paris et, mutatis mutandis, quatre ou cinq weekend au début des Gilets jaunes. Le pouvoir tremble un peu, ou feint de trembler, puis redevient très vite maître du jeu, parfois dans des flots de sang comme pendant la semaine sanglante de 1871 ou de manière plus soft, suivant les époques, à grands coups de matraques, de lacrimogènes et de flashballs. Le préfet Lallement aurait vraisemblablement fait un très honorable Galliffet si on lui avait laissé les coudées franches, j’en suis absolument persuadé.

     

  • C’est simple : pour Macron, les français sont des envahisseurs qui attaquent la République. Cette dernière sera sauvée par les immigrés venus la défendre.


  • Donald TRUMP alors Président a dit de Macron : "tout ce que touche Macron se transforme en merde". Le Roi Merdas, donc !
    Tout est dit

    PS : qui n’a pas encore compris que l’affaire du Capitole a été préparée, planifiée, organisée ? Les Democrats ont tellement peur de Trump et ses petites fiches qu’ils sont en mode panique depuis plus de 4 ans...et ce n’est pas fini !


  • Macron a raison et il est habile. C’est un provocateur, un peu pervers, qui aime faire souffrir même dans son propre camp. (la fête de la musique à l’Elysée, c’était subtilement pervers contre les progressistes à mon avis, tout en étant imparable dans la bien-pensance).

    Il est vrai que les Gilets-Jaunes et les Pro-Trump du Capitole sont la même sociologie (blancs périphériques), se révoltant contre la même politique.

    C’est habile de sa part, car il met dans les cordes les "populistes modérés" de droite et de gauche, qui ont soutenu les Gilets-Jaunes en France tout en condamnant les Pro-Trump du Capitole...


  • Je continue de penser que cette idée de marche sur le Capitole était d’une stupidité sans nom. Quel était l’intérêt ?
    C’était l’évidence absolue que ce qui s’est passé se passerait ( infiltration, casseurs , provocateurs et récupération par ses ennemies ) c’était ÉVIDENT
    J’avais cru au départ ( Surtout il faut dire, grâce aux différentes vidéos de fans de Trump) que ce dernier était intelligent, et qu’il y avait forcement une idée sous-jacente dans ce défilé, un "plan" comme ils disent.
    Force est de constater après coup que c’était loin d’être le cas.
    Contrairement a ce que pensent certain, j’ai l’impression que Trump tombe plus souvent dans les pièges des autres qu’il n’en tend lui même.

     

  • Sur l’illustration de BFM TV, espérons que c’est de la teinture chinoise qui colore son masque... (Ce qui n’est pas de l’encre de Chine, hein ?)


  • « L’administration Biden a annoncé qu’elle hébergerait des enfants de migrants séparés, dans des « tentes semi-permanentes »
    il ne reste plus qu’à espérer que c’est pas Hillary et Podesta qui surveillent les gosses


  • Bah, il prépare sa réélection en 2022 face à Le Pen : lui ou le chaos. Mais en politique, rien n’est écrit d’avance !


  • Mais même maintenant en Turquie,une simple manifestation d’étudiants est nommé Terroriste...
    Tu vois bien qu’ils sont en guerre contre nous tout ces pequenauds,idem pour le virus a 2 Francs,a la fin de toute chose c’est toujours le peuple le coupable,la lie,la chose a exterminé.
    Réveillons Nous ou Mourrons.


  • On peut poursuivre la comparaison : les GJ comme les envahisseurs du Capitole, ont été infiltrés...


  • Je ne vois pas ce qu’il y a de faux dans ce que dit Boulo au sujet des propos de Macron. Certes, cet avocat estime moins les partisans de Trump que les gilets jaunes, mais Macron associe bel et bien les seconds aux premiers afin de resserrer le bloc bourgeois autour de lui contre "les méchants" et de pouvoir accroître la répression en toute impunité, alors que le mouvement des gilets jaunes (ou plus largement, des Français) va grossir dans les prochains mois. Bref, je trouve que sur ce coup-là vous faites un peu un mauvais procès à Boulo, même si on est bien d’accord que ce n’est pas foncièrement un révolutionnaire.

     

    • Quand le dénommé Boulo parle des "pro-Trump qui ont envahi le Capitole", il y a deux possibilités : soit il est complice du camp Biden, soit il est complètement ignare. D’une part, en attirant à Washington ses sympathisants, Trump avait bien dit que ce devait être un rassemblement pacifique, D’autre part, agents provocateurs ennemis de Trump n’ont pas manqué, et auraient-ils réussi à entraîné à l’intérieur du Congrès une demi-douzaine de trumpistes excités, il reste à demander pourquoi des policiers du bâtiment ont au départ enlevé eux-mêmes les barrières en bas des escaliers extérieurs indiquant clairement qu’il ne fallait pas les franchir. Les barrières franchies, a-t-on vu une seul policier dans les escaliers extérieurs s’opposant à la montée de qui que ce soit ? Quelles instructions ces policiers avaient-ils donc reçues ? de qui ? Boulo débloque ou est complice.


  • " le climat de violence qui pèse sur plusieurs démocraties libérales est un défi. "
    Le terme "violence" vise à discréditer ce qui est d’abord une rébellion, laquelle prend différentes formes. C’est cette rébellion qui fait peur à la ploutocratie.
    Cette rébllion est précisément dirigée contre les démocraties libérales... parce qu’elles ne sont ni démocratiques (en ce qu’elles confisquent en réalité le pouvoir du peuple), ni libérales (la liberté est au contraire écrasée dès lors qu’elle conteste le pouvoir usurpé de quelques-uns).
    Un vrai libéralisme doit s’appuyer sur la subsidiarité, tout au contraire de la vision de Saint Just (pas de liberté pour les ennemis de la liberté) et une justice non corrompue qui empêche toute personne de nuire à autrui.
    On en est évidemment très loin.


  • Ce que je n’imagine pas, c’est comment le pouvoir, tous pays confondus, espère maintenir l’ordre une fois tous les plans de soutien épuisés.

    Il en resultera une vague de faillites, dans un pays où il n’y aura rien a reconstruire, a la différence d’une fin de guerre.

    Le délire autour du covid ne finira jamais, puisque les habitudes du danger immanent sont prises.

    Il n’y a pas d’issue, a part le sursaut face à la misère, précisément celui que les bien pensants nous disent vouloir éviter.

    Les leçons de l’histoire, ou la manipulation de l’économie, la spéculation, avaient mené au fachisme, semblent actuellement être utilisée de façon perverses.


  • Pauvre Macron, lui n’était rien et le voilà tout comme par hasard. Le voilà surtout face à une réalité à laquelle ceux qui l’ont mis au pouvoir n’avait pas prévue : le Peuple !


  • BOOM ! La Maison Blanche dit que Joe Biden n’aura pas le dernier mot concernant la possibilité pour le président Trump de recevoir des briefings d’informations des services secrets
    il est Président de quoi , ce sénile de Biden ?


Commentaires suivants