Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Manifeste du racisme anti-Blancs

"Le Blanc idolâtre ce qui est français sans en saisir le fonctionnement et la nécessité"

Les Blancs sont atroces.

 

C’est de cette flagrante évidence que nous entendons faire démonstration, à l’heure où d’aucuns cherchent à installer sur le trône du concept la notion victimaire de racisme anti-blanc, revendiquée par une extrême droite peureuse qui semble crier de tout son cœur : « Nous aussi voulons avoir notre souffrance ! Nous sommes Souche, nous sommes Cible ».

Heureuse trouvaille qui permettra demain, n’en doutons pas, l’émergence de bannières scandalisées et revendicatrices WHITE LIVES MATTERS, à travers lesquelles tous les motifs de l’héritage d’Occident, toute la bigarrure des nations et des traditions, des régions et des visions du monde se trouveront amalgamés dans une grande fierté vide, vide comme une page blanche.

Si un Éthiopien et un Congolais sont noirs, alors un Portugais et un Lituanien pourront en effet être blancs. C’est ainsi que l’Europe devient une seconde Afrique : en s’inventant une fraternité raciale sortie d’un chapeau farfelu et dans l’idolâtrie de laquelle aucun peuple européen n’avait jusqu’alors jamais donné. This is Europa ! entend-on ainsi proclamer quelques internautes français naufragés dans l’océan de l’erreur. Qu’un Français affirme, via des sites Internet californiens, dans la langue de l’ennemi anglois, la prééminence d’une entité qui ne profite de nos jours qu’à l’Allemagne, voilà qui ne manque pas de sel.

La couleur blanche est un taux de mélanine, et ne sera jamais une identité. Croire ou faire accroire qu’il existe une fraternité à fonder d’abord à partir de là est une chimère. Pleurer sur des faits divers dégueulasses est possible, encore qu’il faille avoir l’esprit étrangement tourné pour se repaître des histoires les plus sordides et les plus affligeantes. La rêverie blanche, surblanche pourrait-on dire, a ces deux faces. On a agressé ma maman blanche parce qu’elle est blanche pendant que j’assure l’avenir de la race blanche avec ma femme blanche qui portera mes enfants blancs. Face à ces rêves hasardeux, nous revendiquons fermement, avec fanatisme et dédain, notre racisme anti-Blancs. Mais ne nous trompons pas.

Nous ne parlons pas exactement de la même chose. Une majuscule et le pluriel nous séparent des brailleries provinciales et droitardes. Notre Blanc à nous est entièrement imaginaire, voilà sa force. Il suffit de fermer les yeux. C’est de l’autre côté du périph’.

Il est l’enfant des enfants de Mai 68 et règne en maître dans la grande ville. De la conscience blanche sus-évoquée, nulle trace en lui. Enfant de divorcés, chaussé de Stan Smith ou d’un universel équivalent, très chill, très cool, très relax, le Blanc ne se prend pas la tête. C’est simple : il n’en a pas – nous y reviendrons. Il rêve d’être hors-sol et sans attaches, de pouvoir bouger sans cesse et partout. Il est incapable de se poser, cherche toujours à poser. Les Blancs se présentent en meutes ; ils sont incapables de vivre seuls, mais aussi incapables de vivre pleinement en communauté. Aussi, la colloc’, forme bâtarde, est leur forme reine. Le plan cul, le sommet de leur sentimentalité, se teinte chez eux d’une tendance à l’amourette. Le coup de bite est le coup de cœur. Le Blanc est froid, distant et généralement méfiant. Il touche à peine, embrasse peu, ne complimente pas, n’offre jamais rien. Il croit faire de son sourire ironique un dandysme, sa moquerie mériterait quasi toujours une correction. Il est très crispé du portefeuille, fait moit’-moit’ au restaurant, ne paie que par carte bancaire et rembourse ses amis par des virements électroniques. Il tient les comptes comme si sa vie en dépendait – et en effet elle en dépend, puisque sa misérable radinerie est le comble de ce qui peut lui servir de panache.

Cet enfant de la liberté, de la société des masses débarrassée des carcans archaïques et du poids du jugement d’autrui n’est pas un dégénéré sadique au sens propre, un partouzeur invétéré, un profanateur d’idoles, mais simplement un être diminué. Il est bipolaire, schizophrène, alcoolique, déprimé, burned out, mais surtout systématiquement consommateur d’anxiolytiques ou d’antidépresseurs que nous réduirons à leur parangon : le XANAX. Le Blanc mange peu et mal, boit beaucoup (uniquement pour accéder à l’ivresse), se drogue (pour sortir de lui-même), et se médicamente (pour supporter son absence d’absolu). Le Blanc est une espèce qui s’illustre et se distingue par une propension à l’auto-contemplation, à la peur de la solitude et au besoin permanent de transgresser à minima son extrême froideur : il représente le nouveau combat de toute une génération, le combat contre son autiste intérieur.

La civilisation est un âge où l’homme devient contemplatif et se distingue par la force de sa contemplation, par l’évanescence mortifère qui émane de lui. La Belle Époque en France, les Roaring Twenties aux États-Unis ou les années 1960-1980 en France sont des époques civilisées, des époques de la lenteur, des époques d’avant-garde, d’art, de cinéma, de lecture, de poésie, de théâtre. Ces époques ont condensé et forgé des imaginaires, des systèmes de repères qui sont totalement ancrés dans la cervelles des Européens des grandes villes d’aujourd’hui. Ils se pensent artistes, passionnés, profonds, poètes maudits, intellectuels organiques et l’affichent sur des pages Tinder. Le Blanc est un autiste, produit des réseaux sociaux et de la destruction de tous les liens sociaux qui durent réellement, qui se conçoit comme un homme civilisé, fin, subtil et élégant.

Ce Blanc pense par étiquettes, insère ses amis et ses parents dedans, et se voit comme évoluant au-dessus de toutes les castes. C’est le rejet des « hiérarchies traditionnelles » professé par le bobo plus l’incapacité à intégrer les justes hiérarchies naturelles qui affecte tous les néo-urbains. Il voit sa vie défiler comme un film dont il serait le héros, ne sait parler que de lui : tout son propos n’est qu’une éternelle séance de psychanalyse. Un groupe de Blancs discutant entre eux est une joute de monologues, ou alors une chronique de tabloïd à la recherche de ce qui pourrait avoir fait scandale dans le cercle élargi des relations.

Toute la vie du Blanc est compétition, et toute son énergie est dépensée à le maquiller, à faire oublier le darwinisme qu’il vit au quotidien. Il écrase plus bas que lui et regarde les yeux humides tout ce qui est au-dessus de lui. C’est un être envieux qui illustre sans qu’il n’y ait rien de drôle les personnages de sous-directeur obséquieux que jouait Louis de Funès.

Il crée de la mystique autour d’une vie prédéterminée par des algorithmes : il approfondit l’amour physique sur Tinder lors de sa vingtaine et utilise la même application au début de sa trentaine pour trouver celle qui le réconfortera le soir, après ses treize heures réglementaires passées dans un cabinet de conseil en stratégie. Il transforme en passion mortelle une amourette avec une demi-trainée et n’a idéalement jamais forniqué sans préservatif ; il est capable de tomber amoureux de sa stagiaire qui le suce par intérêt. Lorsqu’il invite ses amis dans sa maison de campagne, il prépare un tableau Excel pour partager les frais et demande si personne ne connaît un Arabe pour apporter de la weed.

*

Sous la plume d’un écrivain précieux a, depuis quelques années déjà, fleuri l’expression de Grand Remplacement, désignant l’inéluctable invasion de l’Europe vieillissante par l’ardente jeunesse d’autres mondes. Le trouveur de cette formule s’acharne particulièrement contre l’islam et on croit pouvoir déceler chez cet inverti la peur du musulman comme empêcheur d’enculer en rond. Ce que son théorème n’examine pas, c’est le Grand Remplacement des Français par les Blancs. Jadis, on espérait en la France et dans le fait d’en participer ; de nos jours, on candidate à la Blancheur.

Gouailleurs, râleurs, joyeux, légers dans leurs apostrophes, causeurs, malins, baratineurs, séducteurs, les Français se sont fait éradiquer par les Blancs zombies, méfiants, calculateurs, malpolis, arrogants, insignifiants. C’est un peuple qui est à pleurer, dont la couleur de peau pourtant n’a pas changé. Le coq français a été remplacé par l’œuf, par le crâne d’œuf, par le cul-de-poule blanc. Merde alors ! Cela s’est fait au début des années 90. À cet égard, Les Inconnus sont un pivot. Idolâtrés par les Blancs, ils n’en sont pas et ont été les derniers à puiser dans la grivoiserie, l’agitation et la théâtralité françaises. Ils ont été remplacés par l’humour standard d’OSS 117, film culte, bien plus que culte, matriciel et fondamental de l’imaginaire des Blancs. N’être Français que par plaisanterie. Le Blanc idolâtre ce qui est français, sans en saisir le fonctionnement et la nécessité, sans pouvoir le reproduire, sans savoir l’être, le sentir, le faire vivre. Il voudrait louer des parts de France, mais ne fait que réduire le champ d’expression du génie national, tout en bénéficiant néanmoins de sa renommée sur le plan international et auprès des jolies étrangères, trop vite dupes et systématiquement déçues. En tuant le Français pour promouvoir le Blanc, la France a renié toute dimension méditerranéenne en elle ; elle ne devient que la pâle copie de l’Allemagne qui a produit le nazisme et les hipsters.

La chanson d’Isabelle Pierre Le temps est bon est merveilleusement française ; son remix par Degiheugi est totalement faite pour les Blancs.

Le Blanc est un être hors-sol qui évolue dans un imaginaire collectif français. Il mange des croissants, il boit du vin, se met en scène dans des galeries d’art, publie sur Instagram des photos de livres, sort des citations calibrées, insiste sur la grandeur du cinéma d’auteur pour mieux conclure avant de se précipiter chez lui finir en toute hâte un PowerPoint qu’il devra présenter dans un bureau impersonnel d’une tour anonyme de La Défense devant les supérieurs de son conseil en stratégie.

Le Grand Remplacement, c’est le passage des étudiants de Sciences Po du Journal de Jean-René Huguenin à ceux de Neuilly sa mère 2. Nul migrant en cette affaire.

*

Au milieu de son cercle d’amis, le Blanc se vit comme un personnage de F.R.I.E.N.D.S. En réalité, il est bien plutôt un personnage de How I met your mother. La décennie qui sépare ces deux séries américaines permet de comprendre ce qui différencie la représentation que les Blancs ont d’eux-mêmes de la réalité qu’ils donnent à voir.

Apparue sur les écrans le 22 septembre 1994, F.R.I.E.N.D.S. est la série emblématique de la génération du tournant du millénaire. On y suit les aventures d’un groupe de six jeunes adultes, également composé de trois hommes et de trois femmes. Ces personnages semblent avoir su incruster dans l’esprit de tous les Blancs l’importance symbolique, le charme et le génie de la colloc’. Après le mythe de la bohème française, elle a mis dans toutes les cervelles le fait que la douceur de vivre ne soit pas incompatible avec les exigences et les impératifs de la ville mondiale. On pourrait vivre ensemble en bonne entente pendant dix ans sans liens lourds ; on peut construire un lieu de vie sans attaches sacralisées. Tout Blanc rêve de ça, et ne l’atteindra jamais. Cette série a inventé la réalité de ces mots sans les créer : chill, cool, relax, et a fait croire à la possibilité de leur permanence. Il serait possible de vivre pendant des années comme des jeunes gens délurés avec de petits salaires dans d’immenses lofts.

How I met your mother, en tant qu’héritage de F.R.I.E.N.D.S., n’est pas la volonté, mais la représentation des Blancs. Les personnages exercent des professions libérales stressantes, sont tous plus ou moins alcooliques, tour à tour angoissés par les rigueurs de la vie professionnelle. Il y règne toujours une forme de non-dit, perpétuellement sous-jacente chez les Blancs. Au sein de la même bande d’amis, tout le monde a couché avec tout le monde, mais continue de croire dans la force des liens unificateurs. Le mythe du couple à distance a cours. L’amour n’est jamais qu’une valeur seconde, décriée et moquée. Les hommes ne voient les femmes que comme des chattes sur pattes ou des animaux de compagnie, ils font mine de les trouver profondes pour mieux devenir leur sex friend caché pendant qu’elles sortent avec un petit-ami qui fait office de souffre-douleur au quotidien.

*

Le Blanc n’est pas le produit de la mondialisation et de la libération sexuelle des années 1970 mais de la virtualisation et de l’homogénéisation des années 1990 : les doctrines californiennes ne sont plus porteuses de plaisir mais d’interdits, le tourisme de masse informe a remplacé le tourisme d’initiation, les personnes ne sont plus des individus mais des caricatures de groupes humains, l’art, l’amour et le rock n’ roll sont morts, la drogue est dégénérée et rien n’est possible sans algorithmes. L’algorithme décide avec qui on couche, quelle entreprise nous recrute et a réussi à matérialiser un vieux rêve du capitalisme : transformer chaque service en un service marchand. Absolument tout se monnaie, même monter ses courses à la vieille dame de l’immeuble.

Ces nouvelles tendances associées au pire des tendances anciennes ont donné naissance à des individus-zombies. Ils sont censément libres, contemplatifs et subtils comme des grands bourgeois du Grand Siècle, relâchés et indifférents à la rigueur générale d’antan (musique classique, complets trois pièces, langage châtié). Autrement dit, on pourrait être profond en buvant des bières, en fumant des cigarettes roulées, en parlant à moitié comme un métèque de banlieue et en portant des Stan Smith. Rien de tout ça n’existe évidemment et le Blanc est aussi distant de la civilisation, la vraie, la grande, celle de Barbara et de Marcel Proust que son contraire, l’habitant du tiers-monde. Le Blanc est un être esthétiquement symbiotique : éthologiquement autiste, nomologiquement neutre, sociologiquement petit bourgeois, vestimentairement métis entre des vestes de costume, des jeans et des baskets, artistiquement éclectique, et mélangeant le vocabulaire châtié, le néo-vocabulaire né dans les années 1990, et des phrases empruntées au ghetto dites à moitié au second degré. L’ultime de son style vestimentaire consistera à porter une chemise taillée trop courte sciemment pour n’être pas rentrée dans le pantalon ou alors un t-shirt avec une poche sur la poitrine sous un gilet de cachemire dont les boutons resteront ouverts. Au bureau, un complet sans élégance bleu marine avec une cravate trop fine dont le Blanc s’enorgueillira à penser qu’ils font de lui un personnage de Mad Men alors qu’il n’est qu’un esclave de luxe.

Le Blanc n’a pas d’âme. Il cherche à fuir toute forme d’intériorité et ne craint rien tant que de se retrouver seul face à lui-même. C’est qu’au fond de lui, très inconsciemment, il sait que, athée, matérialiste, détaché des racines, citadin, il n’a aucun moyen de résister au grand appel de l’Être, et n’est qu’un microbe face à la Conscience. Il s’échappe en futilités, biaise et renverse la perspective en s’acharnant à juger tout ce qui l’entoure depuis la hauteur où il se voit.

La solution pour lui est de mélanger légèreté et solidité en transformant famille en amis et amis en famille, plans cul en amoureuses, petites amies en mères, patrons en copains, en effaçant sans pitié les vieillards de son univers ou en les transformant en fétiches. En bon produit de l’âge de l’immédiateté, il sait que tout est vain, que tout est éphémère, que rien n’est appelé à durer. Ainsi, le Blanc semble ne pouvoir conduire qu’une automobile, la Fiat 500, voiture de femme très pratique dans les grandes villes par sa petite taille, dont l’apparence fraîche, la possibilité qu’elle offre de se faufiler dans la circulation correspondent parfaitement à son conducteur. Les Blancs arrogants qui veulent se la jouer – et qui ont les moyens – conduiront la Fiat 500 Abarth. Le reste du temps, le Blanc se fera conduire dans les berlines feutrées du cousin Uber, sans bien sûr adresser un mot au chauffeur qui n’est qu’un robot bronzé, C3PO Ben Mohammed.

*

Le Blanc est pudique, mais n’a pas de surmoi. Il cache ses SMS mais disserte sans fin sur sa vie sexuelle. Il va en boîte de nuit avec ses supérieurs hiérarchiques qui, comme lui, ont aboli toute hiérarchie, et tous tentent de tirer la stagiaire par tous les moyens avant de faire étalage de ces hauts faits devant ses amis d’université dans une ambiance de fausseté, de semi-grivoiserie, de compétition comme de comparaison. C’est un alcoolique en chemise boutonnée, un consommateur chronique d’antidépresseurs, un adepte des dates, un collectionneur d’applications, un amoureux des week-ends en province (l’oxygène de son semblant d’âme putréfiée), un carriériste invétéré, un enfant surmaterné habitué à la solitude très jeune par le divorce de ses parents, un hilote puceau de l’amour et de la violence, un ignorant de l’idée de Dieu, un raciste qui s’ignore malgré son ami noir et sa target la beurette du ghetto.

La vie du Blanc est structurée entre l’intérêt que les choses et les personnes peuvent lui apporter, un certain besoin en divertissement et surtout en second degré et une forme de contemplation. Fruit de l’athéisme et de la mort des tabous mais de la persistance de codes essentiellement esthétiques, le Blanc n’a pas d’âme et se montre incapable d’envisager le sacré en dehors des sensations. Sa sacralité se nomme l’expérience esthétique : un film, un paysage, un appartement, une œuvre d’art, une page vierge, une fugue de Bach et il effleure l’idée de l’existence de Dieu. Le Blanc n’est pas un athée militant, c’est un athée évident. La question de la transcendance n’en est plus une et l’absolu de l’esthétique est transgressée par un besoin de mélanger les codes, le syncrétisme est pour lui la forme quotidienne de l’esthétique. Il parle franglais, mélange les références de différents arts et surtout s’habille en mélangeant la forme de l’élégance classique des éléments d’habits d’adolescent (chemises à pois boutonnées, jean et chaussures de sport blanches). La marque Sandro (pour hommes) est un condensé du style vestimentaire idéal de Blanc. Les hommes s’habillent avec les mêmes marques que les femmes et mettent souvent les mêmes articles dans des tailles à peine différentes. Autrement dit, on ne se prend pas la tête mais l’on demeure frais et subtil en habillement comme en amour ou en religion !

Le Blanc ne va jamais au fond des choses en paroles ou en pensées immédiates, il se contente de se référer à des éléments centraux d’imaginaire commun ou à des fragments de pensées rendus intelligibles par l’invocation d’étiquettes. Il ne pourfend rien mais tente de créer du mystère en ne nommant ni les choses ni en allant au bout de sa logique déclamatoire. Il agrémente son discours des sempiternels tsé, genre, en mode (équivalents de tu sais, par exemple et sur le mode en français) et finit son discours par des systématiques tu vois c’que j’veux dire ou, pire, j’me comprends. Le Blanc ne touche pas, ne prend pas, ne ressent pas et ne parle pas, il se fait comprendre comme un chaton ou un automate.

Le Blanc n’est pas une espèce monolithique, il se découpe en différents types, différents de pays en pays, de capitale en capitale, ou de style en style. Les bourgeois-bohème, les fêtards de l’ère post-punk, les hipsters, les Berlinois, les New-Yorkais de Manhattan partagent tous ce même fonds. Les différences de style, de mode de vie ne sont que des détails : les lignes de coke, les applications, la pingrerie, les préservatifs, l’esclavage professionnel, l’altération du langage, le rapport froid à l’amour et à l’humour, la solitude ravageuse, l’irrévérence religieuse sont des constantes. Le Blanc n’est pas le protestant froid ou le catholique puritain frileux ; il est l’athée frais, et il y a aujourd’hui moult nuances de fraîcheur !

*

Le Blanc est universellement raciste. Il assigne un rôle abstrait à chaque race qui devient un élément d’imaginaire associé à un thème en particulier ainsi que des colorations multiples. Il est raciste sur deux modes : de loin (de façon purement abstraite) et de près, lorsqu’il est confronté à des immigrés ou lorsqu’il voyage hasardeusement ou mu par un orientalisme fin de race. La Colombie est le pays de la cocaïne et rien d’autre, ce pays est un rail géant de cocaïne dans la cervelle comme dans les blagues des Blancs. Dans cet esprit, le Maroc est un condensé de shit et de thé à la menthe devenu pays. En dernière instance, le Blanc a gobé toutes les théories nées dans les campus de la Californie pour refuser le racisme direct, pour embrasser une forme frelatée d’un racisme terrible qui ne dit pas son nom. Ainsi, il attribue au noir le rôle éternel de l’esclave animalisé au gros sexe et à la petite cervelle qui pourrait donner un bel enfant chocolat au lait, au latino le rôle du dealer de drogue frustré, misogyne, homophobe et sanguinaire, au Pakistanais celui du burlesque dans toutes ses formes, à l’Asiatique systématiquement confondu avec le Chinois la posture de l’autiste matheux mince à la faible testostérone.

*

Le Blanc, figure anthropologique de la société du sans contact née au début des années 1990 en même temps que la virtualisation de la vie charnelle et à l’inauguration de la condamnation des corrections administrées par les pères, ne peut pas exister sans son pendant féminin qui le subsume symboliquement tant elle est l’élément central de la première moitié du premier siècle du second millénaire, nous avons convoqué la Blanche.

La Blanche, plus que le Blanc consacre un phénomène sociologique général en Occident : la concrétisation des classes moyennes en petite bourgeoisie. Les Blanches sont les filles des petits bourgeois. Si la petite bourgeoisie n’évoque rien au lecteur, il peut se la représenter comme l’univers mental des classes moyennes. Les classes moyennes faites des salariés de luxe de province, des cadres moyens de la ville mondiale se sont donné un ethos qui a triomphé. Cet ethos est assez difficile à saisir : c’est la quête de l’apocalypse. Le commun appelle ces Blanches « les petites meufs » : de taille moyenne, de classe moyenne, d’un quartier sociologiquement moyen, d’un physique désirable, d’un humour frénétique, d’une hostilité manifeste, d’une facilité à moquer et à se moquer. Ces fameuses petites meufs écoutent du rap, mettent des baskets blanches, ont un vocabulaire très relâché qui frise avec la mauvaise éducation, ont besoin de nécrose (drogues berlinoises, haschich, beuh, alcools forts), boivent des bières, roulent leurs cigarettes et ont beaucoup d’amis garçons qui rêvent d’elles. Elles ont l’air d’être perpétuellement en train de décuver (et s’en amusent entre elles, en théâtralisant une certaine folie auprès de leurs amies et surtout de leurs amis masculins qui n’ont ni la chance ni la malchance de les pénétrer), mais sont les filles les plus scolairement et professionnellement sérieuses, elles workent hard et playent hard. Ce que ces petites meufs incarnent, c’est la déconnexion pure entre la féminité et la distinction : ce sont des filles qui apparaissent sales, maladives, en mauvaise santé en plus de parler une langue qui se rapproche fort de celle du ghetto, d’écouter du rap, de mettre des baskets, de hurler, d’être ivre en permanence, d’adorer les concerts et les festivals. Ce sont des filles qui rêvent d’investir deux champs symboliques : celui de l’animalité et du ghetto et celui de la masculinité et de la grivoiserie. Elles disent : tu me casses les couilles, c’est casse-couilles. Elles boivent de la bière. Des femmes boivent de la bière. Baiser ces filles là est ennuyant à mourir, les séduire revient à réussir un entretien d’embauche pour un kabiné de konsey en stratiji, les fasciner revient à tirer des filles plus jolies qu’elles connaissent et les prendre ressemble à un acte d’automate. Prendre en levrette une Blanche après avoir mis un préservatif en écoutant Jay-Z ou Kendrick Lamar n’est ni faire l’amour à une femme qu’on aime, ni enculer à sec une vraie courtisane en écoutant Jean-Sébastien Bach...

Ces filles de la petite bourgeoisie, de parents divorcés menant des vies personnelles faussement tourmentées et des vies scolaires et professionnelles poussives (elles rêvent du salariat de luxe payé 2 500 euros par mois pour 12 heures de travail par jour derrière un ordinateur) ont contaminé toutes les autres classes sociales, notamment dans la ville mondiale pour donner naissance à la Blanche universelle, la New-Yorkaise, la Parisienne, la Londonienne et la Milanaise. Le jeu des classes sociales induit ensuite une affaire de nivellement purement pécuniaire : comme le noir riche du ghetto met des baskets de luxe et le pauvre du ghetto met des baskets lambda, la Blanche de luxe met des Stan Smith et boit des pintes à 12 euros et la Blanche de moins bon aloi met des Stan Smith et boit des pintes à 4 euros. En créant la Blanche universelle, la petite bourgeoisie triomphale en Occident a aboli la différenciation par les classes sociales, elle a crée le premier idéal-type universel : nous nommé la Blanche internationale. La reine, dans ce registre, est la petite Lily Rose-Depp. Elle porte l’un des deux prénoms faits pour les Blanches ; Lou est l’autre.

Cette Blanche internationale est extrêmement virile en fond, et extrêmement féminine en forme. C’est la créature la plus désirable de l’histoire : vagin rasé et entretenu, produits de beauté utilisés avec soin, jambes fines, cheveux lisses, corps élancé, beaux seins ; son corps est digne d’une œuvre. Elle est cependant biologiquement, éthologiquement dégénérée et symboliquement virile. C’est une sur-femme en corps et en représentation et un cadavre en réalité : toujours alcoolique et droguée au shit, à la cocaïne et aux médicaments, elle se plaît à adopter un comportement d’une hostilité digne de l’idée qu’on se fait d’une paysanne du tiers-monde. Cette Blanche aussi hostile qu’un homme d’antan, aussi dure, sérieuse, ambitieuse, réglée comme un automate. Femme libre en représentation, homme en volonté, elle s’approprie tous les codes de la virilité et n’a pas de cœur. Elle veut avec une hargne terrible transformer les hommes en trois catégories distinctes et totalement hermétiques : le gigolo qui lui mettra le coup de bite et fermera sa gueule, le confident, ami et conseiller qui peut lui servir momentanément de petit ami lorsqu’elle déprime, et le frustré, l’homme réellement viril qu’elle hait et veut dépouiller de sa virilité. Cette Blanche couche avec les plus adaptés (populaires, twiks, aériens, indifférents et insaisissables comme des femmes), elle couche avec des hommes qui se comportent comme des femmes et méprise les autres. Elle veut se dépouiller de tout lien sans être capable d’être seule physiquement : elle honnit le couple, méprise ses parents, n’est pas fidèle à ses amis, fait des enfants qu’elle élèvera à moitié par caprice. Dans notre monde hypersexualisé où la frustration règne parmi les hommes, la Blanche isole de l’espèce virile les rares hommes auxquelles elle se donnera. Le seul et unique critère intervenant dans le choix d’un homme est son palmarès sexuel. La Blanche part du principe que tout procède du cul et elle y ramène tout : pensées politiques, notes scolaires, interactions sociales élémentaires, dilections, dégoûts, croyances, rêves. Étrange époque où une potentielle mère pense devoir choir le père de ses enfants parce qu’il est un gros baiseur.

Créature du féminisme californien, la Blanche est historiquement antérieure au Blanc et surtout, elle a été prévue idéologiquement, et son logiciel a été imprimé dans les petites cervelles féminines notamment par les infernales créatures de Sex and the City. C’est la Blanche qui inaugure réellement la Blancheur.

La sexualité de cette Blanche suit symboliquement la sexualité de ses amis les Blancs homosexuels : elle a commencé à mettre la capote parce que son pédé d’ami a eu le SIDA, a adopté une sexualité sans attaches comme lui (en voulant se dépouiller de tout raisonnement sur la valeur symbolique de la sexualité féminine, celui qui fait qu’une femme qui se donne trop est totalement dépréciée), refuse d’avoir des enfants comme lui, et trouve ses amants sur Internet par swipes dans des applications créées par Internet.

La sexualité des Blancs est toujours une sexualité de pédés.

*

La Blancheur inaugure un mode de vie, un ethos, un rapport au monde structuré par la vitesse, l’immédiateté, la tolérance, mais aussi l’impossibilité. Ce monde n’est pas polarisé entre différentes ambiances radicalement étrangères les unes aux autres : différents modes de vies entre une famille rangée et des jeunes fêtards, différences de rythmes et de culture entre les peuples, différents climats entre les contrées... Les réseaux sociaux ont radicalement uniformisé les modes de vie et ont tué toute différenciation. La beurette de banlieue et la descendante d’aristocrates comme le rappeur américain et la jeune WASP retouchent leurs photos et envoient des SMS pendant les repas pris seuls ou en famille. Les réseaux sociaux ont rendu toute existence pornographique ; il n’y a pas de différence entre la vie arrêtée (le repos, l’étude, la déconnexion, la solitude, la contemplation, l’aparté) et la vie vivante (fêtes, soirées, bagarres, amours, sexe, relâchement, mouvement). Tout est enregistré et filmé, tout est retranscrit, tout est photographie, tout est présenté de façon à ce que l’humanité entière soit faite d’humains tour-à-tour voyeurs et donnant à voir. Dans cette humanité de voyeurs, très peu vivent réellement : on fornique moins que nos parents, on ne rit pas vraiment, on ne parle pas à ses voisins, on n’est pas généreux, on n’a pas d’intimité. On ne peut être ni réellement vivant, ni réellement sérieux. Et si la pornographie existe, c’est que le sexe manque cruellement.

Dans cette humanité de voyeurs en permanente compétition d’adaptation, point de vie, point de liens, et point d’absolu. Rien n’est vrai, rien n’existe et rien n’a de sens. Tout se défait et rien de sérieux ou même de léger ne naît. L’existence du Blanc part de cette condition crue : les parents sont divorcés, Dieu n’existe pas, l’art est dégénéré, l’inélégance est générale, la nourriture est industrielle, les hommes sont en chien... Les humains sont devenus des zombies gouvernés par des autistes qui rêvent de les remplacer par des automates et de les réguler par des algorithmes.

Comme l’humanité archaïque et impériale a inventé les féculents pour rendre des hordes d’esclaves énergiques et efficaces, l’humanité dégénérée a inventé les psychiatres et les médicaments pour empêcher les ilotes de se suicider. Nos gouvernants ont réussi à mettre sous drogues toute une génération dépourvue d’absolu : le psychiatre est le nouveau druide et le Xanax est sa potion magique. Les prescripteurs de drogues et destructeurs de mondes que sont les psychiatres ont accompagné la transformation des personnes en acteurs de cinéma et en perpétuels patients, des semblants d’acteurs et des parodies de malades sous traitement. On commence le Xanax à quinze ans après une rupture amoureuse pour redevenir une vache à bonnes notes et on ne l’arrête qu’avant de mourir. Le psychiatre est une sorte de spectateur d’élite de la vie pathétique de ses clients Blancs adeptes du déversoir de tristesse et de pathos : qui n’a jamais entendu une petite salope dire « je ne suis pas bien en ce moment » ?

*

Le Blanc est un être d’aucune croyance, il n’a pas de valeurs mais embrasse un protocole abstrait qu’il a naturellement intégré et dont l’ignorance est sanctionnée par une sortie symbolique de la Blancheur, une entrée dans les quasi-catégories encore une fois abstraites de métèque ou de provincial – bougnoules, nègres, cathos, beaufs et white trash, aucune différence pour le Blanc. Ce protocole s’accompagne d’un tissu général de quasi-conceptions et de prises de positions : il y a des choses qu’on n’a pas le droit de penser et des choses qu’il faut penser. Parmi cela, il y a l’interdiction générale et permanente d’interdire ou d’imposer quoi que ce soit à autrui, faute de destruction immédiate du lien. Si un garçon impose à sa copine, elle sera abstraitement et/ou directement encouragée à le quitter faute d’être immédiatement dépréciée par le commun des mortels. Si une fille est directive et impérative avec ses autres amies, elle est immédiatement fuie. Cette interdiction d’interdire appelle deux attitudes : le rejet des hiérarchies naturelles et fonctionnelles entre les êtres humains, et la conception d’autrui comme fondamentalement substituable. Le Blanc se conçoit comme le personnage principal, les autres Blancs autour de lui comme des figurants de luxe et le reste du monde comme étant automatiquement généré par le gameplay, bien qu’il adorera s’intéresser quinze secondes à tel ou tel quidam tellement authentique à la façon des pages Facebook Humans of quelque part.

*

Pour se faire une idée visuelle bien précise du cancer que nous décrivons et que nous jurons de nous acharner à combattre, nous invitons maintenant notre aimable lecteur à s’intéresser de près à l’œuvre d’une jeune Blanche dessinatrice, mademoiselle Margaux Motin. L’entièreté de ce qu’il y a à comprendre de la Blanche, de toutes les mauvaises choses qui lui trottent dans la tête, de ce qui fait d’elle une connasse de Parisienne en puissance ou en actes, de sa grossièreté masculine, de son rapport aux hommes et donc des Blancs par ricochet se trouve dans ses dessins. Tapez son nom sur Google et régalez-vous, ô racistes anti-Blancs que nous venons d’éclairer.

La mention de cette demoiselle nous amène à parler d’une figure spécifique de la Blancheur féminine qui retient notre attention. Il s’agit de l’aristo-Blanche. Au royaume de la Blanche, l’aristo-blanche est reine. Mêlant des formes datées de la jeunesse et ses formes les plus actuelles, elle domine symboliquement le Blanche game, en indique les attitudes et les tendances. Toute petite meuf aspire en secret à être une aristo-Blanche sans jamais pouvoir le devenir, et, pour dire les choses autrement, toute petite meuf ressentira immédiatement la supériorité en Blancheur d’une aristo-Blanche si elle en rencontre une – scénario cependant assez rare, encore que permis par certains entremêlements du « monde du travail ».

L’aristo-Blanche a bénéficié de la bonne éducation de son milieu et peut donc faire naturellement montre de certaines bonnes manières ayant toujours une importance esthétique dans la France contemporaine : ces manières ne sont plus un code de référence devant infuser les environnements humains où elles s’affichent, mais une référence, une citation de bon goût.

L’aristo-Blanche maîtrise les relations mondaines, le small talk, le fait d’échanger avec le sourire des banalités polies, de savoir faire bonne impression aux personnes plus âgées, d’être admirée par les autres filles et de plaire élégamment aux garçons. Elle a l’air de pouvoir devenir une bonne mère. Il émane des aristo-Blanches en général une certaine douceur, effet des bonnes manières, mais souvent trompeuse quant à la vérité des caractères.

À ce patrimoine précieux auquel la Blanche lambda ne saurait prétendre – elle qui se tient invariablement mal –, l’aristo-Blanche ajoute par petites doses – et cela, alors même que c’est parfaitement inconscient, pourrait presque passer pour du second degré – tous les tics de la Blancheur, notamment langagiers : bails, genre, t’sais... Pour l’observateur averti s’offre là le spectacle quasi chimiquement pur d’une gangrène impitoyable dévorant les derniers reliquats de la noblesse française. Cependant, face à l’époque, ce mélange étrange fait de l’aristo-Blanche une figure très forte. Plus agréable, moins directement hostile que la petite Blanche, elle passe beaucoup mieux auprès de tout le monde, notamment à la télévision – pensons par exemple à la journaliste Diane de Mac-Mahon ou à Apolline de Malherbe, encore que cette seconde jeune femme passablement inculte est d’apparence incroyablement hostile.

L’aristo-Blanche est reine de l’époque car ses manières d’un autre temps sont incompréhensibles à l’époque : cela la rend insaisissable. Or, ce caractère d’insaisissabilité est au cœur de la Blancheur, au cœur même de l’esthétique de l’époque. C’est par ce paradoxe de l’insaisissable que l’époque se retrouvera prise dans la révérence face à l’aristo-Blanche et que l’aristocratie française trouve une voie pour placer dans la société à des postes acceptables bon nombre de ses filles.

L’aristo-Blanche fait de preuve de créativité autant que d’entregent, et met sa particule au service de ses entreprises, la plupart du temps dans le domaine de la mode ou du luxe, qui est pour elle un univers familier. Nous pensons ainsi à la marque Yayou et songeons tendrement aux fondatrices, deux sœurs magnifiques et sans nul doute insupportables.

L’ancêtre de toutes les aristo-Blanches qui en est aussi l’idole est l’ancien mannequin Inès de La Fressange. Un exemple excellent d’aristo-Blanche, dotée d’un niveau d’hostilité proprement ahurissant est Marie de Villepin, mannequin qui n’est pas strictement anonyme parce qu’elle est la fille de son père.

Le pendant masculin de l’aristo-Blanche existe ; le fondateur de cette caste est l’écrivain cocaïnomane Frédéric Beigbeder. C’est quand même un type qui a été capable de pondre un bouquin parce qu’il a fait deux jours de garde à vue pour avoir tapé une ligne et s’être fait prendre comme une merde par les schmitts. Ça doit faire marrer du monde à Bois-d’Arcy ! (Ah bah non, les types qui sont là-bas n’ont pas le temps de lire puisqu’ils sont trop occupés sur Snapchat.) L’aristo-Blanc fait des bêtises, s’amuse et occupe dans la société une place d’artiste là où sa consœur est sérieuse et adopte les traits de l’executive woman. Songeons ainsi au sieur Arthur de Soultrait, fondateur de la défunte marque de vêtements Vicomte Arthur à la morgue incroyable, ou à Jean-Marie de Saint-Ange, plus jovial. Ces deux héritiers apparaissent dans un reportage diffusé dans l’émission de feu Jean-Luc Delarue, Ça se discute, consacré à la jeunesse dorée. Notons en passant que l’équivalent masculin de l’hostilité féminine est le mépris.

Totalement artistes, on peut évoquer aussi Guy-Manuel de Homem-Christo et Xavier de Rosnay, respectivement co-fondateurs de Daft Punk et de Justice. Ces deux créateurs de talent ont inventé quelque chose et indiquent la tendance. Le jugement est sans appel : pour sauver la visibilité sociale de ses rejetons, l’aristocratie doit adopter la Blancheur comme le reste des populations. On pourrait avec ces différents personnages ajouter un chapitre au livre de Jean d’Ormesson Au plaisir de Dieu, où l’Académicien perpétuellement sur le départ et qui a fini par partir narre le lent dévalement d’une famille d’aristocrates sur la pente du temps. En son temps déjà, les aristocrates n’étaient déjà plus que des grands bourgeois dotés de plus de reliques que les autres et sur la voie du déclassement.

Certaines familles, néanmoins, réussissent à conserver leur rang. Mais cela coûte cher et il faut donc que les membres occupent des métiers suffisamment rémunérateurs à l’heure du capitalisme hyperconcentré. Il n’y a pas mille voies : la finance ou les hauts postes dans les grandes entreprises. Ces gens-là sont généralement discrets et rarement Blancs au sens où nous entendons ce mot, qui est désormais clair et précis. L’exemple parfait est Henri de Castries. Sans doute faut-il que tout change pour que tout reste pareil, et les familles avisées ont retenu la leçon du Guépard. Ce qui est très drôle, c’est que les hordes de Blancs de base travaillent sous les ordres de ces aristo-robots – pourrait-on dire – toute la journée et permettent que les choses restent en place en faisant gonfler les portefeuilles d’actions.

À l’heure de la massification, la reproduction sociale n’a cours qu’à très haut niveau ; les bonnes études ne suffisent plus et la bourgeoisie de province est irrémédiablement baisée. Ses enfants à elle seront Blancs. Blancs, Blancs, Blancs !

Blancs ! Bleh ! Blême. Problème.

Sous notre plume comme dans notre bouche, le Blanc devient le Blah, créature bavée par son époque, au son comme à l’être proche de la blatte. Blancs, nous vous méprisons, nous vous rejetons, nous vous maudissons ! Arrière ! Horreur ! Hors de vue ! Incitation à la Haine ! Recule, Blanc, ou je te colore ! Sapristi, Blanc quand même.

Ça y est, nous avons fini.

Prolonger ce manifeste avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

185 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2031096
    le 27/08/2018 par Frédo
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Vous remarquerez le "shalom" qui figure sur la page de contact...

     

    • #2031123
      le 27/08/2018 par Benoît
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Oui, c’est signé...
      Du reste, je ne me reconnais pas dans la description ; je suis donc pas blanc !


  • #2031101
    le 27/08/2018 par Lucien Cerise
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Que c’est bavard - autant qu’un petit bourgeois blanc bien élevé qui va se faire défoncer par les millions de clandestins que Soros et l’UE nous promettent.

     

    • #2031130
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Lucien
      Bavard, certes, mais pas ennuyeux une seconde, au contraire de certaines de vos "œuvres" sur des sujets en théorie passionnants... Votre sarcasme est hors de propos.


    • #2031144
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Merdasse insignifiante. A ne surtout pas prendre au sérieux : ça ne l’est pas.


    • #2031147
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ceslaoui

      Pas ennuyeux ? Ah, ça dépend des goûts.


    • #2031167
      le 27/08/2018 par sermanu
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Ceslaoui,
      On percoit comme une jubilation chez vous.
      Cela était tellement chiant que je me suis épargné la fin pour vite sentir les commentaires.
      Le mec parle du blanc qu’il connait, la bande des plus blancs que blancs. Les transparents dirait Coluche.
      Quant à Lucien, merci ! Perso je ne m’ennuie jamais en vous écoutant.


    • #2031212
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @sermanu
      J’ai en effet exprimé mon enthousiasme un peu plus bas.
      Vous nous dites qu’il parle "des blancs qu’il connaît", or j’en connais aussi et un sacré paquet. des "blancs" comme ça. Ils sont majoritaires en France, au cas où vous l’ignorez.
      Ceci dit, la fin n’est pas au niveau du reste, une conclusion quelque peu bâclée. Mais le doigt est mis sur une réalité importante, qui n’est pas propre à la France en l’occurrence, mais au mondialisme.


    • #2031218
      le 27/08/2018 par Lucien Cerise
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Le 27 août à 13:38 par Ceslaoui
      @Lucien
      Bavard, certes, mais pas ennuyeux une seconde, au contraire de certaines de vos "œuvres" sur des sujets en théorie passionnants... Votre sarcasme est hors de propos.

      - Aucun sarcasme de ma part, mais une vraie fascination pour ces gens vivant dans une maison de poupée et qui ont encore le loisir à notre époque de pondre ce genre de prose, à lire en diagonale, comme un article de Libé.


    • #2031238
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Lucien
      Que savez-vous de l’auteur ?
      La prose peut vous déplaire, j’en prends note. En attendant, le contenu et le propos conceptualise une réalité que vous croisez tous les jours. Je m’étonne que vous ne l’ayez pas relevé.


    • #2031304
      le 27/08/2018 par JL
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ceslaoui
      Vous passez votre temps à contempler ce spectacle !!
      C’est votre structure.
      Il y a mieux à faire !


    • #2031381
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @JL
      Que d’affirmations bien mal à propos...
      Épargnez-vous votre bassesse, vos commentaires deviendront peut-être pertinents, qui sait...


    • #2031469
      le 27/08/2018 par Eric
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Ceslaoui,
      « Bavard, certes, mais pas ennuyeux une seconde, au contraire de certaines de vos "œuvres" sur des sujets en théorie passionnants... Votre sarcasme est hors de propos. »
      En théorie passionnants ... et en pratique très interessants également ! Quant au sarcasme, il est certainement moins hors de propos et creux que le vôtre. Il vous serait plus profitable d’essayer d’en faire autant. Et il est du coup également malvenu de parler de la « bassesse » des autres.


    • #2031609
      le 28/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Eric
      Ce cher Eric, toujours prompt à jouer les redresseurs de torts, avec ses commentaires tantôt autoritaires (comme c’est le cas là), tantôt niveau bac à sable "et toi tu fais quoi derrière ton ordi", "toi-même", ou "c’est celui qui dit qui l’est"... Avec cette proportion de lèche-cul que d’autres ont observé avant moi...


    • #2031731
      le 28/08/2018 par luc
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Remarquez le shalom en bas de page...
      A force de lire kontrekulture on fini par les voir arriver de loin ! Il m a fallu 3 phrases pour le debusquer ! Ce n est meme plus drole !
      a ceslaoui, vous commentez trop, lisez !


    • #2031763
      le 28/08/2018 par Mojo Risin
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Ceslaoui, votre pseudo fait sans doute référence à un film de votre jeunesse, le Père-Noël est une Ordure. Thierry Lermitte y jouait le rôle d’un grand con hypocrite qui existait un peu par la distance que son travail de secrétaire mettait entre lui et les interlocuteurs.
      Un film agréable, pas trop compliqué.


    • #2031830
      le 28/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Luc
      Vous pourrez me conseiller de moins commenter et de lire plus quand vous écrirez un français irréprochable.
      Cordialement.


    • #2031838
      le 28/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Mojo Risin
      C’est bien observé, et vous seriez bien mal inspiré de tenter un rapprochement avec ma personnalité ou de quelconques traits de caractères. Vous aviez quelque chose à me dire ?


    • #2031866
      le 28/08/2018 par JL
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ceslaoui
      Je ne sais pas si Mojo Risin avait qqch à te dire mais tu l’as bien reçu !!


    • #2032177
      le 28/08/2018 par luc
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      ceslaoui
      Je prends note ! Je eais un effort sur la forme mais par pitie, faites un effort sur le fond ! bien a vous.


    • #2032309
      le 29/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Luc
      Décidément, il vous mieux passer pour un con ne laisser aucun doute à ce sujet.
      Et prétendre m’attaquer sur le fond, quand vous même vous targuez, parce que "vous lisez KK", savoir "les" discerner parce que vous avez lu "shalom" en bas d’une page, encore un lèche-cul qui a oublié de réfléchir avant de s’exprimer, sans prendre le temps de faire "l’effort sur la forme" annoncé qui plus est.
      Risible.


    • #2033097
      le 30/08/2018 par Eric
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Exprimer un désaccord = Jouer les redresseurs de tort donc. Intéressant et pertinent.
      Exprimer donc en creux et logiquement un accord avec d’autres = « lèche-cul ». Ok. Un peu piégeux et binaire comme truc. Quelque chose me dit que vous n’auriez pas tenu le même discours si j’avais exprimé un accord avec vous et que je n’aurais pas été qualifié de lèche-cul. Niveau bac à sable vous disiez ?
      Il se trouve que j’ai déjà marqué des désaccords sur des sujets électoraux avec Monsieur Cerise (bien que je le comprenne sur le fond par rapport à sa démarche personnelle), mais bon ce n’est pas grave hein ! Ça n’empêche pas de raconter n’importe quoi. Et quand bien même, s’inscrire en faux par rapport à quelqu’un n’est pas une garantie de quoi que ce soit (j’essaie de me couler dans votre manière de raisonner). Quant à la poignée de ceux qui ont « observé » la même chose que vous, la belle affaire. Ils n’étaient guère plus inspirés que vous en termes de « réplique ». Pensez-y car même s’ils étaient nombreux, ce ne serait pas plus ni pour autant un argument de fond. Je sais, nous vivons malheureusement dans le règne de la « quantité ».
      Le plus drôle, c’est qu’ici je n’ai pas la même lecture que Lucien sur ce texte, et suis plutôt sur la compréhension qu’en a eu @europhobe (autre comm sur ce fil). Du coup, c’est un peu ballot ! :-)
      Je conclue donc en revenant à votre commentaire initial qui manquait singulièrement de finesse et dont l’ironie pouvait sembler parfaitement déplacée. Essayez de produire l’équivalent et revenez ensuite nous en parler et soumettre ça au jugement d’autrui, à supposer que vous en soyez capable. Comme on dit, la critique est aisée mais l’art est difficile.


    • #2033140
      le 30/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Eric
      Vous faites de très mauvais raccourcis quant à mes propos, ils ne parlaient de votre commentaire sur ce fil mais de votre "œuvre" générale. Des années que je suis ici, et j’ai un certain sens de l’observation.
      Je vous reconnais volontiers quelques qualités quand vous échangez avec des contradicteurs et je suis même assez souvent de votre avis, mais dans l’ensemble les traits que j’ai relevé sont bien réels, je ne vous ferais pas l’affront de vous citer au cours des dernières semaines, ce serait affligeant pour le débat et pour tout le monde, mais sachez que si vous persistez dans votre entêtement, j’en suis tout à fait capable et j’ai le temps pour ça ces temps-ci. Pour faire court : à con, con et demi.
      Encore que, vu que la modération n’a pas laissé passer ma réponse initiale qui vous était destinée, j’ai déjà dû sensiblement l’édulcorer, donc je ne suis pas certain que l’affront que je vous ferais si vous veniez à me chercher des poux de manière inopinée soit publié...
      Quant aux inspirations des uns et des autres à votre égard, je les trouvais personnellement tout à fait justifié dans l’ensemble. Comme on dit, "la poutre et la paille", tout n’est qu’affaire de répétition.
      Parlons du fond maintenant :
      "Quant au sarcasme, il est certainement moins hors de propos et creux que le vôtre. Il vous serait plus profitable d’essayer d’en faire autant. Et il est du coup également malvenu de parler de la « bassesse » des autres."
      "Toi-même", "C’est celui qui..."
      C’est bien ce que je pensais.
      Si Lucien Cerise a quelque chose à me répondre, il est tout à fait apte à le faire lui-même. Et s’il lui fallait déléguer, vous seriez certainement la dernière personne à qui il penserait. Pour votre gouverne, j’apprécie son travail et lui ai déjà exprimé personnellement, et si mon "tacle" à son égard a pu vous sembler déplacé, il n’était que l’expression appuyée de mon opinion, et en aucun cas dépourvu du respect dû.
      En conclusion : mêlez-vous de ce qui vous regarde si vous n’avez rien d’intelligent à dire.
      Bien à vous.


    • #2033512
      le 30/08/2018 par Eric
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Il n’y a aucun « mauvais raccourci », sauf à le démontrer, puisque vous faisiez bien allusion à mon commentaire ici ainsi qu’à d’autres. J’espère au moins qu’après réflexion vous avez compris, à défaut d’assumer et d’admettre. Les mots ont un sens, ici personne ne rédige une « œuvre ». Quant à votre « sens de l’observation » et vos « c’est bien ce que je pensais » évitez de vous passer à vous-même la brosse à reluire. Vous devriez vous calmer un peu. Quant à l’éventuel « affront » auquel vous souhaitez apparemment vous livrer, j’en tremble d’avance :-)
      « Si Lucien Cerise a quelque chose à me répondre, il est tout à fait apte à le faire lui-même. Et s’il lui fallait déléguer, vous seriez certainement la dernière personne à qui il penserait. »
      Qu’il n’ait pas insisté ne vous a apparemment pas amener à vous interroger plus avant. Je passe sur la phrase suivante, on se fait plaisir comme on peut après tout :-)
      « ... et si mon "tacle" à son égard a pu vous sembler déplacé, il n’était que l’expression appuyée de mon opinion, et en aucun cas dépourvu du respect dû. »
      Il ne m’a pas semblé déplacé, il l’était. Mais évidemment avec le « respect dû ». Lol ! Heureusement !
      Pour « conclure », je dirais que je me « mêle » de ce qui me chante, que ça vous plaise ou non (pour info, nous sommes sur un forum, lieu qui n’est pas idéal pour les échanges interpersonnels strictement privés). D’ailleurs, on peut penser que votre commentaire initial n’était pas intelligent en plus d’être déplacé, pour autant ça ne vous a pas empêché de dire ce qui vous chantait. Donc, si vous êtes gêné, c’est votre gêne et non la mienne.


    • #2033614
      le 30/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Eric
      Votre sens de la tournure, certes correct mais loin d’être flamboyant, ne masque pas le vide abyssal de vos propos mon cher Eric, vous vous donnez en spectacle et plus vous cherchez à obtenir le dernier mot, plus vous donner de crédit aux remontrances que je vous ai adressées. Votre histoire de brosse à reluire est risible, venant de celui qui a le chic, dès que le fondateur de ce site nous fait le privilège de commenter parmi nous, de passer derrière le patron pour se fendre d’un propos aussi inutile que prétentieux. Votre manque de reconnaissance me touche, mais dans votre intérêt, gardez un peu de dignité.
      Donc vous savez ce qui est déplacé et ce qui ne l’est pas... Instructif.
      J’ajoute que je suis très calme, et aucunement gêné, encore que, comme le disait André Pousse :"La connerie à ce point là, ça devient gênant."
      Et à titre gracieux, évitez les "smiley" et "LOL", ça ne vous vraiment pas en valeur, c’est même l’inverse...
      Bien à vous.


    • #2033668
      le 30/08/2018 par Eric
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Beau numéro d’auto-plébiscite en tout cas !
      « vous vous donnez en spectacle et plus vous cherchez à obtenir le dernier mot, plus vous donner de crédit aux remontrances que je vous ai adressées. »
      Vous en avez d’autres comme celle-là !?! En gros, faut se taire et s’incliner devant on ne sait trop quoi, sans quoi on a tort. Les choses sont bien faites. Le truc réversible à souhait. Faut arrêter de prendre vos désirs et fantasmes pour la réalité. Pour la « brosse à reluire » (dit autrement : le fait d’exprimer un accord), et s’agissant du ridicule que vous évoquez, je préfère la passer à d’autres qu’à moi-même, contrairement à ce que vous faites vous. Vous saisissez la différence ? Risible, vous disiez ?


    • #2033773
      le 31/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Eric
      Cessez donc avec vous "faut que" et "on", c’est ridicule, je ne m’adresse qu’à vous, et je n’ai pas la prétention de vous ordonner quoique ce soit, simplement, l’honnêteté la plus élémentaire invite à une certaine humilité, en reconnaissant son erreur lorsque la démonstration est faite par A+B... Mais vous, non, vous persistez, coûte que coûte, vous allez bientôt trouver du pétrole... Les mots ont un sens comme vous disiez, et il semble que vous confondiez "amour-propre" et "vanité". Moins on a d’esprit, plus on a de vanité, dit l’adage, qui se vérifie parfaitement avec vous. J’ajoute que la vanité est l’expression des gens qui ont peu de confiance en eux-même. En cela, je vous trouve touchant.
      "Risible" ne vous était pas adressé, mais convient tout à fait à votre dernier paragraphe tant il ne veut strictement rien dire, tant vos fils se touchent.
      Allez, défoulez-vous une dernière fois si vous voulez, je vous laisse le mot de la fin, si cher à vos yeux.
      Bien à vous, et sans rancune.


    • #2033815
      le 31/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Eric
      Risible, oui, ça ne vous était pas destiné mais ça vous sied comme un gant pour l’occasion tant votre dernier paragraphe ne veut pas dire grand chose.
      Et vos "faut que" et "on" conforte ce ridicule dans lequel vous vous obstinez à vous empêtrer. Les mots ont bien un sens, et nul doute que vous avez confondu "amour-propre" et "vanité".
      Et il est bien malhonnête de parler d’auto-plébiscite alors que mon propos n’a parlé que de vous...
      Allez, je suis beau joueur et vous laisse le mot de la fin, j’aurais le plaisir de vous mettre face à ce que vous êtes sous d’autres articles.
      Bien à vous et sans rancune.


    • #2034179
      le 31/08/2018 par Eric
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Vous parlez sans doute de l’honnêteté et de l’humilité qui ne vous ont toujours pas fait admettre que j’avais raison concernant votre commentaire initial ? Et bravo pour la « démonstration par A+B », ça devait sûrement être dans un post passé à la trappe.
      « "Risible" ne vous était pas adressé ... » !!!!
      « ... mais convient tout à fait à votre dernier paragraphe tant il ne veut strictement rien dire, tant vos fils se touchent. ». Cohérence, le retour ! C’est sûrement ça, à moins que vous n’ayez pas compris, du moins dans l’hypothèse où vous ne feriez pas semblant. Demandez-moi gentiment quand vous ne comprenez pas.
      Sans rancune également, bien au contraire.


    • #2035937
      le 04/09/2018 par Michelly58
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Je pense au contraire que c’est une très bonne analyse, et la critiquer revient à être de mauvaise fois ou pire mettre le problème sous le tapis. Mais il est évident que rien qu’au titre il y allait avoir des offensés qui ne prennent pas le temps de lire entre les lignes, car le blanc critiquer ici est le bobo/le faut virile d’extrême-droite anti-arabe Marsault/Kippacito et l’aristocrate/bourgeois qui devient aussi abrutit que ses paires.


  • #2031102
    le 27/08/2018 par Ifuckcharlie
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    C’ est signé comme on dit : Suivez le lien et aller sur contact !


  • #2031107
    le 27/08/2018 par Avions à réaction
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Long article intéressant et qui remet pas mal de choses en place.

    Cependant je rebondis sur : "La couleur blanche est un taux de mélanine, et ne sera jamais une identité""

    Ne sera plus !! nuance, car justement on a été abreuvé de ca pendant des siècles en justifiant une unité des peuples civilisés blancs face aux sauvages composant le reste de la planète Chine y compris.
    D’ailleurs c’est aux USA et en Afrique du sud où on a eu les plus fortes revendications sur l’appartenance raciale chez les Mélanoderme, ce n’est pas un hasard car ces 2 pays se sont construit sur un dogme du degré de mélanine poussé à son paroxysme.

    Donc oui la couleure Blanche a été fondatrice tout du moins sur un plan philosophique (theories aryenne de Gobineau et plus tard des Nazis ) pour soumettre politiquement les autres peuples Europeens compris ! Car si vous relisez Mein kamf vous verrez que les Espagnols Francais Portugais y sont méprisé parfois plus que les Negres car ils ne sont pas Blanc et pur à 100% !
    Le Blanc était bien une identité jusqu’au décolonisations des années 60 et tend à le redevenir.

    La question du bien fondé ou non de cette résurgence soulevé dans l’article, je n’ai pas d’avis c’est complexe

     

    • #2032200
      le 28/08/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      La France est surtout méprisé pour ses actions nuisant à l’intégrité de l’Europe ( l’incorporation d’éléments africains dans ses armées, le maintien de colonies racialement étrangère en pleine expansion démographique que l’on prétend vouloir franciser, etc) ainsi que de son passif vis à vis de l’Allemagne... Encore une fois il aurait mieux fallut que vous vous taisiez car visiblement vous n’avez pas réellement lu le bouquin en question (ou alors très mal) et vous vous contentez de venir répéter des poncifs sans fondements.

      D’ailleurs Hitler lui même reconnaissez que français comme allemand partageaient le même sang et que leurs conflit était purement politique et non pas racial, comme quoi la réalité ne correspondait pas exactement à ce que vous venez affirmer...

      Sinon les européens ont été tellement méprisés et tellement comparés à des nègres comme vous dites qu’ils ne sont quasiment pas mentionnés dans Mein Kampf (tout comme les peuples slaves contrairement aux mythes propagés par certains...) et que les italiens et espagnols faisait partis des alliés du Reich.

      Par ailleurs aucune des théories raciales dont vous faites mentions n’étaient basés sur la taux de mélanine... Là encore il s’agit d’une invention que des gens à moitié incultes aiment à répéter pour essayer de délégitimer les thèses qui entre en opposition avec leurs propres délires idéologiques. Une race ne se définit pas par sa couleur de peau, il s’agit là d’un raccourcit grossier que ne font que les menteurs et imbéciles, mais principalement sur la lignée et les caractéristiques physiques de chaque peuple, on est aryen parce que l’on descend de ces dites tribus aryennes et non pas parce que l’on est un visage pale autrement cela aurait fait bien longtemps que la moitié de l’Asie et les noirs albinos ainsi que la plupart des juifs et des arabes auraient été considérés comme aryens... certes l’aryen est un leucoderme mais ce n’est pas ce qui le définit en premier.


    • #2032238
      le 29/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Mort de rire
      Je ne suis pas d’origine européenne et sais tu pourquoi j’interviens presque toujours lorsqu’il s’agit de parler des Aryens ?. Tout simplement parce que j’ai plus de légitimité que les Européens réunis pour parler des Aryens ! Tu peux me croire la dessus !Je ne sais pas si je me suis fais comprendre. Le seul peuple en Europe qui est assez proche des Aryens au niveau de l’ascendance paternelle sont les Slaves.
      Si tu vas en Asie tu sauras que les lieux : Iran, Arie en Afghanistan, Haryana en Inde font référence aux Aryens.


    • #2038385
      le 08/09/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Innuit

      Génétiquement parlant les lignées paternelles européennes qu’elles soient est-européenne ou ouest-européenne ont fondamentalement la même origine, qu’il s’agisse des haplogroupes R1b présent en Europe de l’Ouest ou R1a présent en Europe de l’Est ou chez certains peuples d’Asie comme ceux que vous venez de citer.

      Parler d’aryens ou d’indo-européens ne change pas vraiment grand chose, autrefois les deux termes étaient synonyme.


  • #2031124
    le 27/08/2018 par Ceslaoui
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Un vrai bijou ce texte. Je m’en suis fait une copie pour le faire lire à quelques personnes...
    Et en guise de réponse, bien que concerné puisque issu de cette génération aujourd’hui trentenaire bien tassée, je revendique en être une exception et je le dis haut et fort : fier d’être Français.
    Merci aux équipes d’avoir déniché cette perle.

     

    • #2031588
      le 28/08/2018 par JL
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Tu n’es une exception en rien.


    • #2031640
      le 28/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @JL
      Sois pas jaloux.


    • #2031752
      le 28/08/2018 par Bayinnaung
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ Selaloui

      Se dire supérieur aux autres est typiquement la pensée dominante aujourd’hui : celle qui conduit tout le monde en occident à mettre en avant sa petite personne et à oublier l’altruisme et l’humilité. Quel dommage que ce texte, qui devrait éveiller les consciences, finisse par conforter les égoïstes dans leur erreur. Si tu étais vraiment au-dessus du panier, plus humble et moins infantile que tes contemporains...tu ne t’en vanterais comme ferait un gamin de 12 qui découvre qu’il pisse plus loin que ses copins.

      Je te rassure, personne n’est jaloux de toi. Arrête de te faire des films pour ado dans ta tête.


    • #2031846
      le 28/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Bayinnaung
      Vous me prêtez des propos que je ne tiens pas.
      Je dis que je suis "une exception" à un courant, un phénomène. Jamais que je ne me place au-dessus.
      Je ne crois pas qu’on se connaisse dans la vie de tous les jours, alors qu’est-ce qui vous permet de remettre en question mon humilité ou mon altruisme ? Rien du tout.
      Si j’ai répondu de cette façon à JL, j’ai mes raisons, il y a un historique, alors ne venez pas mettre votre grain de sel, et ne prenez pas pour vous ce propos, il était ciblé.
      D’ailleurs, je ne sais même pas ce qui vous autorise à me tutoyer.
      Je vous signale par ailleurs que lorsque j’ai posé une question simple sous un autre article, vous m’avez pondu un pavé qui ne répondait absolument pas à ma question.
      Se faire traiter de hautain par quelqu’un qui comprend ce qu’il veut bien comprendre, c’est assez ironique.
      Nous sommes d’accord sur le fait que ce texte devrait éveiller les consciences, or vous constaterez à la lecture de l’ensemble des commentaires qu’il a été pris par beaucoup au premier degré. Je tends à interpeller et à échanger avec des gens qui ne sont pas du même avis, en parfaite entente et courtoisie.
      Et vous ?
      Cordialement.


    • #2035939
      le 04/09/2018 par Michelly58
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Bayinnaug Il n’y a rien de mal à être fièr d’être français, vous voulez quoi qu’il se revendique être fiers d’être un schtroumpf ?


  • #2031126
    le 27/08/2018 par sev
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Grosse logorrhée indigeste et creuse. C’est effectivement signé... pauvres type.

     

    • #2031185
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Formidablement narcissique. L’auteur adore se regarder écrire. Comme ces gens qui font de la gym devant un miroir. Le résultat, que je n’ai pas réussi à finir, même en plusieurs fois, parle autant du créateur de ladite bouse que du "Blanc". Ça se veut subtil ( le message bien-pensant "il faut se sentir français, pas blanc" ) et cruel ( "Le coup de bite est le coup de cœur" ). Oh là là... Quel talent !
      Mouais. N’est pas Céline qui veut. D’ailleurs, Céline, dans ses pamphlets, nous en mettait gros dans la gueule. Mais c’était Céline. Tiens, et si je relisais Bagatelles ? Allez, à la santé de Klarsfeld.


    • #2031269
      le 27/08/2018 par NENEX
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Par H.M
      Ces gens qui font de la gym devant un miroir, le font pour se corriger voyez-vous... comme quoi on ne peut pas tout savoir.


    • #2031306
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @NENEX

      Oui, c’est ce qu’ils disent. A titre personnel, je persiste et je signe, je pense qu’il s’agit de narcissisme, beaucoup, et de se corriger, un peu. D’ailleurs, une fois qu’on a corrigé, on continue à se regarder. Se regarder !


    • #2031322
      le 27/08/2018 par Le Malicieux
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @nenex

      se corriger de quoi ?


    • #2031430
      le 27/08/2018 par NENEX
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Le Malicieux. HM
      Le miroir est un élément indispensable des salles de musculation, pour une raison simple il permet de pratiquer des exercices tout en se corrigeant dans son exécution, je conçois que pour un non pratiquant cela puisse paraître du pur narcissisme. Étant un pratiquant depuis quatre décennies je me permet cette explication humblement et sans vous étalez mon palmarès, mais vous comprendrez et je n’en doute pas qu’il est indispensable de rectifier une allégation sans discernement, aujourd’hui retraité mais pas (nantis)comme certains ici semblent l’affirmer, je suis obligé de donner des cours particuliers et là pour le coup à des personnes qui ont les moyens.


    • #2031826
      le 28/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Merci NENEX. Effectivement, comme en tout, il faut travailler correctement.

      Après tout pousser de la fonte, c’est une activité de gros bourrin. Rien à voir avec l’élégance du tennis et le chic des terrains de golf. Encore faut-il apprendre les techniques des gros bourrins pour parvenir à quelque chose. Certains ratages sont drôles — les tractions de grenouille électrocutée, les curls biceps débiles... — d’autres font mal à voir, comme les dos ronds jambes bien raides sur des soulevés de terre ou les squats avec une ample flexion avant du buste.


    • #2031848
      le 28/08/2018 par europhobe
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @H.M.

      Vous n’admettez même devant un spécialiste avoir eu tort. Comble de l’hypocrisie pour quelqu’un qui souhaite dénoncer le "formidable narcissisme".

      On voit de tout ici.


    • #2031939
      le 28/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @europhobe

      Ouh, alors là, tu m’as bien eu, toi...

      En effet, tout le monde sait bien que la psychologie est une des branches de la gymnastique.

      J’aime bien la tournure que ça prend.


  • #2031127
    le 27/08/2018 par Auri
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    C’est clair comme de l’eau que les gens qui ont écrit ce texte désirent l’homme blanc comme une femme désir un homme virile. Malheureusement l’homme blanc est en perte de vitesse alors ils sont si tristes et aigris. Comme je les comprends...


  • #2031129
    le 27/08/2018 par listener
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Etre blanc (mais ce concept de "blanc" vient des Etat Unis donc suspect de connerie) et français, c’est être assuré de se faire outrager et injurier à toute heure du jour et de la nuit. En France, on injurie le français comme on respire.

    Vous pensez que c’est exagéré ? Branchez-vous donc sur France Culture, radio judéo-maçonnique anti-française. Pas une minute sans qu’ils ne soit proférée une insulte à l’encontre de la France et surtout des français, de pauvres cons adorateur de Pétain et fanatique des chambres à gaz. Ces gens là ne supportent qu’une France entièrement recomposée autour des paradigmes maçonniques.

    Ils ont réussi à faire de l’Allemagne un pays artificiel. Réussiront-ils pour la France ? Oui, puisque l’Europe des tyrans technocratiques et ploutocrates est là pour la neutraliser

    On est loin de la Révolution Française et du Droit Naturel. Et le "Droit des Peuples à disposer d’eux mêmes" ? Et le 14ème point de Wilson ? Il ne vaut pas aussi pour la France ?

     

    • #2031260
      le 27/08/2018 par Jakub
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      La révolution française n’était que la première étape de suppression d’un pouvoir incarné par un chrétien pour le remplacer par le pouvoir judéo-maçonnique, donc on n’est pas loin on est dans la continuité quand on veut détruire le français et la france.

      Et le droit des peuples a disposer d’eux même a TOUJOURS été une fumisterie. Utiliser uniquement pour exploser les pays européens. DIviser pour mieux régner.


    • #2031319
      le 27/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Vous êtes à peine dans la caricature. J’ai été élevé enfant avec France-Culture, adolescent j’écoutais France-Culture, j’ai peut-être passé presque trente ans de ma vie à écouter France-Culture, et uniquement France-Culture. C’était vraiment une belle et bonne radio. La station a commencé à se dégrader sérieusement vers la fin des années 90.

      Aujourd’hui, il suffit de se brancher dessus pour écouter quelques tranches. Quasiment une fois sur deux, une fois sur trois lors de ces coups de sonde mensuels, l’auditeur se voit infliger une tartine sur les nazis, les Juifs et tout le tralala. Tout est bon pour revenir à ce mythème, archétypal de la modernité selon France-Culture.

      On s’attendrait à un peu de renouvellement, par exemple un auteur qui vient nous parler de l’aventure incroyable et mystérieuse d’un clown-pétomane à Treblinka. Mais ce n’est jamais le cas. Toujours les larmes et la suie, et des poncifs troués à force d’avoir servi.


    • #2031323
      le 27/08/2018 par listener
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Le "droit des peuples à disposer d’eux mêmes" est en fait à l’origine des soubresauts révolutionnaires de l’ère moderne. Il faut impérativement le remettre en vigueur pour les pays de l’Europe pour nous débarrasser de cette horreur des traités bruxellois !

      Cela a commencé avec l’affaire des "frontières" de la France" en 1792 lorsque les français ont commencé à se réclamer de la "Nature", ("les bornes de la France sont fixées par la Nature") et précisément de la crise diplomatique autour des possession de princes allemands en Alsace puis, après, par l’affaire de la "rive gauche du Rhin". C’est en 1792 que Merlin de Douai a sorti cette formule qui allait tout faire exploser, puisqu’il s’agissait de remettre en cause le système des traités, et notamment de celui de Westphalie, lequel était bénéfique pour .. la France et une de ses créations car ils neutralisait l’Allemagne. (Lire seulement sur Wiki la fiche : "princes possessionnés d’Alsace". Tout est dit. On comprend tout.

      On en est revenu à ce problème, hélas, mais il est encore plus difficile d’en sortir car l’Europe se réclame à la fois du droit naturel (nations) et du droit conventionnel (traités). D’où un angoissante confusion ! L’Europe est bien un système de traités diplomatiques oublieux du droit naturel des peuples. L’Europe se prétend fondée sur le droit naturel, les "nations", mais ses méthodes et ses buts nient leurs droits à s’autodéterminer et les neutralise par des conventions. On pense que ce principe est bons pour les peuplades d’Afrique.. Les français oublient qu’ils feraient mieux de l’invoquer aussi. Il serait temps !

      Les premiers en Europe à avoir tenté de le remettre en vigueur sont très curieusement ... les anglais ! Mais aussi les Hongrois et les Autrichiens puis les italiens...


  • #2031159
    le 27/08/2018 par goy pride
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Excellent article mais qui malheureusement ne sera pas compris. J’entends d’ici les cris d’orfraie de ces petits Blancs au QI de 85 qui vont interpréter cela comme une attaque anti-Blanc...

     

    • #2031207
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Cela se discute. Pour moi, c’est une merdasse insignifiante à prétention littéraire, essentiellement bien-pensante sous ses dehors de pamphlet. Le message ( "il faut se sentir français, pas se sentir blanc" ) me donne simplement l’envie de lui répondre : je t’emmerde. Je suis français,certes, mais blanc aussi. Et je ne vais pas m’excuser.
      Finalement, ce texte, c’est la version looooongue, trèèès longue de la fameuse phrase de Sarko, petit sourire suffisant sur sa face de traître :
      "Le métissage ? Ça n’est pas négociable". Tu fais ce que tu veux pour toi, mon gars. Mais t’es gentil, tu nous l’imposes pas.


    • #2031217
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @H.M.
      Goy pride a parfaitement cerné l’erreur dans laquelle vous tombez à pieds joints. Le "message", si tant est qu’il y en ait un, au delà de "français avant d’être blanc", c’est surtout un constat de l’uniformisation mondialiste cosmopolite. Vous y voyez de la "bien-pensance", j’y vois le contraire. Peut-être qu’étant issu de cette génération précisément décrite, j’ai eu plus de facilité à comprendre le propos.


    • #2031244
      le 27/08/2018 par une souche qui voit l’arbre pourrir
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Je suis d’accords c’est évidemment raciste et insultant mais au-delà de ça il y à une part de vérité, même si il n’y a pas seulement le "blanc" qui y est décrit je pense, ce qui rend le propos particulièrement haineux.

      De toute façon, cet article pourrais être résumé par "La victoire totale de la Forme sur le Fond, de l’Ignorance et de son mépris sur la véritable Intelligence et sa culture".

      Au final, je dirai presque que je partage en partie ce constat de notre peuple qui se déshonneur d’année en année, "Jusqu’où allons nous descendre ?"
      Triste époque


    • #2031268
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Ceslaoui

      Sauf que "blanc" ( ou même "Blanc" ) n’a jamais signifié "uniformisation mondialiste cosmopolite".
      Tandis que le métissage "pas négociable" de Sarko, si.


    • #2031651
      le 28/08/2018 par Bernard Lapotre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ HM

      Il y a du second et du troisième degré dans ce texte. Il ne faut pas le prendre au pied de la lettre, et surtout ne pas s’arrêter de lire au troisième paragraphe.
      Second degré car évidemment on n’a aucune raison d’être anti-Blanc au premier degré, c’est-à-dire hostile à tous ceux qui sont blancs : russes, américains, croates, néo-zélandais, juifs, suédois ou argentins.
      Troisième degré car ce logiciel racialiste est tourné en absurdité en le mettant à l’épreuve d’une réalité, avec l’amalgame simulé entre couleur de peau et catégorie sociologique : cette réalité, c’est que Macron a été élu avec les voix et les abstentions d’arrivistes petits bourgeois branchouilles narcissiques esclaves du tertiaire, symboles de la décadence occidentale.

      Et Dieu sait que j’en ai connu de ces néo-urbains agrémentant leurs discours des sempiternels tsé, genre, en mode (équivalents de tu sais, par exemple et sur le mode en français) et finissant par des systématiques tu vois c’que j’veux dire. Et vous aussi.


    • #2031855
      le 28/08/2018 par europhobe
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @H.M.

      Vous n’avez rien compris, vous versez dans l’hystérie parce que vous avez décelé une prétendue incitation au métissage, or ce n’est absolument pas le propos du texte.

      Le texte critique ce qu’on pourrait appeler "l’Occidental typique", le "Blanc", qui a remplacé le "Français", le vrai. Rien de racial là-dedans, mais que du culturel. D’ailleurs l’auteur a bien raison quand il dit que la "blanchitude" est fondée sur rien, sinon sur ce qu’il décrit, ce qui n’est pas très intéressant comme ciment d’un peuple, on en conviendra.

      En fait, on pourrait pratiquement dire qu’en dernière instance, il tape directement dans le lard du national-sionisme, en effaçant la prétention à se penser d’une race qui est tout sauf enviable, telle qu’elle est décrite ici. Je trouve à titre personnel que c’est un texte qui est très intelligent et aussi à prendre au second degré, malheureusement comme en témoignent les commentaires ici il a du mal à faire passer sa pensée.


    • #2032094
      le 28/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ europhobe et Lapotre

      2ème degré ? 3ème degré ? Les second ou 3ème degré sont possibles à comprendre à partir du moment où on connait l’auteur. Sinon, l’époque ne le permet plus. Illustration :

      Comment sait-on qu’un gars qui dit "Qu’est-ce qui vous fait dire que je suis un homme ?" ne plaisante pas ? Qu’il est au premier degré ? Parce qu’on le voit et qu’on comprend qu’il est ultra sérieux. Sinon, c’est un sketch des Monty Python.

      Comment sait-on qu’un gars qui dit "Il n’y a pas 2 genres, ni 3, mais 31" croit à ce qu’il dit et n’est en train de faire un sketch ? Parce qu’on sait qu’il est militant lgbt et qu’on le voit dire ça face à Jordan Peterson.

      Comment sait-on que la phrase "le mâle blanc de plus de 50 ans est responsable de tous les malheurs du monde" est sérieuse et n’est pas du second degré ? Parce que l’on sait que c’est l’opinion réelle d’une frange non négligeable de nos élites, y compris Macron.

      Alors ? Alors si Soral est l’auteur du texte et qu’il le signe, on sait qu’il y a du second degré ou du millième degré si vous voulez. S’il ne le signe pas, tout est possible, comme le prouvent mes exemples. Cela ne m’aurait pas empêché de dire que "collabo" à la place de "blanc" m’aurait davantage plu.


    • #2032276
      le 29/08/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Europhobe



      Le texte critique ce qu’on pourrait appeler "l’Occidental typique", le "Blanc", qui a remplacé le "Français", le vrai. Rien de racial là-dedans, mais que du culturel. D’ailleurs l’auteur a bien raison quand il dit que la "blanchitude" est fondée sur rien, sinon sur ce qu’il décrit, ce qui n’est pas très intéressant comme ciment d’un peuple, on en conviendra.




      Le terme de blanc étant une catégorie biologique toute mention de celui-ci a donc fondamentalement une connotation raciale et en rien culturelle... Je pense que cela coule de source sauf bien sur si on souhaite de faire dans la confusion idéologique et intellectuelle dans le but d’essayer de justifier une vision du monde qui est tout sauf évidente.

      Sinon la """blanchitude"""" comme vous dites elle est fondée sur une réalité observable de tous à savoir l’évidente parenté qui existe entre les peuples originaires d’Europe, parenté qui est aussi bien généalogique que civilisationnelle, en substance ce que vous nous dites c’est que biologiquement parlant il n’y a pas de race européenne et que les sociétés occidentales ne seraient basés que sur du vent....Avec de pareille conclusion je doute que l’on puisse faire autre chose que de s’autodétruire mais visiblement certains sont prêt à se suicider collectivement eux même et à emporter l’ensemble de leurs proches, descendants et toutes personnes partageant leurs caractéristiques génétiques tout simplement pour démontrer que leurs idéologie est la bonne... Très honnêtement cela fait très Ordre du temple solaire si vous voulez mon avis.

      Sinon le fait de se penser comme étant une race n’a rien à voir avec ce que vous appelez le national-sionisme... S’il y a bien une chose à laquelle les sionistes ont été hostile historiquement parlant c’est bien à toute forme de définition ethno-raciale d’un peuple ou d’une nation, le concept même de """"nation"""" civique a été une manière pour les intellectuel sémites qu’ils soient libéraux ou marxistes de tenter de délégitimer les discours nationalistes (qu’ils présentaient comme étant des propos démagogiques destinés à aider les élites à conserver et renforcer leurs pouvoirs) et à saper toute forme de conscience nationale populaire car ils ressentaient ceci comme une menace à l’encontre de leurs intérêt.


    • #2032355
      le 29/08/2018 par Bernard Lapotre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ Mort de rire
      Vous êtes en train de nous expliquer que critère d’appartenance racial est un critère d’appartenance politique.
      Sauf que les Yann Barthès, les Margaux Motin, les Marlène Schiappa et les Christophe Barbier ont beau partager vos "caractéristiques génétiques", ils vous sont diamétralement opposés idéologiquement.
      La race européenne ne mène donc nulle part sur le terrain du sérieux, car à l’inverse d’un certain groupe religieux possédant une certaine maîtrise du national-racialisme, celle-ci n’est pas basée sur un texte fondateur sacré tribal et communautaire.
      Ce texte est censé vous sortir les yeux du caca identitaire de base, et vous nous ressortez vos "conscience nationale populaire" comme si Laurent Ruquier et le garagiste du coin de la rue pouvaient avoir quelque conscience "ethno-raciale" en commun... navrant.


  • #2031172
    le 27/08/2018 par Entourloupe
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    il y a clairement un Problème avec son nom de famille

    Alexandre ( le grand) Benalla veut tacitement dire : Alexandre "le fils de Dieu "

    OR ce nom de famille n’éxiste tout simplement pas chez les musulmans- arabisants islamisants ( puisque c’est clairement un blasphème )

    Ou alors c’est c’est fait exprès et ce n’est pas son vrai de famille

     

    • #2031258
      le 27/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      benalla ne veut pas dire benallah (ben fils d’Allah) mais Ben 3alla, avec la lettre "ain" en arabe absente en français. Benalla veut donc dire fils de "3alla".


    • #2031297
      le 27/08/2018 par Peter
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      fils de "3alla"




      Mais ça a une signification particulière ?


    • #2031482
      le 27/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Peter,
      ça pourrait venir de "3ala" qui veut dire "haut" en arabe, le prénom Ali veut dire "celui qui est haut", "grand". C’est aussi le sens il me semble de l’"Alya" chère aux élus, faire "la montée".
      L’arabe ayant des lettres et une phonologie que n’a pas le français (et vice-versa) il est difficile de retranscrire les noms et mots fidèlement.


    • #2036231
      le 04/09/2018 par Michelly58
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Entourloupe Il a peut-être francisé son nom comme l’a fait Éric Moïse Zemmour.


  • #2031187
    le 27/08/2018 par Odyle
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    " Le Blanc est universellement raciste "...des préjugés à la pelle. Je pensais que les races n’existaient plus !
    Plus que la couleur, c’est la culture qui fait la grande différence. A la longueur de cette prose indigeste on pourrait dire " la culture c’est comme la confiture...moins on en a, plus on l’étale ". Shalom ( chiale Homme )

     

  • #2031189
    le 27/08/2018 par Faidherbe
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Si les noirs de l’Afrique équatoriale n’ont jamais rien inventé c’est qu’ils n’en avaient pas besoin . Une nature généreuse pourvoyait à leur alimentation, un climat chaud et humide rendait inutile tout vêtement , construction en dur et chauffage . L’Afrique était le paradis d’une très belle race de clochards et de clochardes qui ne demandaient qu’à vivre à l’état de nature .

     

    • #2031253
      le 27/08/2018 par Avions à réactions
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      ""L’Afrique était le paradis d’une très belle race de clochards et de clochardes qui ne demandaient qu’à vivre à l’état de nature ""

      Pourquoi clochard lol ? Ton commentaire commençait bien pourtant car effectivement la nature a doté le Negre et le Blanc de qualité différente inhérente à leur environnement directe, et le Noir d’Afrique a toujours été pourvu (surtout dans l’antiquité et aux périodes pré coloniale donc avant les Prédations) d’une Nature abondante qui lui a permis de ne pas s’épuiser à la subsistance et donc de développer les arts les sciences et la religion, la sépulture, momification etc.. ! (Lire Anta Diop à ce propos).

      Tandis que le Blanc d’Europe a développé des capacités d’adaptation hors du commun lié à sa vie nomade.(peaux de bêtes, prédation, cœur froid, cynisme, opportunisme, incinération) et a puisé ensuite dans les autres peuples tout les éléments de civilisation posterieure (science et religion principalement)..Lire les auteurs Grec anciens

      Par conséquent on se demande qui sont les clochards ! dans ta définition et ton mépris même pas dissimulé.

      Oui oui je sais, Que d’essentialisation , mais c’est intéressant !

      Bref..


    • #2031356
      le 27/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Anta Diop... Le type qui pense que des hommes à la peau aussi noire que la sienne ont construit les pyramides ?

      Les thèses du bonhomme, dont d’ailleurs on peut comprendre la genèse si l’on se souvient du mépris dans lequel on a tenu les hommes — femmes, enfants, homosexuels-lles, chats cis-genrés et trans blablabla — noirs, laissent prise à la plus mordante des ironies parce qu’elles impliquent que la dignité d’un Noir c’est de ne l’être pas, voire d’être blanc. C’est le tant répété We wuz kangz and sheeeit (« On était des kings et tout l’reste ») sur /pol/. Je ne poste pas l’image pour blesser, juste pour montrer à quel niveau on aboutit. Celui de la pantalonnade du Noir et du toubab, dont le scénario est structurellement similaire à la farce du Blanc et du négro.

      Le débat est assez peu intéressant, du point de vue d’un Français, sûr de lui même et dominateur comme je le suis. Il est clos, je suppose. Sauf pour quelques négros de l’antiracisme qui se voient tantôt entrant au Walhalla, tantôt comme les descendants de Spartiates d’opérette.


    • #2031416
      le 27/08/2018 par Avions à réaction
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Robespierre@

      Rien, à part un ton péremptoire du gars qui n’a rien lu de ce qu’il commente (Diop), en se basant sur des dires de seconde voir troisième main, c’est bon c’est du déjà vu, je te rejoins sur ce point .

      C’est fini le temps où vous pouviez l’ouvrir sur tout et le faire passer pour des vérités.
      Le prisme du Français sur de lui même je m’en tartine le fion, vu que j’en suis un dans le mien, n’en déplaise à ton ignorance quand il s’agit de rappeler des faits historiques, grandeur et décadence..
      Bref quand 2 plus 2 font 4, ca fait pas 17 pour paraphraser l’artiste.

      Aussi je te serais gré d’apprendre ta propre histoire avant de venir étaler ici ton mépris crasseux sur un sujet que manifestement tu es incapable de saisir.
      Il faut du recul, de l’humilité, de la virilité, de l’honnêteté intellectuel, pas du reflexe egotique hors sujet.


    • #2031491
      le 27/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Avions à réaction
      Quelles preuves mise à part l’agressivité ?
      Les Egyptiens anciens étaient à 100% d’ascendance moyen-orientale bien plus encore que les Egyptiens modernes métissés aux noirs du fait de l’esclavage, notamment arabo-musulman.
      Ne t’en déplaise, physiquement, ils ressemblaient beaucoup plus à des Blancs qu’à des Noirs, tu peux vérifier le physique des momies ou les représentations des anciens Egyptiens.
      Les Grecs aussi n’étaient pas noirs, pas plus que les Maures ou les Berbères.
      Les Noirs et autres métis que tu peux voir en Afrique du nord ne sont que les descendants d’anciens esclaves amenés par les Arabo-musulmans et non pas des autochtones comme vous essayez de vous en convaincre.
      Cessez de revendiquer un héritage qui ne vous appartient pas !


    • #2031564
      le 28/08/2018 par Avions à réaction
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Inuit

      Lorsque l’idéologie vous fait perdre le simple bon sens, il n’y a rien à faire.
      Tu peux raconter ce que tu veux, t’a autorité sur rien du tout et c’est pas en disant "non c’est pas vrai vous mentez" sans avancer le moindre argument que ca changera quoi que ce soit.

      Mon post c’était pas une question ou un sujet à débat, ce dernier est clos depuis longtemps, moyen oriental ? la bonne blague : je me répète ce n’est pas parceque des données froissent vos représentations fantasmées du monde et des l’histoire des hommes qu’ils faut raconter n’importe quoi.

      Pour finir ou ai je dit que les Grecs ou les berbères étaient Noir ?! Encore un qui croit faire de l’ironie subtile.

      Enfin si tu veux les Francs étaient Chinois, les Perses étaient Papou et les Vikings étaient arabes ! Benh oui pourquoi pas quitte à raconter n’importe quoi..


    • #2031594
      le 28/08/2018 par Avions à réactions
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Inuit

      Les conditions d’un vrai dialogue scientifique n’existent pas encore dans le domaine si délicat des sciences humaines, entre l’Afrique et l’Europe. En attendant, les spécialistes africains doivent prendre des mesures conservatoires. Il s’agit d’être apte à découvrir une vérité scientifique par ses propres moyens en se passant de l’approbation d’autrui, de savoir conserver son autonomie intellectuelle jusqu’à ce que les idéologues qui se couvrent du manteau de la science, se rendent compte que l’ère de la supercherie, de l’escroquerie intellectuelle est définitivement révolue, qu’une page est tournée dans l’histoire des rapports intellectuels entre les peuples et qu’ils sont condamnés à une discussion scientifique sérieuse, non escamotées, dès le départ."

      "On fuit le débat scientifique d’une façon qui ne trompe personne lorsqu’on substitue à la réfutation des arguments une explication “psychologique“ de la motivation d’une œuvre. Nous assumerons toujours allègrement la somme des qualificatifs divers par lesquels on peut décrire le flux et le reflux de nos états d’âmes de “colonisés” ou d’ex-colonisés “en situation de”, etc. Mais on peut rappeler à tous ces psycho-sociologues de circonstance ou de métier qu’ils dissimulent leur dérobade car les raisons qui poussent à écrire n’ont rien à voir avec la véracité ou l’exactitude de ce que l’on écrit. Or, c’est sur ce terrain qu’ils sont invités à se prononcer. Car il est le seul qui soit vraiment intéressant et accessible à une science objective"
      Cheikh Anta Diop

      Je pense que cet Homme avait remarquablement saisie le psyché (psychologie des profondeurs ) des gens comme toi, érudit ou non.


    • #2031711
      le 28/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Avion à réaction
      J’en ai personnellement rien à secouer de votre complexe et votre gué-guerre contre les blancs.
      Tu peux être fier de tes origines et de ta race, c’est très bien, cessez simplement de revendiquer un héritage qui ne vous appartient pas car en le faisant ça pourrait avoir des conséquences politiques dangereuses, notamment être la cause de la justification de l’immigration massive noire en Afrique du Nord.
      Les subsahariens ont été élevés dans l’idée que toute l’Afrique leur appartient.
      Afrique est un mot Berbère qui désignait la Tunisie actuelle. Depuis la nuit des temps, le Sahara fait office de barrière entre le sud tropical noir et le nord "blanc". Il ne viendrait pas à l’idée d’un Syrien de revendiquer la Chine parce qu’ils se trouvent tous les deux en Asie.
      Tu peux user de toute la réthorique à deux balles que tu veux, la génétique entre autres te dit que les anciens Égyptiens étaient moyen orientaux à 100%.
      Prends une carte et regardes la distance entre Le Caire et Jérusalem et compares la à la distance entre Le Caire et Lagos.


    • #2031801
      le 28/08/2018 par Avions à réactions
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      """cessez simplement de revendiquer un héritage qui ne vous appartient pas car en le faisant ça pourrait avoir des conséquences politiques dangereuses, notamment être la cause de la justification de l’immigration massive noire en Afrique du Nord.
      Les subsahariens ont été élevés dans l’idée que toute l’Afrique leur appartient""

      J’ai commencé par le tutoiement donc je continue.
      Tu racontes n’importe quoi , dire et répéter les choses 10 fois n’en font pas des vérités !
      Encore une fois les Négus d’Afrique ont le droit et même le devoir de revendiquer à plein poumons les humanités classiques Egypto Nubienne, de la même façon qu’un Européens ne peut absolument rien construire intellectuellement sans les racines Greco Romaine , la fameuse Renaissance (racines redécouvertes grâce aux textes arabes traduit au passage).

      Tout ce que ton commentaire montre, c’est l’incapacité à prouver quoique ce soit ; ton niveau est trop bas sur ce sujet, en effet quand on ne lit même pas les auteurs anciens (pourtant accessible à Paris) , on évite d’étaler sa pseudo science avec des arguments qui n’en sont pas (distance entre Le caire et lagos ?!) oé merci, on voit le niveau d’argumentation, c’est pas sérieux.

      J’arrête là la discussion ca n’avance à rien. Si tu veux te convaincre tout seul, bien à toi.
      Relire les citations plus haut ci besoin.et celles la : https://www.babelio.com/auteur/Chei...


    • #2031802
      le 28/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      J’avais rédigé une réponse détaillée, pour préciser mon propos en 2499 signes, mais elle n’est pas passée.

      Le ton n’en était pourtant pas bien polémique, quoiqu’elle contînt quelques recadrages nets à propos de ma conception de la Nation et du rapport d’un citoyen à l’histoire de la nation — et non à son histoire individuelle nécessairement nombriliste — à laquelle il s’agrège. Il s’agissait d’éviter qu’on ne se méprenne sur mes propos à cause d’antiphrases mal comprises. Ma réponse comprenait aussi un rapide examen des arguments censés emporter mon assentiment.

      De même que le charbonnier est maître en son logis, le modérateur est maître sur son site. Mais il n’est qu’à relire les commentaires de l’Avion à réaction pour se rendre compte qu’on a quitté le domaine de la raison pour entrer dans celui de la passion.

      Le « Cheikh » Anta Diop prétend qu’on ne lui porte la contradiction que sur le terrain de la psychologie. Ses détracteurs, des Blancs, se contenteraient de le taxer d’un complexe d’infériorité pour invalider ses affirmations. Implicitement, cela suppose déjà d’opiner à l’existence du Blanc et du Noir. Ligne tactique reprise par l’aviateur : « Je pense que cet Homme avait remarquablement saisie [avec un T, d’après mon « ignorance » qui n’a pas de « mépris crasseux » envers la conjugaison] le [la] psyché (psychologie des profondeurs ) des gens comme toi. » Amusante faiblesse logique consistant à utiliser précisément un type d’argument que l’on estime malhonnête et que l’on prête à autrui. La colère aveugle.

      Or la contradiction n’a pas été portée que sur le terrain psychologique. On pourrait s’attarder sur les rêveries linguistiques du chantre de la négritude égyptienne. Mais ce terrain est toujours mal assuré. Personne ne conteste qu’il y ait eu des pharaons numides. Mais faire de l’exception la règle, puisque que la XXVe dynastie n’a régné qu’un siècle et demi, du VIIIe au VIIe siècle av. J.-C., relève de l’erreur. Il y a aussi loin des pyramides à nous, que de nous à Jésus-Christ. Cette dynastie est un cas d’espèce. Ce que confirment statistiquement des études d’ADN, qui ne cèdent pas aux divagations caractérielles.

      Selon ma lecture de ce Manifeste, j’ajoute enfin qu’il y a bien des « négros de l’antiracisme » qui ignorent l’être. Un français « sûr de lui-même et dominateur » méprise ces gens.


    • #2031876
      le 28/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Robespierre
      "...avait saisi..." Ni E, ni T.


    • #2031887
      le 28/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Pardon... je me suis trompé, mis à part le « puisque que ».

      Il faut lire « Il y a aussi loin des pyramides à Jésus-Christ, que de Jésus-Christ à nous. » Formidable échelle de temps quand on prend le temps d’y penser. « Du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent. »

      Comme quoi, quand on ramène sa science, on n’est jamais assez trop précautionneux.


    • #2031954
      le 28/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Robespierre
      Les pharaons numides étaient aussi semblables aux anciens Égyptiens. Si aujourd’hui on peut voir un mélange noir en Afrique du Nord et en Égypte, avant il n’était pas présent. Les anciens Égyptiens n’avaient pratiquement aucune ascendance noire d’après les études génétiques.
      "Genetic analysis reveals a close relationship with Middle Easterners, not central Africans". "Ancient Egyptian mummy genomes suggest an increase of Sub-Saharan African ancestry in post-Roman periods". Augmentation de l’ascendance subsaharienne après la période romaine.
      Aussi certains "supremacistes blancs", dont ceux de votre site, s’emparent de certaines données pour laisser supposer que les anciens Égyptiens seraient en fait... Des "" Aryens"".
      Là aussi il y a malhonnêteté, si certains Européens sont statistiquement plus proches des anciens Égyptiens que ne le sont les Égyptiens modernes, c’est parce que ces derniers ont hérité d’un mélange noir postérieur dû à l’esclavage. Les Européens et les Moyens orientaux étant, à l’origine, beaucoup plus proches les uns des autres qu’ils ne le sont des noirs, toutes ces données font sens.
      Une émission sur France 2 passée la semaine dernière sur Nefertiti et l’Égypte antique laissait entendre et la depeignait comme une "beauté africaine" et représentait les Égyptiens anciens comme des métis. Propagande metissolatre et mensonge historique.

      Pour notre aviateur, s’il plafonne à 70 ça va être compliqué de lui expliquer quoi que ce soit !


  • #2031190
    le 27/08/2018 par jalon
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    « Je suis raciste, antisémite, homophobe, sexiste, néo-nazi et pédophile. J’assume tout ce que je fais, tout ce que je ne fais pas, tout ce que les autres disent que je fais, tout ce que les autres font, tout ce que les autres ne font pas, je suinte la haine à chaque fois que je sors de chez moi et pire que tout, JE L’ASSUME !!! »

    C’est un petit mantra que je répète à voie haute tous les matins sous la douche et depuis, je ne ressens plus aucune culpabilité à être blanc et/ou Français. Essayez, vous verrez. (je parle de réciter le mantra, pas d’appliquer son contenu, ne soyez pas con)

    Ah, j’ai failli oublier ... J’assume aussi le fait de ne pas avoir fait crucifié Jésus.

    Bisous du Berger à la bergère.

    (Nous aussi on sait écrire ...p’tite bite)


  • #2031192
    le 27/08/2018 par Oleg
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Pris par le style et stimulé par un certain nombre de vérités énoncées par l’auteur, j’ai pu lire les deux tiers de l’article. Ce n’est pas assez pour se prononcer sur le sens général, mais suffisamment pour ressentir un certain malaise. Une impression diffuse de ne pas appartenir à la même planète que l’auteur. Avec, au bout, la certitude de ne surtout pas vouloir passer mes vacances - ou ne serait-ce qu’un dîner - avec lui.

    C’est peut-être un détail, mais j’ai l’impression que ce passage dit beaucoup de choses :



    la civilisation, la vraie, la grande, celle de Barbara et de Marcel Proust



    Cette manie de résumer la civilsation à ses produits dits "culturels" (la "culture", quel concept de merde) est déprimante. Elle est souvent contractée, malheureusement, par ceux qui ont le plus d’érudition dans ces domaines, ceux qui connaissent le plus de références musicales, cinématographiques, littéraires, etc. Une manie déprimante car ces gens pourraient utiliser leur savoir à d’autres fins, et servir bien mieux la cause qu’ils prétendent défendre. Un gâchis de ressources, en quelque sorte.

    Pour ma part, je vois autant de civilisation dans la côte de boeuf locale cuite au barbecue et dégustée en famille que dans la Recherche du temps perdu. Et il me semble que l’armoire en chêne dans la salle à manger de chez Lucette contient autant de France, voire plus, que n’importe quelle chanson de Barbara. Si je voulais aller un peu loin, je dirais même que les produits dits "culturels" sont peut-être, en raison de leurs auteurs souvent atypiques et marginaux et des conditions intrinsèquement bourgeoises de leur production, les exemples les moins intéressants pour illustrer les accomplissements d’une civilisation.

    Cela dit, histoire de maintenir le verre à moitié plein, certaines intuitions sociologiques de l’auteur méritent peut-être de faire partie du débat public et politique. Donc merci à E&R pour cet article.

     

    • #2031242
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Oleg
      Vu les personnalités citées et le style général, peu de doute sur le fait que c’était ironique...


    • #2031262
      le 27/08/2018 par Le Malicieux
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      je souscrit totalement.

      les "musclor" culturel sont d’un triste : ils sont automatiquement disqualifiés du moment qu’ils en font etalage, mais ne semblent pas en avoir conscience.

      aussi drole qu’un culturiste exhibant son corps a tout va...


    • #2031395
      le 27/08/2018 par NENEX
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Le Malicieux
      Je suis ravi que les culturistes vous fasse rire, mais c’est à peu près tout ce qu,ils peuvent faire pour vous,en revanche si vous avez de l’embonpoint il faudra partager l’espace avec eux, un conseil ne vous placez pas dans leurs champ de vision.


    • #2031766
      le 28/08/2018 par Le Malicieux
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ NENEX

      ouais, vous savez, lors d’une journee ordinaire a l’entrepôt, je souleve, melange a la pelle,ect.. plus de 20000 kg de matiere plastiques, parfois beaucoup plus.

      si nécessaire, les musclors, j’en fait mon affaire ! ;-) aucun embonpoint ici, 20 ans de ce régime. pas "les suppléments" la...


  • #2031196
    le 27/08/2018 par Moussa
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Il y’a beaucoup de vérité dans cette article il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain certes c’est caractéristique de perssonage autiste et consumériste dépressif et hystérique moderniste non pas au sens positif de la modernité ce retrouve aussi dans d’autre société non blanche une fois de plus je pointe l’amercanisation

     

    • #2031538
      le 28/08/2018 par Lonewolf
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      J’ai 50 balais passés,n’est jamais vraiment fréquenté les fast-food ni les kébabs,jamais acheté de ma vie un album de rap,toujours méprisé la société marchande américaine (la matrice du consumérisme existentiel et débilitant vient de là-bas),son consumérisme exalté et son hypocrite bonne conscience,toujours méprisé la racaille et jamais au grand jamais essayé de singer leurs attitudes ou de parler comme eux (contrairement aux nouvelles générations crétinisées qui se plaisent à singer les pires spécimens de primates),n’avoir jamais fait non plus dans l’idolâtrie de la différence (racisme inversé),la quête de l’exotisme,le cliché sociétal ou xénophobe sur "l’étranger" ou le métèque,etc...
      J’avoue aussi avoir toujours cultivé la solitude,le libre-arbitre,la contradiction et toujours détesté les gens grégaires,les "troupeaux",le communautarisme,le mépris de caste,le mimétisme et le racisme de nos soi-disant élites (racisme plus socio-culturel qu’ethnique à proprement parlé),je prétends aussi ne pas faire partie de tous ces "p’tits blancs fragiles",être capable de me défendre,verbalement comme physiquement, et croire à l’immanence divine,bref je ne me sens pas du tout représenté par les détritus moraux et autres consommateurs lobotomisés blancs de se pamphlet,plus représentatifs à mon avis d’une jeunesse bourgeoise,bobo ou gauchiste caricaturale qu’autre chose,et je pense que beaucoup de sympathisants de ce site,surtout ceux de plus de quarante ans se trouvent dans ma situation...
      PS:les classes moyennes françaises,surtout celles vivant en Province car elles ont presque entièrement disparues de la capitale,victimes des pires sarcasmes et (mauvais)clichés de la part des auteurs de ce texte qu’ils amalgament trop aisément par ignorance ou mépris de classe avec la moyenne et petite bourgeoisie de Paris et des grandes villes,ne sont pas dans l’ensemble ce que vous français issus de l’immigration extra-européenne croyez (la plupart d’entre-vous n’ont pas les codes culturels pour nous comprendre),je les connais de l’intérieur puisque j’en viens et en fais (plus ou moins) partie,de plus ce sont elles,déclassement social et crise identitaire obligent,qui sont en train de se réveiller depuis environ dix ans,arrêtez de croire à tout ce que dit Houellebecq ;tout n’est pas glauque ou déprimant en France...


    • #2031671
      le 28/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Lonewolf

      Tout pareil !


  • #2031216
    le 27/08/2018 par Michel Noire
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    En tant que blanc je me reconnais dans cet article à 80%

     

    • #2031254
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      En tant que blanc aussi, je me reconnais spectaculairement peu dans cet article. Qui ne parle d’ailleurs pas des blancs ( la subtilité de la majuscule m’échappe ) mais des vendus au mondialisme et à la post-modernité. Quel rapport avec "blanc" ? Zéro.


  • #2031226
    le 27/08/2018 par Mandark
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Si on remplaçait le mot "Blanc" par "Noir" ou "Juif" que se passerait-il ?


  • #2031232
    le 27/08/2018 par Jules
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Article infecte qui nie la civilisation européenne allant de la Bretagne à la Volga, que vous le vouliez ou non la race blanche et le christianisme, sont un marqueur identitaire de la civilisation européenne.

     

    • #2031361
      le 27/08/2018 par lemoine vengeur
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Bien sûr !
      Et puis les articles qui n’en finissent plus..on ne les lit pas,car tout ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement.


    • #2031693
      le 28/08/2018 par Bernard Lapotre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Hors sujet. Ce que vous évoquez n’a pas de rapport avec ce texte et ses différents degrés de compréhension.
      La race blanche ? Margaux Motin, Beigbeder, Appoline de Malherbe, Daft Punk, c’est aussi ça la race blanche. Voilà ce que dit ce texte, entre autres.


    • #2032233
      le 29/08/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Bernard Lapotre



      La race blanche ? Margaux Motin, Beigbeder, Appoline de Malherbe, Daft Punk, c’est aussi ça la race blanche. Voilà ce que dit ce texte, entre autres.




      Ce qui justement ne veux rien dire en soit... Ce n’est pas parce qu’un groupe comporte des pommes pourries qu’il devient illégitime de s’en réclamer, parce que résumer la race blanche à trois crétins plus ou moins inconnus et qui ne résisteront jamais à l’oubli éternel tant leurs accomplissements sont minuscules et sans intérêts c’est quand même le summum de la mauvaise fois et de la manipulation.

      Ce que vous nous faites là c’est du sophisme par association ce qui en soit n’est pas une preuve de crédibilité.


    • #2036269
      le 04/09/2018 par Michelly58
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Le paganisme aussi, il ne faut tout jeter de l’ère pré-chrétienne.


  • #2031235
    le 27/08/2018 par Ceslaoui
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Beaucoup n’ont pas compris que l’auteur nous parle du "blanc" comme d’un concept de l’homme blanc occidental issu du mondialisme cosmopolite dont l’explosion s’est faite dans les années 80/90 (90 d’après l’auteur).
    Et le ton ultra cynique n’a pas été décelé de tous non plus...

     

    • #2031335
      le 27/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Oui, oui... Mais non. Je suis un homme blanc occidental. Mais je n’ai rien à voir avec le mondialisme cosmopolite.
      Si pour comprendre, il faut se sentir visé, c’est qu’il y a un problème dans l’expression de l’idée. Et ce problème, c’est l’équation "Blanc = vendu au mondialisme et en accord avec l’idéologie post-moderne". Et ce biais-là, il est parlant. Il ne parle pas en fait, il crie. Il crie avec la meute "Blanc = méchant = à abattre". Et là, j’ai envie de dire "pas d’amalgame".
      Comme le fait remarquer un autre intervenant, ce texte serait impossible avec les mots "juif" ou "noir". Pourtant, des juifs vendus au mondialisme et à l’idéologie post-moderne, j’en connais un certain nombre... Plein, en fait. Et des noirs ? Y en a aussi.
      Mais c’est bien le mot "blanc" que l’auteur a choisi comme symbole négatif. Eh oui. En fait, ça pue la récupération perverse par "essentialisation", vous savez, ce crime qui n’en devient un que dans certains cas...
      Donc ? Donc le gars qui a écrit ça ( et ça me plaît qu’il puisse l’écrire ) est pour moi un adversaire jusqu’à plus ample informé. Ou alors il a fait une erreur d’appréciation qui modifie trop le sens de ce qu’il veut dire.


    • #2031428
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @H. M. 
      Vous faites montre d’une mauvaise foi exceptionnelle, du fait que votre petit orgueil fragile est blessé. Je vais tenter pour la dernière fois de vous aider à prendre un peu de hauteur :
      - Le ton employé tout le long du texte est acerbe, cynique, de façon exagérée. Tellement exagérée que le second, voire le millième degré tombe sous le sens.
      - "Notre blanc à nous est entièrement imaginaire, voila sa force". Un autre indice.
      - "Il est l’enfant des enfants de Mai 68 et règne en maître dans la grande ville". C’est plus un indice, mais une indication claire.
      - "(...)une entrée dans les quasi-catégories encore une fois abstraites de métèque ou de provincial – bougnoules, nègres, cathos, beaufs et white trash, aucune différence pour le Blanc. Ce protocole s’accompagne d’un tissu général de quasi-conceptions et de prises de positions : il y a des choses qu’on n’a pas le droit de penser et des choses qu’il faut penser." Ce passage illustre d’une part ce côté acerbe aux extrêmes dont je parle, et la dénonciation de la bien-pensance actuelle.
      Etc...
      Vous nous dites "il crie avec la meute", c’est faux, c’est vous qui le comprenez de la sorte. Par ses références aux séries contemporaines, et je le répète ce ton exagérément infect, il est gros comme une maison que ce texte a été écrit avec un large sourire en coin et une espièglerie provocatrice.
      Alors séchez donc vos larmes et riez un peu, au lieu de nous jouer la complainte victimaire que nous tendons tous à dénoncer ici, quelle qu’elle soit.
      D’autant que blanc, pas plus que français, vous n’avez choisi de l’être. Et ce concept d’être fier de quelque chose qu’on a pas choisi, si on y réfléchit bien à part susciter une vanité déplacée, une susceptibilité encore plus déplacée (dont vous et d’autres font la démonstration) ou une frustration limitante qui vous fait voir des adversaires où il n’y en a pas... Soyez vous même, sans revendications.


    • #2031453
      le 27/08/2018 par Tiriz
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Bah oui parce que c’est toujours à nous les blancs de relativiser.
      Dommage que nous soyons les citoyens de dernière zone, que nous ne jouissions pas des mêmes privilèges que la république offre à la diversité.
      Nous pourrions alors nous défouler nous aussi.

      Les diversités feraient-elles le distinguo à la lecture de ce genre littéraire ?
      Oui ? Combien seraient-elles ?
      En fait c’est impossible. Simplement parce que ce provocateur (ça c’est sûr) d’auteur ne distingue rien dans son texte.
      Ses premières lignes fustigent les blancs dans toutes leurs variantes populaires et toujours négativement.
      Ce n’est pas du Soral et de la réconciliation ici ! C’est le racisme et la guerre.

      Mais puisque que vous voulez y voir un distinguo, commencez alors par distinguer ce qui vous pousse à vouloir justifier ce genre littéraire, beaucoup trop soutenu d’ailleurs, pour un migrant ou une islamo-racaille fraîchement revenue de Syrie.

      Alors pour finir il nous faudrait aussi identifier son auteur.
      Nous avons tellement l’habitude des faux drapeaux, n’est ce pas ?
      Mais rien sur lui, sauf :
      https://manifesteduracismeanti-blancscom-77.webself.net/contact


    • #2031466
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Tiriz
      Rien ne permet d’affirmer quoique ce soit, et c’est pas parce que vous avez pu lire "shalom" sur la page de contact que vous pouvez en tirer quelconque déduction. Je soupçonne même cet auteur d’être plus "de souche" que beaucoup.
      Demandez-vous au passage pourquoi ER aurait publié l’article dans son intégralité.
      Allez, prenez un mouchoir, c’est ma tournée.


    • #2031521
      le 28/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @cesse-là, oui

      "Vous faites montre d’une mauvaise foi exceptionnelle, du fait que votre petit orgueil fragile est blessé."

      Mauvaise foi ? Ah Non. Mon orgueil ? Il est peut-être petit mais il n’est pas fragile. Et pas "blessé". Je ne suis pas d’accord avec le message pour les raisons que j’ai évoquées. Rien de plus, rien de moins. Pour moi, "blanc", comme la race qui n’existe pas, n’est ni laudatif ni dépréciateur. En faire un synonyme de "collabo" ne sert pas la cause. Si on veut parler des collabos, alors parlons des "collabos". Qui se trouvent être de toutes les couleurs et toutes les religions. Dire "Blanc" ou "blanc" pour désigner ces individus-là, ça va beaucoup trop dans "le bon sens". Aucune raison ne justifie de dire "blanc" pour les désigner. C’est comme ça et c’est pas autrement. C’est crier avec la meute sur la base de critères inversés.

      il y a des choses qu’on n’a pas le droit de penser et des choses qu’il faut penser." Ce passage illustre d’une part ce côté acerbe aux extrêmes dont je parle, et la dénonciation de la bien-pensance actuelle.

      Oui. En disant "Blanc". Au lieu de dire "collabos". Blanc = collabo = bien-pensance. Grotesque.

      Vous nous dites "il crie avec la meute", c’est faux, c’est vous qui le comprenez de la sorte.

      Vous nous dites "il ne crie pas avec la meute", c’est faux, c’est vous qui le comprenez de la sorte.

      il est gros comme une maison que ce texte a été écrit avec un large sourire en coin et une espièglerie provocatrice.

      Peut-être. Pour ce qui est de la clarté du message ( je tape sur "le Blanc", coupable de tout selon la bien-pensance, sur la base des opinions en vigueur dans la dissidence ), vous repasserez : c’est un peu comme dire "les nazis, c’est des salauds parce qu’ils nient l’existence des chambres à gaz". Si l’auteur est bien-pensant, il utilisent des critères auxquels il ne croit pas. S’il est dissident, il fait lui-même l’amalgame dont la dissidence est souvent l’objet dans les medias.

      D’autant que blanc, pas plus que français, vous n’avez choisi de l’être. Et ce concept d’être fier de quelque chose qu’on a pas choisi, si on y réfléchit bien à part susciter une vanité déplacée, une susceptibilité encore plus déplacée (dont vous et d’autres font la démonstration)

      Qui a dit que j’étais fier d’être blanc ou français ? Pas moi, en tout cas. Je n’en ai aucune honte, ce qui est tout-à-fait différent.

      Conclusion : je n’en sors pas, il y a là quelque chose de vérolé.


    • #2032159
      le 28/08/2018 par Tiriz
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Ceslaoui
      Votre mouchoir vous le gardez.
      M’avez-vous vu affirmer que l’auteur était juif ?
      Maintenant mouchez-vous.


    • #2032260
      le 29/08/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Le problème c’est que l’homme blanc ne se résume au mondialiste cosmopolite au cas où certains ne l’ont pas compris...


  • #2031237
    le 27/08/2018 par Combattre l’Empire
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Quelques piqûres du professeur Blubental...
    tout le monde sera vert et ça ira mieux.
    Sylvie Platinos, Dieudonné


  • #2031247
    le 27/08/2018 par Seb
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Un gloubi-boulga un peu trop verbeux et répétitif mais pas totalement inintéressant et pas toujours faux. A lire autrement qu’au 1er degré.

    À noter l anglicisme : on ne dit pas vagin mais simplement sexe féminin (voire vulve si on omet le mont de vénus). En revanche que celui-ci soit désormais totalement ou quasiment totalement rasé et hygiénique est assurément aussi vrai que déprimant.


  • #2031249
    le 27/08/2018 par Jean-jacky
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Merci pour ce texte.

    Évidemment, pas plus que "Noir", "Blanc" n’est une identité.

    Mais au delà de la provocation de substituer "blanc" à "occidental urbain" je suis globalement d’accord avec ce texte.

    Né en 1980, j’ai effectivement l’impression d’avoir connu la toute fin de l’ancien monde, sans en faire réellement partie. J’arrive à percevoir ce qu’il pouvait être, et c’est peut-être ce qui me sauve aujourd’hui.

    Car je suis de ce nouveau monde, j’ai grandi avec lui, je l’ai vu naître. Ce nouveau monde sans âme il est un peu en moi...

    Cependant bien que la peau claire, je ne suis pas "blanc" mais Français.

     

    • #2032261
      le 29/08/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Évidemment, pas plus que "Noir", "Blanc" n’est une identité.




      Je ne comprends pas votre logique ? Depuis quand une catégorie biologique n’est pas une identité en soit ? L’appartenance à une famille ou bien le sexe sont aussi des catégorie biologique et pourtant personne ne viendrait nier le caractère identitaire de ceux-ci...

      Lorsque l’on connait l’importance du génome dans les comportements humains notamment lorsqu’il s’agit de solidarité entre individu et groupe de personnes on ne peut pas se mettre à affirmer ce genre de chose... D’ailleurs il y a plus d’éléments visant à démontrer que la race prend l’ascendant sur la culture notamment dans les pays multiraciaux et monoculturel comme les USA, le Brésil ou l’Afrique du Sud, bien que les habitants ce ces pays sont sensés parler la même langue, vivre dans le même pays, respecter les même us et coutumes et faire parti d’une même entité, et bien ce que l’on observe c’est que les gens ont tendances à se regrouper selon des critères ethniques ou raciaux et cela peu importe le nombre de génération que leurs famille est présente sur le territoire en question, les noirs restent entre noirs, les blancs entre blancs et ainsi de suite.

      Honnêtement ce genre de déclarations me font plus penser à des vœux pieux ou des incantations idéologiques qu’à une réelle observation de la réalité.


    • #2032677
      le 29/08/2018 par Jean-jacky
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Bonjour Mort de rire, je me suis certainement mal exprimé, je vais essayer d’être plus précis.

      Mais tout d’abord pour vous répondre, et même si je ne suis vraiment pas expert en biologie, peut-on mettre sur le même plan toutes les caractéristiques biologiques ? Le sexe et la couleur de cheveux/yeux/peau ?

      Il n’y a que deux sexes, avec des fonctions bien distinctes. On est soit l’un, soit l’autre, sans nuance biologique possible. Or il y a une infinité de couleurs de cheveux/yeux/peau sans différence fonctionnelle fondamentale me semble-t-il.

      Ainsi "je suis noir" ou "je suis blanc" ne dit rien, ne raconte rien d’une personne, en dehors de la quantité de crème solaire qui lui sera nécessaire l’été sur la plage.

      L’apparence physique n’est pas choisie, mais imposée par la nature. Je trouve étrange que certains l’érige en étendard ou en fasse même une "fierté".

      Proposer une couleur en guise d’identité je trouve ça non seulement pauvre intellectuellement, mais très simpliste et réducteur.

      "Nous les Noirs"... Mais quel "Noir" ? Le guerrier Massaï ou le basketteur multi-millionnaire de la NBA ? L’avocat New-yorkais ou le rasta de Jamaïque ? Qu’ont-ils en commun ?

      De la même manière, "Nous les Blancs"... Le Russe, le Français, l’Argentin, l’Australien ? Quel "Blanc" ? Est-ce que tout est identique et interchangeable ?

      J’espère avoir réussi à expliquer plus clairement mon propos.


    • #2038492
      le 08/09/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Sauf que la race ne se résume pas uniquement à une simple question de couleur de cheveux ou de taux de mélanine... Ce serait très long à expliquer mais globalement entre un noir et un blanc il y a suffisamment de différences biologiques pour créer des intérêts génétiques divergents (on peut par exemple affirmer que la race est beaucoup plus corrélé à de grandes divergences dans la construction du système nerveux qu’à la pigmentation), ainsi il est tout à fait possible de dire que la race ou le peuple auquel on appartient (compris en temps que communauté organique liée par le sang et l’histoire) sont en quelque sorte une famille très élargie.

      Ce sont là les bases de la biologie évolutive, la """mission""" fondamentale des gènes et de se reproduire le plus possible et à veiller à la diffusion du nombre le plus important de copies plus ou moins proches de celles-ci, c’est pour cela qu’existe la solidarité familiale par exemple, partageant les mêmes gènes les membres de celle-ci ont un intérêt certain à coopérer entre eux pour non seulement augmenter leurs propres chances de survie mais aussi de celles des membres de leurs familles et de leurs descendants, ce qui bien évidemment permet à des copies de leurs génome de proliférer.

      La même logique existe lorsqu’il s’agit de peuples, de nations ou de races, la proximité biologique et l’intérêt génétique conduit aux mêmes phénomènes de solidarité entre leurs membres bien que moins développés qu’entre personnes appartenant à une même famille, la tribu ou la communauté comme vous dîtes n’est rien d’autre que l’extension de la meute, c’est uniquement pour ces raisons biologiques précises qu’ils existent, ainsi affirmer que les races ne seraient pas des identités caractérisant leurs membres est une connerie en soit.


  • #2031259
    le 27/08/2018 par bleu blanc blond
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Texte typiquement communautaire.
    Monsieur le Parvenu parle de sa domesticité. Ou qu’il voudrait telle.
    "Ses enfants à elle seront Blancs. Blancs, Blancs, Blancs !"
    Et lui ne sera jamais blanc. On sent un kilo de dépit.
    Bravo les Blancs, faites des Blancs : vous êtes plus rares et plus enviés, mais vous n’avez pas assez l’air de le savoir
    Ce monsieur parle de ces gens (de service) qu’il fréquente, de Hollywood, de la télé, des employés de la finance ou du spectacle, qui comptent leurs sous durement et parfois indignement acquis, comme le firent leurs Auvergnats d’ancêtres, parce que les cornes d’abondance sont monopolisées par les Parvenus dépensiers qui, eux, ont les moyens de s’entre-faire des cadeaux.
    Il a beau causer et cracher, c’est beau la blancheur. Quant à la blêmeur, elle apparaît en temps de crise, avec la petite taille, les pauvres fringues made in China, le souci, la malbouffe, parfois la drogue. Ces Blancs blêmes, on voit bien que le communautaire ne les fréquente, ne les voit ni ne les comprend.
    Mais il cause, et de vous, vautré dans votre salon Ikea, monsieur Leblanc.

     

    • #2031320
      le 27/08/2018 par Le Malicieux
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      "il n’a pas de prénom ?"


    • #2031436
      le 27/08/2018 par Peter
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Juste Leblanc ?...

      Ps : un prénom un peu dépassé, un tantinet désuet mais encore très populaire en Afrique Subsaharienne : "Juste"

      Ps : au même moment (comme au bon vieux temps !) un western sur FR3 :
      "Mon nom est personne"
      un western spaghetti à la sauce parody...


    • #2031437
      le 27/08/2018 par Peter
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Dit papa est ce qu’ il y a au monde un Homme aussi rapide que ce tireur : personne !


    • #2031444
      le 27/08/2018 par Bernard Lapotre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Encore un qui n’a pas pu absorber plus de trois paragraphes...


  • #2031277
    le 27/08/2018 par Inuit
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    De ce que j’ai compris et c’est ce que j’ai exprimé à de nombreuses reprises ici dans les commentaires, l’auteur n’essaye pas de rabaisser les petits blancs, et à mon avis, il n’essaye pas non plus d’opposer identité "française" potentiellement cosmopolite et race ou couleur de peau.
    Il essaye de faire comprendre que l’identification par une couleur de peau renvoie à l’animalité, on voit d’ailleurs que son "blanc" est un être justement simplet, matérialiste, niais, rappelant tout ce qui fait de nous des animaux.
    Le Français serait donc dans son propos le "blanc" imprégné de culture, d’identité et donc un humain contrairement au "blanc" qui rappelle l’animalité première qui nous définit.

    J’avais par le passé dis que les Français de souche (dont je ne fais pas partie) devraient rejeter ce néologisme de "blanc" car il s’était construit dans une opposition entre noirs et blancs en Amérique, lesquels n’ont tous les deux aucune légitimité sur ce continent, contrairement aux FDS en France. Et qu’il animalisait celui que l’on définissait ainsi, en plus de lui enlever toute légitimité sur sa propre terre. Un Gaulois en France n’est plus un habitant attaché à la terre de ses ancêtres mais simplement un Blanc parmi d’autres couleurs sur une terre.
    Dans un contexte américain, l’Européen blanc d’origine mis en contact avec des peuples colorés (Indiens et Noirs) s’est défini simplement comme blanc car déraciné il ne peut mettre en avant son identité Européenne ou Anglaise.

    Les termes "Beurs" et "Beurettes" sont, par exemple, perçus de manière très péjorative par les Maghrébins d’origine qui y voient le stéréotype de jouisseurs, dégénérés se laissant aller à leurs instincts animaux.

    Pour finir, préférer le terme "blanc" à celui de Français renvoie implicitement au fait que ce dernier terme n’inclut plus exclusivement que des blancs. Il existerait donc des Français blancs, jaunes, noirs, verts etc.. Qui pourraient brandir le cadastre de la même légitimité que les Gaulois sur cette terre.

     

    • #2031321
      le 27/08/2018 par Jean-jacky
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Effectivement, "Blanc" semble signifier que tout se vaut, tout est interchangeable. Français=Anglais=Russe, etc...

      De plus cette distinction blanc/noir est une tentative d’horizontaliser le combat, au même titre que femme/homme.
      Ainsi les prolots se tapent dessus sans regarder plus haut.


    • #2031330
      le 27/08/2018 par Le king
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Très bien dit ! Les Blancs, c’est abstrait : ça occulte tout à fait le reste, le plus important et ce qui nous distingue du bétail : La langue, la culture et l’histoire !


    • #2031370
      le 27/08/2018 par Auri
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Oui c’est pas mal ce que vous dites même si je pense que le monsieur qui a écrit le texte était juste un peu amère de ne pas être blanc...

      Les noirs, par exemple, mettent en avant la race car, il faut être honnête, ils n’ont pas grand chose d’autre souvent. Si les blancs faisaient la même chose ça voudrait dire qu’ils abandonnent tout le reste.


    • #2031451
      le 27/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Les gars, je ne dis pas que nous sommes tous des humains, "au diable la race ou l’ethnie", ni ne parle de luttes horizontales. Ce serait tenir un discours de gauche et de métissage.
      Je dis simplement qu’aucun peuple en France, en Europe ou dans le monde (mis à part l’Afrique subsaharienne) ne s’est défini, auto-proclamé, selon sa couleur de peau, ce qui ne veut pas dire qu’il n’en soit pas fier ou ne veuille pas la préserver.
      Les Maghrébins qui se respectent ne voudraient pas qu’on les appelle "beurs"( encore moins "beurettes"), les Asiatique non plus ne voudraient pas être appelés "Jaunes" etc..
      Si l’on se mettait à définir les Néerlandais comme exclusivement "blonds", je pense qu’il ne serait pas forcément enthousiastes.
      Ca peut valoir aussi pour des qualificatifs comme "gros", "chauve", "grand" ou "poilu", il y a d’après moi une chosification à définir quelqu’un par une caractéristique physique., même s’il peut en être fier.
      (Être appelé "beau gosse" m’agace au plus haut point :) :))

      D’après moi, Français inclus déjà la "blancheur", un Français Blanc serait dans ma logique un pléonasme, à moins qu’en faisant la distinction entre les deux mots, on normalise totalement le fait qu’un Français puisse être noir, arabe ou chinois.


    • #2031509
      le 27/08/2018 par Gargamel
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      "Les termes "Beurs" et "Beurettes" sont, par exemple, perçus de manière très péjorative par les Maghrébins d’origine qui y voient le stéréotype de jouisseurs, dégénérés se laissant aller à leurs instincts animaux."@Inuit.
      Qu’ils le perçoivent bien ou mal je m’en tape,si ils étaient vraiment assimilés en règle générale,on ne leur donneraient pas de noms spécifiques et de toute manière les français de souche sont chez-eux et ne devraient avoir normalement aucun comptes à rendre à personne,et surtout pas à des "pièces rapportées" de notre ex-empire souvent mal intégrées et s’illustrant surtout par leur communautarisme obtus,leur dogme religieux leur tenant lieu de culture et leur sur-représentation dans les pages des faits divers et dans nos prisons...
      Les Britanniques en général et les Anglais en particulier nous appellent bien les "Frogs" (grenouilles),ça ne me fait pas de bondir de joie mais je ne vois pas de quel droit je devrais me mêler de la façon dont un peuple surnomme et perçoit les différentes catégories de métèques vivant chez-lui,y compris ma catégorie à moi !!!

      "Il existerait donc des Français blancs, jaunes, noirs, verts etc.. Qui pourraient brandir le cadastre de la même légitimité que les Gaulois sur cette terre."@Inuit.
      Ben oui la France est un ex-empire colonial et tout empire est par définition a-racial.
      Ces "colorés" sont des "vestiges" de notre ex-empire,des ex-colonisés pour la plupart ayant choisi de suivre leurs anciens maitres...
      Et pour paraphraser le Gal De Gaule :"“C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France".
      Ne pas confondre les DOM-TOM,ex-confettis de l’Empire colonisés et "francisés" et les populations administrativement (et parfois culturellement) françaises qui y vivent, avec la terre-mère,la mère-patrie,la "matrice française" correspondant plus ou moins au territoire de l’ancienne Gaule...


  • #2031309
    le 27/08/2018 par The Médiavengers Zionist War
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Je rejoins "Goy Pride" et d’autres sur l’intérêt de ce "pamphlet". On dirait qu’il a été écrit dans le but de provoquer. On pourrait même y trouver une écriture à quatre mains entre Félix Niesche et Alain Soral. Si ces derniers me lisent, ne le prenez pas mal. Il y a une certaine subtilité et de gros morceaux "anti-système", qui ont visiblement échappé à un certain nombre.
    D’où la question de savoir quel est le but de l’auteur. Le ton est clairement ironique. Il n’a pas été écrit par un gauchiste ou un anti-raciste.
    Globalement, il est très lucide et fait mouche. La critique du "blanc" qui remplace le "Français", qui se dit européen et affiche des postures franchouillardes, vise directement la frange identitaire-sioniste. Ajoutez des attaques à peine dissimulées contre le nomadisme et ce texte devient assez sympathique, bien que déprimant sur l’état des habitants de ce pays. Il faut bien passer par un constat auto-critique (pas à la manière des bobos sur la France profonde, mais constructif) sur l’état actuel des mentalités pour envisager d’en sortir. Ce texte y contribue à mon sens.

     

    • #2031435
      le 27/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @The Médiavengers
      Merci, je commençais à me sentir seul.
      D’autant que, question : pourquoi ER aurait pris la peine de publier cet article en entier ? Et qu’en penses Alain Soral lui-même ?


    • #2031456
      le 27/08/2018 par jalon
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Oui, il est possible que ce soit une vaste blague. Ce blog est complètement vide, pour le trouver, il fallait déjà le connaître. Les seuls choses que l’on y trouve c’est :

      - Le texte en lui même (onglet accueil)
      - Le mot "shalom" (onglet contact)
      - Le soit-disant nom de l’auteur (onglet à propos) : Jean-Ezzi d’Ayfances d’Affichet = défense d’afficher ?

      Quand vous sélectionnez tout le texte (avec les touches "Ctrl" + "A"), des écritures noires sur fond noir apparaissent : il y a "JE SUIS UN TITRE" présent deux fois (une fois dans l’onglet à propos et une autre fois dans l’onglet accueil) et l’écriture "LOGO" qui apparaît en bas de chaque onglet. Ce blog a été créé à l’arrache juste pour l’occasion.


    • #2031477
      le 27/08/2018 par Avoid 666 !!!
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Hum,je vois qu’apparemment l’amalgame semble à la mode dès qu’il s’agit de faire "haro sur le blanco"...
      Beaucoup de confusion dans ce texte,entre "Blancs","gaulois",européens,"élite blanche" (qui ne se résume pas à la culture de caste franco-française,elle même singularité culturelle loin de constituer l’aune à laquelle on peu mesurer "l’élite occidentale" en général).
      Quand au bobo cosmopolite de Paris et des grandes métropoles,sa première caractéristique c’est justement qu’il ne s’est jamais senti "blanc",n’importe quel métis,noir,jaune,immigré peut rejoindre la bande des "bourgeois bohèmes",c’est d’ailleurs ce que les "beurgeois" et les "nègres de maison" souvent font,ces gens rejoignant par arrivisme et mimétisme social cette caste dont les auteurs de ce pamphlet se moquent...
      N’oublions pas que le racialisme est aujourd’hui encore minoritaire en France au sein des différentes chapelles identitaires ;la couleur blanche ne constituant chez la plupart d’entre-eux qu’un élément parmi d’autres de l’identité française (et européenne)absolument pas son credo !!!
      N’oublions pas non plus que comme par hasard l’ethno-différencialisme n’a jamais autant prospéré en France et en Europe qu’aujourd’hui,période de grandes transhumances africaines et orientales,et vu que l’invasion migratoire planifiée de l’UE n’en est qu’à ses débuts,cette montée du racialisme ne représente que la réaction symptomatique épidermique de gens du peuple se sentant acculés à terme par l’envahisseur et trahi par leurs élites !!!
      Le coté grégaire,moutonnier et cosmopolite du Blanc est aussi largement exagéré par les auteurs de ce texte:ces bobo/gauchistes blancs vivant en tribu,colloc,etc... avec leur coté bienpensant,leur hypocrisie et leur vacuité métaphysique existent bien,mais comme les poissons volants,il ne sont pas représentatif de l’espèce,surtout en Province !!
      Bref,en lisant entre les lignes,j’apprends que le Blanc dégénéré a toutes les tares de la terre,et à défaut de disparaitre,ce serait une bonne chance qu’il se dilue dans la masse des "colorés",ce n’est plus "le salut par le Juif" mais le "salut par le Métèque,le Bougnoule,l’Autre (excusez ma trivialité,c’est mon coté "blafard") avec majuscule",etc...
      Pourtant quand je vois parfois le degré de vacuité intellectuelle,d’arriération culturelle,de communautarisme malsain,de dogmatisme obtus,et la faiblesse à conceptualiser de certains
      de mes compatriotes issus de la diversité je me dis qu’on est pas sorti de l’auberge !!!


    • #2031485
      le 27/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Même hypothèse pour ma part que vous.

      La verve jubilante du brûlot, les descriptions féroces des microcosmes sociaux, des habitudes vestimentaires, le rôle du féminin m’ont fait penser à Soral ; l’insistance sur la détermination par la catégorie sociale, les paronomases comme « Jean-Ezzi d’Ayfances d’Affichet » dans l’À propos, le glissendo sonore final à Niesche, qui a dû mettre la patte ailleurs dans le texte ; l’ensemble concorde avec la ligne générale d’Égalité et Réconciliation. Mais c’est une impression, rien de plus. L’identité du « nous », « Jean et Zi », reste énigmatique.

      J’aime bien ce texte. Il est bon, car il stimule. Il tranche. Ce n’est pas de l’eau tiède. Il n’est qu’à lire les commentaires pour s’en convaincre. Pavé dans la mare, mais aussi tissu d’idées salutaires au moment où Mamacitor ne parle que de Ring. Saluons au passage : Shalom ! Entre cette production et les clowneries, marrantes d’ailleurs quand on aime l’épicé et la provoc’, des Laurel et Hardy ex-dissidents, un net écart de qualité intellectuelle se creuse. En faveur du Manifeste.

      Je vois difficilement les deux comiques désormais partis, aussi troupiers que martiaux, s’attarder au détour d’un paragraphe — sans copieuse provende de fautes d’orthographe, ce qui place Toulouse hors-compétition — sur les implications politico-économiques du slogan This is Europa !


  • #2031311
    le 27/08/2018 par mondialisto-sceptique
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    En clair (sans jeu de mot), l’auteur considère que blanc = petit bourgeois. Considérant cette définition, il y a du vrai dans ce texte, ironique ou pas, vraisemblablement écrit par un "blanc" qui sait de quoi il parle. Mais le volet social est essentiellement absent ce qui limite beaucoup le propos.


  • #2031316
    le 27/08/2018 par Le Malicieux
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    ce manifeste étant signé, se torcher avec tombe sous le sens.


  • #2031325
    le 27/08/2018 par Le king
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Il ne faut pas non plus que les Identitaires tombent dans le panneau : limiter “l’identité” de l’Europe à sa seule couleur de peau ! le faire serait nier les frontières et les différentes cultures de notre continent. La France, c’est une couleur de peau, certes, mais aussi une langue et une culture. Et on doit en dire autant de l’Espagne, de l’Allemagne ou de la Russie ; l’entente par delà les frontières ne va pas de soi...


  • #2031339
    le 27/08/2018 par léonard
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Concernant la description de la Blanche, on est proche de "la théorie de la jeune fille".


  • #2031358
    le 27/08/2018 par Mojo Risin
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Il y avait souvent ce genre de prose étudiante dans les années 90. Les petits-bourges arrivistes (genre les Inrocks) redécouvraient Guy Debord, la sociologie et le sous-commandant Marcos. Ce texte n’est pas inintéressant. Il y recèle des vérités, des clichés et des conneries.
    Dans mon monde de rève, celui où je suis le Führer, le mec qui a écrit ça, je le remigre dans une banlieue ougandaise ou en Centre-Afrique. Il pourra leur faire des cours sur Hélène et les Garçons tout en se faisant atomiser le fondement par des gorilles.


  • #2031362
    le 27/08/2018 par Ifuckcharlie
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    La volonté de métissage est un défi a la volonté de Dieu , Il aurait mal fait . Il a bel et bien crée des continents et des races différentes a dessein . Les âmes dans leur parcourt s’ élèvent ou descendent en fonction de leurs actes , naitre blanc et civilisé est au top bien qu ’on fasse depuis longtemps mauvais usage de cet avantage, qui est ni plus ni moins que la meilleur opportunité pour échapper au conditionnement matériel et atteindre la libération auprès de Dieu . En bas, a l’ opposé on nait noir , là c’ est plus dur , les sens sont plus puissants , le mental leur est soumis et l’ intelligence aussi . Entre le blanc et le noir , il y a les jaunes , les rouges , et les habitants des déserts , disons gris . Cette avantage d’ être blanc n’ est en rien une justification de dominer ou maltraiter les autres , mais hélas en devenant matérialistes au cours des siècles , avides et concupiscents , les blancs déchus sont arrivés a un très mauvais usage de l’ intelligence , c’ est pourquoi il est dit " Kalau sudra sambava " Dans l’ age de Kali , tous naissent sudras , c’ est a dire les plus bas des hommes , qu’ ils soient noirs ou blancs ou bleus , tous déchus . Néanmoins Dieu dans Sa grâce et Sa compassion a donner le moyen parfait de l’ atteindre et encore beaucoup , beaucoup plus facilement que dans les ages précédents , et dés lors qu’ une personne devient dévot du Seigneur , son passif , sa condition raciale ou autre , n’ a plus aucune importance .
    Je sais que ce que je dis là ne plaira pas et je ne veux pas polémiquer . Prenez le a titre informatif en sachant bien que c’ est conforme aux écritures védiques et au Srimad-Bhagavatam et Bhagavad-gita qui sont mes références et ma vie même .


  • #2031384
    le 27/08/2018 par Mister Toc
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Comme personne n’a compris la même chose, ce texte deviendra un jour culte, sans doute abrité dans un espace privé climatisé, et son modèle pourrait même être enseigné.


  • #2031452
    le 27/08/2018 par Que Toute Chair Fasse Silence
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Étrange d avoir choisi pour définir la "vraie", la "grande" culture blanche Française : Barbara et Marcel Proust !
    Vraiment bizarre.


  • #2031514
    le 27/08/2018 par emeraldias
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Tristement remarquable ce texte.... Tout y est.

    signé une capétienne, et donc d’un monde en voie de disparition.


  • #2031545
    le 28/08/2018 par Mort de rire
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    En tuant le Français pour promouvoir le Blanc, la France a renié toute dimension méditerranéenne en elle ; elle ne devient que la pâle copie de l’Allemagne qui a produit le nazisme et les hipsters.




    La France n’est absolument pas un pays méditerranéen... La majeure partie de la population française est d’origine gauloise et a toujours été situé bien au delà de la méditerranée pour pouvoir être considéré de la sorte... Rien qu’au niveau de la géographie on observe que la France se trouve accolé à l’Allemagne et avoisine l’Italie, l’Espagne et les Iles Britanniques, quant aux façades maritimes la plus importante est celle Atlantique ainsi que la Manche.

    Pour ce qui est de l’Allemagne on rappellera qu’à l’origine les français et les allemands formait un seul et même peuple... D’abord de part les tribus celtes puis par les royaumes barbares germaniques qui ont émergé à la suite de la chute de Rome, là encore anthropologiquement parlant



    Ils se pensent artistes, passionnés, profonds, poètes maudits, intellectuels organiques et l’affichent sur des pages Tinder. Le Blanc est un autiste, produit des réseaux sociaux et de la destruction de tous les liens sociaux qui durent réellement, qui se conçoit comme un homme civilisé, fin, subtil et élégant.




    Alors là on est carrément dans la performance artistique... Comment confondre les caucasoides avec les bobos puis à partir de cette généralisation foireuse commettre une analyse parfaitement aberrante, comme si moins de 20% d’une population pouvait servir à la définir dans son ensemble.

    Des méthodes de ce type ne pourraient pas figurer dans une thèse sérieuse tout simplement parce que personne ne lui accorderait la moindre crédibilité, de toute manière cette prose semble signée, de pareille propos haineux à l’égard des peuples aryens ne peuvent provenir que d’un membre de la communauté de l’olive ou d’un cas pathologique de haine de soit au point de préférer des allogènes à ses semblables , le shalom est très significatif quant à la provenance de ce texte car il s’agit presque d’une signature.

    Comme quoi les thèse du professeur Kevin MacDonnald et les propos d’un artiste peintre viennois ne sont pas basé sur du vent...

     

    • #2031622
      le 28/08/2018 par Bernard Lapotre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Vous êtes complètement à côté de la plaque.

      Ce texte fait volontairement un amalgame grossier entre tous les "Blancs" afin de montrer qu’il est ridicule de réduire un groupe humain à un seul critère de couleur de peau.
      C’est un échos subtil et malin à tous ceux qui amalgament l’Afro-maghrébin à la racaille islamiste.
      Par ailleurs, il montre dans le même temps que se battre sur l’unique critère racial n’a aucun sens : défendre "la race blanche" ce n’est pas défendre le peuple français authentique (en voie de disparition) ou les traditions françaises, c’est aussi défendre le bobo en puissance dégénéré des villes-monde qui vote Macron et écoute Daft Punk, ainsi que l’aristocratie blanche capitaliste dont elle est la supérieure hiérarchique, donc des ennemis objectifs.
      Après, si vous vous sentez proche des bouffons-branchouilles du grand journal de canal+ sur le simple fait qu’ils sont des "aryens caucasoïdes", on ne peut rien faire pour vous...


    • #2031958
      le 28/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Bernard Lapotre

      Ce texte fait volontairement un amalgame grossier entre tous les "Blancs" afin de montrer qu’il est ridicule de réduire un groupe humain à un seul critère de couleur de peau.

      Sauf qu’à notre époque, ce genre de discours faisant volontairement ( et très sérieusement ) un amalgame grossier entre tous les membres d’un groupe donné existe de fait et est devenu une forme de norme et de bien-pensance comme le démontre l’avis de nos élites sur "le mâle blanc de plus de 50 ans". Ridicule ? Absolument. 2ème degré ? Absolument pas. Et la vidéo du "Qu’est-ce qui vous fait croire que je suis un homme ?" démontre qu’aujourd’hui, n’importe quel discours est de fait possible au premier degré. Le discours de certaines féministes ou de certains militants lgbt est indubitablement de ce calibre.
      On est entré dans le monde des Monty Python. Sauf que là, si ça fait rire, ça fait rire jaune.
      Conclusion, l’usage du 2ème ou du Xième degré devient aujourd’hui problématique.


    • #2031990
      le 28/08/2018 par Inuit
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Je suis d’accord pour rejeter toute tentative de faire du cosmopolitisme, mais il y a beaucoup de conneries dans tes affirmations.
      Les Gaulois sont d’origines Celtes et non pas Germanique ce qui est différent, les notions de Celtes et Germains n’inclut pas non plus une pureté génétique respective aux deux groupes.
      Si la France a une côte sur la méditerranée elle est forcément méditerranéenne par définition ou du moins en partie.
      Dans un contexte européen, les Français sont très diversifiés, ceux de l’est tirent vers les Allemands de l’ouest, ceux du nord tirent vers les Belges et dans une moindre mesure les Anglais et Néerlandais, les Basques sont un isolat purement méditerranéen, les Lyonnais, la région Rhône Alpes et le midi sont très majoritairement des méditerranéens avec de fortes origines romaines.
      L’installation des Francs Germaniques se fait surtout dans le nord, dans l’actuelle Hauts de France et dans l’est en Alsace Lorraine, mais elle est assez minime dans le reste du pays.
      Et non la France n’a jamais formé une seule entité homogène avec l’Allemagne, les Celtes sont différents des Germains (même s’il existe aussi des chevauchements) et la Gaule romaine est très différente de la Germanie tant dans sa culture, sa langue, que dans son mode de vie.
      Entre Rome, la Gaule romaine et la Germanie il y a 4 siècles de guerres et d’affrontements.
      Les Francs qui ont pénétré la Gaule se sont rapidement Gallo-romanisés, en réalité la France n’est "Franque" que de nom, vestige d’une noblesse guerrière germanique qui n’a conservé que le souvenir de son titre de noblesse et qui l’a refilé à l’ensemble du pays.
      On retrouve le même phénomène en Turquie et en Inde entre autres.
      L’unification de Charlemagne est purement artificielle, les véritables frontières ethno-culturelles et linguistiques reprennent le dessus rapidement notamment avec le traité de Verdun.

      Ceci dit je suis d’accord pour dire qu’il vaille mieux rechercher les dénominateurs communs dans l’optique de fédérer, c’est particulièrement vrai pour ceux qui ont des origines nationales ou raciales différentes.
      Un Franco-Allemand mettra son européanité en avant beaucoup plus que ses parents par exemple qui privilégieront peut-être leurs allégeances nationales respectives.
      Preuve que le concept de "diversité" sous toutes ses formes n’est pas acceptable que ce soit pour un individu ou un peuple.


  • #2031568
    le 28/08/2018 par mfb
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    "causeurs, malins, baratineurs, séducteurs, les Français..."
    Cet anonyme parle des Italiens ? Des Levantins... ?
    Il y a toutes sortes de Français dans la littérature, les arts, les sciences et les travaux. Ils sont généralement mesurés, une sorte de synthèse germano-latine, tantôt très disciplinés, tantôt folâtres, tantôt causants, tantôt taiseux, jamais autant que leurs proches voisins. Ce n’est pas avec du baratin qu’on construit un pays. Les baratineurs auraient plutôt tendance à le démolir, après avoir importé d’autres baratineurs.
    L’écrivain (bon) de cet article n’est ni français ni blanc, ou un peu des deux mêlé d’autre chose. C’est son problème. Il décrit dans son théâtre un être dépersonnalisé, angoissé, démoralisé, accroché à un statut très menacé (son "Blanc" a un statut) et à des ersatz. Un être qui se sent réduit au destin du Comanche, sans l’être encore.
    Cet article non signé (franchement) me fait penser au slogan BFM : la France a tout pour réussir. Elle réussissait très bien sans BFM, avant BFM, loin, très loin de BFM.


  • #2031584
    le 28/08/2018 par Francois Desvignes
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    l’Ange est blanc

    C’est le christianisme BLANC qui a délivré le monde de la barbarie et de la superstition.

    Partout où le Christianisme s’est implanté, la barbarie a reculé
    Partout où on l’a chassé, la barbarie a repris ses droits.

    C’est au nombre de Croix que l’on mesure la civilisation
    Et à leur absence la barbarie.

    C’est le christianisme (donc blanc) qui a mis fin au sacrifice humain et à la manducation du sacrifice, donc à l’anthropophagie.

    C’est en faisant reculer le Christianisme (blanc) en le calomniant et le discréditant, qu’on réintroduit le paganisme et donc le sacrifice, aujourd’hui simplement humain, demain doublé de la manducation anthropophage.

    En disant que la Croix et son hérault le blanc sont inutiles coupables ou dangereux, nous réintroduirons les jeux du Colisée , le sacrifice des nouveaux nés par leur mère, les combats à mort des gladiateurs et les holocaustes des Incas.

    Nous le faisons déjà à l’ombre de l’utérus des mères avorteuses mais demain en plein jour, sous prétexte d’eugénisme ou pour les besoins d’audience de Koh Lanta.

    Aucun des Romains n’a jamais mangé les victimes du cirque ? Mais tous les ont mangé des yeux.
    Et ce que les Romains paiens ont fait hier, les paiens mondialistes le referont demain derrière leurs écrans.

    Voilà pourquoi il est si essentiel que les blancs et donc les chrétiens, nés hommes pour devenir dieux, apprennent à se détester pour jouir, car alors d’hommes nés pour devenir dieux, ils deviendront bêtes issus des hommes : esclaves de leur maitre , esclave de la Cité sans Christ, la Cite de la Bête :

    Esclave métissé de Babylone.

    Seul le diable qui nous hait de toute sa noirceur a pu nous suggérer de nous détester à ce point de renier notre nature proto divine pour épouser la sienne, celle de l’Ange déchu, celle de l’Ange devenu Bête.

     

    • #2031723
      le 28/08/2018 par Avions à réactions
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      """C’est le christianisme BLANC qui a délivré le monde de la barbarie et de la superstition.
      Partout où le Christianisme s’est implanté, la barbarie a reculé
      C’est le christianisme (donc blanc) qui a mis fin au sacrifice humain et à la manducation du sacrifice, donc à l’anthropophagie."" @francois devignes

      Loin de moi l’idée de t’attaquer pour t’attaquer mais il y a des choses qu’on ne peut pas laisser passer.
      Déjà le Christianisme est blanc ? depuis quand ? Les sources du Christianisme ne sont pas en Europe et ne viennent pas de blancs ; il y a comme un coté ridicule et enfantin à dire ce genre de choses.

      Les Blancs d’Europe comme tu dis ont perdu leur religion originelle (celte etc..) pour se reconvertir dans les religions abrahamiques qui n’ont rien d’Européens (d’ailleurs Rome s’est bien chargé de le rappeler par des massacres intensifs, avant finalement d’adopter cette religion)

      Ensuite tu dis que ca a fait reculer la Barbarie ? pas mal celle là, du coup l’esclavage autorisé et même encouragé par le Pape de l’époque, on oublie , les mercenaires en Afrique au 19e (très bien caricaturé par Dieudo) on oublie aussi ?, les Indiens d’Amériques, aussi ?
      Et je dis ca sans gène étant moi même Chrétien.


    • #2031849
      le 28/08/2018 par Francois Desvignes
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Avions a réaction

      Le christianisme est blanc : le Christ est blanc, sa maman est blanche, les pères de l’eglise sont blancs , Rome est blanche, l’Europe chrétienne aussi, 99 % des missionnaires sont français donc blancs.

      Le christianisme a fait reculer la barbarie et a aboli les sacrifices humains partout ou il a planté la Croix
      Partout où on l’a fait reculer ou interdire, le sacrifice est revenu
      Soit le culte de la Croix, soit le culte du serpent, forcément l’un à la place de l’autre

      Empires perse, Assyrien, Egyptien, Grec, Romain Chinois, culte des druides, rites vaudoux, partout : le Serpent.
      Avec lui, le sacrifice humain.
      L’ennemi de la Croix qui l’interdit et l’empêche.

      Faites interdire le christianisme le sacrifice reviendra
      Vous l’avez fait interdire de facto : le sacrifice revient, s’installe partout
      Le Serpent remplace la Croix

      ( les images reptiliennes se propagent partout et il y a une dimension rituelle et satanique dans l’IVG).

      Vous voulez savoir comment ce sacrifice humain se passait chez vous en Afrique équatoriale avant l’evangélisation des sales blancs ? En plus français et catholiques ?

      Je vais aller vous chercher le rapport d’un missionnaire (blanc) (français) en... 1860 revenant d’une fête de village.

      On ne parlera que du FAIT


    • #2031864
      le 28/08/2018 par Francois Desvignes
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Rapport du missionnaire :
      « C’était au mois de septembre 1850. J’étais moi-même sur les lieux, où se fit le sacrifice. Il est à remarquer que ce n’est pas ici un fait isolé, mais ces sortes de sacrifices sont d’un usage très fréquent.
      « La victime était un beau jeune homme, pris dans une peuplade voisine. Pendant quinze jours, il fut attaché à un tronc d’arbre, au milieu des cases du village.(…) Le sacrifice fut décidé pour un vendredi : il eut lieu de la manière accoutumée.
      « La victime est garrottée et assise sur une pierre, en guise d’autel, au centre d’une grande place. Autour de la place, des marmites pleines d’eau sont placées sur des foyers. La population du village et des villages voisins, souvent au nombre de trois à quatre mille personnes, revêtues de leurs habits de fête, se range en cercle autour de la victime.(…)
      « Au signal donné, la musique, les tamtams, les vociférations de la foule remplissent l’air d’un bruit infernal : c’est l’annonce du sacrifice. Les sacrificateurs s’approchent de la victime, armés de mauvais couteaux, et commencent leur atroce ministère. Suivant les rites, la victime doit être dépecée toute vivante, et par les articulations. On commence par la main droite qu’on détache du bras, en coupant l’articulation du poignet. De là, on passe au pied gauche, qu’on coupe au-dessous de la cheville ; puis on vient à la main gauche, et au pied droit. Des poignets on passe aux coudes, des coudes aux genoux, des genoux aux épaules, des épaules aux cuisses, toujours en alternant, jusqu’à ce qu’il ne reste que le tronc, surmonté de la tête. Ainsi fut immolé mon malheureux jeune homme.
      « A mesure qu’ils tombent, les membres de la victime sont portés dans les chaudières pleines d’eau bouillante. On termine l’opération en tranchant, ou mieux en sciant la tête qui est jetée au milieu de la place. Alors commence un spectacle, dont rien ne saurait donner même une faible idée. Les spectateurs semblent saisis d’une fureur diabolique. Les hommes défigurés par je ne sais quelle ivresse magique, se livrent à des danses ou plutôt à des contorsions effrayantes. La ronde infernale n’a d’autre règle que l’obligation, pour chaque danseur, de donner, en dansant et sans s’arrêter, un coup de pied à la tête de la victime, qu’on fait ainsi rouler sur tous les points de la place, et de saisir avec un couteau, en passant près des chaudières, un morceau de chair, mangé avec la voracité du tigre. (…)


    • #2031938
      le 28/08/2018 par Robespierre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Attention aux témoignages sur la barbarie d’autrui.

      César, qui écrit ses Commentaires de la Guerre des Gaules se sait lu par le Sénat qui se tient informé de la situation militaire. Or il faut que la poursuite de la guerre soit justifiée pour assurer le maintien des légions sous son commandement. Elles lui seront fort utiles pour entreprendre ses projets politiques ultérieurs. Alea jacta est.

      Ainsi le grand Jules nous apprend que « Certains peuples [gaulois] ont des mannequins de taille colossale, en osier tressé qu’ils remplissent d’hommes vivants ; on y met le feu et les hommes périssent ainsi carbonisés. », Commentarii, VI, 16. Bon prétexte que la barbarie des indigènes de la Gaule transalpine pour justifier du maintien de César à la tête d’armées.

      Le missionnaire, comme d’autres au siècle dernier, a peut-être inventé de toute pièce un récit d’horreur afin de justifier sa présence et de sanctifier son action. Peut-être aussi était-ce « vrai dans son imagination » pour reprendre la plaidoirie d’Herman Rosenblat, qui souhaitait apporter, à l’en croire, du bonheur aux gens.


    • #2032252
      le 29/08/2018 par Francois Desvignes
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Robespierre

      Le Missionnaire ne ment pas .

      Leurs témoignages surabondent ( cf Annales des Missionnaires et de propagation de la Foi d’où je vous ai tiré cette horreur, laquelle est moins tragique que l’arrosage de Gaza au napalm )

      Seuls César et le Serpent mentent ou insinuent le mensonge (bien avant les fioles de pisse de l’ONU)

      Ils font de Robespierre leur victime ( Et de B.H.L. un criminel de guerre).

      Le fait non plus ne ment pas : ne croyez rien de ce qui vous est rapporté, surtout si vous savez que cela vient des ministres de Celui qui est mort pour vous.

      Puisque vous niez qu’il est né et donc qu’il est mort, encore plus pour l’humanité, encore plus pour vous.

      Voyez juste le fait : partout où la Croix recule, la mort avance.(500 0000 enfants irakiens sont de cet avis, 8000 000 d’avortés français aussi)

      Pas seulement comme accident, conséquence malheureuse d’un bien antérieur (?), pandémie inévitable, mais la mort comme CULTE,

      Un rite obligatoire.

      (Par exemple, vous venez de pénaliser la contestation ou l’obstruction à l’IVG)

      Si bien que " l’objection de César et de ses paniers en osier" en plus d’être spécieuse est inopérante.

      On parle de votre vie quand même : pas seulement charnelle mais spirituelle.

      Ici bas et dans l’Au delà.

      Vous dites : c’est tellement horrible que c’est forcément faux !

      Sorry : le Missionnaire pour que vous gardiez votre quatre heure et que vous ne désespériez pas du genre humain, vous a rapporté moins que ce qu’il a vu.

      Il vous l’a d’ailleurs dit : je ne vous dis pas ce que je ne pourrais décrire et que vous ne pourriez pas entendre.


    • #2032507
      le 29/08/2018 par Micka
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      #François Desvignes

      « Esclave métissé de Babylone »

      Babylone avec sa tour de Babel est une métaphore biblique : les hommes, peuples et civilisations qui se succèdent de manière plus ou moins consciente cherchent sans cesse à dominer l’autre afin d’atteindre un idéal de paix, une utopie unificatrice qui transcenderait vers le divin. La chute est inéluctable car le premier pêché de l’Homme reste celui de l’orgueil ...

      Votre manière de concilier la doctrine chrétienne avec le mythe aryen civilisateur (appartenant à un continuum de couleur « blanche européenne » complètement délirant vis-à-vis de l’Histoire) est non seulement contradictoire mais grotesque.

      En tant que musulman dans la foi je peux comprendre la frustration des catholiques qui sont aujourd’hui spoliés, dénaturés et régulièrement humiliés notamment par leur dirigeant. Mais par pitié, arrêtez d’attiser la haine et le fanatisme religieux comme vous le faites ... le monothéisme est un gage certain de civilisation mais il est beaucoup trop violent pour ce siècle.

      J’ai documenté vos textes mais aussi leurs différentes interprétations avant toutes les réformes de ces 2 derniers siècles ... sincèrement n’y pensez même pas, c’est irréalisable.


  • #2031587
    le 28/08/2018 par Micka
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Je ne vois pas ce qu’il y a de honteux à être « blanc européen » aujourd’hui, au contraire vu l’apport civilisationnel qui se déroule sous nos yeux depuis la renaissance et depuis au moins 3 siècles (ce qui n’enlève bien sur rien aux vertus et défauts que pourraient avoir les « autres », il faut bien sur être fier de ce que l’on est et à chacun son âge d’or)

    Dommage que depuis un moment les mutazillites modérés et autres musulmans rationalistes n’est presque jamais l’ascendant sur la « oumma » dans l’Histoire. Seul l’aspect guerrier et fanatique de notre religion ressort aujourd’hui ... on aurait certainement garder l’ascendant en d’autres circonstances.

    Il y a de quoi devenir apolitique en lisant Machiavel ... il explique parfaitement à lui tout seul le fameux « système » dans lequel on vit, qu’importe le mode .. encore merci pour l’instruction.


  • #2031596
    le 28/08/2018 par Marcel
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    "Les français se sont fait éradiquer par les Blancs". Voilà une phrase qu’il m’arrive de souvent penser. La France de Louis Barthas semble bien loin. Et le néo-nationalisme mondialisé est aussi laid que l’immigrationnisme.

    Ce texte est touchant, dans une veine bien différente cela me fait penser au In Girum de Debord.

     

    • #2031639
      le 28/08/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      "Ce texte est touchant, dans une veine bien différente cela me fait penser au In Girum de Debord."

      Ah, ouais ? Moi ça me fait plus penser à un débat télévisé type "2 Français viennent parler de la France", et tu te retrouves avec Finkielkraut et Cohn-Bandit, qui se finissent en hébreu...

      La pluralité des opinions, mon cul sur la commode, ma main dans ta gueule, ce genre de trucs...


    • #2032585
      le 29/08/2018 par Marcel
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      À Proust et Barbara comme parangon de la culture Française j’ai également haussé le sourcil.

      Quant à l’extrait susmentionné, vous auriez pu également me dire que le sujet n’est pas neuf et que, au hasard, Soral en parle depuis les élections de 2007, au moins.

      Naturellement, ce n’est qu’un commentaire personnel sur un fossé culturel, bien plus que génerationnel, que je ressens quotidiennement. Je n’en fais pas une systematique.


  • #2031677
    le 28/08/2018 par hunter
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Salut à tous,

    Dans un premier temps, une précision, quand je sollicite l’URL donné en source, je n’ai accès à rien, seulement une page à fond noir....

    J’ai lu ce texte avec attention ; c’est un peu lourd pour le style, mais il a je pense une qualité principale : l’emploi du mot "blanc" ici, ne désigne en rien une couleur de peau, ni même une affiliation géographique de longue date, mais un modèle qui depuis quelques décennies, est subtilement et subrepticement inculqué dans les cerveaux humains de toute la planète !

    Je dirai que parmi ces blancs de l’article, beaucoup ont la peau d’une couleur différente !

    Je considère cet article comme bon, car il traduit bien ce qu’un humble citoyen du fin fond de son sud-ouest d’adoption ressent, après avoir évolué pendant des années, dans l’ambiance aisée de la capitale : c’est parce que je ne me sentais plus du tout d’affinités avec ce type d’individus décrit dans l’article, que j’ai fui la région de Paris, qui n’a pour moi plus rien de français, mais équivaut à ce qu’on trouve partout sur le globe, à NYC, LA, Hong-Kong ou Singapore......

    Ce blanc, c’est l’archétype de "l’être humain du nouveau monde", déraciné, sans culture propre, ignorant de l’Histoire, bref, c’est une partie du rêve de Coudenhove-Kalergi !

    C’est ce modèle présenté à longueur de média, de films, de série, depuis des lustres et tout autour de la planète, et je suis d’accord avec l’article, il n’a rien à voir avec ce que sont intrinsèquement, les différentes cultures d’Europe et d’ailleurs !

    C’est un agglomérat, une synthèse, une hybridation de plusieurs sources..un condensé d’être humain, mais pas un être humain à part entière !

    C’est un être superficiel, dominé par l’idéologie du "jouir sans entrave", du "Ici, Tout et Maintenant", c’est un être fabriqué, le modèle du "nouvel homme" que certains groupes d’influence (on les connaît...) cherchent à fabriquer depuis des lustres !

    Je ne prends pas ce texte comme une attaque envers les êtres humaisn à peau blanche, mais une remise en question de ce modèle que certains veulent imposer partout, et il faut bien quand même l’avouer, ceux qui inventèrent et promeuvent ce modèle, ont eux par contre ( haine de soi.. ?) la peau blanche !

    Et ce blanc-là, est aussi nettement l’ennemi de gens comme nous tous ici.

    Adishatz

    H/


  • #2031686
    le 28/08/2018 par H.M.
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    A l’issue de la "polémique", ma synthèse serait la suivante :

    Ce texte n’est pas à prendre au sérieux : il était fait pour susciter la polémique.

    Il est de fait vérolé en terme de message : il pratique un amalgame entre le terme "blanc" et "collabo du mondialisme et de la post-modernité".

    La question qui reste est la suivante : volontairement vérolé pour susciter la polémique par l’outrance ou expression authentique de l’opinion de l’auteur ?

    Les deux sont possibles : la post-modernité a fait émerger du crétin extrêmiste hors de contrôle ( on pense aux sphères féministes, lgbt, antifas et autres adeptes du "progrès" : "qu’est-ce qui vous fait dire que je suis un homme ?" ) d’un côté. De l’autre, l’exercice de style pour amuser la gallerie et voir ce qui se passe.

     

    • #2031750
      le 28/08/2018 par hunter
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Salut camarade HM,

      Intéressante votre hypothèse, mais je le prends plutôt comme une dénonciation de l’uniformisation de l’être humain ( qu’il soit mâle, femelle, ou toute autre élucubration à la mode...), et je dois dire que perso, ça m’a marqué, car j’ai vraiment évolué dans cette sphère, parmi ces gens que j’en venais à ne palus considérer comme des êtres humains....à moins que ce ne fut moi... ? on en vient à se poser des questions, car on se sent au plus profond de soi-même, incapable de calquer ce modèle pourtant si largement répandu !

      J’ai bien aimé dans ce texte, cette "reductio ad homo œconomicus", où " chez ces gens-là" ( pour citer Brel), tout se résume à l’économie, au fric, à la consommation !

      Même quand ils baisent, ils consomment......et j’ai eu fait ça aussi !

      Oui, ça existe, je vous l’assure.....je ne sais pas quel est votre "background" ( désolé, parfois j’ai du mal à trouver l’équivalent en français, alors j’utilise ce qui me vient, mais vous aurez compris j’en suis certain), mais fréquenter ce genre de personnes (professionnellement et en tant que relations sociales), en venait à me rendre physiquement malade......

      Depuis que j’ai mis 900 kilomètres entre cette engeance et moi, je me sens mieux. Je me suis recentré sur du réel, du concret, et je ne regrette pas d’avoir tiré un trait sur la fréquentation de cette engeance artificielle.

      Adishatz

      H/


    • #2031947
      le 28/08/2018 par H.M.
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Salut hunter

      Ah, je ne dis pas que ces gens n’existent pas. Pas du tout. Je dis que le terme "collabo" aurait évité cette polémique puisque c’est ce que signifie "blanc" ou "Blanc" dans le texte. Mais éviter la polémique était de toute évidence le dernier des buts de l’auteur ou des auteurs.


  • #2031815
    le 28/08/2018 par 100 noms
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Décrire la dégénérescence de l’homme blanc réifié par le Capital est d’un ennui profond. Il suffisait à l’auteur de faire son propre travail d’introspection. Car son ego en putréfaction a un valeur informative bien supérieure à son esprit d’analyse - primaire.

    Vomir narcissiquement sur "la blanche", cette pauvre marchandise standardisée par les processus industriels et publicitaires n’a rien de glorieux ou d’intéressant. Son tribunal est aussi ridicule que la justice républicaine.


  • #2031874
    le 28/08/2018 par europhobe
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Triste que sur un site qui élève intellectuellement autant, on arrive à trouver une majorité de commentaires de gens touchés dans leur égo, qui répondent sans prendre de hauteur. Bon, il est vrai que j’ai eu le même sentiment en lisant le premier paragraphe du texte, avant que je ne comprenne où veuille en venir le texte.

    Pourtant le propos est suffisamment clair : décrire et dénoncer cet espèce de mutant occidental incapable de survivre hors de SA société, du fait de son absence totale de structuration, de maturité et de raisonnement.

    Le fait d’associer ce mutant au blanc est bien évidemment une provocation, provocation que l’auteur lui-même s’est efforcé de tempérer en expliquant bien qu’il différenciait le blanc et le Français. Malin, ce texte va se répandre comme une trainée de poudre grâce à ce subterfuge.

    Quant au fond du texte, je dirais qu’il est à 100% E&Riste, déjà par sa défense de ce qu’est réellement le Français, en opposition aux mutants que l’on trouve dehors, mais en plus, je trouve qu’in fine, il porte un sérieux coup au national-sionisme qui prétend que les blancs peuvent constituer un peuple en tant que tel, prétention à laquelle il répond ainsi : "ah oui c’est vrai, mais bon quel peuple quand même !". On est Français avant d’être blanc, merci de ne pas l’oublier.

    Bref, l’auteur est sacrément fin, et ça permet aux gens qui ont compris tout l’intérêt de ce texte de jauger aussi à quel point le national-sionisme a infesté les esprits. En ne lisant rien que les commentaires d’ici, on comprend que même le "temple" E&R est déjà bien nécrosé, dommage...

     

    • #2032006
      le 28/08/2018 par Mojo Risin
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Je suis assez d’accord avec vous. Oui, le blanc ici est a envisager comme le petit blanc aliéné, tout droit sorti d’un bouquin de Houellebecq ou de la supérette d’une station-service d’autoroute avec des sandwiches et des chips, au cas où... et des M&M’s pour le dessert. J’arrive de quelques jours de balade... Une bonne heure d’observation au Leclerc de Château-du-Loir (Sarthe) et tout est clair. Les poilus représentés sur les beaux monuments aux morts ne sont pas obèses (l’atelier de sculpture basé à Angers a fourni de nombreuses communes en ensembles de belle qualité...) Effectivement, il s’est passé quelque chose entre nos ancètres et nous - nous avons tout intérèt à ètre lucide et sans complaisance à notre propre égard si on veut relever la tête.
      Ce qui est dommage ici : pas un mot de résistance ou d’alternative. Et, tant qu’à faire, pourquoi ne pas parler ni des noirs ni de la nécessité qu’à le capitalisme de racialiser, "présentement", l’Europe de l’Ouest. J’ai des migrants dans mon quartier, quand j’en croise un pendant qu’il défèque entre deux voitures, les yeux rouges et complètement abruti, je me dis qu’il mérite lui aussi son analyse.
      Le passage sur les femmes et les "p’tites meufs" est excellent.


    • #2032143
      le 28/08/2018 par Palm Beach Post : "Cult !"
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ Mojo Risin
      "Les poilus représentés sur les beaux monuments aux morts ne sont pas obèses"

      lol, Pierre-Marie, un monument aux morts, c’est censé être édifiant...
      C’est pas de l’art contemporain, ma gueule ! Les enjeux divergent !

      Le Paysan, l’Ouvrier soviétique sous Staline non plus n’est pas obèse.

      Ils commenceront à m’intéresser quand ils montreront autrement et précisément comment ils représentent le sang versé pour le Capital, la spéculation, le fric...
      Montre-moi des boyaux, des cervelles éclatées, couplés en corrélation à l’immatérialité de la Finance.

      Là, y’a un bon sujet.
      lol, "ça questionne les limites de la figuration..."
      Et pis ’faut surtout pas que ce soit antémitiste, hein...


    • #2032321
      le 29/08/2018 par Mojo Risin
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ Palm Beach

      Damned démasqué ! Va falloir que je me trouve un nouveau pseudo et une nouvelle combinaison moulante de super-héros... Effectivement, gros sujet. Je passe rapidement sur la statuaire militaire ou religieuse en Sarthe et Loir-et-Cher (le mec qui se tripote discrétos, ahaha !) mais c’est assez intéressant. Le hasard m’a mis sur les traces d’un Gervais Delabarre qui vivait de chantier en chantier au XVIIeme laissant derrière lui des groupes statuaires désormais menacés, en leurs chapelles désolées, par les nouveaux Vandales.
      Certes le Poilu, avec son fusil et sa canne de marcheur, entouré de l’admiration de la femme et de l’enfant campait un gaillard admirable et sur son socle. Mais mon petit doigt me dit que le jeune revenu de l’enfer lui ressemblait un tout petit peu (en moins daron tranquille, d’accord). Trois, quatre générations ont passé je vois des anciens rétamés, des quinquagénaires obèses, des "djeuns" de campagne défoncés et les premiers mineurs migrants avec smartphones et survèts derniers cris sur le parking... De plus en plus loin de notre
      moustachu, torse bombé au-dessus de ON NE PASSE PAS.

      Pour l’oeuvre qui pourrait dire un peu...c’est tellement important, tellement grave. Marrant que vous en parliez. J’y réfléchis souvent.


    • #2032418
      le 29/08/2018 par paramesh
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      décrire et dénoncer cet espèce de mutant occidental incapable de survivre hors de SA société, du fait de son absence totale de structuration, de maturité et de raisonnement.



      vous ne comprenez pas le but du propos ?
      culpabiliser le blanc déstructuré en lui faisant porter le chapeau et la responsabilité de ce qui lui arrive.
      exemple : tu votes mal donc tu es responsable de ce qui t’arrive alors que dans les faits, quoique tu votes, tu es baisé de toutes façons puisque tout est truqué à la base et depuis le début.
      J’ai contacte ce type, et sur la page du contact on y lit shalom, petit indice qui nous ramène ostensiblement à l’inversion accusatoire poussée à son paroxisme.

      exemple : critiquer les connards pro LGBT ou mondialistes pro migrant en en faisant le type même du blanc ordinaire, c’est
      1)se faire faussement passer pour un opposant à l’idéologie dominante
      2) faire croire que cette idéologie dominante est d’essence blanche (alors que c’est une dominance de classe et même fortement nomade si on n’a pas peur de passer pour un antisémite. (car passer d’un sexe à l’autre c’est aussi du nomadisme)
      on nous a déjà fait le même coup avec les vilains blancs colonialistes, et il y a encore des gens à E&R pour y croire ?


    • #2032639
      le 29/08/2018 par europhobe
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @paramesh

      Fierté mal placée encore une fois, je ne pense pas que le but même du propos soit de viser le "blanc". Je pense que c’est juste une provocation qui vise à faire connaître le texte, tout comme le "shalom" gros comme une maison, c’est tellement provocateur et grossier que je pense que c’est justement la preuve que l’auteur cherche juste à provoquer.

      Autre indice qui fait penser que le fait de viser le "blanc" est juste une provocation : l’auteur, comme je l’ai déjà dit, timore son propos en distinguant le blanc du Français. Or, si on pousse un peu la réflexion, on se rend compte que l’auteur parle d’un temps où les Français étaient encore des Français et avec une proportion bien plus importante de blancs. Donc il NE PEUT PAS être raciste. C’est juste impossible.

      Pour ce qui est de la "culpabilisation du blanc". Désolé, mais il a une part de responsabilité. Tout comme la racaille a une part de responsabilité pour les dégâts qu’elle cause, pauvreté ou pas pauvreté, éducation défaillante ou non. Considérer que d’un côté le blanc n’est pas responsable, mais que de l’autre l’arabe/le noir si, c’est faire le miroir des gauchistes qui excusent tout à ces communautés. C’est le vrai racisme finalement, parce qu’on estime une ethnie moins capable qu’une autre à contrôler ses actes.


  • #2032003
    le 28/08/2018 par Auri
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Avez-vous remarqué, ce qu’on appelle les "blancs" se confond très rarement avec la race caucasoïde (qui s’étend jusqu’en Inde) ? Ce sont en fait seulement les blancs européens, en particulier du nord-ouest de l’Europe ainsi que ceux qui sont originaires de cette région (comme aux Etats-Unis)... Les reste étant le plus souvent compté pour rien, voir comme des étrangers complets.


  • #2032025
    le 28/08/2018 par Douce France
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Puisque la France n’est plus qu’une "idée" usurpable au grès des intérêts de chacun et qu’en face toutes les communautés y vont de leur petit tribalisme "autorisé", il n’est pas étonnant qu’il y ai des FDS qui veuillent adopter cette forme de position de sécurité reptilienne qui consiste à se retrancher derrière ce qui leur reste d’identifiable, à savoir leur couleur de peau !

    La dégénérescence de l’homme blanc par le capitalisme est réelle mais voyez donc les ravages bien plus prononcés chez les africains à travers le "bling bling" fruit du capitalisme le plus vulgaire. Si on évite de voir le verre à moitié vide, on peut également constater que l’homme blanc n’est pas si mauvais bougre puisque pourvu d’une très grande compassion avec les faibles et très tolérant avec le monde entier (jusqu’au point de se faire remplacer). Faites le tour des associations, elles sont majoritairement rempli de ces idiots utiles au grand coeur dont l’héritage chrétien n’y est certainement pas pour rien ...


  • #2032089
    le 28/08/2018 par Dam Ned
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Quand on est colère, on ne parle que de soi :)


  • #2032150
    le 28/08/2018 par Ruskov
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Ce texte est très profond et réfléchi, certains commentateurs ici devraient le lire jusqu’au bout. Le Blanc est décrit de façon très précise et complète, et malheureusement, je retrouve au moins une ou deux de ses caractéristiques en moi. Pas vous ? Si même les aristocrates doivent devenir des "aristo-blancs" pour exister, que pouvons-nous faire les gens du peuple ?

     

    • #2032210
      le 29/08/2018 par Mort de rire
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Réfléchit ? C’est vous qui le dites... au contraire il s’agit des élucubrations d’un pseudo intellectuel petit bourgeois passablement gauchisant (dans le sens républicain) à prétention artistique mais sans véritables bases réelles, après tout ce dont il est question dans ce texte c’est que prendre des tares sociales de les grossir au possible pour ensuite en faire une généralité soit disant représentative de notre société, je ne suis pas sur que de faire de tendances décadentes d’une partie du corps social notamment ses parties les plus dégénérées comme les bobos et les cassos soit vraiment une preuve de réflexion très poussée...

      Au mieux on peut dire que son auteur porte une haine pour la société occidentale actuelle mais étant donné le caractère très appuyée de la dénonciation du blanc on peut légitimement se demander s’il ne s’agit pas de l’expression de la haine sémitique millénaire déguisé en dénonciation pseudo politique.


    • #2032339
      le 29/08/2018 par Bernard Lapotre
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Mort de rire
      Vous ne voyez pas que cette généralité est volontaire et écrite au troisième degré.
      Il démontre qu’un groupe ethnique n’est pas homogène et qu’on ne peut pas ignorer les composantes sociologiques. Une vision purement identitaire est donc tout à fait vaine et inconsistante.


    • #2033086
      le 30/08/2018 par Eric
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      Vous en demandez beaucoup Bernard Lapotre.


  • #2032397
    le 29/08/2018 par ernesto
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Visiblement chacun comprend ce qu’il veut dans ce texte.

    Pour ma part, je comprends le terme "blanc" comme un euphémisme du capitalisme pris dans son totalité, c’est à dire comme fait civilisationnel et non comme simple système économique. Ce qui implique une organisation sociale, une culture, une économie, une idéologie etc. tout ceci débouchant sur la laideur actuelle et la déshumanisation progressive des individus.
    S’il s’agit bien de cela, pourquoi associer cette décadence au terme "blanc" ? Le capitalisme n’est pas vraiment d’origine chrétienne ou musulmane me semble-t-il.

    Ce qui ressort de ce texte, c’est que le blanc est surtout une victime, colonisé jusque dans son imaginaire. Le dénoncer de la sorte manque légèrement de finesse.
    Ce texte ne fait que dépeindre quelques effets pervers de notre civilisation, c’est de l’esthétique pure, en ce sens, pas déplaisant à lire ; pour la réflexion, en revanche, c’est assez pauvre.


  • #2032529
    le 29/08/2018 par Tocqueville
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Magistral ! Je n’ai qu’un seul mot : bravo !


  • #2032655
    le 29/08/2018 par Tiriz
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    @Ceslaoui



    @Lucien
    Que savez-vous de l’auteur ?
    La prose peut vous déplaire, j’en prends note. En attendant, le contenu et le propos conceptualise une réalité que vous croisez tous les jours. Je m’étonne que vous ne l’ayez pas relevé.



    Oui, mais pour construire quoi ? Ou plutôt pour détruire quoi ?

     

    • #2032851
      le 29/08/2018 par Ceslaoui
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @Tiriz
      Témoigner d’une réalité n’implique pas nécessairement de construire ou détruire après... Je ne comprends pas votre questionnement...


    • #2034731
      le 01/09/2018 par Tiriz
      Manifeste du racisme anti-Blancs

      @ Ceslaoui

      "...sur le trône du concept la notion victimaire de racisme anti-blanc..."

      Ce n’est pas un concept.
      Mais un racisme refusé par ceux qui n’aiment pas les blancs ( blancs qui n’aiment pas les blancs y compris ou, qui ne s’aiment pas eux-mêmes, au choix ).
      J’ai toujours rencontré le racisme en tant que blanc, alors je lui pisse dessus.

      Ensuite :

      " On a agressé ma maman blanche parce qu’elle est blanche pendant que j’assure l’avenir de la race blanche avec ma femme blanche qui portera mes enfants blancs. Face à ces rêves hasardeux, nous revendiquons fermement, avec fanatisme et dédain, notre racisme anti-Blancs. "

      Là c’est très clair, c’est du racisme revendiqué.
      Houria Bouteldja n’a t-elle pas dit :
      "N’importe quel Blanc, le plus antiraciste des antiracistes, le moins paternaliste des paternalistes, le plus sympa des sympas, devra subir comme les autres."

      Aussi Mohamed Ali voulait des enfants qui lui ressemble contre toute idéologie du métisssage. Est-ce laid ?

      Et n’allons pas nous dire qu’il faut lire entre les lignes par le flou artistique que l’auteur fait suivre :

      "Mais ne nous trompons pas... Nous ne parlons pas exactement de la même chose. Une majuscule et le pluriel nous séparent des brailleries provinciales et droitardes. Notre Blanc à nous est entièrement imaginaire, voilà sa force.

      Alors si son "blanc" est entièrement imaginaire qu’il ferme sa gueule.
      Voyez-là la malhonnête démarche intellectuelle d’un auteur qui prépare son échappée à toutes critiques en un parfaite lacheté déjà envisagée.

      J’en connais des blancs proche du texte. Tout n’est pas faux.
      Mélanger le vrai et le faux (l’exagération) pour ne pas perdre la face est un méthode connue. Enfin tout est exagéré, globalisé, racialisé, exécré. Il n’y a aucun équilibre, c’est de la destruction (du blanc).

      Aussi pour répondre à nos échanges plus haut : Juif peut-être, judéophile très certainement.

      Cordialement


  • #2032860
    le 29/08/2018 par Ceslaoui
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Si on veut faire très court au sujet de ce texte, disons que le "blanc" décrit, c’est le "blanc" de demain.

     

  • #2033049
    le 30/08/2018 par demitrius
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    si quelqu’un avait dit la même chose sur une autre race, il aurait été censuré d’office. Mais vu que c’est sur le blanc, on peut y aller, c’est la fête. Le blanc, vous savez ce qu’il vous dit ?? Ce qui est terrible c’est que ça fait plus de 30 ans que cela couvait et que beaucoup n’y croyait pas, et bien, c’est une réalité, la disparition du blanc est réellement programmée ( métissage oblige ) . Et certains nous parlent de racisme à tour de bras, le racisme anti blanc est le plus violent et le plus réel. Le blanc est en minorité sur la planète depuis toujours, mais sa force et sa puissance étaient ailleurs, et ils ont décidé de les anéantir. Il y aura un jour où un blanc sur la planète devra se cacher pour vivre si ça continue.


  • #2035932
    le 04/09/2018 par Michelly58
    Manifeste du racisme anti-Blancs

    Je suis contente que cette article aborde la problèmatique de Sex And The City, mais cela pourrait aussi s’appliquer aux Soap Opera, je dirais même à toutes les séries américaines vu que les relations amoureuses y sont extrêmement instables, hommes comme femmes sont jetés comme des Kleenex et très souvent pour des prétextes dérisoires. Souvent parce qu’au final se n’est pas la personne qu’ils aiment vraiment, résultat on nous fait traîner en longueur pendant 114 épisode parce qu’au final la fille se rend compte que c’est le mec A qu’elle aimait et non le mec B, se qui n’est pas très sympa envers le mec B au passage qui est le dindon de la farce. Il est vrai que si les Rockefeller ont financés la libération de la femme, se sont avant tout les homosexuels et leur mode de vie sans famille qui ont inspirés les féministes à sortir du foyer. Les gens sont plus exhibitionnistes que voyeurs, publier leurs photos leur permet de s’inventer une vie sociale qu’ils n’ont point or derrière l’écran ils sont plus mal dans leur peau que jamais. Quel triste monde tragique !


Commentaires suivants