Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marine Le Pen et Matteo Salvini lancent le "Front de la liberté"

Une alliance électorale en vue des élections européennes

À Rome, à l’occasion d’un forum sur le thème « Croissance économique et perspectives sociales dans une Europe des nations », Marine Le Pen a pris la parole au côté de l’homme fort du gouvernement italien, Matteo Salvini.

 

 

À quelques mois des élections européennes, la dirigeante du Rassemblement national (RN) affiche sa proximité avec ses alliés européens. Ce 8 octobre, Marine Le Pen participait à un forum sur le thème « Croissance économique et perspectives sociales dans une Europe des nations ». Elle y est apparue, devant la presse, au côté notamment du ministre italien de l’Intérieur et homme fort du gouvernement d’Italie, Matteo Salvini. Dans le viseur du chef de file du RN : l’Union européenne et, plus globalement, le « mondialisme ». Celui-ci, a-t-elle martelé, se traduit par « une immigration massive [et] une baisse du pouvoir d’achat », entre autres. Partant, l’enjeu politique majeur en Europe est, selon Marine Le Pen, de « rendre leur pouvoir aux peuples, ce qui est le fondement même de la démocratie ».

Le vice-président du conseil des ministres italien a affiché leur proximité : « Nous partageons la même idée de l’Europe, de l’agriculture, du travail, de la lutte contre l’immigration, et nous sommes contre les ennemis de l’Europe que sont Juncker et Moscovici, fermés dans le bunker de Bruxelles ».

Espérant faire reposer les fondements d’une entente européenne sur un nouveau socle, Marine Le Pen a évoqué les thèmes qui lui sont chers, « Sécurité, identité, prospérité », dans l’optique de « construire avec d’autres Européens sur cette base, pour remplacer ce qu’est devenu au fil des ans l’Union européenne ». Elle a estimé que l’Union européenne exprimait « une vision de l’homme complètement dégradée », induisant « sa soumission à une concurrence sauvage » ainsi que la « recherche de nouveaux esclaves » dans des pays de production à la main d’œuvre toujours meilleurs marché, comme la Chine, les pays de l’Est ou le Bangladesh. Elle compte proposer à l’inverse « un modèle économique de loyauté, de dignité des salaires accordés pour pouvoir assurer la constitution d’un patrimoine ».

Fustigeant elle aussi Jean-Claude Juncker et Pierre Moscovici, Marine Le Pen a lancé une métaphore commerçante : « La mondialisation sauvage, c’est comme au restaurant, c’est le dernier qui sortira qui paiera l’addition. »

« Nous luttons pour que les nations ne disparaissent pas au bénéfice de cet empire totalitaire qu’est devenue l’Union européenne », a-t-elle expliqué. « L’Union européenne a des résultats nuls dans l’intégralité des domaines dans lesquelles elle est intervenue », a-t-elle estimé, évoquant en particulier les accords financiers ou commerciaux. Pour la dirigeante du RN, les États-Unis peuvent en revanche être parfois pris pour modèle, comme à l’occasion de l’accord passé avec le Mexique, le 27 août 2018. La révision de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA) entre Washington et Mexico autorise l’exemption des droits de douane si 40 % des valeurs créées proviennent de régions où les salaires sont d’environ 16 dollars de l’heure.

« Marine Le Pen et moi sommes en train de rassembler l’héritage social de la gauche qui a trahi ses valeurs, nous défendons les précaires que la gauche a oubliés », a déclaré Matteo Salvini. Le ministre de l’Intérieur ne s’est en revanche pas attaqué à la monnaie commune : « La sortie de l’euro n’est pas à l’ordre du jour : le respect des économies nationales est à l’ordre du jour ».

 

« Je pense que les hommes veulent rester avec leur peuple dans leur pays, au sein de leur culture »

Marine Le Pen a également fait allusion, sans en préciser la teneur, à une coopération italienne et française avec les pays d’Afrique dans le but d’endiguer les flux migratoires. « Je pense que les hommes veulent rester avec leur peuple dans leur pays, au sein de leur culture. Ils n’ont pas envie de partir de leur pays au risque de leur vie », a-t-elle estimé.

« Ils le font parce qu’aucune politique de coopération organisée n’est mise en place. Il faut avoir une politique de clarté vis-à-vis de l’immigration », a-t-elle martelé, prônant une politique dans ce domaine qui soit « dissuasive » et « mise en œuvre par chaque nation ». Partant, elle a fustigé les attentes du « patronat » européen qu’elle imagine séduit par cette manne de main d’œuvre. « Ils croient qu’un homme est un outil [or] un homme arrive avec sa culture, avec sa religion, ses mœurs, [...] parfois très éloignées des nôtres », a-t-elle averti.

La patronne du RN a estimé que le phénomène migratoire ne créait que des perdants, y compris chez les migrants « car les forces vives partent de leur pays ». « Voilà pourquoi la fermeté qui doit être la nôtre n’est pas une fermeté de repli mais de bon sens et pour leur peuple et pour notre peuple », a martelé Marine Le Pen. Pour elle, une des solutions consiste à autoriser le dépôt des candidatures de demande d’asile uniquement depuis les consulats et ambassades de France.

 

Lancement du Front de la liberté

La conférence a donné aux deux leaders patriotes l’occasion de lancer le Front de la liberté, une alliance électorale en vue des prochains élections européennes, « si possible » avec « des candidats communs », selon Matteo Salvini.

La leader de parti a en outre mentionné la cohérence du groupe au Parlement européen, dont font partie RN et la Lega (de Matteo Slavini), qui ne demande qu’à s’élargir. « J’appelle à cette union pacifique et démocratique ! », s’est-elle enthousiasmée. Marine Le Pen a, enfin, loué les qualités du vice-président du conseil des ministres italien Matteo Salvini qui montre selon elle qu’il est « possible » de freiner l’immigration massive.

Voir aussi, sur E&R :

Quel avenir pour l’Europe ? Lire chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

63 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le RN est un parti-leurre dirigé par une présidente auto-proclamée et soumise au sionisme ambiant... Quel crédit doit-on accorder à cette rencontre préparatoire aux élections européennes visant à occuper des sièges dans une organisation mafieuse où le parlement n’a qu’un rôle consultatif ?

     

  • Bullshitt !!!

    Il suffit de militer activement et officiellement pour un Référendum de sortie de l’UE et de laisser les peuples italien et français trancher la question...mais bizarrement, ce mot de référendum n’est jamais prononcé...

     

    • leking

      Pourquoi avoir besoin d’un référendum ? Les précédents comme ceux de la Grèce ou de 2005 suffisent à montrer que le référendum est inutile puisque les eurocrates s’en moquent autant que de la première pétition syndicale qu’ils aient envoyé à la poubelle.

      La simple élection d’un gouvernement eurosceptique suffit. Et de toute façon, à l’heure actuelle, il n’est plus nécessaire d’être eurosceptique pour menacer l’euro, il se menace très bien tout seul.

      Déjà, ce n’est pas une monnaie unique (une monnaie qui s’emprunte à des taux différents, selon l’émetteur, sur les marchés mondiaux : n’est plus une monnaie unique et puis de toute façon, lorsque l’on refusera les euros avec U (France) ou un Y (Grèce), par exemple, comme première lettre du matricule que l’on voit sur le billet : cela sera le signe que l’euro comme devise non-allemande aura déjà été aboli.

      Déjà que le traité de Schengen/Dublin n’existe plus depuis quelques temps, aboli dans le silence le plus total, dès lors que l’on a commencé à limiter l’accès des migrants illégaux... L’UE est plus au bord du précipice qu’on ne le pense.

      Faut pas s’emballer comme ça.


  • De la flûte !


  • En s’alliant avec Salvini Marine s’allie avec le gouvernement italien, ce qui n’est pas rien . Il ne reste plus à Macron qu’à draguer Merkel, ce qui n’est pas gagné .

     

    • Ce gouvernement italien est parfaitement légitime : il résulte d’élections à la proportionnelle, alors que le gouvernement "français" est illégitime car il résulte d’élections truquées . Non seulement Marine est allié à tout le gouvernement italien, mais également alliée avec le peuple italien : c’est un énorme apport .


  • Enfermer les prolétaires européens dans un zoo débile identitaire réactionnaire pour empêcher le surgissement de la lutte de classe révolutionnaire contre le chaos migratoire de la marchandise !

     

  • Dommage que personne (à part les européistes convaincus, les bobos et les sbires du Système) ne se déplace pour les élections européennes. La plupart des gens doivent même ignorer qu’il y a élection.....

     

  • Le Figaro vient juste d’y rajouter un détail intéressant.
    Marine affirmerait son indépendance de Bannon. Mais en septembre, Louis Aliot n’était pas sur cette longueur d’onde :
    http://www.lefigaro.fr/politique/le...


  • Surveillez bien la monté en puissance de Marion Maréchal Le pen , elle a toutes les chances pour devenir notre prochain président de la république , d’un côté on vois un Macron qui visiblement fait exprés d’attiser la radicalisation des français en s’affichant à répétition aux côtés de noirs dépravés d’un autre on a des Zemmour des Goldnadel qui se la jouent plus F de souche que les Fde souches , de toute évidence le système prépare un virement de cap , regardez la dernière vidéo de notre ami fréd Delavier , c’est limpide comme de l’eau de roche https://www.youtube.com/watch?v=S7g...

     

  • #2058056

    Beaucoup de râleurs ici, bon, puisque ça vous plait pas ce qui se passe, allez y, dites nous votre plan, exposez nous vos arguments, et montrez nous l’action que vous avez commencé à entreprendre pour nous sortir de ce merdier !
    A défaut, j’en déduirais que vous n’êtes là que pour démotiver les français ou leur mettre des bâtons dans les roues, des agents, en quelque sorte, payés par qui on sait pour continuer à nous maintenir la tête sous l’eau par tous les moyens possibles et inimaginables, comme celui du trolling, par exemple.

     

    • #2058129

      Constat :
      1. La démocratie est corrompue du fait de la bassesse humaine (profits, pouvoir, ...) au détriment du plus grand nombre.
      2. Depuis 70 ans, les promesses faites par les politiques ne sont jamais tenues -> écran de fumée

      Remède :
      1. Changer de système pour permettre au peuple de reprendre réellement le pouvoir pour lui même et par lui même, et que ce nouveau système puisse permettre a shunter la corruption inhérente à l’espèce humaine.
      2. Permettre au peuple de se re-solidariser en retrouvant du dialogue entre les individus afin qu’ils puissent agir de manière la plus équitable pour tous et dans le bon sens.
      3. Reprendre le contrôle de la monnaie et abolir l’usure qui en est fait dessus pour l’utiliser à bon escient et non pour faire du profit sauvage.

      Solution concrète :
      1. Un système sociocratique semble plus adapté à notre contexte actuel.


    • #2058161

      @ homme_des_forêts
      je me répète mais pour une telle bascule qui nous sauverait, il nous faut un véritable Robin des Bois avec tous ses combattants et loin derrière le peuple qui se réveille !


    • 8 octobre 18:16, par Des uns et des autres
      "A défaut, j’en déduirais que vous n’êtes là que pour démotiver les français ou leur mettre des bâtons dans les roues, des agents, en quelque sorte, payés par qui on sait pour continuer à nous maintenir la tête sous l’eau par tous les moyens possibles et inimaginables, comme celui du trolling, par exemple."
      - La question peut effectivement se poser.


    • La motivation première : la justice.
      Par conséquence, selon notre histoire, selon de ce que sommes français, la motivation est le rétablissement de notre monarchie soumise à la royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ.
      Tous les français avec un même code morale :
      "Tu ne commettras de meurtre, tu ne porteras pas de faux-témoignages, tu ne voleras pas."
      Selon la vraie justice, celle de Saint Louis, il y en a plus d’un, en prison, qui seraient pendus depuis bien longtemps et de ceux que nous relâcherons bientôt.
      En toute justice, il devrait y avoir des pendus, pour leurs crimes, et des écartelés, quand le crime touche aux enfants.
      La République nous a volé notre patrie, le pays de nos pères.
      Les bourgeois, les financiers, nous ont volé notre partie.


    • La politique depuis la nuit des temps est à l’usage des classes bourgeoises : elle sert à embrigader les masses mécontentes et à les diriger vers des voies de garage ; c’est même le plus vieux métier du monde...tout se passe dans l’intérêt du Capital et de son épanouissement ; les masses ne sont que variable d’ajustement, comprenez-le et vous serez libre, c’est à dire conscient de la duperie.


    • "A défaut, j’en déduirais que vous n’êtes là que pour démotiver les français ou leur mettre des bâtons dans les roues"

      Exactement. Et ça crève les yeux.
      Rien de nouveau : avant les présidentielles il y avait ici les mêmes messages plombants qui tournaient en boucle.


    • #2058485

      @ homme_des_forêts,

      Ton analyse on est beaucoup à l’avoir faite, et certains sont même allés bien plus loin que toi.

      Mais dis moi, dans le concret, le monde réel, ta solution on la met en place par quelles actions exactement ?


    • Décidément le nationalisme emo ne produit que des branleurs.


  • #2058070

    Je me demande si ce ne sont pas ces nouveaux patrons les "élus de New York" qui l’ont envoyé pour le couler !


  • Balivernes !


  • c’est impossible de freiner l’immigration comme elle dit car les immigrés sont déjà sur notre territoire et ils se reproduisent, et çà, marine le pen ne le prend pas en compte, elle ne s’occupe que des nouveaux arrivages, en croyant que cela va nous rassurer, elle se met le doigt dans l’oeil, et ne parle toujours pas de ceux qui ont intérêt à nous faire envahir.

     

    • Elle a parlé des principaux coupable
      Le patronat. Avec des armées de réserve
      du continent africain
      Lui seul à des intérêts pour le mondialisme
      Dans les 50 ;60; il partait cherche ses armées de réserve salariales en magrebi


    • @ calendula

      Et tu penses qu’elle va débarquer avec ses gros sabots et balancer un "Allez hop, rémigration pour tout le monde, dehors !" ?
      Quand tu vois que les gens n’ont même pas compris la nécessité absolue de sortir de l’UE, quitte à faire passer un Macron, tu imagines bien qu’avec une telle stratégie elle se désintègrerait sur le champ.
      La Le Pen n’est pas très compétente, bien mal entourée mais c’est tout ce qu’on a à se mettre sous la dent pour le moment. Salvini est plus intéressant, il considère l’invasion migratoire comme un projet, cite Soros, dégomme les immigrationnistes, fait partie d’un gouvernement qui a interdit l’accès aux maçons en son sein.
      Ca laisse un peu d’espoir.


  • Il ne s’agit pas de croire au pere noel qui nous apporterait le monde ideal auquel on reve,ni de bosser comme des malades pour le realiser mais simplement de voter pour la moins pire...celle qui n’ira pas envoyer l’armee en syrie ou en iran,qui ne fera pas la gpa qui arretera de nous ponctionner comme des malades et de depenser le fric en com debile.

     

  • L’Italie est ma seconde patrie. J’ai suivi la conférence de presse. Salvini a eu des mots très forts, porteurs d’espoir, Marine approuvait d’un signe de la tête.
    Le contenu de ses propos : il faut remettre la valeur travail au coeur de l’économie, la gauche en France comme en Italie est un repère de banquiers et de traitres à la classe ouvrière, il n’y a plus d’ouvriers dans cette gauche. Nous allons relocaliser nos emplois, faire revenir la prospérité dans notre pays...
    Moi je dis oui !!!

     

    • 2 Patries ? Ah, bon...


    • La bourgeoisie est consciente du poids écrasant de l’immigration et préfère réagir en re-investissant la valeur travail avant d’être obligée de rogner sur sa rente pour entretenir ses légions d’immigrés. Rien n’est fait dans l’intérêt des masses populaires, tout est pesé , calculé dans l’intérêt de la rente financière...

      Le monde du travail et celui de la rente sont deux mondes séparés, hermétiques et étrangers l’un à l autre. Par retour du « nationalisme », entendez rénovation de la valeur travail qui s’auto Alimente tandis que la finance spéculative autant que rentière vivra sur la Dette, hors-sol pour ainsi dire. C’est ainsi qu’il faut regarder les extraordinaires baisses d’impôts prodiguées par Trump : la croissance générée par les gueux finance le train de vie des super-riches !


    • @Le King Encore une fois t’as tout faux Drama Queen, Trump a baissé les impôts aussi bien sur les entreprises que pour les plus pauvres. Résultats les américains respirent financièrement.


  • Est-ce qu’on peut sérieusement croire que :
    1) Les liste nationalistes (Marine, Salvini & co) ont de vrais chances d’être majoritaires au parlement européen en mai prochain ?
    2) Que cette majorité ait un quelconque pouvoir réel de changement des traités ?
    C’est l’ensemble des gouvernements (à l’unanimité) et non le parlement qui peut changer les traités, et c’est la commission qui propose des lois au parlement européen. Donc dans le meilleur des cas ces gens là seront majoritaires, auront une capacité de blocage minime sur la commission, et la team de MLP pourra continuer à siffler du champagne tranquilou, renflouer les caisses de la boutique, tandis qu’un bon ratio d’élus se vendra aux lobbies (cf. Chauprade).
    Au passage l’idée du "frexit" sera définitivement enterrée..

     

    • Ce à quoi l’on peut croire parce qu’on y participe, c’est à des sursauts nationaux face à l’idéologie mondialiste (et sioniste, mais c’est la même chose).


    • #2058165

      Marine Le Pen est grillée pour être crédible en tant que politicienne fédératrice, contrairement à Marion bien plus brillante, mais s’il faut jouer la cohésion comme semble le faire Salvini qui pourtant n’a pas besoin de Marine. Disons que l’intérêt est de casser la dette européenne causée par l’Allemagne seule réelle bénéficiaire mais dépendante ....
      Si la France quitte la dette avec l’Italie l’Allemagne s’effondre mais la City et Wall Street aussi en ce qui concerna leur main mise sur nos pays d’Europe, c’est l’objectif qui doit être mené dans les prochaines années si on veut sortir de ce bourbier politico-financier !!!


    • Le 8 octobre à 20:01 par babiboul
      "Est-ce qu’on peut sérieusement croire que : 1) Les liste nationalistes (Marine, Salvini & co) ont de vrais chances d’être majoritaires au parlement européen en mai prochain ?"
      - Vous posez cette question comme si vous étiez spectateur passif d’un processus que vous regardez sans pouvoir agir dessus. La question n’est pas de "croire" en de vraies "chances" des listes nationalistes, mais de "faire" qu’elles soient majoritaires "effectivement", et vous pouvez y participer.

      "2) Que cette majorité ait un quelconque pouvoir réel de changement des traités ?"
      C’est l’ensemble des gouvernements (à l’unanimité) et non le parlement qui peut changer les traités, et c’est la commission qui propose des lois au parlement européen. Donc dans le meilleur des cas ces gens là seront majoritaires, auront une capacité de blocage minime sur la commission, et la team de MLP pourra continuer à siffler du champagne tranquilou, renflouer les caisses de la boutique, tandis qu’un bon ratio d’élus se vendra aux lobbies (cf. Chauprade)."
      - Dans le meilleur des cas, on est effectivement majoritaire, ce qui aura pour effet, non pas de détruire, mais d’affaiblir le régime européiste, ce qui est forcément bon pour nous. La priorité absolue est d’empêcher la liste de Macron d’arriver en tête à ces élections en France, pour qu’il ne puisse pas se refaire une santé politique en termes d’image.

      "Au passage l’idée du "frexit" sera définitivement enterrée.."
      - L’idée du frexit n’est rien pour l’instant, donc avant de vous inquiéter qu’elle soit enterrée, essayez déjà de la faire exister un peu. Envoyer un maximum de députés souverainistes au parlement européen l’an prochain est un bon moyen de commencer. Il n’y en a pas d’autre, de toute façon.


    • @Lucien Cerise :
      Merci pour votre réponse Lucien, j’apprécie votre travail et j’ai assisté à votre conférence en Normandie sur le transhumanisme.
      Concernant votre réponse :
      1) Vous avez raison nous pouvons participer à cette dynamique...Mais uniquement en ce qui concerne les listes françaises. Mon interrogation se porte sur la composition finale du parlement. Est-ce qu’on a des éléments probants, des projections sur la base des sondages dans chaque pays membres, pour pouvoir espérer une majorité au parlement ? Quand bien même le RN ferait 30% ?

      2) On peut en effet voir le vote des européennes avec des intérêts politiciens franco-français, donnant une dynamique à tel ou tel parti en vu des élections suivantes (éviter que Macron "puisse se refaire une santé", etc). Mais quelles que soient ce qu’il en ressort pour le jeu politique français, on ne peut pas croire raisonnablement que Marine, Salvini & co puissent changer quoi que ce soit sur le plan européen.
      Au congrès de Mars du FN (où je vous ai aperçu), il était question de l’article 48 pour changer l’UE en UNE ("union des nations européennes"), mais tout ça est du vent pour les raisons que j’ai expliqué (les gouvernements à l’unanimité ont ce pouvoir de changement pas le parlement).

      "L’idée du frexit n’est rien pour l’instant, donc avant de vous inquiéter qu’elle soit enterrée, essayez déjà de la faire exister un peu. Envoyer un maximum de députés souverainistes au parlement européen l’an prochain est un bon moyen de commencer. Il n’y en a pas d’autre, de toute façon." —> Justement le seul moyen de faire vivre cette idée c’est de préférer pour ces élections une force politique qui parle clairement du Frexit. Le RN a définitivement renoncé à cette perspective. Pour cette raison, et bien que j’ai toujours voté et milité pour le FN, je m’apprête à voter pour l’UPR pour la première fois. Asselineau a beau être inexistant sur l’immigration et a beau avoir un charisme de chaussette trouée, selon moi en votant pour lui et en le plaçant non pas à 1% mais à 2 ou 3%, on l’ancre définitivement dans le paysage et on impose l’idée du Frexit dans le débat. Il ne faut pas se tromper d’élection, c’est bien des européennes qu’il s’agit.


    • @ babiboul

      D’une certaine façon , je vous rejoins. Même si les euroréalistes sont majoritaires au Parlement européen, ca ne changera pas grand chose au point de vue institutionnel. Par contre, l’impact politique n’est pas négligeable.

      PY Rougeyron a raison : le plus important est le rapport de force interne, entre les mondialistes et les patriotes français. Mais quid de l’abstention ? C’est l’éternelle question aux européennes.


    • @Babiboul Il y a de forte chance pour qu’ils passent vu qu’il y a la proportionnelle.


  • Au sujet de la "métaphore commerçante", on devine que Marine n’a pas souvent eu à retrousser ses manches dans la vie : l’addition, elle sera pour le restaurateur, à savoir les français.


  • A l’intention de ceux qui ne croient pas en la possibilité d’une surprise lors des prochaines élections européennes, je signale quelques détails :
    - en Allemagne, une partie de Die linke (gauche) fait sécession pour rouler sur une plateforme anti-immigration. La Deutsche Welle en parle là, en anglais : https://www.dw.com/en/germany-new-a...
    - en Espagne, les dirigeants de Podemos (gauche) soutiennent Salvini, et tentent un rapprochement avec la droite anti-immigrationiste ; ce qui chagrine le World Socialist Website : http://www.wsws.org/en/articles/201...

    Je ne dis pas que c’est exactement Le Grand Réveil des Peuples. Il y a très vraisemblablement diverse incitations d’origine étrangère, (par exemple cette sécession de Die Linke est organisée par une originaire d’Allemagne de l’Est, qui appelle aussi à la sortie de l’Otan et au rapprochement germano-russe...).
    Mais bon, si ça continue à croître ainsi, ça peut donner quelque chose d’intéressant.

     

  • Marine qui danse sa défaite sur du Goldmann, son entretien raté avec Macron, non, elle n’a pas du tout le gabarit. Elle n’est pas une chef légitime, elle a "hérité" de son père, c’est tout.

     

    • Marine n est pas taillée pour gagner elle n aura jamais le charisme ni la dialectique de son père ...elle m’a beaucoup déçu l ors des élections ...avoir la victoire a porté de main et se vautrer comme elle la fait ...ce n est pas digne d une pro en politique ...surtout que macron personne ne le connaissait...pas de passe politique...mais banquier !!!...a moins qu il y a des forces de l ombre derrière tout ça qui tirent les ficelles ..mais dans ce cas la que peut on faire ?....les règles sont truquées ...


    • @Arkengel Macron a été placé là par Rothschild, c’est évident non ?


  • Après avoir coulé le FN, elle veut couler Matteo Salvini ?

    Elle a été missionné pour ça ?

     

  • #2058474

    Si l’Italie a raison de se battre contre l’Allemagne qui essaie de lui refiler ses migrants, par contre elle a tord de compter sur le même pays pour payer ses dettes. L’Italie sait parfaitement que le soutien de la BCE est indispensable au refinacement de sa dette qui autrement s’effondrerait avec une hausse vertigineuse des taux entraînant de facto la faillite de l’Etat italien et des banques. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. C’est la raison pour laquelle l’Italie use de solutions de travers comme le développement des transferts interbancaires en monnaie cryptée, actuellement en phase de test, en partenariat avec les grandes banques européennes.Ceci dit, inventer une nouvelle monnaie basée sur la dette ne résout rien sur le fond qui est de réformer de fond en comble l’appareil d’Etat et le mode de financement de l’économie italienne. On oublie trop souvent que le contrôle de Bruxelles ne s’arrête pas au budget et à la monnaie, mais concerne aussi les activités économiques dans lesquelles se spécialisent les Etats membres. L’Italie sera donc forcément amenée à sortir non seulement de l’euro mai aussi des autres domaines de compétence entre les mains de Bruxelles, dans le cadre d’une renonciation globale au socialisme de marché qui finançait l’économie avec les ressources financières tirées des marchés obligataires. Il va falloir revenir à une conception plus saine de la création de valeur et au respect de l’outil de travail détenu par les entrepreneurs privés sans lesquels il n’y a pas de prospérité réelle. Il serait temps que ces politiques dits alternatifs expliquent aux Européens que le temps du modèle économique fondé sur la redistribution/spoliation est révolu, parce que le socialisme même financé par les marchés, a toujours abouti à des catastrophes. Il va falloir que l’Etat arrête de manipuler la monnaie sous prétexte que les banques sont indispensables au fonctionnement de l’économie dirigée par les dépenses de l’Etat (la dette d’Etat sert de collatéral aux dettes créé par les banques !). Sans cette remise en question fondamentale du modèle économique et social, il est vain de se perdre dans des discours grandiloquents sur les valeurs de l’Europe. L’Allemagne l’a bien compris dont les industriels joue à fond la carte russe. Evidemment, les autres se sentent frustrés de parts de marché qui leur sont refusées par Bruxelles (cf. https://www.youtube.com/watch?v=JQQ...)


  • C’est du nationalisme sioniste pour tromper les peuples européens
    cela ne changera rien car il ne veulent pas sortir mais une autre Europe et c est bien là problème.On sera trahi comme siriza en Grèce.
    Banone et sa clique mène la danse.


Commentaires suivants