Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Marion Sigaut – Peut-on comparer les Gilets jaunes à la Révolution de 1789 ?

« C’est beau une nation, c’est beau une patrie ! »

Retrouvez Marion Sigaut et le XVIIIe
sur Kontre Kulture

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Elle m’a tiré les larmes...

    Madame, je vous aime d’une infinie tendresse.

    Et Cocorico ! J’aime la France !

     

    Répondre à ce message

  • #2119418

    C’est beau une femme.Merci madame Sigaud.

     

    Répondre à ce message

  • Merveilleuse Dame !

    Talentueuse et modeste… Je suis émue et elle a su me faire entrer dans son émotion. Elle est tellement sincère et profondément humaine… Une qualité propre aux français. Dans mes comptes Facebook et VK (je vais y revenir), je lui rends régulièrement hommage et je me dis que sa rencontre avec Alain était une évidence, leurs chemins ne pouvaient que se croiser !!

    J’ai 26 ans et de ma vie, c’est la première fois que je porte autant d’estime et d’admiration pour une femme… je ne voyais - pour ainsi dire - que ma Mère.

     

    Répondre à ce message

  • Belle espérance ! certes partagée ; en plus de certains soutiens italiens qui réconfortent ! ...
    Toutefois le revers de la médaille tient dans ce mode de gouvernement , désormais "mondialisé" , dont certaines forces militaires apatrides otanesques "gardent" la "forteresse" Europe , en cas de besoin ultime ! ( et je vois mal nos crs, gendarmes mobiles , armée de terre , de l’air , et de mer , se ranger du côté du peuple , mais le cas échéant plutôt avec les "autres "et leur concours ponctuel éventuel ) .
    cela n’est pas du pessimisme , mais à mon avis du réalisme .
    exemple : pas peur du ralliement de certaines forces de l’ordre aux côtés des grévistes dans les mines de charbon du nord en 1948 , le gouvernement socialiste de l’époque a fait déplacer des bataillons de "tirailleurs sénégalais "l’arme au pied , pour sillonner les corons et garder l’accès des puits de mine . ( quand c’est "exogène" çà marque davantage )

     

    Répondre à ce message

  • Moi pareil, je désespérais vraiment, je suis malade et croyais partir avec un sentiment de gâchis incroyable pour la France qui a envers et contre tout des atouts innombrables !!! J’ai eu enfin avec Les Gj la preuve que la vérité éternelle ne pouvait pas céder au mensonge. Un pays sans valeurs, plus d’identité, plus d’économie à part pour enrichir une élite corrompue jusqu’à l’os. Courage au gilets jaunes représentant ceux qui ne peuvent pas aller physiquement comme moi sur les lieux de rassemblement, par contre autour de moi j’explique, je discute, j’argumente.Mon âme et mon cœur sont avec vous, je vous embrasse cher peuple Français.

     

    Répondre à ce message

  • #2119764

    Bravo Marion, vous disposez actuellement d’une certaine visibilité (certes bien insuffisante...) pour dénoncer l’imposture enseignée partout depuis deux siècles et dire la vérité sur cette abominable révolution de 1789 : le “Tiers-Etat” de 1789 ne représentait absolument pas le peuple de France mais la seule bourgeoisie, haute, moyenne et petite ! Tous les gens sérieux et honnêtes le savent ! Le peuple, le vrai, a été mis de côté dès le début de la Révolution, à commencer par les “Cahiers de Doléances” et l’Assemblée Constituante, dès l’été 1789, constituée d’une grande majorité de bourgeois franc-maçons à l’origine de monde politique que nous connaissons et qui persécute et parasite le peuple de France. Cela n’a fait que se confirmer et s’aggraver par la suite (lisez les martyrologes de la révolution : vous y trouvez bien plus de gens du peuple que d’"aristocrates", comme dans les fosses communes de Picpus à Paris XII°). Ce fut d’ailleurs une faute majeure de Louis XVI de ne pas s’appuyer, au début de la Révolution, sur le peuple dont la fidélité et le soutien lui étaient largement acquis. En revanche, les “Gilets Jaunes” de 2018, quoi que l’on puisse dire ou penser à leur sujet, représentent réellement le Peuple de France et ne peuvent EN AUCUN CAS être assimilés au Tiers-Etat de 1789 ! Contre-sens historique COLOSSAL !

     

    Répondre à ce message

  • Marion Sigaut, comme souvent, je suis à 100% d’accord avec vous, je ressens à 100% la même émotion que vous pour ce mouvement, j’ai eu les mêmes larmes aux yeux que vous, de voir que, oui, en fait c’est possible que le peuple français se relève enfin !
    Vous êtes une magnifique historienne et une personne d’une grande noblesse ... J’emploie le mot "noblesse", c’est à dessein puisque ce pays doit retrouver autant sa souveraineté que sa noblesse pour se retrouver enfin debout, je suis sûr que vous en êtes d’accord...
    Merci encore

     

    Répondre à ce message

  • Mais non, les gilets jaunes ça n’a aucun rapport avec 1789. Le Tiers-État en 1789 n’était pas du tout synonyme de peuple : un autre mensonge à la base du story-telling républicain : c’était synonyme de bourgeoisie d’affaires. La population qui n’exerçait aucun pouvoir en particulier ne faisait partie d’aucun Ordre au sens de l’Ancien Régime. Un Ordre par définition c’est une hiérarchie de pouvoir et non pas une classe sociale.

    La noblesse était une hiérarchie fondée sur le pouvoir militaire et l’hérédité supposée des qualités guerrières. Les militaires de carrière en général, même les sans grade, se sentaient solidaires des nobles les plus illustres et faisaient front commun avec eux au fil de presque toutes leurs luttes. Le gros du peuple des campagnes se sentait plus proche du clergé : c’était pour lui la meilleure promesse d’une certaine ascension sociale ou intellectuelle. Le Tiers-État était la hiérarchie des fortunes bourgeoises, c’était aussi des trois hiérarchies la plus absolument fermée à toute ascension sociale de la part des rangs inférieurs. C’est dans cet ordre et tout particulièrement parmi les gens de loi que les idées racistes à l’endroit du peuple local comme des peuples étrangers à coloniser étaient les mieux reçues.

    Le Tiers-État en 1789 faisait campagne pour sa nécessaire prépondérance non pas au nom de quelque prétention à représenter la masse de la population, mais à représenter l’argent et le principe d’utilité dans un monde que les idéologies scientifiques de l’époque étaient arrivées à faire représenter sous un jour de plus en plus désenchanté et mû par les seules forces de l’intérêt sordide. Le Tiers-État reprochait aux deux autres ordres de n’avoir su comme il se devait remettre les petites gens à leur place, de leur avoir donné trop de voix. Il était reproché à la noblesse de donner beaucoup trop de voix aux idéalistes dont ils consommaient les produits culturels, et au clergé de faire valoir des principes beaucoup trop sentimentaux pour un monde mû par la guerre de tous contre tous. Le Tiers-État faisait valoir l’idée que ses aptitudes seules, fondées sur la ruse et non pas sur l’honneur ou le dévouement, étaient à même d’assurer victoire, domination et poursuite de l’oeuvre de la civilisation.

    Le mouvement des Gilets Jaunes se rapporte bien plus à celui des paysans royalistes de Vendée, ne serait-ce que par son centre de gravité géographique qui n’est pas du tout Paris mais la province.

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour Madame Sigaut, féru d’Histoire (cf Henri Guillemin), je vous suis depuis longtemps. Votre émotion lors de cette vidéo, m’a aussi ému. Oui, nous y sommes. Après l’émotion, vient l’action pour changer tout celà. Les GJ vont en plus se payer le luxe de gagner ce combat "à l’ancienne", façon Lino Ventura. Les GJ vont "joyeusement" péter la gueule à ceux qui le mérite. Avis aux "bonhommes" qui se posent encore des questions : c’est maintenant que cà se passe.

     

    Répondre à ce message

  • Lorsque que Macron à été élu j’en été très peiné, car cela avait signé la mort de la France. Le mouvement des Gilets Jaunes est une bouffée d’air frais, parce que pour la première fois je suis fière d’être française et ravi que la France cette grande dame soit libéré.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents