Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mars 2003 : le discours prémonitoire de Bachar al-Assad

À l’heure où le monde entier insiste sur la nécessité d’éviter les guerres voulues par les États-Unis et leur allié israélien, visiblement incapables de faire la paix et encore moins capables de payer le prix humain de la guerre, cette intervention du Président Bachar al-Assad au Sommet de la Ligue arabe avant l’invasion de l’Irak le 20 mars 2003, mérite diffusion.

Quatorze ans après, elle vient prouver qu’il avait foi en la solidarité et la capacité de résistance des peuples du Levant, en dépit de leurs dirigeants et malgré les partitions sanglantes successives, mais qu’il fallait leur laisser le temps de découvrir quels étaient leurs véritables ennemis, extérieurs et intérieurs, au risque de paraître faible et perdu aux yeux des fauteurs de guerre et d’une grande majorité des experts orientaux ou orientalistes… [NdT].

 

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une affaire de contrôle, le contrôle du monde et de la région ; ce qui revient au même.

Il s’agit de pétrole ; le pétrole étant l’un des instruments du contrôle de ce monde.

Il s’agit de redessiner les cartes à leur convenance et naturellement de telle sorte qu’elles conviennent à Israël ; ce qui est un autre aspect du problème.

Il s’agit de détruire les infrastructures de l’Irak, à commencer par la liquidation de ses savants. Parlant d’infrastructures, je ne parle pas des usines, des missiles ou d’autres cibles qu’ils évoquent… Ils veulent un peuple dont le cœur bat et le cerveau ne fonctionne pas. Ils veulent qu’il en soit de même pour tous les Arabes. Autrement dit, ils veulent que nous vivions dans un état de léthargie tel que nos cerveaux ne se mettent en marche que lorsqu’ils le veulent et dans le sens qu’ils veulent. Ceci, évidemment, sans jamais se prononcer sur l’aspect concernant Israël ; lequel, je crois, n’échappe à personne.

Concernant les « inspecteurs », ils sont les premiers à avoir refusé leur retour alors que l’Irak l’avait accepté.

Concernant les « résolutions » du Conseil de sécurité et des Nations Unies, je ne crois pas qu’il existe un pays au monde qui puisse les violer comme le font les États-Unis.

Concernant les « armes de destruction massive », si elles étaient effectivement dirigées contre les États arabes, ils auraient appelé à leur multiplication, non à leur diminution. Ils prétendent s’inquiéter pour nous… Comment se fait-il que cette inquiétude soit suscitée par l’Irak, non par Israël ? Qui assassine les Arabes ? L’Irak ou Israël ? Qui tue quotidiennement les Palestiniens ? De nos jours ces tueries ont lieu par dizaines…

Nul doute que tout l’arsenal du monde arabe ne menace ni les États-Unis, ni aucun autre continent. Nul doute que s’ils pouvaient arracher les armes individuelles dans toutes nos patries, ils n’hésiteraient pas, pour qu’Israël puisse continuer à sévir sur terre et sur mer, tuant quand il veut, qui il veut.

Quant à la « démocratie », si jamais l’un d’entre nous avait incarcéré 100 000 citoyens pour manifestations contre la politique des États-Unis, il serait devenu le chef démocrate du monde arabe et de la région. Mais l’arrestation d’une seule personne dans l’erreur et à la solde des États-Unis, en fait un antidémocrate agissant contre les droits humains, tandis que la privation d’un citoyen palestinien de ses droits les plus élémentaires, le transforme en démocrate favorable à la paix, aux droits humains et à toutes sortes d’adjectifs sans valeur. Ce qui signifie que nous sommes injustes à l’égard des États-Unis lorsque nous parlons de deux poids-deux mesures. Ils ont mille mesures et peut-être plus.

L’essentiel est qu’ils ont décidé de tomber les masques en admettant qu’il s’agit d’un problème d’hégémonie. Certains parmi nous préféreraient qu’ils les gardent en prétendant que le problème est le « régime » [irakien]. Eux laissent tomber le masque et nous, nous le leur remettons ! Ce que je veux dire par là est que nous ne devons pas confondre la cause d’une personne, ou d’un groupe de personnes, avec la cause d’un peuple. Aucune personne au monde, quelle qu’elle soit, ne peut résumer en elle-même une patrie.

D’un autre côté, nous ne devons pas confondre la situation irako-koweitienne avec le cas irakien. La vérité est telle que je l’ai déjà dite : ce qui se passe aujourd’hui est le prolongement de ce qui s’est passé en 1990 et qui a dévié pour nous amener là où nous en sommes aujourd’hui.

Il est probable que certains de nos frères arabes refusent mes paroles, mais les convictions doivent être exprimées sans fioritures : en 1990 nous avons soutenu le Koweït contre les prétentions de l’Irak, non contre l’Irak ; aujourd’hui, nous nous tenons du côté de l’Irak comme du Koweït ; et nous nous tiendrons contre toute proposition pouvant mener à la destruction de l’Irak.

Maintenant, au risque d’exagérer, supposons que certains [parmi nous] soient contre le régime [irakien] et d’autres contre l’Irak ou simplement indifférents. Dans ces conditions et au cours de ce sommet, prenons donc la décision claire et nette de renverser le régime et de détruire l’Irak, puis faisons-le savoir. Au moins, nous serions plus miséricordieux que les étrangers.

Une telle proposition extrême sera évidemment refusée. Mais elle a le mérite de révéler la forte contradiction entre ce que nous déclarons incessamment quant à notre refus des ingérences étrangères dans les affaires intérieures irakiennes et à notre refus des frappes, tout en nous dissimulant derrière les prises de position des États-Unis.

Si nous avons une idée précise à ce sujet, autant l’adopter ici, au cours de ce sommet. Et si telle est notre idée, autant faire face au lieu de nous dissimuler derrière autrui, car il est désormais impossible que nous restions entre deux eaux.

En effet, en matière de guerre, trois facteurs ont une influence positive ou négative : le facteur international, le facteur régional, et le facteur local ou irakien.

Abstraction faite du facteur local, le facteur international s’appuie sur le facteur régional. Si le facteur régional faiblit, le facteur international « favorable à la guerre » se renforce, et inversement.

La force de ce facteur international est politique, tandis que la force du facteur régional est politique et « civile » dans tous les sens de ce dernier terme : sens géographique, démographique, militaire, etc.

Or ce facteur « civil » est notre point fort si nous l’utilisons à bon escient pour empêcher la guerre, et notre point faible dans le cas contraire, car nous sommes dans l’arène, destinés à devenir une cible au cœur de la guerre, à rien d’autre.

Si nous n’intégrons pas parfaitement ces équations, nous serons doublement responsables de ce que nous réserve l’avenir.

Jusqu’ici, le facteur international a travaillé mieux que nous tous, alors que nous nous sommes contentés de simples déclarations. Jusqu’ici, il n’y a eu aucun travail arabe pour empêcher la guerre annoncée contre l’Irak, alors que nous sommes tous concernés, éthiquement, moralement, nationalement, financièrement, et que nous devons agir pour accompagner et soutenir le facteur international « opposé à la guerre ». Sinon, autant reconnaître que la tenue de ce sommet et son contraire reviennent au même, car nous sommes des États sans force ni pouvoir.

[...]

Pouvons-nous séparer la question irakienne de la question palestinienne ?

Un dernier aspect de la question irakienne est qu’elle est aujourd’hui inséparable de la question palestinienne. Notre échec dans le règlement de la première signifie notre échec dans le règlement de la seconde

La guerre contre l’Irak, si elle a lieu, servira de couverture aux crimes israéliens. Je n’ai pas dit « crimes charoniens », car je crois avoir dit lors de l’avant-dernier sommet que tout Israélien est un Charon en puissance ; ce qui se vérifie aujourd’hui. Tous les Israéliens tuent des Palestiniens continuellement et exponentiellement.

Cette guerre servira à couvrir les crimes israéliens et servira à contourner l’Intifada et la Résistance, pour finalement aboutir à l’imposition d’une paix conçue selon les conditions israéliennes, que nous refusons tous. Et, il est probable qu’elle mène à la partition de l’Irak pour qu’Israël devienne un État légitime. Cet État d’une seule couleur, prétendument démocratique, gagnerait sa légitimité politique et sociale une fois entouré de mini-États qui lui ressemblent !

Par conséquent, en discutant de l’Irak, nous n’oublions pas nos frères palestiniens ; nous n’oublions pas de réaffirmer nos droits légitimes en Syrie, au Liban et en Palestine, ainsi que toutes les résolutions adoptées par le Conseil de sécurité en rapport avec l’ensemble de ces droits, notamment celui du retour aux frontières de 1967, celui de l’établissement d’un État palestinien avec Jérusalem pour capitale et le retour des réfugiés.

Nous n’oublions pas de réaffirmer notre soutien absolu à la Résistance sous la forme qui convient aux résistants. Et, comme d’habitude, nous insistons sur l’absence de toute coopération avec Israël. Il en sera ainsi jusqu’à ce qu’Israël s’engage dans la paix, chose dont nous ne voyons toujours pas le moindre indice.

Avec notre accueil favorable à la coopération consentie par l’Irak, je propose d’affirmer notre décision de n’accorder aucune facilité à la guerre.

- Dr Bachar al-Assad, Président de la République arabe syrienne -

Lire le discours entier sur mondialisation.ca

Le Proche-Orient en profondeur par l’histoire et la géopolitique,
à lire sur Kontre Kulture

 

Assad et la nouvelle Syrie, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Assad a raison


  • je n’ai jamais douté sur l’intelligence et le bon sens de l’homme,mais je suis étonné sur sa capacité de projection en l’avenir,décidemment l’empire a toujours su qu’il etait l’homme a abattre,reste qu’ils avaient sous estimé ses capacités de resistance,respect.


  • Le fait que Fabius déclare que cet homme ne "mérite pas d’être sur Terre" suffit à le rendre sympathique.


  • Le ’’détricotage’’ du monde musulman est l’outil dont se sert l’Occident dans le but d’assouvir une géopolitique favorable à ses velléités de pouvoir ’’mondialiste’’. Les pays arabes sont donc visés en tout premier lieu...Le sachant ceux-ci vont devoir s’atteler à une tâche première, élémentaire : collusionner et ce, bon gré malgré...si ils veulent réellement se sortir des griffes qui les écharpent !
    La tâche va s’avérer des plus difficiles, certes, mais pas impossible s’ils savent vers qui se tourner...rapidement !... car tous les événements sont dans un courant d’accélération exponentielle...

     

  • Assad,

    Le moins qu’on puisse dire est que cet Homme
    est intelligent et clairvoyant .
    Il défend les Arabes en général,la réciproque
    est moins vraie .
    Fabius,ami intéressé d’Al-Nosra,le déteste ,
    comme il détestait Saddam,coupables à ses yeux
    de défendre leurs pays respectifs .
    Seul survivant des guerres anglo-israelo-américaines
    Assad étonne par sa capacité,à traverser les tempêtes.
    Son éducation occidentale en a fait un redoutable
    adversaire de l’Occident anglo-saxon !
    Assad c’est peut-être le Clovis Arabe ?


  • M.Assad est non seulement intelligent mais en plus courageux,il aurait pu fuir car à un moment c’était très chaud pour lui les modérés modérément coupeur de tête était dans Damas ! Rappelez vous l’ignoble femme (ou quoiqu’elle/il soit) du pantin Obama qui portait des maillot avec la photo de la femme (qui est d’ailleurs très belle) de M.Assad en disant que c’était la femme d’un monstre etc... Quelle bande de saloperie ces gens là !

     

    • @tarzoon
      Mieux encore, d’après ce que raconte un grand analyste libanais, extrêmement bien informé et très proche des milieux dirigeants syriens, les services de sécurité chargés de la protection du président syrien étaient bien embêtés par son immense courage. Car au moment le plus chaud pour la direction politique et militaire du pays, lorsque les bombes tombaient sur Damas et à l’époque de l’attentat qui a décimé la tête de l’Armée Arabe Syrienne, les services de protection du président voulaient qu’ils quittent le palais présidentiel pour le mettre à l’abri avec sa famille. C’était un moment où des informations recueillis par les renseignements syriens faisaient état d’une menace persistante et imminente de bombardement du palais. Sa réponse était qu’il n’en serait rien et qu’il partagerait jusqu’à son dernier souffle avec sa famille le sort de son peuple... !!!


  • Bachar Al-Assad... Le Lion apporteur de bonnes nouvelles.
    Son nom et son prénom, à eux seuls, sont prémonitoires. Les Voies du Seigneur sont Impénétrables et Justes !!.


  • Je suis vraiment éblouie par cette force tranquille et ce bon sens inaltérable. On ne s’en lasse pas.
    Je veux un président comme lui !


  • La Ligue arabe volera en éclats bientôt. Et c’est tant mieux ... pour les Arabes.


  • #1786633
    le 18/08/2017 par ProtégeonslaPalestine
    Mars 2003 : le discours prémonitoire de Bachar al-Assad

    Ce discours d’appel à l’unité des Arabes de Bachar El Assad a été la pierre angulaire d’un panarabisme naissant qui a profondément irrité le monde américano-sioniste, et le soutien sans cesse réaffirmé de la Syrie des Assad père et fils à la Palestine en faisait l’ennemi à abattre.

    Le récent dénouement est une leçon d’humilité pour les réformateurs satanistes qui redessinent la carte du monde au gré des guerres, déplacent des populations installées depuis des millénaires et donc culturellement inassimilables à l’Occident, requalifient en tyrans sanguinaires des dirigeants légitimement élus, laïcs et aimés de leur populations : visiblement, Dieu a décidé que Bachar El Assad méritait d’être sur terre.
    La raison dans l’histoire a triomphé.

    Post scriptum : L’entité aux frontières capricieusement et violemment autoconstituées et plus connue sous le nom d’israël a t-elle prévu de restituer à la Syrie le Golan qu’elle lui avait temporairement emprunté ?