Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Méta-politique et propagande mondialiste : entretien avec Lucien Cerise autour de son parcours

Un entretien donné par Lucien Cerise pour Factuelle 66 en août 2019.

 

Retrouvez Lucien Cerise sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le Républicain Libéral Libertaire Mondialiste Macky Sall

    - expulse des opposants politiques ( Kémi Séba par exemple ) et envoie des opposants politiques en prison ( Karim Wade, Khalifa Sall, Guy Marius Sagna,... ) ;

    - dit souhaiter "un saut qualitatif de la démocratie".

    Si ce monsieur continue à violer impunément la Constitution du Sénégal, il n’est pas impossible que nous assistions à la naissance du mouvement One Man, One Machete.


  • Résistance à l’Agression Publicitaire (R.A.P) Association loi de 1901 , lutte contre les effets négatifs, directs et indirects, des activités publicitaires sur l’environnement , et les citoyens, ingégnerie sociale et des manipulations des masses. On compte parmi ses membres fondateurs : René Macaire, philosophe --- François Brune , écrivain — Yvan Gradis l’auteur de " Publiphobe"---Laurent Galili musicien , ancien publicitaire --- et Bertrand Poirot-Delpech de l’Académie française --- , .
    En dénonçant les procédés publicitaires destinés à la mise en condition de la personne, méthodes qu’utilisent les puissants pour y arriver : mécénat, sponsoring, pratiques corruptrices,...elle se propose de combattre les nuisances qui en résultent pour l’environnement (gaspillage des ressources, pollution paysagère et du cadre de vie, déchets, bruit… et la société (développement de la surconsommation, inégalités, obésité, violence et manipulation des masses…


  • "Être au pouvoir et faire la loi" donc retrouver sa souveraineté.

    Lucien, comment retrouver sa souveraineté, donc déjà échapper à l’emprise de l’Union Européenne, en militant pour le RN, désormais parti manifestement européiste ?

     

    • Les Français ne veulent pas sortir de l’UE. Aux dernières élections européennes, les deux candidats du Frexit ont fait moins de 1% ensemble, alors que le thème du scrutin et le mode de scrutin à la proportionnelle étaient taillés pour eux. La sortie de l’UE est un vrai repoussoir électoral, le RN se contente d’enregistrer ce fait, et d’arrêter d’en parler pour l’instant. Quand l’opinion publique aura évolué, on pourra y revenir. Ensuite, c’est le rôle des organisations métapolitiques de faire évoluer l’opinion publique, en tenant un discours pédagogique ou anxiogène, et qui peut se permettre d’être clivant. En revanche, le rôle des organisations politiques est de tenir un discours fédérateur, c’est-à-dire simple et rassurant, et d’engranger un maximum de voix. Ce sont deux rôles bien distincts.


    • Mr Lucien Cerise
      D’après votre réponse à un commentaire, vous préconisez de changer sans rien changer en fait.
      Nous devons simplement nous contenter de militer pour ruisseler des gens vers le Rn dans l’attente d’une évolution des mentalités. Je ne partage pas cette opinion, si le Rn vend l’Ue, en quoi serait t’il différent dans l’immédiat ou le futur, sans oublier que vous même avez évoqué à votre interlocuteur votre basculement suite à l’insulte faite aux français en 2005. Je vous jure, si le Rn met en avant un Frexit, je vote pour lui. Parole d’un gars qui ne se rappelle même plus de la dernière planque dans un isoloir et je vous garantis pas mal de vote de gens qui s’abstiennent depuis 2005. Autrement, nous en aurons encore pour 20 ans de soumission, au minima.


    • @Lucien Cerise Le RN fait ainsi parti du monde du spectacle , qui joue bien " son rôle " d’acteur en effet . Mais quand il s’agit de courage et de vérité , il n’y a pas plus personne .
      Tout ceux ci ont oublié ( s’en était-il rendu compte ? ) que nous sommes dans un combat .


    • Le 28 décembre à 00:36 par Pitchou
      - Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Ce n’est pas le RN qui ne veut pas du Frexit, ce sont les Français ! Combien de voix ont réalisé les candidats du Frexit, Asselineau et Philippot, aux dernières européennes ? Moins que le parti des animaux. Le peuple français, aujourd’hui, ne veut en aucun cas sortir de l’UE, c’est ainsi, le réel est têtu, et le RN se contente d’enregistrer ce rejet du Frexit par les Français et d’adapter son discours à la vox populi. Ensuite, notre rôle métapolitique, dans le cadre de E&R par exemple, est de faire évoluer l’opinion publique dans le sens du Frexit, et je peux vous assurer qu’il y a du boulot ! La métapolitique, c’est de l’ingénierie sociale : une transformation de l’opinion publique, furtive le plus souvent. Ce travail, c’est aux organisations métapolitiques de le réaliser, mais ne demandez pas ça à un parti politique, ce n’est pas son rôle.


    • Le 28 décembre à 03:27 par JeSuisSoral
      "Le RN fait ainsi parti du monde du spectacle , qui joue bien " son rôle " d’acteur en effet . Mais quand il s’agit de courage et de vérité , il n’y a pas plus personne .
      Tout ceux ci ont oublié ( s’en était-il rendu compte ? ) que nous sommes dans un combat ."
      - La métapolitique et la politique sont deux choses distinctes. Je fais les deux activités en parallèle depuis des années, et je peux vous assurer que je dois à chaque fois reparamétrer mon mode de communication quand je passe de l’une à l’autre car ce ne sont pas les mêmes zones du cerveau qui sont mobilisées. La métapolitique repose sur le courage et la vérité, comme vous dites, et l’on peut donc être clivant, avant-gardiste et prendre des risques. La politique, c’est autre chose : il ne s’agit pas de dire la vérité, ni même de dire ce que l’on pense, mais de définir un discours adapté à la majorité. Si ce discours adapté à la majorité recoupe la vérité et ce que l’on pense, tant mieux, mais ce n’est pas fondamental, le but du discours politique étant avant tout de créer du lien social et de la convergence, d’où l’obligation d’un certain nivellement par le bas.


    • Lucien, ta prémisse "les français ne veulent pas sortir de l’UE" est très discutable voire en partie fausse. En effet, une petite majorité de près de 55% s’est opposée à la Constitution Européenne en 2005. De plus le coquelet de l’Elysée interrogé par la BBC a bien admis que si un référendum sur la sortie de l’UE devait avoir lieu en France, c’est le oui à la sortie qui l’emporterait.

      Ceci dit, les élections européennes de 2019 avaient pour objet la désignation de députés européens croupions, on ne peut donc pas en utiliser les résultats afin d’estimer la part des frexiteurs et des européistes. Bien des anti UE se sont abstenus, la part de l’abstention étant de 49%. Si l’on considère cela plus 1-la sensibilisation du peuple français aux discours fallacieux et catastrophistes sur le climat (résultat cumulé d’à peu près 20% de verts), 2- et la multiplication des listes, on peut expliquer le faible résultat des partis frexiteurs.

      Si je prolonge ton raisonnement, le RN est effectivement une force politique avec ses plus de 23%, MAIS que ses électeurs ne sont par définition et majoritairement pas frexiteurs. Les voix attribuées au RN sont à mon humble avis, soit des voix de protestation, des prurits identitaires ou des français qui se sont trompé de camp national. Le RN reste et restera un repoussoir propre à faire élire Biquette. Je subodore même que l’ingénierie sociale prévue pour 2020 sera « ni Macron, ni Le Pen », ceci favorisant le camp national-sioniste représenté probablement par la fraiche émoulue Marion Maréchal, et allant dans le sens des prophéties attaliennes.

      La quantité relativement basse de frexiteurs français résulte surtout de la propagande européiste, du project fear, tous les maux de la Terre étant promis à la nation affichant sa volonté de sortir de l’UE. Est-il par exemple nécessaire de lister toutes les billevesées abracadabrantesques anti-Brexit ? Si une contrepropagande est effectivement à appeler de nos vœux, ce qui est en route mais à petite échelle chez les gilets jaunes (pas de RIC sans Frexit), qu’est-ce qui nous assure que les nouveaux frexiteurs iraient mécaniquement grossir les rangs des électeurs du RN, parti désormais affiché européiste, plutôt que ceux du (voire des) partis univoquement anti-UE ?


    • @ SPQG
      Vous parlez de "prurits identitaires".

      Êtes-vous un européen, un blanc pour parler trivialement ?
      Et si oui, avez-vous mis vos enfants dans une école publique républicaine, c’est-à-dire dans une classe de 30 élèves dont 22 ne sont pas d’origine européenne ?

      Mais peut-être êtes-vous simplement un bourgeois qui a oublié pourquoi il mettait en premier lieu ses enfants dans une école privée...


    • Les partis faisant de l’analyse et de la metapolitique comme l UPR sont rares, certes le frexit n’a pas réunis beaucoup de suffrages mais son programme est fixe depuis 2007, le cocktail : faible médiatisation et abstention n’a pas joué en sa faveur, il lui a fallu 7 ans pour pouvoir se présenter à un premier scrutin en 2014.


    • Oui Ezra, je parle de « prurit identitaire » et la reconquête de notre pays commence entre-autres et surtout par la reconquête de notre langue.

      Quand on lit un texte, la méthode de base est d’en appréhender le sens exact, ceci commençant par l’effort de compréhension des mots qui le constituent.

      Un prurit, dans le monde réel, est une sensation de démangeaison donnant une envie irrépressible de se gratter. C’est aussi un symptôme subjectif, que l’on ne peut mesurer objectivement.

      Les mots importants de cette courte mais précise définition sont « irrépressible », qui ne peut être maîtrisé, qui est hors de contrôle, donc quelque part qui échappe à la raison, et « subjectif » qui est relatif et propre à l’affect de chacun, donc du domaine de l’avis partial (autant que partiel).

      Il s’agit donc ici, non pas de brocarder les diverses réactions identitaires justifiées, pour autant qu’elles découlent d’attaques prioritaires comme par exemple l’américanisation outrancière de notre culture nationale, mais plutôt d’épingler les excès, les errances ou réactions induites par les attaques des picadors zemmouriens.

      Pour le reste, je vous laisse à votre boule de cristal « essentialisante » et à votre imagination débordante, tout ceci ne me concernant pas. Si vous éprouvez le besoin irrépréhensible, comme un prurit, d’employer des attaques ad personam, assurez-vous déjà qu’elles correspondent à un minimum de réalités.


    • Alors qu’il n’y a pas de débat sur la sortie ou non de l’UE, et que la grande majorité ne sait pas bien à quoi sert ce truc et quel impact ça a dans leur vie (à part quand ils entendent parler de financement par l’UE, ou de la CJUE qui condamne ceci ou cela), le FN/RN lui a été au cœur du débat et a eu une chance historique face au banquier issu du gouvernement Hollande. Donc si une chose est sûre, ce n’est pas que les Français ne veulent pas d’un Frexit, mais qu’ils ne veulent pas de la famille Le Pen au pouvoir. Faire penser que 99% des votants auraient voté contre le Frexit c’est vraiment intellectuellement malhonnête, pour moi c’est incompréhensible de la part de quelqu’un censé être d’un certain niveau et prétendant m’apporter avec ses livres, là pour le coup je suis en totale dissonance cognitive entre les ouvrages qui m’attirent par le sujet pointu abordé et ce militantisme politique de très bas niveau.


    • Le 28 décembre à 19:21 par JC
      "Alors qu’il n’y a pas de débat sur la sortie ou non de l’UE, et que la grande majorité ne sait pas bien à quoi sert ce truc et quel impact ça a dans leur vie (à part quand ils entendent parler de financement par l’UE, ou de la CJUE qui condamne ceci ou cela), le FN/RN lui a été au cœur du débat et a eu une chance historique face au banquier issu du gouvernement Hollande. Donc si une chose est sûre, ce n’est pas que les Français ne veulent pas d’un Frexit, mais qu’ils ne veulent pas de la famille Le Pen au pouvoir. Faire penser que 99% des votants auraient voté contre le Frexit c’est vraiment intellectuellement malhonnête, pour moi c’est incompréhensible de la part de quelqu’un censé être d’un certain niveau et prétendant m’apporter avec ses livres, là pour le coup je suis en totale dissonance cognitive entre les ouvrages qui m’attirent par le sujet pointu abordé et ce militantisme politique de très bas niveau."
      -  Merci, mais mes ouvrages n’ont pas pour finalité de propager des idées, mais de pousser les gens à en finir avec les idées et à regarder les faits bruts même quand ils sont décevants, voire traumatiques. Donc, si une chose est sûre, c’est que 99% des votants n’ont pas voté pour le Frexit aux dernières européennes - alors que le mode de scrutin était pourtant ultra-favorable aux partis pro-Frexit. Donc, si une deuxième chose est sûre, c’est que les Français ont eu une chance historique de voter pour le Frexit et qu’ils ne l’ont pas saisie. Sur cette base, qui est purement factuelle mais décevante pour les partisans du Frexit, certaines personnes éprouvent le besoin de s’auto-suggérer qu’en fait les Français veulent quand même le Frexit. Et là, on sort des faits et on commence à s’arranger avec la réalité, c’est-à-dire à recouvrir les faits par une narration, une rationalisation, visant à estomper l’effet traumatique d’un réel décevant.


    • D après vous Mr Cerise, je vote pour un parti
      nationaliste, en attendant qu il veuille bien revenir à une gestion par la nation de notre bien commun, sans la moindre garantie qu il s y mette un jour, car nos concitoyens ont peur d un frexit. Mais alors comment il va leur annoncer le jour J ?
      Trump avait annoncé la couleur, les italiens, les hongrois etc... Les anglais l ont fait avec de la ténacité. Vous me demandez d élire un parti sur des bases à l encontre de mes convictions. Le frexit est la seule alternative à cette finance mondialisée, vous en savez certainement plus que moi. L UE est son outil premier chez nous. Je ne vous comprends pas sur le coup du chèque en blanc à des politiques, rien que ça, RN ou autres.


  • Bonjour,

    Que signifie F66 ? 666 ? Rires !

     

  • Le RN comme toute opposition n’est que toléré et subit la persécution étatique. Il ne peut tout dire donc il ne dit rien en fait. Le salut ne peut passer par les urnes. Même Marx l’avait compris. Le proudhonisme ne mène à rien. Il faut abattre le capital. Le moment est venu puisqu’il ne génère plus ni richesse ni progrès, rien que des dettes et des guerres civiles larvées partout.

     

    • Comment faites-vous pour abattre le capital ? Pour ma part, j’ai testé les solutions révolutionnaires, et aujourd’hui je sais - je ne pense pas, je sais - que les moyens ne sont pas réunis en France. Les moyens d’une "révolution colorée" existent, pour renverser le RN, ou tout autre organisation nationaliste, même modérée, qui parviendrait au pouvoir. Mais les moyens d’une révolution par les burnes authentiquement populiste n’existent pas. Il faut donc en passer par les urnes, ce que Marx avait compris également puisqu’il distinguait plusieurs types d’organisations révolutionnaires, dont le parti politique.


  • @Lucien

    1/ MLP n’a pas raté son débat de 2007, elle l’a pleinement réussi puisque le rater de la manière la plus outrancière possible était la condition à la fin de l’hallali contre son parti.

    Et en effet, de tous les partis aux élections de 2017, c’est le SEUL survivant dans l’opposition.

    MLP c’est une version réactualisée de la collaboration, hier avec l’Allemagne, aujourd’hui avec l’Empire.

    2/ La droite libérale n’existe pas et n’a jamais existé. Car le propre du libéralisme depuis sa fondation c’ est d’être à gauche. Comme la République sa mère.

    La République n’est pas à gauche : elle est la gauche. Tout et seulement ce qui est dans l’hémicycle est républicain et donc tout ce qui est dans l’hémicycle est à gauche : "la gauche à gauche" hier sociale aujourd’hui libertaire, et "la gauche à droite", hier mercantile aujourd’hui mondialiste.

    La République ce n’est plus que LGBTQ + et Goldman.SAchs : l’Antination militante donc l’anti famille donc l’anti genre (par haine du Créateur).

    Donc, l’Antifrance.

    LC vous êtes à gauche et en dehors de l’hémicycle : Français social, donc Français
    FD, je suis à droite et en dehors de l’hémicyle : Français christique, donc Français.

    il n’y a aucune différence d’appartenance entre nous.

    La seule différence entre nous tient à la FORME de notre baptême :

    - Vous êtes baptisé dans l’Esprit donc totalement en accord avec la Pax christi (le Christ s’il revenait serait votre pote)
    - Je suis baptisé dans l’eau.
    - AS est baptisé dans le sang

    Pour être Français, il faut avoir au moins un de ces trois baptêmes et lui être resté fidèle.
    Si vous avez les trois, vous êtes un saint (français).

    Aucun républicain n’est donc français pour n’avoir aucun de ces baptêmes ou lui être resté fidèle : on ne sert pas deux maitres, la France et l’Antifrance, Marie et sa contrefaçon Marianne.

    Et le RN comme parti républicain puisque dans l’hémicycle, non plus, n’est pas Français puisque au service confessé de Marianne et de ses idéaux mortifères.

    Voilà pourquoi vous votez parce vous avez été abusé.
    Et voilà pourquoi je ne voterai JAMAIS pour les petits cousins de Judas : les républicains.

     

    • Si je vote, ce n’est pas parce que j’ai été abusé mais parce que j’ai essayé tout le reste et que rien ne marche en dehors de la reconquête des institutions. Cette reconquête se fait sur plusieurs échelles, à commencer par les mairies l’an prochain. Vous pouvez laisser les églises se faire cramer, les crèches être attaquées, le pays basculer dans l’anarchie, et les Français se faire génocider, ou alors reprendre le terrain perdu, pied à pied, en plaçant dans les mairies des gens qui vous défendront. Dans la dizaine de villes gérées par le RN, les gens sont très contents, y compris les musulmans et les "minorités". Je ne prêche pas que pour ce parti et ce serait bien qu’il y ait plusieurs partis d’opposition comme DLF ou l’UPR qui gagnent un maximum de communes. Le reste est du baratin théorique ou, pire, métaphysique.


    • Je suis d’accord avec le fait de reprendre très concrètement des places sur le terrain car on n’a pas le choix, par contre non le reste n’est pas du baratin, c’est l’âme de notre pays ! Peut être que ça ne parle plus aux français à cause de la propagande athéiste, mais dans leurs attentes, c’est pourtant ce qu’ils veulent et réclament tout au long de l’année : le retour d’un dirigeant juste et qui sert le peuple, le retour de la solidarité, de la confiance et du respect, le retour d’une police qui les défend réellement, le retour de la justice dans les tribunaux, le retour des valeurs humaines au travail et au sein de la société.. etc etc. Tout ceci a existé en France durant des siècles grâce au christianisme et nous en sommes encore très fortement imprégnés, c’est notre eau, et sortis de cette eau là, les français ne sont plus frères, ils ne se font plus confiance, ils ne croient plus en rien, ils n’ont plus d’espoir, ils se font avoir par les manipulateurs de tous poils, ils ne savent plus comment s’organiser pour se défendre, ils ne savent plus ce qui fait qu’une société tient debout... Ils passent leur temps à se perdre dans l’analyse de micro détails sans voir que tout tient presque au final dans le respect des dix commandements. Après bien sûr, un tel discours ne peut pour l’instant pas être entendu de tous, mais ce n’est pas pour autant qu"il est inutile : les français ont besoin de renouer avec leur identité, et avec leur passé, pour de nouveau pouvoir faire des choix en toutes connaissances de cause. Et puis il vaut mieux agir avec Dieu que sans lui. Vu le nombre de forces en présence, il me parait d’ailleurs assez suicidaire de vouloir s’en passer.


    • Le 28 décembre à 19:16 par Michal
      Je suis d’accord avec le fait de reprendre très concrètement des places sur le terrain car on n’a pas le choix, par contre non le reste n’est pas du baratin, c’est l’âme de notre pays !
      - Ok, je parle de la méthode, pas de l’objectif. Ce que je veux dire, c’est que si vous voulez sauver la chrétienté en France, il va falloir vous impliquer physiquement et matériellement dans la praxis politique concrète de terrain. Les belles paroles, les nobles intentions et les programmes théoriques infaisables du genre "Abolissons la république !" ne nous sauveront pas.


  • Lucien Cerise toujours au top et encore un peu trop sous-estimé.


  • Le 28 décembre à 11:00 par SPQG
    Lucien, ta prémisse "les français ne veulent pas sortir de l’UE" est très discutable voire en partie fausse. En effet, une petite majorité de près de 55% s’est opposée à la Constitution Européenne en 2005.
    -  Le référendum ne concernait pas la sortie de l’UE. En plus, c’était en 2005, presque une génération. Aujourd’hui, je ne suis pas sûr que le "Non" l’emporterait encore.

    De plus le coquelet de l’Elysée interrogé par la BBC a bien admis que si un référendum sur la sortie de l’UE devait avoir lieu en France, c’est le oui à la sortie qui l’emporterait.
    -  Alors comment expliquer que les partis pour le Frexit fassent des scores aussi minables ?

    Ceci dit, les élections européennes de 2019 avaient pour objet la désignation de députés européens croupions, on ne peut donc pas en utiliser les résultats afin d’estimer la part des frexiteurs et des européistes.
    -  Et bien si, justement, puisque c’était un scrutin portant sur l’UE et voté en proportionnelle intégrale. Et malgré cela, Asselineau et Philippot font moins de 1%.

    Bien des anti UE se sont abstenus, la part de l’abstention étant de 49%.
    -  Avec des amis comme ça, on n’a plus besoin d’ennemis. Si les anti-UE ne votent même pas pour soutenir leurs partis à une élection européenne, je crois qu’on ne plus rien pour eux.

    Si l’on considère cela plus 1-la sensibilisation du peuple français aux discours fallacieux et catastrophistes sur le climat (résultat cumulé d’à peu près 20% de verts), 2- et la multiplication des listes, on peut expliquer le faible résultat des partis frexiteurs.
    -  Vous pouvez refaire le match, et chercher avec un peu de mauvaise foi des excuses à la contre-performance des partis frexiteurs. En psychologie, cela s’appelle une « rationalisation ». Mais la réalité, c’est qu’il n’y a aucune excuse à trouver, au contraire : cette élection européenne, c’était LEUR élection, pile dans leur thème de prédilection, et en proportionnelle intégrale, donc pas d’excuse avec le « vote utile » et les calculs sur deux tours. C’est juste que les gens n’ont aucune envie de sortir de l’UE, sinon ils se seraient jetés sur le vote Asselineau ou Philippot.


  • Le 28 décembre à 11:00 par SPQG
    Je subodore même que l’ingénierie sociale prévue pour 2020 sera « ni Macron, ni Le Pen », ceci favorisant le camp national-sioniste représenté probablement par la fraiche émoulue Marion Maréchal, et allant dans le sens des prophéties attaliennes.
    -  « Ni Macron, ni Le Pen », cela a déjà été appliqué en 2017, notamment par l’extrême-gauche, pour faire passer Macron. Attali et Marion Maréchal, c’est une légende urbaine. Attali a bien précisé qu’il n’avait jamais pensé à Marion Maréchal dans ses prédictions, voir cet entretien du 22/04/18 :
    https://www.youtube.com/watch?v=3aF...

    Si une contrepropagande est effectivement à appeler de nos vœux, ce qui est en route mais à petite échelle chez les gilets jaunes (pas de RIC sans Frexit), qu’est-ce qui nous assure que les nouveaux frexiteurs iraient mécaniquement grossir les rangs des électeurs du RN, parti désormais affiché européiste, plutôt que ceux du (voire des) partis univoquement anti-UE ?
    -  Le RN n’est pas européiste mais estime que promettre le Frexit fait perdre des points plutôt que d’en gagner car c’est anxiogène pour trop de gens, voir les piètres résultats de l’UPR et des Patriotes. C’est regrettable mais c’est ainsi. Le jour où le Frexit deviendra une idée populaire, le RN pourra le réintégrer dans son discours.

     

    • « Aujourd’hui, je ne suis pas sûr que le "Non" l’emporterait encore » : c’est donc une hypothèse, hypothèse que je ne partage pas d’ailleurs, mais cette hypothèse parcimonieuse ou pas ne peut soutenir par définition la moindre certitude comme cette affirmation : « les Français ne veulent pas sortir de l’UE ».
      Idem : Je ne sais pas le temps qu’il va faire demain. Donc demain il va pleuvoir et je vais prendre mon parapluie. Conclusion : Ce n’est ni de la politique, ni de la métapolitique, ni de l’ingénierie sociale mais de la logique pure et dure.

      Pour le coquelet et les européennes de 2005 : Il est une explication pourtant simple à appréhender, à savoir le fait de ne pas comparer ce qui n’est pas comparable et plus précisément qu’un effet ne peut s’expliquer par une cause qui n’est pas la sienne. Elire des députés européens et voter lors d’un référendum pour ou contre le frexit ce sont deux scrutins distincts aux enjeux bien différents.
      Idem : Un montreur de puces savantes demande à une de ses puces de sauter. Elle saute ? Il lui arrache toutes les pattes, lui redemande de sauter, elle ne saute pas. Il en conclut qu’elle est devenue source. Conclusion : L’effet est donc associé à une mauvaise cause. Là aussi c’est de la logique pure et dure.

      Les abstentionnistes seraient nos ennemis ? C’est ce que je pensais naguère mais plus maintenant. Comment espérer conquérir le pouvoir par les urnes dans un système corrompu où tout est vicié : nouvelles lois sur « l’équité » du temps de parole, propagande médiatique et tromperies des sondages pour ne parler que de cela ? N’évoquons même pas que le fait de désigner des députés européens ne sert à rien, le vrai pouvoir étant majoritairement entre les mains de commissaires non élus et la BCI. Donner une petite voix à Asselineau et apporter le remboursement des frais de campagne à l’UPR sont certes de louables intentions mais c’est bien peu pour faire bouger et masse les foules. Nigel Farage a eu besoin d’années pour faire naitre l’idée du Brexit et Farage n’est pas Asselineau dans le domaine de la com’.
      Idem : Au bout de combien de temps ceux qui veulent entrer dans un édifice par la porte vont ils s’apercevoir que c’est une fausse porte peinte et que d’autres issues sont à chercher ?


    • Suite et fin :

      « Vous pouvez refaire le match etc etc » : le fait que je ne sois pas d’accord avec toi ne te donne pas le droit de tenter de me « psychologiser » (méthode de bazar), pas plus que de me faire un procès d‘intention ou produire des attaques ad personam. Je ne considère pas ces friandises comme des arguments univoques. Tu me ressorts la comparaison à l’emporte-pièce (pour ne pas dire ne l’espèce « irrationnelle ») entre référendum sur le Frexit et élections européennes (voir ci-dessus).

      Passons sur l’histoire Maréchal-Attali mais notons tout de même au passage que pour toi ce que dit Attali est parole d’Evangile. C’est un point de vue.

      Sur le dernier point concernant le RN tu sous-entend donc que se partie cherche à être élu, ce qui peut se comprendre, mais pas en défendant ses idées ,mais plutôt en cherchant le meilleur appât à électeurs. Stratégie peut-être mais stratégie un brin tordue...
      Idem : Un pêcheur a beau accrocher à son hameçon un asticot gros et gras, un poisson expérimenté, loin d’être fou ou suicidaire, n’ira pas le mordre.


  • Merci Lucien pour votre réponse.

    Je comprends très bien le distinguo que vous faites entre Métapolitique et Politique.Courage et vérité/Diplomatie...

    Seulement rappelez vous ,si vous voulez être efficace : le poisson pourrit par la tête.Si vous désirez vraiment diminuer votre ennemi et économiser de l’énergie et du temps,il serait préférable de ne pas s’attarder sur les symptômes. Visez les causes.Vous n’avez pas l’argent pour combattre.Seuls les raccourcis pourraient vous donner quelque avantage,quelque avance.


  • Les migrants n’arrivent pas sur des bouées, ils partent sur canots pneumatiques neufs qu’on n’achète pas au souk du coin, ils sont ensuite récupérés en mer. Tout ça est intégralement sponsorisé par l’OTAN et l’UE, notamment dans le contexte des guerres qu’elles mènent en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Syrie, au Niger, au Mali, au Darfour, en Somalie, en Érythrée etc, avec le commandement spécial de l’Italie depuis le début.


  • le RN actuelle me fait fortement penser sur certains points au FN des annees 1980 ! marine lepen n,est entourer actuellement que de conseillers megretistes pour qui les idees "de sortie de l,union europeenne" et de "justice sociale" sont des idees "GAUCHISTES !" donc l,evolution du rn version "retour vers le futur" est logique !


  • Si L.Cerise rééduque le RN en montrant l’ingénierie actuelle et donc en évitant leur orientation vers le national-sionisme, tant mieux.
    En effet cela voudrait dire qu’ils comprennent la réalité que l’islam n’est pas terroriste et la vérité que la France a déjà bien assez accueilli de migrants, ce qui attirerait plus de partisans.
    Mais y a du taf, alors bon courage.
    De plus dans un deuxième tour pour gagner face à Macron aucun ou aucune Lepen semble pouvoir l’emportait même d’ici 20 ans, surtout que l’éducation nationale sociétale formant de nouveaux électeurs malgré ou dont à l’aide d’internet est toujours aux mains du pouvoir alors que les anciennes générations plus nationalistes disparaissent bien que beaucoup aient voté pour Macron grâce à la télé.
    Mélenchon si il est sincère et intelligent dans sa nouvelle politique sociale, anti-sioniste et anti-libérale aurait beaucoup plus de chance de l’emporter au cours d’un deuxième tour face à Macron.
    Ceci voulant dire que la France Insoumise va prendre beaucoup plus sévère médiatiquement jusqu’à la présidentielle et le RN comme d’habitude.


  • Le 28 décembre à 18:00 par SPQG
    « Aujourd’hui, je ne suis pas sûr que le "Non" l’emporterait encore » : c’est donc une hypothèse, hypothèse que je ne partage pas d’ailleurs, mais cette hypothèse parcimonieuse ou pas ne peut soutenir par définition la moindre certitude comme cette affirmation : « les Français ne veulent pas sortir de l’UE ».
    -  C’était une formule rhétorique, il est évident que le « Non » serait perdant. Et si les Français voulaient le Frexit, ils se seraient précipités pour voter UPR ou Les patriotes.

    Idem : Je ne sais pas le temps qu’il va faire demain. Donc demain il va pleuvoir et je vais prendre mon parapluie. Conclusion : Ce n’est ni de la politique, ni de la métapolitique, ni de l’ingénierie sociale mais de la logique pure et dure.
    -  Si vous voulez de la logique et des mathématiques, regardez les faits et les chiffres bruts au lieu de persister à les nier en bloc ou à les interpréter pour essayer de vous auto-suggérer que les Français veulent sortir de l’UE. Le rejet ou l’indifférence vis-à-vis du Frexit dans l’opinion publique est parfaitement quantifiable. L’UPR et Philippot sont bien connus pour leur programme anti-UE et pro-Frexit, et pourtant, ça ne décolle pas en nombre de voix.

    Idem : Un montreur de puces savantes demande à une de ses puces de sauter. Elle saute ? Il lui arrache toutes les pattes, lui redemande de sauter, elle ne saute pas. Il en conclut qu’elle est devenue source. Conclusion : L’effet est donc associé à une mauvaise cause. Là aussi c’est de la logique pure et dure.
    -  Si vous voulez analyser les causes de l’échec des partis pro-Frexit, il faut partir de l’effet sans le nier, à savoir que le Frexit parle aujourd’hui à moins de 1% de la population. Évidemment, cet échec ne vient pas d’un rejet volontaire et informé du Frexit, mais de la désinformation dont les Français sont victimes, ainsi qu’à un lent et patient travail de fabrique du consentement à l’UE, ce qui conduit les Français à l’ignorance et à l’incapacité d’analyser d’où viennent les problèmes.

    Les abstentionnistes seraient nos ennemis ? C’est ce que je pensais naguère mais plus maintenant.
    -  Les abstentionnistes votent en fait pour le favori, selon le principe « Qui ne dit mot, consent. » Quand vous avez un duel Macron/Le Pen et que Macron est largement favori, la question est « Allez-vous laisser passer Macron ou pas ? »


  • Le 28 décembre à 18:02 par SPQG
    Le fait que je ne sois pas d’accord avec toi ne te donne pas le droit de tenter de me « psychologiser » (méthode de bazar), pas plus que de me faire un procès d‘intention ou produire des attaques ad personam.
    -  Ce n’est pas la question d’être d’accord avec moi, soyez d’accord avec les faits. Si les Français voulaient fermement et en majorité sortir de l’UE, comme les Britanniques veulent fermement et en majorité sortir de l’UE, les Français chercheraient dans l’éventail des partis ceux qui promettent la sortie de l’UE et ils voteraient fermement et en majorité pour ces partis. Les Français ont-ils voté fermement et en majorité pour les partis pro-Frexit aux dernières européennes ? Non. Aujourd’hui, après ce test électoral assez radical (moins de 1%), prétendre que les Français veulent sortir de l’UE nous fait basculer dans l’irrationnel. Une telle persistance dans la négation des faits est un phénomène psychologique nommé « effet de gel » : on s’attache aux idées et croyances auxquelles on s’est identifié et l’on tend à s’y pétrifier même quand elles sont démenties par les faits.

    Passons sur l’histoire Maréchal-Attali mais notons tout de même au passage que pour toi ce que dit Attali est parole d’Evangile. C’est un point de vue.
    -  Une rumeur dit qu’Attali aurait prédit sur un plateau de télé que Marion Maréchal serait la prochaine présidente. Si vous avez une source qui confirme cette rumeur, je suis preneur, car la seule source que j’ai trouvée sur ce thème dit exactement le contraire.

    Sur le dernier point concernant le RN tu sous-entend donc que se partie cherche à être élu, ce qui peut se comprendre, mais pas en défendant ses idées ,mais plutôt en cherchant le meilleur appât à électeurs. Stratégie peut-être mais stratégie un brin tordue...
    -  Un parti politique n’a pas à avoir d’idées, il doit simplement écouter ce que demande le peuple. Le peuple ne demande pas le Frexit, donc inutile de lui en parler. Cette stratégie « tordue » permet d’arriver en tête aux dernières européennes, alors que les partis pro-Frexit font moins de 1% car ils ne parlent pas au peuple.

    Idem : Un pêcheur a beau accrocher à son hameçon un asticot gros et gras, un poisson expérimenté, loin d’être fou ou suicidaire, n’ira pas le mordre.
    -  Aujourd’hui, le poisson n’a pas envie de sortir de l’UE, et si vous croyez que le Frexit est un appât, vous faites moins de 1%. Persister dans cette impasse est fou et suicidaire.


  • Le 28 décembre à 16:51 par SPQG
    Il s’agit donc ici, non pas de brocarder les diverses réactions identitaires justifiées, pour autant qu’elles découlent d’attaques prioritaires comme par exemple l’américanisation outrancière de notre culture nationale, mais plutôt d’épingler les excès, les errances ou réactions induites par les attaques des picadors zemmouriens.
    -  Ce discours date un peu. À côté de l’américanisation, il y a aussi l’islamisation et l’africanisation, mais c’est dans d’autres quartiers, où les Français de souche sont en cours de remplacement physique, et non simplement culturel. On assiste à une véritable épuration ethnique - un génocide, quoi ! - visant les Blancs et les chrétiens. Sans oublier le projet de « densifier l’immigration dans les campagnes » annoncé publiquement par Manuel Valls et appliqué scrupuleusement depuis 2015. Et c’est en France, pas à l’autre bout du monde. La partition territoriale sur une base identitaire est déjà bien entamée et irréversible. Les « picadors zemmouriens », comme vous dites, sont même souvent en retard sur la réalité. ;-)


  • À Lucien Cerise

    En 2022 ce n’est très probablement pas encore Marine qui sera élue ; ce qui donne encore (et au moins) 8 ans au Système haut-bourgeaois ... c’est beaucoup !

    Par ailleurs, on voit bien que cette bourgeoisie n’est pas seulement en marche pour détruire les acquis sociaux ou l’État providence : elle est également en pleine entreprise de destruction de la culture française, et de ce qui est en son centre : la langue française.

    Et enfin, au cours des deux derniers siècles, on a vu ce dont cette classe était capable pour garder le pouvoir ...
    Histoire de La Commune, utilisation de Napoléon Bonaparte, etc., etc.
    Cette classe est prête à tout : collusion avec l’ennemi, meurtres de masse sur les Français, ...

    Donc :
    - Ne serait-il pas plus judicieux de créer notre propre état de droit, dès maintenant ?

    N’attendons pas de prendre le pouvoir : prenons-le, construisons-le.

    Ce pourrait d’ailleurs être vu comme un prolongement de la grève générale ; mais plutôt que de cesser de fournir notre force de travail au Système, nous continuerions de fournir cette force de travail pour notre propre système.

    Le travail des GJ constituants pourrait être utilisé.
    Les principes du CNR seraient appliqués pleinement.
    Les règles sociétales excluraient le mariage homosexuel, la GPA, etc.
    Des caisses réparties sur toute la France, en argent liquide ou en monnaie locale, pourraient très bien être mises en œuvre pour les diverses protections sociales.

    Bien-sûr ce droit serait hors-la-loi.

    Mais s’il est outillé par l’informatique chiffrée, il serait indétectable.

    Quant au risque d’infiltration, on le limiterait en amont par les mécanismes d’authentification forte, et en aval par le mécanisme de cloisons étanches.

     

    • Je suis d’accord sur le constat. Pour ce qui concerne les solutions que vous proposez, j’ai déjà cogité à ce genre d’organisation semi-clandestine et j’en ai conclu que c’était infaisable sans de gros moyens. Allez-y, essayez de lancer ce réseau secret et vous verrez les difficultés insurmontables auxquelles vous serez affronté, et qui sont d’ordre matériel mais aussi psychologique, à savoir comment insuffler la motivation à des milliers de gens sans "récompense" à court terme alors qu’il faut bien vivre et qu’une journée ne compte que 24h, et surtout sans se faire infiltrer par le pouvoir. Pour que ça marche rapidement, il faut tout de suite les moyens importants d’un État ou d’un sponsor financier privé du style Soros et son Open Society. Or, le Français moyen n’a rien de tout ça. Par défaut, par élimination, après avoir testé toutes les solutions que je qualifierais de "romantiques" quand les moyens ne sont pas là, j’en suis revenu au parti politique conventionnel.


    • À Lucien Cerise

      Merci pour votre réponse.

      Effectivement ... ce que vous dites est très juste, et réaliste.

      Mais peut-être faut-il avoir plusieurs fers au feu, et partant, ce genre de solution vaut-elle d’être tentée.

      D’autant que souvent, on apprend à marcher en marchant.

      Le Système doit être cerné, harcelé.
      Et nous devons nous penser comme une meute de prédateurs.

      Bien que je sois totalement d’accord avec votre réponse, je pense que cela mérite tout de même d’être tenté.

      Salut à vous, à nous tous.


  • A Olivier_8

    Pour "se penser comme un prédateur",il faudrait cesser d’avoir de l’empathie pour les autres.Impossible si vous en avez,si vous avez été éduqué dans l’idée qu’autrui valait autant sinon plus que vous....
    La majorité de la population pense d’une façon ou d’une autre à son prochain plutôt en termes bienveillants.Le problème,c’est la couardise.

    Lucien a raison sur la réalité du terrain...Il est balisé,presque totalement quadrillé et la surveillance totale à venir limitera encore davantage de façon désastreuse toute tentative d’action collective ou individuelle qui sorte du sillon....


  • A Olivier_8

    Par ailleurs,le Système ne peut pas être cerné ni harcelé.C’est une entité floue.Ce sont les gens qui peuvent l’être et il me semble que personne n’a envie d’être l’objet d’un harcèlement.C’est d’une injustice sans nom.

    Aimeriez vous être harcelé,cerné pour vos opinions pour la simple raison que ce sont les vôtres ?
    En effet,il faudrait être un psychopathe,un prédateur pour agir ainsi.Quel intérêt d’être comme ceux que l’on dénonce ?
    Si vous entendez par Système,les institutions et les organisations,c’est illégal et cela aura un effet boomerang.Vous seriez perdu.

    Le mieux serait qu’au niveau métapolitique,il s’opère un changement significatif dans la façon de procéder avec des représentants irréprochables...


  • Les interventions de Lucien Cerise sont toujours très riches, j’adorerais m’asseoir avec lui pour échanger des idées.


  • Ce libéralisme démocratique, ou capitalisme progressiste, n’a rien de contextuel ou de superficiel, contrairement aux apparences métapolitiques, politiques et économiques, il est une étape , un moyen indispensable pour gouverner globalement, car seul le déplacement de certaines forces (ex:industrie, services, internet) vers le privé pouvait garantir à la fois une tutelle étatique non autoritaire et l’illusion du choix... et la légitimité d’une ONU (d’une Europe) à l’aura un peu moins coloniale (ex : Chine en Afrique, Turquie en Syrie, Russie dans l’ISS).

    Quant au fond, c’est de la cosmologie pure et dure, ça a quelques milliers d’années et ce n’est pas à prendre à la légère, car ça progresse exponentiellement .

    Bref, le meilleur moyen de se prémunir des armes du futur c’est, bêtement, de ne pas les créer. Il n’y a pas d’alternative, on est soit sauvage, soit d’élevage.


  • "Comprendre l’empire" à été une révélation pour moi également.
    Depuis j’ai lu la quasi totalité de l’œuvre de Alain Soral et KK a été et reste une source de réflexion, de compréhension, incontournable.
    Lucien Cerise, que j’ai découvert lors d’une conférence d’E&R au Havre (rare hélas), nous permet par son travail, lui, de visualiser/déceler l’outil/les outils, très virtuels finalement, utilisés par l’empire et donc de conscientiser et résister à cette puissance de façon, comment dire, Logique en gérant ce coté émotionnel dont nous sommes tous plus ou moins porteur. Dans ce cas la vision est plus claire.
    Bien entendu il ne faut pas oublier Messieurs Youssef Hindi, Vernochet, Hillard... et évidement toute une littérature antérieure.
    Ajoutons à cela, pour leurs analyses et commentaires : Mr K ; l’excellent Pierre-Marie ; Béa, le duo de choc Debrague/Korias...
    N’importe qui mettant un tant soi peu le cerveau dans tout ça ne peut plus ne pas voir.
    Ceci dit j’aime beaucoup le boulot de Lucien.
    Bien à vous.


Commentaires suivants