Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La question crypto-juive et ses origines bibliques

« C’est quoi un néoconservateur, Papa ? »

 

« C’est quoi un néoconservateur ? » demanda George W. Bush à son père un jour de 2003 (après trois ans à la Maison-Blanche et une guerre d’Irak sur le feu).

« Tu veux des noms, ou une description ? répondit Bush père.
- Description.
- Eh bien, je te la donne en un mot : Israël [1]. »

L’essentiel est dit : les néoconservateurs sont des crypto-sionistes, dans la mesure où leur loyauté va exclusivement – et non seulement partiellement – à Israël. Dans leur cas, Israël doit être entendu au sens donné par leur mentor Leo Strauss, c’est-à-dire comme incluant la puissante diaspora américaine. Dans sa conférence de 1962 intitulée « Pourquoi nous restons juifs », Strauss cite comme étant « l’affirmation la plus profonde et la plus radicale sur l’assimilation que j’ai lue », l’aphorisme 205 de L’Aurore de Nietzsche, où le philosophe allemand écrit sur le « peuple d’Israël » « Il ne leur reste plus qu’à devenir les maîtres de l’Europe ou à perdre l’Europe. […] Un jour, l’Europe pourrait tomber comme un fruit mûr dans leur main qui n’aurait qu’à se tendre. En attendant, il leur faut, pour cela, se distinguer dans tous les domaines […] jusqu’à ce qu’ils en arrivent eux-mêmes à déterminer ce qui distingue [2]. » Remplacez « Europe » par « Occident » et vous avez le meilleur résumé possible de ce que signifie réellement la stratégie d’assimilation pour les néoconservateurs straussiens.

La preuve du crypto-israélisme des néoconservateurs est leur politique étrangère américaine, qui a toujours coïncidé avec l’intérêt supérieur d’Israël. Avant 1967, l’intérêt d’Israël reposait fortement sur l’immigration juive en provenance d’Europe de l’Est. À partir de 1967, lorsque Moscou a protesté contre l’annexion des territoires arabes en fermant l’émigration juive, les intérêts d’Israël ne dépendaient que du soutien militaire américain et incluaient la victoire des États-Unis à la guerre froide. C’est à partir de cette date que les membres du bureau éditorial du magazine Commentary (organe de l’American Jewish Committee) firent l’expérience de leur conversion au « néoconservatisme », et que Commentary devint, selon l’expression de Benjamin Balint, « le magazine consciencieux qui transforma la gauche juive en droite néoconservatrice [3]. » Irving Kristol expliqua devant l’American Jewish Congress en 1973 pourquoi l’engagement contre les guerres impérialistes américaines n’étaient plus une bonne chose pour Israël :

« Il est maintenant dans l’intérêt des juifs d’avoir un grand et puissant appareil militaire aux États-Unis. [...] Les juifs américains qui se préoccupent de la survie de l’État d’Israël doivent dire "non, nous ne voulons pas réduire le budget militaire, il est important de garder un gros budget militaire, afin de pouvoir défendre Israël" [4]. »

On comprend mieux de quelle réalité voulait parler Kristol, lorsqu’il définissait, dans une phrase restée célèbre, un néoconservateur comme « un libéral [au sens américain d’homme de gauche] qui s’est fait agresser par la réalité [5]. »

Avec la fin de la guerre froide, l’intérêt national d’Israël a de nouveau changé. L’objectif principal devint de détruire des ennemis d’Israël au Moyen-Orient, en entraînant les États-Unis dans une troisième guerre mondiale. Les néoconservateurs ont alors vécu leur deuxième conversion, se transformant d’anti-communistes farouches en croisés du « Choc des civilisations » et de la « Guerre contre la Terreur ». Le thème du Choc des civilisations fut inventé en 1990 par l’idéologue néoconservateur Bernard Lewis dans un article sur « Les racines de la rage musulmane », et l’on chargea le goy Samuel Huntington d’en faire un livre.

Le livre de Huntington fut traduit en cinquante langues et commenté par la presse du monde entier. Jamais auparavant un livre de géopolitique n’avait fait l’objet d’un tel battage médiatique international. Entre 1992 et 1994, une parodie de débat intellectuel a eu lieu dans la presse, opposant d’un côté Francis Fukuyama (membre du PNAC) et sa ridicule prophétie de la « fin de l’histoire » et, de l’autre côté, Samuel Huntington et le « choc des civilisations ». Cette mise en scène préparait les attentats du 11 septembre 2001, qui validèrent la thèse de Lewis/Huntington de la manière la plus dramatique. Entretemps, le Choc des civilisations avait aussi été largement relayé par Hollywood (voir le documentaire de Jack Shaheen, Real Bad Arabs : How Hollywood Vilifies a People).

En septembre 2001, les néoconservateurs obtinrent le « Nouveau Pearl Harbor » qu’ils avaient appelé de leurs vœux dans un rapport du PNAC un an plus tôt. Deux douzaines d’entre eux avaient été introduits à des postes clés pour l’exploiter : Scooter Libby assistait Dick Cheney à la vice-présidence ; Richard Perle, Paul Wolfowitz et Douglas Feith étaient au Pentagone autour de Donald Rumsfeld ; David Wurmser était au Département d’État pour encadrer Colin Powell ; Philip Zelikow et Elliott Abrams chaperonnaient Condoleezza Rice au Conseil National de Sécurité. Notons qu’Elliott Abrams est l’auteur un an plus tôt de ces lignes : « En dehors de la terre d’Israël, il ne peut y avoir de doute que les juifs, fidèles à l’alliance entre Dieu et Abraham, doivent se tenir à l’écart de la nation dans laquelle ils vivent. Il est inhérent au fait d’être juif d’être séparé – sauf en Israël – du reste de la population [6]. »

Quant à Richard Perle, Douglas Feith et David Wurmser, ils co-rédigèrent en 1996 un rapport israélien secret intitulé A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm, adressé au Premier ministre Benjamin Netanyahou pour l’inciter à rompre avec les accords d’Oslo de 1993 qui engagent Israël à restituer les territoires occupés depuis 1967 et à démanteler les colonies illégales [7]. Selon le conservateur authentique Patrick Buchanan (surnommé ironiquement Monsieur Paléoconservateur), la guerre d’Irak est la preuve que le plan « a été imposé aux États-Unis par Perle, Feith, Wurmser et compagnie [8]. »

Colin Powell, selon sa biographe Karen DeYoung, pestait en privé contre le « petit gouvernement séparé » composé de « Wolfowitz, Libby, Feith, et le bureau de la Gestapo de Feith [9] », mais néanmoins céda à leurs pressions et leur accorda la guerre d’Irak. Son ancien directeur de cabinet Lawrence Wilkerson dénonça ouvertement, mais aussi un peu tard, la duplicité des néoconservateurs tels que Wurmser et Feith, qu’il considérait comme virtuellement des « membres encartés du Likoud ». « Je me suis souvent demandé si leur allégeance première allait à leur propre pays ou à Israël […], parce qu’il y avait tant de choses dans ce qu’ils disaient et faisaient qui semblaient refléter davantage l’intérêt d’Israël que le nôtre [10]. » En d’autres termes, il y a quelque chose qui sonne faux lorsque les néoconservateurs disent « nous les Américains », par exemple Paul Wolfowitz déclarant le 11 avril 2002 :

« Depuis le 11 Septembre, nous autres Américains avons une chose en commun avec les Israéliens. En ce jour l’Amérique fut frappée par des attentats-suicides. À ce moment-là, chaque Américain comprit ce que signifiait vivre à Jérusalem, ou Netanya ou Haïfa. Et depuis le 11 Septembre, les Américains savent maintenant pourquoi nous devons nous battre et gagner la guerre contre le terrorisme [11]. »

La capacité des néoconservateurs de tromper le public américain avec la complicité des grands médias, en se faisant passer pur des patriotes américains et non israéliens, suppose que leur judéité reste un sujet tabou, et Carl Bernstein, bien que juif lui-même, fit scandale en évoquant en 2013 sur une chaîne de télévision nationale la responsabilité des « néoconservateurs juifs » ("Jewish neocons”) dans la guerre d’Irak [12].

Mais le fait que la destruction de l’Irak fut orchestrée au profit d’Israël est aujourd’hui largement admis, grâce au livre de John Mearsheimer et Stephen Walt, Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, paru en 2007. Et même les meilleurs menteurs se trahissent parfois. Philip Zelikow ne put s’empêcher de révéler durant une conférence à l’Université de Virginie le 10 septembre 2002 :

« Pourquoi l’Irak attaquerait-il l’Amérique ou utiliserait-il des armes nucléaires contre nous ? Je vais vous dire ce qui est, à mon avis, la véritable menace, et qui l’a été depuis 1990 : c’est la menace contre Israël. C’est la menace qui n’ose pas dire son nom, parce que les Européens ne se préoccupent pas beaucoup de cette menace, je vous le dis franchement. Et le gouvernement américain ne veut pas trop s’appuyer sur elle rhétoriquement, parce que ce n’est pas un thème vendeur [13]. »

Norman Podhoretz, rédacteur en chef de Commentary (et beau-père d’Elliott Abrams), a écrit qu’après juin 1967, Israël est devenu « la religion des juifs américains [14] ». Naturellement, en dehors de la communauté juive, cette religion doit rester discrète, si possible même secrète, et se déguiser en patriotisme américain. En s’appuyant sur les chrétiens sionistes, les néoconservateurs ont perfectionné ce patriotisme américain factice, totalement profitable à Israël et désastreux pour les Américains – un pseudo-américanisme qui n’est en réalité qu’un crypto-israélisme. Ce crypto-israélisme est très comparable au crypto-judaïsme qui a joué un rôle si déterminant dans la chrétienté depuis la fin du 14e siècle. Il est donc intéressant de se pencher sur cet arrière-plan historique pour une meilleure compréhension de cette pratique du cryptisme qui est constitutive de la politique juive.

 

Une brève histoire des crypto-juifs

Les juifs officiellement baptisés dans l’Église catholique mais secrètement fidèles au judaïsme existent depuis le début du Moyen Âge, et leur nombre n’a cessé de croître après la centralisation du pouvoir papal en Europe occidentale à partir du 11ème siècle. Le cinquième édit du quatrième Concile du Latran (1215) concerne précisément le problème de ces faux convertis et de leur mauvaise influence sur les autres chrétiens. Dans de nombreux cas, leur conversion répondait à une menace d’expulsion. Mais elle s’accommodait bien à leur tradition juive, et en particulier avec la prière rituelle de Kol Nidre, solennellement déclamée trois fois à la synagogue la veille de Yom Kippour :

« De tous les vœux, les engagements, les serments, les anathèmes que l’on pourrait prendre, faire, jurer ou promettre, ou par lesquels nous pourrions nous lier d’une manière quelconque entre ce jour de l’expiation et le prochain, nous nous repentons par avance. Puissent-ils être absous, pardonnés, annulés, nuls et non avenus ; ils ne doivent nous lier d’aucune manière, ni avoir un pouvoir quelconque sur nous. Les vœux ne doivent pas être considérés comme des vœux, les obligations ne doivent pas être obligatoires, ni les serments être des serments [15]. »

Cette prière rituelle était déjà en usage dans l’ensemble des communautés juives d’Europe au 12ème siècle. 

Le phénomène du crypto-judaïsme atteignit une nouvelle échelle à la fin du 14ème siècle en Espagne et au Portugal. En un quart de siècle (1391-1415), les pressions, les menaces et les sermons ont fait plus de cent mille convertis juifs. Libérés des restrictions imposées aux juifs, ces convertis, appelés « nouveaux chrétiens », Conversos ou Marranos, ont connu une ascension socio-économique fulgurante. Selon l’historien juif Yirmiyahu Yovel, « les conversos s’engouffrèrent dans la société chrétienne et s’infiltrèrent dans la plupart de ses interstices. Au bout d’une ou deux générations, ils étaient dans les conseils de Castille et d’Aragon, exerçaient les fonctions de conseillers et d’administrateurs royaux ou étaient aux commandes de l’armée et de la flotte, et dans toutes les charges ecclésiastiques, de prêtre de paroisse jusqu’à évêque et cardinal. Ceux qui souhaitaient conserver une part juive secrète dans leur identité se réfugièrent parfois dans des monastères catholiques. Les conversos étaient prêtres et soldats, politiciens et professeurs, juges et théologiens, écrivains, poètes et conseillers juridiques – et naturellement, comme par le passé, médecins, comptables et négociants de haut vol. Certains s’allièrent par mariage aux plus grandes familles nobles d’Espagne […] Leur ascension et leur pénétration dans la société furent d’une ampleur et d’une rapidité étonnantes [16]. » La plupart des convertis continuaient de se marier entre eux, et nombre d’entre eux « judaïsaient » :

« Ils observaient secrètement certains rites juifs, s’abstenaient autant que possible de manger des aliments interdits, pratiquaient la prière silencieuse, murmuraient de vieilles formules et des bénédictions juives, et enseignaient à leurs enfants qu’ils seraient sauvés par la Loi de Moïse et non par celle du Christ ; ils se considéraient en attendant comme des captifs dans la “terre de l’idolâtrie” et attendaient leur propre Messie. »

En 1492, Ferdinand et Isabelle décident, par le Décret de l’Alhambra l’expulsion définitive des juifs qui refusent de se convertir, sous le prétexte de leur mauvaise influence sur leurs frères convertis, qu’ils harcelaient en « les invitant à des réunions où ils leur expliquent les fêtes juives qu’il est d’usage d’observer, essayant de les circoncire eux et leur enfants, etc. » Environ 40 000 juifs choisirent le baptême, tandis que 120 000 émigrèrent, principalement au Portugal, triplant le nombre de Juifs dans ce pays. Comme toujours en pareil cas, ceux qui préféraient l’exil à l’apostasie emportaient avec eux un ressentiment plus profond contre le catholicisme. Leur ressentiment s’aggrava lorsque, quatre ans après le décret de l’Alhambra, le roi du Portugal Manuel Ier publia un décret similaire, à la différence que pour ne pas être privé de la manne financière des juifs, il leur interdisait de quitter le royaume ; en pratique, cela signifiait la conversion ou la mort. Cependant, il leur garantit qu’aucune enquête ne serait menée sur leur vie religieuse pendant une période de vingt ans (une garantie renouvelée en 1512 et à nouveau en 1524). Le Portugal comptait désormais environ 12 % de nouveaux chrétiens, concentrés dans les villes où ils représentaient un quart à un tiers de la population. C’est dans ces conditions propices qu’ils ont appris et perfectionné l’art de mener une double vie. En 1507, le roi Manuel leur a finalement permis de quitter le royaume. Les Marranes expatriés, souvent simplement appelés « Portugais », sont rapidement devenus des hommes d’affaires internationaux de premier ordre, échangeant en toute confiance des lettres de change. Ils « instaurèrent le premier modèle prémoderne, quoique fragmenté, de globalisation économique », et « ne tardèrent pas à se hisser au premier rang dans le commerce international, à monopoliser virtuellement le marché de certaines denrées, comme le sucre, à participer à un moindre degré au commerce des épices, des bois rares, du thé et du café ainsi qu’au transport des esclaves [17] ».

Quand, en 1540, le nouveau roi portugais João III introduisit l’Inquisition selon le modèle espagnol, traquant les judaïsants portugais dans toute l’Europe et même dans le Nouveau Monde, la haine des marranes judaïsants envers la foi catholique qu’ils devaient simuler s’intensifia. Leur pratique du secret se développa aussi, au point de devenir, selon Nathan Wachtel, « une composante essentielle de la ferveur religieuse elle-même », qui « marque en définitive ce que l’on peut appeler le style de vie marrane : le secret exalté en tant que valeur en soi, et signe d’éminente vertu [18]. »

Ce que cette triste histoire prouve, c’est que les monarques portugais ont une lourde responsabilité dans l’aggravation du « problème crypto-juif ». Mais ils ne l’ont pas créé. La dissimulation est une tradition juive et elle est profondément enracinée dans la Bible. La figure biblique d’Esther, la juive clandestine qui, en se glissant dans le lit du roi de Perse, le disposa favorablement envers les juifs, était particulièrement populaire chez les judaïsants ; des générations de marranes feront de sainte Esther leur patronne [19]. Ceci est significatif car la légende d’Esther est aussi une pierre angulaire de la culture juive : chaque année, les juifs célèbrent la fin heureuse de l’histoire (le massacre de 75 000 Persans par les juifs) lors de la fête de Pourim.

Les nombreux crypto-juifs qui devinrent moines ou prêtres, dont certains accédèrent à d’importantes fonctions ecclésiastiques, trouvaient une justification dans leur Bible hébraïque, où ils pourraient lire : « Rébecca prit les plus beaux habits d’Ésaü, son fils aîné, qu’elle avait à la maison, et en revêtit Jacob, son fils cadet. […] Jacob dit à son père : “Je suis Ésaü, ton premier-né” » (Genèse 27,15-19). Si Jacob, alias Israël, a trompé son frère Ésaü (nom de code de l’Église romaine pour les juifs) pour le dépouiller de son droit d’aînesse en s’habillant comme lui, pourquoi n’en ferait-il pas de même ?

L’ordre des jésuites, en particulier, attira de nombreux marranes, ce qui a suscité des enquêtes et procès de l’Inquisition [20]. L’ordre de Saint-Jérôme était lui aussi connu pour son accueil libéral des juifs convertis. L’un des moines éminents de l’ordre, frère Hernando de Talavera, était le confesseur d’Isabelle la Catholique [21]. Fray Vicente de Rocamoro, confesseur de Marie-Anne (fille de Philippe III d’Espagne et future impératrice), disparut soudainement et réapparut en 1643 dans la communauté juive d’Amsterdam sous le nom d’Isaac de Rocamora [22].

Le rôle des Marranes fut important dans le mouvement calviniste. Lorsque l’Angleterre a cherché à saper le contrôle de l’Espagne sur les Pays-Bas, elle a bénéficié du soutien de nombreux crypto-juifs reconvertis du catholicisme au calvinisme. Selon l’historien et journaliste juif Lucien Wolf, « les marranes d’Anvers avaient pris une part active dans la Réforme, rejetant leur masque de catholicisme sous le prétexte tout aussi creux de calvinisme. […] Simuler le calvinisme leur a apporté de nouveaux amis qui, comme eux, étaient les ennemis de Rome, de l’Espagne et de l’Inquisition. […] De plus, c’était une forme de christianisme qui se rapprochait de leur judaïsme simple [23]. »

Une conception raciste de la judéité est devenue une caractéristique de la culture marrane. Ayant été forcés de changer de religion, les Marranes ont minimisé l’importance de la religion et interprété leur judéité en termes raciaux, se considérant comme fondamentalement juif indépendamment de leur religion. Ce sont les Marranes qui ont diffusé les premières théories racistes : en 1655, Isaac La Peyrère, un Marrane de Bordeaux, affirme dans son traité Præadamitæ qu’Adam est l’ancêtre de la race juive, alors que les autres races sont issues d’une humanité préadamique dépourvue d’âme [24].

Les Marranes portugais et leurs descendants ont eu une influence profonde et durable sur l’histoire économique, culturelle et politique du monde. Un exemple notable est Benjamin Disraeli, Premier ministre de la reine Victoria de 1868 à 1869 et de 1874 à 1880. Son grand-père, descendant d’une famille marrane portugaise retournée au judaïsme à Venise, s’était installé à Londres en 1748. Son père, Isaac D’Israeli, auteur d’un livre sur Le Génie du judaïsme, avait fait baptiser toute sa famille quand Benjamin avait treize ans, par pur opportunisme, les carrières administratives étant encore fermées aux juifs. Disraeli se définissait comme « Anglican de race juive » et Hannah Arendt le décrit comme un « fanatique de la race » fantasmant sur la supériorité et le destin dominateur des juifs [25].

Disraeli est aussi « le véritable créateur de l’Empire britannique », comme l’écrit Nahum Goldmann [26], puisque c’est lui qui, en 1876, fit proclamer la reine Victoria Impératrice des Indes par le Royal Titles Act de 1876, faisant d’elle l’égal et le rival de l’empereur de Russie. C’est Disraeli qui organisa la prise de contrôle britannique du canal de Suez en 1875, grâce au financement de son ami Lionel Rothschild (opération qui a également consolidé le contrôle des Rothschild sur la Banque d’Angleterre). Mais Disraeli peut également être considéré comme l’un des précurseurs du sionisme puisque, bien avant Theodor Herzl, il a essayé d’inscrire la « restauration d’Israël » à l’ordre du jour du Congrès de Berlin, et tenter de convaincre le sultan ottoman de concéder la Palestine aux juifs en tant que province autonome.

Quelle était la vraie motivation de Disraeli derrière sa politique étrangère ? A-t-il cru que le destin des Britanniques était de conquérir le monde ? Ou bien considérait-il l’Empire britannique comme l’instrument de la réalisation de la destinée de la nation juive ? En amarrant le canal de Suez aux intérêts britanniques, a-t-il simplement cherché à damer le pion aux Français, ou bien a-t-il jeté les bases de la future alliance entre Israël et l’empire anglo-américain ? Personne ne peut répondre à ces questions avec certitude. Mais ses contemporains se les posaient. William Gladstone, son concurrent de longue date, l’accusa de « prendre la politique étrangère britannique en otage de ses sympathies juives [27] ».

Lorsque Disraeli fait dire au héros de son roman Tancrède (1847), un juif promu Lord tout comme Disraeli lui-même : « Nous souhaitons conquérir le monde, conduit par des anges, afin d’amener l’homme au bonheur, sous la souveraineté divine », qui représente ce « nous » ? C’est la même question qui vient à l’esprit lorsque Wolfowitz dit « nous les Américains ». L’affaire Disraeli est éclairante parce que la question de son crypto-sionisme reflète, il ya un siècle et demi, la question du crypto-sionisme de Disraeli ou des néo-conservateurs aujourd’hui.

 

La Haskala et la mascarade religieuse

Dans sa perspective évolutionniste, Kevin MacDonald voit naturellement le crypto-judaïsme comme « un cas authentique de cryptisme tout à fait analogue aux cas de camouflage mimétique dans le monde naturel ». Cela s’applique même, selon MacDonald, aux convertis sincères qui maintiennent néanmoins un séparatisme de groupe, ceux qui, tout en acceptant de bon cœur l’eau du baptême, estiment que celle-ci n’a pas changé la nature du sang qui coule dans leurs veines, et qui éprouvent le besoin de maintenir la pureté de ce sang juif. Ces personnes « se rendent en fait plus invisibles aux yeux de la société environnante que les crypto-juifs, parce qu’ils vont à la messe régulièrement, ne se font pas circoncire, mangent du porc, etc., et n’éprouvent en faisant cela aucun cas de conscience. […] L’acceptation psychologique du christianisme était sans doute le meilleur moyen de préserver le judaïsme comme stratégie d’évolution de groupe durant la période de l’Inquisition [28]. »

MacDonald étend son analyse darwinienne au judaïsme lui-même, qui sert selon lui de masque religieux au combat de l’ethnie juive pour la suprématie. Cela s’applique particulièrement au mouvement Haskala, qui, sous la direction de Moïse Mendelssohn (1729-1786), a prétendu confiner la judéité dans la sphère religieuse et a encouragé les juifs à s’engager pleinement dans la culture des Gentils. Les réformes en faveur de l’émancipation complète des juifs de toute discrimination ont rapidement suivi : désormais considérés comme membres d’une confession religieuse, les juifs sont devenus égaux en droit aux catholiques et aux protestants. Pourtant, la plupart des juifs sont restés aussi endogamiques qu’avant et étrangement indifférents à la conversion de quiconque. Au contraire, beaucoup se sont convertis à diverses formes de christianisme, car si le judaïsme n’est plus qu’une religion et que l’assimilation est le but, pourquoi ne pas choisir la religion majoritaire de la nation hôte ? C’est ainsi que résonnait Heinrich Heine (1797–1856), converti au luthéranisme (tandis que deux de ses frères se convertirent respectivement au catholicisme et à l’orthodoxie), mais qui écrivit dans son dernier livre Romanzero : « Je ne fais pas secret de mon judaïsme, auquel je ne suis pas retourné, puisque je ne l’ai jamais quitté [29]. »

Selon Gilad Atzmon, le slogan de la Haskala : « Sois un juif sous ta tente mais un homme dans la rue » est fondamentalement malhonnête. « Le juif de la Haskalah est destiné à vivre sur un mode trompeur et double, si ce n’est même pratiquement dans un état de schizophrénie [30]. »

Le judaïsme réformé, qui est l’héritier de la Haskala, est tout aussi trompeur, car, tout en affirmant haut et fort « Nous ne nous considérons plus comme une nation, mais comme une communauté religieuse » (Conférence de Pittsburgh, 1885), il a remis à l’honneur une théorie messianique qui attribue un rôle exalté à Israël en tant que messie des nations. « Le judaïsme réformé, écrit le rabbin Kaufmann Kohler, a donc adopté la croyance qu’Israël, le Messie souffrant des siècles, deviendra, à la fin des temps, le triomphant Messie des peuples » ; « le peuple juif est le Serviteur du Seigneur, le Messie souffrant des nations, qui a donné sa vie en sacrifice expiatoire pour l’humanité et qui a offert son sang en guise de ciment pour construire le royaume de vérité et de justice [31]. » Le caractère mimétique de ce messianisme ne peut tromper personne : c’est une récupération pure et simple de la christologie chrétienne, une gigantesque supercherie destinée à camoufler la nature véritable du judaïsme, qui reste au service d’Israël et de son projet dominateur. Il y a, avouons-le, du génie darwinien dans cette façon de retourner la crucifixion du Christ par « les juifs » (selon la conception paulinienne et traditionnelle) en symbole de la crucifixion des juifs par les chrétiens.

Le sionisme politique, né à peu près simultanément au judaïsme réformé, en dénonçait à juste titre la supercherie. Moses Hess, précurseur de Herzl avec son livre Rome et Jérusalem (1862), critique les juifs qui, pour obtenir l’émancipation, refoulent leur sentiment national. « Les juifs sont autre chose que les "fidèles d’une religion" : ils sont une communauté, un peuple, une nation » ; « La religion juive, c’est d’abord le patriotisme juif » ; « Un Juif continue à appartenir au judaïsme par ses origines raciales, même si lui-même ou ses ancêtres ont renié le judaïsme [32]. »

Cependant, vue la tournure qu’il a pris, on peut se demander dans quelle mesure le sionisme n’était pas lui aussi une entreprise destinée à tromper les Gentils par une forme de mimétisme darwinien. Le sionisme a imité les mouvements nationalistes apparus en Europe dans le sillage de Napoléon, mais, dans la mesure où il s’enracinait dans l’histoire biblique (avec la revendication de la Palestine mais aussi la résurrection de l’hébreu), il ne pouvait être, de façon implicite, qu’un projet de domination mondiale et non de simple indépendance nationale. Chez les sionistes machiavéliques comme Léo Strauss, le double jeu est parfaitement assumé, et joue sur le double sens d’Israël, à la fois communauté internationale des juifs (les Israélites, disait-on naguère) et État aux frontières indéfiniment élastiques, les deux se complétant dialectiquement.

On pourrait encore évoquer le caractère trompeur des mouvements internationalistes juifs, comme ces soixante-huitards qui prétendaient avoir effacé tout sentiment religieux et national, mais vibraient secrètement pour Israël. L’historien du judaïsme Daniel Lindenberg souligne la dimension psychologique de ces contradictions :

« Quiconque a connu les juifs communistes, kominterniens de naguère, ou même certains représentants éminents de la génération de 1968 saura ce qu’un marranisme, certes fruste, veut dire : voilà des hommes et des femmes, qui, en principe, suivant le dogme “internationaliste” ont étouffé en eux toute trace de “particularisme”, de “chauvinisme juif petit-bourgeois”, qui vomissent publiquement le sionisme, exaltent le bon droit des peuples arabes, la grande Union soviétique — et qui, en secret se réjouissent des victoires militaires d’Israël, racontent des blagues antisoviétiques, et pleurent en écoutant une chanson yiddish. Jusqu’au jour où, comme un Leopold Trepper, ils peuvent extérioriser ce refoulé juif, devenant parfois, comme les marranes du passé, les plus intransigeants des néophytes [33]. »

Dans la perspective de « ce qui est bon pour Israël », les contradictions trouvent toujours leur dépassement dialectique. Les juifs, par exemple, peuvent être nationalistes en Israël, et multiculturalistes partout ailleurs, comme Kevin MacDonald l’a bien documenté [34]. Ainsi le leader sioniste Israel Zangwill, chantre d’un mouvement qui affirme l’impossibilité pour les juifs de vivre parmi les Gentils, et la nécessité pour eux de vivre ethniquement séparés, est aussi l’auteur à succès de la pièce The Melting Pot (1908), dont le titre est passé à la postérité comme métaphore de la société américaine. Le héros est un juif qui a fuit les pogroms de Russie et émigré aux États-Unis. Il tombe amoureux d’une immigrée russe chrétienne, qui s’avère être la fille de l’officier russe responsable de la mort de sa famille. Le père de la fiancée se repend, et le couple peut vivre heureux pour toujours. Le héros se fait le chantre de l’assimilation par les mariages mixtes, par lesquels Dieu donne naissance à un homme nouveau : « L’Amérique est le Creuset (Crucible) de Dieu, le grand Melting-Pot où toutes les races de l’Europe se fondent et se reforment. » On ne saurait mieux illustrer le double jeu du juif communautaire qui prône le métissage chez les Gentils et la pureté ethnique chez les juifs.

 

Esdras et l’invention du monothéisme juif

Nous venons de voir que le cryptisme, qui tient plus de la dissimulation que de l’assimilation, a souvent été une stratégie efficace des élites juives dans leurs quêtes de pouvoir. Dans cette section, je soulève l’hypothèse que cette culture du cryptisme est issue de la substance même de la Bible hébraïque. Tout commence vers l’époque d’Esdras, lorsque les Judéo-Babyloniens ont voulu faire passer aux yeux des Perses le « dieu d’Israël qui habite à Jérusalem » pour le « Dieu du Ciel ».

Les historiens admettent aujourd’hui que le noyau de l’Ancien Testament, le « corpus deutéronomiste » formé par le Pentateuque et les livres de Josué, Juges, Ruth, Samuel et Rois, qui montrent une forte unité narrative et idéologique, a été édité pendant la période exilique, et surtout vers la fin, lorsque Babylone était tombée sous la domination persane et que les Judéens exilés se préparaient à la reconquête de la Palestine. Cela ne signifie pas que tout le contenu de cette première partie de la Bible hébraïque a été inventé à cette époque : il y a eu agrégation de documents oraux et écrits – codes de lois, chroniques et légendes de rois et hommes saints, ainsi que chants, visions et prophéties. Mais, pour citer l’historien de la Bible Philip Davies, « la structure idéologique de la littérature biblique ne peut s’expliquer en dernière analyse que comme le produit de la période perse », durant laquelle s’élabore le projet de reconquête d’Esdras [35]. (Baruch Spinoza était parvenu à la même conclusion en 1670, mais les savants actuels le disent rarement) [36].

Lorsque le roi perse Cyrus le Grand conquit Babylone en 539 avant notre ère, les Judéens de Babylone furent récompensés pour l’avoir aidé de l’intérieur ; ils ont obtenu de hautes fonctions à la cour persane. Ils ont également reçu la permission et le soutien du roi pour retourner à Jérusalem et établir une théocratie (un gouvernement de prêtres) sur l’ancienne terre d’Israël. Pour cela, Cyrus reçut le titre de « Oint » de Dieu (Mashiah) dans Isaïe, Yahvé (ou ses dévots influents) lui ayant « saisi la main droite, pour faire plier devant lui les nations et désarmer les rois » (Isaïe 45,1-5)

La manière dont les judéo-babyloniens ont utilisé l’empire perse pour leur entreprise colonisatrice est remarquablement similaire à la manière dont les sionistes ont utilisé l’empire anglo-américain ces derniers temps. En fait, on peut dire que la rédaction finale du Pentateuque et des livres historiques fut une entreprise propagande pour soutenir le projet géopolitique de la conquête de la Palestine par les judéo-babyloniens, une conquête totalement illégitime si on considère que ces Judéens avaient pour but d’usurper le nom et l’héritage de l’ancien royaume d’Israël, dont la Judée n’était, jusqu’à la destruction d’Israël par l’Assyrie, qu’un arrière-pays de montagnes arides et de déserts, peuplé de tribus pastorales récemment sédentarisées. Il n’est donc pas étonnant que la Bible ait toujours été le modèle du projet sioniste.

L’histoire de Joseph fils de Jacob date de cette période persane. Elle appartient au même genre du « roman juif » que l’histoire d’Esther, qui est encore plus tardive dans la version connue. Les deux héros sont des juifs astucieux qui ont atteint une grande influence dans les hautes sphères du gouvernement et l’utilisent au profit de leur communauté, au détriment des autochtones.

L’histoire de Joseph occupe les derniers chapitres du Livre de la Genèse (37-50). Les innovations post-exiliques sont particulièrement évidentes dans ce livre, qui est maintenant le premier livre du Pentateuque, mais qui peut être considéré comme le dernier en date. L’histoire de la Tour de Babel (Genèse 11) n’a pas pu être écrite avant la chute de Babylone. Le jardin d’Eden, où l’Euphrate et le Tigre prennent leur source (Genèse 2), tire son nom hébreu, Pardès, d’où dérive Paradis, du nom perse des jardins royaux.

Le Livre de la Genèse assimile le Dieu d’Israël au Dieu de l’humanité et créateur de l’univers. Cette idée s’est cristallisée pendant la période persane. Dans les anciennes strates de la Bible, Yahweh est le « dieu jaloux » et sa jalousie suppose l’existence d’autres dieux. Chez les prophètes pré-exiliques, Yahweh est un dieu ethnique national : « Tous les peuples marchent au nom de leurs dieux (elohim), et nous, nous marchons au nom de Yahvé, notre dieu, pour toujours et à jamais » (Michée 4,5). Et dans l’histoire de Moïse à Midian, qui est certainement très ancienne, ce n’est pas « Dieu » qui parle à Moïse, mais « le dieu de tes ancêtres, le dieu d’Abraham, le dieu d’Isaac, le dieu de Jacob » (Exode 3:6). Ce qui le distingue des autres dieux tribaux et nationaux est son exclusivisme possessif : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi » (Exode 20:3).

C’est seulement à l’époque perse que Yahvé devient le seul vrai Dieu et, par conséquence logique, le créateur de l’univers. Et, sans surprise, la manière dont le dieu juif prétend avoir créé l’univers est directement imitée des mythes mésopotamiens – notons toutefois que sa façon d’accrocher le soleil dans les cieux trois jours et trois nuits après avoir dit « que la lumière soit » (Genèse 1,3-19) nous laisse sceptiques.

Quant au monothéisme, dont les juifs revendiquent l’invention avec fierté, il a aussi été emprunté à la religion persane, officiellement monothéiste sous les Achéménides. (Il n’est pas certain que les Achéménides fussent déjà zoroastriens, mais ils étaient des adorateurs du dieu suprême Ahura Mazda, dont les représentations et les invocations se trouvent sur des inscriptions royales.) Hérodote nous dit des Perses : « Ils n’ont aucune image des dieux, pas de temples ni d’autels, et considèrent leur utilisation comme un signe de folie. […] Cependant, leur but est de gravir les sommets des montagnes les plus hautes et d’offrir des sacrifices à Zeus, qui est le nom qu’ils donnent à tout le circuit du firmament » (Histoires, I.131). Le monothéisme persan, cependant, était très tolérant envers les autres cultes et ni Cyrus le Grand ni ses descendants ne tentèrent d’imposer leur religion aux peuples conquis.

En revanche, le yahvisme, ou monothéisme judéen, est exclusif car, bien que Yahvé se vante désormais d’être le Dieu universel, il reste le dieu jaloux d’Israël. La formation du monothéisme judéen (juif) est en soi un processus de cryptisme : le dieu ethnique d’Israël imite le véritable Dieu universel des gentils, dans un but d’ascendance politique et culturelle.

Le processus peut être déduit du livre d’Esdras. En 458 avant notre ère, quatre-vingts ans après le retour des premiers exilés, Esdras, fier descendant d’une lignée de prêtres yahvistes, se rendit de Babylone à Jérusalem, accompagné de quelque 1 500 fidèles. Portant avec lui la nouvelle Torah et mandatée par le roi de Perse, il se fait appeler le « Secrétaire de la loi du Dieu du ciel » (Esdras 7,21). Ce titre est en soi un argument de poids pour considérer, à l’instar de Spinoza, qu’Ezra était en effet le chef de l’école scribale qui a compilé le corpus deutéronomiste. Esdras fut bientôt rejoint par Néhémie, un très haut fonctionnaire de la cour du roi de Perse d’origine judéenne (une figure de type Joseph).

Le livre d’Esdras contient des extraits de plusieurs édits attribués aux rois persans successifs. Tous sont considérés aujourd’hui comme des faux, au même titre que l’édit d’Assuérus (Xerxès ?) dans le livre d’Esther, mais leur contenu est révélateur de la stratégie politico-religieuse déployée par les exilés de Judée pour leur lobbying proto-sioniste. Dans le premier édit, Cyrus le Grand déclare : « Yahvé, le Dieu du ciel, m’a remis tous les royaumes de la terre, c’est lui qui m’a chargé de lui bâtir un temple à Jérusalem, en Juda. Quiconque, parmi vous, fait partie de tout son peuple, que son Dieu soit avec lui ! Qu’il monte à Jérusalem, en Juda, et bâtisse le Temple de Yahvé, le Dieu d’Israël – c’est le Dieu qui est à Jérusalem » (Esdras 1,2-3). Ainsi, Cyrus parle au nom du « Dieu du ciel » pour autoriser que les exilés judéens bâtissent un temple à « Yahvé, le Dieu d’Israël […], qui est à Jérusalem ». On comprend qu’il s’agit du même Dieu, mais le glissement interpelle. Il n’est pas fortuit. En effet, on le retrouve à l’identique dans l’édit qui autorise la seconde vague de retour des exilés. C’est maintenant le roi Artaxerxès qui s’adresse « au prêtre Esdras, secrétaire de la Loi du Dieu du ciel » et le charge d’offrir un gigantesque holocauste pour « le dieu d’Israël qui réside à Jérusalem » (7,12-15). On retrouve ensuite par deux fois l’expression « Dieu du ciel », entrecoupée de six fois « ton dieu » et une fois « votre dieu », c’est-à-dire le dieu d’Esdras et d’Israël. L’expression « Dieu du ciel » apparaît encore une fois dans le Livre d’Esdras, et c’est encore dans un édit d’un roi de Perse, Darius ; il confirme l’édit de Cyrus et ordonne qu’on offre « au Dieu du ciel des sacrifices d’agréable odeur » (6,10). Partout ailleurs dans le livre d’Esdras, il n’est question que du « dieu d’Israël » (quatre fois), « Yahvé, le dieu de vos pères » (une fois), et « notre dieu » (dix fois). Autrement dit, selon l’auteur du Livre d’Esdras, seuls les rois de Perse s’imaginent que Yahvé est le « Dieu du Ciel » – une désignation commune du dieu suprême Ahura Mazda – tandis que pour les juifs, Yahvé est simplement leur dieu, le dieu d’Israël, le dieu de leurs ancêtres.

Le même procédé est employé dans le Livre de Daniel (un autre héros juif sur le modèle de Joseph), lorsque Nabuchodonosor, impressionné par l’oracle de Daniel, se prosterne devant lui et s’exclame : « En vérité, votre dieu est le Dieu des dieux et le maître des rois » (Daniel 2,47). Ces passages, dans lesquels le dieu des juifs devient, aux yeux des Gentils, le Dieu de l’Univers, nous livrent le véritable secret du judaïsme, la clé de son rapport à l’universalisme. « Dans le cœur de chaque juif pieux, Dieu est un juif », explique Maurice Samuel [37], tandis que pour les Goyim captifs du paradigme biblique, il est simplement le Dieu de tous les hommes qui a manifesté sa préférence pour les juifs.

La méprise éclata au grand jour en -167, lorsqu’Antiochos IV fit consacrer le temple de Jérusalem à Zeus Olympios. Il ne faisait qu’exprimer l’idée que Yahvé était un autre nom de Zeus, mais la révolte des Juifs intégristes menés par les Maccabées prouve qu’à leurs yeux, Yahvé reste prioritairement le dieu des Juifs, et accessoirement seulement le dieu suprême. Autrement dit, le monothéisme juif est un suprémacisme et non un universalisme. Il n’a fait que singer et parasiter le monothéisme inclusif des Perses et des philosophes grecs. De là découle le caractère cryptique de toutes les entreprises juives.

Laurent Guyénot

Notes

[1] Andrew Cockburn, Caligula au Pentagone : Rumsfeld, les néoconservateurs et le désastre irakien, Xenia, 2007. Cockburn prétend tenir cette anecdote d’ « amis de la famille ».

[2] Leo Strauss, « Why we Remain Jews », cité dans Shadia Drury, Leo Strauss and the American Right, St. Martin’s Press, 1999, p. 31-43.

[3] Benjamin Balint, Running Commentary : the Contentious Magazine That Transformed the Jewish Left into the Neoconservative Right, Public Affairs, 2010.

[4] Congress Bi-Weekly cité par Philip Weiss sur Mondoweiss.net, 23 mai 2007, mondoweiss.net/2007/05/30_years_ago_ne.html

[5] Irving Kristol, Neoconservatism : the Autobiography of an Idea, Ivan R. Dee, 1995.

[6] Elliott Abrams, Faith or Fear : How Jews can Survive in a Christian America, Simon & Schuster, 1997.

[7] Texte complet disponible sur le site de l’IASPS : www.iasps.org/strat1.htm

[8] Patrick Buchanan, « Whose War ? », The American Conservative, 24 mars 2003, sur https://www.theamericanconservative...

[9] Stephen Sniegoski, The Transparent Cabal : The Neoconservative Agenda, War in the Middle East, and the National Interest of Israel, Enigma Edition, 2008, p. 156.

[10] Stephen Sniegoski, Transparent Cabal, op. cit., p. 120.

[11] Justin Raimondo, The Terror Enigma : 9/11 and the Israeli Connection, iUniverse, 2003, p. 19.

[12] A voir sur www.youtube.com/watch ?v=ZRla...

[13] Ce commentaire fut divulgué par l’agende Inter-Press Service le 29 mars 2004 sous le titre “U.S. : Iraq war is to protect Israel, says 9/11 panel chief”, et repris par United Press International le lendemain : www.upi.com/Business_News/Se...

[14] Norman Podhoretz, Breaking Ranks : A Political Memoir, Harper & Row, 1979, p. 335.

[15] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane. Judaïsme et modernité, Seuil, 2011, p. 395.

[16] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., p. 119-120.

[17] Yirmiyahu Yovel L’Aventure marrane, op. cit., p. 479, 483, 347.

[18] Nathan Wachtel, Entre Moïse et Jésus. Études marranes (XVe-XIXe siècle), CNRS éditions, 2013, p. 188.

[19] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., p. 149-151.

[20] Robert Aleksander Maryks, The Jesuit Order as a Synagogue of Jews. Jesuits of Jewish Ancestry and Purity-of-Blood Laws in the Early Society of Jesus, Brill, 2010, disponible sur www.oapen.org/search ?identif... ; une bonne recension à lire sur www.veteranstoday.com/2018/0...

[21] Sophie Coussemacker, « Convertis et Judaïsants dans l’Ordre de Saint-Jérôme. Un état de la question », dans Mélanges de la Casa de Velasquez, tome 27-2, 1991, p. 5-27, sur www.persee.fr. Aussi Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., p. 185-191.

[22] Yirmiyahu Yovel, L’Aventure marrane, op. cit., p. 185–191.

[23] Lucien Wolf, Report on the “Marranos” or Crypto-Jews of Portugal, Anglo-Jewish Association, 1926.

[24] Cité dans André Pichot, Aux origines des théories raciales, de la Bible à Darwin, Flammarion, 2008, p. 52–66.

[25] Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme, 1. Sur l’antisémitisme, Calmann-Lévy, 1973, p. 164-170.

[26] Nahum Goldmann, Le Paradoxe juif. Conversations en français avec Léon Abramowicz, Stock, 1976 (sur archive.org), p. 6. 

[27] Stanley Weintraub, Disraeli : A Biography, Hamish Hamilton, 1993, p. 579.

[28] Kevin MacDonald, Separation and its Discontents : Toward an Evolutionary Theory of Anti-Semitism, Praeger, 1998, kindle 2013, k. 5876-82.

[29] Citations tirées de Kevin MacDonald, Separation and its Discontents, op. cit., k. 4732-4877 et de Jean Salluste, Les Origines secrètes du Bolchevisme. Henri Heine et Karl Marx, Éditions Saint-Rémi, 1929, p. 18-19.

[30] Gilad Atzmon, Quel Juif errant ? Anatomie du peuple élu, Kontre Kulture, 2012, p. 83.

[31] Kaufmnann Kohler, Jewish Theology, Systematically and Historically Considered, Macmillan, 1918 (www.gutenberg.org), p. 290, 380.

[32] Moses Hess, Rome et Jérusalem (1862), Albin Michel, 1981, p. 101, 87, 122.

[33] Daniel Lindenberg, Figures d’Israël. L’identité juive entre marranisme et sionisme (1649-1998), Hachette, 1997, Fayard, 2014, p. 10.

[34] Kevin MacDonald, The Culture of Critique, op. cit.

[35] Philip Davies, In Search of “Ancient Israel” : A Study in Biblical Origins, Journal of the Study of the Old Testament, 1992, p. 94. Davies est l’un des fondateurs de l’école « minimaliste » qui s’impose actuellement. En français, je conseille Thomas Römer, L’Invention de Dieu, Seuil, 2017 et Mario Liverani, La Bible et l’invention de l’histoire, 2008, Gallimard, Folio histoire, 2012.

[36] Benedict de Spinoza, Theological-political treatise, chapter 8, §11, Cambridge UP, 2007, p. 126-128.

[37] Maurice Samuel, You Gentiles, New York, 1924 (sur archive.org), p. 74-75.

Retrouvez l’excellent Laurent Guyénot chez Kontre Kulture :

De Laurent Guyénot, sur E&R :

 
 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2037640
    Le 7 septembre à 09:29 par FRANCE LIBERTE
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Les mêmes, qui deux mille ans avant, avaient influencé les romains et condamné Jésus à la plus horrible des tortures et mise à mort : leur propre "frère" ! tout ça parce qu’il avait osé toucher à leur intérêts financiers !!!

     

    Répondre à ce message

  • #2037702
    Le 7 septembre à 11:27 par Mélomane Malin
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    ne serait ce par ce biais que l’on pourrait expliquer ce national sionisme naissant, à avoir se soumettre en façade à un nationalisme des peuples pour pouvoir mieux l’affaiblir de l’intérieur ?
    ça expliquerait beaucoup de choses

     

    Répondre à ce message

  • #2037744
    Le 7 septembre à 12:55 par Fabien
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Article très intéressant et qui recoupe, à certains paragraphes, la controverse...de Douglas Reed.
    Merci Mr Guyenot

     

    Répondre à ce message

  • #2037808
    Le 7 septembre à 14:33 par restauration
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Il ne me semble pas qu’il y ait une fin dans l’histoire en général mais, est-ce que le début de celle avec laquelle le monde s’étouffe, celui prétendu par le judaîsme, est le début ?
    Les livres ont un début et une fin, toutefois, bien malin sera celui qui saura me fixer une limite entre deux époques. Les historiens et les philosophes se sont employés à le faire et par ce fait ont construit une chape sur laquelle se sont édifiés des concepts et des croyances qui ont du mal à fonctionner depuis l’arrivée d’internet dans le quotidien humain, depuis lors tout n’est plus que symbolique. Concernant la France, peut-on prendre la crise de la fois comme marqueur d’un changement d’époque, internet ?
    Toujours est-il que nos esprits s’accordent en général pour dire que notre nation est entrée en déclin depuis les 30 dernières années. Néanmoins, si on met en parallèle ce déclin national incontestable avec l’émergence sur le plan mondial du territoire israélien, existe-il une corrélation entre les deux évènements pouvant lui aussi servir de marqueur ?

    Normalement, il n’existe pas de rupture de liens entre le passé et le futur dans l’histoire d’un pays et pourtant, c’est ce qui s’observe en France alors que l’histoire du territoire israélien est en écriture que depuis la fin de la dernière guerre, seulement ! On entend même que l’histoire accélère, ce qui est bel aphorisme faux puisqu’impossible, par contre la succession de phases d’évènements dont nous nous sommes abstenus de faire le lien entre-eux à l’époque, restitués à la logique de notre compréhension actuelle sur ceux qui se déroulent sous nos yeux, est en accroissement de vitesse. C’est cette compréhension actuelle qui construit une image exacte de cette impression qui se généralise, qu’une révolution silencieuse s’est opérée à la tête du patrimoine national faisant que les Français n’en sont même pas les usufruitiers, partout où il se trouve sur son territoire le Français se sent juste, toléré !

    Ce postulat posé, est-ce que l’accusation d’antisémitisme n’est pas en opposition frontale avec celle qui se dessine ainsi ; de harcèlement communautaire et, s’annule ?

    L’avènement du Christ est un marqueur remarquable puisqu’il a annihilé les lois préexistantes avant lui qui plaçaient l’Homme sous la domination d’une histoire détenue par un groupe d’hommes.
    De nos jours, s’agit-il pour nous d’attendre qu’il revienne ou de le restaurer en réfutant tout ce qui s’est érigé entre-temps pour nous contraindre ?

     

    Répondre à ce message

  • #2037850
    Le 7 septembre à 15:29 par bertin
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Où atterrira Guyénot ?

    Sacré bosseur le Guyénot .
    Il approfondit,il interpelle,il y va comme
    un bûcheron,qui ne fait pas confiance
    aux statistiques médiatiques,
    Bref ce recentiste idéologique s’est recentré
    sur la science véritable et fait ...un carton !
    Où Guyenot va-t-il atterrir ?
    Chez Soral ,c’est plus sûr !

     

    Répondre à ce message

  • #2038149
    Le 7 septembre à 23:33 par alex
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Les articles de Laurent Guyénot sur le néoconservatisme sont les seuls écrits intellectuellement cohérents sur ce mouvement politique, dont la dénomination même porte à confusion comme il l’a mentionné dans un article précédent.

     

    Répondre à ce message

  • #2038628
    Le 8 septembre à 19:39 par A human of Zin
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Article très intéressant (comme toujours avec L. Guyénot - merci à vous), et ambitieux, puisqu’il soulève la question du crypto-judaïsme pour aboutir à la conclusion d’une usurpation ou d’un détournement culturel opéré par la communauté juive babylonienne du concept monothéiste. Ce n’est pas rien.

    Novice, j’ai appris beaucoup de choses (corpus deutéronomique et notamment Genèse, et quand, et dans quel but supposé ils furent probablement écrits ; personnage d’Ezra/Esdras).

    Merci donc.

    Je veux juste apporter de l’eau au moulin de la thèse du "séparatisme de groupe" de K. Mac Donald, à savoir " ceux qui, tout en acceptant de bon cœur l’eau du baptême, estiment que celle-ci n’a pas changé la nature du sang qui coule dans leurs veines, et qui éprouvent le besoin de maintenir la pureté de ce sang juif ".

    Il y a 5 ans environ, une amie chercheuse en histoire locale s’est penchée sur les travaux de Danièle Iancu-Agou sur les juifs et néophytes (convertis) provençaux, qu’elle a ramenés à l’examen des mariages opérés par les néophytes, dans une petite ville du sud-est de la France : quoiqu’officiellement chrétiens, on constate que les quelques familles converties ne se marient qu’entre elles, et se situent dans le milieu et le haut de la classe moyenne, certaines dans la classe supérieure de la société de l’époque (XVIe-XVIIIe s.).

    Simple vérification opérée d’après les registres paroissiaux. Elle s’est refusée à publier quoique ce soit là-dessus, des descendants porteurs des patronymes choisis au moment de la conversion étant toujours vivants.

     

    Répondre à ce message

  • #2038819
    Le 9 septembre à 02:54 par Miville
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Excellent article par ses références et son style, mais peu exact. La masse des juifs américains en nombre et plus encore en fortune n’a jamais été à gauche et antimilitariste sur le plan de la politique américaine, même si une forte minorité a toujours contrôlé la quasi-totalité de la gauche après l’apparition des néo-conservateurs comme avant et en accord tacite avec la juiverie conservatrice (même pas néo).

    Bien au contraire l’armée américaine a toujours été une des grandes pourvoyeuses de contrats et de postes prestigieux du genre qu’ambitionnent le plus les juifs, et ce dès les débuts de la République américaine, avant la guerre de Sécession. Un exemple : la physique nucléaire tout comme la technologie militaire de prestige aux USA était (et reste en grande partie) presque toute juive à ses débuts et a toujours dépendu de la US Army exclusivement, et cette collusion date de bien avant la guerre des 6 jours.

    Autre exemple : toute la culture conservatrice (pas néo-conservatrice) américaine médiatisée et tout particulièrement le genre filmique Western qui exalte le temps de la Frontière (avec force exagération dans le sens de l’individualisme, par qu’en réalité le véritable far West américain connaissait la lutte des classes anti-bourgeoise à un degré assez radical bien souvent) fut le résultat d’une directive entièrement juive (vous pouvez le vérifier dans un bon ciné-club sur les débuts du cinéma US : promotion tous azimuths de l’homo americanus).

    Ce qui fut la gauche juive américaine des années 1960 était une révolte de fils juifs contre leurs propres parents jugés devenus trop goys par autres goys interposés mais cette révolte, tout comme la révolte des féministes juives dans le même mouvement, n’a jamais eu l’intention de mettre en danger la priorité de l’appartenance communautaire, et la revue Commentary n’eut jamais d’autre intention que de ramener des fils de famille à un bercail parfaitement constitué dès l’origine des USA. La gauche juive n’est pas devenue le mouvement néo-con, elle est devenue le marxisme culturel anti-blanc qui se porte mieux que jamais et veut toujours faire des USA un pays pauvre et faible.

    Cette idée que le juifs auraient été à gauche et passés à droite en masse est faite pour OCCULTER LE FAIT INDÉCENT qu’avant la Guerre de Sécession 95% des juifs étaient esclavagistes et sudistes et que même après jusqu’aux années 1960 ils restèrent identifiés à l’aile droite sudiste du Parti Démocrate : autre désinformation.

     

    Répondre à ce message

  • #2039052
    Le 9 septembre à 16:52 par Averliaz
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Un article d’un très grand intérêt intellectuel, et bien plus encore.
    Merci à M. Guyénot pour son travail, et à E&R pour le relais.

     

    Répondre à ce message

  • #2040271
    Le 11 septembre à 15:10 par Laurent Guyénot
    La question crypto-juive et ses origines bibliques

    Une omission que je corrige : Dans son dernier livre, L’Antisémtisme sans complexe ni tabou, p.122-127, Hervé Ryssen donne des exemples de révolutionnaires de Mai 68 qui, bien qu’officiellement antisionistes, avouent avoir tremblé pour Israël durant la Guerre de Six jours.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents