Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Mouloud Achour et Kery James applaudissent Issaba et ses maths en rap

Issaba est professeur à Montreuil, il a deux passions : le rap et les maths. Pour vulgariser des théorèmes indigestes, il a décidé de ne pas réciter machinalement des leçons à ses élèves… Il préfère les rapper.

 

L’année dernière, il avait fait parler de lui sur les réseaux sociaux. Issaba – appelez-le « Great Teacher Issaba » – avait diffusé un freestyle sur le théorème de Pythagore avec, en fond sonore, l’instrumental de « Tout le monde s’en fout » du rappeur Sofiane.

 

« J’avais fait ce rap sans réelles prétentions pédagogiques » explique Issaba aux caméras de AJ+. « C’était juste pour prouver aux petits qu’on pouvait faire du rap, faire du bon son sans parler de drogue, sans parler de guns, sans parler de meufs. »

Aujourd’hui, le professeur de mathématiques nous dévoile sa deuxième leçon : les statistiques.

 

[...]

Après le théorème de Pythagore, les statistiques, quelle sera la prochaine leçon ? Nous, à la rédaction, on se pose toujours la question : pourquoi n’avons-nous pas eu la chance d’avoir Issaba et Kery James comme professeurs au collège ?

Lire l’article entier sur clique.tv

Quand l’oligarchie crée des conflits entre les Français,
lire sur Kontre Kulture

 

Kery James et Mouloud Achour, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

82 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le rap, ça fait mal à la tête, mais alors là, ça fait doublement mal à la tête

     

    • Tu m’étonnes que les gosses n’arrivent plus à apprendre quoique ce soit ! Ils sont constamment baignés dans un vacarme assourdissant ! Les neurones, faute d’être intellectuellement stimulées, sont en état de surexcitation permanente par de la musique à tout berzingue, jeux vidéos...


  • La ZEP de pire en pire ...

    Voilà où les descendants d’immigrés et les prolos français de souches : rap, bêtise, ignorance, propagande pro métissage, pro LGBT, pro immigration, islamoswaggisme, délinquance, matérialisme, sappologie, déperdition identitaire. Voici le résumé de ce qu’attendent vos enfants.

    Déçu de voir un beur encore participer à cette décadence culturelle ...


  • "Great teacher Issaba"... Et certains osent encore parler d’islamisation de la France. Remarque, je parle pas arabe. Peut-être que great et teacher sont des mots présents dans le vocabulaire arabe. M’enfin.

     

  • C’est vraiment un great teacher. C’est grâce à des prof comme ça qu on peut réussir dans la vie.
    Je me souviens que des profs me disaient que j’arriverai à rien car j étais un arabe,et que je devais aller faire ouvrier comme Mon père.
    Arrive au lycée mon prof de physique sortait du cadre, il nous encourageait à faire des études et que tout était possible.
    10 ans plus tard, je suis ingénieur aérospatiale, et quand j’ai reçois ème ce prof blanc de souche par hasard avec mon enfant, il a été ému profondément.
    Les prof comme ça celui de la. Vidéo sont rares mais leur message est tellement important.


  • #1973568

    Retour aux sources du RAP comme vecteur d’éducation ?


  • Les nuls en maths en sueur


  • Initiative originale, mais le niveau est trop haut.
    Il aurait été judicieux de commencer par les tables (addition, soustraction, multiplication, division).
    J’te dis 3 (-) 2, Tu m’réponds Hein ?
    J’te dis t’as bon, t’y comprends rien..

     

  • Merci pour la pub.
    Une facon ludique d’apprendre et de retenir ; à chacun son mémo technique.

     

    • moyen mnémotechnique*


    • C’est pas de la "pub", c’est un témoignage de l’effondrement du pays.

      Oui je sais, "on s’en bat les couilles"...


    • @boy la pointe

      Je ne savais pas tu m’apprends quelque chose ! Comme quoi on trouve toujours des infos utiles finalement sur ER, merci ! Un peu comme le "au temps pour moi" dont j’ai appris l’orthographe récemment. .

      Quant à l’effondrement du pays soulevé par ailleurs on est toujours dans de la névrose qui prête plus à sourire qu’autre chose..Le rap bien fait (il en faut pour tout les goût) est un formidable outil dans plusieurs domaines, les adeptes de cette musique savent : rhétorique, figure de style, clash en rimes, rapper sur des mesures précises etc..si ca peut aider les gosses en math pourquoi pas !


  • #1973581

    J’apprécie le rap en tant que forme (ce que j’écoute ne va d’ailleurs guère plus loin que le milieu des années 90, aux US), mais il faut bien considérer que ça a surtout été une ignoble voie de garage pour la jeunesse des banlieues françaises.

    Voie de garage reconduite, confirmée ici.
    En tant qu’élève, de la même manière que je n’ai pas à m’appuyer le prof qui viendra désormais habillé en femme, je ne suis pas non plus venu en cours de maths pour entendre les talents de rappeur de M. Issaba.
    L’enfer est pavé de bonnes intentions.


  • #1973584

    On attend le cours de français/ littérature sur Charles Baudelaire avec dégustation de haschich pour "mieux comprendre", pour "s’imprégner"...

    Et puis, j’ai soif qu’on étudie William Faulkner, Bukowski, etc...


  • Pour vulgariser les Maths, je vous conseille la chaine Youtube de Michael Launay (anciennement Micmaths) https://www.youtube.com/channel/UC4...

    Et j’ai cru comprendre qu’il aimait bien Dieudo ;)

    Jean-Pierre


  • Comme les élèves ne savent plus lire ni écrire, reste à chanter.
    Et les examens ça sera en rap aussi ?


  • Si l’objectif de ces vidéos est de transmettre un message positif, du genre bosse à l’école et ne deviens pas racaille malgré les difficultés, car beaucoup de gens sont dans un merdier sans pour autant vivre dans ces pseudos logements dans des pseudos quartiers. J’approuve des deux mains.

     

  • C’est à se demander comment la France a produit tout ces grands mathématiciens, physiciens, biologistes, professeurs de médecine...au XIX ème et début du XX ème siècle !


  • Monde de merde...


  • Il veut faire le buzz, du zeillo (oseille en verlan)... Il ne faut pas voir là un pédagogue cherchant des nouvelles méthodes d’enseigner plutôt un jeune cherchant un moyen de se faire du blé. Je sens que la gauche va se l’arracher et demain il fera les plateaux télés.


  • Non mais quelle bouillie sonore, c’est un supplice que d’entendre tintamarrer de la sorte. Jusqu’où va-t-on descendre ? Où est la paix livresque ? l’ambiance de bibliothèque studieuse ? le silence d’or ? l’ordre ancien ? le recueil concentré ? la discipline jésuistique ? le respect de la figure tutélaire de l’enseignant (remplacé par le "djeun" immigré africain) ? C’est la descente aux enfers. Pitié une révolution, un événement cosmique, il faut faire table rase...


  • Mon dieu...
    S’il faut maintenant du rap -qui écorche au passage la langue française- afin d’expliquer un théorème niveau primaire...
    La culture de l’empire s’invite par la grande porte dans l’enseignement...
    Ce clip aurait pu faire partie du film "Idiocracy" ("Planet stupid" en France)

    Jusqu’où va-t-on descendre ?


  • 0:26, 10 ans, maillot Algérie. J’ai arrêté la vidéo, ça sera sans moi, même si l’idée de fond est géniale. Le but c’est quoi ? D’en faire des anti-français hyper doués à l’école, ce qui revient à les préparer au projet Macron.


  • ah oui c’est avec "eux" qu’il faut se réconcilier ok...non merci pour moi :)

     

    • Si tu t’étais renseigné à la source, i.e. chez ER et Soral et pas chez je-ne-sais-quel-média, tu comprendrais la fausseté de ta croyance. Il n’a jamais été question de réconciliation avec ces gens-là ! La réconciliation, c’est entre la droite des valeurs et la gauche du travail. Où vois-tu la droite des valeurs et la gauche du travail chez eux ?


  • Soral, je cite : "....t’es black tu vas faire du tambourin, t’es rebeu, tu fais du rap..."

    Voilà en substance comment l’état anime la banlieue, les profs sont devenus des animateurs de centre aéré bas de gamme^^


  • Sérieusement, traverser la cité avec son ghetto blaster sur l’épaule qui crie haut et fort ton amour des mathématiques, c’est considéré comme une forme de coming out...à mon avis c’est un truc à écouter en cachette pour ne pas passer pour un inverti...ou un bon coup marketing à l’attention de parents désespérés de sauver leur enfant définitivement sous l’emprise du RAP...

    Bien entendu, on ne verra jamais Mouloud Achour et Kerry James applaudir l’une des nombreuses chansons de rap qui dénoncent et permettent de mieux comprendre l’Empire.

    Il faut "quand même" admettre que depuis le ABCD de Chantal Goya ceci constitue un progrès. Sur un plan mnémotechnique associer des mots et une mélodie c’est intéressant pour intégrer des formules mathématiques...ensuite l’association des mathématiques et du RAP, c’est comme apprendre à danser le pas de deux de Giselle et Albrecht avec une tenue baggy et des chaines de vélo en or autour du cou...

    Cette démarche s’adresse à un certain public, perméable au RAP, mais il est difficile de dire si c’est dans un but de dés-intégration, pour ramener les matheux de banlieue à l’avenir exponentiel, dans le giron binaire du RAP, ou si c’est pour leur donner le sentiment de s’encanailler, et leur permettre de donner le change en milieux hostile, en attendant de quitter la banlieue pour la zone libre, moyennement classe, de l’émancipation par le travail...

    Pour ma part, particulièrement rétif, depuis ma prime enfance, au RAP, à cause du style vocal imposé sur le mode "Gilles de la Tourette en pleine crise hémorroïdaire", je reste persuadé que l’émancipation des banlieues passe davantage par l’acquisition de la mécanique subtile, délicate et précise, propre à la langue française, plutôt que par celle de la bosse des maths, on peut peut être avoir les deux...pas sûr, les mathématiques aussi sont un langage, pour traduire toutes les mesures, les dimensions, les perspectives, les fonctions, tous les problèmes qui ne peuvent se traduire et se résoudre avec des mots...

    En attendant le Bossuet des maths, se contenter du Boss des maths est peut être un moindre mal...sauf si un collègue du Boss renchérit en donnant une application pratique de l’utilisation fumeuse qui peut être faite des statistiques dans le cadre d’une économie de banlieue...car le principal frein à l’apprentissage des mathématiques reste la déconnexion avec le réel et la vie dans ses aspects pratiques.

     

  • Vraiment n’importe quoi. Personnellement plus j’entends du rap plus je le déteste.

     

  • Je suis prêt à payer -cher- pour ne pas mettre mes enfants dans une classe pareille.


  • On est dans le Marxisme culturel , encore et toujours . Mais bon , si ça permet à ses élèves de mieux apprendre sans verser dans l’ennui , pourquoi pas après tout ?! L’éducation n’est pas quelque chose de figée et peut (doit ?) être constamment repensée en s’adaptant aux différents facteurs culturels , temporels et sociologiques .


  • Quand j’entends parler un rappeur, j’ai toujours l’impression qu’il va dégueuler.

     

  • Cela va exactement dans le sens que désirent nos élites : pas d’effort pour apprendre, surtout pas, mais par le jeu oui !

    Combien de temps faudra-t’il rappeler que le jeu infantilise l’homme, que seul l’effort et la volonté l’élèvent ?

    Pour preuve ? les animaux sauvages ne jouent pas, seuls leurs petits le font.

     

    • #1973897
      le 26/05/2018 par les connaissances c’est comme la confiture... ;)
      Mouloud Achour et Kery James applaudissent Issaba et ses maths en (...)

      Montrez-moi une etude qui prouve qu’aucun animal adulte ne ’s’amuse’.


    • Vous n’êtes pas un animal sauvage , dites ?


    • Allons, ne soyez pas stupide, le jeu est la première technique d’appentissage.
      Sans jeu, pas d’apprentissage possible et donc pas de connaissance possible.
      çà c’est pour le jeux des petits. quant à celui des adultes, il se rapporte plus à une deuxième technique d’apprentissage que l’on nomme ritualisation, et il permet d’acquérir sans risque(pour de faux) les outils indispensables à la socialisation.
      en ce sens, la fête est un jeu social complet qui permet de réduire les tensions d’un groupe. (c’est en cela par exemple que rené Girard est trop restrictif quand il limite la survie du groupe au bouc émissaire car si toute exclusion du bouc émissaire est un jeu rituel (une fête), toute fête n’inclut pas obligatoirement une victime expiatoire (voir fêtes hindoues taoistes ou bouddhistes).
      Pour parfaire à votre éducation , ce petit livre (d’un sociologue et grand historien du moyen âge) Johan Huiginza est une référence incontournable : Homo ludens
      autrement et plus complexe, vous avez les travaux de Conrad Lorenz sur l’étologie et ceux de Jean Piaget sur l’épistémologie cognitive


  • ce commentaire histoire de dire que ce gars fait un boulot d’enfer, je ne dis pas que ce soit la meilleur méthode pédagogique mais je pense quand même que nous avons besoin de ce genre d’initiative individuelle afin de palier au manque de notre Etat (si il nous en reste encore un)
    Big up ER, vous faites un travail tellement important pour beaucoup de français en mal d’identité, de savoir et de culture.

     

    • C’est da la pure merde, c’est comme penser que les enfants apprennent mieux sur tablette ou ordinateur que en écrivant avec un crayon et une feuille.

      Ca les rends encore plus cons et feignasses.

      Et faut vraiment être un pauvre type pour pas le comprendre.


    • #1973973

      Idiocratie en direct


    • @ Borderline
      Vous avez tout à fait raison concernant les écrans. Par contre rendre ludique un apprentissage, c’est un clef de facilité à la compréhension.
      Il y a une part de psychologie dans l’apprentissage. Cela peut être un moteur comme un frein.
      Si c’est quelques leçons en rap, brisent des hips (blocage psychologique) de ses enfants. C’est tant mieux. D’autant qu’il est impossible, scolairement de tout transcrire en chanson. Ce n’est qu’un amusé-bouche.

      Personnellement, je n’ai quasiment jamais bossé en Histoire-Géo, j’oscillais entre 8 et 16. Tout cela dépendait de la qualité du professeur, en tant qu’orateur à donner vie et envie à son cours.
      J’ai souvent apprécié les cours. Malgré le fait que cette matière et la plus politique, et que la plus part des profs sont de la communauté et sioniste au possible.
      Sur toute ma scolarité, une seule prof n’était pas sioniste. Elle était chrétienne d’origine libanaise.
      Tout les autres étaient de bons gros you...


  • A dégouter des maths tout enfant honnête.
    On peut rapper de différentes façons.Lui prend un ton vulgaire de petit caid comme il entend partout.En général le rap c’est dire "yo yo je suis un caid je suis costaud et je vous nique tous".Ca se résume à ca.Donc mélangez de la betise crasse avec les mathématiques,c’est pathétique.Par ailleurs les mathématiques de collège sont très belles et très importantes.Ce genre de "professeur" devrait être interdit d’exercer.Le problème est que la ou il enseigne,il devient de plus en plus difficile d’enseigner en parlant normalement.

    Pour les campagnards ou les provinciaux qui ne connaissent pas les grandes villes et les banlieues,il est interessant de voir ces vidéos.Elles montrent bien l’ambiance générale de nombreuses villes et la fameuse "mixité" ou les blancs deviennent ultra minoritaires.

    Il est difficile pour les jeunes filles blanches ou asiatiques de survivre dans cet environnement sans devenir les putes de bandes de petites racailles laches,violentes,qui ne respectent rien.Ce qui les detruira pour le reste de leur vie.Et si en plus le professeur qui est censé donner l’exemple se met à enseigner en parlant avec un style et un ton de racaille,il n’y a plus d’espoir.

    Quand on parle à l’oral,le ton employé et les manières sont aussi importants que les mots eux mêmes.

     

  • Assez audacieux, ça change de ce rap de l’échec scolaire.Si ça peut motiver les élèves à s’instruire c’est bon pour la France

     

    • Et pas une seule fois vous vous dites que s’il y a échec scolaire, c’est que la méthode d’enseignement est foireuse ?

      Pourquoi il faudrait botter en touche en proposant une solution au rabais à ces élèves paumés ?

      Jamais vous remettez en cause les "valeurs de la République" - qui conduisent à cet échec ?

      Non, il faut toujours vous référer à votre sous-culture de merde, parce qu’oser vous en prendre à l’institution, çà serait alors revendiquer une identité trop française pour vous !

      L’Éducation nationale se fout de votre gueule (comme de tous les Français) et vous lui répondez par la dérision et le dérisoire en manipulant ces jeunes à votre tour.

      Comptez pas remplacer le sérieux de l’instruction (l’enseignement c’est pour les parents) qui demande concentration, sérieux, enthousiasme... par une salle de classe convertie en salle de MJC.

      Pour revendiquer quoi que ce soit et être pris au sérieux, il faudrait déjà aimer la culture qui a fait votre pays (la France).


  • Adieu rigueur et raisonnement


  • Les meilleurs profs que j’ai eu étaient de sales cons que tout le monde détestait. Les sympas, j’irai quand même pas jusqu’à dire que ce sont les pires... On va dire que ça peut aller si vous n’êtes pas trop ambitieux...


  • Et bien sûr ce sont les gosses de pauvres à qui on inflige cette chiasse démagogue.

    Ceux qui ont la chance d’avoir de bons profs sont déjà en train d’apprendre à écouter des alexandrins classiques, de Molière ou de Racine, bien balancés, coupés à la césure et seront en mesure de comprendre pourquoi le drame romantique Hernani fit tant de scandale avec ses vers complètement désarticulés et ce qu’est un trimètre romantique.

    J’espère que les fourriers de cette mascarade, tous ceux qui ont promu la destruction de l’école populaire au nom d’un paternalisme écoeurant, méprisant « la France d’en-bas » à qui on fourgue ces âneries parce qu’elle ne serait pas capable d’accéder à la véritable culture, au véritable savoir, paieront leur crime.


  • Dommage qu’on ne puisse pas utiliser de "memes" dans les commentaires, vraiment dommage, parce que sur de tels sujets, les illustrations seraient à se pisser dessus !


  • #1973953

    Tu m’étonnes qu’on ne lise plus chez les jeunes , que le niveau scolaire chute sans cesse
    Dans la biographie de Bossuet, de Mgr Delassus, Saint Pie X , Evola , de Maistre, de Bonald ou de Maurras on parle pas de rap à l’école, peut-être y a-t-il une raison à cela ?
    Ou alors c’est qu’ils étaient trop con comparer à aujourd’hui
    Et qu’on ne me sorte pas , mais tu comprends rien c’est leur misère qui les rend débile et leur pauvreté !
    Alors comment ce fait-il que Saint Pie X fut pape et d’une culture hors du commun ?
    J’ai pas souvenir qu’un rappeur , un rocker ou un punk rentre dans l’histoire avec un grand H, je parle d’histoire ne venez pas me sortir , si, si, il y a Elvis et Annie Cordie qui sont très connu et Sid Vicious il est mort d’une OD apres avoir tué sa copine !!
    Ça c’est pas de l’histoire , c’est des pitreries qu’on lit dans une salle d’attente
    Je suis pas étonné du niveau que l’école républicaine m’a offerte ....
    Merci l’éducation nationale on comprend mieux maintenant

     

  • d’un côté je respecte totalement le travail pédagogique de cet enseignant. De l’autre, la somme de connaissances pour être au niveau en fin de secondaire est telle qu’on ne va pas faire un rap pour chaque élément. Il va falloir travailler de façon standard


  • Dans la première vidéo (que faire d’autre ?), le jeune Français blanc s’endort puis se fâche. La jeune Française blanche consulte son portable. Minoritaires et discriminés dans le spectacle (on n’a pas besoin d’eux) ils n’ont, eux, pas du tout besoin de ces cours-là, de ces condisciples-là, de ces profs-là, de ces cours-là.
    Les non-blancs se mettent en scène et font du gâchis de matériel en jetant leurs cahiers. Le prmier à apparaître a l’âge d’être un prof. Si encore ils se taisaient, l’enfermement désespérant entre les murs pourrait être compensé par de la lecture, l’acquisition de connaissances sur internet. Mais non : du vacarme, des divagations, du verbiage, du brouillamini. Aucun moyen d’apprendre quoi que ce soit, et surtout pas l’héritage ancestral.


  • Ils pensent à mettre définitivement l’éducation physique en amphithéâtre aussi : diapo, réflexion sur l’activité et bien sûr débat autour de l’analyse du dernier match de football. Un grand mouvement de conscientisation.
    Extrait :
    Vous gagnez le match 1-0, qu’en pensez-vous ? (sujet de thèse)
    - Je pense que cela prouve que l’équipe a su s’entendre. Gagner 1 à 0... C’est mieux que de faire un match nul. Alors il est vrai que gagner 2 à 0 nous aurait permis de marquer un but de plus sur le tableau mais... Gagner 1 à 0 c’est mieux que de perdre 1 à 0.
    - La semaine prochaine vous rencontrez de nouveau la même équipe. Vous êtes confiants ?
    - Oui je crois qu’en gagnant 1 à O cette semaine, l’équipe a marqué des points importants ( 1 point ndlr). La semaine prochaine, nous allons essayer de gagner.
    - Merci pour ce commentaire qui, nous en sommes sûrs, a passionné nos lecteurs.

    Commentaires : ( nous nous désengageons de tous commentaires haineux et anti-footbalistiques)

    Pédro : Cet entraineur a tout compris !

    Mux de la cour : C’est clair, une analyse rare ! La semaine prochaine, un but et ils gagneront ! Allez l’équipe !!!

    Anna liste tout : Mouais... en même temps, s’ils avaient perdu 2 à 0, il dirait pas du tout, mais alors du tout, la même chose ! Prétention et analyse bancale !

    Passionné du ballon rond et ovale : C’est bo ! Ils lèveront la coupe !

    Panseur : "Nous espérons que ce match sera un beau match !" Platini, un mercredi soir sur TF1 ( en 1994 je crois, à vérifier). TOUT EST DIT !!!!

    Tiré de l’Encyclopédie de l’Université Moderne (le EUM) : Le rap, le foot, la vie, plus que des convictions, un art de vivre ; aux éditions Glandu de Nerval.


  • D’akousma, ce que l’on entend. Le terme acousmatique nous vient de Pythagore qui fustigeait ses disciples qui appliquaient les théorèmes sans les comprendre et qu’il nommait mathématiciens ( abrutis). Pythagore enseignait alors derrière un rideau pour que les apprenants se concentrent sur ce qui était dit et non sur les gestes et attitudes de l’enseignant qui déconcentraient des têtes de linotte gazouilleuses, passablement prétentieuses et assoiffées de prestige.
    Ainsi, on peut connaitre par coeur un texte sans rien y piper (comme beaucoup de juristes).
    Un bon vieux psittacisme universitaire comme dirait l’autre... Un comprendre stérile, sûr de lui-même et dominateur : Bienvenue dans la modernité !


  • Le clip montre la nullité pédagogique du procédé car les élèves sont incapables de retenir les paroles de la "chanson" : ils font du (mauvais) playback sur un couplet à chaque fois.

    Le rap, c’est la complaisance dans la médiocrité et la violence des rapports sociaux.

     

    • #1974122

      "Le rap, c’est la complaisance dans la médiocrité et la violence des rapports sociaux."

      lol, c’est comme avoir entendu Patrick Bruel, et conclure : "la chanson française, c’est nul."


    • @palm beach

      À chaque fois qu’on m’a fait écouter du rap prétendument haut de gamme, avec des textes fouillés "qui passent pas à la radio", ça s’est toujours révélé du même acabit. Le problème du rap, c’est l’absence de mélodie (même quand ils en piquent à droite à gauche des bonnes, ils les massacrent) et l’accent de sous-prolétaire africain de banlieue qui crache sa haine et sa violence sociale plus qu’il ne chante. Même du Verlaine serait rendu inécoutable par ces pauvres types.


  • Le premier clip est bien gentil, encore que si je ne me trompe pas on voit des bouches d’incendies explosées dans la joie et la bonne humeur à la fin ?
    Mais le deuxième... Gestuelle de macaque antisocial, sonorités morbides, débit agressif, tous les codes de ce que le rap produit de plus avilissant (ordinairement avec des putes et des flingues à la place des tables d’écoles). Tout ça ne participe pas à l’état d’esprit nécessaire à l’étude et à l’élévation de soi mais ramène au corps et au désordre émotionnel. La forme combat le fond.


  • "J’te jure j’t’étrangle"

    "Ce n’est pas pour te parler de balistique
    Don’t t’as l’habitude,
    Mais cette fois
    si je kick,
    C’est pour te parler de statistiques..."

    Quand j’entends ça j’ai l’impression qu’en sortant du cours le gamin pourra enfin aller nettoyer sa "kalash"...
    Bien plus difficile à retenir que la compréhension de simples théorèmes mais, saupoudré d’un peu de violence cautionnée par Kerry James, c’est forcément pour la bonne cause !

    Ne vous leurrez pas, il s’agit bien d’encourager l’élève à se complaire dans la logique de soldat anti-France très bien expliquée par Mathias Cardet.

    Quel accomplissement...

     

  • Ce racisme bien-pensant est dingue.
    Faire croire à ces gamins qu’ils sont incapables de s’exprimer ou de comprendre quoique ce soit sans passer par le rap, c’est ignoble.
    Rentre dans cette case et ferme-là.


  • C’est du racisme qui ne dit pas son nom ! Ça sous-entend que les élèves d’ascendance africaine sont plus cons que les autres et qui entravent que dalle, comme on dit !
    C’est triste : ces élèves n’ont pas une once de culture française en eux et ce ne ce sont pas ces cours en toc qui arrangeront les choses...


  • On ne peut s’empêcher de visionner ces deux vidéos avec un sentiment d’effroi.


  • Faire du rap c’est plus facile que s’efforcer à mémoriser . Or la mémorisation est la base même de toute réussite scolaire et même universitaire .

     

  • Je ne comprends pas pourquoi des enfants de France prennent le temps de venir dire du mal de ce genre d’initiative insignifiante.

    Il vous fait du mal ce prof qui chante avec ses élèves ? A se demander si le problème n’est pas parfois d’un seul coté, celui du spectateur aigri. C’est triste de lire autant de méchanceté inutile sur le site.

     

    • C’est extrêmement important de savoir comment sont formés (ou déformés en l’occurrence) les jeunes français qui seront les citoyens de demain.
      Ce n’est pas insignifiant de voir ce que l’éducation nationale devient, par démagogie et racisme.


  • Salut, J’ai voulu comprendre pourquoi cet article reçoit une si mauvaise note, j’ai lu les commentaires, et je suis franchement déçu par votre qualité d’analyse. Il dit bien que ce qu’il a produit n’a pas de prétention pédagogique, mais que c’est une critique à ce qu’on peut appeler le "gangsta rap". En d’autres termes, ça a pour but de ramener les élèves aux livres de cours et pas de s’y substituer, ce qui n’a rien à voir...

     

    • Si ça n’a aucun but pédagogique, ça n’a rien à faire en classe. La fonction d’un prof de maths n’est pas de critiquer un genre musical, mais d’enseigner les maths !


    • C est parce que quand on entend le mot rap on sort notre revolver pour tirer dessus. Le mal est fait, ce style musical a cristalise sur lui toutes les saloperies qu on a voulu coller sur la jeunesse issue de l’immigration : violence, vulgarite, drogue, etc. Enfin vous savez tout cela. Je ne doute pas qu’il y a des rappers sympahiques mais on ne veut tout simplement plus en entendre parler et les gens tirent a vue maintenant...


    • Au premier message : Non justement, et c’est bien là qu’est toute l’erreur d’interprétation. Dans cette vidéo, ce n’est pas un prof de maths, c’est un rappeur qui trouve son inspiration dans son activité de prof de maths. Faire la critique du "ce n’est pas comme ça qu’on enseigne les maths" est un hors sujet.

      Au 2ème message : Oui c’est bien ce que je dénonce, car à prendre ce genre de raccourcis on ne peut être compris par celui qui n’est pas issu du même logiciel que le sien, on reste entre soit, on finit par disparaître. Gardons le sens critique, c’est la force première de cet endroit.


  • Donc, comme tous les prépubères qui écoutent du rap, ces élèves vont apprendre par cœur les paroles, sans en comprendre le fond, pour les répéter bêtement et ne jamais être capables de les mettre en perspective ?
    Si cette forme de pédagogie est une fierté, c’est que les ambitions sont plus que modestes, pour ne pas écrire pitoyables...
    L’ascenseur social va rester en panne encore un moment et en attendant, ça fera des battles de maths dans la cage d’escalier !


  • Moi je le trouve assez sympa de morceau de rap, sans prétention mais assez ben fichu quand même. Par contre le foutoir dans la classe à la fin est assez regrettable, comme si c’était normal que les gamins montent sur les tables.
    C’est bizarre ; comment se fait-il que des postes de remplacement apparaissent tant en fin d’années scolaire ? Cad maintenant (Je le sais puisque je prospecte pour la rentrée). Pourquoi tant de profs qui tombent malades en cette saison ?


  • #1976189

    abrutissant ! ca y est, c’est open bar, nous arrivons au fin fond des chiottes de nos valeurs républicaine : les banlieues se fracturent de plus en plus du reste du pays : ce prof est un danger pour l’education nationale, il va me rétorquer que c’est une manière pédagogique de leurs faire apprendre ce qu’ils ne veulent pas apprendre : foutaises !!bullshit !!le prof doit représenter le savoir MAIS aussi la loi dans ses cours.
    oui le communautarisme a gagné, il est partout en banlieue(mis a part Neuilly) car meme si dans d’autres bahut ce n’est pas encore le cas : il y a tout pour que cela le devienne : surveillant tous issu de l’immigration, profs/ les trois quart issu de l’immigration et les élèves:90% issu de l’immigration : je plains les tetes blonde ou chatain clair comme les miens qui arrivent a bien bosser dans un collège qui se barre en sucette communautaire.


Commentaires suivants