Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Nouveauté Kontre Kulture : La Légende noire du Moyen Âge, de Claire Colombi

« On se croirait au Moyen Âge ! » Qui n’a jamais entendu, et sans doute prononcé lui-même ce poncif ? Asséné sans réflexion aucune, tant il est admis qu’avant la Renaissance et les Lumières la civilisation occidentale était dans les ténèbres, il illustre parfaitement cette légende noire que l’auteur déconstruit ici, méthodiquement, sujet après sujet, de la représentation artistique à la religion, de l’organisation sociale à celle de la formation, écoles, apprentissages, universités : « Pour qu’il y ait Lumières, il avait fallu qu’il y ait eu obscurité ; pour que le changement apparaisse comme nécessaire, il avait fallu condamner les abus et les anciennes pratiques. On les tourna en ridicule, on les appela archaïques et on inventa un passé triste, inefficace, injuste, violent et sombre. »

 

Dans l’imagerie contemporaine, la situation du serf est réduite à celle d’un quasi-esclave : droit de cuissage, impôts en tout genre – n’est-il pas « taillable et corvéable à merci » ? –, on en arrive même à assimiler l’ « attachement à la glèbe » à une forme de vente du serf et de sa famille. On nous fait croire que les enfants ne connaissaient pas l’école, alors que les religieux s’attachaient à les instruire, chaque sujet ayant le droit d’échapper à l’ignorance afin d’exercer son libre arbitre et d’œuvrer au salut de son âme. Analysant la manière dont l’art médiéval est étudié, les mensonges et les outrances des historiens, La Légende noire du Moyen Âge remet en perspective la peinture et l’architecture d’une époque longue de mille ans qui a su allier spiritualité et sentiments humains, et rend justice à une science et à une médecine prétendument engluées dans des croyances et des dogmes les soustrayant aux rigueurs de l’intelligence. Bien loin de ces assertions véhiculées par l’ « esprit des Lumières », c’est un Moyen Âge véritablement lumineux qui nous est conté ici.

 

Claire Colombi est une historienne française spécialiste de l’époque médiévale. Après un passage à l’Éducation nationale, elle s’est faite l’avocate d’une période méprisée et calomniée, écrivant des articles et donnant des conférences relayés par différents sites Internet.

 

Préface de Marion Sigaut.

 

La bande-annonce de la sortie du livre :

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

 

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je prefere l’Aphrodite de Cnide aux sculptures de Strumpf qui ornent les chapiteaux des eglises du moyen age .


  • Jolie la couverture. Pour le premier livre de Claire Colombi, c’est le thème idéal.


  • Il serait bien que Claire Colombi fasse une vidéo ou écrive un texte pour nous expliquer ce que son livre apporte de nouveau par rapport à ceux de J. Heers et R. Pernoud.

     

    • Votre demande est légitime. Reste qu’il rassurant, à mon sens, de savoir que de jeunes historiens consentent à se pencher sur cette période délicate par les temps qui courent. Quel courage, Claire ! Merci à vous.


    • Je pense que vous m’avez mal compris. Je ne doute pas que Claire Colombi a fait en sorte que son livre ne soit pas une simple resucée des ouvrages de ses prédécesseurs.

      Mais justement, pour faire la promotion de son livre, il faut expliquer ce qu’il apporte de nouveau.


    • Je me suis mal exprimée... cela m’arrive souvent en ce moment... la fatigue et la dépression sans doute - je devrais tout simplement éviter de commenter durant ces périodes.


    • à l’attention de "vélo"
      "la fatigue et la dépression" tous les gens ayant un minimum de conscience ne peuvent etre que déprimés et fatigués du monde qui les entourent, je pense que on en est tous la je vous rassure. "du mal à vous exprimé" moi aussi et j’ai meme du mal à penser ;.. "c’est bien d’avoir une vision clairvoyante sur ce monde pourri mais c’est pour mieux s’apercevoir qu’on y peut rien où pas grand chose, alors mieux vaut pas trop cogiter. "courage camarade"


  • Très bonne idée de livre ! C’est fondamental de réhabiliter cette période méconnue par les français et méprisée par nos "élites" actuelles.
    Je souscris à ce qui a été dit dans un des commentaires précédents : une petite vidéo de présentation par la charmante et volcanique C.Colombi serait judicieux.

    Hâte de lire ça en tout cas.


  • #1789797

    Le Moyen Âge n’est obscur que pour les esprits obscurs à écrit qq part le métaphysicien français René Guénon cependant qu’il considérait comme une grande énigme sa brutale disparition.


  • Je profite de l’occasion pour demander à qui saura si des films honnêtes ont été faits sur le Moyen-Age, des contre-poids à Le nom de la rose...
    J’avais bien aimé La chair & le sang de Verhoven, mais sur le plan de la réalité historique je ne sais pas si ça tient la route.


  • Je ne sais pas si le livre y répond, mais il y a une question qui me turlupine depuis un moment :
    Comment se fait-il que les avancées techniques romaines ont été perdues alors que justement l’empereur romain s’etait converti au christianisme ?

    Par "avancées techniques" j’entend : outils de précision notamment chirurgicaux, béton romain, machineries en tout genre, equipement militaire, etc etc C’est a dire, des choses pas "connotées" religieusement, enfin je pense.

     

    • Bonjour
      Je ne suis pas un expert en la question et je m’excuse d’avance si je me trompe.
      Mais il semblerait que la chute de l’empire romain envahi par les barbares aurait provoqué cette "dégradation" des connaissances.
      La première partie du moyen âge (période des mérovingiens) est une période globale de "stagnation" avec une perte sèche de la culture romaine sauf dans les monastères où les moines copistes conserveront les textes fondamentaux latins.
      Plus tard (carolingiens et capétiens) on ré découvre un peu de cette culture mise sur le ban. Mais il faudra attendre plusieurs siècles de lents progrès pour aboutir à la Renaissance qui, je pense, n’aura jamais rien apporté sans sa fondation qu’est le moyen âge (surtout du XI-XIIIE - le temps des cathédrales, de la scolastique, ré découverte des textes grecs apportés par les chrétiens d’orient fuyant les persécutions ou les traductions arabes d’Aristote, l’apport des technologies venant d’extrême orient et notamment de Chine comme le papier, ou d’inde avec les chiffres qui seront perfectionnés par les arabes, l’Église qui va consolider la société etc.)
      Bien sûr la réalité est plus complexe mais la grande majorité des livres au moyen âge sont des copies de traités scientifiques (astronomie, médecine, architecture, mathematique) mais il faudra un millénaire pour bien apprivoiser cette culture et cela aboutira à la Renaissance (Corpenic, etc.)


    • #1791566

      @ fadge

      Oubliez votre lecture matérialiste ou même religieuse de l’histoire. L’Evangile n’est pas une énième tentative d’asservissement du nombre par le peu. Son contenu vous dépasse ? Je vous rassure, c’est parfaitement normal.
      La réponse est d’ordre gnoséologique, ne pas "donner des perles aux pourceaux" prend tout son sens dans une société humaine qui n’est pas (encore) adulte.
      La technologie n’est rien, elle ne produit que facilité (médiocrité) et donc régression.
      Quand un grand homme adulte comme Henri Poincaré pense la théorie de la relativité, il y voit l’émancipation de son espèce, quand Einstein et Oppenheimer la reprennent, c’est Hiroshima et Nagasaki !...
      Comprenez ces lignes et lorsque vous croiserez demain un tas de cailloux triangulé, vous verrez un tas de cailloux triangulé et non la demeure éternelle d’un roi despotique.


  • Je me suis procuré ce livre et je vous le recommande fortement.

    Découvrir le Moyen Age c’est redécouvrir la France, et voir ce qu’elle était, et comment elle fonctionnait, à son apogée, c’est aussi comprendre tous les mensonges qui ont été insidieusement glissé dans nos consciences depuis 200 ans afin d’instaurer notre mise en esclavage, autrement appelée "libéralisme économique", et, c’est enfin, renouer avec nos ancêtres, ce qui me semble, en ces temps de déracinement forcé, indispensable pour préparer les jours à venir.