Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

ONPC : Marlène Schiappa outrée par une réflexion de Jean-Claude Van Damme sur les femmes

ONPC, samedi 30 juin 2018. Les invités sont entre autres Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à la discrimination positive des femmes qui souffrent du patriarcat blanc, et l’acteur situationniste Jean-Claude Van Damme.

 

JCVD n’a pas pu s’empêcher de poser une question choc à la féministe qui ne pige rien à Marx :

« Si toutes les femmes travaillent, qui s’occupera des enfants à la maison ? »

Une question simple qui appelait une réponse simple. Mais on ne s’adresse pas aussi impunément à la Première Femme libre de France. Secouée au plus haut point devant tant d’insolence, la marxiste de supermarché a rétorqué, selon TV Magazine :

« Interrompre une femme, ça s’appelle du “manspreading”. »

Sauf que le manspreading, ce sont les mecs qui écartent les jambes dans le bus et qui ne laissent pas assez de place aux femmes qui veulent s’asseoir ou qui sont assises à leur droite ou à leur gauche dans les transports en commun. Un problème fondamental dans la France sous double choc migratoire et terroriste, en chômage massif et à l’élite corrompue.

 

 

Il est probable que le sous-ministre (ou le magazine) voulait plutôt parler de mansplaining, nouveau barbarisme à la mode dans la bouche des féministes 3.0 : il qualifie l’argumentation de ces salauds de mecs qui disposent de tous les pouvoirs mais qui ne veulent pas en lâcher une miette aux pauvres femmes. De la complainte de dominant, quoi.

Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, ce samedi 30 juin 2018, c’est la dernière émission du chroniqueur en CDD Yann Moix dans le show LGBTo-sioniste de Laurent Ruquier :

 

 

Moix, ce mélange épanoui de sionisme et de vulgarité, a pu composer un dernier plateau d’invités selon son cœur :

« En cadeau de dernière, Yann Moix a eu un droit de regard sur la programmation. C’est lui qui a par exemple imposé Juliette Morillot, cette historienne spécialiste de la Corée du Nord qui vient de sortir un livre intitulé Le Monde selon Kim Jong-Un (Éd. Robert Laffont).
Il s’est aussi retrouvé assis à côté de celle qu’il admire depuis l’adolescence, Nicole Calfan, venue promouvoir une pièce donnée au festival Off d’Avignon. « J’en ai disséminé du liquide séminal pour vous dans ma chambre », a-t-il reconnu. » (Source : TV Mag)

Où l’on sent que les partouzes ne font pas toujours du bien à la tête... Les people qui parasitent le service public – Ruquier, Moix ou Angot – ont vraiment perdu la notion de décence. À force de refiler les clés de la télé aux porte-paroles des lobbies, on se retrouve avec du porno pour crétins.

Ceux qui penseraient être débarrassés de Moix à la télé se mettent le doigt dans l’ourson : on le reverra à la rentrée dans l’émission porno-sioniste d’Ardisson & Goldanel sur C8, Les Terriens du samedi. Yann ne sera donc absolument pas dépaysé par rapport au couple Angot-Ruquier.

Les people, tu les jettes par la fenêtre, ils reviennent par les égouts !

 


 

Pour participer au combat de la Rédaction d’E&R
et obtenir toutes les informations (contreparties, objectifs),
rendez-vous sur la page de financement participatif dédiée :

Schiappa, la Van Damme de la politique, sur E&R :

 

La vie (et la mort) des people,
à déguster sur Kontre Kulture

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Interrompre un homme, c’est du womanbreakballsing ?

     

  • A ce propos, une ministre pas mal aussi c’est Pénicaud prise en train de travailler dans les jardins du Ministère. Elle était dans la position de taï-chi "la grue blanche déploie ses ailes". Tout à fait approprié.


  • C’est vrai qu’il a dit bcp de conneries dans sa vie mais quand on arrive à traduire, je trouve que c’est une personne pleine de bon sens.
    J’ai bcp de respect pour jcvd, déjà parce que je suis belge comme lui, mais aussi pour son parcours.
    C’est un vrai gentil, attaché à la famille, l’amitié et à certaines valeurs traditionnelles.

     

  • JCVD en totale roue libre comme d’habitude c’est génial ! Et il est loin d’être idiot comme beaucoup le pensent, il a simplement une façon particulière de s’exprimer mais quel régal !


  • "... la propension de certains hommes à prendre beaucoup de place dans les transports en commun ? Ou faut-il y voir une erreur de retranscription"
    La Schiappa ne cite que ce qu’elle a déjà entendu, à savoir la doxa, les mots du système. C’est la première option qui est la bonne.
    Manspreading... Mais c’est ce qu’elle cherche, cette-femme-qui-travaille (qui serait une bonne mère au foyer, va-z-y Marlène !).
    Raisonnons.
    Qui s’occuperait des enfants si toutes les femmes travaillaient ?
    Aujourd’hui, de facto, ce sont d’autres femmes plus ou moins motivées et compétentes, souvent extra-européennes en ce qui concerne les nourrissons et bambins. Pas mal d’enfants meurent chaque année en nourrice. Dernier fait-divers de juin : une nourrice (diplômée, recommandée) exaspérée par ses cris, secoue un enfant de cinq mois, qui en meurt.
    Schiappa et le manspreading ? Jusque dans la nursery ! (excuses pour l’angliche, je macronise).
    L’idée de Schiappa est de confier les enfants à n’importe qui d’autre que la mamma : donc aussi à des hommes intéressés par le maternage. Or les hommes ne sont pas très patients, encore moins que les nounous énervées. Généralement d’ailleurs, la nature faisant bien les choses, les hommes n’adorent pas se coltiner des bambins à changer, nourrir, bercer, etc. Comme de gros machos qu’ils sont, ils filent bosser pour ne pas entendre chouiner le rejeton. Les mères de ces bambins, en revanche, peuvent aimer ces tâches, et même chanter pendant qu’elles les exécutent.
    Or donc, pas de manspreading aux heures de bureau, dans le domaine réservé de la petite enfance !
    C’est beaucoup plus prudent !
    Mais du papa-spreading le soir et le ouikène, surtout quand Bambin 1er cherche sa taloche sur le fondement ! Ou une voix masculine pour lui raconter la vie.



  • l’acteur situationniste Jean-Claude Van Damme




    fallait oser la faire celle là, excellent !
    (mais artiste situationniste aurait eu encore plus de gueule, c’est Cousin qui doit se marrer)


  • Les femmes ne peuvent concurrencer les hommes qu’en les caricaturant et en les attaquant sur leurs défauts qui sont réels, sur leurs faiblesses. En outrant leurs défauts, en devenant pires qu’eux, elles peuvent à la rigueur les imiter mais elles n’ont pas de prise sur leurs qualités ontologiques (supériorités physique et intellectuelle, capacité d’abstraction et à sortir de l’éternel "moi-je" typiquement féminin). Si l’homme n’était pas supérieur à la femme, il ne serait pas un homme. Point.

    Supériorité non existentielle mais essentielle. L’homme "est" dans la supériorité. La femme "est" dans la faiblesse. Shakespeare dixit : "Vanity, thy name is woman" "Fragilité ton nom est femme" (Hamlet)

    Mais quand les hommes se mettent à caricaturer leurs propres caricatures, celles que les femmes font d’eux, on entre dans la quatrième dimension. C’est à dire dans la sous-culture américaine soft-powerienne matriarcale. Et l’homme se transforme en personnage de Walt-Disney, de Tex Avery poursuivi éternellement par des sphinges ; un débile grotesque. Candidat à la présidence des Etats -Unis tel Bill Clinton obligé de rendre des comptes du moindre de ses assauts sexuels.

    Les femmes ne rêvent que d’une chose : d’un homme supérieur. Alors quoi ? Supérieur à qui ? A elles.

     

    • Est-ce encore des femmes ? Des créatures plutôt inengendrees par le Père, non pénétrées de sa transcendance, donc inassouvies, inaccomplies. D’emmerdeuses, elles sont passées de brigadier-chef à kapo. L’étau de l’état se resserre : il a besoin du personnel adéquat pour mater les réfractaires. Ce n’est pas d’un homme dont elles ont besoin mais d’un maître de cérémonie satanique pas loin de sadique qui les confirmera créatures dévouées. La raiepublique ouvre son antre, elle révèle ses entrailles putrides, immondes, son carnage.


  • Il est des femmes dont le travail consiste justement à s’occuper des enfants, les nounous et les employées des crèches .

     

  • La femme à un autre job, s’occuper de l’éducation des enfants c’est déjà un sacré boulot à temps plein.

     

  • Question simple !
    J’adore


  • Excellentes les imitations de Marlène par Laurent Gerra, il sait à merveille rendre toute la sottise de la péronnelle malfaisante .

     

    • Une péronnelle malfaisante, oui, c’est ça ; et arrogante ; ce personnage me fait horreur avec ses airs stéréotypés de cadre administratif, devenu commun à toutes les institutions car coulé en série dans le même moule, sans déroger d’une once au formatage quel que soit le domaine d’application, sans distinction de sexe si bien que celui-ci disparaît malgré les apparences ; ces froids robots technocrates du système sont des enveloppes vides. DANGEREUX.


  • La traduction la mieux adaptée en bon français du terme "manspreading" serait : se répandre, voire se vautrer.... et en l’occurrence c’est la Schiappa qui se vautre (au sens "se ramasser") en sortant sa énième stupidité. Van Damme, avec son air couillon et ses mots ricains qui truffent ses propos décoiffant (pour se vendre aux USA il est préférable en effet d’avoir l’air yankee, même façon carton pâte !) est loin d’être le con que l’on croit... ne jamais se fier aux masques. C’est une catégorie d’homme que j’aime assez... les muscles c’est tout de même plus virile que les mains manucurées et les jean’s moulant des jambes haricot vert !

    Quant à Moix, le seul talent que cet homme possède c’est celui d’être d’un opportunisme sans limite. Prêt à toutes les concessions, l’homme qui a pondu un pavé indigeste pour juste raconter son enfance violentée est persuadé d’être rentré dans le sein des saints, à défaut de trouver un sein de vraie femme non hystérique, ce qui devient une rareté en cette époque de victimie grossière et grotesque. N’ayant pas de télé ni de radio, je suis épargnée de cet olibrius prétentieux comme un pou... ce qui n’est pas sympa pour le pou qui, lui, fait son boulot sans pleurnicher sur sa petite vie d’enfant qui a eut peur... comme s’il était le seul dans ce cas... il devrait aller faire un séjour chez les enfants palestiniens ou érythréens !


  • C’est vrai que Moix a plus l’habitude de passer par les égouts que par les fenêtres..


  • J’aimerais être aussi con que JCVD, parce que mine de rien, il s’est bien démerdé, et il en a qui n’ont pas eu sa carrière, et sa réflexion est pleine de bon sens .Tant qu’à la féministe Schiappa, sa réponse est stupide pour ne pas dire ignare

     

    • @dixi

      Oui, tout-à-fait d’accord avec vous ! On peut penser ce qu’on veut de JCVD, il a quand même eu une brillante carrière dans le cinéma, c’est un athlète de très haut niveau, ainsi qu’un champion d’arts martiaux, un homme qui a travaillé dur, quoi qu’on en dise, bien qu’il ait connu des hauts et des bas ! Et face à lui, voyons voir ? Une femme à la tête d’un ministère fantoche dont le but est d’assurer de la propagande féministe et LGBT, qui entretient la division parmi les français, et qui se permet de prendre de haut avec une réponse creuse et arrogante à un homme qui n’a plus rien à prouver alors que elle, oui (cf. son propre père obligé de la recadrer sur Marx) ; on est vraiment dans un monde d’inversion des valeurs où une péronnelle arrogante se permet de prendre de haut une star reconnue (où est donc la propre popularité de Marlène Schiappa, hein ?) Celle-là, quand le mandat Macron aura pris fin, elle ne sera plus rien, plus rien du tout ! Elle trouvera sans doute comme son "illustre" prédécesseur un poste dans un institut de sondage, mais au pire, ce sera un gigantesque "ouf" de soulagement ! Vivement la justice immanente !


  • Merci de m’avoir indiqué ce qu’est le mansplaining, je pensais que depuis François 1er le français était la langue obligatoire de l’administration et de ses représentants. Le charrabia du franglais outil supplémentaire de dénaturer un pays de sa substance ?

     

  • Oui JCVD fait du "manspreading" pour mettre en avant la stabilité de conduite d’ une marque de camion bien connue.


  • Van damme a un bon sens évident !
    Je l’adore !

     

  • - Marlène Schiappa est née outrée, une hystérique totalement givrée.

    - Après Van Damme nous parle de “manspreading”, c’est drôle venant du roi du grand écart. Bravo JCVD


  • Cette question est naïve.

    Si la femme travaille surtout pour un patron qui a des prêts auprès des banques à rembourser ,c’est l’état qui s’occupe des enfants.
    L’état va transmettre aux enfants la soumission au autorité politique,aux autorité bancaire ,au autorité moraliste et sexuel
    En somme l’état leur inculque la soumission au porteur de lumière Lucifer

    Aujourd’hui l’age de la majorité sexuel est à 15 ans demain elle sera à 9 ans


  • J’ai regardé "quotidien" ce que je ne fais jamais quand j’ai vu que l’invité était Van Damme, je l’aime bien et je ne suis pas belge. Il a évoqué le problème de la pénurie d’eau vraiment intéressant. Et son nouveau film a l’air pas mal.


  • Pauvre fille et pauvre Moix, ils n’ont pas le niveau JCVD c’est la classe et franchement je ne crois pas qu’il soit l’un ou l’autre en mesure de lui raconter la messe,et de lui apprendre la vie.


  • En 1933, Hitler a fait disparaître le chômage en renvoyant les femmes à la maison. Elles n’avaient pas intérêt à se plaindre.

     

  • "« J’en ai disséminé du liquide séminal pour vous dans ma chambre », a-t-il reconnu. ».
    Brillant aveu M. Moix... Du liquide séminal c’ est ce qu’on répand quand on n’ a plus de sperme en soute. Quand on ne peut pas, on ne peut pas.


  • Les Terriens de quand ?
    C’est à dire qu’il y a des jours, il faut toujours un commis(que) pour allumer le feu...Histoire d’être raccord 7/7...
    Heureusement, on ne m’a toujour spas offert de TV : donc je suis sauf. Par contre j’ai voulu regarder l’extrait de Schiappa vs Mr. Aware : je pensais rire un peu ; et puis non, rien. C’est grave docteur ?


  • Ou comment retourner un homme publiquement quelqu’un en pilpoulant avec la complicité de tous.

    C’est vraiment affaire à des machines.
    Y’a rien d’humain là-dedans.
    Flippant.


  • Elle ne dit pas "manspreading" mais "mansplaining" (= man + explaining).
    Faut suivre, les gars !! C’est même marqué dans le tweet que vous avez inséré. On sait à quel point ça va loin leurs histoires, mais ce n’est pas la peine d’en rajouter...

     

    • Oui, elle est pas très maline mais elle dit bien "mansplaining". Pour votre défense, je reconnais qu’avec toutes ces expressions à la con on ne comprend plus grand chose à ce qu’elle raconte.



    • "Ce que vous venez de faire c’est du mansplaining, c’est à dire qu’un homme interrompt une femme pour lui expliquer qu’il sait mieux qu’elle des choses sur son propre domaine d’expertise"



      Donc de son propre aveu garder les enfants à la maison c’est du domaine d’expertise des femmes, donc cela regarde plus les femmes que les hommes. Elle a ainsi porté un coup à l’idée que les hommes devraient être autant "au foyer" que les femmes.

      Qu’on se le dise grâce à elle. Merci Marlène ; tu veux faire la féministe mais sans t’en rendre compte - parce que tu ne réfléchis pas beaucoup - tu marques contre le camp que tu souhaites promouvoir.

      Pas fine la petite.


  • Du mansplaining maintenant...

    Je parie que personne sur le plateau, ni même Ruquier, ne connaissait ce terme à la mode dans la petite sphère de Marlène Schiappa.

    Je ne suis pas trop étonné de lire que ce terme existe déjà sur wikipédia.
    Mais il fait aussi l’objet de critiques, y compris des féministes car il ne pousse pas à la réflexion sur pourquoi le phénomène existe.

    C’est pourtant simple :
    En effet, quand une femme remet déjà en question sa maternité - ce que la vie même lui a donné - comment répondre un homme qui va dans le sens naturel des choses quand il lui explique que ses conneries sont contre-nature ?

    Les féministes sont bornées.

    Ou encore qu’accuser son adversaire de mansplaining permet de couper court à tout débat sous prétexte de sexisme.

    Ce que vient de faire Schiappa.
    Ça me rappelle d’ailleurs certains par cette méthode douteuse.

    Ou même qu’accuser quelqu’un de faire du mansplaining réduit ses propos à son sexe.

    Mais Schiappa a aussi dans son sac à main le manterrupting.

    C’est beau la culture quand elle ne sert à rien.


  • "Selon les statistiques, il y a une personne sur cinq qui est déséquilibrée.
    S’il y a 4 personnes autour de toi et qu’elles te semblent normales, c’est pas bon !"

    JCVD


  • « Si toutes les femmes travaillent, qui s’occupera des enfants à la maison ? »
    La reponse avait été donné me semble-t-il par Laurence Rossignol
    Les enfants seront éduquer par l’éducation anti nationale du PS/LREM


  • Quand l’argent manque dans le pays, il n’y a plus de quoi payer une nounou ou la crèche.
    Alors (quand elles ont décidé d’en avoir) les mères s’occupent de leurs enfants, les pères bricolent et portent les paquets lourds... quand ils ont un certain sens moral et celui de la lignée. Quand ils ne l’ont pas, ils se carapatent, et maman fait tout. C’est comme ça un peu partout. Moins le père est éduqué, plus il se répand et fuit.
    La pauvreté des parents, des mères surtout, les pousse à se dévouer tout particulièrement à leur progéniture, pour qu’elle connaisse des jours meilleurs. L’Etat compte à la fois là-dessus et sur son pouvoir de coercition, sur la carotte et le bâton.
    Le système français des nounous est fait pour que la mère travaille et aussi pour qu’elle confie son enfant à une immigrée. Si la mère passe par les employeurs intermédiaires, elle est remboursée par l’Etat en partie de ses frais. Ces employeurs paient si chichement leur salarié(e) (presque toujours une femme), puisque sur un bas salaire ils se servent eux-mêmes, qu’ils ne peuvent compter que sur le turnover : sur le renouvellement constant de populations peu exigeantes, en général fraîchement arrivées, non diplômées, ou blessées par la vie. Même elles finissent par abandonner un emploi contraignant payé en cacahuètes.
    Tous ces mots anglo décrivent les différentes formes d’esclavage de manière très synthétique.


  • Je comprends à quoi VD fait allusion : après mon diplôme(études longues), au premier jour d’embauche on m’a annoncé la couleur, très bon salaire mais entre mon départ le matin jusqu’au retour le soir 13heures au total. C’était soit élever les enfants, soit devenir une bête de somme.
    Mon choix était fait, et franchement c’était pas difficile, chez nous les hommes assument leurs obligations et ils vivent pour leur famille.
    C’est un équilibre, ses enfants respectent la figure paternelle protectrice, ils jouent calmement quand il fait la sieste, lui parlent avec respect, lui se ressource dans son foyer, et chaque jour est un jour nouveau.

     

    • Ça s’appelle le bonheur d’une vie simple. Et ce ne sont pas le consumérisme auquel accèdent les femmes ou la liberté sexuelle qui remplaceront ce bonheur. Les Louboutins et Meetic sont de la poudre aux yeux.


    • #1996977

      Pourquoi avoir fait des longues études alors ??

      Les femmes vivent leur vie à l’envers.
      Au lieu de faire des études jusqu’à 25-27 ans pour travailler ensuite, et finir par se dire, il me reste 3-5 ans pour trouver le bon gars pour faire un 1er marmot,
      les femmes devraient à 20-22 ans, trouver le mec, plus agé qu’elle, avec ses études et son travail en ordre et stable, donc un gars de 26-28 ans, pondre un gosse avec, et un autre, et un autre.
      Arrivée 35 ans, les enfants ne sont plus une urgence ni un problème, car ils auront entre 14-12-10 ans et pourront commencer à se gérer seul
      A ce moment, la femme peut reprendre ses études et s’investir dans le "monde du travail" et poursuivre une carrière sans entrave

      mais je fais du mansplaining...


    • @massimiliano
      Pas bête du tout, cette solution, très utilisée dans le passé. Si la jeune fille montre un tel talent à se faire formater par de parfaits étrangers abstraits de la télé, pourquoi ne se confierait-elle pas à un homme à peu près établi qu’elle aimerait, qui l’aimerait et achèverait sa formation ?
      Beaucoup de jeunes femmes deviennent frénétiques vers la trentaine. Manquant de confiance en elles-mêmes, elles font des bêtises qui les poursuivent à vie ! Un enfant express avec un bonhomme facebook qu’elles méprisent ou exploitent... brisant sa vie à lui, au moins pour quelques années, empoisonnant celle de l’enfant, qui se retrouve entre deux parents qui se détestent... Avocats, pinailleries...
      Ou bien elles se résignent à la solitude, ne voulant pas se marier avec un rustaud ou un pauvre, lequel du reste a un choix de rustaudes et de pauvresses plus jeunes, constatent-elles avec horreur !
      Le meilleur âge biologique pour procréer, c’était environ 18 ans dans les années soixante, époque où la France était très majoritairement blanche. Maintenant, je ne sais pas. Il y a une précocité sexuelle artificielle chez les jeunes filles, induite par les médias, et une précocité bio, allez on va dire "ethnique". Ce qui ne signifie pas capacité maximale pour la fabrication d’enfants.
      Bon d’accord, elles perdraient leurs meilleures années pour séduire... Un vrai plaisir de jeune femme, éternel ! que les jeunes filles d’antan expérimentaient au bal du village, de leurs 15 à leurs 20 ans, et puis finito ! Maumariées et bien mariées idem.


  • heureusement que JCVD est là pour relever le niveau ! Cette pauvre féministe fait de la peine a entendre , elle n’a evidemment rien compris a l’émencipation de la Femme dans la société .Elle est a des années lumières de Marx !


  • Van Damme a toujours eu une longueur d’avance.... ce que la pauvre schiappa est infoutue de comprendre, de son côté.


  • Je ne suis pas le dernier à cracher dans la soupe industrielle dégueulasse, et je ne suis pas une "star", contrairement à Meyssan, Dieudo et Soral, mais il vraiment est intéressant de remarquer qu’ils ont été mis en lumière (sous cette forme) par le service public, chez Ardisson, Fogiel et Taddeï, pile-poil pour le remodelage du Moyen-Orient (2001)...

    Coïncidence ?


  • #1996867

    Marlène Schiappa est un non sens.
    Le féminisme = business sioniste.
    Quant à cette émission vulgaire qui la regarde encore.
    C’est comme avec Schneidermann "je ne suis pas un homme"...


  • Merci Jean Claude.
    Le féminisme c’est un gros mot. C’est une insulte aux Hommes et aux Enfants !!!!!
    Femme et Fière de mon statut d’Epouse et de mère au Foyer.
    Ni Simone Ni Marlène

     

  • N’empêche qu’il écarte mieux les jambes que la plupart des femmes...

     

  • C’est bien beau tout ça mais qui en 2018 regarde encore ce petit monde de l’entre soi qui passe son samedi soir à regarder son nombril de gaucho bobo mondialiste ? Perso, ça fait au moins 5 ans que je ne regarde plus cette propagande de lobbies et je m’en porte très bien. Je ne sais même pas qui est cette "Angot", c’est dire.


  • Evidemment, elle répond à côté de la plaque, en se victimisant,
    et en plus elle se plante.
    insupportable.


  • Du coup quand Marlène explique le mansplaining (oui elle va chercher une nouvelle lubie féminisme de l’autre coté de l’atlantique toutes les semaines) à JCVD elle fait du womansplaining ? Sinon ce qui choque Ruquier et la pauvrette et qui fait applaudir le public c’est la formule. Si JCVD avait dit "qui va s’occuper des enfants sinon une autre femme dont ce sera le travail ..." Qui boucle la boucle de la débilité du "progrès". JCVD sait être bon quand il veut. Mais il doit y avoir une entourloupe entre la langue dans laquelle il pense et celle qu’il parle qui fait que les formulations le font presque toujours passer pour un con remplie de bon sentiments.


  • En dehors de ça, l’hommage qu’il a fait à Jean-Claude Van Damme était beau.


  • Misogyne, misogyne, d’accord.
    Mais si je suis misogyne c’est quand même de la faute des femmes !

     

  • Par certains côtés (perruque, voile), la halakha et la charia (et d’autres encore ici et là dont nous n’aurions pas encore idée) sont donc du mansplaining...
    En 2014, pour tancer Manu la tremblotte, Madame écrivait :



    « L’article 1er de la loi de 1905 prévoit que la République "ne reconnaît ne salarie ne subventionne aucun culte". Ni plus ni moins. Interdire le voile c’est reconnaître le voile comme signe religieux, donc reconnaître une religion, interdire le voile à l’école est donc contraire à la loi de 1905 »




    (Ce qui serait du womansplaining puisque chacun sait que les religions sont le domaine d’expertise des hommes, tout comme l’était l’époque patriarcale de 1905 - lol)
    En revanche, elle ne s’exprime pas sur certains dîners dont la cerise sur le zigoteau est un ton plus loin que du mansplaining. Il faudrait qu’elle nous refile le terme, pour savoir.

    Chatouilleuse au guili, Marlène : elle a du pain sur la planche.


  • Le role de mere au foyer est merveilleux et peut etre gratifiant au dela de ce que l’on pense:ma soeur avocate, puis professeur de droit, a abandonne sa carriere ppour s’occuper des ses 4 enfants. Bilan : 4 enfants bien eleves, super diplomes et bonne moralite. Ils ne pourront a leur tour qu’apporter a la societe francaise. Pas un remerciement de la societe a tout le travail de ma soeur sur 20 annees, pour le bien de notre pays.


  • Heureusement que des sites comme E&R existe. Car au sujet de l’échange JCVD/Schiappa, les évocations de cet épisode par les médias mainstream compilés par Google font tous état d’un "recadrage" de JCVD par la "féministe". Consternant


  • C’est génial de voir que même JCVD est intellectuellement supérieur à cette cruche qui n’a aucun argument à lui opposer à part le catéchisme pour lequel elle a été investie... Et le public d’applaudir ce catéchisme ! Il a raison Soral, les français ne comprennent rien à la politique et plus rien à leur pays et à leur histoire... c’est sans espoir


Commentaires suivants