Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Olivier Delamarche sur les inquiétudes à propos de la croissance chinoise et la situation sociale en Espagne

Partie 1 :

Partie 2 :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Marc Riaz croit fermement à l’efficience des marchés. Cela signifie qu’il croit que les prix des marchés intègrent rigoureusement toutes les informations disponibles. Une hausse du marché signifie alors une amélioration de l’économie. Une baisse signifie une détérioration. Il croit donc que les prix du marché représentent une réalité objective aussi solide que la loi de la gravitation newtonienne.
    Il se contredit un tantinet quand il parle de confiance de ses "investisseurs". Si le marché était une mesure objective, la confiance ne jouerait aucun rôle dans l’histoire. Elle serait d’une parfaite inutilité.
    Je ne suis pas du tout d’accord avec lui sur le terme investisseur. Pour moi, ce sont des spéculateurs. Ils veulent acheter pas cher n’importe quoi pour le revendre plus cher. C’est de la spéculation. Mais monsieur Riaz croit en l’efficience des marchés. Par conséquent, il croit que l’activité des spéculateurs représentent un travail réel d’intégration des informations disponibles. Il les croit en train de chercher la vérité des prix. Il les croit en train de chercher ce qui produit le plus, au meilleur prix et dans la meilleure entreprise. Il croit que ce travail se fait en cherchant à vendre plus cher ce qu’il a acheté à un prix donné. J’aimerais bien voir une explication du lien entre ces deux choses. Il n’est vraiment pas évident.
    Une plus grosse contradiction m’a frappé. Il croit que si ses investisseurs ont confiance, l’économie va repartir. Les bourses ont franchi des records ces dernières années. La reprise économique n’a vraiment pas été resplendissante. Elle m’a échappé. L’annonce de la reprise, faite par les bourses, date de 2009. La reprise je l’attends. Je vois d’où vient cette annonce désespérante "l’économie va repartir dans 6 mois car les fondamentaux sont bons".
    Atroce

     

    • Tu as tout dis je n’aurai pas fait mieux , c’est justement ce système qui est a la base de tous les problèmes lies a la flambée des prix ou des baisse spectaculaire ... Bref une gangraine a éradiqué si on veut valorisé le local ,le commerce équitable dans nos pays et les autres et éviter les dérives de la mondialisation .... Une fois ce problème et celui du sionisme régler on vivra dans un monde en paix ...


    • L’économie de la bourse est tenu par les plus riches (Cf les sociétés du Cac 40 Total & quelques autres).

      Or il est démontré depuis des années que le chômage lui profite par baisse des coûts de MO.

      D’où l’envolée. Cependant dans une crise majeure & finale comme celle ci, seuls les plus riches des riches s’en sortiront & la bourse est inévitablement amené à s’écrouler par krach car on aura soit des riches qui vendent dans des micros marchés de riches (déjà le cas) soit un écroulement global suite au manque de solvabilité des ménages ce que je pense.


  • Merci à E&R pour m’avoir fait découvrir Mr Delamarche. L’avis des autres chroniqueurs est juste d’un ennui et d’un manque de courage flagrant pour expliquer la réalité économique. On n’attend que les interventions de M.Delemarche avec impatience. Ce dernier rabat d’ailleurs toujours joyeusement le caquet à ses opposants. E&R est une caisse de résonance du cru du PAF et cela fait du bien !
    merci pour l’éducation populaire de M. Soral à la politique et la géopolitique. À quand une éducation plus économico-financière ? Et pourquoi pas...à quand un E&R TV avec une section E&R BUSINESS ?


  • Je suis sous le choc de la dernière phrase de ce M. Riez. "Il y a des milliers de milliards qui ont été "détruits" par la crise des subprimes..."

    1 - je n’ai pas vu la fumée. Des milliers de milliards de billets brûlant d’un coup, ça fait un joli autodafé non ? On devrait voir la fumée d’ici.
    2 - les banques centrales remplissent le trou. Mais avec quoi ? Du papier, du "remplis trou avec "0101011001" ?

    Ces quelques mots de M. Riez, à eux seuls, montrent à tous combien ce système est virtuel...

    Il serait bon que ces gens là commencent leur vie en poussant des brouettes pour voir ce que c’est 1000 € de ciment ou de patates.

    Je n’invoquerai ni Mao ni Pol Pot dans cette intervention parce que c’est mal. Mais je pense à eux très profondément !!!

     

    • C’est très simple : ils appliquent la méthode du sapeur Camembert. Le brave sapeur a pour mission de creuser un trou dans la cour de la caserne. Mais il a un gros problème, qu’il expose au capitaine qui passait par là.
      « Sauf votre respect, mon capitaine. J’ai creusé le trou comme j’en ai reçu l’ordre, mais je ne sais pas où mettre la terre qui a été enlevée. »
      Et le capitaine répond :
      « Bougre d’andouille. M’ferez quatre jours pour imbécillité. Zavez qu’à creuser un autre trou assez grand pour y mettre la terre des deux trous. »
      Nous pouvons donc constater que les princes qui nous gouvernent sont plus malins que le sapeur Camembert, puisqu’ils ont trouvé tout seuls la solution : creuser des déficits de plus en plus gros en racontant que c’est pour mieux les résorber.

      Pour les jeunes générations qui ne le sauraient pas, le sapeur Camembert est le héros d’un feuilleton sous forme de bande dessinée, écrit par Marie-Louis-Georges Colomb, dit Christophe (1856 - 1945), qui est l’inventeur de ce nouveau genre littéraire. Ses oeuvres les plus connues sont :
      - La Famille Fenouillard (1889-1893)
      - Les facéties du sapeur Camember (1890 - 1896)
      - L’idée fixe du savant Cosinus (1893 - 1899)
      - Les Malices de Plick et Plock (1893 - 1904)
      C’est un humour un peu vieillot, mais avec quelques belles trouvailles comme celle ci-dessus.


    • L’idée fixe du savant Cosinus, mon livre de chevet quand j’étais gosse,
      ah l’anémélectroreculpédalicoupeventombrosoparacloucycle, il est est même sur wikipédia

      http://fr.wikipedia.org/wiki/An%C3%...


    • « Il serait bon que ces gens là commencent leur vie en poussant des brouettes pour voir ce que c’est 1000 € de ciment ou de patates. »

      Facho ! "Arbeit macht frei" détecté !


  • Les marchés fonctionnent de façon amnésique.

    Ils montent car ils anticipent la reprise économique et la croissance des profits pour l’année qui vient.

    Puis un an passe, les marchés ont monté mais sans qu’il n’y ait de réelle reprise économique (quelques dixième de points PIB obtenus à coups de plusieurs points de PIB d’injections de fausse monnaie) ni même de réelle croissance des profits (réduction de coûts, croissance externe, baisses de charges, ...).

    Les marchés ne corrigent pas leur erreur de prévision et embrayent sur l’année suivante pour laquelle ils anticipent la reprise économique et la croissance des profits...

    Alors Docteur ?

    C’est une bulle, une magnifique bulle de 4300 points qui pourrait même grossir encore un peu...


  • à 5 min environ de la deuxième partie,à propos de l’Espagne :"et c’est grâce à (s)ces souffrances qu’elle a retrouvé de la compétitivité"
    Allo,la Terre ?
    La décence m’empêchant de vous insultez,Monsieur Marc, et comme je voue une affection particulière pour les autruches,je répondrais par un proverbe africain :"on ne raisonne pas un estomac"
    Salutations

     

    • Je ne comprends pas votre commentaire.

      Bien sur que les sacrifices au niveau social augmentent la compétitivité en exportations. Vous pensez qu’on serait pas plus compétitif si on était payé au salaire chinois 50 euros par mois ?


    • Bonjour République
      Votre interrogation,si elle est au premier degré, m’étonne.Sinon,oui,je pense que la satisfaction de contribuer au redressement de son pays et des banques en étant soi -même bien ponctionné prend le pas immanquablement sur celle d’avoir tous les jours ce qu’il faut dans son assiette
      Cordialement


    • @ la république

      compétitivité ? mais on s’en fout de la compétitivité, la compétitivité c’est fait pour augmenter des parts de marché, or un marché n’est pas exponentiel à l’infini. donc à long terme c’est une aberration , Tout le monde est perdant à long terme(sauf ceux qui auront survécu et qui se seront gavés (1% de la population mondiale.) la production ne peut pas croître à l’infini.
      tout cela n’a aucun sens. la seule solution raisonnable est de réguler la production et surtout de la partager équitablement : que la demande et non le profit soit le moteur de l’économie, c’est pas plus logique ?


  • Quand je vois ce genre d’émissions, pour quelqu’un comme moi qui ne comprend rien à toutes ces histoires de bourses etc., ça me fait doucement rigoler de voir tous ces gens se palucher pendant que des millions de gens crèvent la dalle, alors qu’il y a CERTAINEMENT moyen de faire en sorte que tout le monde bosse et mange à sa faim, sans jouer avec de l’argent qui n’existe même pas en réel...
    Tout ça c’est du vent, monté de toutes pièces par des voleurs, tout simplement.
    Mais au moins Olivier Delamarche semble être "objectif", c’est déjà ça.


  • C’est qui ces extras-terrestres ?
    Moi quand je vais au "marché" c’est pour rencontrer les petits producteurs qui ne passent pas par une coopérative elle-même récupérée par des groupements de trusts organisés autour d’une mafia visant à régner en seul maitre sur la nourriture (si on peut encore appeler cela comme çà) que l’ont doit quémander.


  • Je rie, tu ries, nous rions, vous... Marc Riez !!!
    Si je dénigre Rajoy devant les marchés, je passe pour un rabat-joy.
    Normal, comme tous Libéraux de Droite qui se respecte, Don-Barbudo a battu le record de déficit en 2 ans de 250 milliards et fait gagné un maximum de fric au cravateux du type Rieur.
    On aura compris que la souffrance des Peuples, c’est d’abord la manne des Vampires rigoleurs. Riez, Riez, Riez ne sera pas le dernier à rire !!!


  • "Le marché" ! Un être humain qui se balade dans les entreprises des différents pays et les juge avec honnêteté et équanimité ? Et tout cela dit avec la voix suave et enfumeuse d’une hôtesse de l’air annonçant que tout va bien quand l’avion est en chute libre et que les moteurs sont en feu : "le début... d’une phase... un peu... d’amélioration". Ahahahahahhhhhhhh ! Dormez braves gens tout va bien.


  • Marc Riez : « Ouvre le journal, c’est écrit dessus, c’est la vérité, c’est pas dans ma tête. » pour résumer...


  • Trop bon ce Delamarche. Bientôt il va venir nous expliquer les limites de l’accumulation capitalistique en slip à la télé.


  • Ce qui fait croire que cela va mieux c’est tout simplement qu’on a réussit a faire supporter aux peuples que la situation est supportable, que la vie ne s’arrête pas donc on vit. avec encore des sentiments, de quoi manger se loger plus facilement que nos ancêtres.
    Cependant la manipulation financière est toujours là et le système tient également parce que notre monnaie est en grande partie scripturale, c’est à dire une chiffre sur un ordinateur. et que cela on peut en faire ce qu’on veut quand on tient les manettes. autrefois, nous étions directement confrontés à la présence ou la pénurie de l’or donc le système ne tenait pas aussi bien. Comment se fait il que le doar soit toujours à 0,86malgré"laproducrtion de 1000 milliards de dollars par an pendant 4ans ????


  • Le contempteur de Delamarche qui prétexte du retour de la croissance comme raison de croire à la baisse du chômage raisonne uniquement avec des critères financiers. Il parle de la non faillite des banques, de la non faillite des états, du retour de la confiance des investisseurs dans les actifs européens, alors qu’en fait tous ces résultats sont purement fictifs, parce que fonction d’appréciation bancaire qui manipulent à leur guise la comptabilité publique dans le cas de l’Etat et privée dans le cas des banques grâce aux mécanismes de stabilisation des marchés mis en place par les banquiers centraux avec la complicité bienveillante des régulateurs et des politiques, sûrs qu’ils sont que le public n’y verra que du feu. Et de fait c’est du vent et encore du vent que nous vendent ces analystes foireux qui confondent la réalité économiques avec les indicateurs financiers qui ne veulent rien dire d’autre que l’opinion des banques sur la situation financière de l’économie vue à travers les tableaux Excel de valorisation des actifs économiques traduits en cours de bourse. Par exemple, à un certain niveau de valorisation, le marché equity espagnol redevient "potable", c’est-à-dire que les indicateurs de marché donnent des signaux d’achat fonction du niveau des cours par rapport au chiffre d’affaires par exemple. La confiance de l’investisseur n’est donc rien d’autre que la probabilité de faire du fric en investissant dans des titres qui doivent mécaniquement remonter et certainement pas dans la reprise de la création de richesse dans un économie qui de toute façon continue à être corsetée de partout par des tonnes de règlements inutiles, de lois bidons et autres encadrement du marché qui ne gênent aucunement les financiers, mais empêchent les entrepreneurs de se libérer du corset réglementaire et de l’asphyxie financière imposée par les banques et l’Etat. Pour les uns le risque de crédit est trop cher en termes de capital réglementaire à mettre de côté pour couvrir le risque d’investir dans l’économie réelle (on appelle cela la protection contre le risque de dégradation des portefeuilles bancaires), pour les autres il faut mettre les actifs et les entreprises à contribution pour financer l’austérité. Bonjour le retour de la confiance et de l’optimisme. Un soleil de plomb irradie la Sierra où l’Etat de concert avec les banques marchandent la moindre goutte d’eau contre des prélèvements sanguins affligés en punition à des forçats qui clament leur impuissance à sort


  • la crise actuelle, c’est que les capitalistes du monde entier anticipent les gains à venir et font payer la note aux nations - par des économies drastiques et la destruction des systèmes politiques et industrielles hérités de la libération...la prochaine étape sera une baisse vertigineuse des salaires et des pensions ( alignés sur ceux d’Amérique du Sud)...pour le dire autrement, l’Oligarchie se sert dans la caisse, à crédit, et les nations remboursent la note- même si ladite note est étalée sur des années..


  • Rare.

    Deux voix honnêtes en même temps sur un plateau BFM Business...

    http://www.bfmtv.com/video/bfmbusin...


Afficher les commentaires suivants