Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Par son mari (et d’autres choses), Kamala Harris est éternellement liée à Israël !

Note de la rédaction

Une traduction E&R d’un article de jweekly.com datant de janvier 2019.

Kamala Harris, la jeune sénatrice de Californie, serait sur le point d’annoncer sa candidature à la présidence démocrate.

Harris, 54 ans, est une progressiste sur la plupart des questions, mais elle suscita une certaine colère de la gauche pour ses positions contre la criminalité lorsqu’elle était procureur général de Californie. En attendant, elle fit le bonheur des démocrates en traitant durement le deuxième candidat du président Donald Trump à la Cour suprême, Brett Kavanaugh, lors de sa confirmation au Sénat l’année dernière.

Fille d’une mère qui a immigré d’Inde et d’un père qui a immigré de Jamaïque, Harris a quelques liens avec les juifs et Israël dans son histoire personnelle.

 

1. Elle a brisé un verre à son mariage

Elle a rencontré son mari juif, Douglas Emhoff, lors d’un rendez-vous arrangé par des amis à San Francisco. Ils se marièrent en 2014 – la sœur de Harris, Maya, officie – et brisent un verre pour honorer l’intégration d’Emhoff. C’était son premier mariage et pour lui le second : Emhoff a deux enfants de son premier mariage.

Vous pensiez que les juifs pouvaient être bornés ? « La plupart des célibataires amérindiennes épousent un collègue avocat », c’est ainsi qu’un média amérindien a rapporté l’histoire.

Emhoff a passé l’examen du barreau de Washington D.C. en 2017 pour pouvoir travailler dans la même ville.

Le flux Twitter d’Emhoff est presque toujours « I love my wife » (clin d’œil à Kellyanne et George Conway).

 

2. Elle a fait le truc de la Boîte bleue*

« Ayant grandi à Bay Area, je me souviens avec tendresse de ces boîtes de fonds nationaux juifs que nous utilisions pour collecter des dons afin de planter des arbres pour Israël », a-t-elle déclaré lors de la commission américaine des affaires publiques sur Israël en 2017. « Des années plus tard, lorsque j’ai visité Israël pour la première fois, j’ai vu les fruits de cet effort et l’ingéniosité israélienne qui a vraiment fait fleurir le désert ».

Aucune mention de la raison pour laquelle Harris était une fille boîte bleue en grandissant – et Google n’a été d’aucune aide. Nous avons envoyé la question à son bureau.

 

3. Elle est plus AIPAC que J Street

Depuis son élection en 2016, Harris a pris la parole à deux reprises lors de la conférence politique annuelle de la commission des affaires publiques américaines et israéliennes. Son discours de 2018, avec la délégation californienne, était officieux (ce qui n’est pas inhabituel en soi, même si les critiques d’Israël étaient déconcertées), mais elle a donné une bonne idée de sa position dans son discours de 2017.

Elle est pour la solution à deux États – tout comme l’AIPAC, bien que parfois de façon moins insistante – mais elle ne croit pas à l’idée d’avancer à grands pas des deux côtés.

« Je crois qu’une résolution de ce conflit ne peut pas être imposée », a-t-elle déclaré. « Elle doit être acceptée par les parties elles-mêmes ».

Plus de la moitié du caucus démocrate au Sénat obtient l’approbation de J Street, le groupe de lobbying libéral juif qui croit que la pression est nécessaire pour commencer les pourparlers de paix. J Street n’a pas soutenu Harris. Sa seule association avec ce groupe remonte à novembre 2017, lorsqu’elle était l’une des 17 personnalités politiques locales et fédérales du comité d’accueil (c’est-à-dire « oui, vous pouvez coller mon nom sur l’invitation ») d’une fête organisée par la section de J Street à Los Angeles.

Harris a également co-parrainé une résolution du Sénat au début de 2017 qui a essentiellement reproché à l’administration Obama d’avoir permis par une résolution du Conseil de sécurité des États-Unis de condamner les politiques de colonisation d’Israël.

Elle a soutenu l’accord nucléaire iranien, bien qu’elle n’ait pas été sénateur en 2015 lorsque le Congrès a voté sur ce sujet, et s’est opposée au mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions visant Israël.

Harris a travaillé également au bâtiment de la Cour suprême d’Israël.

« La beauté de l’architecture et l’esprit du design ont laissé une impression durable - les lignes droites du bâtiment représentent la nature immuable de la vérité, tandis que le verre et les murs courbes ont été construits pour représenter la nature fluide de la recherche de la justice », a-t-elle déclaré à J. en 2016. « La Cour, comme Israël, est un magnifique foyer de démocratie et de justice dans une région où le radicalisme et l’autoritarisme façonnent trop souvent le gouvernement ».

 

4. Elle s’attaque aux crimes de haine

Harris a créé une unité chargée des crimes de haine en tant que procureur du district de San Francisco et a fait des crimes de haine un point central de son travail en tant que procureur général de l’État. (Selon Harris, en 2012, les crimes de haine anti-juifs étaient les crimes de haine religieux les plus courants).

L’une de ses premières actions réussies au Sénat a été de faire adopter une résolution non contraignante du Sénat qui désignait les institutions religieuses comme cibles possibles des crimes de haine, et demandait instamment un meilleur signalement des crimes de haine, une demande clé des groupes juifs de défense des droits civils au fil des ans.

 

5. Ses marraines en politiques sont juives

En octobre 2016, elle a obtenu le soutien des deux sénatrices juives de l’État – Barbara Boxer, qui prenait sa retraite et que Harris allait remplacer, et Dianne Feinstein, la sénatrice principale de l’État. C’était important car dans le système californien des jungle primary, les deux premiers des primaires sont inscrits sur le bulletin de vote de novembre, même s’ils sont du même parti. Harris était confronté à une démocrate populaire, le député Loretta Sanchez, lors des élections générales.

 

*La "Boîte bleue" (Blue box) est à la fois un symbole puissant de l’unité des juifs et un rappel à ses propriétaires de la part que chaque juif peut jouer dans l’effort sioniste de restauration d’un foyer juif en Israël (NDT).

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.