Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs passent à l’attaque

Le combat est inégal. La soixantaine de chalutiers ne fait pas le poids face à l’Aeolius, mastodonte de 140 mètres de long chargé de forer les fonds marins. D’ici à 2023, 62 éoliennes devraient produire, selon l’opérateur, de l’énergie pour 835 000 habitants. Un projet défendu par les gouvernements successifs depuis 2011, mais qui suscite la fronde des pêcheurs et des associations écologistes. Car le bénéfice environnemental est très incertain et les premières pollutions, elles, bien réelles.

 

 

(...)

« On ne veut pas de leurs chèques, dit Jonathan. Avec l’argent sale de la mafia espagnole, ils détruisent notre baie. Nous, on veut travailler ! » Alain Coudray lui donne raison : « Mon intérêt, c’est que mes gars puissent continuer leur métier. » Combien sont-ils à vivre de cette activité ? Quelque 600 marins pour 220 chalutiers, auxquels il faut ajouter le personnel de criée, du mareyage et des poissonneries, au moins 2 000 emplois pour une pêche exemplaire qui a appris à se réguler elle-même : quarante-cinq minutes autorisées par bateau, deux fois par semaine, d’octobre à avril pour la saint-jacques. Ils ne pèsent pas lourd face aux enjeux financiers : 2,5 milliards de bénéfices prévus pour Iberdrola en vingt ans d’exploitation.

Mercredi dernier, ils ont eu la surprise de recevoir un soutien inattendu : l’ONG Sea Shepherd, connue pour défendre les baleines et souvent opposée aux pêcheurs. Elle est pourtant venue au secours des insurgés avec ses drapeaux pirates à tête de mort, ses plongeurs aguerris. Cette nouvelle campagne est baptisée « Vents de la colère ». « On peut parler d’écocide du milieu », affirme Lamya Essemlali, présidente de l’antenne française.

 

 

(...)

Même le cabinet d’études mandaté par Iberdrola reconnaît que la survie du pingouin torda et des guillemots de Troïl n’est plus assurée. « On fout en l’air un siècle de préservation du littoral, continue Lamya Essemlali. C’est un scandale que les grosses ONG, comme le WWF ou Greenpeace, soutiennent l’éolien ou ne disent rien. La vie marine est notre meilleure alliée dans la lutte contre le changement climatique. » La baie n’abrite pas seulement les précieux gisements de saint-jacques, praires, homards, poissons nobles, coraux et gorgones de mer, mais la plus grande population de dauphins résidents d’Europe. Elle se classe dans les deux premières zones de nidification d’oiseaux marins de métropole, comme le macareux moine ou le puffin des Baléares, menacé d’extinction. Autant d’espèces qui affrontent désormais le fracas du chantier, les eaux troublées, les courants modifiés et, bientôt, un champ magnétique généré par la puissance électrique, les vibrations provoquées jusque sous l’eau par le mouvement des pales. Autant de barrières, voire de pièges.

En Europe, la moyenne d’installation des éoliennes marines est à 41 kilomètres de la côte. Il l’est à 16, cette fois. Le projet est pharaonique. Une concession grande comme Paris, avec 62 éoliennes aussi hautes que la tour Montparnasse (207 mètres). Reposant sur une « fondation Jacket », un trépied nécessitant le forage de trois piliers, chacune est reliée à la centrale intermédiaire, en pleine mer, par une centaine de kilomètres de câbles enfouis dans des tranchées. Deux gros câbles d’une puissance de 225 000 volts transporteront enfin l’énergie à terre, jusqu’au réseau. L’« atterrage » a commencé sur la grande plage de sable de Caroual, à Erquy. Au cœur de la baie, une vaste zone d’exclusion de la navigation a été délimitée. « Ils transforment les fonds marins en champs de patates, se désole Grégory Le Droumaguet, biologiste chargé d’études au comité des pêches. Ils ont déjà déplacé 450 rochers de plus d’un mètre de haut : il faudra de cinq à dix ans pour y espérer un retour des espèces. »

Le parc de Saint-Brieuc n’est qu’une première étape. Six autres projets sont en cours sur le littoral français : Courseulles-sur-Mer, Fécamp, Saint-Nazaire, Dieppe-Le Tréport, Yeu-Noirmoutier et Dunkerque. Et d’autres appels d’offres sont lancés : l’énergie offshore (éolien, énergies marémotrice, houlomotrice) devra, d’ici à 2028, représenter 32 % de l’électricité renouvelable du pays. On pourrait donc, à terme, compter 130 parcs éoliens long de nos côtes, pour des impacts qu’aucune étude n’a encore mesurés. Devant l’urgence, le Conseil national de la protection de la nature (CNPN), rattaché au ministère de la Transition écologique, s’est autosaisi. Dans son rapport du 6 juillet, il réclame un moratoire et préconise de privilégier l’offshore flottant. « En 2012, quand ça a été signé, j’étais une pro-éolienne inconditionnelle, assure Katherine Poujol, présidente de l’association environnementale locale Gardez les caps. On pensait que c’était vertueux ; on ne connaissait pas, non plus, Iberdrola et ses méthodes. Ils nous ont pris pour des crétins. » « Au début, on n’était pas contre le projet, se remémore Alain Coudray. Les discussions avec Ailes marines-Iberdrola ne se passaient pas trop mal. » Puis il dénonce l’impréparation technique du chantier sur la zone. Selon lui, on n’a pas voulu consulter les acteurs locaux qui, eux, connaissent justement chaque caillou.

(...)

Si encore l’énergie produite par ces moulins à vent était aussi vertueuse qu’annoncé… Censée réduire les émissions de CO2, elle pollue, comme toute activité industrielle, et émet un bilan carbone. Matériaux importés d’Asie par cargo, assemblage sur des sites français et espagnols, terres rares (1,3 tonne par turbine), bétonnage massif, entretien, maintenance – notamment le nettoyage des pales et des mâts avec des fongicides déposés par hélicoptère –, alimentation en électricité même quand les éoliennes ne tournent pas (soit 75 % du temps)… On estime qu’il faudra vingt années d’exploitation, soit le temps de vie d’une éolienne, pour, en matière d’émissions de CO2, compenser la mise en œuvre et le démantèlement ! Sans parler de la nécessité, pour garantir la sécurité énergétique, de construire la centrale au gaz de Landivisiau (Finistère).

Jamais Erquy n’a autant mérité son titre de village d’Astérix. On y résiste à un nouvel empire, et surtout à une étrange drogue : elle fait voir du bonheur écologique où il n’y a que ravages et destructions.

Lire l’intégralité de l’article sur parismatch.com

Vent debout contre les éoliennes, sur E&R :

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2792456
    Le 22 août à 18:20 par on s’en fout
    Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs passent à l’attaque

    Où est le poisson j’ai envie de dire, parce que des poissonniers j’en vois de moins en moins dans les villes et le poisson à 30 euros le kilo vous trouvez ça normal ????!, alors on s’en fout ?

     

    Répondre à ce message

    • #2792935
      Le 23 août à 13:43 par dodo la saumure
      Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs passent à l’attaque

      Je ferais remarquer que les espèces animales s’éteignent les unes après les autres par les conneries des hommes (et c’est pas à cause du CO2) et manger de l’animal sauvage devient effectivement un luxe.

       
    • Si tu veux comprendre la disparition des poissonniers et le prix du poisson :
      - renseigne toi sur ce que coûte la pratique d’une pêche artisanale face aux pêcheries industrielles. - renseigne toi sur le prix du foncier en ville pour les artisans & petits commerçants

      Sors de ta ville et va sur la côte bretonne si tu veux de la dorade à 10-15€/kg, voir des poissonniers et des artisans pêcheurs,

      En ville, tu peux aussi te rendre à l’aquarium, il y a des jolis poissons.

       
  • #2792485

    Chantiers et projets d’autant plus débiles qu’avec le corona truc et son antidote léthal,à quoi servira le peu d’électricité produite ?

     

    Répondre à ce message

  • #2792589

    62 éoliennes devraient produire, selon l’opérateur, de l’énergie pour 835 000 habitants...
    Toujours la même imposture : s’il n’y a pas de vent (ou qu’il y en a trop), c’est zéro foyer alimenté.
    Le calcul est toujours fait dans les vonditions optimales. Or, la quantité d’électricité produite est fonction du cube de la vutesse du vent.
    Donc, vitesse du vent divisée par 2 => 8 fois moins d’électricité..

     

    Répondre à ce message

    • #2794045
      Le 25 août à 03:51 par La haine c’est pas gentil
      Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs passent à l’attaque

      C’est parce que il y a avec le projet HAARP
      C’est eux qui feront la pluie et le beau temps
      Sacré époque
      HAARP, Blue Beam, Réduction de la population, fermes verticales, Viande cultivée, Vaccin, Nanoparticules, 5G, Utérus artificiel,, Transhumanisme, etc...
      Me tarde l’avenir
      Et tout ça pour notre bien

       
  • #2792597
    Le 22 août à 21:13 par Au-delàdudélire
    Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs passent à l’attaque

    Bah... les éoliennes en mer ou en pleine cambrousse pour fournir l’élec de 3 frigos, c’est du même topo que les loups et ours bruns réintroduits en France : du délire d’écolos.
    600 loups et 65 ours aujourdhui, croissance annuelle de 8% pour les loups.
    Une cata pour les éleveurs de montagne. Des disparitions inexpliquées de randonneurs dans les Pyrénées et des ossements retrouvés quelque temps après. Certains commencent à parler d’attaques d’ours...
    Quand on pense que nos anciens se sont battus pour éradiquer le loup jusqu’au début du 20ème siècle, et ces abrutis d’écolos le réintroduisent.
    Ils ont oublié que les loups en meute, ça craint, et qu’un loup ça peut attraper la rage (comme les renards) et là, un loup enragé, ça défonce tout sur son passage (lire les travaux passionnants de l’expert Jean-Marc Moriceau). Quant à l’ours, t’as intérêt à savoir courir le 400m en 5 secondes sur dénivellé.
    Ya du satanique aussi là-dedans...

     

    Répondre à ce message

  • #2792642

    Décidement.. encore un projet du triste Le Drian qui se révèle être une catastrophe.

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi ne pas commencer par cesser d’éclairer des rues vides la nuit au lieu de dévaster l’environnement au nom de l’écologie.. ? C’est trop compliqué.. ?

     

    Répondre à ce message

  • #2792711
    Le 23 août à 07:14 par Gaulois du nord
    Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs passent à l’attaque

    J’étais en Bretagne dans la baie de Saint-Malo cet été. J’ai vu des dauphins pour la 1ère fois de ma vie dans cette baie, alors qu’ils sont habituellement plutôt présent en baie de Saint-Brieuc, preuve qu’ils sont dérangés par le forage.

    Ce projet n’a rien d’écolo, c’est une immense escroquerie, ça va détruire l’une des plus belles façades maritimes au monde. On verra ces immondices de l’archipel de Bréhat à Saint-Malo, en passant par le cap Fréhel et le Fort La Latte.
    Ca va détruire l’habitat naturel des dauphins, des coquilles Saint-Jacques.
    Sans parler du désastre économique pour la pêche locale.

    Ce projet est un scandal à tous les niveaux !!!

     

    Répondre à ce message

  • A l’abordage !

     

    Répondre à ce message

  • Il y a 30 ans, j’etais une ecolo engagee pure et dure... Aujourd"hui je suis une anti-ecolo car j’ai compris que ce mouvement était a dessein politique qui ne servait pas le peuple mais au contraire etait un outil de repression et de mise en esclavage.

    Saisi des plus beaux sites naturels, confiscations des terres, et forcer les gens a vivre dans des megapoles... tout ca au nom de l’ecologie, preservation de la planete.

    Dans ma petite commune nord americaine tres boisée au milieu de grands espaces naturels, la loi nous force a ramasser les escrements de nos compagnons canins dans les bois et le long des routes de campagne pour preserver la faune des microbes et maladies de nos chiens !

    Si on se fait prendre (ce qui est proche de zero si on prend les bons chemins), on se prend une amende de $35.

    Par contre les crottes de mes chats c’est bon, meme si tous les soirs j’ai des biches qui viennent brouter dans mon jardin.

     

    Répondre à ce message

  • "... C’est un scandale que les grosses ONG, comme le WWF ou Greenpeace, soutiennent l’éolien ou ne disent rien... " Une surprise ?

    Quelles multinationales financent Greenpeace ?
    https://www.cielvoile.fr/2016/06/qu...

    Greenpeace et magnats du pétrole
    https://cercledesvolontaires.wordpr...

    Le WWF ou "Fonds mondial pour la nature" est une organisation non gouvernementale internationale (ONGI) créée en 1961... par, entre autres, Sir Julian Sorell Huxley, frère de Aldous Huxley, connu pour ses romans, dont "Le Meilleur des mondes"...

    Le Transhumanisme, ou l’Eugénisme rebaptisé et absout (par Julian Huxley, dès 1951)
    Julian Huxley, fondateur et premier secrétaire de l’UNESCO (v. Fabian Society*) renomme l’eugénisme plus favorablement, sous le nom de « transhumanisme ». Ce sera fait dans un livre au titre programmatique « New bottles for new wine » (De nouvelles bouteilles pour un nouveau vin) où il évoque pour la première fois par écrit le terme de remplacement possible pour l’eugénisme :

    https://interstrate.com/2018/02/09/...

    * La Société fabienne s´investit en France (2007)... Un scandale !
    https://reseauinternational.net/la-...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents