Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pascal Bruckner : "Le boucher de Conflans-Sainte-Honorine, c’est Daech à la maison"

« Ce n’est pas un acte de “séparatisme”, c’est une déclaration de guerre qui doit être traitée en conséquence »

On ne savait pas Pascal Bruckner spécialiste de l’antiterrorisme, du renseignement intérieur, des forces spéciales ou de la lutte anti-djihadiste, mais après l’assassinat du professeur d’histoire-géographie de Conflans (78), il a aussitôt été convoqué par Le Figaro pour donner son avis. Il y a des gens, dans le monde médiatico-politico-culturel, qui ont le droit de s’exprimer dans les médias mainstream en cas d’urgence, lorsqu’il faut expliquer quelque chose que les Français ne comprennent pas, parce qu’ils sont un peuple un peu bêta.

 

 

L’introduction de l’interview ne laisse pas de place au doute, à la nuance, à la diplomatie, c’est la guerre, directe, sans réfléchir, sans passer par la case départ. Une guerre contre un ennemi pourtant caché, qui vit dans l’ombre, au milieu des millions de musulmans français qui deviennent ainsi des complices. Les attentats prétendument islamistes, s’ils tuent des Blancs, des non-Blancs, des chrétiens, des juifs ou des musulmans, qui tirent donc dans le tas mais qui parfois ciblent des personnes ou des fonctions (policier, prêtre, prof), font en réalité très mal à la population musulmane mais aussi au vivre-ensemble, c’est-à-dire à l’unité française.

Et nous pensons que c’est ce qui est visé, derrière le rideau. Macron a beau parler de lutte contre le séparatisme – comprendre islamiste, comprendre musulman, comprendre antisémite et/ou antichrétien –, l’homme de toutes les divisions aura du mal à apparaître comme un rassembleur. Lui qui a monté les Français contre les Gilets jaunes, les antiracistes contre les racistes, les gauchistes contre les fascistes, les LGBT contre les hétéros, les féministes contre le patriarcat... Tout son quinquennat qui sent la poudre s’est déroulé sous le signe de la division. Il est le Grand Diviseur. Nous y reviendrons.

 

 

Mais d’abord, place à la diatribe du Bruckner, qui décide donc de la politique antiterroriste du pays. Enfin, plus précisément, qui donne ses ordres à Alexandre Devecchio, la passerelle entre la droite française et les nationaux-sionistes au Figaro. Et pourquoi pas ? C’est une opinion, ce n’est pas interdit. Mais il n’est pas interdit de la décrypter.

Une frontière dans l’abominable vient d’être franchie. On s’attaque au bastion le plus sacré de la République : l’école et la personne physique des enseignants. Un professeur est proprement décapité pour avoir montré les caricatures de Charlie Hebdo lors d’un cours sur la liberté d’expression. Des parents d’élèves l’auraient signalé. La victime aurait reçu des menaces de mort. Que vont faire les autres professeurs, hommes et femmes, lorsqu’ils devront aborder ces sujets délicats ? Se taire au risque d’une décollation ? Le boucher de Conflans-Sainte-Honorine, c’est Daech à la maison : un message solennel en forme de cérémonie macabre, un avertissement pour tout le corps enseignant qui devra se taire ou périr. Ce n’est pas un acte de « séparatisme », c’est une déclaration de guerre qui doit être traitée en conséquence. C’est la propagande par le fait : la moindre moquerie du texte sacré entraîne la peine de mort. Un dessin vaut condamnation.

Au-delà de ce crime, certes atroce, on se demande si le peuple français ne ferait pas l’objet d’une substitution cognitive, pour parler comme les spécialistes. Le Tchétchène ou le Russe tchétchène apparemment auteur de cet assassinat, puisqu’il y aurait eu préméditation, devient, dans la bouche des médias mainstream et de monsieur Bruckner, l’homme qui menace l’école française, l’école de la République.

Nous, depuis que le néolibéralisme s’est installé en France, en 1983, qu’il a affaibli et l’État et les services publics sous la double poussée, interne et externe, des trotskistes et du Grand capital, qu’on sait remarquablement liés, on a plutôt l’impression que la destruction de la belle école publique de France est dans les cartons depuis longtemps, et que des lampistes servent à couvrir le crime. Un crime contre les Français, contre le niveau scolaire, et donc contre notre avenir à tous.

Le tueur de Conflans devient le danger numéro un pour l’école française, c’est ça la conclusion de nos penseurs et médiacrates. Tout cela en plein procès Charlie, que nous suivons pas à pas, car il s’y dit et il s’y cache des choses énormes, que Yannick Haenel ne veut pas voir, car cela irait trop loin, vers ce qu’on appelle par abus de langage le Complot, alors que c’est de l’intelligence. Se pourrait-il qu’une organisation autre que des truands à moitié radicalisés soit à l’origine de la tuerie de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, et deux jours plus tard à l’Hyper Cacher ?

La solution proposée par Bruckner, et à travers lui par le nouveau système de « valeurs » national-sioniste (racisme, guerre civile, terrorisme, nationalisme sous contrôle), qui remplace progressivement le système de valeurs socialo-sioniste (antiracisme, immigrationnisme, antinationalisme), était aisément calculable.

Dès 2004, le rapport Obin signalait des phénomènes inquiétants de radicalisation dans l’école de la République : impossible d’enseigner la Shoah, une affaire de Juifs ou Voltaire, qui avait raillé le prophète ou Madame Bovary, une femme adultère. Donner des cours va devenir désormais un métier aussi dangereux que celui des soldats sur le champ de bataille. Je comprendrais parfaitement que, à l’école, l’autocensure individuelle prime : quel homme, quelle femme, aurait envie de mourir de cette façon, sachant ce qu’il risque s’il parle de ces affaires à ses élèves ? L’audace doit venir de la nation toute entière : il faut immédiatement reproduire massivement toutes les caricatures de Charlie, les placarder sur tous nos murs pour faire taire les assassins. Ils peuvent tuer une personne, ils ne nous tueront pas tous.

Bruckner confirme notre thèse du changement de paradigme, incarné par le glissement de BHL à Zemmour dans les médias mainstream. Suit une prévision-menace, ce qu’on appelle aussi, lorsqu’elle advient, une prophétie autoréalisatrice :

Les caricatures de Charlie n’ont pas fini de faire couler le sang : combien d’années va-t-on compter les morts ? On aura une petite pensée émue pour tous ceux, des Indigènes de la République jusqu’à une certaine presse de « gauche » - je pense au délicat Edwy Plenel - qui, patiemment, minutieusement, au nom de l’anti-racisme, ont construit une haine inexpiable contre l’équipe de Charlie. Aujourd’hui, Receyp Erdogan, l’islamo-fasciste, doit jubiler. Le ventre n’est pas mort d’où est sortie la bête immonde, disait Brecht à propos du nazisme.

Nous avons une pensée pour la famille et les proches de Samuel Paty, mais par extension pour tous les profs qui subissent depuis Mai 68 la violence ultralibérale qui se manifeste dans l’interdit autoritaire, ce cadeau des gauchistes, et dans la chute du niveau, ce programme d’abêtissement qui fait de nos enfants des imbéciles manipulables. Pour toutes les causes les plus sordides.

Il reste de toute cette histoire, où se croisent les violences provoquées par l’affaiblissement de l’État par le gang néolibéral qui a mis la main dessus, un slogan à la Charlie, qui ne changera pas grand-chose tant que les Français n’auront pas pris conscience de la violence systémique que l’oligarchie leur fait subir. Il est vrai que quand ils commencent à s’en rendre compte, une autre violence, moins systémique, surgit pour clore le débat, éteindre l’incendie social.

 

 

Le séparateur qui dénonce le séparatisme

Pour en revenir à notre président, qui se présente en rassembleur, personne n’oublie ce qu’il a fait et surtout défait en trois petites années. Macron se pose en réunificateur en dénonçant le « séparatisme », alors qu’il est le séparateur principal avec la coupure élite /peuple qu’il incarne à merveille, et on ne rappellera pas ce samedi où les Gilets jaunes ont tendu le nez vers le palais, d’où le Président était prêt à s’envoler en hélico.

Le Diable (en latin : diabolus, du grec διάβολος / diábolos, issu du verbe διαβάλλω / diabállô, signifiant « celui qui divise » ou « qui désunit » ou encore « trompeur, calomniateur ») est un nom propre général personnifiant l’esprit du mal. Il est aussi appelé Lucifer ou Satan dans la Bible, et Iblis ("le désespéré") dans le Coran. Le mot peut aussi être un nom commun désignant des personnages mythologiques malfaisants, un ou des diables, avec une minuscule. (Wilkipédia)

La coupure laïcs-Charlie contre les islamistes, et donc les musulmans par amalgame, est factice : elle est destinée à fausser l’entendement et à fabriquer un ennemi pratique pour une guerre pratique afin d’apparaître comme le grand réconciliateur du conflit triangulé. Nous, on a une autre idée de la réconciliation : une réconciliation qui ne passe pas par la fracturation de la Nation en communautés, gauche contre droite, chrétiens contre musulmans, hommes contre femmes, homos contre hétéros, riches contre pauvres...

Covidisme, terrorisme et séparatisme, sur E&R

 






Alerter

100 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Bruckner prétend afficher partout les dessins orduriers de Charlie ! J’ai lu ici et là un descriptif. On n’a même pas envie d’en parler.
    C’est tout simplement de la perversité et de l’appropriation d’enfants. Violer leur regard, quelle joie pour ces gens-là. De plus de la prophétie de meurtres, du pousse-au-crime. Quand il y a incendie, on coupe le gaz, non ?
    Le cadavre supposé du supposé tueur est montré proprement étendu. Or quelqu’un tué par balles s’écroule sans élégance, face contre terre, n’importe comment. Voir la vidéo sur l’Afrique post-coloniale de ces Italiens.
    Ensuite la vidéo montrant les policiers (hystériques) intimant des ordres aux tueurs n’est pas convaincante, on ne voit pas les policiers ; on entend des cris et ordres de personnes qui semblent bien peu professionnelles.
    La tête de la victime semble être photoshoppée sur fond de rue. Aucune photo du corps. La tête pourrait être en cire, et donc l’homme pourrait être vivant (espérons !).
    Cette affaire + le couvre-feu = opération militaire nocturne en préparation. Il faut désarmer des gens ou les arrêter arbitrairement.
    Voilà.

     

    Répondre à ce message

    • https://www.leparisien.fr/video/vid...

      Dans la vidéo, ils ne sont pas forcément hystériques, ils gueulent "jette ton arme".

      Ce qui me laisse perplexe, c’est comment le type qui filme est déja à sa fenêtre avant même que le flic sorte de la voiture.

      Et pourquoi n’ont-ils pas visé les genoux... Ils appliquent peut-être les consignes de tir où on leur apprend à viser dans le buffet pour s’assurer de l’efficacité du tir... Aprés tout, on n’est pas dans un film où le flic neutralise le méchant avec un tir dans l’orteil. Mais ils sont quand même plusieurs à s’apercevoir qu’il tire des billes (LoL ?) et auraient pu d’abord essayer de lui faire les jambes sans le tuer...

      En même temps, 10 cartouches par an au stand, faute de budget, il ne doit pas y avoir beaucoup de bons tireurs chez eux.

       
  • Je suppose que Bruckner aime , comme tous les neocons atlantistes (bhl, goupil, val ,Glucksman & co ) , le terrorisme tchétchène quand il tue des Russes.

     

    Répondre à ce message

  • il faut qu’il s’adresse à Sarko ou BHL ou Kouchner et demander de rendre des comptes sur le chaos créé dans ces pays du moyen orient musulmans

     

    Répondre à ce message

  • Paul E. Vallely / major général de l’armée américaine à la retraite sur Benghazi :
    Confirme que c’est bien une négligence de Hillary Clinton qui aurait pu demander aux équipes présentes dans le coin d’intervenir et que le problème était réglé en très peu de temps avec un drone

     

    Répondre à ce message

  • Oui, les paroles d’un Bruckner, d’un Zemmour, de ces intellectuels qui sèment dans l’esprit des gens le fait que la liberté d’expression autorise tout, sont criminelles.
    Il faut vraiment être d’une grande naïveté pour s’imaginer que la liberté d’expression est un droit absolu.

     

    Répondre à ce message

  • Ahaha ! Les mêmes qui ont coupé la tête de Louis XVI.
    Si les Français pouvaient comprendre qui les dirigent depuis...

     

    Répondre à ce message

  • Cependant quand on constate la médiocrité croissante, du lire et du parler français de nos chers étudiants, on se dit que les profs, seraient mieux inspirés, de remédier à ces carences, laissant les caricatures du Prophète, aux dégénérés de Charlie, dont c’est visiblement le fonds de commerce.

     

    Répondre à ce message

  • #2571502

    "Le boucher de Conflans-Sainte-Honorine, c’est Daech à la maison"

    Plus précisément de "retour à la maison" après avoir fait du "bon boulot".

     

    Répondre à ce message

    • Bruckner fait une mauvaise pub aux boucheries/charcuteries de Conflans, il faut préciser qu’eux ne soutiennent pas Daech (contrairement à lui , en Syrie, Tchétchènie, etc...). Vous pouvez tous aller faire vos courses tranquillement chez eux et surtout.... n’achetez jamais un livre de Bruckner.

       
  • Tous ces grands donneurs de leçons contre daech et le terrorisme ont-ils soutenu Bachar en Syrie en guerre contre ces mêmes terroristes ? Ou au contraire ont-ils félicité et soutenu les groupes terroristes qui faisaient du "bon boulot " en Syrie ? Là encore, comme pour la Libye, on récolte ce que ces gens ont semé ! Et maintenant ces mêmes pyromanes viennent nous parler de "guerre contre le terrorisme" et nous expliquent ce qu’il faut faire !

     

    Répondre à ce message

    • Oui, délirant...Et imposer la laideur, l’irrespect, l’agression, la vulgarité sur nos murs au nom de la liberté !
      Il y a une quarantaine d’années ma sœur avait pour amie Claire, fille de Harkis. Ses parents m’ont reçu chez eux, gens simples, discrets, délicats, fidèle à la religion musulmane et souffrant sans doute sans le dire de "l’accueil" d’un pays qu’ils avaient servis. Ils vivaient à Reims dans une "cité" comme mes propres parents.
      Claire et les autres enfants de la fratrie, bien intégrés et respectant le "vivre en France" ont fait des études, se sont liés à des non musulmans...je sais que c’est une autre époque mais moi, le catholique, j’aimais ces gens fidèles, priant et tentant de vivre les préceptes de leur foi. Mes amis de l’époque, instits et profs de gauche crachant sur la religion catholique en priorité et détestant le passé de la France, adoptèrent rapidement en s’embourgeoiseant l’idéologie "Charlie", l’antiracisme, etc... Aujourd’hui ce sont des retraités piteux qui votent sans doute Mélenchon, voire Macron...Les catholiques âgés que je connais leur ressemblent beaucoup (mais on voté Macron). La stigmatisation de tous les musulmans me fait donc de la peine depuis que j’ai, moi aussi, découvert que le "diabolos", le menteur, le diviseur agissait au profit des intérêts de ceux qui adorent Mammon ! Hélas, j’ai parfois l’impression que le blasphème suprême c’est "Emmanuel", "Dieu parmi nous ! Ne serait t’il pas "le diviseur parmi nous" ???

       
    • Le boucher : terme fétiche du langage BHLien.
      Pour la Syrie, ils nous ont rebattu les oreilles avec le "boucher Assad " qui combattait les terroristes D’ Al Qaïda, Al Nosra & Co . En France, ce sont ces derniers qui se retrouvent affublés de ce terme méprisant ( Bruckner, Bhl, Fourest, goupil ....tous vegans ?).
      De toute façon la seule boucherie appréciée de façon constante par cette clique atlantiste infâme est la boucherie kascher ( à Gaza) et Yankee ( Irak Afghanistan etc ,etc... ) pour les hamburgers sauce napalm.

       
    • #2572371

      Bien vu Jean ! Tu as aussi les termes "nauséabond ", "relent ", "glaçant", ... toute cette bande d’enculés ont la même matrice de pensée !

       
  • #2572328

    "Le boucher de conflans " ! Non mais il a fini d’insulter les bouchers, cette profession honorable ?!!! Qu’attend cette corporation pour réagir ?!!! Ya pas une loi avia contre la haine des bouchers ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents