Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Piano, littérature, franc-maçonnerie – Entretien avec Stéphane Blet

La chaîne Des Paluches et des Bouquins s’entretient avec Stéphane Blet. Sont abordés le thème de la franc-maçonnerie, mais aussi le piano, à travers le parcours de l’invité, et bien sûr aussi la littérature.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

23 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2648042

    Heureusement qu’il y a E&R... nous serions un paquet de guignols en France aujourd’hui
    Merci à E&R pour tout
    Soral Nietche Cousin Blet Rioult Hindi Mr K Cerise...
    Merci de nous sortir de notre inculture
    Merci pour tout

     

    Répondre à ce message

  • "Donc la guerre sans l’aimer" devient aimer la guerre sans la faire ? J’ai bon ?

     

    Répondre à ce message

  • A propos de ce que dit Stéphane Blet concernant le retour au travail après le premier confinement : "Le confinement comment l’as-tu vécu sur le plan psychiatrique, parle moi de ça un peu... C’était dur hein ... " c’est vrai, je peux en témoigner. Je sais que je travaille à la périphérie panoptique d’un gros nid, d’un noyau bien pervers promigrant, feministe, gay friendly, écolo green.... bref mon cul sur la commode. Le hameçonnage est tellement gros qu’il faut mettre le Kraken comme appât pour cacher l’hameçon.

     

    Répondre à ce message

  • #2648619

    J’ai bien aimé cet entretien de Stéphane Blet.

    Concernant la Franc-Maçonnerie Stéphane Blet à bien raison de dire que ce que font les francs-maçons est écrit aux yeux de tous à l’aide d’un langage symbolique.

    Pour preuve, Biden à prêté serment sur la Bible de Douai de 1884. On peut le vérifier sur la photo de l’investiture. France info a fait un petit reportage sur cette bible :
    https://www.francetvinfo.fr/culture...

    Mais comme à France-Intox on a affaire à des serpents menteurs (les fameux sauriens de D.Icke) , ils ne montrent surtout pas de photo de la couverture de la bible. La couverture de cette bible a des enluminures en or. Et sur la couverture est dessiné l’œil des francs-maçons. Sur la bible de Biden on ne voit rien car les enluminures sont effacées. Il faut chercher sur le net pour trouver des photos de la couverture.

    Voici un site où l’on peut voir les décorations en or de cette bible (13eme photos) . On y voit l’œil des francs-maçons que l’on retrouve sur le dollar.
    https://www.ebth.com/items/1560954-...

    Voilà un exemple évident d’utilisation d’un langage symbolique par les Franc-Maçon : en jurant sur la bible de Douai, Biden indique aux francs-Maçon du monde entier (et aussi au Bnaï-Brith) qu’il travaille pour eux.

    Cela est fait au yeux de tous en mondiovision ! Beaucoup de catholiques qui ne connaissent pas le langage symbolique se pâment devant ce président soit disant catholique.

    J’attends avec impatience le prochain livre de Stéphane Blet qui devrait parler de ce langage.

     

    Répondre à ce message

    • #2648863

      et d’ailleurs beaucoup de ces politicards US
      qui quand ils étaient étudiants universitaires
      se sont encartés à la "Skull and Bones"
      ou société secrète et occulte des "têtes de mort maçonniques"
      et qui d’ailleurs a inspiré à l’échelle locale une Loge Maçonnique de Roubaix (Nord)
      la Loge islamo-maçonnique "Averroès"
      ou là à contrario l’emblème symbolique est une tête de Maure (Averroès)
      pour mort-vivant en jouant sur les mots et en langage codé
      comme affectionnent tant les Frères Trois Points °°°

       
    • #2650060

      Je m’étais demandé sur quelle Bible Trump avait prêté serment. Quelqu’un le sait ?

       
  • #2648630
    Le 22 janvier à 16:44 par Phillippe de Lyon
    Piano, littérature, franc-maçonnerie – Entretien avec Stéphane (...)

    Selon des documents déclassifiés par wikileak le maître ultime serait un virtuose du piano. Des francs-maçons de haut degré ont témoigné qu’à l’issue d’une réunion de "la pointe mystique", le dernier degré de la pyramide, le maître ultime, se croyant seul, aurait joué du Chopin sur un piano bourgeois basique. Stéphane a-t-il connaissance de cette hypothèse ?

     

    Répondre à ce message

  • Stéphane Blet est l’un des nombreux témoins d’importance qui nomme les choses clairement.
    Car comme il est stipulé dans le Prologue de l’évangile selon Jean (Les dix-huit premiers versets) :
    Verset 1. "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu" (Traduction Crampon) ou "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu" (Traduction Segond).
    La traduction Crampon peut faire référence au verbe "être" (concepteur) tandis que la traduction Second ne fait référence qu’à la parole qui nomme les choses dans le monde (création).
    Dans les deux cas l’être doué de parole, qui une fois prononcée, dispose de la faculté de faire surgir une réalité faisant sens ou plus symboliquement, l’existence de ce qui est :
    Verset 2. "Tout par lui a été fait, et sans lui n’a été fait rien de ce qui existe"(Traduction Crampon) ou "Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle"(Traduction Segond).
    Lorsque l’on nomme les choses, elles existent et une certaine réalité prend alors tout son sens. C’est encore par le verbe que se forme les idées ou les concepts ou en d’autres termes "ce qui se conçoit bien s’énonce clairement (verbe), et les mots pour le dire arrivent aisément" (parole).
    Merci à tous ces témoins, penseurs, intellectuels (d’E&R et d’ailleurs) d’avoir déchiré le voile d’illusion m’ayant libéré des ténèbres en faisant jaillir la lumière dans mon esprit :
    Verset 5. "Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue."
    Verset 9. "Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme".

     

    Répondre à ce message

  • #2648878

    Excellente interview, Stéphane, c’est toujours un plaisir de t’entendre, quand à tes choix de lecture je te suis à 100 pour 100, l’entretien est bien conduit, bravo

     

    Répondre à ce message

  • Merci de m’avoir permis de découvrir par cet entretien cette chaine de bibliophiles.

     

    Répondre à ce message

  • #2649119

    Merci, Stéphane, pour votre interview sur cette chaîne de bibliophiles que je ne connaissais pas. Très intéressant ! Vous étiez donc un enfant prodige. Des premiers prix à 11-12 ans ! Dans ce cas, vous n’avez pas eu d’enfance, mais c’était votre choix. Je connais des jeunes qui étaient dans des classes musicales depuis l’Ecole élémentaire jusqu’en 3ème de collège, dont certains avaient même choisi deux disciplines (instrument + danse classique) et ont passé leur enfance au Conservatoire. Même en colonie de vacances, durant la sieste, ils étaient obligés de faire 20 mn d’exercices sur leur instrument. Vu qu’ils étaient doués mais sans plus et n’avaient aucune chance d’en faire leur métier (sauf peut-être en danse, mais certains se sont blessés plusieurs fois en cours), je n’approuvais pas ce dressage. On leur a volé leur enfance et ils ne pratiquent plus du tout de musique. Je crois qu’ils avaient continué par choix mais aussi parce que leurs parents étaient fiers d’eux. L’un d’eux était issu d’une famille qui comptait des musiciens dans la génération des grands-parents et des arrière-grands-parents. Dans la génération des parents, on avait empêché les jeunes de faire de la musique, ce qui a donné des frustrés. Certains prétendent que Mozart était déjà musicien dans une ou des vies précédentes, raison pour laquelle il était aussi doué dans son enfance. Il était toutefois issu d’une famille de musiciens. J’espère que vous avez dans votre famille des enfants dont les descendants seront peut-être musiciens, même en sautant plusieurs générations. En effectuant des recherches sur le Net, j’ai appris que des chanteurs français des Sixtees (génération Salut les copains dont les musiciens professionnels n’étaient pas particulièrement fans) étaient issus de familles de musiciens professionnels : Sylvie Vartan (père violoniste), France Gall (les deux parents musiciens professionnels : mère pianiste et père violoniste, je crois), Michel Berger (mère pianiste). Je sais aussi qu’on avait obligé Claude François à pratiquer du violon dans son enfance et qu’il en avait gardé un mauvais souvenir. Les gens qui prétendaient que le fils de Johnny avait droit à un traitemenr de faveur au Conservatoire avaient certainement tort vu les gènes qu’il portait. Une connaissance m’a parlé récemment d’une émission consacrée au film de Forman sur Mozart. J’ignore si elle est encore en ligne. M.Tubeuf y était même invité.

     

    Répondre à ce message

  • #2649145

    Suite. Je n’avais pas du tout apprécié le film à sa sortie car j’avais du mal à croire que le grand Mozart, auteur d’oeuvres aussi géniales et profondes, ait pu avoir dans la vie un comportement de gamin. Je croyais effectivement que c’était un Mozart vu à travers les yeux d’un Salieri jaloux, pas très doué, pas très célèbre et un peu sénile. Donc j’avais tort. Je me souviens de la tête du père de Mozart quand il lui avait présenté sa jeune épouse. L’apparition de l’homme en noir était troublante et on pouvait se douter d’où il venait. Le "Requiem" est en tout cas une pure merveille. Idem pour ses opéras. J’ignorais aussi qu’on avait obligé notre génie à faire des coupures dans le livret de "La flûte enchantée " (le film de Bergman l’a immortalisée). Les génies sont souvent un peu perturbés, mais on leur pardonne. Il y a aussi des autistes Asperger qui sont très précoces et très doués en musique instrumentale, dans des matières scientifiques et autres, mais ils ont du mal à réussir professionnellement. Pour ce qui est de la littérature, Huysmans n’est pas aussi célèbre que Zola et Balzac. Pourquoi ? Les touristes et lecteurs de ces derniers ne sont pas dépaysés lorsqu’ils prennent pour la première fois le métro à Paris. Les noms des stations de métro leur rappellent des passages de Balzac, Zola et même de Proust qui ont immortalisé la langue française et la ville de Paris dans leurs romans. Qui les lit encore parmi les jeunes d’aujourd’hui ? L’enseignement de la littérature au lycée est une catastrophe. Pour ce qui est de Freud, il faut tout de même reconnaître que son interprétation des rêves est très intéressante et éclairante. J’ai l’impression qu’on ne fait des cauchemars que lorsqu’on est angoissé. Certaines personnes, un peu médiums, font des rêves prémonitoires, mais c’est différent. Dans l’Ancien Testament, Joseph a interprété les rêves de l’echanson et du boulanger de Pharaon, puis de ceux du Pharaon qui lui a ensuite confié des fonctions importantes. Elles ont permis à Joseph de faire venir son vieux père en Égypte et d’avoir sa revanche sur ses frères qui avaient jeté leur frère dans un fossé dans le passé, croyant le condamner à mort. Stéphane, bon courage, bonne chance et revenez vite en Europe !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents