Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pleurniche TV : 30 "artistes" prêtent leur voix aux familles de victimes

Tous aux abris ! Les revoilà ! Après un an de silence inespéré de la part de nos donneuses de leçons gauchistes, toujours en louchant du côté du portefeuille et d’un fisc conciliant, nos inestimables artistes sortent de leur torpeur subventionnée (à notre avis ils ont bouffé la réserve) pour nous faire pleurer avec la mort des autres. Leur but : « replacer l’humain au centre de la gestion de crise ». Traduction : remontrer nos tronches enfarinées.

 

Ce coup-ci, il s’agit de retrouver les bonnes grâces du public – après avoir été étrangement absents sur la politique socialement destructrice du gouvernement – en surfant sur les morts anonymes du Covid... ou des autres maladies, puisque la particularité de cette pandémie oligarchique est de fourrer tous les morts dans la case Covid. Les autres maladies, à la limite, n’ont pas tué cette année. Elles sont toutes parties en vacances, vu que le Covid faisait le boulot à leur place.

Durant sa jeunesse, Stéphanie Bataille souhaite devenir comédienne. Pour rassurer ses parents, elle suit des études d’histoire de l’art à partir de 1984 mais s’initie en parallèle à l’art dramatique au cours Florent. Elle subvient à ses besoins en faisant des petits boulots, et travaille notamment en tant que vendeuse chez Hermès. (Wikipédia)

L’initiative de cette autopromotion communautaire (on parle de la communauté des artistes de gauche, n’allez pas chercher midi à 14 heures) vient de Stéphanie Bataille, obscure comédienne qui devient la star d’un jour. Naturellement, le site de propagande gouvernemental France Info a immédiatement relayé l’opération :

Pour diffuser ces lectures filmées, Stéphanie Bataille a attendu mercredi 17 mars, "date anniversaire du premier confinement en France", rappelle-t-elle. Après avoir perdu son père, sans pouvoir lui rendre une dernière visite car il était placé en unité Covid-19 à l’hôpital, la comédienne a créé un groupe sur Facebook ainsi qu’un site et une adresse mail pour recueillir la parole de personnes dans le même cas qu’elle. Plus d’un millier de témoignages lui ont été envoyés, faisant tous part d’un grand désarroi.

 

Heureusement, derrière la com’, il y a une réalité douloureuse : de nombreuses familles n’ont pas pu rendre un dernier hommage à leurs proches morts en Ehpad, là où la politique gouvernementale – on n’a pas dit le Covid – a fait des dégâts considérables, ce qui mènera, selon les mots du Pr Raoult, à une « enquête sanglante ».

Mais comme toujours avec les people gauchistes, on joue aux justiciers – c’est un jeu –, aux opposants, mais on ne va jamais trop loin, car la Culture, en France, est lourdement subventionnée, et derrière le ministre se cache le grand méchant fisc, qui peut à tout moment raboter les petits montages des uns et des autres. Anémone elle-même, pourtant très critique envers le show-biz en particulier et le Système en général, n’avait-elle pas un petit compte en Suisse ? Las, a révélé son fils sur Sud Radio :

« Elle ne s’est jamais caché d’avoir une famille plutôt bourgeoise. Notre grand-mère, qui résidait en Suisse, a fait un don de son vivant à ma mère, ça s’arrête là. Elle n’est pas dans l’illégalité, tout est clair, elle n’a pas planqué d’argent là-bas… On avait besoin de liquidités pour les droits de succession, et à partir de là, on a fait appel à ce compte. Ensuite, tout le monde s’est imaginé que ma mère avait des comptes cachés en Suisse, ce qui n’est pas vrai du tout ! C’est en gros l’argent de la famille. »

Tout le monde peut se tromper. On préférera alors parler du compte de Gad Elmaleh à Genève chez HSBC, des concerts donnés par Johnny, en dette avec le fisc, pour le compte des Chirac, des versements SACEM avec intérêts à un grand de la chanson (facile à trouver), ou de l’incroyable histoire de Frédéric Levesque, le banquier qui aimait (trop) les stars (toujours) en manque de liquidités...

Dans un autre genre, moins pleurniche, moins show-biz et un peu plus marrant, le dessinateur Lewis Trondheim a voulu lui aussi lancer un appel au politique, précisément à Roseline Bachelot. On n’est pas sûr que sa méthode changera les choses pour les 250 000 auteurs français sans statut, mais sait-on jamais... Pour info, chez E&R, les auteurs vivent déjà tellement en marge qu’on ne se fait plus d’illusions sur ce Système et ses représentants, surtout si on ne leur lèche pas le cul du matin au soir, pour paraphraser Bigard.

« Je pense que le gouvernement ne fera rien, dans la mesure où il y a les élections présidentielles l’année prochaine. Ils ne vont pas bouger. Ils vont passer la patate chaude aux suivants, qui ne feront rien de plus. Comme je dis dans la vidéo, on ne peut pas bloquer la France sur les autoroutes. Les auteurs n’ont pas de capacité de nuisance. La seule chose qu’on a, c’est notre capacité à avoir des idées et à agir comme des abeilles en piquant chacun un petit peu. Mais on risque juste de laisser notre dard dedans et de mourir comme Samantha Bailly ou Denis Bajram, qui ont tout donné pour un résultat nul jusqu’à présent. » (BFMTV)

« Le ministère de la Culture n’est pas mon ministère. Les auteurs sont saignés à blancs par ce gouvernement ! »

Le rapport Racine, dont parle Trondheim, a donc été enterré, et avec lui les rêves de socialisation des auteurs. La vengeance des dessinateurs ? Boycotter le prochain festival de BD d’Angoulême. Là encore, cette vieille méthode gauchiste a montré ses limites : le néolibéralisme aux commandes s’assoit sur les grèves (sauf si elles sont générales), les manifs (sauf si elles ressemblent à celles des Gilets jaunes de décembre 2018) et les récriminations des syndicats, qui ne pèsent plus rien et qui sont eux aussi subventionnés à 70 % par l’État.

Eh, oui, l’indépendance, ça se paye. Pour pouvoir ouvrir sa gueule aujourd’hui en France, il ne faut pas dépendre des forces du Marché ou de l’État. La liberté d’expression est un luxe que seuls les pauvres et les marginaux peuvent se payer.

Les vendeurs de biens culturels, sur E&R

 






Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le décès d’une victime est toujours triste et mérite respect .
    Mais ces décès valent qu’on s’y arrête le temps de savoir pourquoi les choses se sont précipitées .
    Outre les systèmes immunitaires à la ramasse en raison de modes de vie inadaptés , on pourra évoquer la stratégie médicale suspecte visant à étiqueter COVID le maximum d’affections ; on pourra évoquer l’interdiction de prescription médicale avec des médicaments efficaces au profit d’hospitalisations tardives avec des soins coûteux innefficaces et toxiques (remdesivir ) ; On pourra évoquer des stratégies inefficaces et coercitives de nature à enfoncer le pays dans une crise sans précédent génératrice de détresse humaine (Confinement , couvres feu , etc....) ; On pourra évoquer la stratégie pro vaccin tueuse plus que libératrice ; On pourra évoquer l’agenda politico -socio -economique caché au quel la frayeur qui découle de tout ce que je viens de dire aura conditionné l’opinion ....
    et il est bien affligeant que tous ces hypocrites se servent de ces morts qui auront payé un lourd tribu pour faire pleurer dans les chaumières en lieu et place d’une vraie prise de conscience de ce qui s’est réellement passé .
    Lorsque la culture se met au ras des paquerettes il est illusoire d’espérer que les opinions publiques s’élèvent plus haut !

     

    Répondre à ce message

  • #2688081

    Subventionnés à donf, cachets faramineux, cadeaux…+ prolongation de leur indemnisation chômage -prise sur le régime général- des intermittents (dont les zartistes) jusqu’à Août 2021, décrétée par le poudré en mai 2020, tandis que les gueux en fin de droit à cette même date sont tombés direct au Rsa.
    Dans ces numéros pitoyables, aucun pour dénoncer ces mensonges/propagandes depuis un an qu’ils entretiennent d’ailleurs avec ces pleurnicheries. Rien sur la dangerosité des piquouzes ogm. Rien sur les traitements alternatifs proscrits. Rien sur la traumatisation des enfants avec les masques, tests salivaires et bientôt les piquouzes ogm. Rien.
    A ce jour, seuls 4 artistes, qu’on les apprécie ou pas, ont le courage chacun à leur façon, de dénoncer cette mascarade totalitaire : Jean-Marie Bigard, Francis Lalanne, Victoria Abril et Ingrid Courrèges.
    Au moment de rendre les comptes, on s’en souviendra. Là, on complète au fil du temps les listes de zartistes collabos à boycotter à vie. Il y en aura un paquet.

     

    Répondre à ce message

  • Je crois que tout cela ne marche plus, et avec ça ils peuvent être d’une naïveté déconcertante enfin n’oublions pas qu’ils jouent la comédie d’un jour...
    Pour Léwis à quoi pouviez vous vous attendre en ayant comme ministre de la culture une ancienne ministre de la santé.

     

    Répondre à ce message

  • #2688144
    Le 18 mars à 11:08 par l’abbesse du Thaud de Profy
    Pleurniche TV : 30 "artistes" prêtent leur voix aux familles de (...)

    Toute cette chienlit, ce bavardage et ce gaspillage de fric autour des questions de revenus des auteurs, artistes et affidés repose sur un postulat qui est faux. Le postulat selon lequel il y aurait 2 catégories d’êtres humains : les artistes auto proclamés et les autres qui n’y connaissent rien, et donc les premiers devraient bénéficier de conditions et privilèges particuliers avec l’appui de l’état.
    On peut s’accorder sur le fait que les peintures rupestres de Lascaux sont de l’art mais leur dessin a été fait par un chasseur qui vivait de sa chasse.
    Un maçon peut aussi être un artiste en plus d’être artisan.
    Une caissière de supermarché peut être danseuse de samba dans un carnaval. En outre, Si elle a du talent, le physique adéquat et un peu de jugeote pour comprendre les avantages indirects de son activité, elle peut exercer comme danseuse salariée fans un cabaret parisien. Elle peut aussi créer une école de danse sous le statut d’auto entrepreneur ou de société anonyme.
    Idem pour un prof de piano ou de guitare.
    Si un artiste qui se dit clown veut faire le clown à la demande d’une école pour amuser les gosses, il négocie son tarif avec l’établissement. Et s’il faut 3 ans pour signer un contrat à cause des méandres de l’administration, il ne lui reste qu’à mettre son nez rouge , d’entarter la directrice , et de lui dire d’aller se faire enc…ça fera rire les gosses...
    Certes un jeune chanteur dans le métro peut avoir beaucoup de talent et ne bouffer que des clopinettes mais ce faisant il doit savoir qu’il ne fera pas fortune s’il n’a pas de talent ou qu’il sera reconnu soit de son vivant soit après sa mort dans le cas contraire.
    En conclusion, considérant que nous vivons dans une société marchandise soit on choisit un métier qui permet d’exprimer sa créativité et son sens artistique (p.ex : maçon) , soit en fait de l’art en tant que loisir , soit on utilise les outils capitalistiques à disposition (salariat, auto entrepreneur, Sarl, etc. pour vendre son talent ou ses dons artistiques, soit on candidate comme fonctionnaire au ministère de la culture.
    Désolé messieurs-dames les soi-disant « artistes », je ne vois pas où est votre problème.

     

    Répondre à ce message

    • Pas d’accord.
      Un prof de piano, ce n’est pas un pianiste. Pas du tout. Donner des cours fait souffrir l’artiste et le bon prof qui aime son métier, n’est souvent pas très artiste. Lire "Jean-Christophe" de Romain Rolland.
      Un pianiste doit pouvoir vivre de son art et l’art est effectivement essentiel. La preuve : vous écoutez du Mozart, même confiné.
      Le problème, c’est l’art empêché, l’art captif, l’art cofisqué, l’art usurpé.
      L’artiste maîtresse du président ou objet de chantage d’un banquier, d’un producteur, d’un inconnu diabolique. Voilà deux activités bien antagoniques.
      Nana de Zola, personnage fictif mais réaliste, ne faisait pas de tableaux. Elle prétendait en être un en personne. Comédienne, elle fut réputée n’avoir aucun talent. On ne peut être le peintre et son modèle.
      Les Français, dans leur pays d’art, ont une certaine tendance à mépriser l’artiste (véritable) et à trouver normal qu’il crève la dalle.

       
  • #2688160

    Ah ces "artistes" qui se croient essentiels, je pouffe ! Avant le covid leur fond de commerce c’était de se foutre de la gueule du prolo français, le dénigrer, le traiter de facho, d’esclave du système,etc...Mais là on voit bien que ces parasites qui conspuent le prolo, ne peuvent éxister que grace au pognon de ceux qu’ils méprisent !
    Ben les artistes vous savez quoi !? Vous m’avez pas manqué ! J’ai continué à lire à écouter de la musique et à regarder des films. Vote "Wokisme" ne me fait pas réver !
    Un conseil : arrétez de vous pleindre, trouvez un vrai boulot et arrétez de vivre comme des assistés que vous êtes ! Personne ne vous intedit de vous foutre à poil avec des tampax dans les oreillles, mais aillez au moins la décence, de ne pas nous demandez de payer pour ça !

     

    Répondre à ce message

  • #2688211

    ces crapules !!! on ne les a pas entendu pour les familles de gilets jaunes à la rue

     

    Répondre à ce message

  • #2688229

    " Les autres maladies, à la limite, n’ont pas tué cette année. Elles sont toutes parties en vacances, vu que le Covid faisait le boulot à leur place "

    J’chuis pas d’accord !!!

    Les autres maladies ont juste pris un congé ... d’ailleurs bien mérité ... surtout par gentillesse et bonté , parce qu’elles ont vues que l’humanité allait en prendre plein la tronche ... 24 / 7 ... c’est surtout ça !!!

    Et si on ne veut pas reconnaître / valider cet élan de bienveillance ... certes ponctuel et aléatoire ... , ça devient de la mesquinerie !!!

     

    Répondre à ce message

  • Julie Gayet.
    Archétype de la parasite bobo.
    Et compagne, sans hasards, du défendeur et libérateur d’assassins, dont Jacqueline Sauvage.

     

    Répondre à ce message

  • #2688381

    Aucun intérêt pour ces rapiats, ils vivent dans leur sphères

     

    Répondre à ce message

  • #2688435

    Après les enfoirés, voila les enculés !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents