Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Portugal : l’arrestation de l’ancien Premier ministre socialiste José Socrates crée un séisme politique

La mise en détention de l’ancien Premier ministre socialiste, José Socrates, pour corruption et fraude fiscale a provoqué un séisme dans le monde politique au Portugal, déjà fragilisé par d’autres affaires secouant les hautes sphères de l’État.

Un ancien chef du gouvernement sous les verrous constitue une première historique pour un pays habitué à voir de nombreux scandales politico-financiers s’enliser dans les sables mouvants d’un système judiciaire connu jusqu’ici pour son extrême lenteur.

Figure emblématique du Parti socialiste portugais, José Socrates, 57 ans, a passé sa première nuit dans une prison à Evora, dans le sud-est du pays, après avoir été placé lundi en détention provisoire par le juge d’instruction Carlos Alexandre.

Désormais détenu numéro 44, il a reçu mardi la visite de l’ancien ministre de l’Agriculture Luis Capoulas Santos et de son ex-femme Sofia Fava, qui a qualifié son état d’esprit de « très bon ». « Il m’a demandé de lui apporter des livres de philosophie en français », a-t-elle confié.

L’arrestation vendredi soir à l’aéroport de Lisbonne de cet homme politique controversé avait provoqué la stupeur des Portugais, partagés entre admiration et antipathie envers celui qui a dirigé le pays entre 2005 et 2011.

La justice se penche sur des sommes élevées transférées sur le compte de M. Socrates et son train de vie fastueux, notamment sur l’achat d’un appartement de luxe à Paris, qui paraissent incompatibles avec les revenus qu’il a déclarés au fisc.

« La corruption est un problème grave au Portugal où le pouvoir politique est particulièrement exposé, en raison de nombreuses situations de conflits d’intérêts », a commenté à l’AFP Joao Paulo Batalha, représentant au Portugal de l’ONG Transparency International.

Les réactions des partis politiques, y compris du camp gouvernemental de centre droit, ont été pour l’heure d’une extrême prudence. Ce qui est en jeu, c’est l’image de l’ensemble de la classe politique, voire du pays.

 

Les socialistes dans l’embarras

« L’affaire Socrates pourrait affecter tous les partis traditionnels et se révéler une bonne occasion pour les populistes », a déclaré à l’AFP le politologue Antonio Costa Pinto.

« Les hommes politiques ne sont pas tous pareils », s’était empressé d’assurer dès dimanche le premier ministre, Pedro Passos Coelho, qui s’était retrouvé lui-même en septembre au centre d’une polémique sur des revenus non déclarés pendant son mandat de député dans les années 90.

Le coup est particulièrement rude pour le Parti socialiste, parti en campagne pour reconquérir le pouvoir lors des élections législatives prévues en 2015 et laver ainsi l’honneur de José Socrates, grand perdant du dernier scrutin en 2011.

Et l’affaire est hautement embarrassante pour le maire de Lisbonne, Antonio Costa, ancien ministre de l’Intérieur de M. Socrates et fraîchement élu secrétaire général du Parti socialiste.

« Il faut laisser la justice faire son travail et avoir confiance dans nos institutions », s’est contenté de commenter mardi M. Costa, qui a toujours refusé de prendre ses distances avec l’héritage politique de M. Socrates.

 

Lutte anticorruption

« Les conséquences de l’affaire Socrates sont encore incertaines, mais elle fait peser des incertitudes sur une alternance politique au profit du Parti socialiste », a estimé le politologue Antonio Costa Pinto.

Plusieurs dirigeants socialistes ont exprimé leur « tristesse » et l’ancien président de la République Mario Soares a fustigé « la violation du secret de l’instruction » et « le spectacle médiatique » ayant entouré l’arrestation de celui qui compte parmi ses proches.

L’affaire intervient dix jours à peine après un autre scandale de corruption lié à l’octroi des visas « dorés » à de riches étrangers, qui a entraîné la démission du ministre de l’Intérieur et le placement en résidence surveillée du chef de la police des frontières.

Et en juillet, Ricardo Salgado, ancien patron de la banque Espirito Santo (BES), qui s’est depuis effondrée, avait été arrêté dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent, avant d’être remis en liberté contre une caution de 3 millions d’euros (4,2 millions de dollars).

« Il y a quelques années, un enquêteur dans une affaire de corruption se sentait seul au Portugal. Aujourd’hui, l’opinion publique soutient cette lutte et réclame une justice qui fonctionne », a estimé Joao Paulo Batalha de Transparency International.

Voir aussi, sur E&R :

Sur la justice, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • AH ! les socialopes européens,partout les mêmes ! Faut leurs réserver un pénitencier rien que pour eux !!

     

  • « L’affaire Socrates pourrait affecter tous les partis traditionnels et se révéler une bonne occasion pour les populistes »

    J’aimerais qu’on m’explique pourquoi on oppose inlassablement populisme et démocratie qui tous deux dérivent du mot ’peuple’.

     

    • Parce que la démocratie telle qu’on l’entend n’est pas la démocratie mais le règne de l’oligarchie.
      Le populisme, mot conspué par tous les membres de l’élite, est par conséquent, puisqu’ils le détestent tant, ce qui se rapproche le plus de "démocratie" (non Chouardienne, bien-sûr). Ce sont les élus qui font ce que le peuple veut, et pas ce que veulent les experts et les oligarques. Le populisme aura de plus en plus tendance à devenir la forme de gouvernement qui l’emportera en europe...Du moins, c’est ce que l’on souhaite. Populisme ou guerre civile.


  • La grande question reste de savoir pourquoi lui et maintenant ?
    A titre personnel je croirais au sérieux d’une campagne anti-corruption uniquement lorsque l’on verra des commandos spéciaux mettre en état d’arrestation en 24 plusieurs dizaines voire centaines de politicards (tout partis confondus), magistrats et hauts fonctionnaires. Sinon ce genre d’arrestation n’est qu’un règlement de compte en interne qui est de plus instrumentalisé afin de faire croire que le bras viril de la justice n’épargne personne. Mascarade !


  • Les démocraties occidentales sont tellement pourries par la corruption que même la "justice" n’arrive plus à fermer les yeux devant les faits. C’est dire !


  • Et en France ?


  • La canaille socialiste fait main basse de partout en Europe avec magouilles et corruption !!!...ce parti de malfaiteurs est à vomir tellement les voyous opportunistes qui le composent sont malhonnêtes et crapuleux !!!....


  • "Aujourd’hui, l’opinion publique soutient cette lutte et réclame une justice qui fonctionne »...

    Et quelle est ’l’opinion publique’(c’est pratique comme concept) composée essentiellement de gens sains d’esprit et honnêtes, qui, un jour, aurait pu réclamer autre chose.. ?
    Le problème n’est pas là, il réside dans cette frange de la population qui vit sur le dévoiement des systèmes judiciaires et de ceux qui sont sensés le garantir. Une histoire lamentable jusqu’à l’odieux et qui est vieille comme le Monde. Une toile d’araignée qui attrape les petites mouches et laisse passer les grosses. Sur le fond, tout sauf une vraie Justice mais bien quelque chose qui est à l’image des hommes et de ce que certains d’entre eux contiennent de trop-plein de perversité..


  • Alors là on ne rigole plus ! Que les notabliaux socialistes portugais violent des gosses, pas de problème. Ils sont innocentés dans l’heure, Paulo Pedroso en tête. Après tout, leurs victimes ne sont jamais que des orphelins parfois même handicapés comme pouvaient l’être les enfants du Coral dans les années 1980. Entre des gosses orphelins et/ou handicapés et des notabliaux socialistes, français comme portugais, le choix est vite fait. Mais là, attention, il s’agit d’argent. Et quoi de plus sacré que l’argent dans nos sociétés "occidentales" ?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Affair...
    P.S. : précisons qu’à Outreau comme pour la Casa Pia, si les enfants furent reconnus comme étant des "victimes", aucun consommateur de chaire fraîche n’a jamais été, et ne sera jamais condamné. La criminalisation des consommateurs de prostituées, ce n’est visiblement valable que pour les consommateurs de prostituées majeures, pour nos moralistes féministes socialistes. Sans parler que dans le cas de la Casa pia, il s’agissait de prostitués mineurs. Que vaut un petit garçon violé pour une féministe à la sauce Belkacem ? On peut se poser la question...


  • « …parti en campagne pour reconquérir le pouvoir lors des élections législatives prévues en 2015 et laver ainsi l’honneur de José Socrates… », chez nous, il y a Martine pour DSK et au Portugal c’est qui pour le ménache ?


  • Socrate qui lit des bouquins de philosophie en français ? Pur anachronisme que voilà, l’inverse parait bien plus crédible : ce sont les philosophes français qui lisent Socrate.

    blague à part, qui a dit que l’Europe unie ne fonctionnait pas ? Tous unis dans la crapulerie.


  • Et à Bruxelles c’est un nid d’escrocs, avec à sa tête Junker qui continuent à vouloir faire prendre des vessies pour des lanternes !!! Ce sont tous des voleurs et des profiteurs qui s’empiffrent sur le dos des peuples européens qui s’échinent au boulot, quand ils en ont un, pour des queues de cerises !!


Afficher les commentaires suivants