Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi le cerveau refuse de changer d’opinion politique

Qu’est-ce que la Raison ?

Une étude californienne montre que lorsque ses opinions politiques sont remises en question, le cerveau déclenche une réaction de résistance, de défense, comme s’il s’agissait d’une croyance religieuse.

 

« Tu n’écoutes rien, tu restes campé sur tes positions !  » vous assène votre beau-frère, lors d’une discussion politique dans un repas de famille ? Répondez « Ce n’est pas ma faute, c’est mon cerveau  », et vous aurez raison ! En effet, une étude de l’Institut du cerveau et créativité de l’université de Californie du Sud (Los Angeles) publiée dans Nature, l’affirme : le cerveau s’accroche à ses croyances politiques contre vents et marées !

Pour démontrer cela, 40 participants américains entre 18 et 39 ans, se décrivant eux-mêmes comme « libéraux » ayant « des opinions politiques solides », ont été soumis à un questionnaire où ils devaient évaluer la force de leurs opinions politiques telles que «  l’avortement devrait être légal » ou « les impôts pour les riches devraient être augmentés » sur une échelle de 1 (faible) à 7 points (fort).

Puis les volontaires sont installés dans un appareil d’imagerie de résonance magnétique (IRM) qui va prendre des clichés de leur cerveau en fonctionnement alors qu’on les soumet à un petit jeu sournois. On leur projette, pendant 10 secondes, une des opinions politiques à laquelle ils ont adhéré totalement (entre 6 et 7 points). Puis s’affichent successivement, pendant 10 secondes également, cinq arguments provocants qui contrent l’opinion de départ, quitte à être mensongers. Par exemple, après l’opinion « Les États Unis devraient réduire leurs dépenses militaires » s’affiche l’argument « La Russie possède près de deux fois plus d’armes nucléaires actives que les États-Unis » (ce qui est faux, Ndlr).

À la fin de la session, l’opinion politique initiale réapparaît et le participant doit de nouveau l’évaluer en faisant varier le curseur de 1 à 7. L’opération est répétée avec huit opinions politiques différentes. Mais aussi avec des allégations n’ayant rien à voir avec le champ politique telles que « Les multivitamines quotidiennes sont bonnes pour la santé » ou «  Thomas Edison a inventé l’ampoule ». Soumises elles aussi à des arguments contraires.

 

« Nous pensons que les croyances politiques sont liées à l’identité »

Après analyses des résultats, le bilan est sans appel : le cerveau défend ses opinions politiques bec et ongles ! Après la lecture des contre-arguments, les opinions politiques perdent en moyenne 0,31 point de confiance, alors que les opinions non politiques perdent quatre fois plus. Pourquoi ? « Nous pensons que les croyances politiques sont liées à l’identité », commente Jonas Kaplan, auteur principale de l’étude, professeur adjoint de recherche de psychologie à l’Institut de cerveau et de créativité.

Lire la suite de l’article sur sciencesetavenir.fr

La manipulation des cerveaux et des foules sur Kontre Kulture

 

La lente découverte de ce qui permet la découverte, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est tout à fait exacte et il m’a fallu la lecteur du livre "Comprendre l’empire" d’Alain Soral (et non je ne passe pas la brosse à reluire, c’est pas vraiement le genre de la maison...) pour pouvoir me remettre en question , moi qui etait "droite des valeurs ET droite du travail"...
    Mais ça c’etait avant ...(bon je sais c’etait un peu facile).

    En fait pourquoi ce livre fut un choc et un revelateur pour mour ? Tout simplement parce qu’au cours de cette lecture j’ai - par moi-même, sans personne pour me convaincre - pris conscience de la réalité de ce monde et surtout j ai eu des reponses aux questions que je me posais intutivement... Encore faut il avoir un esprit curieux et se poser des questions. C’est ce qui manque le plus aux "moutons" !!!!

    Raison qui fait que ce livre est voué au gémonie par la caste mé(r)diatique.

    Mais les temps changent, les temps changent...

     

    • "Encore faut il avoir un esprit curieux et se poser des questions"
      Entièrement d’accord avec vous ... certains sont tellement moutonniers et routiniers que rien ne les fait se remettre en question.
      Je dois avouer que pour moi aussi ce sont les vidéos d’Alain Soral qui ont commencé à m’interpeller (quoiqu’au début ses propos me choquaient ce qui était tout à fait normal) puis de fils en aiguille j’ai étendu mon champ d’investigation, je suis même encartée FN depuis janvier 2013 (après la catastrophe hollande-président).
      Alors courage Monsieur Soral, vous faites un super boulot ! et merci à vous !


    • Mon ami,
      Toute personne qui, comme vous et moi, viendra sur ce site, finira, comme vous et moi, par "comprendre l’empire". Les années passent, c’est toujours d’actualité.


  • Le clivage gauche/droite (droite authentique, pas l’UMP) c’est un clivage entre deux anthropologies différentes, donc changer d’opinion politique c’est changer d’homme. Et changer d’homme ne se fait pas par un simple argument contraire en quelques minutes.

     

    • #1638511

      Je pense que vous confondez valeurs traditionnelles avec libéralisme. Un chrétien est avant tout une personne anti libérale, sociale le plus possible envers les siens. En réalité la vraie droite française traditionnelle était de gauche.


  • #1638444

    Je pense que cet article est débile.

    Quand on recherche la vérité on est obligatoirement disponible pour changer d’opinion ; et je pense que sur E&R on le fait de façon plus ou moins récurrente.

    Bien évidemment si on était stalinien et qu’on devient nazi, on n’a plus beaucoup de marge de manoeuvre, mais entre les extrêmes, la route est large et permet bien des évolutions.

    Personnellement, j’ai souvent évolué dans mes opinions au fur et à mesure de révélations, mais cela se fait sans se renier, et toujours en admettant que vos adversaires du moment n’ont pas entièrement tort.

    Bref changer d’opinion rend -généralement- plus humain.


  • #1638446

    Non pas le cerveau mais la propagande faite au cerveau. Les partis politiques ont remplacés la religion qui était dépositaire du message et de sa propagation.
    Les partis politiques c’est à dire les développement de la philosophie dite occidentale sclérosée par le sabbataïsme et les loges, ont développé le champ politique où sont "débattues" toutes les idées. Et cela donne autant de liberté que pouvait avoir Truman Burbank dans le film le Truman Show. Pour les politiques, la religion doit disparaitre car elle est un contre pouvoir qui fait sortir l’Homme de l’emprise du Monde et l’amène à un détachement salvateur par sa croyance en Dieu et les efforts moraux de sa foi. Tout cela étant contraire à la jouissance terrestre d’un individualisme sans but et sans bornes proposé par cette société dite libérale mais vraie dictature mafieuse sans avenir. Quand on ment sur le passé, on ne peut gérer le présent et assurer l’avenir.


  • #1638447

    Pourtant tout le monde est droit de l’hommiste et après deux heures de Soral devient patriote.

    Non, c’est vrais, ils sont pas fort les Etats-Uniens


  • Ah ben dans ce cas, la démocratie n’est peut être pas le meilleur système politique. Il est vrai que faire voter des gens sur des questions de politique internationale histoire de détourner l’attention du peuple sur les vrais responsables de pillages et autres guerres, c’est machiavélique.

     

    • #1638537
      le 07/01/2017 par Aiguiseur de guillotines
      Pourquoi le cerveau refuse de changer d’opinion politique

      Moi des fois je me surprend à penser que l’on devrait donner le droit de vote à partir d’un certain niveau d’étude. ^^
      On peu rêver. ....


    • @ Aiguiseur de guillotines

      Alors là, je vous arrête tout de suite.Le niveau d’étude n’a rien à voir là dedans.
      Il ne suffit pas d’avoir fait des études pour se forger une conscience politique ...

      Il suffit de savoir lire et de se cultiver, et avoir envie de faire avancer les choses dans le sens qui nous parait être le bon.
      De larges connaissances en histoire et en littérature sont indispensables. Malheureusement, dans "l’éducation nationale", ces deux matières ne servent qu’à engendrer de bons petits robots-outils du capital ...

      Il faut avant tout explorer le patrimoine historique et littéraire afin de s’extraire de la propagande distillée à longueur de journée dans les établissements d’enseignement.
      En somme, être curieux du monde qui nous entoure et chercher à comprendre comment il fonctionne.
      Même parmi les haut diplômés, beaucoup n’ont jamais fait cet effort.

      La certitude est l’ennemi. Seuls le doute et le questionnement permanent sont salvateurs et garants d’évolution positive.


  • Il me semble que cette étude veut démontrer que les idées politiques jouent un rôle particulier.
    Or, ce qui est en cause est moins le type d’idées (ici les idées politiques) que le degré d’identification que l’on a avec ces idées.
    Un scientifique spécialiste d’un sujet et ayant pour cette raison des opinions très argumentées, sera parfaitement réfractaire à des idées différentes, surtout si elles viennent d’amateurs.
    La propagande peut avoir le même effet d’identification. Par exemple, à une personne qui a fait sienne la théorie du réchauffement climatique dû à l’activité humaine, il est très difficile de faire entendre une thèse différente, même avec des arguments scientifiques prouvés.
    Essayez aussi de débattre avec quelqu’un qui fait partie d’un groupe sectaire, ce sera pareil.
    Le phénomène décrit dans cette étude peut s’observer à chaque fois qu’on a affaire, non à de simples idées, mais à une adhésion de l’ordre de la croyance.


  • Le même mécanisme se met en place quand tu explique à un croyant que son livre sacré dit des bêtises...

     

    • #1638465

      Ou quand tu expliques à un athée que l’athéisme est une croyance religieuse comme une autre et qu’elle est en plus irrationnelle.


    • Si athée est une croyance, alors chauve est une couleur de cheveux...


    • #1638606

      on connait on sait ... ou on sait pas on connait pas .
      la croyance est omniprésente on croit en rien ou en quelque chose ( à chacuns d’amener ses preuves) ,mais cela reste des croyances...


    • Ou que l’athéisme et la laïcité sont des opinions comme des autres, situées sur le même plan que les opinions religieuses.
      Ou encore que l’athée et le laïc sont tous deux incapables d’expliquer pourquoi l’univers existe (pourquoi y a t-il quelque chose plutôt que rien ?), malgré toute leur prétendue rationalité.

      Ça a fait BANG paraît-il et l’univers exista.. huhuhu elle est bien bonne celle-là.


    • Non max, mais chauve est une coiffure. Un athée croit en l’apparition sans raison de l’Univers. Les religieux ne sont que des gens plus imaginatifs...


    • #1638677

      L’athéisme est bien une croyance. Bien souvent les athées sont aussi dogmatiques que les religieux, et même très virulents !
      Aussi, je pense que c’est naïf de croire qu’on peut avoir « sa propre opinion ». Quoi qu’on pense, on est toujours le fruit de son époque et de son milieu. On est toujours « conditionné » d’une manière ou d’une autre. Par exemple les anticléricaux du XVIIIème siècle qui se prétendaient libres penseurs ne faisaient qu’exprimer leur situation et l’esprit « positiviste » de leur siècle, dont ils étaient imprégnés.


    • On est toujours « conditionné » d’une manière ou d’une autre.
      A priori celui qui en est conscient ne s’en satisfait pas et explore des pistes pour sortir d’un conditionnement aliénant.


  • Quand aux dîners de familles, tu as soutenu face à ton beau-frère que tu tenais pour un beauf insupportable, que l’immigration était une chance pour la France, puis que tu te retrouves avec les djihadistes et les racailles des cités, et certains arrondissements de Paris qui ressemblent à Bamako, ce n’est pas facile d’admettre que ce gros con de beauf avait peut-être un peu raison de craindre l’immigration.


  • Je ne pense pas le cerveau a quelque chose à voir avec cela. Le cerveau est l’instrument de l’âme pour s’exprimer dans la matière. C’est donc l’âme qui réagit et fait savoir son choix par l’intermédiaire du cerveau, outil à son service.


  • Alors le mec d’ailleurs qui, ici en France, en est encore à SOS racisme, et autres fariboles, c’est un "cerveau malade"
    Reconciliation vers un seul but : FN
    Il sera toujours temps de voir, et ça ne peut pas être pire... (Même si on est d’origine excentrée).


  • #1638474

    Pour faire comprendre à un sioniste qu’il a tord, ça va être très difficile.


  • #1638478

    Si nous défendons nos idées politiques comme nos idées religieuses c’est peut-être parce qu’elle sont sœur , elles ont la même racine ; celle du tout sacral .
    A trop creuser , l’Institut du cerveau et de la créativité creuse sont propre trou et va finir par prouvé scientifiquement que la science ment . Ironie du sort pour la science ou la seul fois de sont existence elle dirait la vérité , elle signerait par la même son acte de décès .
    Une ruse de la raison ? Peux être .


  • C’est pas très convaincant.
    Même si on assume que la vérité est une valeur relative ... il n’empêche que celui qui
    s’approche au plus près de la réalité devrait convaincre, justement.

    Si malgré un exposé clair des faits la personne campe sur une position irrationnelle (fausse) c’est malhonnête.


  • #1638533
    le 07/01/2017 par Aiguiseur de guillotines
    Pourquoi le cerveau refuse de changer d’opinion politique

    En fait on vous fais asseoir sur une chaise, on vous met un casque avec plein de neuro-transmetteurs et de fil electrques sur la tête et la même chose en bracelet aux poignets en on vous questionne sur vos opinions politiques.
    Intéressant. ....


  • cette interprétation de faits pourtant vérifiables est mensongère,
    car oui c’est exact le cerveau a du mal à changer de software tant que celui n’a pas rendu complètement l’âme
    la remise en cause de notre vision d’une réalité est toujours extrèmement perturbante,déstabilisante puis déstructurante (perte des repères familiers).
    l’arnaque est de prétendre que cela ne concernerait que les idéologies politico économiques
    car cela porte aussi sur les idées religieuses esthétiques ou philosophiques.
    c’est en fait beaucoup plus primaire que cela, le cerveau déteste que l’ingénérie sociale qui l’a formaté disparaisse (se révèle fausse). on est prisonniers de ses idées par paresse, ce qui nous empêche de scruter le réel, ce qui est fatigant et consommateur d’énormément d’énergie.Nous préférons donc les automatismes surtout en ce qui concerne ce que nous jugeons comme primordial.(c’est aussi le principe de la morale)
    conclusion le cerveau est feignant et il faut le violer pour apprendre à véritablement saisir le réel.
    Pas besoin d’une analyse de scientifiques à la con pour s’en apercevoir.
    De plus, axer cette analyse sur le politique est tendancieux car cela ne concerne en fait que les citoyens d’états modernes dit démocratiques et où le politique se prétend le moteur indispensable de la vie sociale.
    le reste de la population (celle des états faibles ou des dictatures) en général se fout éperdument de la politique (à moins d’être manipulée) ou, au pire, est pour ou contre le gouvernement (soit dans le cas de dictatures : accepter ou refuser la soumission)

     

    • Merci pour ce commentaire @paramesh !!!
      Très pertinent sur toute la ligne... j’ai bien aimé le coup du "pas besoin d’une analyse scientifique à la con". Toute la connaissance (non technologique j’entends bien) est appréhensible par la seule perception de nos sens je pense... Dieu n’aurait pas créé le monde pour qu’on ne le comprennent qu’à l’avènement des machines !


  • "A 20 ans si tu es pas de gauche c’est que tu as pas de coeur , à 50 si tu es pas de droite c’est que tu as pas de tête ” , disait on , il m’a fallu attendre 50 ans pour comprendre le catéchisme révolutionnaire , ses mensonges et m’en défaire définitivement , désormais pour me rouler dans la farine , il faudra qu’ils trouvent un autre logiciel.

     

    • A 20 ans, si t’es pas de gauche, c’est que t’as pas de cœur. A 30 ans, si t’es pas de droite, c’est que t’as pas de cerveau. A 40 ans, si t’es pas à ER, c’est que t’as pas de couilles...


  • #1638585

    Rousseau disait qu’un débat n’était jamais « qu’un préjugé qui en affrontait un autre » (ou quelque chose comme ça, je n’ai plus la phrase en tête). En fait l’adhésion est toujours de l’ordre de la croyance ; c’est pour cela qu’il faut beaucoup de « médiations » pour faire changer quelqu’un d’opinion politique... ce qui passe largement par les affects et l’irrationnel.

    Sans vouloir être pédant, c’est Gustave Le Bon qui l’explique très bien dans Psychologie des foules : le succès des grands leaders politiques s’explique surtout par leur force de persuasion et de fascination, beaucoup plus que par leurs raisonnements ! Y compris pour nous, sympathisants E&R qui nous croyons affranchis du politiquement correct...

     

    • "le succès des grands leaders politiques s’explique surtout par leur force de persuasion et de fascination"
      Si on veut faire porter l’entièreté de l’effet uniquement à l’émetteur en ignorant les mécanismes en jeu du côté du récepteur, on a en fait que la moitié de la réponse. Je vous recommande la lecture de Influence et Manipulation, en plus de Le Bon, pour mieux comprendre ce genre de phénomène de psychologie sociale.


    • #1639286

      Bonjour,
      Merci pour la référence, j’y jetterai un oeil.

      Bien sûr je ne confonds pas des chefs légitimes comme Alain Soral et Jean-Marie Le Pen, avec les sophistes et les margoulins habiles qui sont au pouvoir ! Il faut le préciser.


  • On est en plein dans 1984... (G. Orwell)


  • #1638610

    Les personnes que j’ai connu gauchistes enragés ou bien pensant dans les 90’s ou 2000’s sont devenus en majorité de véritables "fachos" et ce bien avant les attentats (la confrontation avec le reel sans doute) et me feraient passer pour un gauchiste aujourd’hui, moi qui suit anarchiste de droite. Donc le cerveau oui sans doute, mais pas pour tout le monde...


  • "le cerveau défend ses opinions politiques"
    Un cerveau ne défend rien du tout, pas plus qu’un revolver ait jamais tué qui que ce soit, ou qu’une bouteille ne change d’étiquette selon ce qu’elle contient. Ah, la californie ! Ah, les ’études’ californiennes ! Leurs ’professeurs’ (shalom, shalom ’professeur’ jonas kaplan...), leurs ’expériences’ : ’cerveau et créativité’...pourquoi pas ’le pied et la course’, ’la main et la gifle’, ’le bras et la quenelle’.. ? Que se passe-t-il, se passe-t-il quelque que chose dans le cerveau de jonas kaplan ?


  • C´est pour ca qu´il faut viser sur le long terme pour créer un mouvement, et comprendre que tout est politique. C´est la tactique gagnante de Soral, qui relaie de Lesquen, ou le Lay, quand il vont dans son sens, bien qu´ils l´aient descendu par ailleurs.

    C´est pour ca que le système vante le grand soir, le héros solitaire, le joueur de foot, car ca ne marche pas. Le grand soir il fonctionne tout seul, car tu as constitué un réseau depuis 10 ans.
    D´ailleurs rappelez-vous quand vous parliez de Soral il y a 4 ans, les réactions pouvaient être épidermiques, ou souvent il était inconnu, avant " cerveau malade ". En 2017, la plupart des gens connaissent, et ca devient un sujet commun, de plus en plus. Un anti-Soral a tendance à la fermer car il sent le vent tourner.

    Patience et longueur de temps font mieux ni que force ni que rage.


  • #1638683

    Cet article est intéressant dans le sens où il peut révéler à beaucoup leur propre bêtise. Ce qui n’est pas rien !


  • #1638725

    les neurones sont constamment branchés sur la tv ?


  • #1638737

    Une chance sur deux que le gars qui nous parle du cerveau ne sache pas faire une simple règle de 3.
    "Le mec, il nous vendait de l’intelligence, il avait pas un échantillon sur lui." Coluche, en parlant du doyen de la faculté "qui, lui ne les avait plus, ses facultés"..."on l’appelait orangina mais on a jamais réussi à lui décoller la pulpe du fond"...etc

    La propagande usurpe l’autorité scientifique : un classique.
    Faudrait étudier ceux qui font ces recherches. Ils ont pas l’air fût-fût mais ils sont pas chomeurs et ils arrivent à faire publier dans des revues à caractère scientifique des articles de pif magazine. S’instituer chef et faire de l’autre un cobaye, c’est déjà un grand pas vers la psychopathie.


  • Doit-on rechercher dans la nature cérébrale ce qui fait les différents clivages ? On est en plein "cerveau malade" ...
    Être de droite plutôt que de gauche et vice-versa , serait en fait une pathologie psychologique ?

    Alors seuls les abstentionistes ne seraient pas atteints par ce mal , si je comprends bien ... et que dire de ceux qui pensent voter FN , irrécupérables ? Pour certains , sans doute ...
    Perso je connais des gens qui ont à peu près voté pour tous les partis politiques , au cours de leur vie d`électeurs , alors que dire de ceux-ci ?

    Mais dans le fond , cette étude n`est pas si bête , elle prouve que trop de choix tue le choix .
    Je digresse mais , pour moi (mon cerveau est peut-être malade) la république est un régime instable par essence même du déséquilibre politique .(suis-je un facho ?)
    Tout est fait pour que l`on ne soit pas d`accord entre citoyens d`un même pays .
    On devrait réaliser cette étude sur un panel d`élus , je dirai que ce sont eux les cerveaux malades !


  • #1638812

    Peut être que le refus de la vaseline médiatique y est pour quelque chose .


  • #1638871

    Il me semble qu’il est assez courant que l’opinion politique change avec l’âge : combien sont passés du communisme à 18 ans au libéralisme à 40 ?
    Cette étude ne prend pas en compte les changements dans le temps ou causés par l’évolution sociale personnelle ou nationale, alors que l’envolée du FN depuis 10 ans prouve exactement le contraire.


  • A la question ’’qu’est-ce que la Raison ?’’, il est bien dommage que le cerceau conditionné par une société qui oblige à se voiler la face, à se farder pour cacher la misère, confonde la Raison et la Conscience.... La Raison est régie par le surintellectualisme, c’est-à-dire que le cerveau ne fonctionne pas sur des rythmes naturels. Il est ’’abîmé’’ depuis le plus jeune âge (à détailler). A contrario, lorsque le corps a suivi un processus de développement naturel, sans maltraitance, sans agression, correspondant aux besoins physiologiques de ce dernier, le cerveau fonctionne sur d’autres rythmes que ceux imposés par la société ; il fonctionne sur ceux de la Nature : la Conscience peut alors s’exprimer.

    Le fait d’imposer l’apprentissage intellectuel avant que le cerveau soit en phase, c’est là un crime contre l’Humanité.

    ’’Eduquer au naturel’’, c’est faire passer la Vie du jeune avant le système économique conventionnel qui détruit les bases de la Vie. L’humanisme avant l’économie... Sommes-nous assez grands pour concevoir cette possibilité ?


Commentaires suivants