Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Pourquoi les filles de stars posent-elles toutes à moitié à poil ?

Évidemment, on détient la réponse, du moins des éléments de réponse, mais on ne va pas les lâcher tout de suite. Que le lecteur se rassure, ça ne va pas non plus prendre des plombes : l’érotisation des stars, le phénomène des fils et filles de, puis la pornocratisation des stars, tout cela concourt à se déshabiller pour exister... médiatiquement. La vie médiatique est une seconde vie ou une méta-vie qui devient presque plus importante que la vie réelle. On se bat pour exister dans les magazines people, car la survie médiatique est à ce prix, et à la survie médiatique est corrélée la survie professionnelle, même quand on ne fait rien de spécial.

 

Ainsi, Kim Kardashian, cette petite Américaine ne produit-elle rien, rien d’autre que son image, qu’elle vend très cher aux médias. Cela lui rapporte de l’image, qu’elle entretient habilement avec des happenings ou des coups, qui font le tour de la terre. Ensuite, elle vend son nom à des marques de fringues ou de parfum, toujours de basse qualité, car elle s’adresse aux jeunes filles désargentées qui rêvent de richesse et de prince charmant. Malheureusement, ce business peut parfois déraper. Le 11 juillet 2017, une internaute a chopé Kim en presque flag de sniffage de coke, voir les deux lignes sur la table :

 

 

Une petite erreur de parcours que la star a vite corrigée, en déclarant :

« Je ne joue pas avec des rumeurs comme ça, alors je vais y mettre un terme rapidement. C’est du sucre de notre atelier sucré de chez Dylan’s candy shop »

Tout va néanmoins très vite dans ce métamonde où l’on a besoin de coke pour tenir la distance, car les reines de beauté ne tiennent pas très longtemps. La relève est féroce, nombreuse, et a les crocs. Mais ce qui nous intéresse n’est pas l’addiction de Kim Kardashian à la coke ou aux injections dans le derche, mais bien la pornocratisation des filles de stars. Car on n’est plus dans l’érotisation : ces jeunes filles ont bien compris qu’il fallait en montrer un max pour ne pas perdre son « rang » dans la vitrine mondiale. Ensuite, quand on est bien relayé, on peut faire un casting pour une marque, un film, un événement ou un livre.

 

 

Ainsi, Lily-Rose Depp, la fille de Johnny bibine Depp et Vanessa chantefaux Paradis a-t-elle touché le gros lot avec un contrat d’une grande marque de luxe et une apparition à Cannes, pour un film déjà oublié. Maintenant, elle fait partie du décor, et elle doit entretenir son image par un mélange savant de « sulfureux » et de « culturel ».

C’est exactement ce que font les grandes marques avec ce qu’on appelle en pub les campagnes d’image (le branding) : même si elle n’a pas de produit nouveau à vendre, la grande marque doit être présente dans l’esprit du public, en affiche, télé, cinéma ou presse. Sans oublier les événements culturels. Voilà pourquoi Coca Cola est devenu le mécène de festivals de rock et continue à faire de la pub partout dans le monde, même si le produit n’a pas changé (la coke en moins dans la recette depuis un siècle). Au bout du compte, le consommateur paye cet énorme budget pub dans le prix du produit. Coca, c’est d’abord de l’image, le goût vient après. Et l’image ne doit pas être flétrie, salie, atteinte.

 

PNG - 370.1 ko
Lottie Moss, la demi-sœur de Kate

 

Du côté des jeunes filles de, le basculement vers la nudité est l’ultime moyen de choquer (dans le sens photographique du terme) le public, mais la méthode a ses revers. Ce faisant, la fille de peut passer pour la dernière des « putes » dans l’esprit du public, pour qui les valeurs de fidélité, d’amour, de respect de soi et des autres comptent encore. Le jeu est risqué, et toutes s’approchent du précipice, c’est-à-dire de l’endroit d’où l’on ne remonte plus. C’est pourquoi les actrices américaines font très attention avec la nudité. Les Françaises, un peu moins.

 

JPEG - 50.9 ko
Jade Leboeuf, fille de Franck Leboeuf, champion du monde avec les Bleus en 1998

 

Oh, un buisson ardent pas très blblique. La dernière en date à montrer ses charmes, c’est la fille de Sylvie Vartan et de son producteur américain de mari. Dotée d’une poitrine généreuse et d’un visage somme toute moyen, Darina Scotti en fait des tonnes pour épater la galerie :

 

 

D’après l’évolution de ces dernières années, qui a vu l’explosion des phénomènes de peopolisation et de pornocratisation, les sex-tape des filles de stars devraient se multiplier et leur image pornocratisée envahir la planète média. Le jour où un homme politique ou une fille d’homme politique posera à poil ou fera un film de cul n’est pas loin. La presse ne demande que ça, elle en fera ses choux gras, ça fera le tour du monde des réseaux sociaux. Mais ensuite, que se passera-t-il ?
Ce qui se profile, c’est l’abaissement de l’âge érotique, c’est-à-dire de la majorité sexuelle. Et on le voit avec ces Lolita d’à peine 15 ans (la limite de la majorité sexuelle dans la plupart des pays occidentaux) s’essayer à l’exhibition médiatique.

 

JPEG - 88.8 ko
Jenaye Noah, fille de Yannick

 

Derrière tout ce dispositif et cette évolution qui semble naturelle car elle découle du progressisme en matière de « liberation » des mœurs, n’importe quel imbécile peut deviner la fin de la protection de l’enfance, avec l’appui du politique et bien sûr du média. La famille est le dernier lieu de résistance sociologique à cette tendance lourde. La cellule familiale devra, un jour, non seulement se défendre contre les assauts du libéralisme sexuel, mais contre-attaquer. À l’image des opérateurs de téléphonie qui proposent des filtres parentaux pour que les enfants n’accèdent pas à la pornographie en ligne, des grappes de gens quitteront peut-être les villes, lieu emblématique de la déesse Publicité (une grosse pute à poil qui sait y faire), pour les campagnes où ne séviront pas les images choc des filles de à poil qui vendent de la marchandise. De merde.
On rappelle justement en conclusion les mots d’Armand Robin, l’homme de lettres anarchiste et polyglotte :

Des journaux de merde, des radios de merde, des affiches de merde
Avec de grands mots de merde annoncent des progrès de merde

Il y a plus de 70 ans, il avait tout compris ! Pour la petite histoire, devenu anticommuniste après son voyage en URSS fin 1933, il écrira une Lettre ouverte aux membres staliniens du Comité central des écrivains qui commence ainsi :

« Fils de bourgeois staliniens et sans talent... »

Le couplage logique de la publicité, du corps-produit et du sexe,
à lire sur Kontre Kulture

 

Le sexe surmédiatisé est devenu l’arme de l’ultralibéralisme contre la famille qui protège les enfants, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

36 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Kim Kardashian, avec son cul énorme, monstrueux, aurait eu du succès, elle aurait fait des entrées dans une baraque de foire, vers 1900 . Créature grotesque qui relève presque de la tératologie .

     

    • Ce culte du gros cul, qui nous vient des USA, est une attaque contre la civilisation. Les cultures bâtisseuses ont une symbolique féminine basée sur le sein nourricier et sur la silhouette fine de la femme jeune.

      Ces histoires de gras sanctifié (fat acceptance et body positivité) et de gros derrières nous ramènent au néolithique et aux sociétés matriarcales. Ce sont des marqueurs de régression civilisationnelle. Nous retournons à l’état tribal, avec le cortège de violences psychologiques et sociales des sociétés féminisées (tyranniques par nature).

      D’ailleurs dans la famille Kardashian/Jenner, toutes les filles sont avec des noirs, et les deux hommes de la famille (blancs, donc) sont respectivement un trans (Bruce Jenner) et un grassouillet cocufié par un rebus de la chirurgie esthétique (Rob Kardashian)...voilà le programme pour nous et nos sociétés occidentales tel qu’il est prévu par les élites, et tel qu’ils nous le montrent : régression, laideur, plastique, métissage, homosexualisation, tribalisme, superficialité et émotivité, et chasse à l’homme blanc par tous les moyens (que les autres attendent leur tour, il viendra).
      C’est sans doute là la raison de l’incroyable promotion (par qui ?) de ce clan de dégénérés improductifs.


    • Excellente analyse Matthieu01 ! c’est ça exactement


    • Au sud du Sahara la mode est au gros cul . Des "instituts" vendent des suppos à l’huile de foie de morue, de la "crème verte" à base de beurre de karité, de salive d’escargots et de racines de fromager, afin d’avoir un énorme "botcho" ("cul" en argot abidjanais) . Sans parler du fameux bouillon cube Maggi très consommé en Afrique, mais aussi pris en... lavement ! qui permettrait une accumulation de graisse au niveau des fesses .


  • On remplace le talent par ce qu’on peut ! Monde de merde !!.


  • Rien de nouveau . Déjà dans la Grèce antique les splendides statues d’Aphrodite avaient pour modèles des prostituées, une citoyenne athénienne ne se serait jamais déloquée devant un sculpteur... Le modèle de l’Aphrodite de Cnide, par Praxitèle, était une prostituée, Phrynée . Ayant eu un procès, au moment du verdict elle fit tomber ses vêtements : les magistrats furent tellement éblouis par sa beauté qu’ils l’acquittèrent sur le champ .

     

    • Rien de nouveau ? Les affiches, photos, viddos, media, l’organisation de la société ainsi avec la bénédiction du législateur (au point que les films pornographiques sont protégés par lui). La situation a tout de nouveau. Nous sommes subjugués par un piège de médiocrité qui nous assomme à chaque seconde, avec la complicité du pouvoir, et une complaisance quasi-générale.

      Cela aussi participe à la défaite du politique, puisque tout est grivois plus rien n’est grave ni sérieux. Puisque nos yeux tolèrent la publicité c’est que nous ne valons pas mieux. Il n’y a jamais lieu de s’y habituer, la qualité de vie et l’indépendance doivent aller en grandissant.


  • Parce que la femme est une déesse de ses premières règles jusqu’à 22-23 ans, années pendant lesquelles elle est encore "fille de" . Les femmes ne seront jamais aussi belles qu’à cet âge, et elles le savent .

     

  • L’homme cherche la beauté, la belle femme cherche l’argent, et depuis que le monde est monde .

     

  • Pourquoi les filles de stars posent-elles toutes à moitié à poil ?

    La réponse est simple, parce qu’il ne leur reste plus que ça et c’est aussi pour compenser leurs lacunes . Mais il y a des filles très belles et même plus belles qui ne sont pas des stars, et n’ont pas besoin de poser à moitié à poil.
    Et toutes les filles de stars, ne sont pas forcément belles, il y a aussi des trumeaux, qui heureusement ont la chance d’être fille de star. Maintenant pour les élus, faut pas être trop regardant sur la marchandise, faut aimer le pognon .


  • Ah,...le pognon et le cul saperlotte !

    Horizon indépassable de l’humanité sartrienne .


  • " Ce faisant, la fille de peut passer pour la dernière des « putes » dans l’esprit du public, pour qui les valeurs de fidélité, d’amour, de respect de soi et des autres comptent encore. Le jeu est risqué, et toutes s’approchent du précipice, c’est-à-dire de l’endroit d’où l’on ne remonte plus. C’est pourquoi les actrices américaines font très attention avec la nudité. Les Françaises, un peu moins."

    Ca me fait repenser aux propos d’Ophélie Winter. Elle a commencé aussi par faire la "miss gros seins", puis elle s’est rendue compte que cela lui apportait plus d’inconvénients que d’avantages...


  • Quand on pète dans la soie dès le plus jeune âge, dans ce monde merdique et ce milieu ignoble, à moins d’être vraiment exceptionnel, que peuvent bien être ces jeunes à part des dégénérés et des beaufs friqués arrogants ?


  • La fille de Depp/Paradis est très vilaine. Kardashian, avec son hypertrophie du cul (du à une suppression de graisse dans les cuisses, rajoutée au fessier ensuite), a mis en route une véritable mode des gros dershs, en ce qui me concerne je trouve ça ignoble. Ras le bol, en ville, en courses, de voir ces jeunes filles exhiber des fions gargantuesques tout en étant fières de celui-ci de surcroît.
    Mais y aura t-il une révolte masculine ? la majorité des mâles ont une bite à la place du cerveau. Bien content d’avoir acquis une certaine sagesse et un certain recul avec l’âge, qui m’évitent à la fois frustration ou dépendance.
    “Il est curieux que ce soit toujours la femme qui "accorde ses faveurs" à l’homme. Ce n’est pourtant que l’échange de bons procédés" (Paul Léautaud).


  • Dans les débuts de Hollywood, être "fille de" protégeait de tout dénudage et relations non consenties avec de gros porcs employeurs.
    Les actrices étaient des filles de... prolétaires, artistes désargentés, familles à problèmes, mères maquerelles, personne. Elles n’avaient qu’un capital : leur jeunesse et leur plastique plus ou moins agréable, avec, pour les plus connues, du talent. Les épreuves, luttes pour la vie et humiliations par lesquelles elles avaient dû passer leur donnaient souvent du caractère, ou de la rapacité méchante, ou ce petit je ne sais quoi que n’ont pas les enfants gâtées.
    Les "filles de" gens respectables qui faisaient actrices n’avaient nul besoin de montrer toute la peau de leurs atouts pneumatiques (Grace Kelly par exemple, fille de riche, actrice par vocation).
    Mais la planète se surpeuple, les grands fauves s’entre-dévorent, dur, dur pour les nouveaux riches dans l’arène et leur progéniture. Et puis la gouvernance des arts est mondialement pervertie et utilise les artistes qu’elle fabrique et manipule comme des bateleurs de foire.
    Le corps féminin jeune et proportionné est beau, mais son étalage omniprésent finit par couper l’appétit, l’intérêt, le sentiment, qui fonctionnent de façon plus subtile et dans le clair-obscur.


  • Ouais !
    Et l’on ne devrait pas être misogyne ...


  • Ces pétasses (j’englobe aussi les "fils de..."^^) ont un délire de supériorité encouragé par l’attitude des parterres d’abrutis en extases devant leurs géniteurs. Ils prostituent leur image dans leur jeunes années, et tentent de se racheter une virginité arrivés à la trentaine. Ils ne valent rien, et les libidineux en extase devant ces monstruosités liftées à 15 ans, ne valent pas mieux.


  • Avec le T-Shirt Morbid Angel qui va bien Kim... et la coke bien sûr

     

  • L’argent est leur moteur, leur fin, le leurre qui leur donne un statut social, leur soulagement à cette lutte inconsciente qui se joue entre ce que l’argent leur donne à voir et ce que leur être reflète dans leur cœur : nous sommes la lie de la société.

    L’argent est le mépris qui leur permet d’être de glace aux yeux des autres, la glace qui les rend hermétiques à toute humanité.


  • L’exhibitionnisme n’est pas le monopole des starlettes, ou "filles de".. La société, qui s’individualise de plus en plus sous le fallacieux prétexte de l’ hyper-communication via internet et les les réseaux sociaux, fabrique en très grand nombre des jeune filles narcissiques qui basent l’essentiel de leurs relations sur le paraitre, et l’effet que leur image peut produire.. une situation beaucoup plus grave à mon avis que ces quelques cas isolés..


  • #1765429

    Je ne comprends toujours pas pourquoi elles font ça. Ça n’est même plus original, on voit des culs et des nichons H24.
    Rien de tel qu’un vêtement qui laisse à peine entrevoir un mollet, ou un haut qui met en valeur une nuque. Vraiment, je ne comprends pas, ça génère de la pitié plus que du désir.

     

  • Merci pour la fascinante bio de Armand Robin, journaliste, poète et traducteur anarchiste mise en lien à la fin de l’article.

    Elle fait un peu oublier la mélancolie provoquée par ces photos de "filles de".

    La traduction des quatrains d’Omar Khayyâm dans la collection de poche Poésie/Gallimard est dûe à Armand Robin. Mais il n’y a aucune indication sur la vie de ce dernier dans le livre.


  • #1765500

    Il faut croire que pléthore de cul et de nichons 24H/24 fabrique de plus en plus d’ homosexuels, non ?..
    La masse d’idiotes qui pullulent partout et croient qu’elles vont trouver l’homme de leur vie en montrant leurs attributs à tous, et partout !..
    Et puis elles ont de la concurrence les "gourdes" car il y a de plus en plus de transexuelles - parfois magnifiques - qui viennent s’ajouter à la clique des séductrices !..
    Quel bordel cela va être dans une paire d’années !!!


  • Les icônes de la culture populaire que je qualifie de ’’poufiasse mondaine’’, sont le fruit de la morale décadente certainement liée à la laïcité pourtant tellement prônée.
    Il est édifiant de constater que plus l’on s’est éloigné de la chaire, plus on a vu le monde idolâtrer la chair.
    Malheureusement c’est un fait avéré on se lasse de tout, il faut sans cesse trouver autre chose, choquer davantage, faire le buzz, raviver les addictions, ce qui conduira progressivement vers les dérives, on pourra peut être alors ajouté un nouveau mot de français la ’’pédophotographie’’.

    Quand le seul intérêt que l’on suscite autour de soi se limite à être ’’ l’engeance de’’ et si on n’a aucune créativité, eh bien on se met à faire le plus vieux métier du monde, on vend son corps. Pour certaines si elles passent dans le bon lit, ce sera une carrière ou elles exhiberont leur derge et leurs seins, jusqu’à ce que le temps fasse son œuvre et elles seront remplacées par les plus fraîches.


  • Des conseils de lecture concernant M. Robin ?

     

    • Gargan,

      Il y a beaucoup de documents sur internet et sur You Tube. Outre ses livres qui sont disponibles en librairie. Robin a une personnalité et a eu une vie avec tellement de facettes différentes qu’il est préférable que chacun parte à sa recherche selon son propre chemin et selon ses propres centres d’intérêt, me semble-t-il avec mon expérience toute fraîche de 24 heures.

      Un immense merci encore à l’auteur de l’article. Avec des articles de cette qualité, il devient difficile de ne pas devenir membre d’Eet R pour la fournée des lecteurs réguliers récents.


  • C’est vrai,pourquoi juste a moitie ?
    Blague a part,on se lasse de ces images pseudo-pornos repetitives qui ressemblent a des pubs,ce n’est pas de l’art.
    En plus ces filles ne sont pas si jolie(pas moche non plus,mais plutot maigre).
    ll y a un temps pour tout,d’une generation a l’autre les moeurs changent.


  • Parce que jouer sa petite catin ça ouvre des portes. Et puis quand on a que ça à mettre en avant ...

     

  • Pourquoi ? très simple, c’est parce qu’elles n’ont rien d’autre à montrer.


Commentaires suivants