Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

L’école du viol

Cet article, pour lequel j’avais interrogé plusieurs psychiatres experts en délinquance sexuelle, est paru en 1997 dans L’Album de l’année de Valeurs actuelles. S’il a légèrement vieilli, c’est uniquement parce que le sujet a pris aujourd’hui des proportions inimaginables alors. Internet en était à ses balbutiements et, de mémoire, il n’y circulait pas de vidéo. Ce qui, en termes de degré de perversité, restait confiné dans les sex-shops, peut maintenant exploser à la figure d’un enfant en deux clics.

 

Un récent sondage IFOP indique que la moyenne d’âge pour la première visite sur un site pornographique est de 14 ans et 5 mois [1]. C’est certainement faux ; la honte interdit à la plupart des adolescents interrogés d’avouer la vérité : rares sont les enfants qui n’ont pas vu de pornographie avant de quitter l’école primaire.

Et par « pornographie », il ne faut plus entendre représentation de rapports sexuels non simulés, mais d’orgies bestiales : une véritable machine à traumatiser pour la vie – si ce n’est pour l’après-vie. La pornographie de masse est à l’ingénierie sociale ce que l’arme bactériologique est à la guerre.

En réalité, l’évolution était prévisible, car le chemin parcouru dans les vingt dernières années (1997-2017) fut le prolongement de celui parcouru dans les vingt années précédentes (1967-1997). L’élan était donné. Sur une route parallèle, la distance entre l’homosexualité transgressive mais discrète des années 60 et l’exhibitionnisme d’Act Up et de la Gay Pride des années 90 devait fatalement conduire, en vingt ans de plus, à l’anti-transphobie enseignée à l’école. Bien que prévisible, cela paraissait improbable. Sûrement, l’humanité allait se ressaisir !

À l’époque où j’écrivais cet article, je commençais à peine à comprendre que cette évolution résultait d’une entreprise délibérée de dégradation morale. Mais je n’avais aucune idée de l’identité ou de l’objectif des comploteurs contre l’humanité. Je croyais que le Diable se cachait derrière, mais je ne savais pas qu’il avait des accointances avec Yahvé. Comment l’aurais-je pu ? La réinformation – la vraie, Égalité & Réconciliation – n’était pas née. Même l’article pionnier du professeur Nathan Abrams sur « les Juifs dans l’industrie pornographique américaine » ne parut qu’en 2004 [2].

J’ignorais donc que :

« Les juifs en Amérique ont été des révolutionnaires sexuels. Une grande partie des textes sur la libération sexuelle a été écrite par des juifs. Les chefs de file du mouvement qui poussa l’Amérique à adopter une vision plus libertaire du sexe étaient juifs. Les juifs furent aussi à l’avant-garde de la révolution sexuelle des années 1960. Wilhelm Reich, Herbert Marcuse et Paul Goodman ont remplacé Marx, Trotski et Lénine en tant qu’auteurs révolutionnaires incontournables. »

J’étais pareillement ignorant du fait que :

« les juifs laïcs ont joué (et continuent de jouer) un rôle disproportionné dans toute l’industrie du film pour adulte en Amérique. L’investissement juif dans la pornographie a une longue histoire aux États-Unis, et les juifs ont contribué à transformer une sous-culture marginale en un composant majeur de la culture américaine ».

Pour ce qui est de la France, le sujet a été traité par Hervé Ryssen dans son livre La Mafia juive.

 

Laurent Guyénot

 

Notes

[1] http://www.egaliteetreconciliation....

[2] Nathan Abrams on Jews in the American porn industry, Jewish Quarterly, hiver 2004, sur www.jewishquarterly.org/issu...

De Laurent Guyénot, sur E&R :

Retrouvez Laurent Guyénot chez Kontre Kulture :

Également chez Kontre Kulture :

 
 






Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1729997
    Le 18 mai à 17:36 par Seb
    L’école du viol

    On sous-estime grandement l’influence de la pornographie à tous les étages dès l’age le plus jeune. Le marqueur le plus flagrant de cette culture porno étant bien sûr l’épilation pubienne chez la femme, quasi inexistante en 1997 (année de l’article) et quasi systématique en 2017. En moins de 10 ans (2000/2010), le mal était fait.

    [le trolling des pro-porn-culture commence à partir d’ici ;-)]

     

    Répondre à ce message

    • #1730226
      Le 19 mai à 08:31 par Palm Beach Cult : "Post !"
      L’école du viol

      Voilà, c’est ça : les gens, au quotidien, se focalisent et basent leur existence sur la vision que tu as du "porno"...

       
  • #1729999
    Le 18 mai à 17:39 par Seb
    L’école du viol

    M Guyénot n’y va pas avec le dos de la cuillère.

     

    Répondre à ce message

    • #1730192
      Le 19 mai à 02:52 par remy
      L’école du viol

      En effet Seb , si excellent que soit l ’ argumentaire de notre cher Laurent sur le projet de démoralisation , il faut tout de même mettre au crédit du porno une chose édifiante pour la jeunesse lorsqu ’ il qu ’il met dans la bouche des actrices avec certes force appendices dits virils trois uniques paroles d ’une répétitivité et bêtise sans doute plus qu ’ assomantes pour nous français héritiers du génie latin et de Rabelais mais toutefois paroles aussi dévotes et pieusement sincères que Oh my God !

       
  • #1730056
    Le 18 mai à 19:39 par JUL
    L’école du viol

    1) le viol existait avant la pornographie de masse

    2) voir des nichons partout ca désensibilise et donne pas envie de baiser.

    Plus y a de porno partout moins y a de baise quelque part.

    Ce qui est apparu ce sont les statistiques et non pas les agressions sexuelles.

    3) Oh mon dieu, des juifs dans une industrie qui rapporte du pognon !

     

    Répondre à ce message

    • #1730104
      Le 18 mai à 20:54 par Seb
      L’école du viol

      2) voir des nichons partout ca désensibilise et donne pas envie de baiser

      On pourrait acquiescer, sauf que... n’est-ce pas le principe de la pornographie : faire voire des nichons pour exciter et pour avoir envie de baiser ?

      Ok ça baisse la quantité moyenne de désir car des nichons et des culs y en a partout, mais du coup ça augmente la frustration. Donc le viol.

      1) le viol existait avant la pornographie de masse

      Mais oui le viol existait avant, mais il n’avait donc pas exactement les mêmes causes (cf. point 2)).

       
    • #1731275
      Le 21 mai à 21:49 par Royaliste
      L’école du viol

      1) Argument de gauchiste crétin ou d’escroc conceptuel. Ici il n’est pas question du viol (ou de déboires sexuels en tout genre d’ailleurs) mais tu taux de ces perversions Gomorrhéennes qui est en hausse.

      2) En effet, le but est de diminuer la fécondité de l’homme européen pour le remplacer si possible par une race métissé d’apparence semblable à celle de l’ancienne Égypte. j’acquiesce sur ce point. Ceci-dit cela n’a rien à voir avec la perversion en soit.

      3) Quoi que l’on en dise, l’objectif des juifs n’est pas l’argent. L’argent n’est qu’un moyen et la pornographie aussi, un moyen de détruire l’ordre moral de Jésus Christ.

       
    • #1731602
      Le 22 mai à 18:01 par MagnaVeritas
      L’école du viol

      1) Nier les aspects quantitatifs est le lot des mauvaises langues. Les statistiques existent avant la pornographie "de masse".
      2) On ne parle pas de "nichons" mais de scènes d’orgies bestiales, comme bien stipulé dans l’article. Ne te pose pas en observateur absolu, tu n’es personne.
      3) Non justement, t’as pas compris l’article et ta petite phrase idiote n’apporte rien.

      Tu peux dorénavant garder tes petites phrases pour faire le malin au bistrot devant tes amis les beaufs.

       
  • #1730315
    Le 19 mai à 21:27 par Zebulon77
    L’école du viol

    “On asservit les peuples plus facilement avec la pornographie qu’avec des miradors.”
    Alexandre Soljenitsyne

     

    Répondre à ce message

    • #1730847
      Le 20 mai à 20:47 par ivandurak
      L’école du viol

      Magnifique ! Merci de me faire découvrir cette phrase. Elle va m’être très utile.

       
  • #1730332
    Le 19 mai à 22:08 par comtewollaston
    L’école du viol

    "Je croyais que le Diable se cachait derrière, mais je ne savais pas qu’il avait des accointances avec Yahvé."
    j’aimerais bien que monsieur Guyenot ne mélange pas tout.

    Yahvé, s’il est bien le Dieu que les juifs de l’antiquité servaient, interdisait les sexualités déviantes et les relations immorales. Cette interdiction L’a même amené a détruire les fameuses villes de Sodome et Gomore.

    Faut il rappeler ce qu’a déjà reconnue M. Soral sur ce site : "les juifs religieux d’aujourd’hui sont des juifs Talmudique pas Toranique" soit une ré-écriture a mille lieu de l’ancien testament. aussi, si leur nouveau texte « saint » leur permet cela (ce que je n’ai pas vérifié), ce n’est pas ce que Yahvé leur autorisait initialement. Pourtant toute les religions reconnaissent a Dieu qu’il n’est pas changeant.

    Donc dans l’ancien testament (et donc dans la Tora) Yahvé condamnait l’immoralité.
    Ensuite le Christ s’est appuyé sur ces interdis historiques pour rappeler l’importance de la pureté morale et le fait que l’intention était aussi importante que l’acte en lui même.
    Matthieu 5
    « 27 Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras point d’adultère (ici Christ fait référence au 10 commandements de l’ancien testament). 28 Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son coeur. »

    Alors que l’on soit trinitaire ou pas ; que Dieu, le Fils et l’Esprit Saint soient un en trois ou trois distinct, Le Père (Dieu, Yahvé, l’Eternel, Jéhovah, YHWH) comme le fils (Jésus, le messie, le Roi des cieux) condamnent tout les deux l’immoralité sexuel dont la pornographie est un élément de propagande évident

    Enfin, réduire l’ensemble des juifs a ce que font certains d’entre eux, c’est comme accuser tous les chrétiens de pédophilie sous prétexte que certains d’entre eux se sont rendu coupable de ce crime.
    Prenons garde à ce que ce site ne devienne pas une caricature de ce qui se fait de pire sur le net. il vaut mieux que cela.

    Cordialement

     

    Répondre à ce message

    • #1730705
      Le 20 mai à 16:36 par Jeannobio
      L’école du viol

      77 fois d’accord avec vous..

       
  • #1730478
    Le 20 mai à 11:38 par Nucleo
    L’école du viol

    Il y a très longtemps que je me suis aperçu de ce phénomène de perversion et surtout que sous-jacent il y avait comme une volonté malsaine d’amener l’enfance à une norme éducative dégradante. Merci Laurent de le re-souligner une fois de plus car il faut sans cesse ré-informer pour briser le cercle infernal de la désinformation de masse qui sert en majorité à conduire les ignorants dans le piège de l’indignité.

     

    Répondre à ce message

  • #1730556
    Le 20 mai à 13:06 par tomalegrand
    L’école du viol

    Il y a longtemps, j’ai entendu dire que dans les zones où l’on installait le haut débit ( et donc de la possibilité de regarder des videos X), le nombre d’agressions sexuelles diminuaient ...
    C’était une étude qui concernait les USA.

     

    Répondre à ce message

  • #1730725
    Le 20 mai à 17:17 par Triste sire
    L’école du viol

    Je pense quelques fois à cette amie prof de SVT (matière anciennement connue comme celles des "sciences naturelles") qui nous a raconté un cours d’éducation sexuelle - cela lui tient à cœur d’y consacrer une séance, en fin de troisième.

    Elle était en train de parler du porno, de la victimisation des femmes, et s’adressant aux jeunes filles, de dire qu’il ne fallait surtout pas accepter les pratiques réclamées par le partenaire masculin si elles les jugeaient déplaisantes, que ce soit un premier rapport ou non.

    Et là, une de ses élèves a fondu en larmes.

    Cette amie en était encore bouleversée quand elle nous l’a raconté et j’ai souvent médité depuis sur cet évènement.

    Entretemps, je suis devenu père d’une petite fille et l’épisode (avec d’autres articles, dont celui d’E&R, excellent, sur l’invisibilité des propriétaires des mega-sites porno) me donne encore et encore à penser, sur mon rapport au sexe, mon rapport aux femmes, mon rapport au porno et l’éducation que je compte appliquer.

     

    Répondre à ce message

    • #1731075
      Le 21 mai à 12:24 par Giustizia
      L’école du viol

      Mais, Sire, ce que vous dites n’est pas triste du tout et tout à votre honneur...

       
  • #1731086
    Le 21 mai à 12:49 par McAron
    L’école du viol

    Pour comprendre l’impact anthropologique profond de la pornographie, et plus largement de l’érotisation de l’espace social, je conseille de lire le premier tome des Confessions de Rousseau, ou bien encore sa Nouvelle Héloïse. Le contraste donne le sentiment d’un véritable changement d’espèce : nous sommes devenus l’homo masturbator (excusez mon latin).

     

    Répondre à ce message