Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Professeur giflé au lycée professionnel de Gagny (93) : l’agresseur et le filmeur interpellés

Une Éducation nationale handicapée des pieds à la tête par ses propres principes destructeurs – abandon de l’autorité, féminisation de l’enseignement, peur de la discrimination et du racisme, bien-pensance hypocrite, réécriture de l’histoire, Shoah incongrue obligatoire, soumission aux diktats oligarchiques – ne peut pas, ne peut plus réagir contre la violence.

 

Cette violence, elle l’a engendrée, comme une femme engendre un enfant. C’est son propre enfant, au sens figuré, qui lui retourne sa connerie sous forme de violence dans la gueule. C’est dur, mais c’est ainsi. Rien ne vaut un bon constat un peu brutal pour mieux repartir.

Les profs qui arrivent aujourd’hui sur le marché de la violence (scolaire) n’y peuvent rien, mais le mal est fait : pour remonter la mayonnaise dans le tube, il va falloir mettre une sacrée charge. Mais la violence ne se règle pas avec la violence (sauf évidemment en cas de guerre ou de résistance armée). Ni avec le dialogue concon et non-violent que prônent les hauts responsables des programmes et de la pédagogie, dont on rappelle qu’ils sont infectés par le virus du gauchisme trotskisant. Un mélange de lâcheté et de vice qui ne résoudra rien.

On pourrait se réjouir avec cruauté de ce que les profs de gauche se font tarter par les produits de leur instruction. Mais ce serait lâche, et on ne va pas taper sur les faibles, on va plutôt viser les forts. Les forts ne sont pas non plus ces élèves, ces pauvres ignorants – dans le vrai sens des termes – qui sont condamnés, s’ils continuent, à une vie de merde absolue. Ils ne le savent pas encore, mais leur petite domination sur des bonnes femmes flippées ne va pas durer : la société libérale va les traiter comme des moins que rien, leur laissant les lumpen-jobs et les lumpen-divertissements : la plonge et la télé-réalité. Ils auront leur Amérique, et ils en reviendront !

Pour la petite histoire, le lycée professionnel de Gagny avait été le théâtre d’une vendetta au cutter il y a 8 ans, ce qui avait choqué les élèves (qui ne sont pas tous des racailles), les profs, les parents et les médias. Mais on sait tous à quoi servent les lycées professionnels : ce sont les réservoirs à indésirables de l’école française.

Et pour ce qui concerne ce fait petit par la taille mais grand par la symbolique, la vidéo de l’agression a été nettoyée du Net.

- La rédaction d’E&R -

 


 

Deux lycéens scolarisés à Jean-Baptiste Clément ont été interpellés ce vendredi [13 octobre 2017]. L’un pour avoir giflé l’enseignante, l’autre pour avoir filmé cette agression.

 

Sur les images, on voit un face-à-face entre une femme et un jeune homme, bien plus grand et plus costaud, de profil devant un tableau. On comprend que l’élève tient tête à l’adulte, la forçant à reculer en avançant vers elle, puis la gifle, sous les rires gras de quelques élèves.

La scène n’a rien d’imaginaire. Elle a eu lieu dans une classe du lycée professionnel Jean-Baptiste Clément, à Gagny, le mercredi 4 octobre. Et ce vendredi matin, deux élèves ont été arrêtés : l’un, pour la gifle, l’autre pour avoir filmé l’agression, qu’il a ensuite diffusée.

[...]

L’élève qui a frappé étant mineur, il sera présenté à un juge des enfants. L’autre étant majeur, c’est devant un tribunal correctionnel qu’il aura à s’expliquer. Tous deux, inconnus des services de police, ont reconnu immédiatement les faits.

[...]

Le happy slapping, comme on nomme le fait de filmer des agressions, occupe régulièrement les forces de l’ordre et l’autorité judiciaire. À Montreuil, en mars dernier, cinq adolescentes de 13 à 16 ans, avaient été interpellées pour avoir filmé la violente agression d’une autre jeune fille un mois plus tôt.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

Le libéralisme détruit la société, lire chez Kontre Kulture :

 

L’école « française », sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Interpelés oui mais pas condamnés. Qu’est-ce qui va leur arriver dans ce pays de fiottes : ......RIEN !
    Une fillette de 11 ans violée par un salaud, ... elle était consentante. Pas de problème.
    Un mineur qui gifle une prof, c’est pas de sa faute c’est une victime de la discrimination. Pas de problème.
    Effaçons la vidéo et circulez y-a rien à voir.

     

  • Bonjour à vous,

    Si l’abandon de l’autorité et le conformisme (ou la servitude...) idéologique ne sont en effet pas pour rien dans la dégradation de notre système éducatif, il serait une erreur de croire que "prof" est a priori synonyme de "prof de gauche" et que les victimes de ces violences ne font que récolter le fruit de leurs propres inepties, comme le laisse entendre l’auteur de ces lignes. Ce n’est malheureusement pas si simple. A l’instar de la société qui le produit, le système éducatif est corrompu beaucoup plus en profondeur. II génère des outils subtils de soumission et de contrôle social auxquels les préjugés de ce type ne sont accessoirement pas étrangers... Les enseignants d’aujourd’hui sont de moins en moins "de gauche" parce que la réalité de leur métier ne peut que lever le voile de l’hypocrisie. En revanche il paient souvent assez cher les fruits d’une politique qu’ils n’ont pas voulu et dont ils parviennent de moins en moins à assimiler et à accepter le langage.

    Acceptez les salutations d’une internaute qui vient souvent vous rendre visite et qui sait apprécier votre travail mais qui ne partage pas du tout votre ligne...

    Clotilde

     

    • Vous n’êtes pas sur la ligne de la réconciliation, sans racailles ethniques ni suprémacistes ?
      C’est bien dommage.


    • Je ne vois pas très bien en quoi vous donnez tort à l’article et je serais aussi par ailleurs assez curieux de savoir quelle est la vôtre de ligne mais aussi pourquoi vous n’êtes « pas du tout » sur la ligne E&R. Ça fait beaucoup de choses mais juste un aperçu serait le bienvenu.


    • L’éducation nationale est massivement à gauche avec il est vrai beaucoup de schizophrènes, c’est à dire des enseignants en lutte permanente avec d’une part une inavouable sensibilité de droite inassumée et d’autre part l’idéologie de gauche qu’ils professent et appliquent avec zèle. Les profs qui assument pleinement leur sensibilité de droite se réfugient dans le privé et quand ils restent dans le public il ne ramènent pas leur fraise, font le moins de remous possible, font le dos rond, serrent les dents en attendant l’heure de la retraite.


    • Chère Clotide,

      L’ingénierie sociale passe par l’école car les cerveaux des enfants sont les plus maléables : dans le lycée public de mon gamin, en section générale classe de seconde, un prof d’histoire zélé de gôche est mobilisé pour donner des cours sur les théories du complot. Les travaux pratiques s’appuieront sur le site Conspiracy Watch de notre cher Rudy Reichstadt néocons langue de pute.

      Je vous remercie pour ce commentaire qui démontre l’intérêt que vous portez aux enfants toutefois après les politiques, les journalopes, certains profs corrompus sont à "repérer et traiter car beaucoup trop shoarlie", comme dirait une Saint-Cricq inversée car s’en prendre aux enfants quoi de plus abject !

      Bonne journée à vous.


    • Aux dernières élections présidentielles le vote enseignant :
      38% pour Macron
      23% pour Mélenchon
      15% pour Hamon

      C’est vrai que le PS est en chute libre puisqu’en 2012 il recueillait 46% de leurs suffrages, mais on voit très nettement qu’en 2017 le corps enseignant vote toujours majoritairement à gauche.

      Cordialement


    • Bonjour Clotilde
      Je vais me faire l’avocat du diable:je vois plus une dénonciation d’une infiltration idéologique insidieuse depuis le "il est interdit d’interdire" , les excuses à tout issues de la permissivité des années 80 (c’est la faute à la société,c’est pas moi,m’sieur !) ,la revendication des droits sans appuyer les devoirs qu’une stigmatisation d’une catégorie professionnelle.
      Sans compter la débilité du formatage(cf journal d’une institutrice clandestine de Rachel Boutonnet)
      Au final:disparition totale de l’autorité et de la crainte qui va avec(je n’oublie pas l’autorité familiale indispensable et en complément),discrédit de celui /celle porteur de savoir.
      Encore maintenant,je constate,hélas,que dans cette catégorie,il y a des déconnectés de la réalité (je ne parle pas de celle et ceux qui se la prennent en pleine face et devant laquelle la bonne volonté de servir son prochain ne suffit pas,cet évènement en étant le triste et déplorable exemple) encore englués dans un idéal bon enfant et agent participatif d’une idée d’une production élitiste de l’enseignement et non un révélateur de potentiel.
      Cela semble bouger toutefois au collège avec des conseils d’orientation qui se mobilisent via les associations de parents d’élèves...
      En tout cas,cette mobilisation concerne le privé où,hélas encore une fois,je constate une bien meilleure mobilisation et responsabilisation des êtres quand," en face",il manque des profs dès la rentrée (grève,formation,arrêt maladie)

      Salutations


    • Hello Clotilde !
      je ne suis pas non plus exactement sur la ligne de la Rédaction de E & R mais enfin celle-ci a tout de même le mérite - considérable à mes yeux ! - de mettre en exergue une approche de la réalité grâce à laquelle susciter des débats : les points de vue peuvent s’exposer...
      Effectivement,ce n’est pas si simple... Et donc souvent les enseignants sont avant tout des lampistes - indépendamment de leurs choix politiques en tant qu’électeurs.H & F de terrain,ils exécutent et leur hiérarchie ne leur en demande pas plus.Pour autant rien ne prouve que tous approuvent les nouveaux paradigmes pédagogiques qui se sont succédés au fil des récentes décennies.Et puis la lucidité des uns et des autres est très variable selon - aussi - leur niveau de qualification : un professeur de faculté expérimenté a acquis une vision de l’enseignement probablement plus subtile qu’une " nounou " s’occupant de bambins à l’école maternelle,cette dernière n’étant qu’une garderie exigeant un " instinct maternel " suffisamment prononcé pour garantir aux jeunes parents une tranquillité que rien ne bouleversera.Une forme de " délestage " envoyant au charbon économique les jeunes mamans puisque 2 salaires sous un même toit sont devenus nécessaires afin de pérenniser l’existence financière d’une famille.
      Je désapprouve la mise en place de cette cohorte de nouveaux paradigmes pédagogiques.Du temps ayant passé depuis leur mise en place,les faits ont rapidement montré leurs limites.Et toute l’Histoire récente atteste que l’excellence républicaine autoproclamée est de plus en plus compromise.Il me semble que l’État s’arroge parfois des " Droits " qui ne relèvent pas de ses compétences : s’introduire dans la vie privée,au plus intime ce de ce qu’elle est,représente selon moi un abus de pouvoir déséquilibrant et dénaturant divers subtiles équilibres propres à cimenter une Nation quelle qu’elle soit.
      Que l’État se charge donc de l’Enseignement et laisse aux parents les soins raisonnés de l’Éducation.Cette formule a fait ses preuves,n’en déplaise aux " esprits chagrins " soucieux d’un " Droit d’ingérence " qui représente une insulte à la liberté d’opinion en nos contrées.Car enfin : si ça n’avait pas été le cas,ces mêmes esprits auraient-ils eu droit au chapitre ! Libre à eux de s’exprimer - mais libre à tous les autres de soupeser la pertinence de leurs propos.Tout autre posture que celle-ci sort de l’idéal démocratique... Le Pouvoir politique ne pouvant pas tout,loin s’en faut...


    • Ben alors Clotilde, vous êtes où ? :-)


  • L’éducation privée est l’avenir de ce pays.

    Une communauté l’a déjà compris depuis très longtemps.


  • Un an ferme puis retour à leur bercail si pas français...


  • France = république bananière.
    A partir de là ,les écoles sont des nids de racailles ,les enseignants qui acceptent d’y exercer sont soit idéalistes soit fous.
    Je passe tous les jours devant deux collèges de banlieues ,quasiment 99% des élèves sont d’origine étrangères (pas "blancs" ,et les quelques "blancs" que je vois parlent avec un fort accent de l’Est ) ,ils ont quasiment tous un smartphone et hurlent à tout vas , malgré leur jeune age les filles sont quasiment toutes moches et vont être obèses ,beaucoup ont un voile sur la tête.
    Les parents ne sont pas en reste, s’ils pouvaient se garer DANS l’école ils le feraient , ils s’agglutinent et se garent de manière à gêner la circulation malgré la présence d’un GRAND parking vide DEVANT l’école.
    Tout ça à comparer d’avec la Chine (pour ceux qui ne connaissent pas il suffit de regarder le voyage de maître Alain Soral en Corée libre,c’est quasiment identique) ,les élèves y ont un respect total pour leurs supérieurs ,et ne serait-ce que "répondre" à son enseignant est impensable ,le tout avec 40/50 élèves par classe !
    Comme le dit Alain Soral lors de son voyage, un enfant pas éduqué ou mal éduqué = racaille.
    Il faut rendre OBLIGATOIRE l’éducation parentale à tous couples voulant avoir un enfant ,c’est le MINIMUM ,à l’école française on nous apprends comment avoir des enfants mais pas comment les éduquer...
    Ils faut également des enseignants responsables et leur donner TOUTE autorité sur les élèves (ça évitera de les voir au tribunal pour une gifle ,quelle honte) ,leur salaires devraient être au minimum de 4000€ ,si certains pensent que c’est trop c’est qu’alors l’éducation des enfants leur semble inutile ( à comparer d’avec un bonimenteur patenté qui siège à l’assemblée) .

     

    • Ça, Monsieur, et bien que je cautionne l’essentiel, l’on vous dira que c’est une pensée de ... la troisième République.
      Instruction obligatoire, dont la civique, respect du maître d’école par dessus tout : mais il y avait un objectif (qui vit naître la fameux roman national, du reste) et la Der des Ders.
      Troisième République ? Gardez bien à l’esprit que tout à l’heure quelqu’un vous traitera de Pétiniste à penser pareillement. L’on vous prendra même pour un militaire. De ceux qui arboraient les bottes.
      Aujourd’hui, l’objectif est de créer quelques bandes de cloportes qui s’affronteront pour des clopinettes, de sorte que même le gauchiste vienne supplier l’État de lui offrir plus de flicaille - pour services rendus - et la boucle sera bouclée.
      Le concept est bien foutu : les types aux commandes réflechissant en termes dynastiques...


    • 4000€/mois ??? Même en juillet et août ? 17 semaines de congés par an, 20h/semaine en comptant large... (on pourra toujours essayer de faire croire qu’il faut préparer les cours chaque année...), non, vous n’êtes pas sérieux, comme dirait Dieudo.
      On peut pas voter Mitterand, Hollande et enfin Macron (comme Bon nombre de profs), et ensuite imaginer que les choses se passeront toujours bien.


  • Les enseignants sous-payés votent à peu près tous pour l’establishment donc vae victis (malheur au vaincu).


  • Messieurs les profs, vous avez le résultat du laxisme de plusieurs années accumulées .Si l’Éducation Nationale n’y met pas un terme très vite, les agressions vont se multiplier à grande vitesse .On met des gifles aux profs, et on brule les voitures de flics .L’autorité dans ce pays est en train de partir en sucette, parce que, il est interdit d’interdire, c’était le slogan des années 1968 par la gauchaille, on vous a semé cette idéologie à la con, et bien dansé maintenant..

     

    • Bonjour à tous.
      Pour anecdote, j’ai passé toute ma scolarité en quartier populaire. J’ai eu un professeur de physique / chimie, M.B... qui ne tolérait pas le moindre écart pendant son cours.
      Celui qui tentait de jouer au con, il l’emmenait dans le labo adjacent, et pendant 10 secondes on entendait : bing paf ouille aïe...
      Le fauteur de troubles reprenait sa place tout penaud, et personne ne s’est jamais plaint à ses parents, sinon ç’aurait été seconde dérouillée à la maison par le daron.
      L’éducation c’est familial, ce qui est national c’est l’instruction.


  • Titre de l’article du Parisien : "à Gagny, le lycée veut oublier l’agression"

    Donc pas de devoir de mémoire dans ce cas ?


  • Après le lycée qui defaillit, la police/justice qui en fait de même ...

    Déjà ca aurait du être réglé en interne, et qu’il va ressotir d’une gifle et un zozo qui filme ? un rappel a loi ? (au civisime ?) Un mois d allocs en moins ?

    Toute peine serait de toutes façon déplaçée, puisque le premier manquement est dans le lycée... personne ne va palier à ce manque de respect de l’autorité subjective des professeurs.


  • Enseignant dans un collège de province, j’observe les effets de la catastrophe. Je n’ai jamais voté à gauche, sans doute prémuni par mes lectures (les auteurs de l’Antiquité, Machiavel, Chateaubriand plutôt que Hugo, Baudelaire, Céline etc.) des virus de l’égalitarisme et du progrès. Quelle misère que de voir de jeunes collègues défendre une idéologie qui les lamine, les épuise précocement, car l’idéologie agit ici comme un envoûtement ! De temps à autre, je glisse à l’un ou à l’autre une petite phrase... Les fli-cultu veillent.

     

    • Excuse ma question, mais en quoi Baudelaire et Céline sont-ils des auteurs de gauche ?
      " Là tout n´est qu´ordre, calme, luxe et volupté. " C´est plutôt fasciste comme vers. Quand à ses propos sur les femmes, il ferait passer Soral pour un proche d´Isabelle Alonso.
      Quand au plus grand écrivain de langue francaise, il n´aimait pas beaucoup le gouvernement Blum il me semble.
      A contrario, Chateaubriand pourrait passer pour un amoureux de la démocratie, avec son désir " d´entrer dans l´eternité ".

      Dans l´Éduc Nat, les seuls profs pas trop gauchistes sont, pour faire simple, ceux de francais et de philo ; les seuls qui ont été obligés un moment durant leurs études de réfléchir. Je caricature évidemment. Quand on est obligé de se fader Bovary-Balzac-Baudelaire quelques années, ca remet les idées en place, ca rend un peu humble, et ca structure une pensée.


    • Cher Gilles, vous m’avez lu un peu vite : Chateaubriand plutôt que Hugo puis virgule mais je m’avise qu’elle est ambivalente, je vous le concède : j’aurais dû placer nos chers Baudelaire et Céline avant Chateaubriand. En accord avec votre intervention.


  • l’Education Nationale récolte ce qu’elle a semé. On ne va pas pleurer sur elle. Notre école est sinistrée, pourrie par l’idéologie gauchiste et on voit où cela mène...Tristesse et décadence.


  • Le chef d’établissement, le recteur, le ministre... doivent être bien embarrassés : cette fois-ci, pas moyen de glisser la poussière sous le tapis... Pas de vrai-faux conseil de discipline, pas de combine pour dissuader l’enseignante de porter plainte comme c’est le cas ordinairement pour "ne pas faire de vagues".

    .


  • Je m´étonne toujours qu´on n´évoque jamais l´élément central du déclin de l´Éducation Nationale depuis des 50 ou 100 ans, à savoir les syndicats, à la solde de dirigeants qu´on ne voit jamais, les concepteurs de programmes, et de réformes.

    Cette scène suréelle et classique, n´est possible que par de multiples évolutions voulues par les dirigeants et soutenues par les syndicats. Le prof ma foi obéit, il a voté Mitterrand, s´est accomodé de Chirac - il a défilé comme un seul homme le 21 Avril 2002 -, a parfois voté Sarkösy en 2007, s´est rassuré en 2012 avec Hollande, et a plébiscité Macron à 80%.
    Il ne faut objectivement rien attendre de quelqu´un pendant 60 ans sera dans une classe de prof, avant de toucher sa retraite, j´ai participé au truc 12 ans, c´est vérifié. Intellectuellement, passé 4 ou 5 ans dedans, c´est pavlovien, et dépressif l´individu. Mais gentiment hein, peu de suicide. Une hystérie douce gagne le personnel féminin, une tête de mal-être les 30 % d´homme.

    On ne parle jamais du rôle des syndicats enseignants dans l´effondrement du pays ; marchant main dans la main avec les vrais dirigeants de l´Educ Nat ; pas la vitrine ministèrielle médiatique. C´est eux qui gèrent les conflits, arrangent les mutations, acceptent les décisions les plus aberrantes et les font perdurer. Le prof de bonne foi n´a qu´une marge de manoeuvre limitée.


  • Le pire, c’est que le mec fait l’bonhomme, frappe une femme et son camarade filme et "immortalise" un acte d’une lâcheté infinie. Violenter une femme... Le déshonneur ultime !

    Heureusement qu’il n’a pas fait ça devant moi. J’en suis déjà venu aux mains avec un ami que je connais depuis la maternelle, car il avait tarté une amie commune devant moi.

    J’pense qu’il s’en souvient encore, même si on s’entend toujours très bien lui et moi.

    Question de principe. Il ne vaut mieux pas que je tombe sur un type violant une demoiselle dans la rue ou ailleurs. Je ne sais pas ce que je serais capable de lui faire. Ce dont je suis sûr, c’est que je n’aurais aucune pitié.


  • Bonjour à vous.
    Encore moi... Je ne suis décidément pas une internaute suffisamment branchée pour répondre en temps réel aux questions qui me sont posées. Il est sans doute trop tard pour le faire maintenant, tant pis... 1°- Pourquoi ne suis-je pas sur la ligne d’ER ? - Très schématiquement parce que vous avez tendance à vous prendre aux acteurs de la pièce plutôt qu’au texte de celle-ci. Bons ou mauvais, les acteurs peuvent être remplacés à l’infini. La pièce restera pourtant la même, à quelques nuances d’interprétation près. A cet égard, je vous remercie cependant de laisser de temps à autre la parole à Francis Cousin. 2°- Cela signifie-t-il que je suis "contre" le principe de la réconciliation ? - Non. Le monde n’est pas divisé en "pour" et "anti". Être blanc ne signifie pas être contre les noirs... 3°- Voter Macron, Hamon ou Mélenchon signifie-t-il que l’on est "de gauche" ? Non plus : d’abord parce que cela ne veut plus rien dire, pour autant que cela ait été le cas un jour, ensuite parce qu’en réalité très peu de gens ont voté "pour" quelqu’un mais en fait plutôt contre quelqu’un d’autre. C’est un des pièges de la démocratie. Cela signifie justement que peu de gens comprennent aujourd’hui le texte de la pièce qui est jouée sous leurs yeux et il est hélas parfaitement vrai que les enseignants sont largement à inclure dans cet ensemble. Ils pensent, comme de nombreux autres, qu’il suffirait de revenir en arrière pour que les choses aillent moins mal parce ce qu’ils n’ont pas compris que la pièce avait une introduction, un développement et une fin et que cela était parfaitement indépendant de ceux qui la jouent, de leur sincérité, de leur intelligence, de leur hypocrisie ou de leur imbécilité. Remplaçons tous les riches par des pauvres, tous les profiteurs par de gens honnêtes, tous les méchants par des gentils ou tous les profs de gauche par des profs de droite, la situation sera identique à elle-même si l’on ne change pas le texte d’une pièce qui n’est pas mauvaise seulement parce qu’elle est mal interprétée...

    Bien à vous.
    Clotilde

     

    • vous êtes donc parfaitement sur la ligne d’E&R, votre seul problème c’est que vous n’appliquez pas à vous même ce que vous préconisez aux autres.
      tout le monde est d’accord ici pour dire que ce ne sont ni les profs, ni les migrants, ni les musulmans, ni les journalistes etc etc les vrais responsables, mais un système beaucoup plus complexe tenu par une élite extrèmement réduite qui manipule toutes les sphères de la décision politique économique et sociétale.
      par contre mettre le nez dans leur caca à tous ceux qui nous le font manger quotidiennement, ça fait parfois du bien, à défaut de leur remettre les idées en place.


    • « Très schématiquement parce que vous avez tendance à vous prendre aux acteurs de la pièce plutôt qu’au texte de celle-ci.« 
      Très schématiquement en effet. Et même plus que ça. Bref, ce n’est pas clair du tout.


    • Et donc c’était quoi le message de Clotilde ? c’est pas une pièce de théâtre là les gars. Le mec frappe sa prof : en taule. Point barre.
      VIVEMENT LE RETOUR DE L’ORDRE. ce n’est pas un "retour en arrière", c’est l’ordre naturel des choses.
      Sans ordre vertical, c’est le désordre horizontal (comme c’est bien dit !! Rideau !)


    • Sans ordre vertical, c’est le désordre horizontal (comme c’est bien dit !! Rideau !)

      Tout lycéen qui se respecte en déduirait un problème basique de repère et de repérage.

      Le problème est aussi et surtout que les lycéens (pro) ne respectent plus grand chose de toute façon ni les autres ni eux-mêmes pas plus que leur travail...orientés le plus souvent par défaut.


    • @ réGénération,

      Peut-on faire attention lorsque l’on évoque « l’ordre naturel » ?
      L’ordre naturel vous rappellerait que la loi du plus fort est toujours la meilleure (à tout le moins sur l’instant) ; ce que prouve cet acte.
      Aussi faut-il en appeler à « l’ordre conceptuel » qui tirerait sa légitimité de l’acceptation du plus grand nombre : quand bien même il s’en trouverait toujours un, pour vouloir rouler les mécaniques engendrées par l’ordre naturel des choses. Comme la tectonique des plaques, c’est inéluctable.

      Petite digression au passage, car la référence est répétitive sur d’autres sujets : il en va de même des « genres » (mâle-femelle/hermaphrodite-etc.), qualifiés au gré des débats idéologiques de « contre-nature » alors même que l’escargot, le ver de terre et d’autres nous démontrent le contraire. Toute chose de la nature n’entrant pas dans le seul phénomène du gonochorisme, faut-il dès lors trouver des arguments sociaux ou sociétaux plutôt que renvoyer à la nature : laquelle est surprenante.


    • @ mi laine
      Pour ce qui me concerne, je n’ai pas besoin d’ordre vertical pour m’inscrire dans ce que vous entendez de l’ordre horizontal, ne serait-ce qu’en interrogeant ma conscience, en étudiant mes contemporains, le milieu dans lequels ils évoluent et en essayant de m’insinuer au mieux dans le mouvement, avec le moins d’accroche possible. S’adapter tout en tentant d’améliorer, sans se faire bouffer.
      D’ailleurs, si vous levez les yeux, vous verrez que le Président, par ici, se contrecarre bien de l’ordre vertical « établi » (à l’instant T) qu’il propose un autre horizon, à grand frais de procédures, du reste. Le concept de réconciliation étant, on ne peut plus horizontal.
      À ce sujet, avez-vous cependant pris un coup de pompe dans le cuI (au sens vertical de l’élévation) pour vous sentir investi de cela ? Il est à supposer que non.
      Conversano, oui : pour autant il ne rentre pas dans le cadre. Et d’autres encore moins.
      Il est toujours des récalcitrants au cocotier qu’ils aiment à le secouer.
      L’automobile Club est aussi un bel exemple de "gestion" des passions sur un mode horizontal. Et dont le fonctionnement est bien huilé : forcément.


    • A sedetiam,

      Vous faites parti, à vous croire, de ceux qui n’ont pas besoin d’ordre vertical pour adapter leur comportement à l’intérêt collectif (soit une morale bien comprise). C’est encore possible pour ceux ayant bénéficié d’une éducation favorisant cette harmonie nécessaire à l’équilibre des individus sociaux que nous sommes, ici et ailleurs.
      Mais qu’en sera-t’il quand la voracité des maitres de l’empire aura vidé l’espèce de toute spiritualité pour la mettre à la merci de tout "bien" consommable ? Quand sa vie se déroulera essentiellement au pieu pour y faire tout et son contraire ?
      S’agissant de votre curieuse allusion à ma petite personne, ce que j’en fais ne regarde que moi, ou presque.


  • A l’époque de nos parents, dans les années 60-70, le maître d’école était redouté, et gare à la branlée en rentrant à la maison si quoique ce soit sortait du cadre.
    C’était la double sanction et tu rentrais dans les clous vite fait bien fait ...

    Redouté donc respecté, avec l’autorité nécessaire que l’éducation d’un enfant exige.
    Parce que oui l’école apprend aussi la vie. Le travail, la réussite, la vie en collectivité, le respect, la politesse, etc ...

    Entre temps, les chances pour la France ont été importés par millions chez nous, avec ce "magnifique vivre-ensemble" dont on voit le résultat.
    « Vivre-ensemble » qui fait que des quartiers entiers sont devenus infréquentables par le Français "de souche", répartis sur tout le territoire national.

    Une grande partie de ces gens vivent entre culture, origine, etc ... Ce qui est normal.
    Les cultures ne se mélangent pas, sinon c’est pas des cultures ...
    Par contre en France, la culture de la connerie sauce antiracisme a provoqué des dégâts qui font qu’aujourd’hui un professeur des écoles se prend une mandale par un de ses élèves dans l’indifférence générale.

    Faut pas faire de vague, alors on s’écrase et on subit, et une frange de chances pour la France l’a bien assimilé et nous déteste réellement.
    Assimilé aussi et surtout que la France est bien généreuse en terme de prestations diverses et variées.
    Des traînes savates qui croient qu’on leur doit tout, d’ou aussi quelque part le geste de ce jeune envers sa professeur à qui il refuse de facto l’autorité jusqu’à en venir aux coups.

    Il va falloir arrêter avec les discours lénifiants pour éviter certains sujets, et redonner aux professeurs le pouvoir de corriger autre chose que des devoirs ....

    A la baguette comme on dit chez moi ! Croyez-moi ça marche.

    PS : Beaucoup de jeunes issus de l’immigration (comme certains de leurs parents) sont parfaitement intégrés et sont des gens biens et respectueux.
    Je pointais du doigt malgré tout une certaine réalité que nos politiques font semblant de vouloir traiter depuis trop d’années.

    Il est temps que la France redevienne la France.

     

    • J’étais assez d’accord avec vous sur ce genre de constat, il fut un temps. Et puis, les villégiatures aidant, j’ai constaté un bug.
      Ou plutôt une différence quand bien même le « décor » si l’on peut dire, reste sensiblement le même selon les quartiers, où que ce soit dans le monde.
      Quand vous prenez les équivalents de celles et ceux qui sont nommés « chances pour la France », dans leurs pays d’origines, selon la gouvernance locale je vous prie de vous dire qu’ils filent droit et sans doute faudrait-il se pencher sur des statistiques, car cela semble même filer plus droit que l’Occidental : à niveau social identique et quand bien même certaines instances du pays est réputé corrompu jusqu’à la moelle. Cela n’empêche pas le nerf de boeuf dans les reins.
      Changez de classe et déjà le décor change un tantinet, lequel ne ressemble pas non plus aux cités françaises, mais cette pression du « filer droit », extérieure, tend à s’amenuiser grâce à ce qui semble être le phénomène de culture, au sens éducatif du terme et de la transmisssion des connaissances.
      Ainsi donc, le facteur éducatif et social semble beaucoup influer et ne peut s’épanouir qu’au regard d’une autorité légitimée et ferme.
      Sauf qu’en France, l’autorité autrefois légitimée est partie en sucette, déléguée à quelques lobbies qui n’en ont que faire puisqu’ils désirent le chaos pour mieux s’insinuer. Progressisme et autres.

      Aussi, sur la question et pour éviter les réprimandes ayant attrait à la discrimination, concernant le respect, soit faut-il le forcer et être connu comme le loup blanc, soit il convient de se planquer et de rester mouton : deux bêtes de même couleur, mais qui ne mordent pas pareil. Dans les deux cas vous serez tondus : que ce soit par la justice renseignée par ses associations parasi... pardon ...spécula...
      non ...défenderesses de lois particulières ou vous le serez en cas de jour de « chance » comme vous le dites et qui en appelle à l’article 22.
      Et peut être même à la libération, ce qui ferait une troisième fois.

      Dans tous les cas et pour parfaire, selon l’issue judiciaire, si cette prof à un type, un frère, un père, des amis : qu’ils se déplacent (pour manifester leur mécontentement), le cas échéant.


    • Je croyais qu’un prof n’avait pas le droit de gifler un élève, mais l’inverse est possible appremment !


Commentaires suivants