Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Quand la gauche bastonne sa gauche

L’état d’urgence se fait les dents sur les écolos

Les 40 marches pour le climat prévues en France les 28 et 29 novembre ont été interdites. L’ordre vient du ministère de l’Intérieur, alors que certains maires avaient pourtant donné leur aval. La Coalition climat 21, qui rassemble 130 associations, organisations non gouvernementales et syndicats, s’inquiète pour les autres formes de mobilisations prévues : « Si les collectifs locaux qui en sont à l’origine ont pour nombre d’entre eux décidé de proposer des formes alternatives de mobilisation (chaînes humaines, points d’information, etc.), certains militants ont néanmoins été convoqués au poste de Police pour se faire rappeler la stricte interdiction d’organiser tout type de mobilisation en extérieur, comme à Rouen.  »

 

Quinze jours après les attentats de Paris et la promulgation de l’état d’urgence, les perquisitions administratives et les assignations à résidence débordent largement du cadre de la lutte antiterroriste et des enquêtes visant le commando et leurs complices potentiels qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre. Les militants des luttes écologiques semblent devenir les victimes collatérales de « la guerre contre le terrorisme » et de la suspension de certaines libertés publiques.

Ces derniers jours, plusieurs militants écologistes et d’extrême gauche ont vu leur domicile perquisitionnés, dans toute la France. Des perquisitions particulièrement musclées comme en témoignent des habitants de Rennes à qui il est reproché d’avoir participé à des manifestations, dont celle contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes le 22 février 2014 : «  Les fonctionnaires de police, en grand nombre et armés de fusils à pompe, sont venus chez nous, où vivent aussi des enfants, nous ont tous menottés et plaqués au sol. » A ce jour, au moins deux personnes en Île-de-France et six personnes à Rennes ont été assignées à résidence. Elles ont l’interdiction de quitter la ville où elles habitent sans autorisation préfectorale, l’obligation de pointer trois fois par jour au commissariat et de rester à domicile de 20h à 6h, et ce jusqu’au 12 décembre – au lendemain de la clôture officielle du Sommet sur le climat.

 

Une « chasse aux sorcières » contre les militants climat ?

Les arrêtés sont pris « au regard de la gravité de la menace terroriste sur le territoire national » et « des mesures particulières [qui] s’imposent pour assurer la sécurité de la conférence ». «  Des mots d’ordre ont circulé pour appeler à des actions revendicatives violentes  », est-il mentionné, avant d’affirmer que «  la forte mobilisation des forces de sécurité pour lutter contre la menace terroriste ne saurait être détournée pour répondre aux risques d’ordre public liés à de telles manifestations revendicatives ». Ce type d’arrêté, rendu légal par la loi du 20 novembre 2015 sur l’état d’urgence, autorise l’assignation à résidence d’une personne lorsqu’il existe « des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics  ».

Lire la suite de l’article sur bastamag.net

Les mouvements radicaux considérés comme pré-terroristes ? Voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1334885
    le 30/11/2015 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    Placé ne se déplacera pas ?


  • #1334888
    le 30/11/2015 par Jaoram
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    interdiction de manifester c’est le moyen qu’utilisent toutes les dictatures pour étouffer dans l’oeuf toutes formes de contestation.on a vu ça en Chine,Corée du Nord et dans le Chili de Pinochet.
    si un groupe qui manifeste possède son propre service d’ordre il n’y aura pas d’infiltration de casseurs ou de provocateurs et en principe tout se passera bien.


  • #1334909
    le 30/11/2015 par SpiritusRector
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    Les imbéciles précipitent leur chute... Les vrais maîtres sont en train de manigancer la disparition des pion politiques de proximité, devenus inutiles...


  • #1334912
    le 30/11/2015 par e. FRANCOIS
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    Du coté des enseignants en Centre de Formation par Alternance , une manifestation nationale était prévue pour dénoncer une évolution de nos statuts qui devraient évoluer en 2016 pour nous faire travailler plus et gagner moins !!
    Avec l’état d’urgence la manif est annulée !! Une de plus , No comment !


  • #1334938
    le 30/11/2015 par Durandin
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    Après les écolos, les patriotes ? Ils s’en prennent aux écolos, ces inoffensifs, pour faire diversion, mais leur objectif ce sont les patriotes, n’oublions par que ce gouvernement d’imposteurs sionistes est l’ennemi mortel du peuple Français . Pour eux "français" est une injure .

     

    • #1335116
      le 01/12/2015 par lou
      Quand la gauche bastonne sa gauche

      L’objectif c’est d’éradiquer toute forme de resistance.
      Et puis l’écologie véritable c’est quelquechose de très subversif... on ne parle pas des éoliennes et des barrages .

      Respecter la nature, son rythme, sa beauté, et même l’ordre naturel ...c’est transcendant donc indésirable... le matérialisme idiot est le seul horizon autorisé.

      C’est pas pour rien qu’ils ont investi des milliards pour faire de l’écologie une officine d’extrême gauche ...et un parti politique ridicule qui plafonne à 1% (?), c’est fait exprès, pour enterrer le potentiel subversif de l’écologie.


  • #1335023
    le 30/11/2015 par pg3e
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    Il est grand temps de redéfinir clairement la différence entre une manifestation et une émeute.

    Dans une manifestation, il y a des organisateurs qui sont aussi les responsables de la personne morale qui appelle à manifester. Il y a une demande faite aux autorités qui valident le parcours. Les manifestants sont sur la voie publique à visage totalement découvert et sans projectile ou armes dans un sac à dos. Un service d’ordre propre à la manifestation bloque l’entrée de personnes étrangères et autres perturbateurs. Elle a lieu le jour et elle est dispersée au moins deux heures avant le couché du soleil.

    Dans une émeute, des individus n’ont fait aucune demande particulière aux autorités s’immiscent dans une manifestation autorisée. Ils ont le visage partiellement ou totalement masqués, parfois ils portent des casques. Ils sont équipés pour combattre face aux forces de l’ordre qui utilisent les moyens classiques de dissuasion (masques à gaz contre les lacrymogènes), ils sont porteurs d’armes réelles ou par destination, de projectiles voire de cocktails Molotov. Les perturbations accompagnées parfois de pillages se prolongent la nuit.

    Les deux événements ne doivent pas être traités de la même façon. Les médias comme les responsables politiques ont leur part de responsabilité en confondant les deux dans leurs déclarations et le traitement judiciaire qui en découle. Cette distinction est essentielle pour garantir les libertés démocratiques.

    Les événements dramatiques qu’il y a pu avoir dans le passé sont surtout le fait d’émeutes qualifiées à tord de manifestation.


  • #1335215
    le 01/12/2015 par cernunnos
    Quand la gauche bastonne sa gauche

    J’ai la solution, La France dans les années 70 produisait beaucoup trop de beurre.

    Ils ont tué des vaches.

    Aujourd’hui, nous produisons trop de carbone, donc...