Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Quasi-interdiction de l’avortement en Arizona : le retour du Far West pour les médias américains

C’est une décision de justice aux conséquences « potentiellement catastrophiques, dangereuses et inacceptables », condamne ce samedi la porte-parole de la Maison-Blanche, Karine Jean-Pierre [photo]. Selon les médias américains, l’Arizona a réactivé vendredi une législation du XIXe siècle interdisant presque totalement l’avortement.

 

[…]

Kellie Johnson, juge du comté de Pima en Arizona, a en effet rendu vendredi une décision qui fait beaucoup de bruit aux États-Unis : la magistrate s’appuie dans son jugement sur une récente décision de la très conservatrice Cour suprême américaine, qui a dynamité fin juin le droit à l’avortement que sa jurisprudence garantissait depuis 1973 sur tout le territoire américain. La juge a, elle, estimé que la décision de la haute cour faisait table rase, et renvoyait le droit en la matière à ce qu’il était avant 1973.

Cela a pour conséquence, selon plusieurs médias américains, de remettre en vigueur des textes extrêmement restrictifs datant de 1864 et 1901. C’est-à-dire avant que les Américaines n’aient le droit de vote et avant même que cet État de l’Ouest ne rejoigne officiellement, en 1912, les États-Unis.

[…]

Lire l’intégralité de l’article sur leparisien.fr

 

À ne pas manquer, sur E&R :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Interdire l’avortement sans favoriser la vie de famille est criminel ! Aux Etats-Unis, l’aide médicale coûte un bras, l’instruction également. Les salopards de conservateurs n’envisagent pas une seconde de légiférer sur ce point.

     

    Répondre à ce message

    • En Nouvel Zélande c’est bien pire, c’est l’infanticide qui est prôné par une nouvelle loi qui vient d’être passée autorisant l’avortement jusqu’au terme de la grossesse.
      https://crowdbunker.com/v/14kYstgwsm

      Le droit à l’avortement est devenu n’importe quoi et je pense que les états américains ayant vu la dérive que ça a pris estiment qu’il est temps de mettre un frein à ce business car c’en est un. Les celules foetales sont recherchées et vu qu’il y en a dans les vax1, il en faut beaucoup pour le nouveau business qui consiste à vacciner toute la planète tous les 3 mois. N’oublions pas non plus que les foetus sont vendus en pièce détachée.
      En clair l’avortement est devenu quelque chose de gore.

       
    • Eh bien, il faut un début à tout ! Rome ne s’est pas faite en 1 seul jour.
      Commençons par protéger le plus faible des humains, à savoir l’enfant à naître qui n’a pas de voix pour se défendre, et le reste suivra : allocations, droit à avoir un travail honnête pour assurer le confort de sa famille. Donc fin inéluctable de la mise en concurrence des travailleurs locaux (américains) par un sous prolétariat importé/exploité à bas prix (immigration légale et illégale).
      Et bien sûr, vu que l’Europe copie éternellement l’Amérique avec 10 ans de retard, je serai ravie que les mêmes choses arrivent ici.

      Signé : une maman,
      ex partisane de l’avortement mais
      qui a "vu" ce qu’était un amas de cellule dès 7 semaines de grossesse.

       
    • Sans rapport ! Si l’avortisme avait fait baisser les coûts de la santé et de l’éducation on s’en serait aperçu depuis 1973 ? A moins que l’avortisme et la mercantilisation à outrance du coût de la vie ne soient les deux face d’une même pièce ? Effectivement, là c’est dangereux ! Heureusement qu’il y les "chances pour les États-Unis" pour s’affranchir de ces deux contingences en même temps.

       
    • Vous n’avez pas tort. Interdire l’avortement est une bonne chose. Mais ça doit s’accompagner d’une politique de promotion du bien commun (la famille), de découragement et condamnation morale du divorce, accompagnement régulier des couples, arrêter la propagande médiatique toxique, etc...

      En gros, remettre l’église au centre du village, la foi chrétienne au coeur du foyer.

      Sinon, effectivement, je ne sais pas ce que cette nouvelle politique va vraiment apporter dans les faits : avortements clandestins, bébés jetés dans la poubelle (comme en Chine quand le bébé était une fille), les gens irresponsables déménageront dans l’état voisin, etc...

       
    • Arpente : " la condamnation morale du divorce " ! Allez dire ça à ceux qui subissent des violences physiques et psychiques, dans le couple , que ce soit pour se protéger eux-memes ou leurs enfants . Votre morale , Ca n’a rien de chrétien, ça, c’est du masochisme ou de l’hypocrisie !

       
    • Bonjour.
      La conception et la naissance d un enfant se prepare. L enfant appartient a ses parents et non a l etat ou la societe a qui on ne demande pas leurs avis. Une aide n est pas un droit mais un privilege.
      Sinon il y la devise fachiste reprise par des ecolos americaines de manieres hypocrites.
      Nous prendrons vos enfants au berceau et vous les rendrons au cercueil

       
  • #3035694

    avant même que cet État de l’Ouest ne rejoigne officiellement, en 1912, les États-Unis.



    Tiens tiens, les états unis le deviendraient beaucoup moins sur la simple question de l’autorisation de l’infanticide ?



    de la très conservatrice Cour suprême américaine



    Merci Trump, au moins il leur aura mis un coup de boule avant de se barrer.

     

    Répondre à ce message

  • Purée, Karine Jean-Pierre a pris la mouche.....sur la photo, cette femme apparaît comme complètement possédée et semble se parler à elle-même, elle est tout de rose vêtue mais voit la vie en noir.

     

    Répondre à ce message

  • L’ONU a décrété que l’avortement était un Droit Humain, comme ça plus besoin de le mettre dans la Constitution, belle quenelle des bien-pensants mais il semblerait que chez les signataires, leur projet s’effondre , l’ Adenochrome,(et non Adrenochrome) selon Alldous Huxley , " retour au Meilleur des Mondes", on se croirait au débarquement en Normandie en Juin 1940, le 22 juin pas le soit-disant 18, l’escroquerie de plus, source "toute la vérité sur un mois dramatique de notre histoire" de Jean Montigny (pages 34-35) -novembre 1940 " ce n’est pas en quittant la France qu’on peut la sauver" (Pierre Laval)

     

    Répondre à ce message

  • UNE magistrate à décidé, UNE juge a décidé. Excellent !!!! Les féministes doivent fulminer.

     

    Répondre à ce message

  • #3036122

    Tous ces noirs sont clairement des racistes
    Comme Rokaya Diallo, Assa Traoré, Anasse Kazib, Houria Boutelja... c’est la même merde que le KKK
    De Washington à Paris et de Paris a Londres

     

    Répondre à ce message

  • Les extrémistes des deux bords nuisent à l’intérêt de l’immense majorité.

     

    Répondre à ce message

  • Cela va remettre au goût du jour les faiseuses d’anges et le business clandestin qui va avec, donc le retour du sordide. Depuis des siècles, c’est pratiqué, et sinon l’infanticide était l’autre solution, pour cause de déshonneur, d’adultère, de religion, de pauvreté, et autres absurdités et qui hélas sont toujours présentes de nos jours pour certains.

    L’IVG ne doit pas être criminalisé mais accompagné pour l’éviter si possible , l’appréhender au cas par cas, car il est sorti de son contexte et est devenu un moyen de contraception pour celles qui refusEnt les autres, un acte banal qui hélas n’en est pas un et du business immonde.

     

    Répondre à ce message

    • Exactement, le problème avec l’avortement est non pas qu’il soit autorisé médicalement mais glorifié en tant que sacrement du féminisme, de l’idéologie dite du progrès, en tant que prétendu jalon sur la marche vers une société toujours plus libre. Personnellement je ne prétends pas savoir à partir de quel moment la vie qui commence est humaine. De façon assez conventionnelle faute de mieux je la ferais commencer de la même manière qu’on définit sa fin aujourd’hui : à l’apparition du premier électroencéphalogramme après la disparition duquel on sait qu’un malade restera dans le coma jusqu’à son dernier battement de coeur.

      L’idée de faire commencer la vie humaine à la conception n’est pas contrairement à ce qu’on pense le principe catholique de toujours en la matière : selon la scholastique de Saint Thomas d’Aquin qui s’en remettaient à l’avis d’Aristote le foetus était animé d’une âme humaine à partir de 40 jours pour les garçons et 80 pour les filles. Ce qui n’empêchait pas l’avortement de confort d’être toujours un péché mortel par sacrilège vu qu’il y avait intervention humaine dans le processus le plus sacré de la création divine en vue de faciliter la sexualité de pur confort.

      Pour prendre une analogie l’amputation en toute sécurité d’un membre cancéreux ou gangrené si elle est un triomphe de la médecine moderne n’est jamais un triomphe pour l’individu forcé pr la maladie à le subir. L’avortement est en pratique, malgré tout le brouhaha idéologique qui voudrait faire croire le contraire, toujours vécu comme une tragédie par la femme qui le subit ou s’y résout, ou du moins comme l’expérience d’un raté de la vie. Ce qui est criminel à un degré épouvantable c’est de convaincre la femme qui n’avorte pas qu’elle est ringarde et ne se réalise pas en tant que femme libérée. En fait c’est un acte non seulement de négation de sa sensibilité mais de sorcellerie fondé sur le sacrifice non avoué mais pratiqué en pleine connaissance de cause d’un être en projet, même si on ne sait pas s’il y a âme humaine ou non.

      Comme dit le proverbe si un peu de science éloigne parfois de Dieu davantage de science y ramène toujours. La première mesure à prendre serait d’obliger la femme qui va se faire avorter de visionner un certain nombre de films montrant en transparence le détail de la boucherie en quoi consiste toute chirurgie menant à l’avortement, particulièrement les méthodes de la succion et du curetage. Et de les lui montrer dans tout cours dit d’ES.