Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’avortement est-il un droit de l’homme ?

Quand le meurtre de bébés est-il devenu normal dans la société américaine ? Beaucoup diraient que c’est la décision de la Cour suprême dans l’affaire Roe contre Wade qui a déclenché non seulement un raz-de-marée d’avortements aux États-Unis, mais aussi une tendance culturelle à considérer la mort comme un moyen de commodité. En fait, l’affaire n’a jamais eu pour but de faire de l’avortement une pratique courante ; l’argument portait spécifiquement sur le droit des femmes à la vie privée en vertu du 14e amendement. La question se posait également de savoir ce qui constituait le droit des États, en vertu du 10e amendement, de restreindre de telles procédures.

 

La décision de la Cour suprême en 1973 était tout à fait illogique car elle ignorait le débat sur la question la plus importante et la plus fondamentale : un bébé dans l’utérus a-t-il des droits humains et des droits constitutionnels ? La Cour suprême a éludé cette question en qualifiant les bébés du premier trimestre de simple « potentialité de vie ». La Cour a contourné la question en affirmant que la Constitution ne définit pas spécifiquement ce qu’est la « vie » et quand elle commence.

Les Pères fondateurs n’ont jamais vu la nécessité de « définir » la vie et le moment où elle commence, car à l’époque, le bon sens voulait qu’un enfant à naître soit encore un être humain vivant. Ils n’auraient jamais pu prédire que le meurtre de bébés dans l’utérus deviendrait une pratique courante de notre société. Même si certains des fondateurs n’étaient pas des chrétiens orthodoxes, ils avaient une certaine boussole morale commune qui aurait rendu incompréhensible l’idée d’un meurtre de masse d’enfants pour des raisons de commodité.

Il s’agissait là de la barbarie babylonienne, une pratique monstrueuse de l’histoire humaine ancienne que le christianisme a cherché à effacer. Ramener le meurtre d’enfants et le sacrifice fœtal en tant que phénomène culturel était une idée tellement farfelue que vous auriez été mis au ban de la société simplement pour avoir argumenté en sa faveur.

J’utilise le mot « commodité » parce que c’est exactement ce qu’est l’avortement – une question de commodité. Avec la large diffusion de la contraception, y compris les pilules contraceptives et les préservatifs, il n’y a tout simplement aucune excuse dans des conditions normales pour qu’une femme tombe enceinte si elle ne le veut pas. Les pilules contraceptives sont efficaces à 99 %. Associées à d’autres moyens de contraception, il est très difficile de tomber enceinte par accident.

Non, la plupart des femmes tombent enceintes parce qu’elles CHOISISSENT de ne pas utiliser ces mesures, pour quelque raison que ce soit. Pour comprendre pourquoi l’avortement est tout à fait répréhensible et inutile, nous devons d’abord examiner certains des arguments habituels en faveur de cette pratique et voir pourquoi ils ne tiennent pas la route, tant sur le plan rationnel que sur le plan moral.

 

Un fœtus n’est pas une vie humaine ?

Un bébé humain développe un cerveau et des battements de cœur à environ 6-7 semaines, ce qui correspond généralement au moment où la mère réalise qu’elle est enceinte. Cependant, les signes actifs de la vie ne préoccupent pas les avorteurs. Ils remettent en question les paramètres mêmes de la vie, presque dans une position existentielle. La réalité qu’ils refusent d’accepter est qu’il y a tant de facteurs de l’existence humaine, de la personnalité et de la connaissance qui sont inhérents, c’est-à-dire innés.

C’est un fait scientifique. Quelle part du « moi » d’une personne est déterminée dès la conception ? C’est difficile à dire, mais nous savons que de nombreux facteurs sont déjà présents. La question de la définition de la vie à l’appui de la décision Roe v. Wade est bizarre. Je dis cela parce que les militants de l’avortement affirment essentiellement qu’ils devraient décider de ce qu’est la vie et quand elle commence. La Cour suprême les a soutenus en 1973 parce qu’ils ne voulaient pas assumer la responsabilité de définir la vie ; au lieu de cela, ils s’en remettaient à des gens qui veulent désespérément mettre fin à des vies pour décider et définir.

Les défenseurs de l’avortement et certains autres groupes (pour la plupart de la gauche politique) diront qu’un être humain est une « ardoise vierge » à la naissance, une Tabula Rasa qui ne devient humaine qu’au fil des expériences environnementales. C’est tout simplement faux selon la science et la psychologie. Les êtres humains naissent avec des idées inhérentes au langage, aux mathématiques, à la physique, des traits de personnalité inhérents et la majorité d’entre eux ont un sens de l’empathie et un sens moral. L’expérience aide à affiner ces traits, mais ils existent toujours chez l’enfant sans l’aide de l’environnement.

Parce que notre compréhension de la vie et des débuts de la conscience humaine est si limitée, et parce qu’il existe de nombreuses preuves de l’humanité innée, ne serait-il pas préférable de pécher par excès de prudence et de NE PAS tuer les enfants dans l’utérus ?

 

L’avortement concerne le « droit à la vie privée » en vertu du 14e amendement ?

D’abord et avant tout, si vous commettez le meurtre de votre enfant, vous n’avez pas droit à la vie privée. Peu importe que cet enfant soit encore dans l’utérus, il a des droits distincts des vôtres. Il n’est pas un simple appendice de votre corps, il a un corps distinct et une vie qui lui est propre, et doit donc être protégé par la loi.

Un bébé n’est-il qu’un « amas de cellules » ? On pourrait soutenir que les militants pro-avortement ne sont que des amas de cellules. Quelles « expériences de vie » leur confèrent plus de valeur qu’un bébé à naître ?

La décision initiale dans l’affaire Roe v. Wade a divisé la différence entre l’État du Texas et Jane Roe (un faux nom destiné à protéger l’identité de Norma Nelson McCorvey). La Cour suprême a affirmé que les femmes avaient droit à l’intimité médicale en matière d’avortement, mais seulement jusqu’à ce que le bébé devienne « viable ». Certaines limitations pouvaient être appliquées par les États au cours des deuxième et troisième trimestres. McCorvey voulait un avortement totalement libre jusqu’au moment de la naissance. La Cour a décidé que c’était un peu trop sanguinaire.

En d’autres termes, la Cour a décidé que l’avortement bénéficie des protections du 14e amendement, mais UNIQUEMENT lorsque l’enfant est au premier trimestre. Ainsi, la cour a aussi techniquement décidé quand la vie commence (au deuxième trimestre), même si elle a affirmé que la constitution ne lui permettait pas de le faire.

Je trouve également intéressant le fait que les personnes qui exigent le respect de la vie privée pour les avortements (les gauchistes) sont les mêmes que celles qui se sont violemment battues contre le respect de la vie privée lorsqu’il s’agissait de vaccins forcés pendant la pandémie de Covid. Apparemment, « mon corps, mon choix » ne s’applique qu’au meurtre d’enfants à naître sans défense.

Il est amplement prouvé que les vaccins sont inefficaces par rapport à l’immunité naturelle, et rien ne prouve que les personnes non vaccinées constituent une menace pour les personnes vaccinées. Mais lorsqu’il s’agit d’avortement, il est certain à 100% qu’un autre être humain va mourir à cause du « droit à la confidentialité médicale » de quelqu’un.

 

L’annulation de Roe vs. Wade signifie que les femmes seront désormais obligées d’aller dans des cliniques « clandestines » ?

Cette affirmation est absurde. Malheureusement, la dernière décision de la Cour suprême n’interdit pas l’avortement à l’échelle nationale, elle permet seulement aux États individuels d’interdire l’avortement, ou ces États peuvent soumettre la décision à un vote public par le biais d’une législation. Dans mon État natal, le Montana, certaines lois préexistantes adoptées il y a plusieurs décennies autorisent encore les avortements pour l’instant. Il faut espérer que ces lois seront annulées. Cela dit, il y a de nombreux États bleus à proximité où les gens se rendront sûrement s’ils veulent avorter. Il est peu probable que ces États interdisent un jour cette pratique, car ils sont entièrement contrôlés par les gauchistes.

En fin de compte, l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade conduira simplement à la naissance d’un plus grand nombre de bébés. Pas un déluge de blessures dans les cliniques clandestines. Il y a également beaucoup moins de stigmates attachés aux femmes qui tombent enceintes hors mariage qu’il y a 50 ans. Il n’y a pas d’excuses pour l’avortement. Aucune.

 

Mettre fin à l’avortement est une punition contre les pauvres

Un refrain courant des partisans de l’avortement est qu’une grossesse non désirée peut entraîner des difficultés financières pour les personnes en situation de pauvreté. Ils soutiennent également que vous « punissez les enfants » en obligeant les familles à bas salaires à les faire entrer dans un monde de pauvreté.

Il s’agit là d’une autre absurdité et d’un faux dilemme moral créé de toutes pièces par des personnes qui, une fois de plus, ne s’intéressent qu’aux questions de commodité (ou par des fanatiques du contrôle de la population). Au-delà des nombreuses options de contrôle des naissances, il y a aussi la question de l’adoption. Il existe de nombreuses ressources pour les femmes qui souhaitent donner leur enfant en adoption et pour de nombreux couples qui ne peuvent pas avoir d’enfants. C’est une solution gagnante pour tous, et l’enfant y gagne généralement aussi.

En outre, les personnes qui ont des enfants sont beaucoup plus susceptibles de chercher à améliorer leur niveau de vie plutôt que de vivre confortablement dans une ornière financière. Plus précisément, les hommes qui deviennent pères ont tendance à travailler davantage et à essayer d’augmenter leur potentiel de gain. Ce n’est pas parce qu’une famille est dans la pauvreté aujourd’hui qu’elle devra l’être à l’avenir. Tuer un enfant parce qu’il pourrait être confronté à la pauvreté est le genre de logique insensée à laquelle nous sommes habitués de la part de la gauche politique. Peut-être que cet enfant apprendra quelque chose de ce genre de lutte, et peut-être qu’il/elle préférera la lutte à la mort ?

Par ailleurs, j’ai entendu plusieurs fois l’argument des gauchistes selon lequel la meilleure façon de faire face à l’inflation aux États-Unis est de permettre aux immigrants illégaux de traverser la frontière à volonté. La théorie : Plus de gens signifie plus de production et plus de consommation et donc moins d’inflation. Ce n’est pas ainsi que fonctionne l’inflation, bien sûr, mais s’ils croient vraiment que l’augmentation de la population est la solution à la crise de l’inflation, ils devraient applaudir la fin de l’avortement.

 

L’accouchement à l’hôpital est coûteux ?

Le coût moyen d’un accouchement à l’hôpital est d’environ 13 000 dollars. Oui, c’est cher pour de nombreuses familles, mais c’est un coût qui est payé sur des ANNÉES, et ce, si la famille n’a pas d’assurance maladie. C’est un non-argument. Le coût monétaire n’est pas pertinent lorsqu’une vie humaine est en jeu.

 

Qu’en est-il de l’avortement dans les cas extrêmes ?

C’est ainsi que les gauchistes essaient d’entrer dans la logique de l’avortement ; en illustrant d’abord un scénario rare et le pire des cas, comme celui des femmes enceintes à la suite d’un viol ou d’un inceste. Ils essaient de créer un précédent pour une circonstance peu commune, et ensuite de transformer ce précédent en avortement pour toutes les femmes, tout le temps.

Ce genre de situation devra être laissé à l’appréciation des États, mais je ne pense pas que la circonstance de la grossesse doive importer. Cela n’a certainement pas d’importance pour l’enfant. Comme indiqué plus haut, les gauchistes prétendent couramment que les réglementations anti-avortement punissent l’enfant en le forçant à entrer dans un « monde de pauvreté », mais ils sont parfaitement disposés à punir ce même enfant par la mort à cause des crimes d’une autre personne.

 

L’avortement est un droit de l’homme ?

Non, le meurtre n’est pas un droit constitutionnel ou un droit de l’homme. Dès que vous cherchez activement à détruire un être humain innocent, pour quelque raison que ce soit, vos droits personnels ne sont plus protégés. Un enfant dans l’utérus est aussi innocent que possible. Je pense qu’à l’avenir, la nature monstrueuse du meurtre d’enfants industrialisé et franchisé aux États-Unis par des organisations telles que Planned Parenthood (créée par la raciste Margaret Sanger, partisane de l’eugénisme) sera considérée comme une période sombre de notre histoire, comparable à l’esclavage.

Heureusement, la Cour suprême a enfin compris qu’il était sage de supprimer au moins les protections fédérales en matière d’avortement et de laisser la décision aux États. Peut-être qu’un jour, tous les Américains se réveilleront en réalisant que nous avions raison avant Roe v. Wade. Nous ne faisons pas « un pas en arrière », nous nous réveillons d’une période de mal et de folie qui n’aurait jamais dû être autorisée en premier lieu.

Brandon Smith

 

Sur l’avortement, ne pas manquer :

Du même auteur, sur E&R :

 
 






Alerter

40 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2994656
    Le 18 juillet à 14:41 par ProtégeonslaPalestine
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    Définition raisonnée et idéologiquement neutre du DROIT FONDAMENTAL :
    1- Est fondamental ce qui entre dans la constitution nécessaire des possessions, de la capacité, des opportunités de créer, maintenir, entretenir, enrichir la matérialité objective de toute forme de vie, son épanouissement individuel et en contexte social, sa dignité d’être et de paraître.

    2- Nul individu, communauté, collectivité, gouvernement élu ou occulte, national ou mondial, n’est rationnellement fondé en droit, en loi, ni en force, pour entraver la réalisation des intérêts sus-cités, attendu que ces derniers ne sont pas des conquêtes extérieures à l’être vivant, mais un acquis indissociable et irréfragablement lié aux conditions premières de son existence. En d’autres termes, nul ne vous octroie les droits de respirer, boire et manger, penser et former une opinion, vous déplacer, choisir votre corps de métier et votre partenaire de vie ; vous êtes né avec ces options constitutives de votre être au monde visible ou amniotique : ce sont des droits dits fondamentaux, car inaliénables.

    3- L’avortement n’étant ni une nécessité vitale incompressible, ni un acte humainement définitoire de la valeur ou la qualité intrinsèque de la femme, il relève du choix de civilisation, du confort de vie, de la quête du bien-être. Il en découle qu’une société donnée peut, en accord avec son histoire, sa culture et sa conscience, ériger l’avortement en loi et en faire supporter le coût par l’ensemble du corps social, tandis qu’une autre société choisira d’accompagner, aux plans pécuniaire et psychologique, la mère jusqu’à la naissance et au placement de l’être non désiré (et oui, mes salauds, pourquoi faudrait-il que des gens aillent adopter à Madagascar ou au Congo ?), cependant qu’une autre société fera supporter le coût de cette barbarie à l’inconsciente majeure, aux parents inconscients de la mineure, au violeur majeur, à ses parents s’il est mineur. En d’autres termes, l’aspiration de vie par la vulve ou sa dislocation par cachets peuvent avoir force de loi, géographiquement et culturellement circonscrite, mais ne sauraient en aucune manière entrer dans la définition du droit fondamental.

    3- De ce fait, refuser un avortement à une femme est attentatoire à son confort personnel mais pas à l’intégrité de sa dignité humaine : tuer un fœtus n’a rien de fondamental ; c’est l’une des réponses que l’Occident offre à l’incarnation non assumée du désir ou à l’extension vitale du crime.

     

    Répondre à ce message

    • #2994795
      Le 18 juillet à 18:13 par protégeons la vie
      L’avortement est-il un droit de l’homme ?

      « tuer un fœtus n’a rien de fondamental »

      Qu’est-ce tu racontes toi ? Si le sacré de la vie n’a pas d’importance (contrairement à ta Palestine), tout est permis, c’est ce qu’il se passe.

      On peut aussi, d’un point de vue chrétien, supposer que le "malheureux évènement" dans le cas de bébé malformé ou atteint d’un mal incurable ou issu d’un viol, soit un défi de Dieu lancé à la mère et à la famille, et qu’il faut l’accepter, puisqu’on n’a pas le droit d’ôter une vie, donc il faut l’assumer, c’est la manière la plus sain(t)e d’aborder l’accident - mais là je sens que tout le monde va pas suivre.

       
    • #2995044
      Le 19 juillet à 08:08 par ProtégeonslaPalestine
      L’avortement est-il un droit de l’homme ?

      @l’indigné du bocal : Nous esquisserons cette discussion le jour où vous comprendrez correctement ce que vous lisez. Pour l’heure, vous n’avez pas le niveau, ce qui fait que votre commentaire vise à côté de la cuvette. Bon courage !

       
  • #2994765
    Le 18 juillet à 17:18 par Rury
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    Ce Brandon est particulièrement inquiétant sur plusieurs points :
    - sur la pilule, certaines femmes y renoncent soit du fait d’une rupture d’approvisionnement soit à cause des conséquences hormonales importantes, nécessitant parfois une hospitalisation ;
    - sur le caractère inné ou acquis, l’un ne va pas sans l’autre, mais je pense que c’est son côté américain protestant qui parle (prédestination entre autres) ;
    - sur la vaccination inefficace, très grave d’affirmer cela sans plus d’arguments, mais pas sûr que cela soit bien perçu sur ce site ;
    - sur le fait que ce renversement de jurisprudence permettra plus de naissance, pas sûr non plus, nous verrons bien dans les prochaines années ;
    - sur le risque de blessure mortels en cas d’avortement clandestins, c’est une des raisons ayant conduit à ce que l’IVG ait un encadrement légal et médical ;
    - sur l’ajustement des salaires en fonction du nombre d’enfants par foyer, l’auteur se moque de nous, bien-sûr un effort supplémentaires des parents sera fait mais allez demander une hausse de salaire en période d’inflation à plus de 10% (pour les USA) pour cause d’arriver d’un enfant, j’aimerai voir en direct la réaction de l’employeur ;
    - sur le coût d’une naissance, si les USA été connus pour posséder un état providence développé cela ne poserait aucun problème, mais je ne pense pas que cela soit le cas. Lorsque l’auteur nous affirme que le coût moyen d’une naissance est de 13000$ ne pose aucun problème sachant que des millions d’Américains (entre 15 et 20% de la population américaine) n’ont pas d’assurance santé ni aucune autre couverture en cas de maladie, il ment pas omission, dans ce contexte oui une naissance peut mettre en danger financier une famille, même de la classe moyenne américaine, alors imaginez pour les plus modestes.
    Pour finir, deux choses. 1)je pense que la fin de la protection fédérale va nuire aux femmes de conditions modestes avant tout (en n’oubliant pas que l’état providence est peu développé aux USA) ;
    2) j’aimerais connaître la position de l’auteur sur les assurances santé pour tous, lui qui semble si attaché à la vie.
    Pour celles et ceux qui sont arrivés jusqu’au bout, bravo. Je ne pense pas que l’on sera d’accord sur tout mais c’est ma modeste contribution à ce débat.

     

    Répondre à ce message

    • #2995185
      Le 19 juillet à 12:09 par amny
      L’avortement est-il un droit de l’homme ?

      J’éspere bien que vous vous ferez copieusement insulter mon brave tout comme moi pour avoir tenté une réaction nuancée, sur un sujet qui malheureusement comme AS l’a mentionné dans son dernier "Soral Répond" : est en train de rendre taré beaucoup de gens meme ici.
      La folie des progressistes est en train de créer des réactionnaires symétriques et hystériquement opposés qui seront autant déconnectés et dangereux que ceux d’en face.
      Il n’existe aucun autre sujet a ma connaissance avec une polarité aussi violente, la position milieu est intenable.
      Les extrémistes "de la vie sacrée" ici veulent nous conduire vers un future dystopique du type The Handmaid’s Tale ou The Lobster.

       
    • #2995282
      Le 19 juillet à 15:00 par ProtégeonslaPalestine
      L’avortement est-il un droit de l’homme ?

      “@rury : Merci pour ce trollage très réussi. Votre petit laïus de Col Blanc en assurances vie contient tous les poncifs bureautiques du malthusianianisme génocidaire bill-gatesien. C’est vraiment très gentil d’avoir payé une adhésion pour débiter autant de crack hallucinés : on vous jette, mais on garde l’argent.

       
    • #2995285
      Le 19 juillet à 15:04 par ProtégeonslaPalestine
      L’avortement est-il un droit de l’homme ?

      “@rury : Merci pour ce trollage très réussi. Votre petit laïus de Col Blanc en assurances vie contient tous les poncifs bureautiques du malthusianianisme génocidaire bill-gatesien. C’est vraiment très gentil d’avoir payé une adhésion pour débiter autant de crack hallucinés : si on vous jette, mais qu’on garde l’argent, c’est bon ?

       
  • #2994768
    Le 18 juillet à 17:20 par Ledaron
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    L’inver-sion des valeurs nous fait passer pour une avancée civilisationnelle, le fait de tuer la vie et ce, juste pour jouir d’un confort individualiste hédoniste.
    Plutôt que de se polariser sur la prévention en matière de grossesse et Dieu sait si les informations abondent dans ce domaine, nos puériles préfèrent gloser sur une pseudo liberté de se débarrasser de la vie.
    Ce délire occidental (travaillé à la base par une ideologie mortifére qui veut mettre à bas cette civilisation) essaie d’essaimer ailleurs, là où des religions, plus prégnantes, servent de pare feu aux forces démoniaques.

     

    Répondre à ce message

  • #2994840
    Le 18 juillet à 19:44 par momo
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    Pour les gauchistes (et aussi pour ceux de droite), un combat noble serait de lutter pour rendre les accouchements gratuits aux Etats-unis, même pour les non assurés.

     

    Répondre à ce message

  • #2994859
    Le 18 juillet à 20:21 par Thomas
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    Comme le disait un éminent père orthodoxe (père jean boboc) : le premier des droits de l’homme devrait être celui de naître

     

    Répondre à ce message

  • #2994878
    Le 18 juillet à 21:25 par Paul82
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    C’est toujours un plaisir de lire Brandon Smith. Merci à E&R de relayer ses articles.

     

    Répondre à ce message

  • #2995009
    Le 19 juillet à 06:34 par RKrishna
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    Les traductions via IA manquent des subtilités. Voici par exemple ce qu’il faut comprendre dans ce passage :

    La décision prise par la Cour suprême en 1973 manquait cruellement de sens parce que les juges avaient délibérément omis de traiter la question qui était réellement au centre du débat, à savoir si l’on peut accorder à un bébé qui est dans le ventre de sa mère les droits garantis par la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Constitution des États-Unis. En qualifiant les bébés qui n’ont pas dépassé le premier trimestre de grossesse de « vie humaine en devenir », la Cour a fait l’impasse sur cette question et a persisté en déclarant que la constitution ne fournissait pas d’éléments clairs qui puissent définir ce qu’est « la vie », ni quand elle commence.

    NB : Ce sont des droits précis qui sont évoqués, contrairement à ce que pourrait faire croire de simples adjectifs comme « droits humains » ou « droits constitutionnels ».
    En l’occurrence « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. » (article 3 de la Déclaration Universelle des droits de l’homme), et « […] aucun état ne peut priver qui que ce soit de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans procédures légales régulières » (section 1 du 14e amendement à la Constitution des États-Unis).

     

    Répondre à ce message

  • #2995219
    Le 19 juillet à 12:55 par jdisçajdirien
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    Les priorités de Jean-Luc Mélenchon.

    Devant un parterre d’étudiants masqués
    de l’Ecole Centrale de Nantes,
    il propose aux"Insoumis et Insoumises"
    3 points à inscrire dans la Constitution :
    _droit à l’avortement
    _droit au suicide assisté
    _droit à la liberté de genre.

    https://m.vk.com/wall-194703185_376494

     

    Répondre à ce message

  • #2995321
    Le 19 juillet à 16:23 par PL
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    " L’avortement est-il un droit de l’Homme ?"

    Déclaration de 1789 : Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. "

    Don on aurait : " Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, le doit d’avorter, de se travestir, de s’épiler les jambes, de faire un régime et la résistance à l’oppression. "

     

    Répondre à ce message

  • #2995560
    Le 20 juillet à 08:13 par electhor
    L’avortement est-il un droit de l’homme ?

    C’est en lisant ce pavé rempli de messianisme protestant et de sophisme néo-libéral ("si les gens sont pauvres, ils n’ont qu’à faire un enfant, ils seront riches") qu’on se rend compte que les USA sont vraiment une civilisation différente de la notre.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents