Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

 

 

Alors qu’il avait géré sa carrière politique à la perfection, qu’il était épatant sur le social (moins sur le sociétal, faut voir sa lettre de contrition en écriture inclusive), qu’il était devenu le dauphin, le numéro 2, l’outsider, le jeune qui monte, l’Héritier, l’Aiglon !, voilà qu’à cause d’une petite claque dans la poire (apparemment c’est une gifle, donc c’est sur la joue, pas sur les fesses, ça a une autre signification) administrée à sa femme, ou à son ex, Adrien Quatennens se retire non pas de la vie politique (il reviendra peut-être), mais de ses fonctions de coordinateur national à LFI.

 

 

Le Figaro détaille les faits :

Figure de la jeune garde de La France insoumise (LFI), le député a annoncé dimanche qu’il se mettait « en retrait de sa fonction de coordinateur » du mouvement, reconnaissant des violences envers son épouse. Dans un long communiqué publié sur Twitter, le député du Nord était revenu, « dans un souci de transparence et d’apaisement » dit-il, sur « les faits qui peuvent » lui « être reprochés » et qui ont abouti au dépôt par son épouse d’une main courante révélé cette semaine par Le Canard enchaîné.

JPEG - 55.4 ko
Tintin contre les féministes

 

Adrien a écrit une longue lettre qu’on n’a pas lue, d’abord parce que c’est écrit petit, et ensuite parce qu’on n’a pas le goût de l’autoflagellation. La puissante Mathilde Panot se réjouit de la mise en retrait du rouquin, mais c’est sûrement pas elle qui va monter sur le trône à la place du leader Maximo, Méluche. Autain non plus, elle est trop sociétale et en plus, elle a menti dans l’histoire du futur député Taha Bouhafs, qui avait lui aussi tarté des meufs. On le voit, ça devient pire que l’antisémitisme, la violence conjugale. Il va falloir que les ambitieux, en politique, fassent gaffe. Même les sado-masochistes ! On sait jamais, un jour, un esclave SM guéri (par une psy) peut se réveiller et dénoncer son bourreau ; pardon, son maître...

On déconne à peine : aujourd’hui, tout est possible. On n’est pas éliminé politiquement par une corruption (Macron est devenu président malgré Alstom), mais par UNE gifle. Il faudra que les hommes trouvent un truc contre les gonzesses s’ils ne veulent pas se faire éliminer un par un, car qui ne s’est jamais battu, en paroles ou en actes, avec sa femme, ou une emmerdeuse ? On dirait que les juges ne connaissent pas les femmes, leur cruauté naturelle, leur sournoiserie profonde... Mais bon, on va repartir sur le titre, car en ce moment, tout sort. La Birkin a raconté que Serge la frappait, l’insultait, la mettait plus bas que terre (et la sodomisait aussi, mais en chanson).

 

 

Pure people a recueilli le témoignage des deux tourtereaux :

« Jane est partie par ma faute, je faisais trop d’abus, je rentrais complètement pété, je lui tapais dessus. Quand elle m’engueulait, ça me plaisait pas : deux secondes de trop et paf... elle en a subi avec moi mais ensuite c’est devenu une affection éternelle... » avait-il expliqué après leur rupture.
Jane Birkin, récemment, en avait rajouté : « Il y a eu beaucoup de crises. J’en ai eu marre d’être sa chose ». Parlant de « scènes de violences », pendant laquelle « Gainsbourg lui en met une ou deux », elle avait cependant nuancé : « J’ai écrasé sur lui une cigarette. J’ai fait autant. J’ai envoyé une tarte à la crème, c’était à ne pas faire. J’étais agitée par l’alcool (...) avant ça j’avais été humiliée ».

Dans Gala, la chanteuse raconte ses séances de studio :

« J’arrivais à faire tout le refrain et je partais toute de suite avec la note. Serge devenait dingue parce que je n’étais pas capable de faire des prouesses parfois compliquées dans les chants, dans les contre-chants, etc… », se souvient la chanteuse de 73 ans. Et d’ajouter : « Il ne comprenait pas comment je pouvais être aussi bête et aussi dépourvue de rythme. »

Agacé, Serge Gainsbourg a très vite perdu patience dans le studio et n’a pas tardé à le faire comprendre à Jane Birkin. « Je n’y arrivais pas. Donc, il me tapait avec une règle, il me hurlait dessus », se remémore la mère de Charlotte Gainsbourg. Voyant l’enregistrement prendre une étonnante tournure, le régisseur a très vite volé au secours de Jane Birkin. « Il a hurlé “Stop, stop”, comme j’étais en larmes », raconte-t-elle avec un léger rire.

Il reste Richard Berry, dont la relation avec Jeane Manson était très secouante, surtout pour elle, d’après nos informateurs dans le show-biz. Mais nous n’y toucherons pas, car Berry a été blanchi pour des faits d’inceste... prescrits. Et puis il y a ceux et celles qui aiment les coups, les donner et les prendre, donc ça brouille un peu le message féministe. On ne va pas parler ici du cas Pierre Tchernia, on fera ça, avec doigté, en Financement associatif.

Quand Serge tartait Jane

 

Sexe, violence et politique, sur E&R :

 






Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3032844
    Le 20 septembre à 06:55 par Kiki
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Excellent résumé : " Aujourd’hui on n’est pas éliminé politiquement par une corruption (Macron est devenu président malgré Alstom), mais par UNE gifle "

    Merci pour votre votre travail ER.

     

    Répondre à ce message

    • #3033089
      Le 20 septembre à 13:31 par agri
      Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

      la même chose pour Nicolas Hulot : exclu du monde politique pour ses frasques sexuelles, qui pourtant ne pèsent rien comparées à ses décisions catastrophiques pour le quotidien de tous les français, décisions prises pendant les 2 à 3 ans où il aura été ministre .

       
  • #3032884
    Le 20 septembre à 08:16 par Au secours !
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Gainsbourg , Tchernia , Berry .... , , plus récents ,Bruel , Arthur ,et tant "d’autres " ... ! Y a pas à dire , la France est quand même bien représentée dans le monde du spectacle et de la TV ! çà sent bon la France profonde ! ! On ne se marre pas trop
    fort ..., çà donne des crampes !!

     

    Répondre à ce message

  • #3032941
    Le 20 septembre à 09:51 par X
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Ce ne sont pas des femmes, elles sont l’ennemi de homme.

     

    Répondre à ce message

  • #3033025
    Le 20 septembre à 11:57 par Dream13
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    En tant que pratiquant les arts martiaux et ayant reçu quelques gifles enfant,je diverge un peu, d’abord, une gifle ce n’est pas quelque chose d’anodin, même sur un gosse, ça fait plus mal psychologiquement que physiquement, ensuite cette affaire privée n’a pas été révélée par l’ex femme mais par un policier qui a sans doute vendu l’info au Canard enchaîné, bon on sait que tous les coups sont permis c’est le cas de le dire en politique, pas de chance pour Quatennens, mais lui aussi aurait pu faire la même chose si la situation concernait un opposant, Quatennens, feministe et wokiste, bon, après on peut pas faire de généralités sur les bienfaits de la gifle, qui sont plutôt inexistants, dans les rapports de force inévitables les coups ne sont pas les plus intelligents ni pertinents, souvent associés à l’alcoolisme, et à l’encontre de plus faible que soi, Jane Birkin, pleurnicheuse et filiforme, mais il faut aussi se rappeler de Annie Girardot et de Tina Turner

     

    Répondre à ce message

    • #3033442
      Le 20 septembre à 22:35 par Peter
      Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

      cette affaire privée n’a pas été révélée par l’ex femme mais par un policier qui a sans doute vendu l’info au Canard enchaîné,




      Vous êtes bien naïf… Aucun flicaillon n’aurait osé une telle action.. On ne parle pas d’une info people vendu en lousdé à Voici.

      C’est un coup politique (le Canard Enchaîné) pour détruire l’adversaire. Et donc au minimum c’est un coup par derrière d’un syndicat de police pour se venger de Mélenchon qui n’a pas été tendre avec l’institution…

      ..Mais pour être franc, à ce niveau, je crois plus à Darmanin pour les intérêts de la team Macron.

      Et toutes ces femmes à la France Insoumise qui ne comprennent pas qu’il s’agit d’une manœuvre politique…

      L’ex femme du député a réfléchi comme une dinde.. Autant elle l’a joué maline en pensant que la main courant lui donnerait l’avantage dans un divorce, autant croire que la police n’utiliserait pas ça contre son ex mari faut vraiment qu’elle soit pas douée.. Car mettre en péril la carrière du père de son enfant faut sérieusement être Martotte (féminin de marteau) de la tête..

       
  • #3033040
    Le 20 septembre à 12:13 par jack à dit
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Quand un type a le pognon donc la force, il fait ce qu’il veut de ses femelles, c’est une loi naturelle dans le règne animal.
    On ne sait pas grand chose de la vie des Ginsburg, curieusement, à part quelques racontars. Ce qu’il y a de savoureux avec l’autre tartuffe, c’est sa mantra sorossienne inamovible répétée ad nauseam qui maintenant s’applique à lui. Là c’est le meurtre des femmes (baptisé pompeusement féminicide) orienté car ne s’appliquant étonnamment (ou pas) qu’aux blancs. Eh oui le traître, regarde toi dans un miroir !
    Son patron lui se pavane en SUV en pleine "ville" (c’était à Lille).

     

    Répondre à ce message

  • #3033145
    Le 20 septembre à 15:15 par bank run
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Tu gardes le chien d’un ami, il te mord et tu lui en colles une.
    Il va te poser la question, tu lui as fait quoi pour qu’il te morde ?
    Cette question, on l’a pose jamais à l’homme qui a giflé sa femme.

     

    Répondre à ce message

  • #3033193
    Le 20 septembre à 16:22 par kader
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    le pouvoir est donné aux femmes de démonter la vie d’un homme tout simplement.

    70% des violences faites aux enfants le sont par des femmes mais ca personne n’en parlera. La femme est victime uniquement.

     

    Répondre à ce message

    • #3033857
      Le 21 septembre à 14:49 par milesdavis
      Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

      Je confirme. Ma fille s’en ai prise des gifles par sa mère, de moi jamais. Mais elle a toujours eu de bonnes raisons de le faire, me disait elle. Comme j’ai remarqué depuis longtemps, les femmes font les règles, mais ne les applique que rarement pour elles mêmes, et surtout ont toujours une bonne explication pour justifier ce non respect des règles. J’avais mis un peu de temps à comprendre que ses règles n’était que pour moi. Grace à elle, j’ai totalement changé ma vision sur les femmes... A ce qui parait, elle ne sont pas toutes comme ça.

       
  • #3033478
    Le 21 septembre à 00:47 par Bub
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Un couple de dégénérés ! Je ne comprends pas ce que les français de l’époque ont pu leur trouver !

     

    Répondre à ce message

  • #3033581
    Le 21 septembre à 08:07 par Oncle Jo
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Quatennens a reconnu avoir donné une tarte à Madame futur-ex ... il a oublié un principe : n’avouez jamais ! parce qu’une gifle déclarée ne prouve pas qu’elle a été donnée. Il aurait fallu un certificat médical et là encore, on peut se gifler soi-même et courir faire faire un constat. Le médecin dira s’il y a trace de coup etc.. mais il reste qu’il n’y a pas de témoin. La suspicion n’est pas une preuve. Dans des affaires de divorce on a vu des avocates inciter la dame à inventer des attouchements sur le ou les enfants, le pauvre mec est pris dans la tourmente et au final tout se dégonfle, mais le mal a été fait. Avocat c’est un métier ! ;-)

     

    Répondre à ce message

  • #3033708
    Le 21 septembre à 11:05 par Gogol 1er
    Quatennens, Gainsbourg : deux claques, deux mesures

    Je dirais qu’une seul chose "Darmanin"

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents