Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Que veut Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Éducation ?

En 2014, la Fondapol [1] invitait Jean-Michel Blanquer à présenter son livre L’école de la vie dévoilant ainsi l’essentiel de la philosophie de l’éducation.

 

 

Le 26 novembre 2014, Dominique Reynié, Camille Bedin, François Garçon et Julien Gonzalez débattaient avec Jean-Michel Blanquer sur son nouveau livre : L’école de la vie.

Dominique Reynié commence par rappeler l’impossibilité de séparer le parcours de Jean-Michel Blanquer de l’école. Professeur de droit public, ancien recteur de l’académie de Guyane et de l’académie de Créteil, il est actuellement directeur général du groupe ESSEC.

Ainsi son ouvrage a-t-il à la fois un aspect documenté et un caractère éminemment personnel. Cela permettant un éclairage sur des expériences très diverses dans le domaine de l’éducation.

 

Contre le fatalisme et le pessimisme

Allant contre le sentiment de fatalité et le pessimisme qui entoure l’école, l’auteur, notamment à travers la polysémie du titre de son ouvrage, met en valeur la vitalité qui doit émaner du lieu d’apprentissage. En effet, même si le système est complexe, il est possible de faire preuve d’optimisme.

Élément essentiel car seule l’éducation conduit à la liberté. Comme le rappelle Kant : l’homme ne peut pas être homme s’il n’est pas entouré. L’enseignement constitue donc un thème central, et bien que tous s’accordent pour le dire, ni les médias, ni les responsables politiques ne parviennent à en discuter de manière apaisée et sans faire preuve de clanisme.

 

Élever le débat public sur l’école

Jean-Michel Blanquer voit là la conséquence de nombreux travers du débat politique actuel. Effectivement, l’exigence de simplicité, voire de simplisme, et d’immédiateté est incompatible avec toute politique raisonnée de l’éducation.

Aussi face à la superficialité des querelles et des clivages désuets entre « traditionalistes » et « progressistes », la mise en oeuvre d’expériences et d’initiatives dans le domaine de l’éducation permet-elle de lutter contre l’immobilisme.

Mais alors, comment identifier précisément les défauts de notre système éducatif ? En regardant ailleurs, répondrait à cette question François Garçon, ravi de l’obsession de « comparatisme » qui anime l’auteur de L’École de la vie. Il est vrai que, éclairé par son expérience de terrain, Jean-Michel Blanquer n’hésite pas à critiquer et proposer.

 

Le problème du syndicalisme

Ainsi évoque-t-il les différents archaïsmes des syndicats enseignants, organisations éclatées, superficielles, souvent politisées et surtout dépourvues plus que jamais d’idéaux. C’est bien ce corset de règles anachroniques et de contraintes qui handicape l’Éducation française.

L’école a besoin de plus de liberté dans l’initiative et dans la prise de responsabilité. En soulevant cette chape de plomb, en donnant plus d’autonomie aux établissements, en modifiant les modalités d’évolution de carrière des enseignants, nous parviendrons à redonner de la vie à notre système éducatif.

Camille Bedin soulève alors un paradoxe : pourquoi l’enthousiasme et le dynamisme qui existent parfois au niveau local ne se traduisent-ils pas en des débats plus riches et des résultats sur le plan national ? La situation de l’éducation en France est très hétérogène souligne Jean-Michel Blanquer.

Lire la suite de l’article sur contrepoints.org

Notes

[1] Un « think tank libéral, progressiste et européen », ainsi se décrivent-ils.

Rétablir un enseignement de qualité avec Kontre Kulture :

 

L’histoire de France enseignée par Marion Sigaut,
à découvrir chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce gouvernement ressemble de plus en plus à un couloir où on ne croise que les gens les plus insipides. Des gens qui peuvent vous pousser à la crise de nerfs !!!

    Edouard Philippe, né en 1970 !, c’est carrément ça :

    https://www.youtube.com/watch?v=uhi...


  • C’est vrais que c’est ça qui manque à notre système éducatif ; la Vie.


  • En rétablissant les classes bilingues et européennes, en rétablissant l’enseignement du latin et du grec, Macron rétablit la sélection et les classes d’excellence . Ce sont "les forts en thème" qui ont fourni l’élite de la République .

     

    • #1730402

      Le problème est que la suppression des notes en faveur d’une évaluation qualitative (commande européenne) nivellera progressivement les apprentissages vers le bas. Le dépassement de soi, prélude à l’excellence, devenant obsolète, même le maintien des disciplines qui faisaient autrefois la différence n’y changera rien.


    • Excellence de l enseignement ou excellence de la sélection
      Contrintuitivement apprendre plusieurs langues est plus facile que d en apprendre une seule
      C est plus stimulant reste que la méthode utilisée peut être décisive
      On peut dégoûter les enfants de tout ou les éveiller


  • D’un point de vue aspect physique, c’est le seul de la bande qui fait "look ministre" tel qu’on se le représentait, à une époque où ces gens étaient encore crédibles et où il gouvernaient, dans l’intérêt du plus grand nombre et pas en fonction de leurs propres intérêts communautaristes. Mais bon, même ce look, de nos jours n’est plus, entendons-nous bien, une garantie de rien.


  • Dès le début, le "sieur" Reynié donne le ton, celui de "l’entre-trois tours",inauguré par le passage du septennat au quinquennat et qui prend sa vitesse de croisière sous nos yeux voilés : les discussions creuses et faussement enthousiastes ; ce pour baigner le gogo (celui qui écoute ces gens là, ou écoute les informations depuis le 9 mai) dans un climat rassurant, optimiste et idéal...."il faut laisser sa chance à ce nouveau gouvernement" tel est le mot d’ordre après chaque présidentielle depuis des années !
    Mais vous ne laissez rien du tout ! Ils prennent et nous endorment, jusqu’à la fin des législatives ! 6 mois de "plaisir démocratique" totalement illusoire, autant que la promesse d’amour que le bourgeois croyait acheter à la prostituée, pour 5 ans de déchéance ; avons-nous 5 ans devant nous ??
    Ce parterre de "débateurs" fait passer les anciens journalistes des chaînes officielles dans l’ex-URSS pour des rebelles, des critiques, des insolents...c’est dire.
    Vous assistez donc à la mise en place de la "didacture", fondement de la dictature soviétique française (rien à voir avec la gauche culturelle,ni même politique, pour ceux qui sont bloqués aux mots et à leurs représentations,opportunes), qui est en train de se mettre en place.
    Bon courage à tous, calmez-vous et fermez-la, comme dit notre ami, nous passons dans un tunnel....vous n’allez plus rien capter !
    signé ; un professeur, conscient du fait que son cerveau reste utile, ne serait-ce que pour des raisons physiologiques.
    Comme dit notre président choisi (A. Soral), vous ne vous abaisserez jamais assez pour que vos oppresseurs (même souriants) soient rassasiés et vous laissent vivre en paix : telle l’armée d’enfants capricieux, sans limites perçues, qu’ils incarnent, ils vous mépriseront, et, dans le fond ; en se comportant lâchement, qu’attendre d’autre ?
    bonne nuit !


  • L’école publique est le fruit et le berceau de la République ; ses fonctionnaires nommés à juste titre les " hussards " devant être les serviteurs de celle ci . Lorsque les enfants du peuple en tirent quelques bénéfices : lire , écrire , compter , ... tant mieux , et ce serait un minimum , qui n’est même plus atteint .
    Mais lorsque la " machine " éducative sert littéralement à broyer les élèves en vue d’un formatage idéologique programmé , il faut fuir cette entité . ( tout en continuant paradoxalement , par ailleurs , de la subventionner à 100% avec nos impôts ) .
    En conclusion : ce système maçonnique républicain , qui a pu voir le jour grâce au concours et la finance apatride des " nomades pseudo élus" ,et l’ ayant exporté pour devenir la norme reconnue mondialement , ne désire maintenant qu’ abêtir ( au sens propre ) les peuples soumis , leur système éducatif est un élément incontournable pour mener à bien cette mission mortifère .


  • concernant "l’autonomie" de l’école, voir opportunément la LRU pour l’université de 2009, à savoir la culture d’entreprise appliquée à l’enseignement ; l’efficacité (nombre d’inscriptions et capacité à capter des financements, des sponsors) comme préalable au financement d’une institution publique : une privatisation en somme avec la fin de l’instruction pour tous, ce qui est déjà en germe depuis longtemps,avec la logique des compétences. Les enfants n’ont plus de compréhension et d’estimation de niveau réel de ce qu’ils apprennent : c’est une braderie pudibonde.
    Celui qui paie commande,et l’esclave de maison est convaincu d’être à l’origine de ce qu’il accomplit, utile au maître, mortel pour les autres esclaves,heureusement, au final, pour l’esclave de maison, une fois devenu inutile.


  • Laissons voir ce gouvernement de technocrates. Peut être que cela donnera du bon. Dommage en revanche cette sensation de soumission à lOtan (en d’autres temps temps , on appelait ça collaborer) . Beaucoup de ressemblance avec une certaine époque. Laissons tout de même la chance au produit.


  • Ouai.. bof, je ne saurais dire pourquoi, j’le "sens" pas.


  • Ca n’a pas l’air d’être un fanatique de l’égalitarisme et de la théorie du genre comme Belkacem, c’est déjà ça.
    A voir par qui il sera remplacé après les législatives, car il s’agit là bien évidemment d’un gouvernement destiné à remporter les élections donc avec des visages et des profils sympathiques et séducteurs.


  • "Que veut Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Éducation ?"
    Parler de tout, sauf de données utiles à transmettre aux gamins comme par exemple, la suite géométrique de raison 1.05. Eh, oui ! ça ressemble à des intérêts bancaires et ça tend vers l’infini. Du coup, tous ceux qui connaissent la suite géométrique, comme Edouard Drumont l’avait dit, savent bien que les banquiers sont des voleurs, qu’ils veulent tout posséder et qu’il faut interdire l’usure.
    Il y a pleins d’autres trucs que blanquer veut : il veut nous faire oublier l’espérance mathématique, base de l’arnaque des assurances. Pourquoi le français est obligé de miser contre le bon sens, contre ses intérêts ? Pourquoi l’obliger à jouer au casino à un jeu auquel il est sûr de perdre ? Qui voudrait être obligé de jouer au poker en misant les plus grosses sommes sur ses plus mauvais jeux ? Autant de questions que blanquer veut gommer.
    blanquer ne veut pas diffuser au plus grand nombre les meilleurs cours, par exemple sur internet. ça risquerait de donner une chance aux sans dents...Ils sont réputés cons mais quand ils ont les bonnes infos, ils mettent à l’amende les parasites. Et puis, il faudrait expliquer aux profs que les cours écrits étant disponibles, leur raison d’être est la mise en pratique dans la vraie vie. La fin de l’école 68arde de l’irréalité, du tigre de papier et du diplôme abstrait. Retour du savoir-faire ?
    blanquer veut nous abrutir pour ne pas finir en prison. Il veut nous faire jouer la martingale du perdant jusqu’à la lie...et aux fonds de poche.
    Sur la vidéo consultée en mode saut de puces : langage orwellien avec quelques petites bonnes idées récupérées sur le dos des autres...la sauce habituelle de technocrate qui parle de tout sauf des infos utiles aux hommes que vont devenir les gamins.


  • Il y a beaucoup de propagande pour nous faire croire que ce ministre va sauver l’EN détruite par Najat (voir intervention de Luc Ferry par exemple).
    Alors là je crois qu’on s’égare complètement en pensant que ce ministre va améliorer quoi que ce soit. Il est là pour une chose : casser notre système d’éducation pour en faire un système d’éducation à l’américaine. Ceux qui ne savent pas ce que c’est, renseignez-vous. La prochaine étape sera la privatisation.
    D’ailleurs la vrai question à se poser c’est : est-il franc-maçon ? Si oui comme je le crois, je renvoie aux travaux de Youssef Hindi, pour vous dessiller les yeux.
    Ceux qui pensent qu’il y aurait quelque chose de bon dans le Macron se trompent. Rien n’est bon dans le Macron. A noter par exemple que Nyssen la ministre de la culture serait anthroposophe. Pensez écoles Steiner Waldorf et posez vous les bonnes questions.

     

  • Dans le modèle scientifisme, je dirais que ces gens font du théorisisme éducationniste de la vie afin de maintenir l’évolusionnisme qualitatif au plus haut et d’empêcher la pensée réactionnel fachisante de resurgir de l’ombre.

    Voilà, maintenant moi aussi je peu être de gauche. J’invente des mots et j’introduis le point godwin dans mes phrases.


  • En général, le ministère de l’éducation nationale est confié à un franc-mac. Je doute que ce monsieur déroge (ou déloge) à cette règle !

    ...comme le disait si bien Jules Ferry : "...qui tient l’enseignement tient la France !"

     

  • Un sentiment subjectif : Cet homme-là ne me donne pas confiance. Les beaux discours désincarnés ne font jamais changer les choses réellement et en profondeur.


  • " Il faut penser printemps parce que c’ est notre projeeEE "


  • Comme chaque ministre, il n’a pas été mis là pour "vouloir" mais pour appliquer le programme du nouveau désordre mondial. Peu importe les convictions des ministres, leur passé, ou leurs casseroles, il suffit juste de les renouveler régulièrement pour simuler un changement afin que les gens ne bronchent pas. S’interroger sur chaque personnalité, enquêter et analyser leur niveau de soumission est à mon avis une énorme perte de temps et d’énergie... Un ministre pas assez soumis ou incompétent, il dégage vite fait. C’est pour ça qu’ils sont nommés arbitrairement et pas élus.


  • Blanquer est un nom séfarade qui signifie tanneur. Je crains que ce triste sire ancien directeur de l’enseignement scolaire sous Sarkozy et biographe du grand maître franc-maçon Michel Baroin va poursuivre et même accélérer la destruction de l’Education Nationale.


  • Ce type ne sert qu’à une et une seule chose : imposer l’ "autonomie" des établissements voulue par l’OCDE, Bruxelles et les mondialistes. Bientôt des profs recrutés par le principal, plus de concours scientifiques. On leur apprendra, comme chez les tocards de DRH, à juger de la façon dont le candidat porte sa cravate ou croise ses jambe.

    Il y aura aussi le déclassement du métier d’enseignant, le flicage et les 40h00 sur place pour faire de la garderie au lieu de lire et de travailler en partie à son domicile.

    Les couillons et les cocus gauchos de l’éduc-nat qui ont voulu "faire barrage au fascisme" vont le payer cher, très cher. Ils auront démarré professeur, ils finiront employé de bureau subalterne et éducateur dispensant des "compétences" de base. Pour ceux-là, les collabos et les idiots utiles, on ne pleurera pas.


  • Son discourt semble pragmatique, intelligent, j’espère qu’il fera du bon travail, laissons lui le bénéfice du doute.


Commentaires suivants