Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

Spécial « 70e Festival mondialiste de Cannes dans l’indifférence générale »

 

 

Nous déclarons le 70e Festival de Cannes ouvert. Lily-Rose Depp baragouine à côté de Pedro Almodovar, président du jury. Tout est dit, non ?

 

Dans cet extrait de la cérémonie d’ouverture, Monica Bellucci embrasse un homosexuel. À l’heure où nous écrivons, nous ignorons si ce dernier est en bonne santé.

 

Le plus gros festival de cinéma s’est ouvert et tout le monde a l’air de s’en foutre, y compris nous. Pourtant, les organisateurs ont mis le paquet : pour la première montée des marches, culotte exhibée, seins à l’air, tétons apparents, la totale. Mais ça n’a pas réveillé d’un iota l’intérêt du peuple de France, ce monstre endormi. Il faudra faire mieux l’année prochaine. Il ne reste plus que la nudité intégrale avec ceinture de bombes pour faire croire à une quelconque subversion dans cette industrie culturelle, passée complètement sous la coupe de l’oligarchie. Cependant, si le cinéma est toujours le vecteur numéro un de l’enseignement du « bon » comportement mondial, avec comme objectif la fabrication d’un individu calculable et donc prévisible pour la dominance, les salles se vident au fur et à mesure que les films sont pompés.

Qui a envie de payer 10 euros pour se taper une pub de 90 minutes pour l’homosexualité, le féminisme, l’antiracisme, l’antifascisme, le progressisme (la franc-maçonnerie), le sionisme et l’american way of life ? Plus grand monde, et encore moins parmi les 15-25, le public chéri des producteurs et des Studios. Vous allez nous dire, Transformers 5 va encore cartonner, oui mais il faut de plus en plus de budget de production et d’investissement en marketing pour faire avaler la soupe américano-sioniste. En ce qui concerne Transformers : The Last Knight (sortie nationale le 28 juin), il a fallu 260 millions de dollars pour espérer capter l’attention du jeune public. Et ça ne fera que grimper, tant que les pontes du cinéma n’auront pas compris que l’immonde propagande qui dénature le 9e Art fait fuir les foules.

Cannes, c’est une pelletée de business, une louche de politique, et une cuillerée d’art dessous. Ce vendredi 19 mai au matin était projeté le film coréen Okja, l’histoire de la rencontre entre une petite fille et un monstre génétiquement modifié. La chose a la particularité d’être produite et diffusée (pas en salles mais pour les abonnés) par Netflix, et ça fait gronder « la profession ». Un film peut désormais être produit et diffusé à grande échelle sans passer par le filtre des salles. C’est-à-dire de la censure, politique, économique ou morale. Excitant !

 

 

La projo a été interrompue par des sifflets et un « problème de rideau », dû à une intervention divine ou à la trop humaine négligence des techniciens en charge de la séance. Pas le meilleur moyen de lutter contre cette nouvelle tendance qui fout la trouille à tout le milieu. Et la presse de suivre son maître, en bon toutou soumis…

 

 

The Meyerowitz Stories suffira-t-il à sauver la réputation de Netflix dans le monde médiatico-politique ?

Heureusement, Netflix a mis dans la balance The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach, un film choral sur une famille juive new-yorkaise. Ouf ! Mais le grand public – goy à 99% on le rappelle – se passionnera-t-il pour cette chronique familiale ultracommunautaire ? C’est tout le problème du cinéma actuel…

Le paradoxe dans cette histoire c’est que le monde du cinéma (les exploitants, distributeurs, producteurs et compagnie) voit ses règles et ses injonctions échouer devant la nouvelle consommation de films. Netflix a tué Canal+, qui a toujours fait raquer les pauvres, parce que son enrichissement était basé sur un contenu destiné aux catégories populaires. Mais à un prix qui a mis les abonnés devant un choix : soit regarder Canal, soit aller au cinéma. Au bout du compte, les Français ne vont globalement plus au cinéma (sans les cartes d’abonnement et autres opérations de promotion massive, le résultat serait pire encore), et la chaîne cryptée, assise sur son tas d’or, a dilapidé son trésor en salaires indécents et finalement perdu son public. Il est dommage que l’idée Netflix soit américaine, car elle aurait pu être européenne. Mais l’Europe est encore une métastase mondialiste…

Que ce soit dans le domaine du cinéma ou de la politique, le journaliste officiel, encarté, a montré ses limites. Il va où la dominance lui dit d’aller, et fait où on lui dit de faire. Pas le meilleur moyen de s’attirer les bonnes grâces des spectateurs et des électeurs. Il faut choisir son maître, désormais : l’Argent, ou les Gens. Et l’avenir dira qui a eu raison.

Voir aussi :

23 mai
Un jour en France : mardi 23 mai 2017
Hanouna l’homo, les (gros) nichons d’Afida Turner, Clitorine de Haas
19
22 mai
Un jour en France : lundi 22 mai 2017
France/Brésil en pots-de-vins sous-marins, les gros sponsors du Macron, L’Anne Hidalgo sur la sellette
3
18 mai
Un jour en France : jeudi 18 mai 2017
Les Patriotes de Philippot et ceux du Mossad, Didier Super se moque de l’antifascisme, Patrick Timsit se couvre
13
17 mai
Un jour en France : mercredi 17 mai 2017
Lapix croque Pujadas, Lassalle raconte, le film d’animation français
29
16 mai
Un jour en France : mardi 16 mai 2017
Francis Lalanne contre Valls, Mélenchon lorgne sur le FN, les homos de Tchétchénie
21
15 mai
Un jour en France : lundi 15 mai 2017
La cérémonie de passation de pouvoir entre Hollande et Macron, et l’effondrement du journalisme de cour
28
12 mai
Un jour en France : vendredi 12 mai 2017
Une Brigitte première dame, la France par Sylvain Tesson, les alcoolos punis de RSA
45
11 mai
Un jour en France : jeudi 11 mai 2017
Hidalgo-Aubry-Taubira ou les ruines du PS, Achtung au copyright sur la Shoah, Mélenchon le soviet cong !
14
10 mai
Un jour en France : mercredi 10 mai 2017
Valls mendie devant Macron, Cohen au mercato radio, Bloch patronne d’Inter
15
9 mai
Un jour en France : mardi 9 mai 2017
La France qui fait honte : “foodeuses” du Figaro, “interculturalité” d’Anne Hidalgo, électeurs de Macron “sans adhésion”
14
8 mai
Un jour en France : lundi 8 mai 2017
Le message de la petite Syrienne à Macron, RFI et le massacre de Sétif, la meilleure prof du monde is french
10
5 mai
Un jour en France : vendredi 5 mai 2017
Bürki à poil pour Macron, Doherty pété contre le FN, le Manouche antinazi
29
4 mai
Un jour en France : jeudi 4 mai 2017
Mgr Barbarin se couche, Loran des Bérurier Noir vote Macron, et le vrai Victor Lanoux
30
3 mai
Un jour en France : mercredi 3 mai 2017
La dernière de Kepel, la dernière de Charlie, la dernière de Décodex
15
2 mai
Un jour en France : mardi 2 mai 2017
L’abjection du collabo Stéphane Guillon, Laurent Delahousse et la manip de Yerres, Dany Boon for Macron
23
1er mai
Un jour en France : lundi 1er mai 2017
Macron la récup, la pleurniche des médias, Finky contre le shoah-business
26
28 avril
Un jour en France : vendredi 28 avril 2017
Marine fait de moins en moins peur, Macron de plus en plus
16
27 avril
Un jour en France : jeudi 27 avril 2017
Les deux candidats se préparent au grand débat du 3 mai
17
26 avril
Un jour en France : mercredi 26 avril 2017
Rions un peu entre deux tours : Valls revient, Lassalle chez Hanouna, Attali déraille
11
25 avril
Un jour en France : mardi 25 avril 2017
Autour de la fracture Marine/Macron : Fenech, Onfray, les profs d’histoire-géo
22
24 avril
Un jour en France : lundi 24 avril 2017
Deuil national : finale Hollande/Marine, suicide de la gauche, carte riches/pauvres
45
21 avril
Un jour en France : vendredi 21 avril 2017
Laetitia femme de flic, Molins et le papier tombé, le rapport attentats/élections
25
20 avril
Un jour en France : jeudi 20 avril 2017
Spécial anniversaires : Charles Maurras, Éric Dupond-Moretti, Jean Carmet et Hitler
11
19 avril
Un jour en France : mercredi 19 avril 2017
Tous aux obsèques du PS, 15 minutes pour convaincre, Joséph Macé-Scaron-Fillon
9
18 avril
Un jour en France : mardi 18 avril 2017
Sciences Po Strasbourg, Télécom Paris Tech et Université Lyon 2
9

Sur la manipulation des foules par les agents médiatiques,
lire sur Kontre Kulture

 
 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1730395
    Le 20 mai à 07:41 par Clarisse
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Quelle malchance.....après une semaine de 45 heures, je n’ai pas trouvé mieux que de faire mes courses puis de me dire qu’encore une fois il serait temps que je fasse ma déclaration d’impôts avant qu’il ne soit trop tard. Ouf ! je l’ai échappé belle, en toute logique, l’année prochaine, un chien ou un âne devrait se faire sodom**** à la montée des marches par une association revendiquant l’amour entre les espèces pour attirer l’attention....mais ce n’est pas si sur car nous, pauvre petit peuple minable, pataugeons dans le réel.

     

    Répondre à ce message

  • #1730405
    Le 20 mai à 08:31 par Chuchemimb
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Cannes, un des lieux de recrutement horizontal des futures actrices, comme le sous entendait Mocky.

     

    Répondre à ce message

  • #1730408
    Le 20 mai à 08:33 par Tatiebaba
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    La belle Bellucci qui viole un homosexuel....La prochaine fois c’est quoi ? "Enculage" en direct ? Quoi que ça on l’a déjà eu aux présidentielles, c’est fait. Que cette société me fatique. Ah je vais revoir la vidéo de LASSALE racontant son premier acte de maire, un peu d’air frais !!

     

    Répondre à ce message

  • #1730427
    Le 20 mai à 09:56 par Héliographe
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Le cinéma, c’est quoi déjà ?

     

    Répondre à ce message

  • #1730429
    Le 20 mai à 10:06 par coyoterevolte
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Combien de "stars" et surtout de producteurs ont fait construire une base autonome durable. Le figaro et quelques autres merdia-menteurs ont relayé en décembre 2016 que le marché des BAD fonctionnait chez les riches du cinéma : Info ou intox ?
    Contradiction de vendre du rêve et de chanter cette douce berceuse de la dolce vita alors que l’on se prépare au pire (guerre civile, guerre mondiale et épidémie). Mais ça explique le cube de béton du pestival de Cannes destiné à être un bunker plutôt qu’une oeuvre architecturale en hommage au beau et à l’harmonie.

     

    Répondre à ce message

  • #1730430
    Le 20 mai à 10:11 par réfractaire
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Quand on est un goy, aller au cinéma c’est presque toujours PAYER pour se faire foutre de sa gueule . Non merci .

     

    Répondre à ce message

  • #1730443
    Le 20 mai à 10:34 par Topaze
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Cela fait longtemps que le cinéma a disparu à Cannes .Il ne représente plus rien .Il est mort, mais on ose le dire .Il ne reste que des souvenirs d’acteurs ,de fête ,du grand cinéma que les Français ont connus .Cela avait de la gueule ! actuellement ,c’est devenu un ramassis de gravats se pavanant devant un escalier en essayant de devenir célèbre pour un soir . Cannes n’a plus aucun sens, et ne fait plus rêver .C’est devenu un rituel ou l’essentiel a disparu ,la lumière .

     

    Répondre à ce message

  • #1730452
    Le 20 mai à 10:50 par Lancien
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    En effet, nous qui étions des cinéphiles patentés, au fil du temps nous nous sommes complétement éloignés de ce divertissement, de plus en plus orienté, et transformé en service de propagande mondialiste, pour abrutis moyens.

    Nous sommes très loin des films de qualité des années 60, 70, voir 80, où le cinéma était encore un art attractif. Hormis de très rares films, le cinéma est devenu affligeant de niaiseries.

    Alors, vu que nous n’avons plus de télévision non plus par choix, nous nous sommes tournés vers des divertissements sains, dont la lecture d’ouvrages choisis.

     

    Répondre à ce message

  • #1730485
    Le 20 mai à 11:44 par GERARD R.
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Si encore, elle avait embrassé Depardieu, elle aurait économisé l’apéro... LOL

     

    Répondre à ce message

  • #1731027
    Le 21 mai à 09:19 par patxi
    Un jour en France : vendredi 19 mai 2017

    Merci la rédac, j’ai dévoré votre article fleuri d’épices

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents