Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Qui a laissé tomber Charlie ?

À ce jour, personne n’a été capable de fournir une explication crédible concernant l’allègement de la protection dont bénéficiait Charlie Hebdo. Alors qui a laissé tomber Charlie ?

Si Charlie a été ovationné par l’entièreté de la classe politique française, qui en a d’ailleurs profité pour organiser une véritable « mise en scène » selon Jacques Attali, le journal n’a pas toujours fait l’unanimité. En 2013, Charlie Hebdo avait notamment fait les frais d’une véritable campagne de dénigrement dans la presse arabe fomentée par le conseiller de François Hollande, Faouzi Lamdaoui. Quant aux services policiers, eux aussi impliqués dans l’affaire Lamdaoui, ils n’ont semble-t-il pas été écoutés par ce même pouvoir politique lorsqu’ils montraient leur mécontentement. De même, ils n’étaient manifestement pas pris au sérieux par leur hiérarchie lorsqu’ils dénoncaient des mouvement suspects rue Nicolas Appert.

Mise en cause par Éric Stemmelen, l’un des fondateurs du SPHP, qui réclame la constitution d’une commission d’enquête parlementaire, la protection de la rédaction de Charlie Hebdo était assurée par le SDLP (Service de la Protection) chargé de la sécurité du dessinateur Charb et par la Préfecture de police de Paris pour ce qui concerne la surveillance des locaux du journal. Laurent Nunez a été nommé en septembre 2012 au poste de directeur de cabinet de la préfecture de police de Paris sur demande de Manuel Valls et contre l’avis d’Alain Bauer, pour qui « il fallait un policier ». Auparavant sous-préfet de Bayonne, ce quasi-inconnu a ainsi obtenu un poste stratégique décrit par les auteurs de Valls à l’intérieur comme « la clé de voûte du système policier dans la capitale [par lequel] toutes les informations passent ». Mais comment ces précieuses informations ont-elles été exploitées dans le cas de la protection de Charlie Hebdo, dont était responsable Laurent Nunez ? Le lendemain de la tuerie, il assurait au journal Le Monde que ces derniers temps la menace contre Charlie avait « semble-t-il baissé ». Des propos appuyés par Gérard Biard, collaborateur de Charlie Hebdo, qui indiquait lui-aussi au quotidien que « les menaces étaient ressenties de façon moins forte ces derniers temps ». « Ressenties » certes mais il ne s’agit là que du simple sentiment d’un journaliste qui n’est pas habilité secret défense ni même policier.

Remettons-nous dans le contexte : les pointeurs de l’antiterrorisme sont au rouge, comme l’avait fait remarquer le président de la Commission des lois Jean-Jacques Urvoas à l’Assemblée nationale en juillet 2014. Et la couverture de Charlie Hebdo du 1er octobre 2014 avait visiblement ravivé les menaces et réactivé la protection « statique », comme l’a expliqué Laurent Nunez : « Lorsqu’il y avait un numéro un peu sensible, il nous appelait et on repassait en garde statique », ce qui fut le cas en octobre selon Le Monde. Mais seulement pour quelques jours, suite à quoi la surveillance est repassée sur un mode de protection dite dynamique (soit, en fait, une surveillance resserrée par des rondes et patrouilles qui passaient toutes les demi-heures).

En réalité, les menaces contre Charlie, loin d’avoir diminué, étaient au contraire en pleine recrudescence d’après Chloé Wotier du Figaro, qui a écrit dans les colonnes du quotidien le 8 janvier 2015 : « Certaines sources évoquent un surcroît de menaces contre Charb depuis quelques jours. » Idem pour la journaliste du JDD présente sur les lieux de l’attaque : une source policière lui aurait confié (ici à 13h48) que « des menaces récentes à l’encontre de Charlie Hebdo avaient été enregistrées ». De plus, un signalement concernant deux hommes menaçants qui arpentaient la rue Nicolas-Appert à la recherche des locaux de Charlie Hebdo avait été déposé quelques mois plus tôt au commissariat par un journaliste. Et les témoignages dans ce sens abondent, en premier lieu du corps policier. Selon Rocco Contento, responsable Unité SGP police à Paris, Charb était visé par des menaces « de plus en plus importantes depuis quelques jours ». Mais malgré ces menaces, seules trois patrouilles de police avaient fait leur ronde devant les locaux de Charlie Hebdo le matin de l’assaut, offrant aux assassins une fenêtre d’intervention pour leur macabre projet. Qu’est-ce qui a concrètement conduit à l’inexplicable allègement de la sécurité de la rédaction ?

Lire la suite de l’article sur attentatsdeparis.over-blog.com

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1118701
    le 13/02/2015 par tetsuo
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    Et si c’etait une intervention divine ? Apres tout, l’accès à la salle de redaction de Charlie Hebdo etait un vrai labyrinthe, dans une rue qui est cul de sac, en plein Paris. Les freres Kouachi avait meme pas 1% de chance de reussir leur operation. Ils se croyaient en parfaite securité, mais ils ne peuvent rien contre le destin. Et si leur heure à étée decidée, c’est pas leur gribouillis scatologiques qui allait les sauver. Je suis meme persuadé qu’ils ont choisi d’attaquer mardi totalement par hasard.

     

  • #1118705
    le 13/02/2015 par nicolas
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    Tout cela a été possible car cela a été rendu possible. c’est tellement évident.

     

    • #1118791
      le 13/02/2015 par Léa
      Qui a laissé tomber Charlie ?

      Tout à fait, d’où mon incompréhension totale face à cette soudaine (mais éphémère) montée de Hollande dans les sondages, alors que ça aurait dû être exactement l’inverse : conspuer ces incompétents (voire ces complices mais là aucune preuve), car ce sont a minima des incompétents, et que déclarer comme l’a fait Valls à la jeunesse qu’il faut s’habituer pour un certain nombre d’années au terrorisme, ça mérite a minima un jeter de tomates et un dégageage manu militari dans la huée générale car c’est juste pas possible d’avoir des guignols pareils à la tête de la France.


    • #1118859
      le 14/02/2015 par le corbeau
      Qui a laissé tomber Charlie ?

      Avec du recul c’est exactement la même réflexion que je me suis faite , j’ai l’impression qu’il était impossible d’éviter cette tragédie car le pouvoir malsain Américano-sioniste en a voulu ainsi ...
      Même en leur communicant des informations capitales dans le but d’éviter ce massacre cela n’aura jamais abouti .
      Cette mise en scène ils en avaient besoin et toutes les répercussions leurs sont lucratifs.
      Tel une inertie incontrôlable ou innarêtable malgré la meilleure volonté du monde ,les forces du mal étaient en action et nul ne pouvait fléchir leurs malsaines motivations .


  • #1118799
    le 14/02/2015 par Robin
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    On nous parle de Charlie qui se serait attaqué à toutes les religions, mais à part les caricatures de Joe le Corbeau dans Shoah Hebdo, je ne vois rien concernant le judaïsme, quelqu’un sait si ils s’en sont vraiment moqués ?

     

  • #1118892
    le 14/02/2015 par Lindia-song
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    Sur la photo qui illustre cet article (en haut à droite), on voit justement le moment où les frères Kouachi se sont trouvés nez-à-nez avec une voiture de police : qu’ont fait les policiers ? Ils ont reculé et laissé partir la voiture des tueurs, comme on peut le voir sur le film, au lieu de leur tirer dessus, voire de les abattre.

    Quand bien même une voiture de police eût stationné en bas de Charlie Hebdo, je doute personnellement qu’elle eût constitué un obstacle insurmontable pour les assaillants déterminés, et en formation de commando de guerre, vu que les policiers n’arrêtent même pas vraiment de vulgaires braqueurs, éventuellement poursuivis dans tout Paris, après qu’on les eût laissés s’échapper, en leur tirant vaguement dessus, sans jamais les neutraliser.

    La vérité est que la Police est châtrée, par un pouvoir exécutif constitué de bobos, eux-mêmes à l’abri de la délinquance qui frappe de plein fouet les citoyens ordinaires que nous sommes. L’épisode Taubira au Ministère de la Justîce, en est l’un des symptômes criants mais qui ne déroge pas à la politique menée depuis des décennies, et qui a abouti à livrer les Français aux voleurs et aux meurtriers, tout en leur interdisant le droit de se défendre, voire même de se prévaloir de la légitime défense (commerçants systématiquement incarcérés, après avoir tiré sur les agresseurs, au lieu d’être félicités).

    Lire les bouquins de Xavier Raufer, éminent pénaliste et criminologue mais qui n’a pas "la langue de bois"....


  • #1119094
    le 14/02/2015 par avatar
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    A eux le profit politique, aux autres les dégâts. Grands tacticiens, médiocres stratèges. Ce sont des destructeurs, pas des constructeurs.


  • #1119637
    le 15/02/2015 par anonyme
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    Je voulais savoir, y a-t-il (déjà) eu des promotions (comme ça c’est déjà vu pour d’autres événements) là où il y aurait du y avoir autre chose ???


  • #1122597
    le 18/02/2015 par Soldat du Christ...
    Qui a laissé tomber Charlie ?

    « Dommage Collatéral !! »