Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Qui est Věra Jourová, vice-présidente de la Commission européenne ?

Femme politique tchèque la plus connue à l’échelon européen, présente depuis des années sur la scène politique de l’Union européenne mais aussi en Tchéquie, son œuvre s’apparente, en réalité, à un véritable travail de censure et de répression, ce que dénoncent régulièrement les pays du V4. Et pourtant, elle est membre du parti du Premier ministre tchèque Andrej Babiš. Qui est Věra Jourová, vice-présidente de la Commission européenne, « chargée des Valeurs et de la Transparence » ? Portrait.

 

Née le 18 août 1964 à Třebíč dans l’ancienne Tchécoslovaquie communiste (actuelle Tchéquie), cette femme politique est membre du groupe politique ANO 2011 dont le président n’est autre que le Premier ministre tchèque actuel Andrej Babiš.

Diplômée en 1991 de l’Université Charles de Prague, où elle obtient une maîtrise en théorie de la culture, elle décroche un poste, dans sa ville d’origine, de directrice-adjointe du centre culturel municipal. Elle y travaille à regrouper toutes les institutions culturelles en une seule entité. Puis elle devient secrétaire du bureau municipal de Třebíč, où elle commence à s’occuper du développement du quartier juif, inscrit sur la liste de l’UNESCO en 2003. Une activité qui l’amène très tôt à développer des liens avec le lobby pro-israélien qui l’amèneront notamment en octobre 2019, alors qu’elle exerçait le poste de Commissaire européenne à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des genres (2014-2019), à se réjouir d’une résolution du parlement tchèque condamnant le boycott d’Israël comme une forme d’antisémitisme.

Cette euro-fédéraliste convaincue oriente sa carrière vers l’UE à partir de 2000, lorsqu’elle rejoint la société de conseil DHV, où elle travaille sur des projets qui touchent aux ressources humaines, au développement régional, à la politique économique et aux fonds européens. Entre 2001 et 2003, elle travaille en tant que chef du département de développement régional dans la région de Vysočina. Après avoir quitté le bureau régional, elle officie en tant que sous-ministre du développement régional. Selon Jiří Paroubek, Premier ministre tchèque de 2005 à 2006, elle a été démise de ses fonctions après des plaintes répétées du ministre de l’époque Radko Martínek, qui la qualifiait d’incompétente.

Du 13 octobre au 16 novembre 2006, elle est mise en détention dans une affaire de corruption, appelée l’affaire Budišov. Toutefois, la justice ne parvient pas à prouver la corruption de Mme Jourová et les poursuites prennent fin lors de l’été 2008. Elle obtient même 3,6 millions de couronnes tchèques (env. 140 000€) de réparation de la justice. Selon le journaliste d’investigation Janek Kroupa, qui a signalé l’affaire et qui s’est consacré à elle pendant plusieurs années, le verdict s’explique avant tout par le travail brillant des avocats de l’accusée et par une faiblesse absolue des moyens à disposition de la police. Le journaliste souligne bien que Věra Jourová n’a jamais porté plainte contre lui et que le contenu de son reportage était véridique.

Věra Jourová fait ses premiers pas en politique en 2003 auprès du Parti social-démocrate tchèque (ČSSD) qu’elle quitte en 2006. En 2009, elle se présente aux élections européennes puis aux élections législatives tchèques de 2010 sous l’étiquette du Parti démocrate européen. Ayant échoué à conquérir un mandat, elle quitte le parti pour rejoindre ANO en 2011, parti quelque peu hors système fraîchement lancé par l’homme d’affaires Andrej Babiš. Lors des élections législatives anticipées des 25 et 26 octobre 2013, elle est élue à la Chambre des députés. Le 29 janvier 2014, elle est nommée ministre du Développement régional. Proposée par le gouvernement tchèque comme candidate, elle est désignée le 10 septembre comme commissaire européen à la Justice, aux Consommateurs et à l’Égalité des genres. Le 26 août 2019, le deuxième gouvernement d’Andrej Babiš approuve sa nomination au poste de commissaire européen pour la période 2019-2024. Début septembre 2019, la future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, annonce que Věra Jourová sera vice-présidente de la Commission européenne et chargée du respect des valeurs de l’Union européenne et de la transparence. Elle prend officiellement ses fonctions le 1er décembre 2019. Une ascension assez fulgurante qui interroge, de même que le soutien du Premier ministre tchèque, malgré les attaques répétées contre les membres du V4.

Ayant accédé à de très hautes fonctions au sein de l’UE, elle se montre particulièrement offensive à l’égard de la Pologne et de la Hongrie pendant son mandat. Mme Jourová a en 2018 attaqué plusieurs pays, et en particulier la Hongrie, les accusant de mettre en danger « la société civile » – comprendre, les ONG, en particulier celles de la galaxie Soros. Plus récemment, concernant par exemple les mesures adoptées par la Hongrie et la Pologne lors de la crise du coronavirus, elle déclare que « le virus doit être tué mais la démocratie doit survivre », reprenant une narration des oppositions libérales et de la presse progressiste occidentale, omettant que le président français Macron s’était vu confier plus de pouvoirs extraordinaires que les premiers ministres polonais ou hongrois dans cette crise. Cette virulence envers la Hongrie et la Pologne s’explique visiblement par son allégeance aux réseaux qui lui ont permis d’accéder aux plus hautes fonctions. Le média hongrois Origo a révélé que la politicienne tchèque a rencontré le milliardaire George Soros, ainsi que ses représentants de l’Open Society Foundations à de nombreuses reprises (précisément 11 fois !) entre 2014 et 2019, et son équipe, sur la même période, a également reçu des représentants de ses organisations sept fois. En 2017, elle défend avec véhémence l’Université d’Europe Centrale, financée par M. Soros, qui est en litige avec le gouvernement hongrois. Cette connexion avec les réseaux Soros n’est pas un secret : en 2017, Věra Jourová avait posté sur son profil Twitter la photo ci-dessous, avec le commentaire suivant :

« Nous avons discuté de la situation des droits fondamentaux en Europe avec George Soros. Les valeurs de l’Open Society sont au cœur de l’action de l’UE ».

 

 

Sur la question des migrants, elle avait notamment tenté de censurer Matteo Salvini en 2018 parce qu’il avait dénoncé dans un tweet une bande de migrants d’Afrique du Nord qui avait agressé sexuellement une fille de 13 ans à Venise. Elle soulignait alors qu’un tel tweet participait d’un discours de haine et qu’il pouvait inciter à la violence. Elle souhaitait ardemment que de tels tweets dénonciateurs soient effacés dans les 24 heures. Sur la question des quotas de migrants, elle avait été épinglée et mise en difficulté par le politicien tchèque Petr Mach qui dénonçait le travail particulièrement néfaste de la Commission européenne à ce sujet.

Contrairement à ce que prétend Mme Jourová, elle ne réclame pas simplement plus de transparence, mais cherche donc bien à réguler les contenus en ligne. L’épisode avec Matteo Salvini et sa proximité assumée avec les réseaux Soros, ne font que montrer à quel point elle affectionne l’hypocrisie et de quelle manière elle est prête à renvoyer l’ascenseur aux gens qui l’ont mis en place, dès que l’occasion se présente, en choisissant systématiquement de s’attaquer aux pays qui font preuve de la moindre insoumission à l’égard de Bruxelles. Mme Jourová s’apparente ainsi à un véritable cheval de Troie de la politique tchèque, officiellement rattachée au pro-V4 Babiš, mais en réalité véritable agent de la Société Ouverte de George Soros.

Alimuddin Usmani

 

Cliquez sur la couverture pour vous procurer
La Grande Invasion d’Alimuddin Usmani :

Voir aussi, sur E&R :

 
 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2545541

    La présidente de l UE Ursulla a de la descendance marchand d’esclave et d’anciens nazis ! Cette UE hors sol que de Gaulle a tant combattu est l’aboutissement d’un long projet d’esclavagisme des populations.

     

    Répondre à ce message

  • Cette femme que je ne connais pas, et je ne dois pas être le seul, se trouve vice-présidente de la Commission européenne .C’est tout de même un comble .cette personne qui depuis des années sur la scène politique de l’Union européenne dont son œuvre s’apparente, en réalité, à un véritable travail de censure et de répression, et excusez du peu « chargée des Valeurs et de la transparence »non élue (il faut tout de même préciser) prise en photo avec Soros son fils, il ne manque plus que le chien et la femme, pire ennemi de l’Europe et représentant de l’oligarchie mondialiste .Quelle belle brochette et représentativité de cette kommandantur .Je dirais plutôt effrayant !
    Ces gens-là mènent le monde sans demander la permission et en plus avec notre pognon. Ne cherchons plus nos ennemies ? parce que les collabos on les connaît .

     

    Répondre à ce message

  • #2545550
    Le 13 septembre à 14:22 par Jean-Jacques bourrin
    Qui est Věra Jourová, vice-présidente de la Commission européenne (...)

    Logique, l’UE c’est l’OTAN donc le pentagone qui a pour mission de détruire l’Europe au profit de la communauté dont ils sont les esclaves éternels.

     

    Répondre à ce message

  • #2545554
    Le 13 septembre à 14:32 par mineur de 28 ans
    Qui est Věra Jourová, vice-présidente de la Commission européenne (...)

    les petits laquais, les petites mains de Soros qui font le boulot

     

    Répondre à ce message

  • le QG de Soros en Europe est a Berlin ? il s est fait viré de Hungary son pays natal qui ne veut plus de lui

     

    Répondre à ce message

  • Tentative de recréer une sorte de maoïsme désindustrialisé, féminoïde, pas féminin, pipelette, qui met son nez partout en ne comprenant rien, mais d’une hypocrisie incroyable, régnant sur des désemployés (à supprimer progressivement) et des esclaves de préférence non européens à la base, européens (rares) et asiatiques pour la recherche et la trouvaille, le dévouement au travail et à la création. Maoïsme prétentieux (veut s’égaler aux dieux) gérant l’humanité (tous et chacun) comme un programme d’ordinateur. Clic je te fais, clic je te tue.La dernière intervention de Laurent Alexandre fait rire tout le monde (jaune). Les vieux y sont décrits comme personnes ne pouvant espérer qu’une "vie résiduelle" ; et donc bonnes à se faire vacciner prioritairement avec des substances non testées, comme des lapins.
    Les appartichikas, incompétentes, corrompues, soutenues de tous côtés, sont la règle dans cet univers en expansion, trop gonflé, qui va péter. Hyper-dociles car éternellement coupables de malversations ou pire, toujours aux ordres.
    Avec généralement le même type physique ramassé, petites mains grasses et courtaudes, gros mollets. Voir la Svetlana biélorusse, la mairesse de Paris, etc. Aucune finesse, en rien.

     

    Répondre à ce message

  • #2545609

    Encore un 1001ème argument pour sortir de cette horreur qu’est l’UE. Ceux qui n’ont toujours pas compris qu’il faut absolument détruire cette UE je ne sais pas ce qu’ils ont dans les yeux ! Et pourtant y’en a pleins même chez les gilets jaunes.

     

    Répondre à ce message

    • #2545714

      La plupart des gens sont des consommateurs avec une mentalité de consommateurs : vision court termiste, et de plus en plus incapable de penser le monde et la politique, et ne le voulant pas d’ailleurs, préférant s’évader via le foot ou Netflix.,,

       
  • #2545726

    Il est possible que certains migrants commettent des crimes en espérant aller dans le confort des prisons européennes (dont à cause de l’interdiction de la peine de mort), et que d’autres fatigués et fortement désœuvrés commettent des meurtres en espérant mourir sous les balles des policiers suite à un ras le bol de vivre dans notre monde gravement injuste et individualiste, comme à notre époque des citoyens français craquent psychologiquement et des paysans se suicident (plus honorablement si on peut dire que ceux qui commettent un meurtre avant)...

     

    Répondre à ce message

  • #2545745

    Merci à Monsieur Alimuddin Usmani de nous éclairer sur cette "collaboratrice" de l’ignoble SOROS.

    Cette analyse conforte, si cela était encore nécessaire, que l’UE, a été pensée pour s’accaparer des nations européennes, et d’exploiter leurs populations. Cette situation ne pourra pas être éternelle, car elle est devenue insupportable.

     

    Répondre à ce message

  • #2545995

    La même grosse tête de poire trop mure qu’Agnès Buzyn...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents