Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réédition Kontre Kulture : Le Testament politique de Hitler, d’Adolf Hitler

Le 16 janvier 1945, alors que les troupes soviétiques marchent sur Berlin, Adolf Hitler s’installe au Führerbunker situé sous les bâtiments de la chancellerie du Reich, rejoint par sa compagne Eva Braun et quelques-uns de ses plus proches collaborateurs, dont Martin Bormann.

 

Du 4 au 26 février, lucide mais avec amertume, le chancelier évoque les événements passés, les accords de Munich, les ennemis du national-socialisme, la guerre inéluctable, mais aussi ses alliés, sa vision des peuples et de l’Europe qu’il avait espéré unifier. Il dit sa déception de n’avoir pas pu convaincre les Anglais, ce peuple frère, de se rallier à son projet, réaffirme sa méfiance envers la France à l’égard de laquelle « l’erreur de notre politique a été la plus complète  ». Bien qu’analysant l’alliance italienne avec sévérité, il confirme son amitié envers Mussolini, témoigne de son estime pour le Japon et se demande une dernière fois : a-t-il eu raison de tenir l’Espagne écartée du conflit ? la date choisie pour entrer en guerre contre la Russie était-elle judicieuse ?

Au-delà de ces considérations stratégiques, le chancelier revient également sur son projet, non seulement social mais civilisationnel d’une Europe indépendante, aussi bien des États-Unis que de la Russie soviétique. Mais pour cela, dit-il, «  nous avions besoin de la paix », cette paix qui « eût permis de tenir les Américains à l’écart des affaires de l’Europe ». Puis, après plus d’un mois d’interruption, dans une dernière note, il envisage avec douleur le futur d’une Allemagne qu’il sait vaincue.

Le 29 avril, il épouse Eva Braun et dicte deux documents à sa secrétaire, son Testament politique et son Testament privé, avant de se suicider le 30 avril.

Ce sont ces notes, consignées par Martin Bormann, et ces deux testaments qui sont réunis ici.

Le Testament politique de Hitler,
à se procurer chez Kontre Kulture :

 

 

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Hitler s’est lourdement trompé concernant les anglais, ce soi-disant peuple frère avec qui il pensait pouvoir négocier une paix séparée sur le dos des français, et même sur le dos des américains, qu’il croyait suffisamment occupés avec les japonais.
    Dans le fond, Hitler est un nostalgique du passé, un nostalgique de la grande Allemagne impériale, Bismarck, Guillaume II, etc.Mais c’était fini, l’histoire ne repasse pas les plats, comme disait si bien Marx.
    Quand on rate le coche, c’est pour toujours, on ne peut refaire Bouvines à l’envers.

     

    • JL29, vous dites : "Hitler s’est lourdement trompé concernant les anglais, ce soi-disant peuple frère avec qui il pensait pouvoir négocier une paix séparée sur le dos des français, et même sur le dos des américains."

      Oui, je suis entièrement d’accord. Mais pour que le peuple anglais soit un "soit-disant peuple frère" il aurait fallu que les Anglais le disent eux-mêmes ("nous les Anglais nous sommes le peuple frère de l’Allemagne"). Vous avez voulu dire "ce prétendu peuple frère" (prétendu tel par quelqu’un d’autre, en l’occurrence Hitler).

      Par contre, vous dites aussi : "Dans le fond, Hitler est un nostalgique du passé, un nostalgique de la grande Allemagne impériale, Bismarck, Guillaume II, etc."

      Mais non, pas du tout, sur ce point je ne suis pas du tout d’accord. Relisez Mein Kampf, cette fois en y prêtant un peu plus d’attention, et vous comprendrez mieux quelle est sa position.


  • Rien de plus passionnant que d’aller directement à la source. Autre chose que les sempiternelles débilités sur le sujet.

     

  • Son erreur est d’avoir méprisé la France et adoré l’Angleterre. Il l’a payé au prix fort.

     

    • Je pense qu’il a été clairement prémédité de maintenir la France et l’Allemagne en discorde via le traité de Versailles. Ce fut un traité cruel et ce fut cette cruauté qui inspira la seconde après la première ; la première venait de terminer que déjà la seconde était en gestation.

      C’est parce que la France n’était déjà plus chrétienne qu’elle a permis qu’un tel traité écrase le peuple allemand, sinon elle aurait fait preuve de compassion et de charité. Dès que Hitler parle de la France c’est ce traité qui reste devant ses yeux, sans parler du fait que ce fut lui son moteur politique donc que même politiquement était de son intérêt de le brandir pour souder derrière lui. Dénoncer ce traité c’est dénoncer la France, mécaniquement.


    • Non Igor. Justement. Relis le testament de Hitler. Il est dans une quête antifrancaise qui dépasse le traité de Versailles, qui justement n a pas été suffisamment "cruel". La résolution de la guerre de 1870 , au détriment de la france, avait été bien plus "cruelle". Et pourtant les francais ne se sont pas perdus dans une distorsion de la réalité. Ils voulaient récupérer l’Alsace Lorraine c’est vrai, mais pas détruire l allemagne.

      Dans son esprit la France était
      "L’ennemi mortel de l’allemagne", elle était obsédée par l idée de maintenir l’allemagne sous son joug...il fallait s "allier avec n’importe qui pour écraser la france"...en particulier l angleterre. Mais aussi les soviétiques, les sionistes, les américains, tout le monde si tu lis son testament...

      Les francais ne sont pas des enfants de coeur. Mais cette analyse était biaisée . Les francais n’ont pas plus mis en danger les allemands que l’Allemagne la France. En particulier après 1918 la France n’était plus un danger. Et "l’horrible traité de Versailles", qui a été dominé par les frères Warburg, l’un negociant pour l allemagne et l’autre pour les états unis, n’a pas empêché l’Allemagne de redevenir une puissance mondiale en très peu de temps...

      C’est la france qui a été dupée dans le traité de Versailles, avec clémenceau qui n a pas obtenu ce qu’il voulait...

      L’erreur stratégique de Hitler est de s’être focalisé uniquement sur la france. Et la bourde monumentale des français est de s être laissé entraînés dans une guerre que le peuple ne voulait pas faire et pour laquelle l armée n’était pas prête. Alors que hitler avait affiché ses intentions par écrit dans mein kampf mais aussi dans son deuxième livre ici présenté . Livre qui si il n’a pas été publié de son vivant (précisément pour ne pas éveiller la population française au danger qui se tramait), était connu de l’espionnage français. Et c’est impardonnable .



    • s "allier avec n’importe qui pour écraser la france"...en particulier l angleterre. Mais aussi les soviétiques, les sionistes, les américains, tout le monde si tu lis son testament...




      Soit. Alors c’est encore pire que ce que je pensais...


    • Rectification : je parle du deuxième livre de Hitler, écrit dans les années 30 mais jamais publié de son vivant et non pas du testament de Hitler ici présenté.


    • @zuleya, le Diktat de Versailles qui n’a pas été suffisamment cruel... Qu’est-ce qu’il faut pas lire. A coté de ce torchon, même l’opération Gomorrhe passerait pour un acte noble !


    • Borussia, c’est mon avis pour être un peu taquin que le traité de Versailles n a pas été assez loin. Mais ce qui est clair est que cest la propagande allemande qui parlait de diktat et les francais ne doivent pas par principe la reprendre à l unisson.

      La propagande de goebbels se basait sur le fait que les allemands étaient convaincus de ne pas avoir perdu la 1ere guerre. En réalité ils l avaient absolument perdue, mais leur gouvernement a été assez malin d e crier "pouce !" Avant que les armées étrangères ne déferlent sur l allemagne sans défense. Et les alliés ont été bêtes de signer l armistice trop vite. La encore la France, et pétain en particulier, étaient contre cete précipitation et défendaient l’idée d occuper le pays avant de signer quoi que ce soit, et d y aller suffisamment fort pour que l allemagne ne soit pas un danger moins de 25 ans plus tard. Mais les anglo américains n’étaient pas d accord et ce sont eux qui ont été responsables du traité dans sa forme finale, et c’est le deuxième mensonge de la propagande allemande qui a attribué le "diktat" aux français...


    • @zuleya Je me demande où tu vas chercher tout ça...


    • Borussia, penses-tu que l allemagne avait gagné la 1ere guerre mondiale ? Tout vient de là dans le désaccord que l’on a.
      Parceque dans la loi de la guerre, a cette epoque là, le perdant payait plein pot.

      En 1870 ou en 1940, la france à banqué et bien plus que pour le traité de Versailles. Et je n’ai encore jamais entendu de français parler de " diktat" à ces sujets.

      Et la façon dont à été traitée l allemagne en 45 et depuis 70 ans me paraît bien plus forte que le traité de Versailles. Le traité de Versailles fait partie de la manipulation et de la domination actuelle pour ne pas comprendre les rapports de forces réels.


  • Pourquoi il n’a pas voulu entraîner Franco dans la guerre :

    « Ainsi nous serions-nous trouvés liés à la vie à la mort avec un régime qui moins que jamais a ma sympathie, un régime de profiteurs capitalistes manœuvrés par la prêtraille !
    Je ne puis pardonner à Franco de n’avoir pas su, la guerre civile achevée, réconcilier les Espagnols, d’avoir mis à l’écart les phalangistes à qui l’Espagne doit l’aide que nous lui avons donnée, et d’avoir traité comme des bandits d’anciens adversaires qui étaient fort loin d’être tous des rouges. Cela n’est pas une solution de mettre la moitié d’un pays hors la loi tandis qu’une minorité de pillards s’enrichit aux dépens de tous avec la bénédiction du clergé.
    Je suis certain que parmi les prétendus rouges espagnols il y avait très peu de communistes. Nous avons été trompés, car jamais je n’aurais accepté, sachant de quoi il s’agissait réellement, que nos avions servissent à écraser des faméliques et à rétablir dans leurs horribles privilèges les curés espagnols. »

    A méditer.


  • Le nazisme a été condamné par l’encyclique Mit brennender Sorge (en allemand, traduit par Avec une brûlante inquiétude) du pape Pie XI, publiée le 10 mars 1937 (mais portant la date du 14 mars).

    Extraits de l’article Wikipédia :

    "Le 20 juillet 1933, après plusieurs années de négociations avec la République de Weimar, Pie XI signe avec le chancelier Hitler un concordat garantissant certains droits à l’Église catholique, en particulier en matière d’enseignement confessionnel. Très vite cependant, les nazis ne respectent pas leurs engagements. Lors de la nuit des Longs Couteaux, des dirigeants d’organisations catholiques sont tués. Les persécutions démarrent ensuite. Le cardinal Pacelli, futur Pie XII (alors cardinal secrétaire d’État), adresse en vain, de 1933 à 1939, 45 notes de protestations au gouvernement allemand." [...]

    "L’encyclique constate le non-respect par la partie allemande du concordat de 1933 et les persécutions dont souffrent les catholiques allemands.

    Elle souligne :

    Le néo-paganisme imposé à l’Allemagne
    Le rejet imposé de l’Ancien Testament
    Le mythe du « Sang et de la Race » et le culte du chef
    Le danger d’une Église nationale
    Le non-respect des droits
    La propagande anti-chrétienne
    L’encyclique enfin invite à la résistance." [...]

    « Plusieurs historiens relèvent la force du langage employé. Ainsi, pour Anthony Rhodes, l’encyclique « contient l’une des dénonciations les plus virulentes contre un régime national jamais prononcée par le Vatican. Alors que la pensée dominante accuse aujourd’hui le futur Pie XII de passivité durant la guerre, il a fait partie des "whistleblowers" avant même que la France n’aille à Munich. Son langage vigoureux contre le nazisme contraste avec le ton habituellement employé dans la rédaction de ce type de documents. »

    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mit_b...

     

    • Le national-socialisme et le mouvement des Chrétiens allemands voulaient établir un christianisme positif déjudaïsé, donc débarrassé de l’Ancien Testament et des écrits enjuivés de Paul de Tarse et inséré dans la spiritualité païenne du national-socialisme, c’est-à-dire une spiritualité immanente et holiste. Face à ces attaques contre la foi chrétienne, le texte protestant marque un retour au sources du christianisme : la Parole de Dieu et la vérité transcendante de l’Ecriture Sainte. C’est une redécouverte des confessions de la Réforme. Il s’oppose non seulement aux Chrétiens allemands, mais aussi à tout le syncrétisme moderne qui l’a rendu possible. La déclaration de Barmen est un texte de 1934 à tendance œcuménique qui regroupe plusieurs tendances du protestantisme allemand. Cette déclaration théologique de Barmen est l’acte fondateur de l’Église confessante qui s’oppose au mouvement orienté vers le national-socialisme des soi-disant chrétiens allemands. C’est en conséquence un texte écrit en résistance à la théologie moderne et immanente des chrétiens allemands et au paganisme du national-socialisme.


  • Plusieurs points, que l’on sait, ce sont les mêmes qui ont payé et soutenu les adversaires..... Je ne vous fais pas un dessin.... En ce qui concerne Franco, il était d’origine juive, qui le sait ? Qui ose l’avouer ???? D’ailleurs Hitler nous avons un doute sur ses origines... Bref, je vous invite à lire les bouquins de Peter Knight....Tout est lié nazisme, sionisme, communauté qu’on ne peut nommer, franc maçonnerie etc etc, ce monde n’est qu’un théatre avec plusieurs facettes, plusieurs instruments dans sa poche !


  • Non, Liz, Franco n’était pas juif. Hitler avait demandé à Heydrich de mener une enquête sur ce sujet mais elle n’a rien donné.


  • Croire que l’Angleterre des Rothchild serait une alliée de l’Allemagne nationale socialiste...Tragique erreur.


  • Hitler s’est fait piéger dans une guerre à 2 fronts.
    Il croyait que le clan des Windsor (cliveden set) en Angleterre allait déposer le va-t-en guerre Churchill.
    Il n’a pas compris que les élites anglo-américaines étaient liées à la finance internationale.