Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Le Moyen Âge au cinéma – Entretien avec Claire Colombi

Claire Colombi, auteur de l’ouvrage La Légende noire du Moyen Âge – Cinq siècles de falsifications, revient sur le traitement du Moyen Âge par l’industrie cinématographique, entre mensonges historiques et manipulations politiques.

 

 

Retrouvez Claire Colombi en conférence à Lille le 25 novembre !

 

Se procurer l’ouvrage La Légende noire du Moyen Âge chez Kontre Kulture :

En lien chez Kontre Kulture :

Retrouvez Claire Colombi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1841613

    Je remarque un point commun à tout ceux (cellezéceux) qui cherchent la vérité : une certaine force de caractère. Cela permet de ne pas se laisser impression et intimider par ce qu’on souhaite leur imposer.

    Mme, ou Mlle Colombi, je ne sais, en fait partie. Merci à elle de nous faire partager son savoir ; merci à E&R de nous permettre de connaître tant de personnes de qualité.
    Dans la crise qui accable et fait parfois désespérer c’est en fait essentiel de pouvoir se construire un socle de savoir solide ; ici se trouve un certain réconfort et un réconfort certain de pouvoir échanger avis sincères et arguments pesés.

     

  • Je me renseignais il y a peu sur le collège de navarre, l’un des grands collèges parisiens du moyen âge, qui fut détruit à la révolution et remplacé par l’école polytechnique.
    Le collège de navarre était " ouvert à tous les francais pauvres, sans restriction de naissance, qui souhaitaient étudier la théologie, la grammaire et la logique"...Et on était au moyen âge obscur...l’une des écoles la plus prestigieuses, avec une extraordinaire bibliotheque, était réservée officiellement aux pauvres. Et dédiée à la logique...

    Le college a été remplacé par l école polytechnique, certes de très bonne qualité, mais qui a dès le début été réservée preferentiellement aux français riches, nés bourgeois...Et désormais le privilège de naissance y est absolu...il n’y a plus d’ascenseur social du tout...

    Cela valait bien la peine de faire la révolution...en tout cas sous ses prétextes. Curieusement en effet le cinéma ne s’intéresse pas à cela...notamment à l’extraordinaire épopée des collèges parisiens, de leur lien avec l’église, de leurs prouesses...le système actuel est à ce point basé sur le mensonge et la manipulation qu’il ne peut que s effondrer .


  • #1841656

    Pour pondérer cette excellente vidéo : je donnerai quelques exemples (peut-être des exceptions qui confirment la règle) ; le film "Chevalier" avec Heath Ledger, assez léger et drôle, sans bûcher aux sorcières, qui se passe en 1374 environ et qui revisite les origines de Ulrich von Liechtenstein et qui montre une femme forgeron qui travaille à son propre compte (elle est veuve il me semble), des serviteurs d’un chevalier qui ne sont pas maltraités par leur maître.

    Il y a la série anglaise "Les piliers de la terre" se déroulant en Angleterre pendant la guerre civile opposant les arrières-petits-enfants de Guillaume le Conquérant : Mathilde l’Emperesse et Etienne de Blois ; série assez manichéenne (il y a de gros méchants et de grands gentils) mais qui est pourtant bien moins simpliste et anti-chrétienne que Inquisitio : si le gros méchant est un évêque corrompu jusqu’à l’os et affublé de presque tous les défauts, le héros est un prêtre très pieux qui parvient à obtenir le droit à la construction d’une Cathédrale autour de laquelle beaucoup de gens vont graviter. De plus, il y a quelques notes historiques intéressantes : à la fin, l’évêque se fait lyncher par la foule des "gens honnêtes" ; or, on est pas très loin de l’époque où les évêques, qui gouvernaient les villes, furent combattus parfois violemment par les pouvoirs laïcs comme à Laon en 1112.

    En France, on a la série Kaämelott : d’accord, Elie Semoun y joue un inquisiteur aussi peu drôle que simpliste, néanmoins, on ne le voit plus trop à la fin. Ceci dit : les rapports entre seigneurs & paysans sont assez honnêtement représentés (le paysan cultive (et se plaint), le seigneur protège leurs terres). Le père Blaise n’est pas montré comme un fanatique ou un idiot et il y a quelques subtilités comme les accords du Diable qui expliquent que certaines façon de jouer de la musique ou de chanter étaient vu comme d’un parfait mauvais goût. Plus triste, le passage dans la saison 5 où une paysanne explique qu’elle a déjà perdu 3 enfants (triste réalité de la mortalité infantile).

    Enfin, en dehors du cinéma américain où français, vous avez le cinéma transalpin dont deux comédies très bonnes : l’Armée Bancaleone et Brancaleone s’en va aux croisades qui montre des rapports intéressants entre un chevalier désargenté et des paysans qui ont trouvé un acte nobiliaire et qui se mettent d’office sous ses ordres en l’incitant à accepter ce titre et leurs services (pour peu qu’il y ait rémunération à la fin).

     

    • Kaamelott c’est vraiment drôle. En l’écoutant en famille, c’est une belle occasion de parler histoire avec les jeunes. Astier est très fort.


    • Astier est très fort et pas le plus malhonnête, je l’ai croisé au transbordeur à Lyon a un spectacle de Dieudonné et il me semble qu’il ne lui a jamais craché dessus !


    • #1842655

      Le Septième Sceau d’Ingmar Bergman.


    • Pour les piliers de la terre il faut lire les livres. La série qui en a été tirée est médiocre et trahi complètement la complexité des personnages en les rendant caricaturaux. Les seigneur William incestueux avec sa mère dans la série se serait plutôt arraché les couilles dans le livre.
      C’est justement par la complexité des personnages qui ne sont ni tout bon, ni tout mauvais. On comprend la cruauté de William dans son système de valeur, les "trahisons" de Waleran Bigod suivent aussi une logique plus complexe que la vision Oranginesque (parceque je suis méchant...) donnée par la série.
      Oublie la série, lie (ou écoute) les livres.


    • #1843673

      @ Gallier2

      Un livre meilleur que l’adaptation qui en a été faite ? La découverte que voilà, c’est absolument inédit ce que j’apprends là !

      Je cite une œuvre audio-visuelle, certes moins bien que le matériau de base, qui nous présente une vision du moyen-âge qui n’est pour une fois pas complètement sale, sombre et désespérée. Je la cite parce que le sujet de la vidéo ne porte pas sur les livres mais sur les œuvres audio-visuelles (films, téléfilms, séries TV...) c’est tout.


    • #1845426

      Kaamelott c’est marrant mais cela suinte le gauchisme, avec comme héro un roi "progressiste" càd irréligieux (sauf vis à vis du paganisme, là ça fait plus classe tout de suite), contre la peine de mort, etc.
      un inquisiteur grotesque sensé représenter l’Eglise, opposé à toute science (? ??) et joué qui plus est par un inuit (sérieux y avait personne d’autre ???), des seigneurs régulièrement méprisants vis à vis de leur peuple,
      et puis l’éternel humour (lassant) sur la stricte bêtise des personnages (quasiment tous) ; le mythe gauchiasse du "con", de l’éternel "con" qui n’est pas suffisamment intelligent pour comprendre le progrès, l’éthique, etc.
      Et pourtant c’est de l’humour, donc comme pour les Visiteurs, je pense qu’il n’est pas utile d’en faire tout un foin, car il s’agit ici de catégories humoristiques. L’exemple de Jaquouille acceptant sa condition si ridicule et se jetant sur les boules de pain qu’on lui jette, c’est juste pour rire d’une telle situation, plus crédible à des époques lointaines ou imaginaires. On pourrait tout aussi bien tourner"Les Visiteurs" avec un sénateur grec accompagné de son esclave, histoire d’avoir sur le dos les associations de défense de l’hellénisme qui nous diraient qu’en réalité la condition d’esclave à l’époque blabalbla...
      on peut donc très bien se contenter de dire que l’on rit ouvertement à partir des clichés que l’on se fait, voire même que l’on se moque de nos propres clichés en les exagérant.. les travées du cerveaux sont assez subtiles, et un rire contient beaucoup d’ambiguïté (c’est là-dessus d’ailleurs que l’on défend Dieudonné face aux attaques littéralistes qui manquent de finesse).
      Même chose pour l’humour « raciste » qui renvoie à des catégories imaginaires (ou pas), et ne nécessite pas qu’un type se ramène en disant : « mais en fait telle tribu à telle époque n’était pas nécessairement cannibale, donc il est illégitime de rire à partir d’un comique de situation issu de cette représentation ». Il y a une sorte d’histoire parodique qui suit l’histoire officielle, et cela sera toujours ainsi à partir du moment où la culture de divertissement n’est pas connectée à une profonde recherche historique, validée par des académiciens, etc.


  • #1841687

    Et j’ai oublié l’excellentissime "Alexandre Nevsky" de Eisenstein qui nous montre une Russie médiévale très bien fichue.


  • #1841802

    "les visiteurs" ne sont évidemment pas à prendre au 1er degré ; il s’agit d’une variation facétieuse sur le moyen-âge : et bizarrement, ça m’a plutôt donné envie de m’intéresser à cette période...pas contre-productif, donc.

     

    • Certes, le film a fait un "tabac" en France, comme ceux de l’inénarrable Dany Boon, mais il faut vraiment n’avoir rien à faire pour tenir sur la totalité d’un film comme "Les Visiteurs" et ceux de Boon ! Sincèrement, c’est d’une bêtise à pleurer, du comique pour ados...

      Cela dit, tous les goûts sont dans la nature... humaine, mais je suggère à tous les commentateurs d’acheter et de lire le livre, passionnant et plein d’humour de Claire Colombi.


    • #1841947

      Exact. Il faut le prendre comme un divertissement avant tout, dont le souffle épique de la musique d’Era atténue le côté "moqueur" . Et noter qu’il coïncide avec un engouement (re)naissant du public pour le Moyen Âge à travers, notamment les festivals médiévaux dans toute la France dont certains sont de grande qualité.


    • #1842014

      @ repentant

      Un film de pur divertissement et peu réaliste peu tout à fait donner l’envie à quelqu’un de s’intéresser au sujet abordé, par exemple : Apocalypto de Mel Gibson dresse un portrait de la civilisation Maya (en fait, Aztèque, je dirai) assez négatif et pas forcément réaliste, le tout dans un cadre de film d’action hollywoodien et pourtant ; les méso-américains, même sanguinaires, représentés, m’ont semblé tellement plus classes et humains (notamment par leurs défauts) que ceux représentés habituellement dans les films qui les encensent ; que cela m’a donné bien plus l’envie d’en découvrir plus sur ce monde fascinant et méconnu.


    • Pas touche à la Jacquouille @Sev ! Surtout si c’est pour le comparer aux comédies de Dany Boon. Okay (oups !) le film est réalisé par un gars qui a raté une carrière de bûcheron mais merde, quand même, la Jacquouille !


    • Dans cette veine il y avait aussi le Chevalier Bayard avec Jugnot et LE bon roi Dagobert avec Coluche.


    • @gallier2, avec cette réplique mémorable et toute en finesse de Jugnot : « On viole, on viole, et puis on s’attache ». Je crois que le titre du film était plutôt « Sans peur et sans reproche ». C’était purement et délibérément fantaisiste pour le peu que je m’en souviens.


    • #1845519

      "Les Visiteurs" est un film qui rend tout de même une forme d’hommage au Moyen-âge.
      Le personnage le plus antipathique est quand même le nouveau riche Jacquard, vulgaire, vaniteux, snob et friqué, qui représente de manière très acerbe la bourgeoisie ayant détrôné la noblesse. A côté de ça, Godefroy ressemble à un homme, un vrai (démesurément grand d’ailleurs, il y avait moyen de moquer la taille de ces "nains consanguins", ce n’a pas été fait), il a le sens de l’honneur, du bien parler, et se montre bien plus finaud que son serviteur (justifiant donc sa position sociale) sans pour autant en être si éloigné culturellement (c’est autre chose que la manière dont Jacquard traite son personnel)

      La fin du film honore aussi la jugeote mesuré et disciplinée du Seigneur puisqu’il comprend où est sa place, alors que son écuyer veut rester en l’an 2000 à dépenser son fric vulgairement, et épouser toutes les laideurs du monde libéral.

      Ils auraient pu faire pire, bien pire, mais Poiré n’était surement pas un réalisateur idéologique, et mine de rien sous la grossièreté du ton (et de la réalisation, mon dieu que c’est le néant !) il y a plus de finesse et de compréhension que sur bien des films cités par Claire COLOMBANI, et dont les extraits vidéo ici présentés me semble révélateur d’une bêtise abyssale.


  • Un grand merci à Claire Colombi pour son travail. Certes il n’y a rien d’innovant - nous aurons une pensée pour Jacques Le Goff, Régine Pernoud, Georges Duby etc - mais il est bon de rappeler tout ca : non le Moyen Age (déjà cette expression pose problème !) n’était pas cette période obscurantiste, miséreux etc

     

  • A tous ceux qui veulent voir un film agréable et réaliste : "Le frère du guerrier" avec Vincent Lindon, de Pierre Jolivet. On y retrouve la connaissance des plantes, conservée par l’Eglise. Un film poignant !


  • #1842041

    Mon Dieu combien tout cela sonne juste...

    Courage EetR


  • #1842042

    La femme sorcière ...

    N ’est ont pas encore dans une société qui tand vers le Satanisme...

    Ma réponse est évidente , mais qu’il est doux de pouvoir l’ exprimer ici sans être blâmé... Non mais on marche sur la tête ...

    Bravo Claire, ... bon courage


  • Bonjour,

    J’ai lu le livre écrit par Claire Colombi.

    Je le conseille. Travail historique sérieux qui remet l’Histoire à l’endroit et qui nous éclaire sur la vérité.
    C’est une honte de s’apercevoir que 10% de l’histoire de notre pays (la république) occupe 90% du temps d’enseignement et de couverture médiatico-historique. Tout ce qui précède la révolution est jeté aux oubliettes, alors que tout cela représente le socle de notre culture.

    Pour que vive la France, vive le Roi !


  • #1842219

    Quelle chance d’avoir une gentille marraine pour être parrainé à l’heure du sans ascenseur social possible dès le berceau. Si on avait de la mémoire, on la jalouserait.


  • L’Empire a également produit la série féministe "Ma sorcière bien aimée".


  • #1843722

    Question soulignée dans la vidéo de Claire Colombi : Si l’Islam est véritablement une religion anti-système, et si l’on fait exception de l’image du terroriste djihadiste anti-américain la plupart du temps présenté comme un musulman dévoyé, pourquoi cette religion est-elle toujours présentée par Hollywood et les médias sionistes sous l’aspect d’une civilisation lumineuse, éclairée et tolérante face à un occident chrétien crépusculaire et fanatique ?


  • #1849600

    Je viens de trouver deux livres de Daniel Rops. Je crois que je vais me régaler.


Commentaires suivants