Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Réédition du clash Proudhon/Marx chez Kontre Kulture

« Entre le socialisme proudhonien et le socialisme marxiste, il y a un désaccord plus grave qu’une querelle politique ou une rivalité d’école. Ce sont deux tempéraments qui s’affrontent, deux conceptions de la vie qui s’opposent », écrivait Robert Aron. Proudhon avait pourtant exercé une influence considérable sur le jeune Marx, mais il lui reproche son idéalisme et de n’avoir pas compris la vraie dialectique scientifique. « Il n’a réussi que dans le sophisme », dira-t-il.

 

Lorsqu’en 1846 paraît l’ouvrage de Proudhon Philosophie de la Misère, Marx réplique en publiant un an plus tard Misère de la philosophie, montrant toute l’étendue de leurs divergences qui puisent leur origine dans leur vision même de la place de ’homme, de la nature, de la valeur d’un bien, de la division du travail, de l’industrialisation ou de la propriété. Ainsi, pour Proudhon, « Le communisme reproduit donc, mais sur un plan inverse, toutes les contradictions de l’économie politique. Son secret consiste à substituer l’homme collectif à l’individu dans chacune des fonctions sociales, production, échange, consommation, éducation, famille. Et comme cette nouvelle évolution ne concilie et ne résout toujours rien, elle aboutit fatalement, aussi bien que les précédentes, à l’iniquité et à la misère. » À quoi Marx répond « Chaque rapport économique a un bon et un mauvais côté, c’est le seul point dans lequel M. Proudhon ne se dément pas. Le bon côté, il le voit exposé par les économistes ; le mauvais côté, il le voit dénoncé par les socialistes. Il emprunte aux économistes la nécessité des rapports éternels ; il emprunte aux socialistes l’illusion de ne voir dans la misère que la misère. » Confrontation fondamentale, ces deux textes sont ici réunis.

Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) est un journaliste, économiste et philosophe français. Partisan du fédéralisme, il se dit anarchiste, penseur d’un socialisme libertaire et non étatique.

Karl Marx (1818-1883) est un philosophe, sociologue et économiste allemand, théoricien de la révolution, célèbre pour sa conception matérialiste de l’histoire et sa critique du capitalisme reposant sur la lutte des classes.

Dans cette réédition des éditions Kontre Kulture, le texte de Pierre-Joseph Proudhon ne reproduit pas intégralement l’édition originale ; il a été expurgé des exemples et commentaires d’actualité obsolètes aujourd’hui, sans que ces excisions nuisent à la compréhension de son exposé.

Le texte de Karl Marx est intégral.

 

Revenir aux fondamentaux avec Kontre Kulture !

 

À (ré)écouter, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #2526258

    Il emprunte aux économistes la nécessité des rapports éternels ... il emprunte aux socialistes l’illusion de ne voir dans la misère que la misère( maintenant on parlerait de gauchistes )

    et cela vaut pour tous les divisés des avis(*) représentant toutes les praxis (**) formant une série d’ensembles, qui ne peuvent exister qu’aux dépends de ceux auxquels ils (ces avis) s’imposent

    ainsi l’élu ne voit dans ses électeurs administrés de la veille que des futurs administrables du lendemain

    - que des administrés restent administrables, cela représente ce que sont les rapports éternels
    - n’y voir que des anciens administrés en attente d’être encore administrables, cela représente ce qu’est l’activité morale de transformation du sujet agissant ( le praxis ) , ici l’élu
    une seule chose importe a son sens, ils ne le seront maintenant plus que par moi et non plus par l’autre, avec les mêmes méthodes

    en 2500 mots je ne peux développer d’avantage, mais aussi vrais qu’il n’y aurait pas d’électeurs il n’y aurait pas d’élus, il n’y aurait pas de pauvreté, il n’y aurait pas de gauchistes, et le gauchiste lui, il veut (bien) vivre, ... pour ne pas devenir pauvre
    le gauchiste n’ira pas dans une approche radicale pour supprimer ce qui fait le lit de son action, il ne verra que l’écume de la vague, et donnera a tous ceux susceptibles de l’entendre ou de l’écouter les plus belles paroles qui seront possibles de lui consacrer
    de la misère pour mes bons mots, et mes bons mots contre la misère, vaste programme

    brave proudhon, sans rancunes

    (*) les avis, aussi appelés opinions, c’est comme les trous du Q, à chacun le sien
    (**) l’activité morale de transformation du sujet agissant, et généralement on va plus facilement vers le bas que vers le haut

     

    • #2526473

      tu voulais dire quoi, plus clairement.... ?


    • #2526519

      L’extrême gauche (du capital) n’ira jamais à la racine de la misère, bien au contraire, sera toujours cet outils pseudo révolutionnaire dont le système a besoin, elle n’existe que pour abrutir les masses les égarer de la véritable insurrection anti-système, sur des sujets sociétaux qui surtout ne remettent pas en cause la domination du capital.
      Placées dans des niches crées sur mesure, ses têtes de proues vivent du parasitisme et sont largement stipendiées par les subsides de l’Etat et autres donateurs issus de la frange richissime.
      Déversent leur connerie à grand coup de mégaphone, relayée du matin au soir par les médiats aux ordres !


  • #2526507
    le 15/08/2020 par L’Incorruptible
    Réédition du clash Proudhon/Marx chez Kontre Kulture

    Excellente initiative.
    Merci à Kontre Kulture et E&R