Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Référendum : les Kurdes d’Irak votent pour l’indépendance à 90 %

Le plan de destruction des nations se déroule sans accroc

Comme attendu, les Kurdes d’Irak ont voté lundi sur leur indépendance à l’occasion d’un référendum qui risque d’accroître les tensions avec Bagdad. Le taux de participation qui a dépassé les 80% aura permis de dégager une majorité écrasante en faveur de l’indépendance, à 90% des votes exprimés. Le vote s’est tenu dans la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l’Irak, qui comprend les provinces d’Erbil, Souleimaniyeh et Dohouk, mais aussi dans des zones que se disputent les Kurdes et le gouvernement central de Bagdad. Au total, quelque 5,3 millions d’inscrits devaient se prononcer.

Si l’Iran a été le premier voisin à se lancer dans une démonstration de force à la frontière avec l’Irak, les armées irakienne et turque ont aussi inauguré des manœuvres conjointes. Plus, l’armée de l’air turque a même bombardé des positions kurdes dans le Nord de l’Irak. Damas de son côté réaffirmé son attachement à l’unité de l’Irak. Devant une telle levée de bouclier, le président de la région autonome du Kurdistan, Massoud Barzani, a prévenu qu’il n’entraînerait pas aussitôt une annonce de l’indépendance mais plutôt le début de « discussions sérieuses avec Bagdad ». Mais il faut dire que cela n’a fait qu’échauder davantage les responsables politiques qui, depuis Bagdad, jugent le verdict des urnes nul et non avenu. Excipant des développements incontrôlables, le Parlement irakien a déjà exigé l’envoi des troupes dans certaines zones disputées de la région. Les zones disputées sont situées en dehors des trois provinces du nord de l’Irak qui font partie initialement de la région autonome du Kurdistan. Il s’agit de la riche province pétrolière de Kirkouk, et des secteurs de celle de Ninive – dans le nord du pays –, de Dyala et de Salaheddine – au nord de Bagdad.

Plus tôt dans la journée, Haïdar al-Abadi avait clairement fait savoir qu’il prendrait « les mesures nécessaires » pour préserver l’unité du pays. Les autorités centrales ont déjà mis en place ces derniers jours une série de sanctions pour tenter de garder le contrôle de la situation, avec Téhéran et Ankara comme alliées. Les deux puissances voisines redoutent, elles aussi, les répercussions qu’aurait une sécession du Kurdistan irakien sur leurs propres régions kurdes et ont menacé de représailles.

Dimanche, Téhéran a annoncé qu’il interdisait jusqu’à nouvel ordre tous les vols entre l’Iran et les aéroports d’Erbil et de Souleiymanieh, au Kurdistan irakien, ainsi que tous les vols au départ de cette région transitant par l’espace aérien iranien.

« L’Iran est attaché à l’intégrité territoriale, la souveraineté nationale et l’évolution démocratique de l’Irak et toute action contraire à ces principes (…) pourrait nuire à tous, en particulier aux Kurdes », a déclaré Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Ce dernier avait également fait savoir que les frontières terrestres avec le Kurdistan avaient été fermées. Une information que Téhéran a ensuite démentie.

« Le référendum qui se tient aujourd’hui (…) est nul et non avenu. Nous ne reconnaissons pas cette initiative », a déclaré pour sa part dans un communiqué lundi le ministère turc des Affaires étrangères. Le président turc Recep Tayyip Erdogan qui n’hésite pas à affubler Barazani du titre de « traître » a ensuite annoncé que des « mesures » allaient être prises « cette semaine » contre la région autonome. L’exportation du pétrole du Kurdistan irakien cessera une fois que la Turquie aura « fermé les vannes », a-t-il prévenu.

A ne pas manquer, sur E&R :

 

Pour comprendre le Proche-Orient, chez Kontre Kulture :

 






Alerter

27 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le plan de destruction des États se déroule sans accroc. L’Irak est un État multinational.

     

    Répondre à ce message

    • #1808576

      Les seuls Etats durables sont les Etats "uninationaux" .

       
    • #1808600

      Et la Chine ?(Tibet, Xinjiang) la Russie ?(Tchétchénie..) Israël ?(palestiniens...)... deux poids deux mesures !

       
    • @ Perséphone

      Dans ce cas, vous devriez vous réjouir des élans séparatistes de la nation kurde.

      Une unité religieuse, linguistique, ethnique, culturelle et historique aide sans doute à cimenter le sentiment d’appartenance nationale, mais en dehors de cas d’insularité extrême, qui peut s’en prévaloir ?

      Tous les rois de France, dont Louis XVI, parlaient de « mes peuples » et non pas de « mon peuple ». La France est une construction politique fondée sur une unité religieuse catholique (d’où la virulence avec laquelle ont été réprimées les hérésies, notamment cathares et protestantes). L’uniformisation culturelle et linguistique est le fait du jacobinisme centralisateur de la IIIe République. Elle a moins de deux siècles, et il est des empires qui ont duré bien plus longtemps. Je ne vois donc pas pourquoi on devrait ériger l’État-nation en modèle pour l’ensemble de l’humanité.

       
    • #1808718

      @Af
      Vous avez raison mais comme le régionalisme sponsorisé est une des armes servant au démantèlement des nations européennes, il va falloir la jouer fine sur ces questions.

       
    • #1809086

      Le plan de destruction des Etats... qui gènent l’Empire, en vue de leurs intérêts à court terme (business et alliances de circonstances) et d’une fin supérieure à plus long terme (globalisme) ; il ne s’agit pas de détruire des Etats pour le plaisir car il y a des contre-exemples : les mêmes qui soutiennent aujourd’hui le Kurdistan, hier la Bosnie et le Kosovo, etc... iraient-ils soutenir les velléités d’indépendance de la Crimée, du Donbass, de la Transnistrie, l’Ossétie du Sud, etc... évidement non car ces dernières sont soutenues par l’autre camp géopolitique ! Impensable de détruire l’unité de l’Ukraine ou la Géorgie, qui plus est aspirent à entrer dans l’OTAN ou le sont déjà, ce serait se tirer une balle dans le pied !
      L’encouragement ou au contraire l’écrasement d’ irrédentismes aussi anciens que l’Histoire elle-même est un grand classique du jeu des grandes puissances contemporaines...
      Il n’y a pas de principe général d’autodétermination des peuples ou au contraire d’unité des Etats ; il n’y a que des causes que l’on soutient (ou non) en fonction de notre camp géopolitique ! Et ce n’est pas BHL qui dira le contraire !

       
  • #1808563

    Ca ne sent pas bon.Vraiment pas bon.Les Turcs et les Iraniens en particulier vont se fâcher.J’imagine mal 200 000 israéliens proche de leurs frontières.
    Ca va canarder dans pas longtemps.

     

    Répondre à ce message

  • #1808594

    De toute façon les pays arabes artificiels n’ont pas été "dessinés" pour s’émanciper et perdurer, il y a qu’à voir les frontières comment ils sont tracées ! !

    Les prochains référendums de ce genre seront en Algérie et au Maroc.

     

    Répondre à ce message

  • #1808667
    Le 27 septembre à 09:56 par Georges 4bitbol
    Référendum : les Kurdes d’Irak votent pour l’indépendance à 90 %

    Et l’indépendance ethnique du 9-3 ?
    De toutes les banlieues où les blancs ( sans même les définir comme Français de souche) sont minoritaires ?
    " Le droit des peuples à disposer d’eux mêmes", comme toujours une idée "humaniste" qui sert de paravent à la destruction des peuples. Le Kosovo, berceau historique du peuple serbe, envahit de migrants Albanais, auquel" l’ONU " grâce aux forces et bombardements de " l’OTAN" , deux saloperies conceptuelles pour imposer l’ordre US/sioniste, a accordé le statut de nouvel état indépendant au nom " des peuples à disposer d’eux-mêmes".
    Dans quelques années, grâce à l’immigration massive de peuplement et du " droit des peuples à disposer d’eux-mêmes " , des Enclaves ethniques en Fronce, revendiqueront leur indépendance

     

    Répondre à ce message

  • #1808672

    Israel ou les occidentaux se foutent royalement d’une nation indépendante kurde(depuis le temps), il n’aura échappé à personne que cet état kurde se voit légitimer aux yeux des israeliens après la chute de dahech, coincidence ou continuation d’un plan maléfique ?

     

    Répondre à ce message

  • L’Irak n’est pas une "nation" homogène, ses frontières ont été tracées par les Anglais, sans se soucier des peuples : au Nord, une partie du peuple kurde . Au centre : les Sunnites . Au Sud : les Chiites . Cet "Etat" artificiel est voué à se disloquer tôt ou tard, comme l’artificielle Yougoslavie qui, crée en même temps que "l’Irak", après 14-18, s’est disloquée après l’effondrement du communisme .

     

    Répondre à ce message

  • #1808725
    Le 27 septembre à 12:18 par Elie lozeille
    Référendum : les Kurdes d’Irak votent pour l’indépendance à 90 %

    Ca ne sert a rien de polémiquer 107 ans suffit de regarde une carte de repartition des puits de pétrole en Irak pour comprendre l’intérêt des kurdes pour cette partie de l’Irak !

     

    Répondre à ce message

  • #1808731

    Si les Kurdes forment une nation avec sa langue, ses coutumes...en revanche les ils n’ont jamais formé me semble-t-il une entité nationale structurée avec un gouvernement central, une administration...il y a juste eu il y a quelques siècles de cela un sultanat dont le fondateur était kurde. Or il ne s’agissait pas d’un Kurdistan, mais d’un empire islamique incluant une partie de Moyen-Orient, de la péninsule arabique, du nord de l’Egypte...
    Donc en gros on veut offrir sur un plateau un pays à un peuple qui n’en a jamais eu...c’est généreux et c’est bon pour Israël !

     

    Répondre à ce message

  • #1808848

    On parlait arabe dans la région d’Osroène dans l’actuel Kurdistan au premier siècle lorsque aucune personne en Gaulle ne s’identifiait en tant que Français, ne parlait Français et aucun Franc n’avait mis les pieds dans l’actuelle France !

    Sans parler du fait que cette région est ancestralement Sémite, et non aryenne ou turque.

     

    Répondre à ce message

  • #1808887

    Ne serait-ce pas en lien avec la volonté de créer un Califat (fantoche) ? L’initiative est-elle soutenue par l’Arabie Saoudite, et jusqu’à quel degré ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents