Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Réforme des retraites : à la RATP, une grève monstre pour défendre un acquis "sacré"

Dix lignes de métros purement et simplement fermées. Des taux de grévistes frôlant les 100 % dans certaines directions. Des cadres obligés de prendre les commandes de métros pour assurer un service minimum. De mémoire de syndicaliste, la grève de ce vendredi à la RATP sera une première depuis au moins douze ans.

« Je suis à la RATP depuis 1996, je n’avais jamais vu ça : autant de grévistes, de tous les corps de métier, avec même certains cadres mobilisés : c’est parce que la retraite touche tout le monde », estime Marc Brillaud, secrétaire chez SUD RATP.

 

Laurent Djebali, secrétaire Métro-RER de l’Unsa RATP, se souvient, lui, du mouvement d’octobre 2007. C’était déjà contre une réforme des retraites, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

« La retraite, c’est sacré, poursuit le syndicaliste. C’est notre seul avantage. Aujourd’hui, on ne nous laisse que les contraintes : la spécificité du métier, le travail la nuit, la pollution dans les tunnels… On sait bien depuis le rapport Delevoye que le gouvernement veut s’attaquer aux régimes spéciaux. On ne veut pas attendre la concertation et donner un gros coup de semonce. »

[...]

Une baisse des pensions de 20 à 30 %

Arnaud Moinet a fait ses calculs. Un conducteur de RER peut espérer toucher 2 500 € de pension en partant à la retraite à 55 ou 57 ans. Avec une valeur du point à 0,55 €, c’est une baisse de pension de 500 € par mois qui est à redouter, selon le syndicaliste. « Et ce sera pire pour les plus petits salaires comme les agents en gare ou les machinistes (NDLR : conducteurs de bus) », prédit-il.

« On pourrait perdre entre 20 et 30 % de nos pensions, ce n’est pas acceptable », appuie Marc Brillaud, de SUD. Selon lui, le mouvement pourrait même se durcir, sachant que le projet gouvernemental s’étale sur au moins un an. En toile de fond, « il y a aussi la crainte de la privatisation de la RATP, avec l’ouverture à la concurrence des bus dès 2025, et du rail en 2034, ajoute Marc Brillaud. Et puis, les Gilets jaunes ont amplifié les mouvements sociaux. »

Lire l’article entier sur leparisien.fr

 


 

Réforme des retraites : que faut-il attendre des annonces d’Édouard Philippe ?

Il est attendu au tournant. Le Premier ministre, Edouard Philippe, doit exposer jeudi 12 septembre à 11 heures le calendrier et la méthode de la future réforme des retraites devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

[...]

Comment ces annonces ont-elles été préparées ?

Le Premier ministre a reçu, jeudi 5 et vendredi 6 septembre, les syndicats et le patronat. L’occasion pour chacun de rappeler ses positions. Par la voix de son secrétaire général, Yves Veyrier, FO s’est dit radicalement opposé au projet de réforme.

 

 

Le syndicat appelle d’ailleurs à une manifestation d’ampleur le samedi 21 septembre à Paris contre le « système unique par points ». A priori, il ira seul puisque la CGT, rejointe par le syndicat Sud, a lancé un appel à la mobilisation trois jours plus tard, le mardi 24 septembre. Avec l’Unsa et Sud, elle appelle aussi à la grève vendredi 13 septembre à la RATP. Attachée au système actuel, la CGT fait valoir, via son secrétaire général, Philippe Martinez, qu’aucune de ses propositions n’a été retenue en "dix-huit mois de discussion" avec Jean-Paul Delevoye.

La confédération syndicale la plus favorable au « système à points » dit universel (parce qu’il réunirait les 42 régimes de retraite en un seul) est la CFDT. Mais son numéro un, Laurent Berger, qui a été reçu par Emmanuel Macron lundi, dit attendre « des éléments de justice sociale, pour un système qui soit beaucoup plus juste » et non « une réforme budgétaire ». Enfin, le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, veut presser le pas et espère que la réforme aura lieu « dans la première partie de l’année 2020 ».

 

Quelles sont les pistes à l’étude ?

À l’issue du séminaire gouvernemental à l’Élysée la semaine passée, le Premier ministre a précisé les trois grands axes de réflexion qu’il entend creuser.

 

 

Plus précisément, Edouard Philippe veut savoir « quels paramètres » retiennent les syndicats sur « les conditions d’ouverture des droits à la retraite, sur les éléments de solidarité et sur les taux de cotisation » dans le futur système.

Lire l’article entier sur francetvinfo.fr

 

La réforme des retraites par les gentils :

 

La réforme des retraites par les méchants :

Pour information, sur E&R :

 






Alerter

49 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le système par capitalisation, c’est faire confiance aux marchés : Pas terrible.
    Le système par répartition, c’est faire confiance à l’Etat : Ce n’est pas plus rassurant.

     

    Répondre à ce message

    • Surtout quand l’Etat n’assure plus son rôle traditionnel ( contrat social), d’arbitre et de protecteur de ceux qui sont plus faibles, face à ceux qui sont très puissants.

      Depuis les 80s et le reagano-thatcherisme, l’Etat n’est plus que le facilitateur des puissants pour dépecer le peu qui restait à ceux qui ne le sont pas ( puissants).

      Et augmenter encore le puvoir et la richesse de ceux qui en ont déjà beaucoup, en déshabillant Paul, pour habiller Pierre ( principe des vases communicants).

      Et le macronisme est la quintessence du processus, et comme le disaient des camarades plus haut, ce n’est pas fini.....il faut suivre la feuille de route des GOPE de la dictatUrE, sionisto-financière !

      Espérons que comme le disait Nietzsche, si ça ne nous tue pas, ça nous rendra plus fort.....

       
    • Je préfère le marché, l’étatisme a tué ce pays

       
    • Surtout que les cotisations retraites du système par répartition sont placées sur .... les marchés.

       
  • L’essentiel de cette réforle est la centralisation de toutes les retraites par l’Etat et la spoliation des régimes complémentaires qui ont fait des réserves. Pour, justement, que les régimes spéciaux et FP n’y perdent pas trop...

     

    Répondre à ce message

  • C’est ça bande de moutons, défilez derrière des syndicats opposés à la préférence nationale, favorables aux immigrés et surtout ennemis de tout mouvement ou parti nationaliste ! Bêlons, bêlons avant de nous faire enculer, l’important étant de toujours faire barrage au fâchisme !

     

    Répondre à ce message

  • Ce gouvernement fera marche arrière comme le délinquant Juppé au début des années 90.2500€ mensuel je ne les gagne pas en travaillant ! Un retraité n’a pas besoin de tant. Le système des retraites véritable capharnaüm avec plus de 40 régimes, un système universel me semblerait moins injuste. La justice et l’égalité pour tous n’étant pas la priorité de ces syndicats clientélistes cupides largement subventionnés. La défense corporatiste d’ avantages égoïstes voilà ce qui motive les adhérents. Tout le reste ( lois liberticides, liberté d’expression, environnement etc.. n’étant absolument pas fédérateur.
    Les pires sont peut être les aiguilleurs du ciel monopole oblige. L’excellent site observatoire des gaspillages analyse bien la situation des différents régimes sociaux.
    "tout privilège au profit des particuliers qui les obtiennent est à la charge de la nation qui les donne" JJ Rousseau

     

    Répondre à ce message

  • #2276413
    Le 12 septembre à 17:35 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Réforme des retraites : à la RATP, une grève monstre pour défendre un acquis (...)

    Speedcross, chez Salomon,
    tu parcours tous les kilomètres que tu veux

    plus besoin de ratp et de fonctionnaires
    ah, la speedcross, ma gueule,
    tu vas où tu veux...

    je vais au paradis ou en enfer,
    mais j’y vais en speedcross
    t’arrache le terrain grave de ouf avec ces pompes !

    la speedcross,
    y’a rien de mieux

     

    Répondre à ce message

  • #2276436

    A force de défiler depuis 40 ans derrière des syndicats sans jamais changer quoi que ce soit, vous n’avez pas les sphincters un peu relâchés ?

     

    Répondre à ce message

  • Ben oui, les gars fallait s’y attendre. Qui d’entre vous a voté pour le jeune cadre dynamique qui représente les banksters ?

    Et, y a t-il au moins un seul syndicaliste qui vous a parlé de l’Article 106 du TFUE concernant la privatisation des Services Publics ?

    Non, et bien pleurez maintenant ! Criez même, si ça vous chante, il n’y a rien d’autre à faire !

    Veautez mieux, la prochaine fois ... enfin s’il y en a une, une prochaine...

     

    Répondre à ce message

  • Sales boomers, j’espère bien que ces retraites vont baisser pour compenser le racket des jeunes générations par vous, vieux vampires.

     

    Répondre à ce message

  • J’aime assez l’idée que des technocrates qui travaillent en moyenne toutes activités (et non fonctions) confondues 5 à 10 ans dans leur vie maximum (tout en se gavant d’une retraite bien grasse aux frais du contribuable) puissent taper sur les petites retraites pour détourner l’attention de ce qui est la source de la déliquescence de ce monde et de notre ruine.

    D’un autre côté, gilets bleus et rouges de la RATP ne semblent pas s’être activés pour rejoindre la lutte des gilets jaunes et se battent pour leur petite cause. (même constat pour les "crayons rouges"). Le combat vertical ne passera que par l’union de tous contre le sommet réel de cette république mortifère. Dans cette attente, Sibeth continuera à rouler tranquillement dans Paris avec son chauffeur attitré à nos frais...

     

    Répondre à ce message

  • En même temps faut comprendre le novice : avant les français travaillaient en apprentissage et étaient comme des self made men à 30 ans.maintenant ils sont des pauvres esclaves soumis rêvant d’une retraite bourgeoise après une vie d’esclaves soumis. Désolé mais c’est pas comme ça que le monde ira mieux. Les cancres qui refusent l’autorité de l’état quand l’état totalitaire est né depuis 1793...bref.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents