Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Réforme des retraites : message à ceux qui croient Édouard Philippe, BFM TV et BlackRock

L’article du Monde diplo date de mai 2003 mais il est ô combien actuel et instructif. Il explique pourquoi la réforme des retraites (que la droite libérale sous la pression du MEDEF a en gestation depuis des lustres) présente un risque de fracturation sociale et d’injustice. Sans oublier le risque boursier inhérent aux placements d’une retraite par capitalisation. Tous ceux qui croient au discours apaisant du Premier ministre devraient prendre quelques minutes pour lire ce qui suit.

 

Mais avant cela, le fonds d’investissement BlackRock, « premier gérant d’actifs de la planète, se défend de s’immiscer dans la réforme des retraites française et rappelle qu’il n’est pas un fonds de pension », comme l’écrit BFM TV. Une chaîne qui fait le forcing pour déconsidérer le mouvement social et la défense des intérêts des travailleurs et des futurs retraités :

 

 

Il ne manque plus que le chaton oublié dans la voiture d’un syndicaliste sauvé par un journaliste de BFM TV... Mais la propagande ne doit pas empêcher d’écouter les arguments du camp libéral :

 

« Après avoir dans un premier temps botté en touche, refusant de commenter la polémique, BlackRock change son fusil d’épaule. Dans un communiqué diffusé jeudi, le géant américain de la gestion d’actifs répond qu’il n’a "en aucune manière" cherché à influencer la réforme du système de retraites, après avoir été ciblé par des responsables politiques, sur les réseaux sociaux, ou à l’occasion de manifestations.

Le plus grand gérant d’actifs au monde (avec pas moins de 6.840 milliards de dollars d’actifs sous gestion) s’est vu accusé de faire valoir auprès des décideurs le régime de retraite par capitalisation, au détriment du système français actuel par répartition. »

Tiens, BlackRock qui s’explique. Est-ce une mise au point sincère face à une psychose française ou une ruse de communicants ?

Une partie de la droite et toute la gauche ont en effet crié au loup sur une réforme des retraites, en apparence juste, qui cacherait le loup des fonds de pension.

« Depuis un peu plus d’un mois, votre gouvernement a autorisé le géant des fonds de pension, BlackRock, à collecter directement la retraite privée des Français... » (Olivier Marleix, député LR)

 

Dans la rue, la contestation ne faiblit pas, on l’a vu encore le jeudi 19 décembre 2019, rassemblant des centaines de milliers de manifestants dans tout le pays et surtout, avec l’approbation d’une majorité de Français, malgré les difficultés crées par le mouvement social en matière de transports. Le grand public sent confusément que le gouvernement touche là à un tabou social et qu’il s’agit peut-être de la dernière barrière, et donc de la dernière défense possible...

 

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Une journée de grève générale est organisée par l’ensemble des syndicats français le 13 mai pour riposter au programme de régression sociale décidé par le gouvernement. Avec la hausse de la durée de cotisation de 37 ans et demi à 40 ans pour avoir droit à une retraite complète, la baisse du niveau des pensions par la grâce d’un changement de calcul et d’indexation et l’augmentation des cotisations sous prétexte d’inclure une petite partie de certaines primes, la retraite à 60 ans ne serait plus qu’un souvenir et la perte de revenu des retraités pourrait dépasser 20 %. Les salariés du privé ont subi la même purge à partir de 1993. Un allongement supplémentaire du temps de cotisation pour tous, à partir de 2008, devrait être planifié. Et M. Jean-Pierre Raffarin veut relancer les plans d’épargne-retraite, au moment où s’effondrent les fonds de pension anglo-saxons.

 

Pour beaucoup, non seulement les rêves de faire fortune en Bourse se sont évanouis, mais les espoirs d’une retraite paisible également. M. Maurice Jones, citoyen britannique et salarié modèle, peut en témoigner. Ayant commencé à travailler à 16 ans, il a gravi à la force du poignet tous les échelons de la hiérarchie, au point de devenir directeur de la division filature du groupe textile Lister & Co. Il a cotisé toute sa vie au fonds de pension maison. Pourtant, à 64 ans, il ne songe même plus à la retraite : il doit, comme il le dit, continuer à « travailler pour joindre les deux bouts ». Son entreprise a fait faillite, emportant au passage le fonds de pension qui y était rattaché ; l’argent qu’il y a versé pendant plus de trente ans s’est évaporé. Il n’a plus rien.

De son côté, Mme Digna Showers est assistante administrative depuis plus de dix-huit ans chez Enron, aux États-Unis. Un beau jour de décembre 2001, elle apprend qu’il lui reste exactement « une demi-heure pour faire [ses] bagages et partir ». Elle perd d’un seul coup son emploi, son assurance médicale, son assurance-vie, et même ses droits à la retraite, bien qu’elle ait déjà versé quelque 400 000 dollars (à peu près autant d’euros) au fonds de pension maison. Elle devra se contenter de la prime forfaitaire de 13 500 dollars, versée par le fonds public de garantie des retraites (Pension Benefit Guaranty Corp. — PBGC). Ce type d’organisme n’existe même pas en Grande-Bretagne.

Des histoires comme celles de M. Maurice Jones ou de Mme Digna Showers, on en raconte à foison dans les pays où la retraite par capitalisation tient le haut du pavé (États-Unis, Grande-Bretagne et Pays-Bas, notamment). Voici peu, pourtant, elle était présentée comme la solution miracle devant apporter sécurité et prospérité aux retraités, face à un régime public de répartition à bout de souffle, écrasé par le choc démographique. Le bilan est sans appel.

Certes, les situations ne sont pas toujours aussi dramatiques. Le plus souvent, en effet, il existe une retraite publique pour limiter (un peu) les dégâts. Si la pension de base ne représente que 20 % environ du salaire d’activité en Grande-Bretagne, elle atteint 35 % aux États-Unis, et elle varie de 40 %, pour un couple disposant du salaire moyen, à 70 %, pour une personne ayant le salaire minimum, aux Pays-Bas. Il reste que, pour la plupart des salariés de ces pays, leurs futures retraites s’effondrent en même temps que les marchés financiers.

La glissade atteint déjà des proportions gigantesques : selon le cabinet d’audit américain Watson Wyatt, la valeur des fonds de pension a régressé de quelque 2 800 milliards de dollars, au niveau mondial, entre 1999 et 2002. Plus de dix fois le budget de la France. L’économiste Christian E. Weller fixe la perte moyenne pour un ménage américain disposant de fonds de pension à 43 %. Et ce n’est pas fini.

En fait, les salariés ne sont pas tous logés à la même enseigne, car ces fonds ne fonctionnent pas toujours selon les mêmes mécanismes. Pour simplifier, on peut dire qu’il en existe deux catégories : les fonds de pension à contribution définie et les fonds à cotisations définies. Les premiers assurent au cotisant une rente dont le montant est garanti par l’employeur (souvent 70 % ou 75 % du salaire d’activité). Pour l’épargnant, le résultat est assez proche du système par répartition, à cette différence près que l’argent récolté est placé en Bourse, et parfois en actions de l’entreprise. Lorsque celle-ci s’effondre, la catastrophe est au rendez-vous. C’est ce qui s’est passé chez Enron.

Avec les fonds de pension à cotisations définies, le cotisant n’est plus assuré de rien. Ce qu’il touchera en fin de course dépend entièrement du niveau des taux d’intérêt et des actions au moment de son départ. C’est donc le salarié qui prend tous les risques.

 

Assistance pour les pauvres, rente pour les riches

Dans les deux cas, l’adhésion à ces fonds est facultative, mais seuls les travailleurs ayant un emploi stable peuvent en bénéficier (soit un salarié américain sur deux dans le privé). Ceux qui n’ont que des contrats à durée déterminée ou qui travaillent à temps partiel peuvent cotiser à un compte individuel d’épargne. Mais, le plus souvent, ils n’en ont pas les moyens.

À l’origine, les fonds de pension à prestation définie, destinés à compléter les retraites publiques, étaient les plus répandus. Aux États-Unis, 80 % des salariés du secteur public sont encore couverts par ces fonds, contre seulement un cinquième dans le secteur privé. Les salariés cotisent à ces fonds, les employeurs versent leur quote-part (souvent bien plus modeste), et le tout est investi sur les places financières.

Dans les années 1990, nombre de directions d’entreprises ont tiré prétexte du boom de la Bourse pour cesser de verser au pot. Elles ont privilégié les placements en actions, qui grimpaient d’au moins 15 % en moyenne chaque année, ce qui assurait un doublement des sommes investies en cinq ans dans le pire des cas. « Durant la bulle financière, explique M. Alistair McCreadie, analyste chez ABN Amro, les compagnies ont pris l’argent des cotisants et s’en sont servi pour payer les actionnaires ou distribuer des bonus. Maintenant, elles contemplent le trou géant des déficits. » Les fonds de pension des grandes firmes automobiles, par exemple, affichent des déficits abyssaux : 14,5 milliards de dollars pour Ford en 2002 ; 17 milliards de dollars pour General Motors.

En Europe, l’agence de notation Standard and Poor’s estime que dix des plus importantes entreprises cotées risquent de connaître des déficits importants de leur fonds de retraite, parmi lesquelles le géant allemand Thyssen Krupp, les françaises Arcelor (ex-Usinor) ou Michelin. Naturellement, ces trous vont se répercuter sur les profits affichés, qui vont de ce fait se réduire, ce qui devrait entraîner une nouvelle chute des cours boursiers, et donc une baisse des rendements des fonds de pension, lesquels entraîneront à leur tour une hausse des déficits, et ainsi de suite…

Pour faire face à cet engrenage, certaines compagnies ont tout simplement déposé leur bilan. Aux États-Unis, elles utilisent la loi sur les faillites (et son chapitre XI) pour décider un « moratoire » de leurs dettes sociales. C’est l’État qui prend le relais. L’an dernier, le fonds américain de garantie PBGC a dû prendre en charge 180 000 retraités supplémentaires ; il est passé d’un excédent de 7,7 milliards de dollars en 2001 à un déficit de 3,6 milliards de dollars en septembre 2002. On parle même d’un trou de 11 milliards de dollars. Au total, les salariés paient deux fois : comme cotisants du fonds de retraite qui se retrouve ensuite « en faillite », et comme cotisants du fonds public de garantie.

Désormais, la plupart des entreprises ferment leurs fonds de pension à prestation définie et en interdisent l’accès aux nouveaux salariés. Pour l’employeur, l’avantage est double : il paie encore moins de cotisations, et il transfère le risque sur le cotisant. Aux États-Unis, le nombre de travailleurs couverts par un régime de retraite à prestations définies est passé de 43 % en 1975 à moins de 20 % en 2000.

L’évolution est similaire en Grande-Bretagne. Ainsi, la grande chaîne de distribution Sainsbury’s parle d’une hausse de 7 % de cotisation pour tous. Toujours en Grande-Bretagne, le groupe Honda, qui a, lui aussi, fermé son fonds de pension à prestation définie, veut retarder l’âge de départ en retraite dans le groupe (de 60 ans à 62 ans) et baisser les salaires de 2,2 % en moyenne. De leur côté, les fonds de pension anglais ont réclamé l’instauration de l’âge de la retraite à 70 ans et une aide de l’État pour renflouer les caisses.

Dans les faits, aucun décret n’est nécessaire pour modifier l’âge de sortie de la vie active : n’ayant pas les moyens de s’arrêter de travailler, les salariés restent dans leur entreprise tant qu’ils le peuvent ou trouvent des petits boulots. Près du quart (23 %) du revenu des Américains de plus de 65 ans provient du travail. Un Britannique de plus de 65 ans sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté.

Dans le reste de l’Europe, les fonds de pension ne sont pas encore implantés depuis suffisamment longtemps pour conduire à de tels dégâts. Mais ils ont fait leur apparition partout — en Allemagne, seuls 10 % des salariés sont couverts par des plans d’épargne à cotisations définies ; en Italie, ils sont 10 %.

Lire l’article entier sur monde-diplomatique.fr

Le plan néolibéral sur les retraites

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

52 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " Ferrand, mis en examen, ne doit pas démissionner du perchoir car cela ferait le jeu de Marine Hitler "


  • Et d’autres croient aux syndicats pour sauver leur retraite ! Défiler depuis 50 ans derrière la cgt n’a jamais empêché un seul licenciement, une seule fermeture d’entreprise ! 50 ans d’enculage et de régression sociale, merci les syndicats ! Quand on voit la tronche d’un Martinez et de tous ces Rouges ayant appeler à voter Macron (et qui recommenceront !) comment peut-on encore leur faire confiance ?

     

    • oui, la cgt caca, les cocos caca, par contre depuis 100 il y a une chose que je n’ai jamais vu

      la manifestation de ceux qui bavent sur les syndicats afin de supprimer

      - les congés payés
      - la 5 eme semaine
      - la retraite à 60ans
      - la secu
      - les allocations familiales
      - les apl
      - les prises en charge des maladies professionnelles et des accidents du travail
      - le droit de grève
      - le droit d’être syndiqué
      etc, etc ....

      si vous n’ y avez pas droit et bien demandez une baisse de salaire


    • @Enculocratie
      Evidement qu’on se doute des collisions des des réseaux entre les enculeurs directs ou indirects, une chose est certaine. Je préfère un GJ ou un rouge même braillant à se couper le souffle après un gouvernant et son assurance vie l’ oligarchie, qu’un donneur de leçons sur la vaseline et son mode d’emploi. J’en suis à mon quatrième jour de grève, je ne suis ni cheminot, ni dans la fonction public, mais l’heure est trop grave, ce n’est pas la retraite seulement qui sera l’enjeu pour vos amis utilisateur de vaseline à outrance pour mettre à l’index tout ce qui bouge, car ils n’ont pas votre opinion. C’est notre mode de vie tout entier qui est en jeu, nous américaniser... par le biais de l’économie, si ça vous chante, moi NON, et tant pis si c’est à côté d’un rouge ou d’un jaune que je l’exprime.


    • @Pitchou. T’as veauté quoi Pitchou pendant des décennies ? Alors défile maintenant !


    • @Bertrand Dudéclin
      J’espère que t’as de bonnes gencives, je ne vote jamais !!!
      Même pas au municipale, y a un bail des gens bien intentionnés m’ont averti de la perfidie de ce semblant de démocratie. Tu vois, je ne me planque derrière aucune étiquette, la tienne comprise. J’ai la décence de ne pas te reposer ta question, ton orgueil à lui seul suffira pour te descendre de ton impertinence.


  • Je me suis coltinée 3 ou 4 émissions sur le sujet ces trois derniers jours, en me disant allez, je vais écouter un peu les arguments des uns et des autres. Peut-être apprendre des choses ! ... Ma naïveté me perdra. J’ai vraiment compris, pour le coup, qu’on peut parler pendant plus de 2 heures pour réellement ne rien dire. De toute façon, si sa seigneurie Macron veut que ça passe (sa réforme à la con, et toutes les autres), ça passera. Parce qu’il a les moyens pour, ne serait-ce qu’en termes de communication.

    D’ailleurs je suis complètement abasourdie quand je vois que certains semblent encore donner du crédit à ce que peuvent raconter des Schiappa et consorts. Pas étonnant qu’on en soit là.


  • Quel c.. ce Stéphane Dufeu, député coco : il parle de la légitimité démocratique des députés alors que plus de la moitié ne sont que les illégitimes maquereaux du scrutin majoritaire à deux tours, qui ont volé leurs sièges aux patriotes de la FI et surtout du RN . Il en croque .


  • Surpris d’apprendre que les égoutiers partent en retraite à 52 ans . J’ai compris pourquoi quand j’ai appris que leur espérance de vie n’est que de 62 ans !... Il nous manque une liste détaillée de l’espérance de vie selon les différents métiers . On serait à la fois édifiés et compréhensifs quant aux "régimes spéciaux" .

     

  • Evidement les maquereaux du pouvoir ne parlent jamais d’une mesure d’équité élémentaire : l’indexation des pensions de retraite sur l’inflation REELLE, pas celle des truqueurs de l’INSEE . Cela fait 10 ans que les pensions des profs à la retraite n’ont pas bougé d’un centime ! D’où perte de pouvoir d’achat continue . Ca revient à faire baisser les pensions ad vitam eternam ! Ah les pédés !

     

  • Une journée de grève générale est organisée par l’ensemble des syndicats français le 13 mai

    Comprends pas ces syndicats,

    Ils prévoient de faire grève après le vote de la réforme

    des retraites ?

    Ça fait un moment que la grève aurait du être
    générale.

    Aucune coordination, un coup les chauffeurs routiers,

    ensuite les agriculteurs, après les infirmières,

    plus loin les pompiers., etc...

    Ça fait peur autant d’abnégation.

    Les syndicats caca sont les employés du Medef et de l’État, ils signeront et rouleront en voiture blindé en fumant le cigare comme Blondin.

     

  • Il y a un problème idéologique énorme à résoudre avant tout sinon les Français continueront à se tirer une balle dans le pied à chaque élection et devront faire des grèves pour essayer de rattraper leur erreur.
    Le Français est devenu anticommuniste primaire et voudrait conserver des systèmes de sécurité sociale /retraite purement communistes dans une "start up nation" ultralibérale : la situation est ubuesque !

     

    • Jean, je comprends ce que vous dites, mais le français n’a jamais été communiste. Certes si vous vous basez uniquement sur le système social communiste, vous trouverez des similitudes avec le système social français, comme par exemple l’hôpital, mais dans l’ensemble, ce qui conviendrait le mieux à l’esprit français, serait plutôt la doctrine sociale catholique. Étudiez la un peu, ça vous intéressera. Il est intéressant également de regarder ce que propose, du point de vue de la protection sociale, la doctrine nationale socialiste.
      Vous êtes certainement proche de l’idéologie communiste, et c’est pour cela que vous dénoncez l’anti-communisme français. Mais si le français à tourner le dos au communisme, c’est parce que celui ci a besoin de ressentir un lien national, car le français reste dans l’ensemble, plutôt patriote.
      À la rigueur, il pourrait être séduit par un "national communisme " mais en aucun cas par le Trotskisme qu’on lui propose aujourd’hui.


    • Ce sont des étatistes mentaux...


    • @abcd
      Désolé, les avancées sociales de ce pays, les communistes y sont pour beaucoup. Faire croire l’inverse est un mensonge. Évidement l’idéologie catholique a bercé les français depuis des siècles, personne ne le reniera. Mais remettre en cause la responsabilité des coco dans nos avancées sociales, c’est devenir un natio sioniste. Douter du patriotisme des coco, c’est mal connaitre l’histoire de ces gens. Je n’ai jamais été coco, la plupart sont athée, ce n’est pas mon cas,


    • @Pitchou. Apprends un peu l’histoire ! A propos des cocos, as tu entendu parler du pacte Staline Ribbentrop ? Cherche sur internet et tu en ressortiras moins c... !


    • Les communistes sont tellement patriotes que leurs électeurs ont foutu le camp au FN.


    • @Bertrand Dudéclin
      Apparemment tu fais ce qu’on appelle dans le foot une fixette sur moi.
      Je me fous de tes accords et de l’histoire avec le grand H des coco, je te cause de ton voisin et compatriote qu’on a pris pour un cave, sauf que lui il croyait sincèrement à ce renouveau par le pouvoir au prolétaire(grèves en 68) son patriotisme était même parfois plus sincère que certains royalistes, du coup l’autre avec son com d’ en dessous qui a tout compris. C’est la classe ouvrière dans son ensemble qui s’est barrée au Fn suite à des trahisons successifs de la bourgeoisie française et non pas suite un appel plus patriotique, car les coco ont toujours été patriotiques, d’ailleurs la France était leur seul et unique raison d’espérer, je parle des gens que je rencontrais dans les Pmu, pas ceux de la Sorbonne. Au final, j’ai l’impression qu’on n ne vit pas et nous n’avons pas vécu dans le même pays, édifiant !


    • @Pitchou, attention, je n’ai pas remis en cause l’influence communiste du système social français.
      Néanmoins, jamais les communistes ont gouverner la France. Les avancées sociale ne datte pas de Léon Blum, avec leurs congés payés, mais bien plus de la "droite " gaulliste, qui s’inspirait de la doctrine sociale de l’église. Je rappel également que, du point de vue social, l’Allemagne hitlérienne était bien plus en avance sur la France republicaine.
      Pour en revenir sur le parti communiste français, celui ci faisait du score sous ce bon vieux Georges , anti immigrationiste, bien plus proche du "national communisme " stalinien que tu trotskisme judéo maçonnique d’aujourd’hui.


    • Même robert HUE à appeler à voter macrotte , c’est vous dire ...
      Il aurai pu fermer sa gueule !


    • Si, après guerre les Français étaient communistes. C’est même grâce à cela qu’ils ont obtenu leurs protections sociales car les communistes avaient gardé quelques armes et explosifs en réserve pour les négociations avec le patronat.

      C’est mieux pour se faire entendre à ce qu’il parait. En tous les cas, force est de constater que cela a fonctionné. Ils ont fait sauter un truc ou deux si j’ai bien compris. Sûrement des vieux bâtiments qui ne demandaient qu’à tomber, fragilisés par la guerre.


    • @abcd
      Pardon si je suis un peu trop long, mais je ne pouvais synthétiser.
      T’as toujours pas compris le mur qui sépare les idéologues du bon sens populaire.
      Tu crois sincèrement que les gens du Fn seront d’accord avec Marine quand elle sera au pouvoir dans les deux ans qui suivront, on sait tous comment elle se fera plier le bras avant même d’être intronisée, car elle accepte le système qui l’a mise en avant, rien à voir avec la couleur, Mitterrand élu historiquement par le peuple de gauche, il en a fait les frais.
      Depuis au moins 2 siècles il existe des mouvements dans l’ombre ou au grand jour, divers et variés se basant sur des écrits ou idéologies pondues bien souvent par une élite qui ne fait que mettre en oeuvre les désirs des puissants s’imaginant que sans eux le monde s’écroulerait, les fameux premiers de cordées désignés comme tel par Mac 1er au nom de la démocratie Cette phrase nous renseigne clairement du pourquoi de la France aujourd’hui et demain, d’où mon ralliement au Gj depuis le 17/11 jusqu’à il y a un mois, fatigué.
      Souvent pour la défense du FN certains disent qu’il n’a jamais gouverné, juste en passant les coco non plus. Je suis pour la non appartenance à ces dogmes débiles de tous les bords, ils ne font que nous désunir face à nos ennemis de toute sorte en embuscade pour transformer tous mouvements porteur d’une germe révolutionnaire en une simple contestation corporatif, c’est encore le cas de nos jour avec les retraites. Nous avons rencontré beaucoup d’obstacles en GJ, nous avons commis une erreur flagrante. Nous aurions du nous contraindre à la concertation tout au début en délégant une ou deux personnes par département pour rejoindre des assemblées mensuelles afin de définir notre communication et nos actions, ensuite agir avec la certitude d’avoir fait passer le message au reste des français pour ne pas être mal compris jusqu’à aujourd’hui, mais.... Des petits malins ont constaté ce vide dont nous voulions pour ne pas être phagocyter, au final ils ont réussi à s’y engouffrer, c’est ce qu’attendait la racaille d’en haut pour nous caviarder.
      Retenons ces leçons pour les prochains soulèvement afin d’ assurer notre droit de français dans notre patrie, et au delà de tout, l’avenir de nos enfants qu’ils transformeront en esclaves par la puissance de l’argent et des armes avec des idéologues, leurs porteur de seaux d’eau. Sincèrement, j’ai mal pour ma France.


    • @Pitchou,
      Je comprends votre message et j’approuve votre déception sur le fait que les français sont aujourd’hui plus que jamais, diviser.
      Ce que je reproche aux communistes et ce qui fait que je pense qu’ils ne représente pas l’esprit français, c’est leur lutte des classes qu’ils nous rabachent constamment.
      Je suis ouvrier, je manie bien mieux le marteau que la plume, et c’est pour cela que j’arrive peut être mal à me faire comprendre. Je rêve d’une union entre cols bleu et cols blancs. Et se n’est pas avec la dictature du prolétariat que l’on va y arriver ! Il serait temps qu enfin nous assumons que finalement, l’avenir, c’est les rouges bruns ! Et c’est pour cela que depuis que j’ai découvert E&R, j’ai enfin trouvé ce qui représente pour moi, l’idéologie parfaite. Gauche du travail, droite des valeurs, retour à l’esprit de la foi, patriotisme, socialisme. Reconnaissez qu’aujourd’hui, la gauche anti française (dont l’actuel PCF ) et l’ultra libéralisme mondialiste sont le calvaire du peuple français.


    • @abcd
      Tenez vous bien, je suis chaudronnier de métier, vous avez parlé de tenir un marteau, une belle coincidence !!!
      Ceci dit, vous me demandez de désapprouver la lutte des classe, nous y sommes en permanence sauf qu’on lui donne d’autres noms. Je n’approuve aucune dictature de n’importe quelle dogme ou idéologie, mais nous en vivons une sournoise jamais égalée dans notre pays.
      je suis pour qu’on reconnaisse la compétence, le talent, et tout ce qu’on veut pour justifier un salaire à la hauteur de ces qualités. Nous avons besoin d’élite, mais d’élites intègres pour mener vers l’avant dans tous les domaines et d’être des exemplarités pour nos gosses etc... Hélas, ce n’est plus le cas et ça n’en prend pas le chemin, d’ou ma révulsion pour les partis, pas les gens.
      Ne le prenez pas mal, mais certains ne sont même pas ou dixième de votre éveil, vous êtes dans le vrai monde et vous n’avez pas à vous justifier en croyant que vous n’avez pas de culture ou vous ne savez pas développer une idée, bien au contraire à pas mal de grandes gueules, vous êtes dans le réel, c’est l’argument suprême bien au delà de toute idéologie.


    • @Pitchou, tiens donc ! Et bien voyez vous, je suis chaudronnier soudeur plus précisément.
      Entièrement d’accord avec votre dernier commentaire.
      Finalement, en voyant parfois les magnifiques débat que j’entretiens avec les collègues de travail après le boulot autour de quelques demis (tiens ça tombe bien on parle d’alcoolisme en se moment sur E&R ^^), nos mêmes conclusions ne nous rapprochent elles pas du système des corporations des métiers de l’ancien régime ? Et si finalement, nous qui au départ parlions de l’esprit français, ce dernier n’avait au final rien à voir avec le système républicain ? D’où le manque de confiance des français en leur propre pays, le fait le plus marquant etant que ces derniers ont quasiment subitement arrêté de faire des gosses le jour où la République c’est installée durablement. Il y a quelques années de ça, l’idée monarchique m’était insupportable et inimaginable. Aujourd’hui, j’y pense de plus en plus sérieusement.
      Bon dimanche camarade !


    • @abcd
      Merci pour le camarde, même ce terme est malvenu de nos jours, c’est dire ou on se trouve.
      Bref, je suis ouvert à tous les régimes, monarchiques, républicains ou tout autre.
      Mais aucun régime ne nous garantira notre souveraineté si nous la laissons entre des autres mais que les nôtres.
      Je veux dire qu’on devrait avoir le droit suite à une procédure d’élire et de destituer nos représentants ou gouvernants. Autant nous devons respecter la création de richesse, autant nous devrions avoir un pouvoir de décisions par la biais de conseil d’administration, les richesses ne prospèrent pas par la simple maitrise des Rh des ressources humaines, ces humains ont perduré, voire accrue cette richesse, ce n’est que justice qu’ils aient leur avis à donner dans la gestion de l’entreprise. Je ne parle pas de l’artisan ou du commerçant particulier, mais simplement des entités ou travaillent des salariés quand le code du travail prévoit un représentant du personnel qui souvent ne sert à quedal, du coup il aurait un réel rôle de représentativité avec la mission de représenter leurs intérêts, donc éligible et destituable.
      Ces deux points institutionnel et le personnel dans les bureaux d’administration pour notre fonctionnement en société me semblent indispensables, au delà du régime politique, quel qu’il soit.
      Jamais nous ne reviendrons à un roi, de surcroit représentant du pape et donc de Dieu, impossible même si l’idée peut paraitre alléchante au vue de la trahison des soi disant démocrates et / ou républicains, nos concitoyens sont ravagés par l’athéisme maçonnique. Je préférè accompagner par des mesures clefs inscrits dans notre constitution nous garantissant une défense face aux salopards de tous bords économiques ou politiques, voire religieux, c’était ma motivation en Gj. Bonne fin d’année et bonnes fêtes camarade.


  • Le fonds BlackRock.
    Fondé par :
    - Robert S. Kapito : Prix Gustave L. Levy 2012 du United Jewish Appeal Federation de New York pour ses donations.
    - Laurence D. Fink. Membre de la Société secrète de Wall Street "Kappa Beta Phi" (ΚΒΦ)

    https://en.wikipedia.org/wiki/BlackRock

     

    • La fiche wiki disait autrefois aussi que parmi les fondateurs il y avait Rothschild et que la reine d’angleterre avait 13% des parts.

      Blackrock est à Rothschild ce que Vanguard Group est à Rockfeller

      Ce gouvernement mondial est actionnaire principal de toutes les banques américaines, du pétrole, de l’armement, de l’industrie pharmaceutique, de mac do, coca, google, facebook etc

      la world compagnie existe : Vanguard group, Blackrock, FMR, ou State Street ?

      Actionnaires principaux de la Fed, Monsanto, Apple, Google, Microsoft, IBM, Exxon, Mac Donald’s, Pepsico, Mondelez International (n*1 de l’agroalimentaire mondial), Paramount, Goldman Sachs, Bank of New York Mellon, City Group, Jp Morgan Chase, Honda, US Bancorp, Philip Morris, Imperial Tobaco, Bank of America

      Actionnaires de : Nasdaq, Facebook, Altice (Patrick Drahi), Yahoo, Wells Fargo, Deutche Bank, Banque Lazard, Morgan Stanley, HSBC, Lockheed Martin, Alcoa Inc. Altria Group, AT&T, Boeing, Washington Post, The New York Time, E bay, Amazone, Caterpillar, Coca- Cola, Pepsi co, General Electric, Rolls Royce, Trip Advisor, Unilever, Nestlé, Siemens, Allianz, General Motors, Ford, Renault, Daimler, Chrysler, Fiat, Bmw, V A G, Harley Davinson, Halliburton, Hewlett-Packard, BASF, Intel, Motorola, Nokia, Cisco, Xerox, 3M, Johnson & Johnson, Novatis, Merck & Co, Pfizer, Bayer, Roche, Teva, Sanofi, Procter & Gamble, Time Warner, Walt Disney, Viacom, CBS Corporation, NBC Universal, E-bay, Amazone,Samsung, Mitsubishi, LG, Vivendi, Nestle,Total, BP, Publicis, AirBus Eads, Axa, Bnp Paribas, Illiad, Havas, etc, et de la plupart des sociétés européennes cotés en bourse et des agences de notation. Il n’est pas possible de les nommer toutes il y a en des milliers.

      Quand on nous parle « des marchés financiers, on sait mieux de qui on parle ». Mais le plus troublant, c’est que les propriétaires, les dirigeants de ces 4 grands groupes n’existent pas. Ils sont les uns propriétaires des autres. Ce qui est étonnant et tout à fait suspect.


  • Est-ce que les boomers nous ont demandé notre avis pour importer des migrants astrophysiciens ? Qu’ils mangent leurs merdes....


  • et si le vrai problème n’était pas celui des retraites mais celui de notre consentante soumission à un système qui nous dé-responsabilise ?
    Pourquoi m’oblige t’on à cotiser pour un système de retraite ? Pourquoi ne me laisse t’on pas le choix ? Je suis capable de prendre ma vie en main. Je n’attends pas de l’ Etat qu’il gère ma vie personnelle. L’Etat ne doit s’occuper que de "battre monnaie", de la justice, de défendre le territoire et d’assurer le paix civile et de lever l’impôt pour assurer ces missions. Le reste appartient à la sphère privée. Notre combat politique doit être celui là : reprendre notre existence en main et détruire cet Etat républicain qui n’agit pas pour le Bien Commun.

     

    • et comment vous comptez le détruire ? en boycottant la société de consommation et l’élection ?


    • Quand vous êtes accidenté, malade, vieux, ou moitié maboule, qu’est-ce que vous prenez en main ? Rigolo...
      Demain, l’on vous trouve une tache au poumon, une maladie auto-immune, vous cartonnez en bagnole ou vous avez un accident de travail et c’est la fin de la rigolade...
      Et depuis quand l’État doit lever l’impôt au regard de ce que vous suggérez qui n’intègre pas grand chose du Bien Commun ?
      À l’heure actuelle vous casquez pour vos marmots, vos parents et grands-parents ou est-ce « l’État » qui gère le bazar ? les 100 000€ par nain de jardin pour décrocher un BAC, la picouze de mamie, les cachetons de papi, la ménaupose de maman, la vue de papa...
      Et les routes, le tout à l’égout, l’énergie au plafonnier, la flotte au robinet, c’est vous qui la prenez en main pour vaquer à vos occupations ?
      Et les 90 esclaves (modernes) de par le monde, au service de votre confort (occidental) cependant qu’ils sont dans la ligne de mire de tireurs longue distance pour éviter que cela ne change, vous prenez un tour de garde : comme responsable ?


    • @XAVIER
      Vous avez bien raison et le rigolo ce n’est pas vous mais Sedetiam pour qui c’est la fin du monde si mamie n’a pas pas sa picouze, papi ses cachetons, papa ses lunettes etc etc . fini la rigolade comme il dit ; Mais la vie n’a jamais été une rigolade à par pour les immatures du monde moderne .
      Le monde existe depuis des milliers d’années et pendant ces milliers d’années les vieux ( quand ils étaient impotents ) étaient pris en charge par la famille qui ne les abandonnait pas aux mains des maisons de retraite à 2500 € par mois et où on les gavent de médoc aux effets dévastateurs qui les rendent séniles avant l’heure pour les dernières années de leur vie . Autrefois quand il fallait mourir on mourait dans la dignité et rapidement . De tout temps la foi dans l’au delà et la confiance en Dieu ( en toute chose ) rendait les gens moins peureux devant l’adversité et ils prenaient leur vie en main comme vous dites . Quand à cette éducation onéreuse et astreignante pour nos gosses, quand on voit le résultat sur les esprits et le niveau zéro en fin de parcours pour une bonne majorité on peut légitimement se demander si le système de l’ancien régime qui mettait dans nos têtes le seule indispensable et dans nos coeur l’amour de la vertu n’était pas mille fois plus efficace....
      Bien sûr les républiques n’avaient pas intérêt à tout cela et ont bien su gérer la chose en donnant toujours des miettes pour que chacun n’ai pas l’estomac trop vide et se révolte . Il fallait installer le désordre partout ( anti-cléricalisme, féminisme, fin de l’autorité du père, abrutissement des esprits etc etc...) .L’homme d’aujourd’hui est un esclave du système qui aime sa condition d’esclave et perdre une miette de ce système et c’est la fin pour lui.
      PS : à propos des lunettes de papi : j’en porte depuis maintenant 20 ans et ça fait bien 40 ans que je lis des tonnes de bouquins ; et bien je n’ai jamais acheté que des lunettes loupes . Avec des 1,5 je vois à merveille de loin et des 3,5 pour lire et ça ne m’a jamais causé de problème ni n’a enrichi les ophtalmo et les opticiens....


    • Faux débats pour faux gens, c’est sur la France pratique le vampirisme et le totalitariste esclavagiste marchand sur tous (sauf sur les forts).
      Notre libre arbitre est mis à mort, par des gens n’ayant plus aucune limites sur la spoliation et la violation des actes et pensées vivantes. Les même qui pratiquent le politik correct et la limitation de leur freres et soeurs toujours plus dur.
      Leur mieux est ennemie du bien. Soumis a l’intolérable dans leur projets infernaux
      Leur intérêts et celui de leur amis passent avant les préoccupations qu’ils affichent sans vergogne mais dans la traîtrise absolue du vivant. Les vendues à l’ennemie ont un but détruire notre nation et notre vivre ensemble.
      Leur culture se résume à la possésion (démoniak) et l’infirmisation du vivant en sous produits.Les malades mentaux sont aux manettes et cancérisent notre monde par leur présence et leur propagande nauséabonde . Jésus reviendra sauver notre temple des adorateurs du veau d’or mures pour l’abattoire.
      NLSO


    • @ Sedetiam

      On sait éduquer et instruire nos enfants mieux que l’état, on sait se soigner et se guérir mieux que l’état, on sait aussi mettre de l’argent de coté mieux que l’état.

      inutile de nous chanter les louanges des parasites. Ça ne tient pas.

      Toutes les cotisations, taxes et impôts, tu nous les donnes, on fait 100 fois mieux que l’état, car l’état est et a tjs été un parasite et un destructeur de nation.

      Qui fait passer les lois iniques ? L’état.

      L’état, c’est l’entretien de l’iniquité par le chaos contrôlé et le terrorisme. C’est cela l’état. On n’en veut pas, et en tous les cas, pas de celui là, pas comme ça, pas avec autant de pouvoirs.

      Nous allons le démanteler, lui couper les griffes, les serres et tout le reste, de sorte qu’il ne reste plus que les parties inoffensives.

      L’état est une condensé d’initiés, donc d’escrocs qui pratiquent le double standard partout, tout le temps. L’état est une mafia qui surfe sur l’illusion de la légalité. La légalité, on l’enfonce.


    • @ alderic-dit-le-microbe et compères,

      Passé 1945 et le salut dû à De Gaulle (+ la résistance) et depuis que « vous » avez perdu à Diên Biên Phu, « vous » ne tenez que grâce aux pros de la queue de détente sous parapluie atomique, « vous » qui ne prenez plus rien en charge depuis bien des lustres et à minima depuis que le pétrole est votre Saint Graal énergétique tandis que vous n’en disposez pas... L’on négligera l’uranium.
      Grâce aux pros de la queue de détente et aux ingénieurs des ponts et chaussées, aux médecins et aux chercheurs, aux paysans au sens strict du terme : rajoutez-leurs celui de « moderne », parce sans modernité, sans énergie, avec l’unique tradition ancestrale, c’est un gonze dans le champ pour en nourrir un et demi : lorsque tout roule, sans maladies, ravageurs et adventices et sans hiver, s’entend. Etc.
      Cessez de fantasmer à des temps jadis : cela ne vaut que pour certaines petites structures, pour prendre le maquis comme l’on dit. Par ici, il nous connaît : vous vous y perdriez. Pour autant enracinés - jusqu’ici - dans le plus fort taux d’indivision, nous gérons - encore - nos anciens, nous enseignons même la langue maternelle avant la langue véhiculaire imposée par « l’administration » : ainsi que la tradition. Et pourtant...
      Mais une pandémie, une sécheresse, un hiver qui traîne, une récolte qui s’abîme et nous sommes frits, à l’inverse des rigolos dans leur coin de paradis.
      E.R. extrapolait, au sein d’un autre article, sur la coupure de jus à l’heure d’en écrire les lignes : que l’on vous coupe l’électricité, la flotte, le gaz et le tout-à-l’égout et l’on reparle de votre organisation. À juste commencer, par celle de l’école...
      Et l’on ne vous parle pas d’une invasion extérieure : cela aussi on connaît.

      Plutôt que de rechigner à cotiser pour le bien commun, luttez contre les ENCartÉS qui se goinfrent sur votre dos : c’est bien plus souvent le capitaine d’industrie du CAC 40, le sénateur, l’édile, les assoces communautaires subventionnées, les secrétariat sociétaux, qui se goinfrent sur votre dos : pas le cheminot, l’urgentiste, l’infirmière, le pompier ou autres.

      Mais peut-être n’avez-vous pas saisi le concept de Gauche du travail qui s’évertue au-delà de son propre petit cercle. Oui j’exige que la petite mamie à l’autre bout, celle que je ne croiserai jamais, ait son cacheton. Je vous laisse à votre eugénisme : gardez à l’esprit que nous les avons dans la ligne de mire ; il va falloir vous cotiser pour coopter quelques mercenaires, les rigolos.


    • @ Sedetiam
      à vous lire il semble qu’il n’y ai pas que mamie qui prenne des cachetons !
      Revoyez votre syntaxe mon vieux car c’est extrêmement pénible de suivre vos idées en vous lisant.
      D’ailleurs si vous voulez être cohérent arrêtez les ces cachetons qui enrichissent le système...( à défaut du système immunitaire cela s’entend ).


  • Entouré de Bujinchki et de Shtruchuchki, le politburo est de retour et notre Premier de la classe libre et indépendant !
    Mais que fait là la Ministre de la "Santé" ?!


  • J’ai fait une petite recherche sur " Blackrock " et voici le fruit de mon labeur :

    Un parasite est un organisme vivant qui ne peut vivre et se développer que dans un autre organisme. Le terme de parasiter est plus général mais répond au même principe : un organisme quelconque va s’introduire chez un autre organisme pour vivre à ses dépens.

    Il va donc utiliser ses cellules, ses aliments, ses tissus, etc. pour se développer et assurer sa descendance. Il y a donc une petite nuance : tous les parasites ne peuvent vivre qu’en parasitant un autre organisme, mais ce n’est pas parce qu’un organisme en parasite un autre qu’il est un parasite. Ainsi, les virus vivent en parasite mais ne sont pas des parasites.

     

  • les régimes spéciaux c’est une volonté d’équité, les simplifier à la marge, peut etre, les supprimer certainement pas !
    l’égalité c’est une putasserie issue des lumières et d’essence purement liberale
    M Sigault l’a expliqué a mainte reprise, encore faudrait t il l’avoir écouté

    au nom de l’égalité ( le progrès ) on bousille l’équité ( l’archaîsme )

    combien de salariés du privé lors des manifestations contre les lois macron ?
    peau de balle ! avec en pretextes toujours avec les mêmes refrains, les mêmes que ceux qui aujourd ’hui passent en boucle

    et maintenant, que disent les salariés du privé ... je peut pas faire grève sinon je suis " lourdé " et comme il y en a 10 qui attendent pour prendre ma place ......

    c’est bien de toujours filtrez le moucheron pour mieux avalez le chameau

    votre richesse va bientot se résumer par votre paire de chaussures, il se trouvera toujours un con qui vous assurera qu’en vous penchant encore un peu plus vous pourrez mieux en apprecier,la valeur afin d’en être satisfait, dans le cas contraire la position sera idéale pour rappeler vos fesses a votre bon souvenir

    alors question incohérence, c’est 1 partout et la balle au centre

     

    • Si je comprends bien, vous vous battez pour la justice. C’est bien !

      Et pour vous la justice, c’est prendre l’argent de ceux qui travaillent pour le donner à ceux qui ne travaillent pas. « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins »

      Ca tombe bien, vous allez pouvoir faire don de votre salaire aux caisses de retraite ou à la CAF. Faire la morale, c’est bien, montrer l’exemple, c’est mieux !


    • exemple : les danseurs de l’Opéra ont un régime spécial parce qu’à 42 ans leur carrière est finie, et on les mets à la retraite d’office. Vous voulez les faire traiter comme les autres ce serait les envoyer crever à la rue !

      quand à ceux qui sont mieux lotis que d’autres, on veut per soucis de justice que tous aient les mêmes avantages. Ben oui mais alors, pourquoi on choisi de les aligner par le bas ...... hein ?????? pourquoi on ne choisi pas d’aligner tout le monde par le haut au contraire ? sur le meilleur régime ??? si on leur posait la question c’est certainement ce qu’ils choisiraient. Mais les sondeurs (qui sont les propriétaires des instituts ? posezvous la question faites des recherches !) ne posent pas cette question là !


  • Le système boursier (le « r » est en trop désolé) désire donc ... plus de justice financière pour les pauvres travailleurs...

    Wow, ils sont devenus ... « gentils » ou quoi ? C’en est effrayant.

    Quand le mot « juste » est employé pour désigner ce qui défini son contraire, ils sont vraiment sans vergogne et sans honte.

    Je crèverais de honte d’arnaquer une personne honnête en la barratinant, le souvenir me poursuivrais toute ma vie comme une tâche indélébile, comme beaucoup de gens normaux... ils sont vraiment d’un autre monde.


  • " L’Europe " c’est le grand alibi de ces escrocs : "on est forcé par l’Europe de supprimer les régimes spéciaux" . C’est donc l’Europe la coupable, pas eux les voyous !


  • Les personnes qui ne sont pas content de se qui arrive. Qu’ils s’en prennent au bonne personne. Pas au grévistes qui les défende. Ou alors qu’ils nous rejoignent. Les vrai problème ne viennent pas de la rue.


  • La trouvaille du premier sinistre et toute sa bande veulent nous la glisser entre les pattes .La solution serait d’augmenter les cotisations pour atténuer l’âge de départ à la retraite .Autrement dit , on ne change rien on vous diminue le pouvoir d’achat, on continue le système à point .
    Il ne faut pas discuter, parce qu’il n’y a pas à discuter .Ils ont mis ce système en place avant l’élection de macron, et ont misé sur son élection pour passer le système en capitalisation avec Blackrock bfmwc etc etc .il faut le retour sur investissement .Alors, ils ne lâcheront pas .C’est pourquoi il faut virer ce gouvernement, et arrêter de discuter le but est de nous assouvir .La dette, maintenant c’est les retraites, et pour finir , la trique .Ce qu’ils ont commencé à faire .
    On ne discute pas avec une dictature .


Commentaires suivants