Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Résolution de l’ONU sur le Liban : la Russie a protégé le Hezbollah

Le journal israélien Haaretz révèle que durant les discussions de la semaine dernière au Conseil de sécurité de l’ONU concernant la reconduction du mandat des casques bleus de la FINUL dans le sud du Liban, la Russie a œuvré discrètement pour protéger le Hezbollah.

 

Le 30 août 2017, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une nouvelle résolution prolongeant d’un an le mandat de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL).

Les États-Unis et Israël ont fait pression pour ajouter à la résolution plusieurs paragraphes visant à renforcer la présence de la FINUL au sud du fleuve Litani, dans le sud du Liban. Mais certains passages du texte ont été retirés, principalement les références à des actions du Hezbollah qui pourraient violer la résolution 1701 de l’ONU (qui a mis fin au conflit israélo-libanais de 2006).

Selon des officiels israéliens, c’est la Russie qui est intervenue pour faire supprimer ces passages, menaçant d’exercer son droit de veto si la version finale comportait la moindre mention du Hezbollah. Haaretz a pris connaissance d’un câble diplomatique envoyé par ces officiels à leur ministère des Affaires étrangères, dans lequel ils décrivent l’attitude de la Russie durant les négociations :

« Les Russes observaient sur le côté, et leur ligne rouge étaient qu’ils ne consentiraient pas à ce que le Hezbollah soit nommé dans la résolution. »

Cette demande des Russes est intervenue seulement quelques jours après la rencontre Poutine-Netanyahou à Sotchi, où les deux chefs d’État ont discuté de l’implication de l’Iran et du Hezbollah aux côtés de l’armée syrienne. Netanyahou y a exprimé son inquiétude de voir le Hezbollah et l’Iran bénéficier d’armes russes sophistiquées et d’une très forte influence dans la région.

Le chef de la diplomatie russe, Sergei Lavrov, a quant à lui rejeté mardi dernier, lors d’une conférence avec le ministre qatari des Affaires étrangères, l’affirmation de Netanyahou selon laquelle la présence iranienne en Syrie pourrait mener à une confrontation militaire avec Israël. Lavrov a déclaré : « À notre connaissance, personne [parmi les forces combattant en Syrie] ne projette d’attaquer Israël. »

Les officiels israéliens qui ont eu connaissance des détails de la rencontre Poutine-Netanyahou ont déclaré que l’état d’esprit était positif, mais ont souligné que des efforts diplomatiques supplémentaires devront être entrepris à l’égard du Kremlin et des acteurs de la Défense et du Renseignement russes pour convaincre Moscou d’accepter, au moins en partie, la position israélienne sur le conflit en Syrie.

La Russie et Israël, chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.