Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

Malgré des tentatives désespérées

Netanyahou voulait placer Poutine devant un dilemme : «  Vous expulsez l’Iran de la Syrie ou alors vous vous préparerez à d’interminables guerres au Moyen-Orient  ! » Dans son imaginaire, la phrase aurait dû sonner à l’oreille de Poutine comme une terrifiante menace. Mais est-ce le cas  ?

 

Le chercheur de l’Institut d’études israélien pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Eyal Zisser, revient sur la rencontre Netanyahou-Poutine pour évaluer les chances de succès de l’Israélien en ces termes :

«  La rencontre de ce mercredi entre Poutine et Netanyahou à la station balnéaire de Sotchi est sans doute la plus importante jamais produite depuis l’engagement militaire russe en Syrie. Cette intervention militaire russe a fait à vrai dire de la Russie le voisin septentrional d’Israël. Au début, l’engagement militaire russe a suscité de vives inquiétudes quant à de possibles confrontations russo-israéliennes en mer ou dans les airs surtout que la flotte aérienne et maritime russe opère en Syrie en toute discrétion et qu’Israël demande à avoir la totale latitude à agir dans le ciel syrien. Ce fut dans ce climat de tensions qu’un chasseur russe a été abattu par la Turquie, poussant Erdoğan à s’excuser auprès de Poutine, et faisant craindre à Israël un incident similaire, propre à remettre en cause les liens privilégiés que Tel Aviv entretient avec Moscou.  »

Et le chercheur israélien ajoute :

« En effet entre la Russie et Israël, aucun accord n’a été conclu en Syrie et il y a de gros risques que les deux pays en viennent aux mains rien qu’à cause de la forte personnalité de Poutine et de Netanyahou. Ce furent les frappes très violentes de l’aviation russe contre les rebelles qui les ont anéantis sur l’ensemble du territoire syrien et qui ont assuré à Assad sa survie. Quant à Netanyahou, il continue à mener des raids sporadiques contre le Hezbollah en Syrie  ».

Le chercheur revient ensuite sur les accords russo-israéliens de 2015 qu’il qualifie de «  bons  », mais qui «  ne sont plus d’actualité  » puisque la réalité sur le terrain a très vite changé :

« La guerre en Syrie approche à sa fin beaucoup plus rapidement que prévu. La réalité est que Bachar el-Assad restera au pouvoir et qu’Israël se trouve dans un état de désœuvrement si profond que c’est à Assad qu’il devrait demander désormais de mettre un terme au conflit. Mais Assad ira-t-il rompre avec l’Iran et le Hezbollah  ? Fera-t-il la paix avec Israël au Golan  ?  »

Et le chercher a répondu en ces termes :

«  En effet, une partie de la réponse a été donnée dimanche par Assad lui-même qui a promis la fin de la guerre dans un avenir pas trop lointain dans une Syrie, qui bien que meurtrie par six ans de guerre, ira résister encore, car elle a à ses côtés l’Iran, le Hezbollah et la Russie. Assad a même affirmé que l’appui iranien et du Hezbollah à l’armée syrienne figurera à jamais dans les annales de l’histoire syrienne  ».

Le chercheur israélien évoque par la suite les gagnants et les perdants de la guerre en Syrie :

«  Si la guerre se termine en Syrie, la Russie en sera le grand gagnant, car elle s’est investie à fond et a apporté un soutien militaire ferme à Assad, soutien qui s’est avéré bien payant. Ceci étant dit, il y a deux autres acteurs dans cette guerre à savoir l’Iran et le Hezbollah qui se sont engagés aux côtés d’Assad et en appui aux Russes, quitte à réaliser sur le sol syrien des gains stratégiques de taille. Ces dernières semaines, Israël a fait feu de tout bois pour s’assurer que le sol syrien n’abriterait à l’avenir aucune base militaire d’où seraient lancées des attaques contre les intérêts israéliens. Les Russes sont sans doute bien disponibles à entendre les Israéliens sans leur opposer la moindre objection, mais Moscou a des intérêts très particuliers en Syrie. La réalité est que pour Moscou, Israël devra apprendre à composer avec l’Iran et le Hezbollah, deux alliés désormais incontournables de la Russie  ».

La suite de l’article laisse éclater la colère et la déception de l’auteur de voir la Russie «  tourner le dos  » à l’alliance traditionnelle Moscou-Tel Aviv :

«  La Russie semble avoir oublié son éclat de colère quand elle a appris la décision de Washington d’installer ses soldats dans les pays baltes, en Pologne ou en Asie centrale. Les superpuissances ont la mémoire courte et ne reconnaissent pas aux petits pays les mêmes droits qu’elles se réservent à elles-mêmes  ».

Zisser qualifie la rencontre de Netanyahou avec Poutine «  d’importante  », bien que «  les Américains brillent à Sotchi par leur absence  » :

« Il n’y a aucune différence entre l’administration Obama et celle de Trump : aussi égoïste que son prédécesseur, celle-ci ne se concentre que sur des objectifs conjoncturels qui profite à ses propres intérêts comme celui du démantèlement de Daech. La Russie et les États-Unis partagent peut-être des intérêts communs à vaincre le terrorisme, mais quand les adultes fêtent, ce sont les jeunes qui en paient la facture et Israël c’est le "jeune" de l’Histoire qui devrait faire les frais de la fête des "Grands" en Syrie  ».

La fin de l’article est l’aveu d’impuissance d’un Israël qui se sent complètement K.O. en Syrie et pour qui l’auteur prescrit un remède de cheval :

«  Le mieux pour Israël, c’est de se fixer des lignes rouges en Syrie, ce qu’il a refusé de faire pendant six ans. Le mieux pour Israël, c’est de s’occuper seul de sa sécurité, sans avoir à s’attirer les faveurs de la Russie et des États-Unis qui n’ont en ce moment que d’yeux pour l’Iran  ».

Sur le destin du sionisme, lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1790044
    Le 26 août à 03:24 par Je réfléchis donc je suis antisémite
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    La chutzpah de ces israéliens me coupe le sifflet. Ils veulent avoir politiquement ce qu’ils n’ont pas pu obtenir par le terrorisme. Après avoir orchestré le chaos dans la région (application du plan Yinon avec la collaboration des monarchies wahhabites), ils sont confrontés aujourd’hui à un retour de flammes qu’ils n’arrivent plus à maîtriser. Résultat, ils pleurent auprès de Poutine pour éteindre l’incendie qu’ils ont allumé dans la région. Mais c’est trop tard, leur plan a échoué. La Syrie est uni et toujours aussi solide. Pire, l’Iran et le Hezbollah sont désormais à la frontière de leur Sionistan et plus forts que jamais. Et cerise sur le gâteau, chose inimaginable, une alliance entre l’Irak, la Syrie et l’Iran — avec l’appui de la Russie — s’est constituée pour mettre fin à leur politique sioniste génocidaire.

     

    Répondre à ce message

  • #1790096
    Le 26 août à 09:54 par anonyme
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    Dominer la Russie est évidemment infiniment plus difficile que de tirer sur des enfants qui jettent des pierres, ou de bombarder par avion des populations sans défense. Il faudrait faire VRAIMENT le poids pour toucher à l’os, et ça n’est vraiment pas le cas parce que, sur le fond et métaphoriquement dans ’’petit teigneux’’ il y a ’’teigneux’’, bien sûr mais surtout, c’est déterminant, il y a ’’petit’’ et ’’ils’’ sont ’’petits’’ à bien plus d’un titre dans des domaines essentiels (vraiment très fondamentaux) et c’est dommage qu’ ’’ils’’ soient d’évidence incapables d’en prendre conscience. ’’A chacun selon son dû’’...et l’addition devient salée...

     

    Répondre à ce message

  • #1790102

    Le but de cette rencontre comme d’autres précédemment était de forcer la Russie à prendre clairement partie entre l’Iran et Israel mais Poutine s’est toujours refusé à le faire. Seule une intervention armée officielle en Syrie pour y déloger les forces Iraniennes obligerait la Russie à prendre partie. Cette option a été clairement mise sur la table par Netanyahu et ça c’est nouveau...

     

    Répondre à ce message

  • #1790201

    Voilà pourquoi israel adore et soutient les terroristes de daesh en Syrie.

     

    Répondre à ce message

  • #1790239
    Le 26 août à 14:49 par Mami Wata
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    "Le mieux pour Israël, c’est de s’occuper seul de sa sécurité..." Ah bon ? Ben tant mieux. Qu’Israël renonce donc aux milliards de dollars annuels de dons, destinés à l’équipement militaire, versés chaque année par les US.

     

    Répondre à ce message

  • #1790245
    Le 26 août à 15:03 par Anonyme
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    Le sionistan s’aperçoit que sa coalition qui encercle militairement la Russie, regroupe des pays dépendants de tout, et dont les peuples sont amis de la Russie ! Alors que la coalition que met en place Vladimir Poutine, sera dans tous domaines supérieure à elle du sionistan ! Le bourreau des peuples prendra alors, la place qu’il lui revient, Netanyahu et ses frères pourront pleurnicher rien n’empechera la justice de Dieu !

     

    Répondre à ce message

  • #1790283
    Le 26 août à 16:15 par djiguit
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    jeux,set,quand au match l’avenir nous le dira...

     

    Répondre à ce message

  • #1790300
    Le 26 août à 17:12 par marmotte
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    Ce qui est à craindre de la part de nétanyahou, qui est un teigneux, c’est qu’il organise une guerre mondiale, pour obtenir, par le chaos, le grand Israël.
    Beaucoup de dirigeants marcheraient dans l’affaire afin de masquer leurs propres incompétences, financières, économiques, etc...

    En résumé, en France, les chômeurs transformés en chaire à canons, n’iraient pas manifester contre la loi travail et le gouvernement serait pénard.

    C’est simpliste, je crains le pire mais heureusement nous avons Poutine pour calmer le jeu.

     

    Répondre à ce message

  • #1790363
    Le 26 août à 19:44 par Yann Amar
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    A force de mensonges et de manipulations on finit par y croire soi-même. Quand a la sécurité d’Israël elle tient uniquement par le lobbysme judeo-sioniste et par les sayans, et derrière un soutien financier et politico-médiatique qui semble sans limite .

     

    Répondre à ce message

  • #1790581
    Le 27 août à 10:56 par Gloria Lasso
    Syrie : Netanyahou ne parvient pas à convaincre Poutine

    Le Joker de Poutine demeure "Les archives de la libération d’Auschwitz en 1945", toujours classées... ça risque de faire très mal le jour où ça va diffuser... parce que tôt ou tard...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents